Bilan mitigé pour le RSA

 |   |  434  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Deux ans après sa généralisation, le RSA est perçu par 1,9 million de foyers.

La lenteur de la montée en charge et le taux élevé de non-recours au RSA sont les enseignements majeurs du rapport du Comité national d'évaluation du revenu de solidarité active dévoilé ce jeudi, deux ans après sa généralisation. En juin 2011, la France métropolitaine comptait 1,9 million de foyers bénéficiaires du RSA. Parmi eux, figure 1,4 million de foyers allocataires du RSA socle (prolongement du RMI et de l'allocation parent isolé), dont 1,2 million d'euros n'ont aucune activité et perçoivent le RSA socle seul pour un montant maximum de 470 euros environ pour un célibataire (840 euros pour un couple) et 200.000 perçoivent le RSA socle et activité. S'ajoutent 500.000 foyers bénéficiaires du RSA activité, qui permet de compléter les revenus du travail (environ 230 euros en moyenne par mois).

Méconnaissance du dispositif

Le nombre de foyers éligibles au RSA activité seul ayant au départ été estimé à environ 1,5 million, « il semblerait que le RSA n'ait touché pour l'instant qu'une partie de sa cible », indique François Bourguignon, président du Comité d'évaluation du RSA. Et Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, d'ajouter que « le taux de non-recours au RSA activité se monte à 68 %, tandis que pour le RSA socle il est de 35 % ». La méconnaissance du dispositif RSA activité par les bénéficiaires potentiels explique largement sa lente montée en charge. Et si le comité souligne, en s'appuyant sur une expérimentation conduite en Gironde, que le taux de non-recours « peut être diminué par une campagne de communication ciblée sur les foyers potentiellement éligibles présents dans les fichiers CAF », il pointe également « la difficulté de cibler les éligibles aux RSA à partir de fichiers administratifs, compte tenu de la complexité de la prestation et du caractère instables des trajectoires d'éligibilité ».

Quant au taux de retour à l'emploi, objectif clé du RSA, il est de 3 % par mois et reste massivement orienté vers des temps partiels ou des CDD. « Le RSA ne marque pas un progrès indubitable sur le retour à l'emploi, qui pâtit en plus de l'effet crise », souligne François Bourguignon. Sur une période d'un an, précise le rapport, 33 % des bénéficiaires du RSA socle disparaissent des fichiers soit parce qu'ils ont retrouvé un emploi, soit parce qu'ils perçoivent un autre minima, type allocation adulte handicapé (AAH). Un chiffre qui grimpe à 44 % pour les bénéficiaires du RSA activité, soit 200.000 personnes. Encore imparfait, le RSA diminue « l'intensité de la pauvreté dans le contexte actuel de crise », estime toutefois François Bourguignon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2011 à 11:52 :
se qui nous a mis dans la merde c'est l'euro les politique on voulu faire comme les amércicains au final on n'arrive a peine a s'en sortir moi je travail a mis tant je suis demmendeur d'emplois mes actif est je n'est aucun droits pourtant j'ai des enfants est quant j'ai entendu qu'il y en a qui avais droit a une prime de noel c'est honteux moi mes enfants n'orront pas de noel tout sa pour remplire le ventre de c'est grosse légume de politique qui pense qua manger le gateaux coluche balavoine on dit tout haut se que d'autre penser tout bas sa les a conduit a leur disparition il était génant en tout cas je salut c'est hommes qui se sons batu pour un e cause noble la france est conbatre cette missère
a écrit le 15/12/2011 à 16:44 :
Comme quoi ...ce ne sont pas les personnes pauvres et en difficulté qui exagèrent avec l'argent public!!!
Je pense que le résultat du procès Chirac montre clairement QUI en FRANCE bouffe l'argent public!!! emploi fictifs.....etc....
a écrit le 15/12/2011 à 16:29 :
c'est à se demander si la complexité n'était pas voulue pour faire du chiffre en faisant diminuer artificiellemnt le nombre des bénéficiaires Beau résulatat Sarko. N'en déplaise à tous ceux qui vont s'xciter sur les assistés la majorité des bénéficiaires du RSA ne sont pas des profiteurs et des fainéants mais des personnes qui voudraient travailler plus pour gagner plus. Les fraudeurs aux prestations sociales existent mais ils sont minoritaires. maintenat que c'est dit messieurs mesdames les fans de MLP défoulez vous c'est plus faciles de critiquer les plus faibles que soi que les plus riches en voiulà une attitude courageuse n'est-ce pas!
Réponse de le 15/12/2011 à 23:39 :
@GABUZO pourquoi dire de suite que ce sont ls gens du FN qui critique ls RSA c'est ceux qui vote UMP qui critique c'est l'UMP qui divise et qui critique alors ça suffit de toujours tout mettre sur le dots du front national !!
Réponse de le 16/12/2011 à 9:52 :
@feste Vous avez raison Mon propos était volontairement provocateur c'est essentiellement l'électorat de l'UMP en particulier tous ces petits patrons qui sont toujours en train de se plaindre qu'ils payent trop d'impôts et de charges (alors que ce sont aussi les premiers à frauder)qui alimentent cette rangaine du trop d'assistés. Par contre une partie de cet électorat UMP est très proche du FN étant toujours en train de dire à l'UMP retenez moi sinon je fais un malheur.
J'ai aussi écrit mon propos "provocateur" pour voir si cela allait freiner la vague de critiques faciles sur les assistés. Est-ce parce que l'article a été vite retiré de la une mais en tout cas on a échappé à la vague habituelle des critiques des fainéants et traîne-savattes. c'est toujours ça de gagner!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :