France : les finances publiques sous pression

Le déficit budgétaire de l'Etat est resté quasi stable à fin juin. Selon la ministre du Budget, le gouvernement est prêt à davantage d'efforts pour atteindre l'objectif de déficit à 4,6 % du PIB en 2012.
Infographie La Tribune
Infographie La Tribune

Garder le cap. Alors que la crise des dettes souveraines emporte les marchés dans la tourmente, le gouvernement français s'emploie à tenir bon. Mardi, à l'occasion de la publication de la situation budgétaire de la France à fin juin, Valérie Pécresse a tenu le cap fixé la veille par le ministre de l'Economie François Baroin. Pour que la France reste dans le club désormais sélect des "triple A" (lire ci-dessous), elle ne "déviera pas d'un iota de [sa] trajectoire de redressement des finances publiques", a indiqué la ministre du Budget sur RTL, assurant que "le rythme des dépenses à fin juin est en ligne avec la prévision".

De fait, la situation budgétaire de la France fait état d'une quasi-stabilité du déficit budgétaire au 30 juin à 61,3 milliards d'euros contre 61,7 milliards un an plus tôt. Le solde des comptes spéciaux (avances et opérations financières) s'est dégradé de 7,5 milliards d'euros du fait surtout des "décaissements du prêt octroyé à la Grèce". Quant au solde du budget général, il s'est amélioré de 7,8 milliards d'euros, les dépenses totales ayant baissé de 9,9 milliards sur un an à 179,1 milliards d'euros. Pour autant, le gouvernement ne se risque à aucune extrapolation. "Nous sommes liés par nos objectifs de déficit [Ndlr : 5,7% du PIB en 2011, 4,6 "% en 2012 et 3 "% en 2013] et nous ferons tout pour les remplir", rappelle-t-on à Bercy. Au-delà du débat sur la "règle d'or" (La Tribune du 9 août 2011), alimenté quotidiennement (alors que les candidats à la primaire socialistes affinent leurs positions, le député UMP des Yvelines Etienne Pinte a réclamé mardi un référendum), le gouvernement va devoir donner des gages pour atteindre ces objectifs. Pourra-t-il faire l'économie de mesures drastiques ? Même sans viser les 3% du PIB dès 2012 comme le suggère le président du parti radical Jean-Louis Borloo, de nouveaux efforts devront sans nul doute être fournis.

Troisième trimestre morose

Selon Valérie Pécresse, le gouvernement ne procédera pas à "une augmentation générale des impôts" mais poursuivra une "politique d'économies sur les dépenses de l'Etat, sur les dépenses de la Sécurité sociale", ainsi que sur celles des collectivités locales et supprimera "en même temps" des niches fiscales. "11 milliards d'euros d'économies ont été réalisés en 2011 sur les niches fiscales et 3 milliards le seront en 2012. S'il faut faire plus, nous ferons plus, notamment si un paramètre change, telle la croissance", avance-t-on dans l'entourage de Valérie Pécresse. Et justement, le troisième trimestre s'annonce plus morose que prévu (La Tribune du 5 août 2011), à tel point que la Banque de France a indiqué lundi ne tabler que sur 0,2% de croissance contre 0,5% prévu par l'Insee (qui publiera vendredi sa première estimation pour le deuxième trimestre).

La pression s'accroît donc de toutes parts. Il y a un mois, la commission des Finances du Sénat s'interrogeait déjà sur la capacité de la France à respecter ses engagements. Pour réduire le déficit de 20 milliards d'euros par an, nul doute que le gouvernement devra donner un coup de rabot supplémentaire aux 468 niches fiscales et sociales existantes (François Baroin n'exclut pas d'aller jusqu'à 6 milliards d'euros d'économies en 2012) comme le préconisait en juin la Cour des comptes. Voire augmenter certains impôts ou rogner sur certaines dépenses sociales. Une gageure, à quelques mois de l'élection présidentielle.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 14/08/2011 à 9:30
Signaler
Mon désespoir et mon angoisse sont tels ,s'agissant de notre déclassement social , que j'en ai oublié l'orthographe dans mon message précédent ; veuillez excuser cette perte momentanée (ou définitive) de repères.

à écrit le 14/08/2011 à 7:35
Signaler
l'ère de la décroissance arrive ! allons batifolez tout nus dans la forêt ! oublions nos acquis sociaux et la philosophie des lumières. L'ultra libéralisme va se charger de nous rappeler comment fonctionne la loi de la jungle .

à écrit le 13/08/2011 à 6:57
Signaler
Je propose une forte hausse des impôts des ménages les plus fortunés auxquels nos différents gouvernements ont fait de gros cadeaux depuis 25 ans. Je propose également la diminution des rémunérations et retraites et avantages de tous nos élus . Et é...

à écrit le 12/08/2011 à 14:45
Signaler
nous proposons au gouvernement hausse tva 6,56 % minorations des retraites de 42% au dela de 1000 euros tva luxe (hifi,tv,voiture) 33% bloquage smic 4 ans a 960 euros net

à écrit le 11/08/2011 à 9:42
Signaler
faut augmenter la TVA de 2 ou 3 points !

le 11/08/2011 à 14:23
Signaler
soit mais trop de taxes tuent la consommation et moins de consommation = moins de rentrées fiscales !!

à écrit le 10/08/2011 à 12:40
Signaler
Mm y a du bon et du très mauvais: Reforme fiscale : -Sur les Revenus :on est tous plus ou moins d accord qu'il faut revenir a plus de justice et d'équité, un point n a pas été soulevé notre IRPP est un des seul a compter l impôt pa...

à écrit le 10/08/2011 à 11:53
Signaler
Et encore bravo à tous ....

le 10/08/2011 à 20:32
Signaler
Brodenik que dire sauf Bravo, même sur le Titanic l'horcestre à joué jusqu'au bout du naufrage.

à écrit le 10/08/2011 à 10:47
Signaler
quel est le président qui a dépensé sans compter tout en se mettant en posture de critiquer la dépense excessive ? Quel est le président qui , sous Gouvernement Balladur a déjà participé à la mise en Place d'un grand emprunt de plus 1000 milliards de...

le 10/08/2011 à 20:37
Signaler
r421 qu'à t'on fait pour les présidents qui ont préçédès M.Sarkozy, on se demande si parfois on ne comprends pas une bonne foie pour toute qu'à chaque élection qu'à t'on fait çe que vous dites si bien.

à écrit le 10/08/2011 à 9:56
Signaler
Mise en place d'une véritable coordination budgétaire communautaire (la conjonction lutte contre l'inflation et lutte contre le chômage ne vont pas forcément de paire), ajustement de la CSG des retraités sur celle des salariés, ajustement de la TVA d...

à écrit le 10/08/2011 à 8:41
Signaler
Cela viendrait-il à l'idée des politiques de faire un budget avec 1% de bénéfice pour rembourser la DETTE ???

le 10/08/2011 à 9:42
Signaler
M'enfin ? Tu n'y penses pas ? Comment vivraient les politiques s'ils se mettaient a gérer l'argent qu'on leur confie ? Ils ne pourraient plus prétendre que k'autre fait mal son boulot. Ils montreraient qu'on n'a plus besoin d'eux, et surtout, ils ne ...

le 10/08/2011 à 10:59
Signaler
Et le plus amusant, c'est que les gouvernements vont devoir le faire. L'inflation - qui ne peut pas tout - et la croissance - anémique - ne feront pas l'ensemble du travail. Mais il faut leur laisser un peu de temps, ils n'ont pas l'habitude. Faire d...

à écrit le 10/08/2011 à 8:08
Signaler
Moins de cadeaux fiscaux électoralistes en veille d'élection je ne crois pas le gouvernement capable de le faire à entendre le discours du président : on ne touchera pas aux 3 Mds donné à la restauration, on ne touchera pas aux exonérations de cotisa...

à écrit le 10/08/2011 à 7:52
Signaler
Moins de cadeaux fiscaux électoralistes en veille d'élection je ne crois pas le gouvernement capable de le faire à entendre le discours du président : on ne touchera pas aux 3 Mds donné à la restauration, on ne touchera pas aux exonérations de cotisa...

à écrit le 10/08/2011 à 7:24
Signaler
La France doit faire des économies et créer de nouvelles recettes : ECONOMIES plafonner les retraites à 1 800 euros --- stopper les travaux publics intutiles, stopper la construction des ronds points fastueux, stopper le regoudronnage des terre plein...

le 10/08/2011 à 8:39
Signaler
C'est excellent comme recette.. Je doute cependant que cela ne produise autre chose que du Gloubi-Boulga :-)

à écrit le 10/08/2011 à 7:22
Signaler
LErepas du jour à 5% ok mais après c'est un luxe donc tva 19,5 .subventionner les heures sup aberrant en période de crise et surtout une injustice(egalite).subventionner la prime de 1000 euros une injustice les salaires seront détournés à son profit....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.