PSA, Italie, Fram... : les rendez-vous du jour

 |   |  346  mots
Le président du Conseil italien, Mario Monti - Copyright Reuters
Le président du Conseil italien, Mario Monti - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Suites du plan social annoncé jeudi par PSA Peugeot Citroën, résultats de Fram qui devrait annoncer un plan social, ralentissement de l'économie chinoise, indicateurs conjoncturels français et américains... Retrouvez les nouvelles à suivre ce vendredi.

Moody's a dégradé jeudi la note de l' Italie de deux crans, de A3 à Baa2. Évoquant "des risques de contagion" émanant de l'Espagne et de la Grèce, l'agence de notation maintient la perspective négative. "Le risque d'une sortie de la Grèce de l'euro a augmenté et le système bancaire espagnol va endurer davantage de pertes qu'attendu", ajoute encore l'agence, qui ajoute par ailleurs que les perspectives économique à court terme de l' Italie se sont "détériorées". A suivre : adjudications à trois, sept, dix et onze ans pour un montant global maximal de 5,25 milliards d'euros

Ving-quatre heures après l'annonce du gigantesque plan social de PSA Peugeot Citroën, la direction doit se réunir de nouveau avant de préciser site par site ses projets dans le courant de la journée. Des comités d'entreprise se tiendront vendredi matin dans chaque site du groupe. La direction devrait présenter aux salariés, notamment ceux d'Aulnay - dont la fermeture a été annoncée jeudi - et de Rennes, les plus touchés, le contenu de ce plan. => En savoir plus

En 2011, Fram aurait accusé un déficit record. Avec une perte nette part du groupe de 23,48 millions d'euros, le voyagiste français afficherait une perte en hausse de près de 71%. Cette nouvelle intervient alors que la direction du groupe doit présenter, ce vendredi, en comité d'entreprise extraordinaire un plan stratégique qui prévoierait notamment la suppression de 67 postes, en premier lieu au siège de Toulouse.

La Chine a annoncé un nouveau recul de la croissance de son PIB au deuxième trimestre à 7,6%. La nouvelle a rassuré les investisseurs japonais qui craignaient un recul plus important que prévu.

Mais aussi :

PARIS

- 08h45 Créations d'entreprises / juin
- 08h45 Indice de référence des loyers / T2

WASHINGTON

- 14h30 Prix à la production / juin
- 15h55 Indice Reuters-Michigan / juillet (1ère estimation)

Sociétés :

NEW YORK

- 13h00 JPMorgan Chase & Co / résultats T2
- 14h00 Wells Fargo & Co / résultats T2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2012 à 16:51 :
La France est déficitaire surtout vis-a-vis de l'Allemagne, ceci est du au fait que les différents gouvernements n'ont pas été en mesure de faire ce que Schröder (socialiste de nom seulement) à pu faire en Allemagne: Avec L'Agenda 2010 la SPD de Schröder a trahi le socialisme au bénéfice du gros capital allemand et aux dépens non de la classe ouvrière allemande ou seulement en premier lieu, mais aux dépens de la classe ouvrière et des économies des autres pays de l'Union Monétaire. Il a en quelque sorte fait du dumping social le premier procurant un avantage à l'Allemagne et cela profite maintenant à tous les allemands, même si certains d'entre eux doivent se serrer la ceinture (Hartz IV-Empfänger). Le modèle allemand ne fonctionne cependant que pour le premier qui trahi le social, vouloir l'imiter nous ramènerait à moyen terme au début de l'industrialisation et à l'exploitation de l'homme par l'homme. Il faut par tous les moyens, sauf le dumping social, faire disparaître les déficits et excédents des balances commerciales de tous les pays de l'Union Monétaire, les déficits budgétaires en seront réduit d'autant parce-que moins d'importations et plus d'exportations, donc moins de chômage et de revenus pour l'état.
Il est évident que cette trahison ou dumping social profite pour l'instant aux traitres Allemands. Mais il est vrai aussi que si la fameuse Agenda 2010 de Schröder a fonctionné c'est parce-que les accords imposés par l'axe franco-allemand rendent cela possible. La France est donc responsable de la situation actuelle tout autant que l'Allemagne. La loi du plu fort régne dans L'Union Monétaire (EURO), ce qui est un paradoxe en sois d'ailleurs.
Il faut simplement et vite revoir les accords!
a écrit le 13/07/2012 à 10:03 :
Avec Peugeot Voici enfin que la réalité économique met au pied du mur l?idéologie socialiste, il sera extrêmement instructif de suivre l?évolution des choses, cars de la réponse qui sera faite par les politiques dépendra l'avenir de la France. En effet on ne peux pas taxer peugeot d'avoir délocaliser sa production au détriment de la main d??uvre française, c'est le seul constructeur a produire autant ici. Par ailleurs son marché national est saturé, tout est fait pour décourager le consommateur a faire rouler son véhicule. la voiture est une source de revenu pour l'état formidable a commencer par l'essence que l'on y met. Ce qui coince aujourd'hui ce sont les coûts de productions, dont la main d??uvre. Qui dira que les 35 H y sont pour quelque chose ? L'entreprise est a l'agonie a
ce rythme la Sté est morte dans quelques mois, allons nous par tous les moyens tenter de faire vivre une entreprise dépassée ? ou allons nos prendre l'exemple de GM qui a fait faillite et qui est a ce jour capable de renaître de ses cendres avec des concepts de véhicules totalement nouveaux ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :