110.000 habitants supplémentaires à Paris en dix ans

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Après avoir décliné entre 1954 et 1999, la population parisienne est repartie à la hausse. La capitale compte actuellement 2,2 millions d'habitants. Deuxième arrondissement le plus peuplé, le XVIIIème rattrape le XVème.

C'est un tournant dans l'histoire de Paris. Sa population se remet à croître depuis 1999 alors qu'elle était en net repli depuis 1954. Avec 2,2 millions d'âmes, la capitale se rapproche du pic atteint dans les années 20 (près de 3 millions).

Entre 1999 et le 1er janvier 2009, dernière date de référence statistique, Paris a ainsi gagné 110.124 habitants en dix ans, rapporte l'Insee, à raison d'un rythme annuel croissant de 0,5% par an, le même niveau de croissance qu'en France, explique Patrick Hernandez, chef du service études et diffusion à la direction régionale Ile-de-France de l'Insee.

22.000 logements construits

Pour Patrick Hernandez, cette augmentation de la population parisienne correspond à la hausse de l'offre de logements survenue dans la même période. Les 22.000 logements ainsi construits entre 1999 et 2009 ont permis, selon lui, à des familles avec deux ou trois enfants de venir s'installer dans la capitale.

En outre, l'Insee rappelle qu'il y a plus de personnes qui quittent Paris que de personnes qui y arrivent, l'augmentation du nombre d'habitants s'expliquant par "le solde démographique" (plus de naissances que de décès).

Toujours est-il qu'au regard des quelques 110.000 habitants supplémentaires, les 22.000 logements construits ne semblent pas suffisants quand on connaît les difficultés actuelles pour se loger et la hausse des prix, tant à la location qu'à l'achat.

Le 18ème arrondissement rattrape le 15ème

Avec une croissance de sa population de 8,9% en dix ans, le XVIIIème arrondissement passe la barre des 200.000 habitants (201.975, précisément). Il est le deuxième arrondissement le plus peuplé juste derrière le XVème, toujours numéro un avec près de 234.000 habitants (+3,7% en dix ans). Le XXème arrive en troisième position (198.678 habitants). Suivent ensuite le XIXème, le XIIIème et le XVIème.

Les quatre premiers arrondissements parisiens sont quant à eux les arrondissements les moins peuplés avec moins de 40.000 habitants, le "premier" n'en comptant qu'à peine 18.000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2012 à 16:56 :
Est-ce que c'est un chiffre SDF compris ?
a écrit le 05/01/2012 à 14:32 :
On a plus d'argent,plus de travail,les usines ferment et on fait travailler les étrangers,on en prend de plus en plus ,ou irons nous ?
a écrit le 05/01/2012 à 12:00 :
et que fait durant c etemps Me DELANOE sur les transports

quelle ligne nouvelle a été crée en 10 Ans ?,
a écrit le 05/01/2012 à 9:13 :
Ce n'est pas une bonne nouvelle car cela signifie non pas un dynamisme démographique mais que les arrondissements dits défavorisés sont encore plus surpeuplés avec des conditions de logement souvent indécentes et des surfaces de plus en plus petites et que les arrondissements favorisés voient eux leur population stagner voire diminuer avec des surfaces de plus en plus grandes.
a écrit le 05/01/2012 à 8:11 :
pas de qoui pavoiser !!!

Quand aura-t-on compris que les peuples heureux ( ou - malheureux) ne sont pas les plus nombreux !!!!
a écrit le 05/01/2012 à 8:01 :
Il faudrait que les Bretons et les Alsaciens demandent leur indépendance pour pouvoir survivre.
a écrit le 04/01/2012 à 21:56 :
Normal, Paris étouffe la France. TOUT se passe à Paris
a écrit le 04/01/2012 à 19:44 :
Croissance démographique grace aux suedois et norvegiens bien sur ...
Réponse de le 05/01/2012 à 6:04 :
Nordic, à PARIS les suédois et norvégiens ont plus d'avantages, à la campagne cela est plus dur pour eux! la FRANCE est une terre sympa!
Réponse de le 05/01/2012 à 7:32 :
A aucun moment, l'article ne parle de suédois ou de norvégiens ni même de finlandais. Je ne vois absolument pas pourquoi vous allez les mettre en cause.
Réponse de le 05/01/2012 à 10:36 :
Je pense que la remarque de Nordic était ironique et concernait plutôt la faible part réelle ou supposée des "têtes blondes" dans la croissance démographique...
Réponse de le 05/01/2012 à 12:38 :
toi pas comprendre de qui lui vouloir parler, pas vouloir sygmatiser.. c'est vrai que des turbans, j'en vois plus en IDF qu'en province, mais ça, ça ne se dit pas.
Réponse de le 05/01/2012 à 13:19 :
Vous ne voyez pas?
Les norvegiens méridionaux, ceux en desssous du 36e parellèle!
Mais c'est bien sur!
a écrit le 04/01/2012 à 17:32 :
Quelle performance ! Une ville de plus en plus invivables sauf pour les privilégiés. Tout est concentré en un seul point du territoire ce qui coûte très cher à l'économie nationale. Outre-Rhin tout est réparti harmonieusement entre de très grandes métropoles (Berlin, Hamburg, Dresden, Frankfurt, Stuutgart, Köln etc,). En France pas de réussite possible dans le privé et surtout l'Administration sans un poste à Paris.
Réponse de le 04/01/2012 à 21:17 :
+1
Tout est trop centralisé sur Paris.
Réponse de le 05/01/2012 à 20:12 :
C'est marrant çà, le taux de fécondité augmente à Paris ? Mais d'où viennent donc ces nouveaux parisiens ? Ils ont les moyens de se loger dans une ville aussi chère avec leurs nombreux enfants ????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :