La France n'a pas retrouvé le chemin de la croissance au premier trimestre

La croissance de l'économie française a été nulle au premier trimestre, marquée par une consommation atone, un recul de l'investissement et une contribution négative du commerce extérieur, a annoncé ce mardi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).
Copyright Reuters

La croissance n'a pas décollé au premier trimestre. La stagnation de l'économie française en début d'année s'inscrit dans la continuité de ses maigres performances de la fin de l'année dernière. L'Insee a révisé en baisse la hausse du Produit intérieur brut au quatrième trimestre 2011, à 0,1%, au lieu de 0,2% annoncé auparavant. L'institut a maintenu en revanche à 1,7% le chiffre de la croissance pour l'ensemble de 2011. La Banque de France avait déjà, elle aussi, évalué à zéro la croissance au premier trimestre et prévu une activité stable pour le deuxième.  La Commission européenne estime à 0,5% la croissance en France cette année, le même chiffre que celui sur lequel compte le président élu François Hollande. Elle prévoit en revanche une expansion de 1,3% seulement l'an prochain contre 1,7% prévu par le nouveau dirigeant.

Une consommation peu dynamique

Sur les trois premiers mois de cette année, les dépenses de consommation des ménages ont été "peu dynamiques", progressant de 0,2% par rapport au trimestre précédent après une hausse de 0,1% fin 2011, tandis que la formation brute de capital fixe totale (autrement dit, l'investissement) s'est repliée (-0,8% après +1,3%), note l'Insee. En conséquence, la demande intérieure n'a contribué que de 0,1 point de pourcentage à la croissance du PIB hors impact des variations de stocks, contre une contribution de 0,3% fin 2011.

Du côté du commerce extérieur, les importations ont recommencé de croître, progressant de 0,7% après une baisse de 1,4% au quatrième trimestre tandis que les exportations ont ralenti ne gagnant que 0,3% après une hausse de 1,1%. Le solde extérieur affiche ainsi une contribution négative à l'évolution du PIB (-0,1 point, après +0,7 point). "La production tourne au ralenti" et "la consommation des ménages est atone", fait remarquer l'Insee.

L'énergie dopée par la vague de froid de février

La production de biens et services est restée "quasi-stable" en janvier-mars par rapport aux trois mois précédents (+0,1 % après +0,2%). La production de biens manufacturés s'est repliée (-0,8% après +0,3%), particulièrement celle du raffinage, en raison de l'arrêt de certaines usines. A l'inverse, la production d'énergie s'est redressée "sensiblement", augmentant de 2,1%, après une baisse de 1,6 %, sous l'effet de la période de froid exceptionnel de février, explique l'Insee. Du côté des services, la production a progressé faiblement, gagnant 0,2%, tout comme au dernier trimestre de 2011.

La vague de froid survenue en février a entraîné un bond de 7,6% des dépenses d'énergie et de services publics. Mais les dépenses en produits manufacturés se sont repliées de 0,5%, avec une chute marquée de 6,5% des achats d'automobiles, qui avaient nettement augmenté en fin d'année (+5,0%). Les dépenses en services ont été stables (+0,1 % après 0,0%).
Le PIB est corrigé de l'inflation, du nombre de jours ouvrables et des variations saisonnières.

L'Allemagne double la France

L'économie allemande a fait un pied de nez à la récession qui touche plusieurs de ses partenaires européens, rebondissant de 0,5% au premier trimestre, bien plus que prévu, selon des chiffres préliminaires publiés ce mardi. Les économistes s'attendaient à ce que la première économie européenne redresse timidement la tête, avec une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 0,1% après le recul de 0,2% enregistré fin 2011. Au lieu de cela, "les chiffres ont pulvérisé les attentes", note Christian Schulz, économiste de Berenberg Bank.  L'Office fédéral des statistiques allemand, Destatis, ne publiera le détail des chiffres que le 24 mai, mais a d'ores et déjà indiqué que l'export et la consommation des ménages avaient tiré la croissance.
 

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 15/05/2012 à 14:46
Signaler
En raisonnant Achat utile,auprès de qui,en faisant le comparatif Prix,incluant aussi la taxe carbone,pour quelle qualité,avec durée de garantie,nous aurons la base d'une approche d'approvisionnement,qui édictée sous forme de cahier des charges auquel...

à écrit le 15/05/2012 à 14:28
Signaler
La France n'a pas renoué avec la croissance et le futur sera à peu près du pareil au même. Peut-être un léger mieux passager mais c'est tout. Impossible de concurrencer des pays comme la Chine. Nous avons encore les avions et quelques autres hautes t...

à écrit le 15/05/2012 à 12:11
Signaler
Dans quelques mois, grâce à la politique dynamique de notre nouveau président, la croissance atteindra les 6 % par an. Non pas comme avec le précédent et sa politique d'austérité qui ne menait nulle part ! LOL

le 15/05/2012 à 14:26
Signaler
Non mais sérieusement ... On se doute bien bien qu'il va faire mieux, mais simplement parce qu'il est impossible de faire pire. Si on atteint une croissance de 2% d'ici 2 ans, ce sera déjà très bien.

le 15/05/2012 à 16:43
Signaler
Impossible qu'il fasse mieux. Le contexte est bien trop dégradé alors qu'Hollande nous annonce dès aujourd'hui une restriction des libertés d'entreprise et une politique de relance ruineuse qui nous mènera au chaos. Sur ce....

le 15/05/2012 à 17:39
Signaler
Le problème c'est que 10 ans de gouvernements UMPetitrigolos ont relégué la France à la 11ème place sur 27 payseuropéens, 900 sites industriels ont été fermés, la désindustrialisation se traduit par des friches industrielles ENVAHISSANTES, augmenté l...

le 15/05/2012 à 17:59
Signaler
Et oui, avec un temps de travail plafonné à 35 heures, un euro trop fort voulu par les socialistes au début des années 90, une surévaluation du SMIC, etc... Ceci ne peut pas aider beaucoup l'industrie. Personnellement, je ne suis pas UMP, mais plutôt...

à écrit le 15/05/2012 à 11:30
Signaler
Waaaa, je suis hyper surpris !

à écrit le 15/05/2012 à 10:12
Signaler
Avec son organisation administrative obsolète et ses lois sociales d'un autre temps, la France va poursuivre sa chute inexorable.

le 15/05/2012 à 11:07
Signaler
La croissance dépend de la capacité de production innovante à fortes valeurs ajoutées et de productions exportables pour retrouver une balance d'exportation POSITIVE. Les principaux étouffoirs et tueurs des projets innovants, ce sont les structures p...

le 15/05/2012 à 11:16
Signaler
Les Pays Bas et l'Angleterre ont une administration plus moderne et efficace, pas de doute....pourtant ces pays sont en récession.

le 15/05/2012 à 12:12
Signaler
En fait, c'est le surendettement des États occidentaux qui amputent leur croissance. Ceux qui pensent que l'on peut dépenser sans compter serait bon pour cette dernière se trompent lourdement !:)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.