Dépenses publiques : quand Hollande et Sarkozy convergent...

 |   |  848  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pour revenir à l'équilibre des comptes publics, Nicolas Sarkozy serait prêt à couper dans les dépenses, tandis que François Hollande ne ferait qu'augmenter les impôts. Ce sentiment, largement partagé, ne correspond pas aux engagements des deux candidats à l'élection présidentielle

Le diagnostic semble évident : pour redresser les finances publiques, François Hollande a choisi les hausses d?impôts, tandis que Nicolas Sarkozy opte pour des économies sur les dépenses. Tellement évident que ce « constat » a été répété au cours du débat de mercredi soir. Un diagnostic qui s?impose d?autant plus facilement qu?il colle à l?image couramment admise de socialistes volontiers taxeurs, « dépensophiles et étatolâtres », comme avait pu dire Laurent Fabius pour fustiger ce travers, alors que la droite actuelle serait prête à faire reculer l?Etat, en coupant dans ses dépenses. Ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati résume le sentiment commun, dans un texte publié par le site internet Huffington Post. « La différence la plus notoire entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, c'est sans doute ce qu'il préconise pour un retour à l'équilibre budgétaire : Nicolas Sarkozy veut poursuivre la réduction des dépenses publiques sans entamer le pouvoir d'achat, alors que François Hollande propose l'impôt ».

Un contraste à relativiser
A voir les programmes de François Hollande et Nicolas Sarkozy, un tel contraste entre les deux candidats mérite d?être sérieusement relativisé. S?agissant des impôts, d?abord. Les deux candidats annoncent une progression des prélèvements obligatoires, jusqu?en 2016. Le président sortant les ferait passer de 44,6% du PIB en 2012 à 45,8% en 2016 (+1,2 point), selon la programmation des finances publiques que son gouvernement vient de transmettre à Bruxelles. François Hollande retient un chiffre plus élevé (46,9%), mais basé sur d?anciennes données: il pourrait être révisé à a baisse. Le candidat PS table sur une hausse de 1,8 point des prélèvements.

La hausse est donc plus élevée que celle de Nicolas Sarkozy, mais les deux prévoient bel et bien d?augmenter les impôts. Si Nicolas Sarkozy affiche moins de mesures fiscales synonymes de hausses d?impôt, c?est notamment parce qu?il table sur une hausse spontanée des prélèvements obligatoires : la croissance retrouvée serait accompagnée de fortes recettes fiscales, la progression de celle-ci dépassant celle du PIB, estiment les experts proches du candidat UMP.

Hollande programme une vraie restriction des crédits publics
Et les dépenses publiques ? Les journalistes qui, menant le débat mercredi soir, espéraient obtenir des précisions sur ce point, sont restés sur leur faim. Contrairement à une idée reçue, donc, François Hollande table aussi sur des économies budgétaires. « La dépense n?augmentera pas de plus de 1% par an » a-t-il confirmé mercredi, soulignant que « sous votre direction (celle de Nicolas Sarkozy, ndlr), pendant cinq ans, la dépense publique a augmenté de 2% ». De fait, la pente naturelle de la dépense publique en France, compte tenu du vieillissement de la population, des dépenses maladie? c?est une croissance de 2% ou plus en volume ?une fois l?inflation déduite-, chaque année. Ramener cette progression à 1% l?an suppose, déjà, des économies importantes : cela signifie aller au-delà des restrictions pratiquées pendant le quinquennat Sarkozy, ce dont peu d?électeurs de gauche ont vraiment conscience. Bien évidemment, François Hollande ne s?appesantit pas sur ces efforts, forcément douloureux, qu?il entend programmer. Et, contre toute attente, Nicolas Sarkozy n?a pas vraiment tenté, mercredi soir, de le mettre en difficulté sur ce terrain.
Le candidat PS compte bien, en tous, cas, diminuer de 2,6 points, le poids de la dépense publique dans le PIB d?ici 2017. Celle-ci représentait 55,9% de la richesse nationale en 2011.

Sarkozy veut aller encore plus loin
Nicolas Sarkozy veut aller plus loin. Pour diminuer de 4 points cette dépense, et la ramener à 51,9% du PIB en 2017, il a l?intention de limiter à 0,4% la progression annuelle des crédits de l?ensemble des administrations. « C?est impossible » dénoncent les experts socialistes. Il va « casser la protection sociale ». Un discours à relativiser ? La marche que François Hollande dit vouloir franchir, entre la tendance spontanée de la dépense (+2% l?an) et son programme (+1%), est plus grande que celle qui le sépare de Nicolas Sarkozy (+0,4%). Croire que le candidat socialiste appartient au club des « dépensophiles » , c?est donc se tromper lourdement, si l?on se fie à son programme.

Sarkozy en dit plus sur les économies à venir

Nicolas Sarkozy a, cependant, mieux documenté les économies à venir, qui atteindraient 40 milliards d?euros. Il compte économiser 7 milliards d?euros sur les dépenses de personnel et pas moins de 16 milliards sur les dépenses de fonctionnement et d?intervention de l?Etat, dont un gel des subventions aux collectivités locales. 13 milliards seraient aussi économisés sur l?assurance maladie, en maintenant la progression des dépenses à 2,5% (soit une quasi stabilisation en euros constants).
François Hollande ne dit pas, en revanche, comment il baissera de deux points la proportion de la dépense dans le PIB. En tout état de cause, cette baisse contribuerait autant à la réduction du déficit que la hausse des prélèvements obligatoires.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2012 à 14:05 :
Je vous assure que Hollande est Présidant de la République France .
a écrit le 05/05/2012 à 14:05 :
Je vous assure que Hollande est Présidant de la République France .
a écrit le 04/05/2012 à 23:07 :
C'est vrai que ramener la progression des dépenses de 2 à 1% implique des réductions drastiques de dépenses, mais principalement de fonctionnement; donc le plus facile est de supprimer des centaines de milliers de postes dans les services publics pour y arriver rapidement, alors que c'est là que se trouve l'électorat du PS.
En réalité, l'image d'homme de gauche véhiculée par ses discours ne correspond pas à la réalité de son programme, FH n'est pas du tout de gauche, mais ceux et celles qui l'éliront s'en rendront compte trop tard après le 6 Mai.
a écrit le 04/05/2012 à 17:44 :
Personnellement, je ne vois en eux aucune divergence de fond. Lorsqu'un couple se bat pour savoir quelle sera la prochaine couleur du papier-toilette, j'estime qu'il est coordonné. L'inconvénient, c'est qu'ils font cela alors que la maison brûle.
a écrit le 04/05/2012 à 13:56 :
Il arreter de réver, nous sommes endettés jusqu'au cou et l'on veut en remettre une couche avec les socialos. Soyons un peu plus responsable, ce n'est pas le temps des bisous nounours, mais le temps ou il nous faut rétablir nos comptes publics. Si certaines personnes quittent le territoire national, il faut leur enlever tous leurs droits notamment celui de se faire soign,er au détriment de ceux qui honorent leur parole d'etre français
Réponse de le 04/05/2012 à 15:23 :
+100. Pb : trop de francais flippent devant l'avenir.
Réponse de le 04/05/2012 à 15:41 :
Tu peux arrêter de soigner, bouger, respirer, ou même exiler tous ceux qui marchent sur le sol français, tu ne rembourseras pas le dette. Welcome to Greece, fallait y penser avant. C'est trop tard. Seule solution : défaut de paiement.
Réponse de le 04/05/2012 à 17:45 :
Si je comprends bien, vous êtes favorables au fait de soigner les clandestins gratuitement mais vous souhaitez faire vos cibles des français qui fuient l'oppression. Je pense que les mois à venir vont être un régal ...
Réponse de le 13/05/2012 à 20:35 :
@ Cadoudal, J'ai quitte la France depuis 8 ans, Je n'ai jamais " profiter" de la secu comme vous le laissez enterndre puisque premierement je ne cotise pas, Deuxiemement j'ai une assurance maladie qui me couvre parfaitement, Dernierement j'habite en Asie, un peu loin pour faire un aller retour pour se faire soigner. Les expats essaient au mieux que possible d'acheter made in france pour defendre les emplois de nos compatriotes. C'est dommage que beaucoup de francais sont ignorant des realites des expats.
a écrit le 04/05/2012 à 13:25 :
bizarre qu'on discute tres peu des cumulards, des commissions bidons, etc .. voir le bilan annuel de la Cour des Comptes.
a écrit le 04/05/2012 à 13:06 :
développement durable en vue !
a écrit le 04/05/2012 à 12:56 :
Augmenter les impôts la solution de facilité de Hollande,mais 1000 riches sont prêts à partir en BelgiqueQue va t'il rester les moyens et les pauvres ? Donc les myens paieront puis que les pauvres ne peuvent pas, ils se serreront la ceinture un peu plus..
a écrit le 04/05/2012 à 12:26 :
Rappelons simplement les idées Hollande :
- la retraite à 60 ans (quand la durée de vie ne cesse de s'allonger),
- 60.000 nouveaux fonctionnaires (quand il s'agit surtout de réduire les dépenses publiques),
- 30% de baisse sur les traitements du président et des ministres (même M. Jean-Marie Le Pen,n'a jamais osé aller aussi loin dans la démagogie).
Où est la logique ?
Réponse de le 13/05/2012 à 21:33 :
Tout est faux et imprécis : Retraite à 60 ans pour ceux qui auront cotisés 41 ans, cen'est pas la retraite à 60 ans comme vous le dites...!!
60 000 nouveaux fonctionnaires dans l'Educ Nat compensés par des suppressions dans d'autres Ministères....!! et oui 30% de baisse sur revenus du Président et Ministres.... Il faut toujours etre très précis
a écrit le 04/05/2012 à 11:59 :
Insee comptes de la Nation:
en 2001 dette publique 853,3 milliards 57,1% du PIB.
Sans autres commentaires.
a écrit le 04/05/2012 à 11:58 :
Au delà de la crise économique due à l'incurie des chefs d'états occidentaux depuis 40 ans, pour moi il s'agit plus d'un suicide de la civilisation occidentale et d'un retour à la barbarie par l'abandon de toutes les valeurs qui l'ont élaborée.
Nos élites, élues par concours démagogique, manque impressionnant de courage et avidité sont vraiment de plus en plus nulles, sans autre idéal que personnel et prêtes à tout sacrifier pour être élues. Comment se fait-il que les peuples, dont le niveau de vie et d'instruction tombe en chute libre, ne s'en rendent pas compte ?
A moins qu'il n'ai le choix qu'entre la peste et le choléra qui ont très bien verrouillé le système.
Réponse de le 04/05/2012 à 15:55 :
Je confirme, ca s?appelle la dictature par la culture, où plutôt la'absence de culture de l'électeur moyen. Ca se termine soit par la Grèce, soit par la guerre. Tjs la même chose, la peste et le choléra. Peut-être une prise de conscience entre temps...
a écrit le 04/05/2012 à 11:48 :
Bravo pour cet article qui remets les choses à leur place et qui ne perpétue pas les légendes du clan Sarkozy sur des hausses d?impôts vertigineuses d'Hollande.
On voit bien que leur programme est quasiment le même. Ce n'est pas sur le plan économique que l'élection se joue.
Réponse de le 10/06/2012 à 22:57 :
renseigne toi donc sur les dépenses de Hollande, à l'heure qu'il est, il à déjà exploser le compteur de Sarko à la même période au pouvoir! C'est sure, faire les déplacements en train ou en voiture, ça fait mieux sur le papier, ou pour les neuneus, mais tout ça c'est du flan... La gauche caviar tu connais, t'es dedans.
a écrit le 04/05/2012 à 11:43 :
Je lis, dans votre journAl :
HOLLANDE VEUT UNE VICTOIRE "AMPLE"
Dans le camp d'en face, François Hollande, qui ne brûle pas les étapes mais paraît de plus en plus serein, a appelé vendredi les Français à lui donner une victoire la plus large possible.
""

Il passe dE 56 % à 52.5 % d'intention de vote dans vos sondages, en 2 mois, et il est de plus en plus serein !!??????
Cherchez l'erreur ....!
Et ça veut gouverner le pays ...§?
Réponse de le 04/05/2012 à 15:17 :
Vous croyez encore aux sondages ?, moi quant j'ai été sondé (une fois)
j'ai dit que je votais Pompidou alors
a écrit le 04/05/2012 à 11:42 :
Nous avons vu les piètres performances de l'équipe en place pour contrôler la dépense publique, et surtout le manque de réactivité pour s'adapter à un environnement il est vrai difficile. Je crois d'ailleurs difficile à l'équipe en place de faire passer une pilule très amère et inéluctable à notre population, dont on ne peut pas dire non plus que l'équipe en place l'ait préparée à des lendemains très douloureux. voilà les deux erreurs grossières de NS: une dette incontrôlée et son incapacité à tenir un discours de vérité , son populisme destiné à flatter le vulgus dans le sens du poil. Tout comme M.Pinault, j'ai choisi!
a écrit le 03/05/2012 à 20:01 :
Sarkozy a eu 5 ans pour mettre les finances publiques (collectivités comprises) sur les rails mais il n'a rien fait ne voulant pas notamment heurter les dizaines de milliers de petits notables accrochés à leurs privilèges. La France file un mauvais coton si l'on peut dire. De plus en plus d?industries délocalisent et ne reviendront jamais.
Réponse de le 04/05/2012 à 10:59 :
les vrais problèmes quasi ignorés dans cette fin de campagne ! la haine au menu pour capter le vote FN ! vivement la fin ! parler de rigueur et de règle d'or quand on devrait se sentir responsable du déficit ! la droite ne voit pas qu'elle est au pouvoir depuis 10 ans - dingue ?
a écrit le 03/05/2012 à 20:00 :
Sarkozy a eu 5 ans pour mettre les finances publiques (collectivités comprises) sur les rails mais il n'a rien fait ne voulant pas notamment heurter les dizaines de milliers de petits notables accrochés à leurs privilèges. La France file un mauvais coton si l'on peut dire. De plus en plus d?industries délocalisent et ne reviendront jamais.
a écrit le 03/05/2012 à 19:48 :
Ce qui est sûr c'est que si Hollande est élu, la France va passer un mauvais quart d'heure et pas seulement sur les marchés, les marchés vont faire monter l'intérêt sur la dette et en plus, il est fort à parier que l'euro éclatera, car j'ai des doutes que Hollande va dicter sa loi à l'Allemagne, il détient le plus mauvais jeu, déficit partout sur la dette commerciale, sur le budget, chômage élevé, situation précaire, impôts trop élevé, c'est le cocktail classique du socialisme à la française, c'est vrai qu'à droite ce n'est pas mieux, donc bonne chance au prochain président. Le cocktail explosif.
Réponse de le 04/05/2012 à 11:51 :
"car j'ai des doutes que Hollande va dicter sa loi à l'Allemagne": effectivement. Surtout si la première mesure de FH consiste à revenir à la retraite à 60 ans. Comment expliquer aux Allemands qu'ils devront partir à 67 ans à la retraite pour que les Français, eux, puisse continuer de partir à 60 ans...
Réponse de le 25/06/2012 à 22:41 :
Le départ à le retraite à 60 ans concerne peu de personnes.
Les ouvriers commencent jeunes et meurent à 73 ans en moyenne.
Leur faire prendre une retraite à 62 ans, vous trouvez çà normal ?
Regardez Liliane BETTENCOURT, elle glande et vit longtemps.
a écrit le 03/05/2012 à 19:36 :
Vous croyez au père Noël? Vous croyez vraiment que Hollande va mener des réformes pour limiter la croissance du budget de l'Etat à 1%? Non, ce chiffre n'est qu'une vague promesse de campagne qui sera vite jetée aux oubliettes.
Réponse de le 03/05/2012 à 19:54 :
@toccata: et toi, tu crois que Sarko va faire autre chose que de réduire les services essentiels et augmenter aussi les impôts ? On fait comment pour combler des déficits incontrôlables ? T'as une solution autre que la démago anti Hollande ?
Réponse de le 04/05/2012 à 11:41 :
Sarkozy, a eu 10 ans pour peser sur les décisions, dont 5 ans en temps que président avec les plein pouvoirs. Dans ce laps de temps, la dette a doublé.DOUBLE ! Le constat est simplement accablant. Comment peut on être aussi aveugles et ne rien voir des réalité du monde qui nous entoure ?
Réponse de le 10/06/2012 à 23:02 :
Critique, dans cinq ans tu supplieras Sarko pour qu'il revienne, c'est comme toujours, les français pleurent après!
Réponse de le 25/06/2012 à 22:33 :
Cà ne risque pas.
Le roi du bling-bling qui a dépensé 9,5 millions d'euros en sondages inutiles à nos frais, non merci.
Et tous ses copains de Neuilly a qui il a rendu des services au détriment du pays...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :