La France en plein déni de réalité pour The Economist

 |   |  204  mots
Copyright The Economist
Copyright The Economist (Crédits : The Economist)
"France in denial", titre l'hebdomadaire britannique "The Economist" avec en couverture un détournement du tableau d'Édouard Manet "Le déjeuner sur l'herbe".

Alors qu'à Rome, Madrid et Athènes, on semble se vouer corps et âmes à la réduction des déficits, Paris fait figure d'exception. C'est ce que constate "The Economist" qui consacre sa Une à la France en titrant son édition de ce vendredi : "France in denial, The west's most frivolous election" (La France dans le déni, l'élection la plus frivole des pays occidentaux, Ndlr). Pour illustrer sa couverture, l'hebdomadaire britannique a détourné le tableau d'Édouard Manet "Le déjeuner sur l'herbe", en remplaçant les visages de deux des protagonistes par ceux des favoris des sondages, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

 

 

 

"The Economist", habitué aux couvertures fracassantes, n'en est pas à son premier détournement de tableau. Le visage de Nicolas Sarkozy avait été incrusté à la place de celui de Napoléon Bonaparte dans le tableau de Jacques-Louis David "Napoléon franchissant les Alpes par le Saint-Bernard", illustrant l'espoir que suscitait pour le journal le "président de la rupture" à la suite de son élection en 2007. Trois ans plus tard, déçu, l'hebdomadaire n'avait pas hésité à le qualifier de "président qui rétrécit" (ci-contre) en le faisant disparaître sous le bicorne du célèbre empereur.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2012 à 11:31 :
Ils feraient de s'occuper de l'analyse du coût des JO de 2012. Quel tableau prendraient-ils pour l'illustration ? Guernica, le Radeaux de la Méduse ?!
a écrit le 01/04/2012 à 22:16 :
la grande bretagne fait pire encore avec les excès de la city qu'elle se taise et se mette au boulot !
a écrit le 01/04/2012 à 14:16 :
Un travail de journaliste consistant à analyser et relativiser les arguments de "the economist" eut été bienvenue.
wCe qui n'empêche que la campagne telle que présentée dans les médias de masse est d'un piètre niveau, notamment car elle évite soigneusement les vrais sujets qui fâchent.
a écrit le 01/04/2012 à 12:00 :
Après avoir lu toutes ces âneries, j'ai une histoire belge pour vous:
Dieu créa l'Univers; donc les planètes puis les nations sur lesquelles vivaient des créatures. Lorsqu'il eut fini la France, ces premiers humains, voisin de notre beau pays:allèrent tous voir Saint-Pierre. Ils étaient très mécontents: Pourquoi la France a-t-elle tous ces atouts: beauté, climat, richesses etc. Saint-Pierre, convenant que ces gens n'avaient pas tord alla voir Dieu pour exposer les plaintes. Celui-ci admit qu'il avait exagérer en favorisant tant la France. Il réfléchit puis sursauta et dit à Saint-Pierre: Je vais réparer ma sottise. Comment répondit son ami: En créant les français. Jean-Claude Meslin Européen d'origine normande
a écrit le 31/03/2012 à 21:36 :
Et s'obstiner à servir les intérêts de la City, largement responsable de la crise financière (qui a lourdement plombé les ménages britanniques eux mêmes), ce n'est pas du déni, ça ?
Réponse de le 01/04/2012 à 11:05 :
Bah, vu le poids de la city dns le PIB britannique, il faudrait quelqu'un de très courageux pour réformer le système, puisque ce serait une catastrophe (un mal pour un bien). Et il serait sûr de ne pas être réélu. Malheureusement de telles personnes n'existent plus.
a écrit le 31/03/2012 à 17:53 :
ils feraient mieux de s'occuper de leurs pauvres !! quelle honte pour un pays aussi riche !!! c'est le retour au féodalisme !!!
Réponse de le 15/11/2012 à 22:22 :
Ils n'ont jamais quitté le féodalisme. Des palanquées de patrons incompétents se versent des salaires exorbitants, certains nobles possèdent la moitié de Londres, et les classes moyennes sont écrasées par les loyers et les coût de monopoles ou oligopoles (gaz, télécom, transports) qui montent en flèche (10% par an).
a écrit le 31/03/2012 à 14:02 :
Article très britannique, mais reflet de notre image à l'étranger que nous le souhaitions ou non du fait de notre nombrilisme couple à un pseudo-universalisme de façade qui peut agacer....
Il faut parfois affronter le réalité dans le regard de l'autre!
a écrit le 31/03/2012 à 13:33 :
Allez les Brits n'ont rien à nous apprendre, qu'ils continuent leur politique qui protège les riches et accroît la pauvreté. On verra dans dix ans quel pays aura le plus progressé.
a écrit le 31/03/2012 à 13:28 :
l'Assommoir n'a jamais aidé les esprits lucides; ainsi va le monde...
a écrit le 31/03/2012 à 12:19 :
Qu'ils s'occupent de leur propre pays chez the economist... et la je vois mieux un détournement du radeau de la méduse avec Cameron et cie à la place des naufragés... avec le titre "une île à la dérive" ce serait pas mal
a écrit le 31/03/2012 à 9:50 :
article nullissime qui ne donne aucune information. tout ce qu'on sait c'est que the economist critique sarkozy et hollande c'est tout.
2 paragraphes et une page internet uniquement pour ça. Franchement le titre de l'article en dit autant que l'article dans son ensemble.
Je medemande même si l'auteur de l'article à ouvert le magazine ou s'il a juste regardé la couverture...
a écrit le 31/03/2012 à 9:30 :
aucune lecon a recevoir de la part des anglo-saxon . car les anglais sont mais bien plus mal que nous . ils feraient mieux de regardaient chez eux . la pilule du rafale en inde passe vraiment pas la bas .( pas de notre faute si le typhon et une GROSSE DAUBE) notre rapace le croque sur tous les points stratégique )
Réponse de le 31/03/2012 à 16:10 :
En plus d'une argumentation à toute épreuve, votre vengeance s'étend à l'orthographe et la grammaire française. Reprenez-donc "Tanguy et Laverdure" à la page où vous l'avez laissée
a écrit le 31/03/2012 à 8:59 :
Si les anglais,cheval de troie du neoliberalisme en europe, disent que ca ne va pas alors il faut continuer dans ce sens
a écrit le 31/03/2012 à 6:15 :
Petite video de Patrick Arthus, principe du
multiplicateur budgetaire:
http://www.dailymotion.com/video/xns5dy_patrick-artus-l-endettement-public-americain-source-de-menace-ou-de-croissance_news
Si tous les pays européens réduisent en meme temps
leur de déficit de 1%, la croissance se détériore de plus de 1%, et donc la dette s'accroit.
Car la dette publique ne peut diminuer que si la différence entre
le taux de croissance et le taux de financement diminue ou s'il n'y a pas de deficit
budgétaire (meme pas le cas de l'Allemagne).
a écrit le 30/03/2012 à 16:37 :
Les anglais comme toujours bien mauvais donneurs de leçons vu leur situation plus piteuse que la notre...et encore heureux qu ils aient la City pour les sauver , parce que le reste est en lambeau et les britanniques boivent la tasse en ce moment . Ils ont toujours été jaloux de notre qualité de vie .
a écrit le 30/03/2012 à 16:18 :
Bla, bla, SARKOZY roule pour les banquiers, notamment les Rothschild, nous sommes au courant de leurs plans qui depuis 200 ans détruit les nations avec les guerres qu'ils finances pour les deux camps, pauvres banquiers ignorants, à lire absolument, www.urantia.fr, et le complot mondial du commander William Guy CARR, pour comprendre l'état du monde... Une révélation !
Réponse de le 30/03/2012 à 19:39 :
@ Pat: Belle analyse. Les Rothschild...!!?? C'est le complot juif mondial? Il faudrait vraiment censure des commentaires hors contexte et aussi faux. On ne peut pas raconter n'importe quoi sans s'appuyer sur des arguments un minimum solides...
Réponse de le 30/03/2012 à 21:58 :
Ben oui, il existe bien des complots mondiaux aux intérêts infâmes d'hommes de la finance. Regardez les Indignés de Wall Street, expulsé par le maire de New-York (Bloomberg) connu pour son empire financier. Je pense même pas qu'on puisse stigmatiser une religion car malheureusement ces gens ne font que salir les principes religieux qui prônent l'amour et la solidarité.
a écrit le 30/03/2012 à 15:52 :
Pour l'instant ce qui manque aux candidats, c'est d'annoncer des propositions qui remettraient le pays sur pieds.
Soit 20% d'heures travaillées et payées en plus sur la durée de vie, ce qui permettrait de retrouver le plein emploi, de remonter le niveau par le bas, donc le pouvoir d'achat, les rentrées d'impôts et de charges sociales, la relance des commandes et donc des investissements (c'est la durée de vie la cause de toutes nos dettes et chômage...et la baisse du temps de travail)
Je vote pour le candidat qui fera cette proposition
livres-daniel-moinier.com
Réponse de le 30/03/2012 à 17:47 :
vous pouvez supprimer les 35H ou augmenter le temps de travail si on ne peut pas vendre , l'argent n'entre pas alors difficile d'embaucher ou de payer plus....
En revanche si les individus, les entreprises avaient moins de charges fiscales elles pourraient consacrer cet argent à l'investissement et à la consommation.
D'ou la necessité de reduire massivement les depenses de l'etat, regions collectivites.
Réponse de le 31/03/2012 à 9:03 :
@pas d'accord: C'est ce que nous ressorte toujours comme argument les nantis et les liberaux,"moins de charge,si on ne payait plus d'impots on pourrait investir et embaucher" blablabla. C'est a se demander comment apres la 2éme guerre mondiale,la france qui etait sous un courant keynesien, a pu s'en sortir et devenir un grand pays avec des leaders mondiaux tout en ayant la secu,les allocs,un systeme de protection et de repartition equitable,une bonne medecine.... Votre argument c'est ce qu'ont sorti les restaurateurs pour la baisse de la tva, avec le succes que l'on connait....
a écrit le 30/03/2012 à 14:31 :
The Economist tire à boulets rouges contre le candidat de la dépense publique, du fonctionnariat, de l'immigration, du laxime et de l'assistanat incarné par le socialo-communiste de François Hollande, en revanche, ce magazine sait fort bien que notre Guide Nicolas SARKOZY (pbsl) parle pour attirer le vote des pauvres mais sa politique n'est que succession de réformes structurelles et d'investissement judicieux dans l'avenir le Grand Emprunt.
a écrit le 30/03/2012 à 14:22 :
On n'a que faire des commentaires de l'Economist. Comme aurait dit Chirac, "ça m'en touche une sans faire bouger l'autre". L'Economist étant incapable d'envisager l'économie sous un autre angle que néo libéral, car il s'agit de l'intérêt de la GB, leur petite mise en scène ne trompe personne.
a écrit le 30/03/2012 à 14:19 :
Zon été sympas quand même zoraient pu choisir les dEmoiselles d'Avignon de Picasso, zon y danse à l'arrêt et zon y tire la gueule SURTOUT dans l'ExpEctaTive et Cé plus conforme à la réalité quand mËme. et puis Cé SuRRéAliste.
a écrit le 30/03/2012 à 14:17 :
C'est bien beau de faire un article sur une couverture mais j'aimerais un peu plus de contenu : qu'est ce que les anglais jugent dans nos v?ux et promesses qui sont un déni face à la crise. Je trouve que nous avons des politiques de grande qualité aptes à assumer leurs responsabilités et leurs choix passés, soucieux des deniers publics... Voyons nous avons eut 5 ans de gestion rigoureuse (modération de l'augmentation du salaire du président et des ministres, réduction du train de vie de l'Etat, pas d'abus des moyens publics...) bref pas frivole... Est-ce que The Economist ne ferait pas de la politique déguisée ? Non vraiment je ne comprend pas...
a écrit le 30/03/2012 à 13:49 :
The Economist fait comme tous les medias, du bruyant susceptible d'attirer le lecteur.
Ayant vécu seulement 1/3 de ma vie en France (j'ai 68), j'ai toujours constaté que notre peuple est très sensible à ce qu'on pense de lui ailleurs, alors qu'ailleurs, la vie en France est très peu commentée, voire observée.
Tous nos maux sont bien connus de nous. Chacun y va de ses solutions, alors que le fonctionnement du pays est une machine complexe, non ou faiblement évolutive, où la moindre modification d'un pignon déclenche un dérèglement en chaîne.
Il faudrait concevoir un nouveau système, capable d'intégrer les" mieux" parmi les "possibles". A écouter les 10 candidats, en retirant les propositions "partisanes", nous avons un panel considérable de "mieux" que nous ne pouvons pas rassembler dans un programme "idéal" (contradictoires, peu consensuels, pas si possibles qu'ils l'affirment...).
Ce sont les futures élus qui "profitent" de la démocratie, pour promettre ce dont nous rêvons, afin d'accéder à des postes très intéressants, sans avoir à être sanctionnés pour leurs errements, quand ce n'est pas pour leur malhonnêteté.
Quelle entreprise peut survivre dans un pareil système ???
Réponse de le 30/03/2012 à 15:38 :
Les responsables politiques ne devraient pas faire carrière. Un mandat, deux mandats et retour à la vie de tout le monde. Sinon, les dés sont pipés.
a écrit le 30/03/2012 à 12:31 :
Lisant les commentaires, on a l'impression que c'est un complot des UK. Apres Roswell, le 9/11, la mort de ben laden.......Les UK contre la france avec un article ....sur The economist !!!
Reveillez vous, arreter de regarder des conneries comme le zapping
Réponse de le 30/03/2012 à 15:46 :
Les anglo saxons inaugurent la grosse Berta version on attaque la dette de l'etat français comme ils l'ont fait pour les grecs
a écrit le 30/03/2012 à 12:16 :
les candidats ne sont pas en plein deni de realite ,seulement parler de la crise revient à parler de rigueur ,et parler de rigueur en pleine campagne serait un suicide electorale
a écrit le 30/03/2012 à 10:47 :
Enfin des gens qui notent la réalité des choses, si nos prétendants pouvaient s'inspirer de cette publication, la lire la relire et en tirer les conséquences, allez y messieurs encore un effort et trêve de simagrées.
a écrit le 30/03/2012 à 10:40 :
ILs ont entierement raison, mais la reciproque est vrai aux us, ou le congrès n'ai pas foutu de s'entendre sur la baisse des deficits....

En attendant la planche a billet tournes aux us, en europe, aux UK, au Japon...
a écrit le 30/03/2012 à 10:22 :
c'est tellement mieux en angleterre, qu'ils viennent se faire opérer en France!
Réponse de le 30/03/2012 à 12:22 :
Oui c'est mieux c'est pourquoi la plus grosse communaute de francais a l'etranger est a Londres. Y a pas un candidats qui parlent des depenses publiques LES PLUS HAUTES d'europe. Il vaut se reveiller.
Réponse de le 30/03/2012 à 20:14 :
Et les français en Tunisie !
a écrit le 30/03/2012 à 9:10 :
Les rosbifs et les amerlocs aussi.
a écrit le 30/03/2012 à 8:50 :
Lors de sa première présentation le tableau s'appelait "la partie carré".
L?illustration aurait été plus juste en mettant à la place de FH et de NS la tête de DSK.
a écrit le 30/03/2012 à 8:14 :
La politique sur l'herbe, c'est quand même moins traumatisant qu'un meeting à la Bastille .
a écrit le 30/03/2012 à 8:04 :
Clairement il vaut mieux etre en France qu'au Royaume unis en ce moment. Leur pays est ruiné, la livre est devenue ou va devenir une monaie de singe, leur industrie à disparue. Mais bon quelque part The Economiste a raison! Des promesses a tout va, la gauche extreme en position de negocier des postes au gouvernement, il est clair que le curseur n'est pas au bon endroit.
Réponse de le 30/03/2012 à 14:11 :
Tout à fait d'accord sur le constat concernant le Royaume-Uni !
Réponse de le 30/03/2012 à 20:15 :
Il y a plus d'ouvrier en GB qu'en France...

Et oui, ca va mal puisqu'ils font leur réformes et pas nous..
a écrit le 30/03/2012 à 7:52 :
Quand j'entends Mme Chirac, notre mère idéale à tous dire qu'il faut de l'expérience pour postuler à la fonction suprème et que je fais le bilan des présidences et des mandats divers occupés par son cher époux je me dis que notre pays est bien brave d'entretenir toute cette chienlit.
Réponse de le 30/03/2012 à 8:35 :
gerard27.
Voyons cher ami; c'est une noble chienlit (voyez son nom de jeune fille) digne de notre République Royale. La guillotine, en son temps, en a oublié une quantité !
Jean-Claude Meslin
a écrit le 30/03/2012 à 7:33 :
L?impôt sur le revenu serait "à 45% maximum" en GB ? Et bien, cela se voit. Où en sont les financements des infrastructures dans ce pays ? Où en est la vie sociale ? Ce que beaucoup de français dénient, c'est la solution britannique aux problèmes du monde. Si on rentre dans la pensée de "the economist", alors oui, la France n'est pas ce paradis libéral rêvé. Mais justement, ce que le journal et ce qu'il représente ne veut pas, ne peut pas admettre, c'est qu'une partie de ce pays ne "dénie" pas, il rejette. Il peut se tromper, il peut en souffrir. Mais si les hommes n'ont pas le choix, alors il n'est nul besoin d'organiser des élections, pour qu'il fassent ce que dit la "pensée unique", c'est à dire ce que dit "the economist".
Travaillez les statistiques sur leur "modèle", voyagez et regardez. Tout n'est pas rose en France, certes. Mais, en quoi la GB peut-elle se présenter comme un modèle? C'est ce genre d''article qui continue de diviser les français.
Réponse de le 30/03/2012 à 10:53 :
Bon, mais l'auteur de cet article n'est pas "la" Grande Bretagne, il ne représente que lui, alors ne nous en prenons pas à la GB, euh!! et puis si il faut leur faire la guerre ils sont rentré dans l'Europe du bout d'un pied, ils ne veulent pas de l'Euro, et ils s'obstinent à rejeter le système décimal, et ils roulent à gauche! ça fait beaucoup de raison de les détester, mais ils nous aiment bien passer leur retraite en France car la vie y est moins chère.
Réponse de le 30/03/2012 à 20:16 :
La GB n'est pas un modèle, mais un parmi tout les autres du modèle US.

Comme l'URSS, la France devra bien se plier à la réalité..
a écrit le 30/03/2012 à 7:24 :
Article et commentaires: sans intérêt. Les médias anglo-saxons ne nous font pas de cadeau et l'attitude des français dans trop de domaines est pitoyable.
En France, nous sommes incapables de nous arrêter calmement, faire un bilan objectif de notre situation et prendre les mesures qui s'imposent. Ceci est d'abord dû à l'incompétence de nos élites et aux mauvais exemple qu'elles donnent. Le Kärcher de Sarkozy (qu'il a oublié), il doit d'abord être passé à l'Elysée, Matignon, les mairies, les Assemblées; chez Total, Renault, Peugeot, La Poste etc. Il faut interdire à tout français d'être milliardaire (limitation des fortunes à 150 millions et avoir dans notre Code Pénal le crime de trahison économique. En contre-partie, il faut botter le cul des chômeurs professionnels: Encourager toutes les bonnes volontés et faire en sorte que les mauvaises soient radicalement corrigées...Il me faudrait trois mois pour tout arranger; mais il y aurait des pleurs...Jean-Claude Meslin
Réponse de le 30/03/2012 à 8:45 :
Tu as mon vote
Réponse de le 30/03/2012 à 11:03 :
A mon sens, le vrai enjeu en France n'est pas de limiter les riches et les salaires, bien au contraire.
Il faut favoriser les créateurs de richesse et les entrepreneurs.
Il faut valoriser les gens qui tentent, qui prennent des risques.

L'échec est une vertue.
Il faut que l'entreprise soit revalorisée à tous les niveaux.

Réponse de le 30/03/2012 à 11:23 :
Nous sommes trois maintenant, il nous en faudrait encore quelques uns...
Réponse de le 30/03/2012 à 20:18 :
"Il faut interdire à tout français d'être milliardaire (limitation des fortunes à 150 millions"

Ca fait longtemps qu'ils sont parti, ceux là..

Ils ne vont tout de même pas rester à vous entretenir du reste, quelle idée !

Réponse de le 01/04/2012 à 10:37 :
plop. Continuer à payer et surtout ne vous plaigniez pas. Nous avons les plus pourris de tous les milliardaires du Monde et leur marionnette: Sarko-Zorro pour faire croître encore leurs fortunes. C'est très facile d'éviter que l'argent quitte la France...Avec des niais de votre espèce ça ne risque pas de se faire...JCM
a écrit le 30/03/2012 à 7:03 :
La France est le seul pays qui n'a fait aucun effort de réduction de son secteur public. La France est le maillon faible de l'Europe.
Réponse de le 30/03/2012 à 7:26 :
Vous lisez les statistiques économiques de temps en temps ?
Réponse de le 30/03/2012 à 8:35 :
Réponse à Lucas.
Oui les Français lisent les statistiques,surtout celles de l'augmentation de la dette depuis 10 ans.Et même s'ils ne les lisent pas ils les ressentent.
Réponse de le 30/03/2012 à 14:16 :
Tant qu'on paiera des gens à rien faire dans notre pays, ça ne s'arrangera pas...
a écrit le 30/03/2012 à 6:42 :
les brits, ils ne comprennent pas l'exception culturelle francaise, qui consiste a dire aux autres avec arrogance ce qu'ils doivent faire, tout en expliquant pq la france sera la premiere a ne rien faire....
Réponse de le 30/03/2012 à 6:55 :
Où est le journal français qui titre "L'Angleterre aux abois" ? Ce sont les journaux anglo-saxons qui se gaussent sans fin de la France. The Economist une fois de plus. Mais ce sont les Français qui sont arrogants et qui donnent des leçons ? Le déni de réalité est là : quand on oublie délibérément la réalité pour s'accrocher à des clichés.
Réponse de le 30/03/2012 à 8:02 :
Vous avez une memoire selective, Barraud. La Presse francaise ne s'est pas genee pour commenter et approuver les declarations de Fillon, Barouin et autres quand ils demandaient que le triple a Britanique soit degrade. En France, ce sont les ministres qui s'abaissent. L'Economist est un journal parmi d'autres et en plus il a raison( taxation a 75% ou taxe Tobin uniquement en France.)
Réponse de le 30/03/2012 à 10:20 :
que serait l'angleterre, sans les revenus des spéculateurs de la city?
un nouveau tiers monde européen!
Réponse de le 30/03/2012 à 11:00 :
Les anglais ont raison dans leur commentaire en cela qu'ils ne détestent rien tant que la France. Tout est bon pour nous emmerder, comme d'habitude.
La perfide Albion reste notre meilleur ennemi, comme toujours.
Je suis dans l'Europe, mais pas dans l'Euro.. incorrigibles grands bretons.

Ils ont saccagé leur pays et leur industrie et on devrait applaudir leur "modèle". Alors là non. Jamais !!

Je préfère de loin la méthode allemande.

Nous devons réindustrialiser la France.
a écrit le 30/03/2012 à 6:22 :
Heureusement qu'il y a les étrangers pour nous dire ce qu'on doit faire. Les agences de notations, les dirigeants des pays étrangers, les journaux anglo-saxons... Sinon, qu'est-ce qu'on deviendrait ? Quels braves gens.
Réponse de le 30/03/2012 à 6:34 :
Par delas votre ironie, il faut voir les choses en face !
Dans certaine situation, il est parfois préférablé d'ecouter les autres, et EVENTUELLEMENT de suivre leur conseil !
Je prend en exemple la guerre en irak, les us voulait la faire, la france ne voulait pas, elle fut faite au grand damne du gouvernement us en fin de compte !
Aujourd'hui les roles sont surement inversé !
Réponse de le 30/03/2012 à 10:14 :
@ gg

Les rôles sont inversés par rapport à quoi ?? il faut suivre l'exemple économique anglo saxon ? suivre les prérogatives de la City qui dirige reéllement le Royaume Uni la bonne blague
a écrit le 30/03/2012 à 5:55 :
la situation économique de la france est critique mais.................pas désespérée
le chemin du désendettement sera long d'autant que nos dirigeants ne prendront pas les mesures adaptées à savoir baisser les dépenses publiques (redéfinir l'action de l'état, recentrer son action sur les missions régaliennes...), et sur les recettes, supprimer les niches fiscales, exception et exemption (telle que l'exonération des plus values lors du départ en retraite des dirigeants, l'article du 100 du CGI sur les reports d'imposition etc.....)
Inciter l'embauche d'un salarié en CDI par une exonération, (limitée à 6000 ?/emploi/an) définitivement acquise au bout de 18 mois, des charges sociales (ces charges seraient payées mais restituées sous forme d'avoir à compter du 6ème mois.
etc etc.....
a écrit le 30/03/2012 à 5:43 :
Un grand merci à la presse anglo saxonne qui ne doit pas avoir de bombes de guerres et de terroristes sous la main pour dire n'importe quoi.....C'est vrai que les USA sont un exemple à (ne pas) suivre ..j'ose pas dire ...de peur d?être enfermé dans une prison américaine dans un endroit secret sur la planète ... ben quoi on est à l'age de pierre et alors!!! vous rêvez de rationalisme de production et de round up dans votre jardin tout propre ... tais toi ils vont t'embarquer ....
a écrit le 30/03/2012 à 4:45 :
Ce qui est amusant, c'est qu'on lisait déjà ce genre de choses dans la presse anglo-saxonne (américaine aussi) bien avant le début de la crise. Je me souviens du Wall Street Journal qui voulait que les nations du monde se cotisent pour sauver la France du naufrage (rires gras sur les bancs, y compris ceux de nos compatriotes d'intelligence moyenne et mentalement apatrides). Or, dès 2008, le PIB français dépassait celui de l'Angleterre (semaine de deuil national au Financial Times) et l'écart n'a cessé de se creuser. Rien qu'au dernier trimestre 2011, on a 0,8 points de différence. Et entre nous, désormais, il y a le Brésil. Avec cela un endettement public très supérieur en Angleterre, et une épargne très inférieure, et pourtant un Etat-providence qui a disparu (quitte à s'endetter, autant que ça soigne les pneumonies, non ?). La pauvreté augmente beaucoup plus vite qu'en France, l'espérance de vie y est plus faible, l'Etat dépassé envisage de privatiser la police et apprend le français à ses pilotes parce que la seule chance des militaires anglais de jamais décoller d'un porte-avion, c'est de s'associer à la France.

Aux USA, pareil : pendant qu'on y découvre le chômage de longue durée de masse (qu'on fait bien sûr disparaître des statistiques, pour prouver une relance imaginaire) et que le salaire moyen y baisse, c'est un enfant sur cinq qui a connu la rue ou la nuit passée à l'arrière d'une voiture s'il faut en croire la CBS (émission "60 minutes"). Mais le déni est en France, on vous le dit !

La vérité c'est que The Economist reste ultralibéral dans l'effondrement même de son système de prédilection, et continue de fonctionner au réflexe, incapable de raisonner ailleurs que dans les murs de son enfermement idéologique, comme un vétéran de la Grande Guerre Patriotique qui, à l'effondrement du mur de Berlin, continuerait à clamer que Staline est l'avenir des peuples. La France a une vague réticence à se suicider en faisant sembler de lutter contre les oukases de la bien-pensance libérale et financière, qui clame que les citoyens doivent êtres réduits en esclavage pour sauver les privilèges des nantis ? Elle est donc un monstre ! Ajoutez à cela la francophobie classique des journaux anglais, qui ont tous, même les plus sérieux, un inexpugnable côté tabloïd, et le tour est joué. Après tout, The Independant, il y a quelques jours, expliquait à propos de l'affaire de Toulouse que les Français sont intrinsèquement et profondément racistes. Et hop, CQFD ! Les analyses sont si simples quand on est persuadé que le Français est d'essence inférieure...

En attendant, c'est l'Angleterre qui est passé du 5e au 7e rang mondial en 3 ans. Pas nous. Et c'est en Angleterre que la police descend impunément dans le métro un innocent parce qu'avec sa barbe, il avait l'air d'un terroriste. Pas en France.
Réponse de le 30/03/2012 à 8:04 :
L'évolution du PIB n'a aucun intérêt, c'est le PIB par habitant qui importe. Celui du RU a augmenté de 60% entre 1999 et 2010 contre 42% pour la France.
Réponse de le 30/03/2012 à 8:04 :
bravo pour vos commentaires que je partage dans leur ensemble et sur la 'manipulation' de l'opinion voulue par la presse libérale anglophone!
Réponse de le 30/03/2012 à 8:06 :
Remarquable . La Tribune serait bien inspirée en publiant votre article en réponse à the economist .
Réponse de le 30/03/2012 à 20:25 :
Heu non, la GB est bien devant nous, la 9éme puissance économique.

8 Royaume-Uni 2 181 069
9 France 2 146 283
(parité de pouvoir d'achat )

Ce qui se retrouve dans le PIB/ Hab parité de pouvoir d'achat

24 Royaume-Uni 35 155
25 France 33 675


Sinon, défendre le modèle grec en 2012, bravo : vous au moins, rien ne vous fait peur !
a écrit le 30/03/2012 à 4:00 :
Pour l'instant, les électeurs français ont droit aux mesures et propositions "rideau de fumée", les futilités que dénonce The Economist.
a écrit le 30/03/2012 à 3:24 :
Vivant à l'étranger non pas comme exilé fiscal mais comme expatrié pour le travail, je puis dire que les hommes politiques français sont de doux rêveurs, absolument pas en phase avec la réalité du monde. Le réveil sera donc douloureux. Un vrai cauchemar. Car c'est sûrement pas le monde qui va s'adapter à la France. Les jeunes ont tout intérêt à quitter le pays au plus vite pour espérer un avenir décent.
Réponse de le 30/03/2012 à 5:46 :
moi je voyage pas mal et je suis d'accord avec vous en disant que l'on est en décalage complet ..mais après tout je leur laisse leur enfer ..et vive la france ou ce qu'il en reste.. et qui sait.. demain il y aura une nouvelle énergie ..du changement..
Réponse de le 30/03/2012 à 6:45 :
en tant qu'expat, la france se rappelera a votre bon souvenir fiscal ( en temps opportun...); n'hesitez pas a demander la nationalite du pays qui vous a accueilli ( parce que le merci de la france, on le connait...)
Réponse de le 30/03/2012 à 8:15 :
Suis parti de France à 50 ans car je ne trouvais plus de travail en France, vu mon âge. Tous les exilés ne sont pas des milliardaires, loin s'en faut. J'ai 66 ans et je travaille toujours car ma retraite c'est une véritable peau de chagrin. Il faut arrêter de crier harro sur les exilés. C'est pas un plaisir de quitter son pays mais je préfère travailler dur plutôt que crever de faim.
a écrit le 30/03/2012 à 1:36 :
Encore une belle couv' de ce monument de la presse anglaise
a écrit le 30/03/2012 à 1:14 :
c'est pas l'ultraliberal the economist qui va comprendre que ne pas réduire les dépenses c'est la bonne voie, déni de quoi dans ce cas ?
a écrit le 30/03/2012 à 1:00 :
The economist n'a hélas pas complétement tort : Le niveau de culture économique de nos concitoyens n'est pas à la hauteur de notre arrogance ...
Réponse de le 30/03/2012 à 4:20 :
Les Français ignorants mais arrogants, voilà deux clichés qu'on lit souvent sous les plumes francophobes des journalistes anglo-saxons et sous celle des Français acculturés. Mais ressasser n'a jamais rien prouvé. Allez, un petit effort, pensez !
Réponse de le 30/03/2012 à 6:46 :
il n'y a pas que les journalistes anglo saxons qui pensent ca... le troisieme pb des francais, c'est qu'ils se croient persecutes par l'univers, qui est jaloux de leur exception culturelle
Réponse de le 30/03/2012 à 7:09 :
Churchill, vous manquez de variété dans vos commentaires. Vous mettez l'exception culturelle à toutes les sauces, mais pourquoi ne pas pondre autour de ce concept une réflexion articulée ? Sans cela vous restez dans la stance, dans le slogan. Le déchaînement de francophobie de la presse américaine après 2003, nous l'avons lu, pas imaginé. The Independant qui titre il y a quelques jours que la France est une nation essentiellement raciste, ce n'est pas de moi que ça vient. Le présent gros titre de The Economist, ce n'est pas moi qui l'ai inventé. Au contraire, quel journal français a jamais titré que tous les Américains étaient des fachos ou analyse sans autre forme de politesse la dégringolade économique anglaise actuelle ? Les attaques viennent des tabloïds et de la National Review, pas de la Revue des deux mondes, c'est un fait. Il est quand même extraordinaire que face à une attaque en règle d'un journal anglais, la réponse stéréotypée soit "les Français sont arrogants". Nous sommes en face d'un exemple paradigmatique de French-bashing, et ce sont les Français qui sont coupables ? Sérieusement ?

Maintenant, "persécuté", quel grand mot ! Se faire traiter de raciste par un éditorialiste francophobe ou de citoyen d'une économie déclinante par un pays qui perd une place au classement du PIB tous les ans, c'est plus une joie qu'une blessure. Comme le disait Courteline, se faire traiter d'idiot par un imbécile est une volupté de fin gourmet.
Réponse de le 30/03/2012 à 10:49 :
Merci Henri !!
Continuez.
Réponse de le 30/03/2012 à 13:45 :
je pourrais! c'est pas moi qui sort ce pretexte fallacieux ( ou plutot ' debile') d'exception culturelle, du ' on va faire ce qu'on veut contre les mechants qui nous en veulent' , etc....., a chaque probleme...... la france recolte ce qu'elle a seme avec patience.....contrairement a ce que vous croyez, il n'y a pas que les britons qui pensent comme ca: demandez aux belges, suisses, suedois, a qui vous voulez, vous aurez les memes constats --- bon vu votre reflexion, vous n'avez jamais mis les pieds a l'etranger, alors je vous pardonne a moitie--- ;-)
Réponse de le 30/03/2012 à 20:29 :
" Comme le disait Courteline, se faire traiter d'idiot par un imbécile est une volupté de fin gourmet."


Je vous signal tout de même que la France est la risée du monde universitaire entier (science éco, évidement). Et les prof et prix nobels ne sont pas tous des débiles profonds. Pour couler une réforme à l'étranger, suffit de dire que ca existe en France..
a écrit le 29/03/2012 à 22:30 :
Dejeuner dans le jardin!!! C est un stagiaire de 3eme a la tribune qui a écrit l article ou alors un "pseudo journaliste internet" inculte.
Je pensais naïvement qu a la Tribune on avait un minimum de sérieux. A tort visiblement, Et dire qu on est informe par ce type de journalistes qui n y connaissent pas plus que nous voir moins...
Et dans le cas présent il s agit simplement du nom d un tableau, on imagine les conséquences pour un article de fond sur la guerre en Irak ou la crise financière par exemple....
a écrit le 29/03/2012 à 22:21 :
Et puis tout va bien au Royaume-Uni, c'est bien connu !!!!

En plus d'être dénués de culture (le déjeuné dans le jardin !) ces journalistes britanniques semblent eux aussi dans un certain déni !!!! Décidément, c'est une maladie contagieuse...
a écrit le 29/03/2012 à 21:37 :
Le déjeuner dans le jardin??? Ce tableau s'appelle le "déjeuner sur l'herbe"

Je ne sais pas si la France est dans le déni mais la culture des journalistes assurément n'est plus ce qu'elle était..
a écrit le 29/03/2012 à 21:15 :
Un peu naîve la réflexion de The Economist. C'est quand même pas juste avant une élection que nos politiques vont dire la vérité :-)
Réponse de le 30/03/2012 à 6:27 :
+1 !
De tout manière, je ne suis pas convaincu qu'ils diraient la vérité
de toute manière.
a écrit le 29/03/2012 à 21:07 :
"Déni de réalité"? Pas du tout, ils veulent chacun être élu, le reste...
Réponse de le 30/03/2012 à 11:09 :
C'est là le problème, ils n'ont qu'une politique "être élu et réélu", Mitterrand à oeuvré toute sa vie tantôt à droite tantôt à gauche, avec comme seule obsession être élu président, après ça...............
a écrit le 29/03/2012 à 20:42 :
Déjeuner sur l'herbe ??????
Réponse de le 30/03/2012 à 20:29 :
Oui, bientôt plus que de l'herbe à brouter pour les français..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :