La Banque de France confirme sa prévision de croissance nulle au premier trimestre

 |   |  254  mots
Copyright Reuters
La croissance économique devrait être nulle en France au premier trimestre 2012, confirme la Banque de France dans sa troisième estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture publiée mardi.

La Banque de France (BdF) a confirmé sa prévision de croissance nulle de l'économie française au premier trimestre, dans sa troisième estimation publiée mardi au sein de son enquête mensuelle de conjoncture. Selon l'institution monétaire, le Produit intérieur brut (PIB) devrait rester "stable" au premier trimestre par rapport aux trois derniers mois de l'année dernière.

En mars, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie était stable à 95, comme en février, avec un redressement de l'activité industrielle. "Les prévisions laissent augurer un maintien de l'activité à court terme", estime la BdF.

Selon elle, le taux d'utilisation des capacités de production est resté stable, mais en-deçà de son niveau moyen de longue période. Les carnets de commandes sont à un niveau jugé normal, tandis que les stocks de produits finis sont légèrement supérieurs au niveau souhaité.

Elle ajoute que les prix des produits finis sont restés orientés à la hausse mais à un rythme inférieur à la moyenne de long terme. Dans les services, l'indicateur du climat des affaires est également stable en mars, à 93 comme en février. "Les prévisions tablent sur une stabilité de l'activité pour les prochains mois", estime la BdF.

L'activité dans les services a accéléré sa progression, tirée notamment par les transports et les activités d'ingénierie, indique-t-elle. La croissance des effectifs s'est accélérée et la hausse des prix est restée très modérée, ajoute la BdF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2012 à 15:49 :
le gouvernement n'a jamais voulu dire la "vérité " aux français ! mme Lagarde fut contrainte d'annoncer des croissances toujours fausses "pour plaire au gouvernement"
les chiffres étaient toujours faux ! seule la banque de france peut encore nous dire "la vérité" ........... le bilan est mauvais-
5 ans de manipulation médiatique et de propagande pour arriver si bas... triste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :