La gauche réformera-t-elle le luxueux train de vie du Sénat ?

 |   |  382  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Rémunération, indemnités, avantages en nature... Les sénateurs jouissent de nombreux avantages coûteux.

« La démocratie a un prix » aime à dire Gérard Larcher, président UMP du Sénat (au moins jusqu'au 1er octobre) à ceux qui dénoncent le train de vie des sénateurs. Certes, l'indépendance du pouvoir législatif passe, notamment, par les moyens financiers mis à sa disposition. Le budget global du Sénat est de 346,178 millions d'euros, dont 327,694 millions de dotation de l'État. Le premier poste de dépenses (38 %) est constitué par les rémunérations des 1.140 fonctionnaires et 48 contractuels. Le prix de la qualité du travail législatif. Mais d'autres dépenses sont moins justifiées, comme la location d'appartement de fonction de prestige dans le quartier du Luxembourg, l'un des plus cher de Paris. Gérard Larcher a commencé une « rationalisation » mais la nouvelle majorité de gauche ira-t-elle au-delà ?

À quel titre, tel ancien président du Sénat ou tel haut fonctionnaire de l'Assemblée, doit-il disposer d'un appartement de plusieurs centaines de mètres carrés ? Est-il normal que tous les sénateurs disposent d'une carte de transport gratuite valable sur tout le réseau d'Île-de-France ? Côté rémunérations, un sénateur bénéficie d'une indemnité de base mensuelle de 5514,68 euros, à laquelle s'ajoute diverses « indemnités », portant le total brut mensuel à 7.100 euros. S'ajoute à cela une indemnité « représentative de frais de mandat » de 6.240,18 euros mensuels, non imposable, et 7.548 euros correspondant à la rémunération mensuelle de trois assistants à temps plein.

Le règne de l'opacité...

Quant au régime de retraite, même réformé de nombreuses fois, notamment par Gérard Larcher, il reste très généreux. La retraite peut être touchée à 62 ans. Les cotisations sont passées de 9,5% à 10,55% de l'indemnité de base. Le dispositif de double cotisation a été remplacé par un régime complémentaire par point. Résultat, un mandat donne droit à une pension mensuelle de 1.932 euros ; deux mandat à 3.096. La pension moyenne atteint... 4.644 euros. Et que dire encore de cette « réserve parlementaire » dans laquelle peut puiser un sénateur pour financer « une bonne oeuvre » dans son département. Le règne de l'opacité... La majorité de gauche devra s'atteler à un sacré travail de clarification.

* À lire, l'excellent ouvrage de Françoise Cariès et Suzette Bloch « La bataille du Sénat » (Robert Laffont, 210 pages, 19 euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2014 à 15:50 :
LE SENAT ET INUTILE IL Y A DES ECONOMIES A FAIRE
PARLONS AUSSIS DES 5500 GENERAUX ( actifs+retraites)
et j en passe la liste serait trop longue.
a écrit le 17/06/2012 à 18:08 :
premiere économie supprimer le sénat qui ne sert plus à rien .
a écrit le 03/10/2011 à 4:37 :
Dénoncer la carte de transport gratuite ça frise le populisme. Si seulement ils prenaient les transports en commun.....
a écrit le 30/09/2011 à 13:11 :
Il serait étonnant que les Sénateurs Socialistes fassent des restrictions dans ce domaine ;je n' ai jamais vu ceux-ci cracher sur les salaires lorsqu'ils étaient au gouvernement,tant lors de la Présidence de Mitterrant,que dans les autres sous la Présidence de Chirac et le Ministre de la culture sous les ordres de Sarkozy à ce que je sache il perçoit ses appointements sans restriction
a écrit le 28/09/2011 à 11:18 :
Pourquoi pas un referendum pour savoir ce que veulent les citoyens:Exemple pour le train de vie de l état ou peu etre a connaitre aujourd hui si nous voulons toujour du sena!Ou méme le systéme de retraite de nos politiques s il ne faut pas au même régime que le privée..des exemples?
a écrit le 28/09/2011 à 11:11 :
Seulement 3 jours qu ils sont là et..................................................................... Toujour pas de réforme!Je pense qu ils cherchent encore leurs siéges!
a écrit le 28/09/2011 à 10:25 :
Et c'est les mêmes qui voulaient taxer les "bénéfices" des caisses d'épargnes ....
Quant au caractère "démocratique" de cette assemblée élue par des notables, dont certains ont une utilité publique plus que discutable (les conseillers généraux, pour ne pas les nommer), ....
a écrit le 27/09/2011 à 21:30 :
je ne crois pas que la gauche,change quoi que ce soit dans ce systeme,car mitterand a relancer sous son regne,quelques avantages,qu'avait suprimer,de GAULLE,et donc maintenant,ils onts pris de mauvaises habitudes,et puis ce n'est pas grave,on paye...
a écrit le 27/09/2011 à 21:00 :
Ils voulaient réformer le train de vie du Sénat quand ils n'avaient pas la majorité. Maintenant qu'ils l'ont faut pas réver.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :