Etudiants étrangers : un enjeu économique pour la France

Malgré les résolutions de litige au cas par cas, sur le fonds, les diplômés étrangers de haut niveau se heurtent toujours au zèle de l'administration depuis la circulaire Guéant-Bertrand du 31 mai 2011. Pourtant, les économistes sont unanimes, ils sont un plus pour l'avenir économique de la France.

5 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le gouvernement avait-il mesuré les éventuelles conséquences désastreuses sur l'économie du pays en publiant le 31 mai dernier la fameuse circulaire Guéant-Bertrand, du nom des deux ministres signataires ? Le ministère de l'Intérieur a beau répéter que ce texte ne fait que répéter les termes de la loi de 2006 relative à l'immigration et à l'intégration, sur le terrain, le zèle sans faille de certains préfets et de leurs administrations a conduit à une situation dramatique depuis la rentrée (latribune.fr du 22 septembre 2011) : de nombreux diplômés étrangers de haut niveau non ressortissants de l'UE (masters 2 d'universités, grandes écoles parmi les plus prestigieuses), souvent préembauchés par les plus grandes entreprises internationales (cabinets de conseil notamment), essuient des refus à leur demande de changement de statut (CDS), sésame nécessaire pour pouvoir signer un contrat de travail.

Motif : les recruteurs doivent privilégier les diplômés français sauf sur les métiers dits "en tension". A cela s'ajoute une liste des métiers ouverts aux étrangers non européens plus restreinte depuis cet été (et interprétées parfois librement) et des conditions de ressources nécessaires à l'obtention d'un titre de séjour étudiant plus élevées (620 à 770 euros contre 460 auparavant).

Traitement en back-office

Après des semaines d'agitation médiatique et la mobilisation des intéressés (étudiants constitués en "Collectif du 31 mai", recruteurs, grandes écoles, universités, politiques), le gouvernement a fini par consentir à un règlement "au cas par cas" des dossiers jugés "difficiles". Le Premier ministre s'est, le 22 novembre, fendu d'un courrier aux représentants de l'enseignement supérieur (conférence des présidents d'université, conférence des grandes écoles, conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieur) afin de "dissiper les malentendus et les inquiétudes que certaines interprétations et modalités d'application avaient pu faire naître parmi les établissements, les étudiants et les diplômés étrangers ainsi qu'auprès des entreprises qui souhaitaient les recruter".

Une formulation quelque peu compliquée qui exprime bien la gêne des institutions - et des entreprises - face à un sujet encore considéré comme "tabou" puisqu'il touche à l'immigration. En cette période préélectorale, le gouvernement a de fait durci sa politique en la matière ces derniers temps, notamment à l'égard de l'immigration professionnelle et régulière. "Nous ne voulons pas de politisation. Cela pourrait raidir la situation. Nous avons préféré un traitement en "back office"", admettait récemment Pierre Aliphat, délégué général de la conférence des grandes écoles (CGE) lors d'un débat organisé mardi dernier à l'ESCP Europe par l'Atuge (association des Tunisiens des grandes écoles). D'ailleurs, dans sa lettre, François Fillon rappelle certes les objectifs de rayonnement international de l'enseignement supérieur et de la recherche français, de compétitivité des entreprises nationale mais aussi ceux de "maîtrise de l'immigration visés par le gouvernement".

Dans ce contexte, le règlement des "cas difficiles" et le traitement comptable qui en est fait (202 dossiers solutionnés sur 600 selon Pierre Aliphat) est loin de régler le fond du problème. Ce lundi, plusieurs associations et syndicats (Ligue des Droits de l'Homme, SOS Racisme, Mrap, FSU, Unef , Collectif du 31 mai, CGT...) ont à nouveau manifesté pour demander l'égalité de traitement" entre salariés et étudiants français et étrangers. Car à long terme, c'est bien l'attractivité de la France sur le "marché" international de l'enseignement supérieur et de la recherche qui est en jeu. Ce qu'avait vanté en mai dernier lors du G8-G20 Valérie Pécresse, alors rue Descartes, et Alain Juppé, aux Affaires étrangères, en déclarant vouloir "les meilleurs" étudiants étrangers...

De son côté, pour faire face à la concurrence croissante des pays asiatiques dans cette bataille de la matière grise, la CGE avait indiqué en 2010 la nécessité pour la France de tripler le nombre de ses étudiants étrangers. En 2015, la population mondiale étudiante aura en effet doubler à 200 millions, dont les deux tiers dans les pays émergents (55 millions pour les seules Chine et Inde). Or, si la France accueille toujours plus d' étudiants étrangers (284.659 en 2010-2011, soit 12% de ses étudiants), elle a perdu sa troisième place comme pays d'accueil en 2009 au profit de l'Australie, selon les derniers chiffres de Campus France.

Obtenir des travailleurs qualifiés

Pour le démographe François Héran, qui pointe la main mise de l'Intérieur sur la politique migratoire des autres ministères, le revirement gouvernemental, qui préconisait encore au début de l'année d'accueillir plus d'étudiants étrangers, "cette politique peut faire fuir les étudiants en mobilité vers d'autres pays, notamment anglo-saxons, alors que la vrai logique, a fortiori en période crise, est bien de "recruter des compétences économiques". Ce qui manque justement, l'immigration de travail ne pesant finalement que 10% de l'immigration totale en France et le flux d'étudiants étant plus de deux fois plus élevé. Preuve qu'une majorité d'étudiants étrangers ne restent pas en France.

"En 2007 dans les pays de l'OCDE, 68% des visas des travailleurs qualifiés immigrés sont issus de CDS d'étudiants mais ils ne sont que 25% en France, relève ainsi Lionel Ragot, professeur d'économie à l'université de Lille I et directeur scientifique au Cepii (centre d'études prospectives et d'informations internationales). Les étudiants étrangers sont donc le seul moyen pour la France de retenir ses travailleurs qualifiés." Or, résume-t-il, la politique actuelle consiste justement à limiter l'immigration que la France doit au contraire économiquement privilégier.

Lire aussi...

L'immigration peut être une aubaine pour les pays industrialisés

Recrutement d'étudiants étrangers : léger déblocage en vue

Interdiction de recruter des étudiants étrangers : le ministère de l'Intérieur persiste

Grandes écoles : les jeunes diplômés étrangers interdits de travail

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 46
à écrit le 24/12/2011 à 11:17
Signaler
Les étudiants étrangers sont une aubaine pour leur pays qui doit les accueillir à bras ouverts pour redresser leur situation économique et environnementale catastrophique avec une surpopulation dûe à une surfécondité, un chômage inchiffrable, une pol...

à écrit le 06/12/2011 à 16:50
Signaler
"Mais ne vous fâchez pas comme ça, c'était juste pour donner un peu plus de pouvoir à mes copains."

à écrit le 06/12/2011 à 16:19
Signaler
suis touché par ce circulaire et je dois quitter le territoire fin mars !! maintenant ma démarche finale C le Canada : s'il m'accepte je n'hésiterai pas au contraire suis ravi de quitter ce pays !! mais tout de même je remercie la France de m'avoir f...

le 06/12/2011 à 16:49
Signaler
Bien vu de ta part "ludo31" !!! J'en ai déjà fait l'expérience et je peux te dire que tu y seras parfaitement accueilli, ça fait 2 ans que j'y vis et la France ne me manque jamais (tout comme je ne lui manque surement pas d'ailleurs , en tout cas po...

le 06/12/2011 à 18:05
Signaler
@ludo31: bravo et comme dit "ah ces prétentieux", attention au choc culturel parce qu'au Canada, les diplômes et l'expérience des étrangers ne sont pas reconnus :-) mais je vous accorde à tous les deux le fait que le système est bloqué en France.

à écrit le 06/12/2011 à 12:08
Signaler
Mais elle est grave cette circulaire!!je suis marocain et diplômé de centrale Paris en 1998. J'ai fait ma première expérience professionnelle en France et après je suis revenu au Maroc. Aujourd?hui' hui j'aide un grosse entreprise Française à rempo...

le 06/12/2011 à 13:28
Signaler
Et au Maroc, un francais peut travailler sans visa de travail peut etre ? Si j'etudie au Maroc et que je decroche un job, je n'ai pas besoin de changer de visa et de verser quelques backchichs aux officiers pour etre sur d'obtenir le permis de travai...

le 06/12/2011 à 13:53
Signaler
@Centralien: c'est ça, inscrit ta fille au Canada parce que là-bas ils vont te dérouler le tapis :-) et c'est qui qui a payé tes études en France, pas le gouvernement marocain j'espère ??

à écrit le 06/12/2011 à 12:04
Signaler
On parle de bac+5, je parie que la majeur partie des personnes qui approuvent cette circulaire sont des diplomés du cap (cusine,btp..coiffure) donc sont normalement aigris. Si je vous di ke j'ai une offre dans une banque pour le rédynamiser le lev...

le 06/12/2011 à 12:51
Signaler
Ca fait du bien d'exprimer son agressivité et sa haine ? Allez, un suppo et au lit.

le 06/12/2011 à 13:55
Signaler
@il voit rien: c'est ça le plus étonnant: ils nous haïssent et pourtant, ils s'accrochent becs et ongles pour venir et rester chez nous :-)

le 06/12/2011 à 17:03
Signaler
Ivoiriens, marocains, tous les africains instruits, travailleurs et intelligents sont les bienvenus en France et dans nos Grandes Ecoles. C'est le souhait de tous ceux qui ont fait des études et ont eu, ont, des camarades souvent plus méritants, souv...

le 22/12/2011 à 10:08
Signaler
L'ivoirien y voit rien, ok je, ou plutôt non, il sort !

à écrit le 06/12/2011 à 11:50
Signaler
Avec cette politique à courte vue du chiffre pour faire des risettes au FN la France est en train de perdre petit à petit son image internationale pour se replier sur un pays de vieux ronchons. Si il faut contrôler les faux étudiants étrangers il fau...

à écrit le 06/12/2011 à 11:14
Signaler
"Immigration choisie": il fallait comprendre: pas de diplômés étrangers, les autres peuvent venir, surtout les illégaux... Pour la droite Sarkosienne, les étrangers doivent être au bas de l'échelle....

à écrit le 06/12/2011 à 11:03
Signaler
Il faut des quotas revus chaque année. Secteur par secteur si nous n'avons pas les compétence ou la volonté de travailler chez nous, pourquoi refuser des étrangers? La remarque xénophobe de Fabius sur le "plombier polonais" est la plus stupide qu'un...

à écrit le 06/12/2011 à 10:51
Signaler
Belle "unanimité" des soi disant "économistes" pour justifier l'immigration . Croyez vous vraiment que la France soit dépourvue à ce point pour être contrainte de faire venir des personnels qualifiés ? Si j ai bonne mémoire j ai lu il n y a pas si lo...

à écrit le 06/12/2011 à 9:39
Signaler
"France accueille toujours plus d' étudiants étrangers (284.659 en 2010-2011, soit 12% de ses étudiants)", il faudrait préciser que sur ces 285 000 étudiants, seuls 65000 proviennent de pays hors UE dont 15% de chinois, 10 % d'américain, et 8% de mar...

le 06/12/2011 à 12:22
Signaler
Ben oui qu'ils aillent ailleurs voir si cela est plus simple pour eux. On le force pas a rester. Allez travailler en Chine, Australie, USA, Canada, Russie, Algerie, Emirats Arabes, voir si la procedure d'immigration pour y travailler est plus souple ...

à écrit le 06/12/2011 à 9:10
Signaler
Critiquer la France? Je ne suis pas du genre à cracher dans la soupe et je ne critique pas la France, si je n'étais pas bien en France il y a longtemps que je serais parti. Je répète si, la donne à changer arrêter de nous vendre du rêve et d'ouvrir d...

le 06/12/2011 à 14:03
Signaler
@roy: c'est le commerce et ce n'est pas seulement en France que toutes ces écoles promettent du vent. On attrape pas les mouches avec du vinaigre :-)

le 06/12/2011 à 18:52
Signaler
@Patrickb votre dernière phrase est amusante je ne l'avais jamais entendue ;) c'est toujours agréable de voir que l'on peut rigoler avec quelqu'un même quand on a pas le même point de vue. Pour en revenir à notre débat, je ne sais pas si les autres p...

à écrit le 06/12/2011 à 8:19
Signaler
Nous créons nos richesses grâce à la spéculation immobilière,on a pas besoin de diplômés étrangers, si on pouvait aussi faire partir nos assistés de chômeurs.

à écrit le 06/12/2011 à 7:37
Signaler
Il faut bloquer l'immigration on ne peut plus accueillir d'etrangers m? bac +5 dans un pays qui compte 10 millions de gens sur le c? De plus cela constitue un dumping social les entreprises en profitent pour recruter ?as cher.

à écrit le 06/12/2011 à 3:04
Signaler
Si vous ne voulez plus de nous fermez les écoles françaises qui sont dans nos pays et autre campus france et que vos écoles arrêtent de venir nous recruter et nous dire que la France à besoin de nous parce que vous nous vendez du rêves et à la fin on...

le 06/12/2011 à 6:38
Signaler
Une personne etrangere etudie aux USA (Visa j1) alors cet etudiant etranger a l'interdiction de travailler suite a ses etudes, il doit rentrer dans son pays et demander un visa de travail aupres de l'ambassade americaine locale, attendre quelques moi...

le 06/12/2011 à 10:11
Signaler
@Reality Check, vérifiez bien vos infos svp. Avec mon J1, j'ai pu rester aux USA un an pour une première expérience professionnelle, on peut même le prolonger de 2 ans suivant les filières. Une visite à l'international students office d'une fac aux U...

le 06/12/2011 à 12:20
Signaler
La loi americaine evolue, comme la loi francaise. Mon experience date de 1999. Et oui, on peut faire un stage a la suite de ses etudes mais pas un TRAVAIL (CDI) (visa F-1 etudes qui bascule en J-1 pour effectuer un stage) mais en aucun cas on ne peut...

le 06/12/2011 à 13:10
Signaler
@Reality check, c'est vous qui devrez arrêter la désinformation. Mon expérience date de 2009 aux USA, et je parle d'un vrai travail pas de stage. Il s'agit d'une première expérience professionnelle après les études, après cette période, si l'employeu...

le 06/12/2011 à 14:07
Signaler
@Lisa: c'est absolument faux pour le Canada où il faut un visa de "landed immigrant" pour travailler. Mais, c'est en fait plus compliqué parce que le Canada ne reconnaît ni les diplômes, ni l'expérience des étrangers. Mais les illégaux existent aussi...

le 06/12/2011 à 14:22
Signaler
Un poste d'ingenieur a 1.5 le SMIC en France, et vous n'appelez pas cela du dumping social ?!?!?!? Marrant cela ! Aux USA on se base sur le salaire payé à un americain occupant le poste pas sur le SMIC de la caissiere de Walmart. Exemple concret : ...

le 06/12/2011 à 14:26
Signaler
@Patrick, par landed immigrant je déduis que vous parlez des permanent residents. Oui c'est une des façons de travailler au Canada, mais pas le seul. Je parle en connaissance de cause. Mais comme vous le dites, c'est compliqué, comme partout ailleurs...

le 06/12/2011 à 14:49
Signaler
@Lisa: l'autre façon, c'est d'être illégal. Je parle en connaissance de cause puisque résident canadien depuis 20 ans. Je navigue en fait maintenant entre le Canada, la Russie et peu souvent la France. Mon métier me permet de travailler de n'importe ...

le 06/12/2011 à 14:54
Signaler
Mais qu'est ce qui vous retiens tous en France. Si la façon dont fonctionne notre pays ne vous plait pas, je vous en prie quitter notre pays... Je crois que certains pays ont besoin de vous pour les reconstruire après leur révolution. Ils ont besoin ...

le 06/12/2011 à 15:04
Signaler
@Reality check, le salaire de 1,5 fois le SMIC, c'est le minimum pour pouvoir prétendre à un changement de statut. Après les salaires varient suivant les branches, et la DIRECCTE vérifie bien que le salaire perçu correspond au salaire dans le domain...

à écrit le 05/12/2011 à 22:22
Signaler
@Patrickb: Deux mots: Nouriel Roubini.

à écrit le 05/12/2011 à 21:57
Signaler
Les économistes ? Lesquesl ? Ceux qui n'avaient pas prévu la crise ou ceux qui nous ont amené au bord du gouffre ? Je crois personnellement qu'il y a en Europe suffisamment de chômeurs pour combler tous les emplois dans tous les secteurs et on aura m...

le 06/12/2011 à 2:01
Signaler
Depuis quand des types sans qualifications ou bac+2 qui s'agglutinent à l'ANPE, sachant à peine parler français pour certains peuvent combler et remplacer les emplois de Polytechniciens et HEC ? C'est une logique absurde de croire qu'en renvoyant che...

le 06/12/2011 à 3:17
Signaler
@Patrickb il y a peut-être suffisamment de chômeurs mais, ou sont-ils? s'ils ne viennent pas vers l'emploi ce n'est pas l'emploi qui viendra vers eux, combien d'offres d'emplois restent sans réponses au pôle emploi ou ailleurs? Je suppose que vous av...

le 06/12/2011 à 8:15
Signaler
@ oleole Les claquements de doigts appartiennent désormais au passé, maintenant ce sera la claque tout court...

le 06/12/2011 à 10:53
Signaler
? m'etonnerait beaucoup. Le commentaire pr?dent le votre parlait des jeunes dipl? de grandes ?les... Et ceux-l?rouveront toujours. Pourquoi? Tout simplement parce que si ils ne trouvent pas dans une ville, ils chercheront dans la r?on, puis dans d'au...

le 06/12/2011 à 10:56
Signaler
mon fils cherche du travail tous les jours et toujours rien ! Il ne connait pas la maçonnerie ni la cuisine et quand bien même ce serait le cas croyez vous qu'il serait décent , digne de la France du 21e siècle de lui offrir en salaire juste de quoi ...

le 06/12/2011 à 12:01
Signaler
Tu diras à ton fils, que j'ai une offre d'emploi dans le secteur financier, profil recherché: bac+5, maitrise parfaite de la finance de marchés & d'entreprise, pour monter des dossiers de capital investissement & capital risque. Ne dites pas ce do...

le 06/12/2011 à 14:11
Signaler
@ Roy: où sont-ils ? serais-tu de ceux qui disent que les Français sont des fainéants, des illétrés, etc. ? où sont-ils: à la recherche d'un emploi pardi, mais les conditions économiques sont difficiles et encore plus difficiles quand on prend des ét...

le 06/12/2011 à 15:29
Signaler
Patrickb a raison. En ces temps de crise, ca choque certains mais déjà trouvons du travail pour les français et ensuite si un jour (pas pour tout de suite) la croissance revient alors oui il y aura du travail pour tous (enfin tous ceux que l'on chois...

le 06/12/2011 à 21:00
Signaler
@Reality Check What the heck! You don't even know what you are talking about. Your below statement is downright inaccurate. For your information, a J1 visa holder does not have the right to study in US (except for some exceptions I might not be aw...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.