Un débat, deux hommes, six points clés

 |   |  924  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Figure imposée de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, le débat de ce soir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande pourrait être l'occasion d'aborder les "vrais" sujets (compétitivité, emploi, Europe, etc.). Sauf si, une fois encore, ce face à face sombre dans la facilité, l'exposé de faux problèmes et le superficiel.

Les deux heures trente de débat programmées ce soir à compter de 21 heures ne seront pas de trop pour les deux candidats, tant les thèmes à aborder ne manquent pas. Reste à savoir si les explications de fond auront droit de citer dans ce type de "duel", ou si l'on restera au niveau de l'écume des choses avec des formules choc destinées à marquer les esprits, héritières des fameuses répliques "monopole du c?ur", "homme du passif", "dans les yeux je vous le dis"  entendues dans les précédents débats d'entre deux tours.

Sans parler du fait qu'une grande partie du temps de parole devrait être consacré au bilan du quinquennat finissant. L'un, bien sûr, le trouvant très honorable ; l'autre, bien entendu, l'estimant déplorable. Alors, espérons qu'il soit aussi question de l'avenir et des "vraies préoccupations". Car si François Hollande et Nicolas Sarkozy ont tous les deux conscience que les lendemains vont être rudes pour la France, il n'en demeure pas moins que sur plusieurs sujets, il n'ont pas la même idée sur la potion qu'il conviendra de faire avaler au pays. Tour d'horizon des six points clés.

Comptes et déficits publics

Tant Nicolas Sarkozy que Français Hollande souhaitent revenir à un déficit des comptes publics limité à 3% du PIB dès 2013. Le candidat-président prône même l'équilibre à l'horizon 2016, via 75 milliards d'euros d'économie, alors que le candidat PS penche, lui, pour 2017. S'il escompte, lui aussi, réaliser des économies, François Hollande s'est pourtant bien gardé de préciser dans le détail sur quel levier il compte agir, préférant mettre en avant les nouvelles recettes fiscales tirées d'un rabotage général des niches fiscales. Nicolas Sarkozy va certainement aussi titiller le candidat PS sur son projet de donner un coup de pouce au Smic et d'augmenter de 25% l'allocation de rentrée scolaire. La règle du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite va aussi animer le débat. Nicolas Sarkozy veut faire perdurer cette mesure, sauf dans l'école primaire. Il veut l'étendre aux collectivité territoriales de plus de 30.000 habitants. François Hollande, pour sa part, souhaite, au contraire, créer 60.000 emploi dans l'éducation nationale et 1.000 postes dans la magistrature.

Fiscalité

François Hollande entend taxer à 75% la tranche des revenus réguliers dépassant 1 million d'euro. Nicolas Sarkozy ne va pas manquer de parler  "d'impôt confiscatoire". Lui préfère demander aux exilés fiscaux de s'acquitter d'un nouvel impôt égal à la différence entre ce qu'ils payent dans leur pays d'accueil et ce qu'ils auraient du payer s'ils étaient restés en France. Le candidat PS va également certainement évoquer sa "grande réforme fiscale" tendant à équilibrer la fiscalité du capital et celle sur le revenu. Il veut aussi limiter à 10.000 euros par contribuable les avantages issus des niches fiscales, fusionner, à terme, CSG et impôt sur le revenu et rétablir les anciens taux de l'impôt sur la fortune.

Nucléaire

Encore un sujet potentiellement explosif ! François Hollande souhaite baisser progressivement de 75 à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025, tout en faisant monter, en parallèle, la part des énergies renouvelables. Il s'est aussi engagé à fermer "durant le quinquennat" la plus vieille centrale, celle de Fessenheim. En revanche, il a confirmé vouloir faire aboutir le chantier de l'EPR de Flamanville. Nicolas Sarkozy, lui, a régulièrement réaffirmé son engagement en faveur du nucléaire qui assure "l'indépendance de la France".

Compétitivité et emploi

Le candidat-président va reprendre son antienne sur le "coût trop élevé du travail" en France. Il justifiera ainsi sa décision d'augmenter de 1,6 point le taux de TVA le 1er octobre, s'il est réélu. Cette hausse permettrait "d'alléger" le coût du travail en transférant sur la TVA, donc sur la consommation, les 13 milliards de cotisations patronales dédiées à la politique familiale. Il évoquera aussi certainement son souhait de voir aboutir entre le patronat et les syndicats la négociation sur les accords "emplois compétitivité" permettant de moduler temps de travail et salaires. Comme il fera référence à son projet de referendum sur la réforme de la formation professionnelle et de l'indemnisation du chômage. François Hollande s'oppose totalement à la "TVA sociale". En revanche, le candidat PS évoquera la possibilité d'instituer une cotisation sur la valeur ajoutée pour financer la protection sociale. Il mentionnera certainement son projet de  création d'une banque publique d'investissement. Sur le front du chômage des jeunes, il avancera aussi ses propositions de "contrat d'avenir" et de "contrat de génération".

L'Europe

François Hollande l'a maintes fois répété : s'il est élu, il demandera une renégociation du traité de mars dernier sur le pacte budgétaire européen, afin d'y faire ajouter un chapitre sur la croissance. Le candidat PS se dit à cet égard favorable à la création d'eurobonds. Nicolas Sarkozy, lui, donne un an à l'Europe pour revoir les règles régissant la libre circulation des hommes dans l'espace Schengen, sinon la France suspendra sa participation à cet accord. Le candidat-président veut également davantage de réciprocité dans l'accès aux marchés publics entre les différentes zones économiques mondiales. Il trouve l'Europe trop laxiste sur ce point.

Et aussi l'école, les retraites, la décentralisation...De quoi nourrir de beaux débats. Sauf si...

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2012 à 13:18 :
Quelle est la dette globale de la France au 31/03/2012 ?? Nous étions à 1717 Mds
d'Euros à fin Déc 2011.... pourquoi ce chiffre n'est-il pas donné??
a écrit le 03/05/2012 à 12:01 :
C'est simple. Un couple de smicard qui touche donc 2200 euros net par mois, hors prestations sociales, consomment en moyenne 1500 euros par mois.

Vous faites le calcul suivant : 1500 euros x 12 = 18000 euros ; on applique la hausse de TVA voulu par Sarkozy de 1,6% : 18000 euros x 1,6% = 18288 euros, d'où une perte de pouvoir d'achat de 288 euros, soit correspondant plus ou moins au chiffre donné par Hollande.

A noter que nous n'avons pas compter l'impact sur le pouvoir d'achat de la hausse déjà appliquée du taux réduit de 5,5% à 7% appliquée précédemment par NS.

Donc Sarkozy est tout sauf le président ou candidat du pouvoir d'achat, donc de la classe moyenne, bien au contraire celui ayant fait le plus de cadeau aux ménages les plus riches...
Réponse de le 03/05/2012 à 13:57 :
Votre calul est fausse car alimentation est au taux réduit et il n'y a pas de TVA sur les loyers. Ces deux dépenses representent plus de 2/3 du budget des menages à faible revenu
a écrit le 03/05/2012 à 9:31 :
que du blabla . c'est ça un débat , les français attendent autre chose .
notre NATIONALITÉ ,SÉCURITÉ , NOS EMPLOIS ,NOTRE POUVOIR D'ACHAT. c'est à croire qu'il est tabou de prononcer les mots FRANCE et FRANÇAIS . L'ALLEMAGNE ici L'EUROPE là .
la France et les français d'abord . c'est un président de la république ou un vassal du nouvel ordre mondial que nous allons élire
a écrit le 03/05/2012 à 0:26 :
le meilleur c'est bien Nicolas SARKOZY OUIIIIIIIIIIIII
Réponse de le 03/05/2012 à 7:44 :
arrete de te chouter§masturbes toi un peu plus les ...neuronnes
a écrit le 03/05/2012 à 0:22 :
Nous avons vu le vrai visage de F Hollande, un homme qui a cherché à couper systématiquement le débat, même au moment de la conclusion il a encore une ième fois couper la parole ce qui ne se fait pas. Par contre Monsieur Nicolas Sarkosy, lui a été précis dans dans ses interventions, il est un chef d'état, réfléchissez avant de voter dimanche, il nous faut un homme d'état qui est reconnu en Europe et non une personne qui va dilapider le redressement qui a été commencé depusi 5 ans.
Réponse de le 03/05/2012 à 12:05 :
Où voyez vous le redressement ? De plus, Sarkozy n'a de cesse pratiqué les coups bas, comme sur DSK... pour la stature ya mieux. D'ailleurs, les européens et leur dirigeants haïssent Sarkosy notamment pour son arrogance, donc il vaux mieux en changer et choisir un Président qui saura à son tour dire NEIN à Merkel !!!
a écrit le 02/05/2012 à 23:06 :
NS est éc?urant si il est élu je profite de cela pour mettre en vente immédiatement mes biens en France . Car cet homme va nous plumer et mettre le pays en banqueroute
Réponse de le 02/05/2012 à 23:56 :
Si hollande est elu vendez les quand meme car vous aurez besoin de cash pour financer l'austerité et le model social auquel vous aspirez tant !!
Réponse de le 03/05/2012 à 0:10 :
Comment la droite, dont je suis, a-t-elle pu porter et maintenir à sa tête un homme comme Nicolas Sarkozy ?
Mystère ...
Je ne voterai ni pour lui, ni pour monsieur Hollande.
Vote blanc !
Réponse de le 03/05/2012 à 0:28 :
Pouvez-vous développer? S'il y a des esartz d'arguments dans votre cerveau?
a écrit le 02/05/2012 à 22:51 :
De toutes façons $arközy de Nagy Bocsa est cuit.Il aura beau tempêter, essayer de donner des leçons, de se présenter comme le seul capable, le recours (comme Pétain), les jeux sont faits. La seule chose qui va être intéressante dans les prochains mois sera de suivre ses démêlés judiciaires. Les juges piaffent d'impatience de le convoquer et le dossier est lourd.
a écrit le 02/05/2012 à 21:26 :
Sarkozy va tenter de mordre, de sauter à la gorge et de défoncer à l?arme lourde. Hollande va esquiver et répondre aux coups en accentuant sa prise de hauteur. Peut-être le moment de vérité sur leur personnalité dans l?adversité : exigence évidente au regard des épreuves qui attendent le pays. Qu?ils délaissent les thèmes accessoires et opportunistes pour se colleter aux vrais enjeux d?un quinquennat évidemment sans repos.
http://pamphletaire.blogspot.fr/search/label/Pr%C3%A9sidentielles%202012
a écrit le 02/05/2012 à 20:23 :
Je croyais qu'on était riche au dessus de 4000??
Réponse de le 02/05/2012 à 22:11 :
On est riche au-dessus de 1500 euros. C'est le salaire médian français !
a écrit le 02/05/2012 à 20:12 :
Les "paradis fiscaux" c'est bientôt fini :quand les peuples verront l'étendue des collusions entre la fraude fiscale le crime et le terrorisme, ils exigeront leur fermeture.La Suisse l'a bien compris et négocie sa sortie de la criminalité financière avec l'Allemagne,les Pays Bas et l'Autriche,seul Sarkozy refuse obstinément de taxer ces fraudeurs (combien d'écoles ou d'hôpitaux cela ferait) Une loi d'une ligne supprimera ces "paradis: suppression des licences des banques qui trafiquent un euro avec eux, c'est une proposition de ...Merkel paniquée en 2008 , à la prochaine alerte les états ne pourront plus payer les dettes des banques et exigeront cette loi pour faire revenir l'argent dans l'économie réelle.Hollande aura la chance de participer activement à ce retour.
a écrit le 02/05/2012 à 19:46 :
Ces deux-là, c'est Gamelin au château de Vincennes en mai 1940 sans téléphone .
Réponse de le 03/05/2012 à 13:50 :
Hélas ....
a écrit le 02/05/2012 à 19:02 :
Il fo que les 2 candidats posent des questions pointues et qu'il y ait des réponses claires et étoffées ? SINON QUEL ENNUI EN PERSPECTIVE AVEC RISQUE
D AGRESSIVITE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :