France : les finances publiques sous pression

 |   |  586  mots
Infographie La Tribune
Infographie La Tribune
Le déficit budgétaire de l'Etat est resté quasi stable à fin juin. Selon la ministre du Budget, le gouvernement est prêt à davantage d'efforts pour atteindre l'objectif de déficit à 4,6 % du PIB en 2012.

Garder le cap. Alors que la crise des dettes souveraines emporte les marchés dans la tourmente, le gouvernement français s'emploie à tenir bon. Mardi, à l'occasion de la publication de la situation budgétaire de la France à fin juin, Valérie Pécresse a tenu le cap fixé la veille par le ministre de l'Economie François Baroin. Pour que la France reste dans le club désormais sélect des "triple A" (lire ci-dessous), elle ne "déviera pas d'un iota de [sa] trajectoire de redressement des finances publiques", a indiqué la ministre du Budget sur RTL, assurant que "le rythme des dépenses à fin juin est en ligne avec la prévision".

De fait, la situation budgétaire de la France fait état d'une quasi-stabilité du déficit budgétaire au 30 juin à 61,3 milliards d'euros contre 61,7 milliards un an plus tôt. Le solde des comptes spéciaux (avances et opérations financières) s'est dégradé de 7,5 milliards d'euros du fait surtout des "décaissements du prêt octroyé à la Grèce". Quant au solde du budget général, il s'est amélioré de 7,8 milliards d'euros, les dépenses totales ayant baissé de 9,9 milliards sur un an à 179,1 milliards d'euros. Pour autant, le gouvernement ne se risque à aucune extrapolation. "Nous sommes liés par nos objectifs de déficit [Ndlr : 5,7% du PIB en 2011, 4,6 "% en 2012 et 3 "% en 2013] et nous ferons tout pour les remplir", rappelle-t-on à Bercy. Au-delà du débat sur la "règle d'or" (La Tribune du 9 août 2011), alimenté quotidiennement (alors que les candidats à la primaire socialistes affinent leurs positions, le député UMP des Yvelines Etienne Pinte a réclamé mardi un référendum), le gouvernement va devoir donner des gages pour atteindre ces objectifs. Pourra-t-il faire l'économie de mesures drastiques ? Même sans viser les 3% du PIB dès 2012 comme le suggère le président du parti radical Jean-Louis Borloo, de nouveaux efforts devront sans nul doute être fournis.

Troisième trimestre morose

Selon Valérie Pécresse, le gouvernement ne procédera pas à "une augmentation générale des impôts" mais poursuivra une "politique d'économies sur les dépenses de l'Etat, sur les dépenses de la Sécurité sociale", ainsi que sur celles des collectivités locales et supprimera "en même temps" des niches fiscales. "11 milliards d'euros d'économies ont été réalisés en 2011 sur les niches fiscales et 3 milliards le seront en 2012. S'il faut faire plus, nous ferons plus, notamment si un paramètre change, telle la croissance", avance-t-on dans l'entourage de Valérie Pécresse. Et justement, le troisième trimestre s'annonce plus morose que prévu (La Tribune du 5 août 2011), à tel point que la Banque de France a indiqué lundi ne tabler que sur 0,2% de croissance contre 0,5% prévu par l'Insee (qui publiera vendredi sa première estimation pour le deuxième trimestre).

La pression s'accroît donc de toutes parts. Il y a un mois, la commission des Finances du Sénat s'interrogeait déjà sur la capacité de la France à respecter ses engagements. Pour réduire le déficit de 20 milliards d'euros par an, nul doute que le gouvernement devra donner un coup de rabot supplémentaire aux 468 niches fiscales et sociales existantes (François Baroin n'exclut pas d'aller jusqu'à 6 milliards d'euros d'économies en 2012) comme le préconisait en juin la Cour des comptes. Voire augmenter certains impôts ou rogner sur certaines dépenses sociales. Une gageure, à quelques mois de l'élection présidentielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2011 à 9:30 :
Mon désespoir et mon angoisse sont tels ,s'agissant de notre déclassement social , que j'en ai oublié l'orthographe dans mon message précédent ; veuillez excuser cette perte momentanée (ou définitive) de repères.
a écrit le 14/08/2011 à 7:35 :
l'ère de la décroissance arrive ! allons batifolez tout nus dans la forêt ! oublions nos acquis sociaux et la philosophie des lumières. L'ultra libéralisme va se charger de nous rappeler comment fonctionne la loi de la jungle .
a écrit le 13/08/2011 à 6:57 :
Je propose une forte hausse des impôts des ménages les plus fortunés auxquels nos différents gouvernements ont fait de gros cadeaux depuis 25 ans.
Je propose également la diminution des rémunérations et retraites et avantages de tous nos élus . Et également des ambassadeurs, des très hauts fonctionnaires, des artistes du cinéma, des footballeurs, des traders, des commerciaux......et une vraie redistribution des richesses, cela servira la croissance et permettra d'éviter la création de bulles spéculatives. En effet, beaucoup de gens fortunés ne savent plus quoi faire du trop de fric qu'ils ont accumulé alors que dans le même temps trop de gens sont pauvres.
a écrit le 12/08/2011 à 14:45 :
nous proposons au gouvernement
hausse tva 6,56 %
minorations des retraites de 42% au dela de 1000 euros
tva luxe (hifi,tv,voiture) 33%
bloquage smic 4 ans a 960 euros net
a écrit le 11/08/2011 à 9:42 :
faut augmenter la TVA de 2 ou 3 points !
Réponse de le 11/08/2011 à 14:23 :
soit mais trop de taxes tuent la consommation et moins de consommation = moins de rentrées fiscales !!
a écrit le 10/08/2011 à 12:40 :
Mm y a du bon et du très mauvais:

Reforme fiscale :
-Sur les Revenus :on est tous plus ou moins d accord qu'il faut revenir a plus de justice et d'équité, un point n a pas été soulevé notre IRPP est un des seul a compter l impôt par foyer et par part, et a ouvrir droit a déduction par enfant (demi part) tout les autres l impôt se calcule par "tête" ca va choquer mais on a donc une double subvention cachée d'une on déduit une demi part dans son revenu et de l autre l état verse la CAF....donc soit on supprime "cet avantage" en établissant une imposition par personne, soit on réintègre ces prestation sociale au revenu....
Etant entendu qu on fait de meme pour toutes les prestations sociales.
On Rajoute une tranche inférieur a l'irpp et 2/3 supérieur pour que l impôt soit vraiment progressif, et outre les revenus du travail et locatif il va de soit qu on y inclus stock option, dividendes, prime diverse et variée, retraite chapeau.... Eh oui l?équité c?est que tout le monde participe même si c est 10 euros par mois.


-Sur l?immobilier : étant entendu que la résidence principale est moins taxées, sauf en cas de revente ou la plus value sera elle aussi taxées de manière progressive, cela aura pour conséquence de limiter l?inflation immobilière des dernières années.
Par contre il n?en est rien sur les résidences secondaires qui seront taxées plus lourdement, et encore plus sur le speculatif-locatif ou la on stoppe toutes les niches et subvention, ça n?est pas à l Etat de subventionner votre revenu complémentaire car aujourd?hui non seulement on déduis de ses impôts, mais on touche des aides (PTZ?) pour faire construire et comme les loyer sont hauts l état subventionne la location par les APL>>>> STOP

-Sur le patrimoine financier et sur les transaction : intégration de la taxe Tobin, et la c?est bizarre meme les plus réticents des politiques et économistes ils y a quelque mois y viennent peut a peux. Taxations des stocks options, des titres, de l assurance vie?.

-Sur les Entreprises : Fin de la « prime au E du CAC » comme total qui ne paie pratiquement pas d?IS, suppression de l avantage qui permet à ses grand groupe de déduire les plus gros salaires de leur imposition.
-Subvention fiscale aux seuls secteurs qui créeront les emplois de nos enfants.
-Favoriser les secteur énergétiques qui nous rendront vraiment indépendant (le nucléaire est bien un « Faux amis » vu qu on doit acheter le combustible)
-Fin de la TVA à 5,5% dans la restaurations, ils n?ont joué le jeu ni au niveau de la création d?emploie ni au niveau des prix. D autant plus que si vous consommez Fast Food faite l expérience (je l ai fait perso) si vous consommez sur place TVA 19,6 et TVA 5,5 si vous prenez à emporter.
Idem pour les travaux ou on constate les même choses sur les prix et l?emploie
Fin de la défiscalisation des Heures supplémentaire pour les Entreprise (Cadeau du dupe pour le salarie qui lui l?inclue à son IRPP)

Pour la réduction des dépenses :

Bien sur qu?il faut traquer la fraude, c?est certain, c?est même une évidence, et sous toute ses formes (Travail au noir, non paiment des taxes?.)
Pour les Députés/Sénateur : en réduire le nombre n est pas forcement la solution, par contre applique réellement le non cumul de mandat, et pour ceux qui siégent dans les Chambres déduire de leur salaire les jours d absence
Pour le Fonctionnement du Pays : bien sur supprimer ce système a étage qu?est Commune/Collectivité de Commune/Conseil Général/Conseil Régional?.Ca limitera l?emploi de copain/conjoint(e)
Faire un audit global des ministères et de la fonction publique d état pour traquer les secrétariat d?état et autres fondations inutiles qui grèvent d?autant le budget national.
Concernant les travaux publics, rendrent en partie responsable sur leur fonds propres et sur les fonds des communes qu?ils administrent et le maître d??uvre (souvent un copain la aussi) les construction mal conçues donc qui ne servent a rien : Parking trop étroit, Pont qui ne débouche sur aucune route?.
Publication au JO des comptes des communes/régions/Etat avant et après chaque législature, la encore pour responsabiliser les élus qui confondent bien trop souvent leur compte perso et le compte de la commune/région/ministère
Bien sur fin des voyages fastueux dans des pays de rêve avec toute la famille pour les G8, G7, G20?. MR ou Mme le ministre y va seul, sur un vol Air France, pas besoin d affréter un jet prive au frais de l état, le conjoins et les enfants veulent venir ils payent leurs billets/hôtels?.
Déjà la on se rendra compte que l?argent public gaspillé n?est pas du côté des professeur, flics ou gendarmes, infirmiers?. Qu?on dégraisse pour soit disant faire des économies
a écrit le 10/08/2011 à 11:53 :
Et encore bravo à tous ....
Réponse de le 10/08/2011 à 20:32 :
Brodenik que dire sauf Bravo, même sur le Titanic l'horcestre à joué jusqu'au bout du naufrage.
a écrit le 10/08/2011 à 10:47 :
quel est le président qui a dépensé sans compter tout en se mettant en posture de critiquer la dépense excessive ?
Quel est le président qui , sous Gouvernement Balladur a déjà participé à la mise en Place d'un grand emprunt de plus 1000 milliards de francs en 1993 et qui recommence ce jour avec son grand emprunt ? Quel est le président qui a persisté à vouloir réaliser son nouvel emprunt de relance de 30 milliards d'euros alors que les problèmes de crises de refinancement étaient déjà dans les tuyaux ?
et on voudrait nous faire croire qu'il s'agirait de l'homme providentiel pour la prochaine élection ? Il ne faudrait pas oublier qu'après son voyage privé aux U.S.A en 2003, ledit monsieur, alors ministre des finances, a fait vendre le stock d'or de la Banque de France ( réserve de change) pour du dollar qui a coûté lors de la vente plus d'un milliard aux contribuables français du seul fait des effets d'annonces.... Je ne chiffre même pas le manque à gagner qu'il y a ce jour compte tenu de la variation du prix de l'or et de la déconfiture du dollar.......
Pour un visionnaire , c'est un visionnaire.

Maintenant, les agence de notation américaines s'invite au débat politique en France en affirmant que le régime des retraites est intelligent et que la politique dudit président est bonne. Si ça n'est pas une tentative d'influence, de quoi s'agit-il ?

Maintenant, M. Sarkozy voudrait s'ériger, à un an des élections présidentielles, comme le champion de la gestion budgétaire, comme l'alternative incontournable ?

après avoir mis la France dans la M... il voudrait lui torcher le derrière ?

C'est vraiment trop.
Réponse de le 10/08/2011 à 20:37 :
r421 qu'à t'on fait pour les présidents qui ont préçédès M.Sarkozy, on se demande si parfois on ne comprends pas une bonne foie pour toute qu'à chaque élection qu'à t'on fait çe que vous dites si bien.
a écrit le 10/08/2011 à 9:56 :
Mise en place d'une véritable coordination budgétaire communautaire (la conjonction lutte contre l'inflation et lutte contre le chômage ne vont pas forcément de paire), ajustement de la CSG des retraités sur celle des salariés, ajustement de la TVA dans la restauration, ajustement de la TVA dans le bâtiment, réforme du crédit impôt recherche (bizarrement surutilisé par le secteur bancaire), relèvement de la TVA de 0.4 point pour atteindre 20%, rétablissement des niches fiscales pour le travail à domicile (sinon, augmentation de l'économie souterraine), réforme des aides aux entreprises, diminution des aides fiscales et autres exonérations faites aux entreprises, taxation des entreprises qui opérent sur le sol français et sont basées au Luxembourg (Ebay, Google par exemple), réforme des paradis fiscaux (dont le Luxembourg), mise en place de mécanisme d'ajustement entre régions riches (IdF, Normandie, Alsace) et régions "pauvres", mise en place de barrières tariffaires (droits de douanes sociaux) pour les importations de pays à bas coûts (Chine notamment), mise en place d'une véritable politique industrielle basée sur les hautes technologies en collaboration avec les pôles d'excellence, mise en place de zones franches technologiques, développement de l'artisanat, maîtrise accrue des dépenses de santé (notamment la branche vieillesse)

Autant de petites recettes qui pourraient être utiles pour favoriser la baisse des déficits et de la dette.

++
a écrit le 10/08/2011 à 8:41 :
Cela viendrait-il à l'idée des politiques de faire un budget avec 1% de bénéfice pour rembourser la DETTE ???
Réponse de le 10/08/2011 à 9:42 :
M'enfin ? Tu n'y penses pas ? Comment vivraient les politiques s'ils se mettaient a gérer l'argent qu'on leur confie ? Ils ne pourraient plus prétendre que k'autre fait mal son boulot. Ils montreraient qu'on n'a plus besoin d'eux, et surtout, ils ne pourraient pas tenir le peuple par les c.... Non ! Francehement ! Plomber la Nation, il n'y a que cela de vrai pour un politique. Il est même formé pour cela, parce que sinon, naturellement, c'est impossible d'etre aussi mauvais.
Réponse de le 10/08/2011 à 10:59 :
Et le plus amusant, c'est que les gouvernements vont devoir le faire. L'inflation - qui ne peut pas tout - et la croissance - anémique - ne feront pas l'ensemble du travail. Mais il faut leur laisser un peu de temps, ils n'ont pas l'habitude. Faire de la dette en se justifiant par la croissance futur étant devenu une forme de la culture politicienne...
a écrit le 10/08/2011 à 8:08 :
Moins de cadeaux fiscaux électoralistes en veille d'élection je ne crois pas le gouvernement capable de le faire à entendre le discours du président : on ne touchera pas aux 3 Mds donné à la restauration, on ne touchera pas aux exonérations de cotisation sociale pour les grandes entreprises (primes, plus-value à l'étranger...). Déjà on pourrait remonter la TVA à 19,6 pour la restauration qui n'a pas joué le jeu n'importe quelle justification on cherche à trouver ; pour plus d'équité y compris à la restauration rapide qui était à 5,5 et appliquer le taux de TVA des DOM-TOM (7,6) en lieu en place du taux de TVA réduit 5,5 % sur tout ce qui n'est pas nourriture et médicament. Enfin soumettre aux cotisations sociales et retraites la prime sur les dividendes... pour qu'elle ne détourne pas les salaires.
a écrit le 10/08/2011 à 7:52 :
Moins de cadeaux fiscaux électoralistes en veille d'élection je ne crois pas le gouvernement capable de le faire à entendre le discours du président : on ne touchera pas aux 3 Mds donné à la restauration, on ne touchera pas aux exonérations de cotisation sociale pour les grandes entreprises (primes, plus-value à l'étranger...). Déjà on pourrait remonter la TVA à 19,6 pour la restauration qui n'a pas joué le jeu quelques justifications qu'on cherche à trouver ; pour plus d'équité y compris à la restauration rapide qui était à 5,5 et appliquer le taux de TVA des DOM-TOM (7,6) en lieu en place du taux de TVA réduit 5,5 % sur tout ce qui n'est pas nourriture et médicament. Puis plafonner les niches fiscales des entreprises pour éviter que certaines comme Total se retrouvent avec aucun impôt ou presque à payer. Un plafonnement en fonction du pourcentage de bénéfices ? Enfin soumettre la prime aux dividendes aux cotisations sociales et retraites.
a écrit le 10/08/2011 à 7:24 :
La France doit faire des économies et créer de nouvelles recettes : ECONOMIES plafonner les retraites à 1 800 euros --- stopper les travaux publics intutiles, stopper la construction des ronds points fastueux, stopper le regoudronnage des terre pleins ou personne ne roule jamais, stopper les aménagements luxueux des villes, arreter de rétrécir les routes parce que ca gene les professionnels de la route et ca leur fait perdre de la productivité --- RECETTES : supprimer toutes les niches fiscales, stopper les aides à l'ILE de la REUNION ou s'entassent des fraudeurs en métropole qui vont ensuite bénéficier des aides à la Réunion ... TAXER l'immobilier spéculatif 33% de TVA sur le neu et la revente (payées par l'acaheteur) + 8% de taxes locales sur la valeur marchande des biens + 16 % de plus value sur toutes les reventes (payées par les vendeurs) --- LES MILLIARDS indispensables pour redresser la France seront disponibles ...
Réponse de le 10/08/2011 à 8:39 :
C'est excellent comme recette.. Je doute cependant que cela ne produise autre chose que du Gloubi-Boulga :-)
a écrit le 10/08/2011 à 7:22 :
LErepas du jour à 5% ok mais après c'est un luxe donc tva 19,5 .subventionner les heures sup aberrant en période de crise et surtout une injustice(egalite).subventionner la prime de 1000 euros une injustice les salaires seront détournés à son profit. deputés et sénateurs approuvent la suppression d'un fonctionnaire sur deux alors qu'il se l'applique.sarkosy affrête mini deux avoins pour aller a bruxelles etc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :