Vous pouvez garder vos marks et vos pesetas !

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Dans la zone euro, les durées d'échanges des monnaies nationales diffèrent d'un pays à l'autre. Neuf pays n'ont pas posé de limites, la France a voulu se hâter.

Si les francs français ne pourront désormais plus être échangés vendredi 17 février à minuit, ce ne sera pas le cas de toutes les autres monnaies qui, dans la zone euro, ont précédé l'introduction de la monnaie unique. Car chaque banque centrale nationale est responsable et autonome dans la gestion des anciennes monnaies fiduciaires. Parmi les 17 pays de la zone euro, neuf ont ainsi pris la décision d'échanger à perpétuité les billets de ces monnaies. Il s'agit de l'Espagne, l'Autriche, l'Allemagne, la Belgique, la Slovaquie, la Slovénie, l'Irlande, le Luxembourg et l'Estonie.


Le florin est échangeable jusqu'en... 2032

Plusieurs autres pays laissent plusieurs décennies aux détenteurs de billets libellés dans les anciennes monnaies. La Banque des Pays-Bas propose d'échanger des florins jusqu'en 2032 et les escudos portugais pourront être échangés jusqu'en 2022 contre des euros. Il sera possible d'échanger des livres maltaises et des livres chypriotes respectivement jusqu'en 2018 et 2017. Deux banques centrales ont suivi l'exemple français : la finlandaise échangera les markka jusqu'au 29 février 2012 et la grecque acceptera ses drachmes au 1er mars 2012. Enfin, une seule banque centrale, la Banca d'Italia a précédé la Banque de France et refuse d'échanger des lires depuis le 7 décembre dernier.


Peu de chance que l'on revienne aux monnaies anciennes

La France a donc fait le choix de retirer leur valeur très rapidement aux francs français. Il est vrai que le maintien d'une possibilité de change perpétuelle du mark, du tolar slovène ou de la peseta donne une sorte de « double circulation » à l'ancienne monnaie. Faut-il y voir une « porte de sortie » pour un retour aux anciens billets ? Sans doute pas. Si un pays sort de la zone euro, il y a fort à parier que l'on ne revienne pas aux monnaies anciennes, mais que l'on en créé de nouvelles. Du reste, dans l'exemple de l'Allemagne, la masse monétaire en deustche mark ne dépasse pas 6,6 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2012 à 18:26 :
Vous pourrez remarquer que toutes les mesures qui nous enferment un peu plus dans un conditionnement libéral; sont prises le plus rapidement possible, cela dans toutes les disciplines. On tente de nous éloigner au maximum de la possibilité que l'on puisse choisir autre chose. Cela n'y fera rien, il faudra casser un peu plus pour reconstruire. Il temps que les Français s'en aperçoivent et réagissent.
a écrit le 20/02/2012 à 10:54 :
Après les "nouveaux francs" dans le temps (quand j'étais jeune), si on sort de l'Euro, on aura le "vieux franc" comme nouvelle monnaie ?
Ca obligerait de toute façon à créer de nouveaux billets, pas reprendre les anciens, ne serait-ce que leur valeur. Si un euro = 6,559 francs, et on repart en arrière avec de grosses surprises sur les prix (!), on pourrait reprendre les vieux billets (détruits) mais les (très) jeunes ne les connaissent pas. Donc inutile de "reculer" vers le passé.
a écrit le 17/02/2012 à 17:41 :

EN BELGIQUE PAS DE DATE BUTOIR POUR ECHANGER SON ARGENT ...!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :