Auto-entrepreneurs : les pistes d'une réforme

 |   |  858  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Le dispositif est actuellement évalué par Sylvia Pinel, la ministre déléguée chargée de l'Artisanat et du Commerce. Les enjeux de la réforme sont multiples. Ce sont les artisans du bâtiment qui se considèrent les plus pénalisés par cette concurrence qu'ils jugent déloyale.

En attendant les résultats de l?évaluation du régime social de l?auto-entrepreneur actuellement en cours, le gouvernement phosphore pour modifier, sans le menacer, un dispositif qui a séduit près de 1,1 million de personnes depuis le 1er janvier 2009, date de son entrée en vigueur. En résumé, le régime social de l?auto-entrepreneur permet aux salariés appartenant au privé mais aussi aux fonctionnaires, aux chômeurs, aux retraités et aux étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour accroître leurs revenus. Les démarches administratives sont très simplifiées et le régime fiscal est avantageux.
 

Les enjeux sont multiples

Pour Sylvia Pinel, la ministre déléguée chargée de l'Artisanat et du Commerce qui, conformément au souhait du candidat Hollande, a promis d?aménager ce dispositif, la tâche n?est pas si simple. Les enjeux sont en effet multiples, notamment au niveau social puisque sur les 750.000 auto-entrepreneurs actuellement actifs, 300.000 environ sont inscrites à Pôle Emploi. « Si le régime devait devenir contraignant au point de désinciter ses bénéficiaires ou les personnes qui s?y intéressent actuellement au chômage, ce serait pour eux un retour à la case départ. Et les retours en arrière ne sont pas bons », explique Cyrille Darrigade, le vice-président de la Fédération des Auto entrepreneurs (FEDAE). Toujours sur le plan social, l le régime permet dans beaucoup de cas de fairer survivre le « travailler plus pour gagner plus », la facturation annuelle étant en moyenne de 8.500 euros,
Sur le plan financier, un changement peut aussi se révéler risqué. Sans parler de poule aux oeufs d?or, la version actuelle du régime social a au moins le mérite de ne rien coûter et de permettre à l?Etat d?engranger chaque année environ 1 milliard par an de recettes: 650 millions de contributions sociales et 350 millions de recettes fiscales.
 

Faire la chasse aux abus

Afin de tenter de contrôler le destin du régime, les associations qui défendent les intérêts des auto-entrepreneurs ont déjà pris les devants. « Il ne faut pas être dogmatique. Ce régime fonctionne bien mais il peut être amélioré. Il faut limiter tous les abus, notamment ceux qui entravent le droit du travail lorsqu?un employeur demande à quelqu?un de devenir auto-entrepreneur pour ne pas avoir à payer les charges sociales », explique François Hurel, « l?inventeur » du régime et président de l'Union des auto-entrepreneurs (UAE) qui avait déjà formulé en janvier six propositions pour réformer le dispositif.

On peut notamment citer la proportionnalité de la cotisation foncière des entreprises (CFE) avec prélèvement à la source, le développement de l'accompagnement, l?obligation de souscrire à 'une assurance responsabilité civile professionnelle... « Il ne faut surtout pas opposer les auto-entreprises et les entreprises, l?intérêt général en dépend », résume François Hurel qui rappelle que 22% des auto-entreprises deviennent des entreprises classiques.
La FEDAE n?est pas en reste, notamment sur le sujet de la formation. Elle suggère à la ministre de rendre obligatoire l?adhésion des bénéficiaires du dispositif à l?une des deux associations existantes pour assurer un suivi et un contrôle permettant d?éviter les dérives au même titre que la plupart des professions libérales qui sont rattachées à des ordres professionnels. Une proposition que le cabinet de Sylvia Pinel aurait écoutée d?une oreille très attentive.
 

Les artisans du bâtiment espèrent beaucoup

Au regard de ces éléments, quelles sont les pistes probables de réforme ? Sachant que ce sont essentiellement les artisans, et en particulier ceux appartenant au secteur du bâtiment, qui plaident pour une modification du régime, considérant qu?il introduit une concurrence déloyale, il est assez probable que la réforme se concentre sur ces activités.
Trois scénarios sont envisageables. Le premier pourrait être l?exclusion du secteur de la construction du champ d?activité de l?auto-entreprise, comme le sont la plupart des professions réglementées. « Peut-on imaginer un médecin ou un avocat auto-entrepreneur ? », s?interroge Alain Griset, le président de l?Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM). « Pourtant, si un auto-entrepreneur construit une maison, sa reponsabilité est énorme », poursuit-il. La deuxième option : mettre les auto entrepreneurs et les chefs d?entreprises classiques sur un pied d?égalité au niveau réglementaire, social et fiscal. Toutefois, on imagine mal le gouvernement accorder une exonération de TVA, dont bénéficient les auto entrepreneurs, aux entreprises du bâtiment. La limitation dans le temps du régime ? un ou deux ans ? serait la troisième option envisageable. Mais, comme tous les compromis, il ne satisferait pas tout le monde. « A quoi servirait de contraindre quelqu?un qui est au chômage et qui veut se lancer ou quelqu?un qui veut simplement améliorer l?ordinaire en valorisant sa passion ? », s?interroge François Hurel.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2013 à 13:37 :
Je suis vendeur à plein temps, et j'ai ouvert une entreprise en auto-entrepreneur dans la vente de matériel et accessoires spécialiser pour chien et chat. C est ma première année et pour l instant mon chiffre d affaire ne me permet pas de travailler à plein temps je ne peux pas encore avoir un salaire. Je compte vraiment un jour travailler à temps plein à mon compte.
a écrit le 14/11/2012 à 14:24 :
Je suis webmestre en statut auto-entrepreneur et salarié à plein temps dans un autre domaine d'activité. Mon chiffre d'affaire moyen ne dépasse pas 5000 ? car je n'ai pas le temps et pas non plus l'envie d'en faire mon quotidien. Le statut d'AE me convenait parce que l'on paye ses impôts au prorata de ce que l'on facture. La CFE que j'étais sur le point de payer faisait passer mon imposition à 52%. Autant dire que je m'apprêtais à fermer boutique. La TVA et les dépenses liées à mon activité n'étant ni récupérables ni déductibles, toute dépense nouvelle comme des adhésions à une assurance ou à un ordre professionnel (qui sont forfaitaires) pourraient sur un mauvais exercice excéder mon bénéfice ce qui revient à travailler plus pour dépenser plus.
a écrit le 11/11/2012 à 0:31 :
interdit en auto-entrepreneur la location de chapiteaux, remorques, transport de voiture?ect .
Voir sur le leboncoin.fr , le travail noir est visible . Aucun contrôle ?
C?est mettre les petites entreprises à genoux .
Je suis pour que ce statut A-E existe , mais il doit être encadré et respecté à la lettre .
Oui , il faut faire certifier les comptes , et l?activité de l?auto-entrepreneur pour éviter les fraudes .
La France va mal ?parce qu?avec internet ! C?est très facile de faire n?importe quoi .
Après 16 années d?activité dans la location de matériel de loisirs, j?ai été obligé de fermer mon entreprise le 30 juin 2011 avec toutes ces annonces illégales .
a écrit le 21/09/2012 à 4:41 :
D après beaucoup de commentaires que je viens de lire quand a cause de certains cas isolés il y a fraude on devrait tout supprimer . Dans ce cas il y a aurais beaucoup de choses a enlever comme tout les statuts eurl ,sarl, micro entreprise mais aussi dans ce cas les allocations chômage , la sécurité sociale , la caf ect ........ . Est ce que vous trouveriez ça juste je ne croix pas . Alors oui faut faire la chasse à ceux qui fraudent et qui abuse mais pas le faire subir aux autres qui désire tout simplement travaillé et être honnête
a écrit le 23/07/2012 à 22:08 :
albert.sebag@aliasol.com la plupart des auto-entrepreneurs tout comme les artisans et commerçants frodent le trésor public nous espérons que le nouveau gouvernement va mettre fin à tous ces abus toutes ces fausses déclarations qui ne correspondent pas à ces malheureux
a écrit le 25/06/2012 à 17:32 :
Conseiller à la création d'entreprise, j'ai approuvé et appuyé le statut de l'AE, car j'en maitrise les tenants et les aboutissants. Pour les personnes accompagnées, certains ont basculé en EI ou société. Ce statut est bénéfique voire salutaire. Il permet de créer son propre emploi avant de créer de l'emploi et répond immédiatement à un besoin de ressources. Le problème rencontré depuis son lancement 1/ un non controle des pouvoirs publics sur l'utilisation dudit statut 2/ une désinformation causée et/ou provoquée par les médias (reportage télévisée et autres) 3/ un manque cruel d'information du public, il a fallu attendre mi-2010 début 2011 pour avoir des informations publiques régulières présentées soit par les Chambre de Commerce ou des Métiers. La réaction ne s'est pas faite attendre LES FRANCAIS se sont appropriés comme ils l'entendaient le processus de l'auto entreprise, amenant ainsi aux dérives constatées. Pour rappel, l'auto entreprise a été créée pour réintégrer le black (vrai raison mais non évoquée !) ou éviter le black !!! Quant à la concurrence déloyale, dès 2010 la Chambre de Métiers a réagi en invitant les auto entrepreneurs relevant de l'artisanat à s'inscrire moyennant finance auprès de leur CFE et exigeait de possèder soit la qualification soit l'expérience minimum de trois années, comme quoi la problématique était déjà connue. Si l'une des mesures évoquées dans l'article est appiquée, le black va ressurgir à vitesse grand V, à nouveau les FRANCAIS vont s'approprier le nouveau statut et en faire ce que bon leur semble = DERIVES. Comme d'habitude, le gouvernement (quelque soit sa couleur) observe le comportement de ses concitoyens et adopte des réformes qui vont contraindre 90% des utilisateurs et éviter de punir les 10% qui e-------t les autres ! Pour finir le soleil se lève pour tous, cependant d'autres se lèvent plus tôt ! L'ultra libéralisme ne s'alimente pas du conservatisme.
a écrit le 21/06/2012 à 0:39 :
Oui, il y a une concurrence déloyale dans les métiers du service .
INTERDIT de faire de la location de matériel?!
Micro-entreprise et Auto-entrepreneur ... Beaucoup sont dans l'illégalité ! le métier qu'ils exercent n'est pas autorisé .
Voir sur les sites internet ?Des prix défiants toute concurrence avec du matériel de bricoleur .
J'ai fermé mon entreprise de " Location de matériel " en juin 2011 après 16 années d'activité .
Aujourd'hui, je n'ai aucun revenu et chaque jour qui passe me coûte de l'argent sur mon entreprise.
J'attends des explications sur cette anarchie.
il faut faire certifier les comptes des A-E pour éviter les inscriptions frauduleuses et les erreurs diverses.
Enfin, je soutiens la ministre de l'artisanat Sylvia Pinel et suis très heureux de ce changement.
La FEDAE raconte n'importe quoi , il suffit d'aller sur les sites pour trouver les fraudeurs.

"Je réfute l'idée d'une concurrence déloyale", a souligné Hervé Novelli aux Echos .
Auto-entrepreneurs, il existe seulement "quelques centaines" de cas de dévoiement du statut, a affirmé le secrétaire d'État aux petites et moyennes entreprises (PME), Hervé Novelli.
Promettant d'être d'une "dureté exemplaire" face aux abus.
Le secrétaire d'État affirme avoir mobilisé les services de la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), l'inspection du Travail et les Urssaf, sur les cas de "salariat déguisé".
Il reste très critiqué par les artisans, qui l'accusent de fausser la concurrence.

Monsieur Novelli , vous ne pouvez pas être fier d'avoir créer ce statut si vous ne contrôler pas les A-E pour vérifier la validité des dossiers d'inscriptions .
Oui , le statut A-E doit exister . A condition d'être respecté à la lettre : En complément de salaire et non concurrence aux professions.
a écrit le 18/06/2012 à 12:13 :
il faudrait arrèter de cracher sur les ae qui sont là pour bosser!!!! je suis un ae en desinsectisation. CA 2011; 3 600 e. aucune concurence dans le coin.
21.7% du CA en charge social dont je n ai aucun droit car c est une activité secondaire.
1.7% d impot sur le revenu.
aucune exonération autorisée pour les AE.
je paie la tva a mes fournisseurs qui est imposé sur le rsi et le revenu( impot des impots)
j ai les charges d une entreprise classic: assurance pro, assurance voiture, tel...
pour l instant, je travail pour payer tout cela sans avoir pris un seul revenu car le benef est passé a l investissement du départ et à venir.
je voudrai bien que notre chere ministre prenne acte de ce cas qui j en suis sur n est pas isolé!
et puis l AE sert beaucoup à faire le salle boulo( pour rester poli) que les entreprises ne veulent pas.
a écrit le 11/06/2012 à 11:45 :
Je m'inscrit en faux sur l'acception consistant à dire que les AE ne coutent rien pour leur protection sociale.
En effet, un AE qui n'a pas d'autre activité, est affilié au régime des indépendants le RSI qui lui versera prestations en nature et en espèces (20?/jour) même s'il n'a pas versé le moindre centime de cotisations.
En parallèle l'artisan ou le commerçant, en arrêt de travail ne pourra percevoir d'indemnités journalières s'il n'est pas à jour du paiement de ses cotisations sociales et tantpis pour lui, si en arrêt de travail il n'a plus de revenus pour régler les cotisations qui continuent à courir avec ou sans activité et chiffre d'affaire réalisé !!!
a écrit le 09/06/2012 à 9:40 :
Ce gouvernement doit arrêter tout de suite de suivre les chants des sirènes du bâtiment se plaignant de concurrence déloyale. Essayez d'appeler un plombier pour une fuite de chasse d'eau. Vous pourrez attendre longtemps, alors merci les AE.
Si le gouvernement réforme ce statut alors il ferait bien de s'attaquer au statut de VDI (vous savez les vendeurs à domicile). Horaires de fous pour tirer un peu de revenu pas de charges pour la société qui lui vend les produits pour la revente. pas de rentrée fiscaleour l'état car les conditions pour en payer sont plutôt coton à atteindre. Alors mesdames et messieurs les énarques un peu de pragmatisme et de bon sens pour ceux qui créent leur emploi, 10% de chômage, plus de personnes en grande difficulté, plus de personnes sous le seuil de pauvreté. Manque plus que la faim, qui soit dit en passant, est déjà lá pour de nombreux retraités (tiens on retrouve les femmes d'artisans et de commerçants qui du temps de l'entreprise florissantes n'ont pas pensés à mettre de côté l'argentas forcément déclaré). Le résultat, la révolution.
a écrit le 08/06/2012 à 20:47 :
il faut peut être que certaines AE faces un certain chiffre d'affaire pour rester dans la course de la micro comme de l'auto entreprise et celles qui ne font pas de chiffre au bout de 2 ans les radiers.
a écrit le 08/06/2012 à 19:58 :
Ma petite entreprise ne connait pas la crise
a écrit le 08/06/2012 à 19:53 :
Concurrence déloyale ou refus de partager le gâteau ?...
a écrit le 08/06/2012 à 15:49 :
Toutes les micro entreprises ont accès à une exonération de TVA.... pas que les auto entreprise...
Entendre le bâtiment accuser de tous les maux les autoentrepreneur est vraiment risible.... il suffit de comparer les Chiffres d'Affaires...

Je crois qu'il faut surtout lutter contre les auto entreprise sans CA... qui ouvre des droits à une couverture sociale pour des travailleurs au black... en cas d'accident ou de contrôle... hop une facture et tout le monde est couvert...
Et puis, c'est la chasse aux travailleurs illégaux qu'il faut intensifier... pas certains que le bâtiment souhaite plus de contrôle sur leurs chantiers !!!



Réponse de le 08/06/2012 à 17:14 :
Faut faire un minimum de ca pour valider ses trimestres de retraite en Auto Entrepreneur. Selon ton CA tu va valider de 1 a 4 trimestres.
a écrit le 08/06/2012 à 15:12 :
Les commentaires anti-AE souligne surtout une totale méconnaissance de ce système qui est loin de n'avoir que des avantages !
Il souligne également le très bas niveau de culture économique de la plupart des français. C'est cela le plus dramatique !
Réponse de le 08/06/2012 à 19:47 :
C'est bien pour cela qu'il faut remettre à plat ce statut et intensifier les contrôles.
Réponse de le 08/06/2012 à 20:56 :
comette veut intensifier les contrôles je suis d'accord surtout pour les grosses entreprise qui emplois de roumains ou autres au black.
a écrit le 08/06/2012 à 14:45 :
les auto-entrepreneurs ont aussi un numero d'agrement (je crois qu'il a ete supprime) pourtant il fallait pouvoir l'obtenir (je pense que c'etait bien) - Le Président Normal qui veut que l'emploi reparte et se veut pres du PEUPLE devrait laisse le statut d'auto-entrepreneur pour eviter de PAYER DES CHOMEURS
a écrit le 08/06/2012 à 14:33 :
Moi perso, j'ai quitté ma précédente boite ou j'étais au smic avec 0 perspectives d?évolution pour entrer dans l'auto entreprise il y a un an.
La je dois faire entre 1.5 et 2k net par mois, ce qui est plutôt correct. Sur une activité dans le secteur du développement informatique donc avec peu de charge ce qui colle assez bien a l'auto entrepreneur.
Du coup, j'appréhende un peu une hausse des charges, mon objectif a terme c'est quand même de monter une boite avec un collègue lui aussi en AE, j?espère qu'on ne va pas me couper les ailes.
Donc voila petit témoignage rapide pour ceux qui fantasment sur un complot du grand patronat pour se créer une armée de larbins, le statut d'AE, c'est pas ça. (Je ne nie pas que ça existe, je dis juste que c'est une dérive et qu'elle doit être combattue mais c'est pas une raison de jeter le bébé avec l'eau du bain).

a écrit le 08/06/2012 à 14:17 :
les AE, c'est comme la société, il y a autant de profiteurs et autant de travailleurs!
c'est tout le problème de la création de lois et de statuts.
sur la base d'une idée intéressante, certains l'utilisent dans ses limites.
problème des seuils et des effets de seuil!
je pense qu'au départ l'idée était surtout de sortir les gens des statistiques du chômage!

les AE veulent payer un minimum de charges, mais veulent être soignés, avoir une retraite,et aussi des profs, des flics, des juges, des chercheurs, des artistes, des sportifs, des religieux, des conducteurs de bus, train, métro, des routes, des voies ferrées,des ponts, des ports, des lignes de télécommunication, etc, etc, etc, ... pour lesquels il faut bien un financement aussi non?
Réponse de le 08/06/2012 à 17:22 :
@50/50
Bonne analyse, le statut d'AE devrait être limité à 2 ans, le temps de "lancer" une entreprise pour ensuite rejoindre le statut général. Les AE dont l'activité est complémentaire pourraient être pérennes dans la mesure où elle ne dépasseraient pas 30% des revenus tirés de l'activité principale.
a écrit le 08/06/2012 à 9:33 :
kalidor25@voila.fr a écrit le 07/06/2012 à 23:10 :

Concurrence déloyalle ou refus de partager le gâteau ?...

Tout à fait d'accord, et, ayant fait travailler des artisans et des auto-entrepreneurs du bâtiment, je peux dire que la plus-part des remarques des entreprises du bâtiment sont non-fondées. Il est vrai qu'il y a quelques années, ce statut permettait à n'importe qui de faire n'importe quoi, mais aujourd'hui, pour exercer dans le bâtiment, en auto-entrepreneur, il faut s'inscrire à la chambre des métiers, prouver ses compétences,,(diplôme professionnel, expérience), souscrire une assurance pro suivant la spécialité (non déductible). Les entreprises sérieuses, celles qui répondent à leurs clients, qui respectent leurs engagements, n'ont rien à craindre.
L'auto entreprise n'a pas attendu le nouveau gouvernement pour évoluer, mais elle permet de créer une entreprise sans mettre sa tête sur un billot, ou d'arrondir ses fins de mois ou sa retraite, ou de sortir de la galère du chômage. Laissez travailler ceux qui le souhaite. Pour lutter contre les salariés déguisés, il y a déjà des mesures, YAKA les appliquer avant d'en pondre d'autres.
Réponse de le 08/06/2012 à 11:02 :
bien parle , tout ce que vous ecrivez la sur le journal LA TRIBUNE est VRAI - les auto-entrepreneurs sont des personnes SERIEUSES et bien inscrites a la Chambre des Métiers - ils sont compétents et envisagent souvent de passer ensuite a creer leur entreprise - ils ont une charge de famille , il faut penser a tout cela -
Réponse de le 08/06/2012 à 12:51 :
Oui c'est bien jolie tout ça ....
Mais certains auto entrepreneur répondent à des appel d offres publiques seul ou à plusieurs et comme ils sont moins chère de 19,6% ils remportent le marche et font de la concurrence déloyale aux artisans..
D autres étaient salariés ils travaillaient en sous traitance pour des clients se sont montés autoentrepreneurs et maintenant travaille pour le client en direct 19.6% moins chère tout ça Ds le bâtiment .......
Et puis Mr hurle est bien gentil mais les 1 milliards de chiffre d affaires que cela rapporte combien on perdu les petits artisans........;)
Réponse de le 08/06/2012 à 15:07 :
"certains auto entrepreneur répondent à des appel d'offres publiques"... Des AE qui répondent à des appels d'offres publics, cela ne doit pas être très courant ! Franchement, je demande à voir des chiffres là dessus.

Déjà parce que le CA est limité à 32 000 ? pour les services et 80 000 ? pour le reste. Également parce qu'il n'est pas possible de déduire les dépenses liées à son activité professionnelle, contrairement aux entreprises "classiques".

Par exemple, si vous êtes AE et que vous répondez à un appel d'offre de 60 000 ? qui implique l'achat de 30 000 ? de matériel, vous payez des charges sociales sur l'ensemble (le montant total de votre facture). Rajoutons que ces 30 000 ? de matos, vous les payez TTC et vous ne pouvez pas récupérer la TVA contrairement à l'artisan qui fait le différentiel entre TVA perçue et payée chaque fin d'année... En fait en AE vous payez 23% de charges sociales, soit 6 900 ? rien que sur le matos qui est en fait une dépense et pas un gain ! Vous payez même des charges sociales sur la TVA que vous avez payer !

Alors, si les artisans veulent en faire autant, qu'il ne se gêne pas, qu'ils adoptent ce statut !
C'est la même chose sur l'ensemble de vos frais : essence, voiture, téléphone, bouche... Vous savez, tous ces frais de la vie courante incontrolables que les artisans font passer sur leur entreprise !
a écrit le 08/06/2012 à 8:34 :
Voila un dispositif que tout le monde devrait encourager, développer, et surtout pas casser. Pourquoi ? il donne envie à un citoyen de s'investir et de travailler à quelque chose qui lui est propre (développer et vendre son savoir faire). Il n'y a rien de meilleur pour la santé psychologique d'un être humain. Et si son savoir faire est apprécié, il peut toujours par la suite développer une entreprise. Alors de grâce, vous les politiques aider cette envie de créer, le pays se portera mieux.
Réponse de le 08/06/2012 à 11:03 :
+ 1
Réponse de le 08/06/2012 à 17:04 :
+1
Réponse de le 08/06/2012 à 19:52 :
- 1
a écrit le 08/06/2012 à 6:05 :
La vérité, c'est qu'il y a convergence d'intérêts entre un certain patronnat qui voit d'un mauvais oeil une mesure qui le prive de certains salariés qualifiés à des conditions favorables, en particulier les seniors, et les étatistes (socialistes en particulier) qui voient d'un mauvais oeil autant de gens potentiellement sur le chemin de l'autonomie et de la responsabilité personnelle, ennemies mortelles de leur modèle sociétal.
a écrit le 08/06/2012 à 6:00 :
Vous ne pouvez pas déduire vos achats, ni vos investissements, ni les amortir. Vous ne récupérez pas la TVA. Votre assiette, c'est le chiffre d'affaire.
Vous payez des impôts locaux qui ont un minimum souvent très élevé, de l'ordre de 400/500 ? pour la plupart des communes et jusqu'à 2000? pour celles qui ont choisi le plafond. Quelle que soit votre activité, et alors qu'il est prévu que ce puisse être un revenu d'appoint.
Vous pouvez vraiment prétendre dans de telles conditions que ce sont des conditions beaucoup plus avantageuses que celles des artisans?
Un simple rappel: on a créé une TVA spécifique pour aider les restaurateurs, les installateurs et autres spécialistes des travaux qu'is soient d'installation, de réparation ou domestiques. On a créé des CESU et un ensemble complet de mesures poru faciliter le développement de l'aide à domicile.
Et quand un statut permet par sa simplicité et son coût initial à un chomeur de simplement faire quelque chose, on s'empresse d'écouter les lobbies des professions les plus aidées de France? Lamentable.
a écrit le 08/06/2012 à 1:05 :
J'ajouterais au vu des commentaires précédents , Mr le président NORMAL vous ne vivez pas dans le monde NORMAL.Arrêtez de nous prendre pour des pigeons ...
Les artisans roulent tous en Logan ... (d'ailleurs si vous étiez un mec normal vous devriez rouler en Dacia et non en C5 ) ne font jamais de black, et n'abusent jamais des frais professionnels ....
a écrit le 08/06/2012 à 0:57 :
hé François , il n'y a pas que des auto entrepreneurs dans le bâtiment, un mec normal le sait .... Amis AE dimanche prochain vous savez quoi faire
a écrit le 07/06/2012 à 23:16 :
Bonsoir, je suis auto entrepreneur depuis 2 ans et 1/2 et je suis bien placé pour vous en expliquer mon resenti.
Tout d'abord je pense qu'il n'y a pas de concurrence déloyale comme le vante certains mais une concurrence tout court qui effraie, du fait de l'accroissement de petites concurrentes, comme si ces gens là se réservaient le monopole dans leur secteur.
A travail équivalent, l'auto entrepreneur paye plus de charges sociales, en plus indexées sur le CA et non sur le bénéfice. Aussi pour ceux qui ont un CA limité à 32600?, ils se voient obtenir un revenu annuel net de 21516? seulement !
Lorsque ce CA est dépassé, que doit on faire pour continuer à travailler car le statut se met en pause jusqu'à la fin de l'année civile, pour couronner le tout, pas de chômage ! Vous les entrepreneurs traditionnels, êtes-vous prêts à ne gagner pas plus de 21000? par an ?
Enfin je pense que ce qui est déloyal aux yeux des entrepreneurs classiques c'est que ces nouveaux arrivants font baisser les prix de ventes de leur main d'oeuvre pour compenser un déficit commercial !
Ne faudrait-il pas plutôt se pencher sur les problèmes inhérants aux entreprises traditionnelles (charges et autres contraintes) au lieu de dénigrer les auto entreprises ?
a écrit le 07/06/2012 à 23:10 :
Concurrence déloyalle ou refus de partager le gâteau ?...
a écrit le 07/06/2012 à 23:00 :
La gauche hait tellement l'entreprise qu'elle veut couler par ideologie tout ces salaries qui se sont lances... Elle prefere avoir encore plus de chomeurs... Qu'elle ne s'inquiete pas deja 10% bientot 11...
Réponse de le 08/06/2012 à 0:47 :
10% grace a qui? aux gens comme vous... je suis sur que le chomage vous ne savez meme pas ce que c'est...
Réponse de le 08/06/2012 à 2:32 :
Non!! je ne connais pas le chomage, parce que je me bat, je cree mon entreprise et paie des taxes, plutot que de me laisser assister par l'etat. Le probleme en France se sont les gens comme vous. Des qu'on creer son entreprise on est un salaud de riche alors quand on est assiste par l'Etat c'est un sentiment de sympathie. Marre de cette gauche.
Réponse de le 08/06/2012 à 11:49 :
+1
a écrit le 07/06/2012 à 22:42 :
Ce gouvernement de gauche qui se dit pres du peuple va creer des chomeurs en empechant de travailler les auto-retrepreneurs qui ont monte leur petite entreprise avec le but d'aller vers une entreprise voila -
a écrit le 07/06/2012 à 22:35 :
Nous sommes artisan et croulons sous les cotisations dans le secteur du batiement ce statut est un peloton d exécution en règle pour toutes les TPE tout corps d état confondu ...il est urgent de stopper cette concurrence déloyale
Réponse de le 08/06/2012 à 0:06 :
vous n'avez qu' a passer en autoentrpreneur également, comme cela vous serez sur la même égalité
a écrit le 07/06/2012 à 22:04 :
Dites-moi docteur c'est grave ....de travailler ?
Réponse de le 08/06/2012 à 19:55 :
Ça dépend des avantages donnés.
a écrit le 07/06/2012 à 20:58 :
Ma petite entreprise ne connait pas la crise.
Réponse de le 08/06/2012 à 6:24 :
Le travail au noir n'a pas de frontière...
a écrit le 07/06/2012 à 19:31 :
Avant ce statut stupide, le travailleur au noir était obligé de faire son bazar caché, sans trop s'éloigner de ses bases, ca dépassait rarement l'entourage amical et familial. Le régime de l'auto-entrepreneur n'a pas résolu le problème du travail au noir. Au contraire, les travailleurs au noir se servent du statut auto-entrepreneur pour légitimer leur publicité, leur conquête de clients de façon très large, sans limite, et ensuite ils n'ont plus besoin de facturer. De facto le travailleur au noir est devenu beaucoup plus difficile à repérer et la concurrence déloyale avec les artisans est entière.
Réponse de le 07/06/2012 à 20:05 :
dites est entierement FAUX
Réponse de le 07/06/2012 à 20:05 :
Quelle est la différence entre le travail au noir et le travail légal ? Absolument aucune en ce qui concerne le travail ! En revanche, pour le parasite qui vit des subventions publiques, tout change ! Enlevons les charges : il n'y aura plus de travail au noir. Il ne restera que du travail.
Réponse de le 07/06/2012 à 21:51 :
Le statu de l'auto-entrepreneur c'est l'amiante du travail concoctée par Novelli - Fillon - Estrosi - Sarkozy ...La précarité des activités de ceux et celles qui ont adopté du statut, les prestations ponctuelles irrégulières, les trous dans les activités etc ... vont faire que les auto-entrepreneurs perdront progressivement contact avec la société et seront marginalisés, DéPOURVUS de droits suffisant à la retraite, ils devront "bricoler" dans la misère jusqu'à leur dernier souffle ... l'auto-misère va faire des dégâts à retardement énormes ...
Réponse de le 08/06/2012 à 10:47 :
@ Retraite : Jamais !!! : il est vrai que le travail au noir, c'est tellement mieux !
Réponse de le 08/06/2012 à 11:11 :
mettez vous bien dans la tete que l'auto-entrepreneur ce n'est pas du travail au noir loin de la - etre auto-entrepreneur c'est se creer un emploi et eviter le chomage c'est-a-dire etre ala CHARGE de l'ETAT -
Réponse de le 08/06/2012 à 11:23 :
Oui le statut auto-entrepreneurs favorise le travaille au noir. Ainsi les auto-entrepreneurs peuvent faire de la publicité, prospecter à visage découvert, et ensuite, ils peuvent éviter de faire une facture en parfaite entente avec le client qui se verra gratifié d'une remise ... NI VU NI CONNU gràce au statu de l'auto-entrepreneur. AVANT, le travailleur au noir ne pouvait pas prospecter ouvertement, et son activité était limitée, très limitée à son entourage... et encore... AVEC l'auto-entrepreneur, le noir s'est développé ... Novelli ministre UMP est un grand naîf inexpérimenté ou peut être un vicieux qui a piégé les chômeurs pour leur faire perdre leurs droits ... UN DéSASTRE humain à retardement comme les sub-primes.
Réponse de le 08/06/2012 à 12:59 :
Je confirme ces propos quand le chiffre d affaire est atteint le reste des travaux est realise au noir .....
Ce statut n à fait que légalisé une partie du travail aux blacks
Réponse de le 08/06/2012 à 19:00 :
Dire que le statut d'auto entrepreneur favorise le travail au noir est plutôt drôle de la part du BTP, alors que le BTP n'a pas attendu ce statut pour être réputé comme un des plus grands utilisateurs de main d'oeuvre non déclarée (PME comme grands groupes).
Réponse de le 08/06/2012 à 19:09 :
Et alors ? TOUT le monde est bien content quand il faut payer 300? quelque chose qui aurait dut en coûter 600, ou alors on vit pas dans le même monde?
Réponse de le 21/09/2012 à 4:21 :
Les premières fois ou l on a parlé du travail au black ne date de l autoentreprise a ce que je sache . Alors oui certain en profite mais pas qu en autoentreprise aussi dans TOUS les autres statuts . Alors faut arrêter tous le monde n est as malhonnête faut arrêté de généralisé de faire payer tout le monde pour les bêtises de quelques un
a écrit le 07/06/2012 à 19:27 :
Pour une fois qu'un statut est simple, logique et accessible à tous, afin de se réaliser facilement dans un projet sans se prendre la tête dans le parcours du combattant administratif, il faut des gens (tout juste arrivés au pouvoir), freinent les ambitions, les rêves, ou pire ...sortent le pain de la bouche d'individus souhaitant simplement travailler ou améliorer leur quotidien légalement. Au lieu d'emmerder les travailleurs, ne serait il pas plus urgent de s'occuper en priorité de ceux qui ne font rien ! Et encore mieux...puisque certains disent que ce statut n'apporte que des avantages à ceux qui l'ont, pourquoi ne pas l'étendre à ces entrepreneurs qui clament une concurrence déloyale de la part des autoentreprises ? Quand quelque chose fait des envieux c'est qu'il fonctionne bien, alors que le gouvernement le porte en avant pour en faire profiter le plus de monde possible, on ne le brise pas..
Réponse de le 07/06/2012 à 20:08 :
Tout a fait d'accord - cela a permis a bcp d'avoir un emploi honnete et de faire vivre leur petite famille gentiment ,avec meme l'espoir de pouvoir creer leur entreprise donc il n'y a que du bon ds ce statut d'auto -entrepreneur -
a écrit le 07/06/2012 à 19:17 :
Concurrence déloyale, exonération de la TVA des autoentrepreneurs ?
Concrètement, un autoentrepreneur ne peut pas déduire la TVA à la différence des autres entreprises. Il paye donc plus cher et c?est donc lui qui subit une concurrence déloyale.
Exemple :
Achat hors-taxe 100.
TVA à l'achat 7 %
TVA à la vente 7 %
L'artisan achète à 100 HT et peut vendre à 107 TTC et son bénéfice étant de 0, il ne paiera pas de taxes ni de charges sur cette vente.
L'autoentrepreneur achète 107 et pour faire un bénéfice de 0, étant imposé sur le chiffre d?affaires et non sur le bénéfice, il devra vendre au moins à 139.51 pour faire un bénéfice de 0.
(à cause des charges fiscales et sociales puisque pour l?autoentreprise celles-ci sont indexées sur le chiffre d?affaires à la différence des autres entreprises).
Réponse de le 07/06/2012 à 20:54 :
Effectivement, il serait sympathique que les journalistes révise leurs articles. Une entreprise classique ne paye pas de TVA, elle se contente de la collecter pour le compte de l'état. Un Auto-entrepreneur, lui, paye la TVA, simplement il ne la facture pas.
Réponse de le 07/06/2012 à 22:13 :
enfin quelqu'un qui sait compter!
Merci de ces explications, Joseph63, j'espère que ça remettra les idées en place à certains.
Réponse de le 07/06/2012 à 22:35 :
Eco-lo + 1
a écrit le 07/06/2012 à 19:00 :
L'auto entrepreneuriat est une bonne solution a bien des egards favorisant l'emploi vet la concurrence. Le reste c'est de l'ideologie et du lobbying. Le role de cette dame serait plutot de consolider ces micro entreprises et non les gener.
Réponse de le 07/06/2012 à 20:11 :
c'est certain DRD2
a écrit le 07/06/2012 à 18:47 :
Artisan et auto entrepreneur

Moi j'ai basculé vers ce régime social il y a un an car les cotisations du RSI, c'est la mort quand tu commences ton activité.
Je suis au régime fiscal "micro".
Pas de TVA
Je ne dois pas dépasser les seuils suivants :
- 81 500 ? (HT) pour une activité d'achat / revente ;
- 32 600 ? (HT) pour une activité de prestations de services.
Avec l'ancien régime social (RSI) je devais payer :
3257 ? la première année
4600 ? la seconde année
Et ce quelque soit mon chiffre d'affaire.
En début d'activité c'est très dur voire impossible.
Avec le régime social des AE, je ne paye que sur mon CA effectif, soit :
21,30 % sur les services et 12 % sur les ventes.
Je dégage un revenu net de 1600 ? par mois en déclarant absolument tout.

Quand je vois qu'on accuse les AE d'être un nid à "black", je rigole doucement...
Quand ils sont au RSI normal, il est bien connu que les artisans et les commerçants ne fraudent jamais le fisc et n'emploient personne au black (voir dans la restauration ou le bâtiment)...

Ce régime social est très pratique quand on bosse seul à son compte.
Pas besoin de comptable, 2 chiffres à poser dans un formulaire chaque trimestre et donc juste à se concentrer sur le développement de son activité.
Réponse de le 07/06/2012 à 22:37 :
OUI ABSOLUMENT MARCEL
Réponse de le 08/06/2012 à 17:13 :
Marcel est un vrai auto entrepreneur, il connaît parfaitement les avantages et les inconvénients du système. Il fait l'économie d'un comptable et du RSI. Il sait que s'il ne cotise pas, il n'aura rien, mais il assume. Pour sa comptabilité, il pourrait moyennant un faible cotisation se faire assister par un Centre Gestion.
a écrit le 07/06/2012 à 18:29 :
Lorsqu'une réforme, presque par hasard, crée du travail et des richesses, les voleurs se jettent dessus pour spolier avidement les producteurs. Ce gouvernement confirme que le socialisme consiste d'abord à taxer (50% d'impôts), puis à réglementer (bureaucratie pléthorique et inutile), et quand ça ne bouge plus, à subventionner (le chômage), jusqu'au moment où l'argent des autres commence à manquer ! Au moins, avec le statut d'auto-entrepreneur, les Français ont montré qu'ils n'avaient qu'une envie : travailler, travailler encore, travailler toujours, à condition qu'on leur laisse le fruit de leurs efforts et qu'on ne les entrave pas avec des lois stupides. La démonstration de l'efficacité de ce statut étant claire et sans appel, il suffira de l'étendre à toutes les activités et tous les revenus, le moment venu.
Réponse de le 07/06/2012 à 19:30 :
Les auto-entrepreneurs ne sont pas des entreprises, ce sont des auto-misères, 90% des auto entrepreneurs inscrits n'ont pas d'activité, ceux qui facturent pompent de la charge de travail chez les artisans, et donc maintenant il y a 2 galères : les auto-entrepreneurs et les artisans. De surcroît ils perdent leurs années de cotisation retraite, chomage et autre. Leur retraite ils ne la prendront quà partir de 75/80 ans à l'allure dans laquelle l'économie française s'effondre. Le statut auto-entrepreneur est une bizarrerie inventée par un Ministre du gouvernement Fillon brouillon et approximatif.
Réponse de le 07/06/2012 à 19:59 :
Il est contradictoire de prétendre d'un côté que c'est la misère et d'agiter de l'autre l'argument fallacieux de la concurrence déloyale. Si c'est la misère, la concurrence ne doit pas être bien forte. Les auto-entrepreneurs pensent 'travail', vous pensez 'cotisation' : ne cherchez pas plus loin pourquoi l'économie française s'effondre !
Réponse de le 07/06/2012 à 21:38 :
100% d'accord avec "Contradiction évidente".
Réponse de le 08/06/2012 à 10:09 :
Novelli - Fillon - Estrosi - Sarkozy ont mitonné sciemment "l'amiante" du travail, c'est à dire le statut de l'auto-entrepreneur ...La précarité : les auto-entrepreneurs perdront progressivement contact avec la société et seront marginalisés, DéPOURVUS de droits suffisant à la retraite, ils devront "bricoler" dans la misère jusqu'à leur dernier souffle ... l'auto-misère va faire des dégâts à retardement énormes ...
a écrit le 07/06/2012 à 17:56 :
Je le crois pas, il vont tuer ce système ! Les PROS du bâtiment facture un tuyau PER et un coude PVC des centaines d'Euros à des gens complètement novice alors ok pour ce la raconter "Dieu du PVC" mais il y a une limite au foutage de gu.... . Evidement que la poule aux oeufs d'or en a pris un gros coup, c'est très bien, n'oublions pas que le client peuè très bien dire "NON" et aussi que beaucoup d'autoentrepreneur SONT DES PROS ou EX PROS (licenciement) du bâtiment !!! A part ça la gauche SE MOBILISE pour l'emploi HAHAHAHAHA voilà vite des fonctionnaires ça ils savent faire ...
Réponse de le 30/09/2012 à 0:13 :
Exact : changement d'un joint sur une canalisation, un samedi après midi : 247 euros, pour exactement 1 heure de travail, transports déplacement compris ; qui dit mieux ? C'est honteux et proche deds taux de l'usure. C'estcela les artisants, "première entreprise de france".
a écrit le 07/06/2012 à 17:41 :
Beaucoup "d'artisans" bâtiment polluent l'image de leurs trop peu nombreux collègues qui sont vraiment qualifiés. Alors, faire un procès d'intention aux auto-entrepreneurs dans un système de création d'activités enfin simple (pour la France) et à coûts sociaux et fiscaux variables (sauf CFE) relève du corporatisme et, côté ministériel, de l'application de dogmes désuets.
a écrit le 07/06/2012 à 17:28 :
On va recréer une usine à gaz pour quelques cas...L'important c'est d'avoir le moins de charges fiscales et administratives possibles pour lancer une idée d'entreprise, de pouvoir tester l'idée sans se ruiner (ce que ne permet pas une EURL/SARL).
La limiter dans le temps est une fausse bonne idée car pour certains c'est juste de l'appoint, si c'est supprimé, ça finira au black.
Réponse de le 07/06/2012 à 18:05 :
l'abus de certains comme dans beaucoup de domaines risque de punir tout le monde mais c'est vrai que ce "metier" d'auto-entrepreneur procure deja beaucoup de black et de recettes non déclarées.en cas de controles ils ne risquent rien puisqu'ils sont déclarés et sans controle(sur chantier)ils declarent ce qu'ils veulent. tous risquent payer pour quelques profiteurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :