La "prime dividendes" : un cadeau qui fait pschitt

 |   |  522  mots
Copyright Reuters
Selon Towers Watson, elle s'élève à 200 euros en moyenne. Les sociétés concernées par ce dispositif voulu par Nicolas Sarkozy doivent conclure avant la fin du mois.

Chez Securitas, 3,50 euros par salarié, 24 euros selon les calculs des syndicats chez Ipsos France, rien du tout chez BPCE selon les syndicats, qui dénoncent le fait que la société n'est pas éligible au dispositif d'après la direction du travail... La « prime dividendes » ou « prime de partage des profits » ne suscite guère l'enthousiasme escompté par le gouvernement lorsqu'elle a été créée.

Certes, le PDG de Securitas France, Michel Mathieu - interpellé par le ministre du Travail, Xavier Bertrand, qui qualifiait le montant de la prime proposée de « ridicule et dérisoire » - a admis que c'était une « aberration », avant d'ajouter que c'était conforme à la loi, compte tenu de l'« augmentation de dividendes extrêmement faible ».

Certes, le directeur général d'Ipsos France, Yannick Carriou, a rappelé que « la direction n'a jamais proposé de prime de 24 euros » mais « qu'une participation dérogatoire [le principe est prévu dans la loi, Ndlr] était en négociation avant l'été avec le comité d'entreprise » et qu'il avait proposé « d'augmenter de 30.000 euros la somme allouée à la participation ». Mais rien n'y a fait. Les syndicats d'Ipsos France ont divisé cette somme par le nombre de salariés à savoir 1.200 et obtenu les fameux 24 euros. Ceux de Sécuritas pointent la circulaire qui ne prévoit certes aucun montant minimum, mais dit « qu'il ne saurait être purement symbolique ».

Négociations délicates

Ces exemples qui suscitent la grogne illustrent les délicates négociations en cours dans les entreprises concernées par cette prime obligatoire, à savoir celles comptant plus de 50 salariés ayant versé un dividende en progression par rapport à la moyenne des deux années antérieures. Et ce d'autant que les salariés et leurs représentants syndicaux ont en tête la somme de 1.000 euros, évoquée par le gouvernement au printemps denier. Les 4 millions de salariés potentiellement concernés par cette prime risquent donc de déchanter.

D'autant que le temps presse. Les entreprises doivent en effet conclure les négociations avant le 31 octobre. Faute d'accord, l'employeur décidera unilatéralement du montant de la prime, qui est exonérée de charges sociales jusqu'à un plafond de 1.200 euros. Un montant quasi inatteignable. Il y a peu, Xavier Bertrand évoquait des montants compris dans une fourchette allant de 150 à 600 euros, une récente étude de Towers Watson fait, elle, état de montants plus faibles. Réalisée entre le 21 et le 30 septembre, l'enquête montre ainsi que le montant envisagé est en moyenne de 200 euros (il oscille selon les entreprises entre 100 et 450 euros). « In fine, conclut Sofia Kettani, responsable de l'activité conseil en rémunération chez Towers Watson, compte tenu des montants versés, cette disposition aura un impact marginal et ponctuel sur le pouvoir d'achat des salariés » mais « risque de considérablement limiter la marge de manoeuvre des employeurs en termes de politique salariale dans les mois qui viennent puisqu'elle aura consommé, pour 1/3 des entreprises, entre 1 et 2 % de la masse salariale, ce qui est très significatif lorsque l'on sait que le budget d'augmentations salariales prévu par les entreprises pour 2012 est de 2,8 % ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2011 à 9:43 :
c'est sympa de décider de faire un cadeau dont c'est quelqu'un d'autre qui en paye le prix. si le gouvernement veut faire un cadeau qu'il le fasse avec l'argent de l'état c'est à dire du contribuable + de l'emprunt et non avec l'argent des entreprises qui ont d'autres chats à fouetter que d'appliquer une mesure de rémunération qu'elles payeraient mais n'auraient pas décidées elles même.
Réponse de le 13/10/2011 à 12:10 :
Quand c'est l'état qui paye c'est au final le contribuable qui paye.
a écrit le 13/10/2011 à 9:06 :
Faut dire que c'était un peu facile : le gouvernement français qui dit aux gens : "je vais vous donner de l'argent pour votre pouvoir d'achat" et qui demande ensuite à quelqu'un d'autre (les entreprises en l'occurence) de payer ... c''était astucieux comme manip, mais ca ne pouvait pas trop marcher :-). Un peu comme si je disais à mes enfants "vous allez avoir plein d'argent de poche pour vous acheter des bonbons" et que je demande à leur tonton de leur filer les sous sans lui avoir demandé s'il était d'accord. Perso, j'aurais pas osé MDR ....
a écrit le 12/10/2011 à 14:10 :
toujours pareil. Il faut accepter une fois pout toute que toute action d'un gouvernement concernat les salires n'est qu'un feu de paille.
Nous sommes dans une année électorale et cette IMBECILTE très française de faire croire que l'on peut distribuer l'argent des entreprises est est un système politique qui n' rien déconomique. Les politiques sont plus des filous que des gens responsables plus aptent à faire voyager des valises ou a créer des micropartis pour détourner la loi que des personnes responsables.Pour faire de la politqiue il faut vant tout ne pas répondre aux bonnes questions faire croire!!!!! que l'on compétent et enfin trouver le filon pour faire rentrer del'argent dans les partis et se servir des finances publiques pour améliorer ces fins de mois, exemple typique la prime de 1900? par mois pour 3 heures de présence de nos chers sénateurs les nantis de la Républqiye dont le budget est soumis A AUCUN CONTROLE voilà pour la grande majorité de nos politiques tout en "gueule" mais pas en efficacité
a écrit le 12/10/2011 à 13:41 :
heureusement le ridicule de tue pas !! sinon cela ferait longtemps que notre gouvernement serait mort !!!
a écrit le 12/10/2011 à 12:29 :
Une nouvelle loi stupide démagogue et inégalitaire qui se termine par un fiasco.
N Sarkosy et Bertrand en sont pour leurs frais.
Ils pourront s'indigner , rejoint par L Wauqiez, le spécialiste de l'indignation, mais au lieu de vouloir gérer les entreprises, il devraient s'occuper des finances publics, ce pour lequel ils sont élus.
Réponse de le 12/10/2011 à 17:16 :
Tu m'as bien fait marrer avec wauquiez specialiste de l'indignation.C clair c'est le plus grand indigne de la planete,enorme.A chaques sorties,avec son air grave,il est scandalise par tout et surtout par ce qu'il ne comprend pas ou ne maitrise pas. Merci de m'avoir apporte une petite rigolade(quelques secondes) en cette journee moins marrantes.Thanks
a écrit le 12/10/2011 à 11:59 :
Sarko a le don de transformer en M.... tout ce qu'il touche!
a écrit le 12/10/2011 à 11:56 :
Etre salarié c'est échouer dans la vie, rien à ajouter.
Réponse de le 12/10/2011 à 13:23 :
Si échouer dans la vie c'est ne pas avoir d'argent C FAUX !! Tout le monde sait que les petites rigoles donnent des ruisseaux qui donnent des rivières qui donnent de puissants fleuves !!!
DONC on peut commencer petit salarié et finir INVESTISSEUR AISE.
Mais pour cela il faut être vaillant et travailler et SURTOUT avoir un BUT PRECIS et un plan de bataille !!!
a écrit le 12/10/2011 à 11:47 :
au lieu d'instaurer cette prime, on aurait mieux ft de distribuer le 1% CE aux salaries ! ( sauf si les syndicats sont contre car ils ne pensent qu'a se remplir les poches sur notre dos)
a écrit le 12/10/2011 à 11:00 :
Bah tout le monde sans exception sauf le gouvernement savait exactement ce que serait cette prime ! tout le monde en riait et personne ne comptait dessus sachant que son montant au mieux serait ridicule et même offensant pour la dignité des salariés.
Réponse de le 12/10/2011 à 13:23 :
Ou ce qui serait donné d'une main serait repris de l'autre.
a écrit le 12/10/2011 à 10:40 :
sg
a écrit le 12/10/2011 à 10:39 :
Je travaille au sein de la banque verte et comme par hasard, les dividendes n'ont pas augmenté depuis ces 3 dernières années..et donc nous ne sommes pas concernés..enfin je n'y croyais pas dès le départ et si ils nous avaient versé cette prime ils auraient surement diminué l'interessement..donc encore un texte de loi completement inutile..l'incompétence étatique m'impressionne et m'inquiète..vivement 2012..mais pas pour les éléctions..plutot pour la fin de ce monde qui tourne à l'envers.
a écrit le 12/10/2011 à 10:37 :
il faut pardonner les dirigants de sécuritas ils ne savent pas la valeur de l argent je pense que pour finir ils vont nous proposer un pin's securitas et on en parlera plus
a écrit le 12/10/2011 à 9:36 :
il y a pas que Securitas, chez RANDSTAD France la Direction a decide de distribuer moins de 3 euros. Derisoire non?
a écrit le 12/10/2011 à 9:14 :
cette histoire de 1000 euros de prime de dividendes n'était en fait qu'une galéjade comme on dit à marseille, mais les français prennent tout au premier degré. A La prochaine annonce de notre penseur universel, et ça ne saurait tarder, il faut espérer qu'enfin ils sauront faire la part des choses, entre l'intox et la véritable information.
a écrit le 12/10/2011 à 7:54 :
...et un fiasco de plus, un!
a écrit le 12/10/2011 à 7:51 :
Plutôt que de réagir en antisarkozystes aussi primaires que doctrinaires, voilà bien de quoi réfléchir à une vérité incontournable : Le profit doit être réalisé pour être distribué. Pas de bénéfices, pas de bonus ! CQFD.
La conjoncture aidant, peut-être l'opinion sera-t-elle sensible au message selon lequel plus les temps sont difficiles plus il faut retrousser ses manches et travailler, plutôt que de réclamer toujours plus. Il n'a jamais été aussi vrai que pour gagner plus il faut travailler plus. D'autant qu'avec sa sur-taxation, le capital n'est pas épargné.
Réponse de le 12/10/2011 à 9:20 :
la promesse en question a été faite en pleine crise, votre argumention ne tient pas debout. Vous parliez de doctrinaire, c'est sans doute en connaissance de cause. Quant au "travailler plus pour gagner plus" c'est encore une formule creuse, car elle n'a de sens que dans la mesure où il y a du travail. Combien avons nous de chômeurs ? et je ne parle pas des travailleurs pauvres, ceux qui sont astreints à un travail temporaire ou à un temps partiel car il n'y a pas suffisament de travail pour les occuper à plein temps.
Réponse de le 12/10/2011 à 10:01 :
vous ne démontrez rien Claudec,
par contre que de bâtons pour se faire battre Sarko n'a que ce qu'il mérite , une critique difficile à ne pas faire!
Réponse de le 12/10/2011 à 10:26 :
On a tellement menti à l'opinion en lui faisant croire que l'argent pousse sur les arbres que le réveil en 2012 sera douloureux...
a écrit le 12/10/2011 à 7:47 :
Dès le départ de cette proposition de notre enfumeur de première, je n'y ai pas cru comme ça je n'ai pas de regrets!!!
a écrit le 12/10/2011 à 7:40 :
N Sarkozy aurait dû promettre la prime de 1000 euros aux fonctionnaires.Elle serait payée et on en parlerait plus.
a écrit le 12/10/2011 à 7:30 :
Je remarque que les salariés ont leur SALAIRE, ils doivent lutter pour une augmentation et s'ils ne sont pas contents ils n'ont qu'à dimissionner et aller travailler ailleurs.
Les bénéfices sont UNIQUEMENT à partager entre les actionnaires, ce sont eux qui prennent les risques financiers et qui investissent et non les salaries. Exemple les petits porteurs de DEXIA aujourd'hui sont RUINES, de même les salariés-actionnaires de STE GENERALE en voulant jouer aux actionnaires ont perdu au minimum 60 à 70 % de leurs economies !!!!
CHACUN DOIT JOUER SO ROLE A SA PLACE ET ARRETER DE VOULOIR TOUT ET N'IMPORTE QUOI !!!!!
a écrit le 12/10/2011 à 7:25 :
c'est ce qui arrive quand on promet avec l'argent des autres et qu'on n'a pas mesure les consequences
a écrit le 12/10/2011 à 6:53 :
Comme tout ce qu'il a promis, et qui n'était que mensonges et poudre aux yeux. En matière d'enfumage, c'est un champion, et matière sociale un nain menteur. Qu'on le chasse comme un malpropre en 2012, et même avant , si un juge arrive à le coincer sur une des affaires en cours...
Réponse de le 12/10/2011 à 10:25 :
Enfumage non mais promesse décevante car irréaliste.

N'importe quel comptable ou patron de TPE PME aurait pu le dire à nos énarques qui confondent la TPE PME du coin avec Total...Et au PS c'est encore pire !

Nos politiques sont décidement très très loin du monde du travail, du vrai et de la bonne gestion (celle où l'on emprunte pas et où l'on ne dépense pas plus que ce que l'on a)...
a écrit le 12/10/2011 à 6:44 :
a force de promettre , Sarko va ètre a court de souffle , surtout que c est touijours pour rien !!!
a écrit le 12/10/2011 à 6:38 :
une fois de plus, personne , parmi nos grands énarques et autres bac + 12, n'a pensé aux conséquences . On sort de l'argent à distribuer - en plus de la participation - comme s'il venait d'un chapeau magique ! et là, on parle des grandes entreprises, que dire d'une PME , par exemple de 100 salariés : calcul : 1 000 euros x 100 salariés = 100 000 euros plus les charges !!! est-ce qu'on peut imaginer le montant de résultats que l'entreprise aurait dû faire pour assurer une pareille dépense ??? sans parler du trou dans la trésorerie de l'entreprise ??? ce dispositif est totalement hallucinant, puisque en réalité il dépassait (dans la théorie) le montant même de la participation dans nombre de PME !! C'est vraiment trop facile de dépenser l'argent des autres !
Réponse de le 12/10/2011 à 7:36 :
Nos énarques n'ont jamais dirigé une entreprise...Ils confondent le CA avec les bénéfices et prennent toutes les TPE PME de France pour Total !
Bien sûr que le partage ne peut pas être de 1000 ? par salarié, pratiquement aucune entreprise ne dégage assez de bénéfices pour sortir une telle somme à moins de vider ses comptes et de ne plus investir !!!
Qu'on laisse les entreprises gérer et payer leurs salariés au mérite, à la participation comme elles savent le faire.
Si l'Etat veut aider, qu'il baisse donc les charges hallucinantes pour faire remonter les salaires net !
Réponse de le 12/10/2011 à 7:59 :
Entre 1000 euros et 3.50 euros, il y a peut être un juste milieu non ?????????????
Réponse de le 12/10/2011 à 10:17 :
@marc3333 : il y a déjà la participation. Les salariés sont payés via leurs salaires. La prime était une erreur qui déçoit parce qu'elle n'était pas réaliste. C'est méconnaître totalement la TPE PME que de penser qu'elle peut dégager 1000 euros (même 350 euros) par salarié sur ses bénéfices.
Le système le plus adapté est les stock options mais on l'a interdit et on en a fait un système pour les très haut cadres dirigeants...
a écrit le 12/10/2011 à 6:30 :
Étonnant ? Non ! Prévisible !

On vote des lois qui vont à l'encontre de la logique comptable et on s'en étonne ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :