Osons Citoyens ! Le Pacte civique veut réinventer la démocratie

 |   |  741  mots
Copyright Reuters
Lancé en mai dernier par un collectif d'association et de citoyens, le Pacte civique entend mobiliser le plus grand nombre et interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur les enjeux de société.

La démocratie participative commence à pointer le bout de son nez. Son nom ? Le Pacte civique. Sa forme ? Une plate-forme qui appelle citoyens et organismes publics, associatifs, économiques et sociaux, ainsi que les responsables politiques, à oeuvrer pour une société désirable pour tous à partir de quatre impératifs fondamentaux : la créativité, la sobriété, la justice et la fraternité. Lancé en mai dernier, le collectif du Pacte civique s?incarne aujourd?hui dans un ouvrage, "Penser, agir, vivre autrement en démocratie. Le Pacte civique : inventer un futur désirable pour tous", coordonné par Jean-Baptiste de Foucauld, ancien haut fonctionnaire, fondateur de Démocratie et Spiritualité, et Jean-Claude Devèze, membre fondateur d?Inter-Réseaux.

Contribuer à une société plus démocratique

Son objectif ? S'engager à titre individuel ou collectif à adopter des comportements porteurs de sens et à soutenir des réformes visant à mettre la politique et l'économie au service de la personne. Bref, contribuer à l'exigence citoyenne d'une société plus démocratique. Signer ce pacte revient à s?impliquer personnellement ou collectivement dans l'un des trente-deux engagements, depuis celui "d?assumer ses obligations de contribuables", à "la reconnaissance de la parole de l?autre", jusqu?au "renforcement de la responsabilité sociale et environnementale". Il réunit d?ores et déjà plus de 80 associations signataires et 1.250 citoyens, et travaille aujourd?hui à l?élaboration de fiches "Repères" pour mieux s?ancrer dans la réalité et alimenter les moyens de mise en ?uvre de ses engagements. "Il ne suffit pas de constater, il ne suffit pas de se lamenter, il ne suffit pas de s?indigner, il ne suffit pas de dénoncer ce qui se fait ou ne se fait pas. Chacun de nous est en capacité de réagir, chacun de nous peut prendre en charge la transformation de ses comportements dans sa vie personnelle et dans sa manière d?être au monde", défend d'une même voix ce collectif.

Les candidats à la présidentielle appelés à s'impliquer

Cet appel "à oser, à changer, à se responsabiliser" veut s?adresser aujourd?hui aux candidats à la présidentielle. François Hollande, François Bayrou et Eva Joly sont sur les rangs mais le collectif attend d?eux des éléments concrets en lien avec leurs programmes respectifs. Chaque candidat sera interpellé avec une exception pour confirmer la règle : Marine Le Pen. "Si notre orientation européenne nous protège du Front National, le risque existe qu'il veuille signer le pacte en vue de nous instrumentaliser. Dans ce cas nous refuserions. Ce qui nous intéresse, c'est d'engager avec les candidats le débat autour de la société civile. C?est l?éthique de la Libération. Les politologues ont pu analyser qu?au lendemain de la seconde guerre mondiale, la société s?était reconstruite autour de ce qu?on appelle "le consensus modernisateur" issu des idées de la Résistance. Ce qui n?empêchait pas les conflits importants. Aujourd?hui nous ne sommes ni dans le conflit, ni dans le consensus. Il nous faut créer aujourd'hui un consensus modernisateur pour recréer le vivre ensemble", estime Jean-Baptiste de Foucauld.

Oeuvrer pour la chose publique

Convaincu que la réforme des démocraties ne peut être seulement économique et politique, qu?elle doit se traduire par une libération des énergies de la société civile, par une réflexion nouvelle sur la place des associations, médias, entreprises, communautés religieuses, dans la société, et par leur intégration harmonieuse dans la formation du bien commun, le Pacte civique entend mettre en oeuvre concrètement les aspirations de la société à un nouveau genre de vie moins matérialiste et plus responsable. Malgré encore beaucoup d'obstacles, l'émergence de ce collectif illustre à propos le léger virage vers un monde où l'éthique s'immisce dans la finance, où l'environnement s'impose dans la croissance, où la vie privée ne s'en laisse plus compter par la vie profesionnelle, où l'individu se sent concerné par ce qui arrive aux gens autour de lui. Un retour des valeurs qui procède d'un réveil collectif porté par un nombre de plus en plus grand de "concernés". Ce ne sera à coup sûr pas un grand soir, mais une multitude de petits matins. Car comme le souligne le philosophe Patrick Viveret  : "la crise que nous traversons, c'est le rendez-vous de l'humanité avec elle-même". 

www.pacte-civique.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :