Un salarié sur deux a perdu du pouvoir d'achat en 2011

 |   |  669  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Globalement, en 2011, selon une étude du ministère du Travail, le salaire mensuel de base (SMB) a progressé de 2,3% alors que l'inflation a atteint 2,4%. Cependant, dans le détail, c'est la branche "plastiques, caoutchouc et combustibles" qui remporte la palme de la progression (2,8%), alors que le secteur "culture et communication" se classe bon dernier (1,9%). Par catégorie socioprofessionnelle, les employés (2,6%) ont mieux tiré leur épingle du jeu que les cadres (2,1%).

2011 année de crise... Et de perte du pouvoir d'achat des salaires. Une récente étude du ministère du Travail* montre que l'année dernière, globalement, le salaire mensuel de base (SMB qui ne tient pas compte de primes éventuelles et des avantages en nature) des salariés des entreprises de 10 salariés ou plus du secteur concurrentiel a augmenté de 2,3% en glissement annuel, après 1,8% en 2010 et 1,9% en 2009... Cette accélération du SMB n'a pour autant pas été suffisante pour obtenir des gains de pouvoir d'achat. De fait, en glissement, entre décembre 2010 et décembre 2011, l'indice des prix hors tabac de l'ensemble des ménages a augmenté de 2,4%, après 1,7% en 2010 et 0,8% en 2009. Résultat, le pouvoir d'achat du SMB a très légèrement diminué de 0,1 point l'année dernière après avoir connu une très petite hausse en 2010 (0,1 point) et une un peu plus significative en 2009 (1 point). Cependant, selon les branches (les branches professionnelles "classiques" ont été regroupées dans 20 "grandes branches" pour les besoin de l'étude), l'évolution des salaires de base ne s'est pas exactement produite de la même façon.

52% des salariés travaillent dans une branche où la hausse du SMB a été inférieure à l'inflation...

Ainsi, dans 10 des 20 branches regroupées, la hausse moyenne du SMB en 2011 a été inférieure à l'inflation. Ces 10 branches représentent cependant 52% des salariés. Les progression du SMB les moins élevées se retrouvent dans les branches regroupées "culture et communication "(+ 1,9%), " bureaux d'études, prestataires de services aux entreprises" (+2%), des "transports (hors statuts)" (+2,1%), des "banques établissements financiers et assurances" (+2,1%) et du "nettoyage, manutention, récupération, sécurité" (+2,1% également). En revanche, dans les branches regroupées "verre et matériaux de construction", "agroalimentaire", "commerce de gros et import-export" et "professions juridiques et comptables", l'évolution du salaire moyen en 2011 a été en moyenne égale à l'inflation. Ces branches emploient 15% des effectifs salariés.


... et 33% dans des branches où le salaire de base a connu une hausse plus forte

Enfin, une dernière famille regroupe les 6 branches où la hausse moyenne du SMB a dépassé l'inflation. Elles concernent 33% des salariés. Les évolutions les plus marquées se retrouvent dans les branches "plastiques, caoutchouc et combustibles" (2,8%) et "habillement, cuir, textile", "métallurgie, sidérurgie" et "commerce principalement alimentaire " (2,7%).
Il est à noter que le SMB progresse davantage dans les branches très industrialisées. Ainsi, dans les secteurs "métallurgie et sidérurgie", "chimie et pharmacie"  et "plastiques, caoutchouc et combustibles" (qui rassemblent 22% des salariés), les hausses moyennes du SMB varient entre 2,5% et 2,8% en 2011. Cependant, la branche "professions juridiques et comptables" elle aussi, présente la même dynamique que les branches industrielles avec un SMB en hausse de 2,5% en 2011. Selon l'étude, si ces quatre branches ont globalement des pratiques conventionnelles très différentes, elles ont en revanche en commun une très faible proportion de salariés rémunérés au niveau du Smic : entre 3% et 6% au 1er janvier 2011, contre 11% dans l'ensemble du secteur industriel.

Une progression plus forte pour les employés que pour les ouvriers et les cadres

Par catégorie socioprofessionnelles, les évolutions sont également distinctes. En moyenne, l'année dernière, le SMB a augmenté de 2,6% pour les employés, de 2,3% pour les ouvriers et de 2,1% pour les cadres et les professions intermédiaires. La progression plus marquée des salaires des ouvriers et des employés s'observe principalement au quatrième trimestre en raison de la revalorisation anticipée du Smic intervenue le 1er décembre - en raison de l'évolution de l'inflation - et non légalement 1er janvier suivant. Pour les cadres, si la progression est en moyenne un peu supérieure à celle observée en 2010, elle est cependant inférieure de 0,3 point à l'inflation.

*« Evolution des salaires de base par branches professionnelles en 2011 : recul du pouvoir d'achat dans une majorité de branche » Dares Analyses (ministère du Travail) juillet 2012, N° 048) ; www.travail-emploi.gouv.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2012 à 15:50 :
Y-a-t-il que les salariés ?
Croyez moi,les retraités ont perdu au moins autant si-non plus ! jusqu'ou cela ira-il ?
Le président "normal" n'a pas l'air de se préoccuper de ce problème,mais nous,on souffre.....
Réponse de le 24/07/2012 à 18:16 :
ca faisait longtemps qu on avait pas entendu la génération qu'avait sucé toutes les économies de ses parents et ruinés l'avenir de ses enfants et petits enfants en leur laissant que de detes. les sangsues, il vous fait quoi de plus les pré-retraités qui se la dorent au soleil : plus de retraite ? plus de thalasso ? encore moins de csg ? encore plus d'avantage ? en core plus de croisère costa ???
Réponse de le 25/07/2012 à 21:00 :
fAvec mes /80 euros par mois, vous croyez vraiment que je peux me permettre de faire des croisières ???
Réponse de le 25/07/2012 à 21:00 :
avec mes 780 euros par mois, vous croyez vraiment que je peux me permettre de faire des croisières ???
a écrit le 24/07/2012 à 12:54 :
Avec Hollande se sera 100% des salariés !
a écrit le 24/07/2012 à 11:03 :
La différe"nce serait donc la prime de 1000? que certains auraient touché prime dites Sarkosy. Il est vrai que le battage au final n'a pas été du niveau du battage 'lancement".
a écrit le 24/07/2012 à 8:14 :
Le problème des responsables politiques c'est qu'il ne connaissent pas le monde de l'entreprise. Ils n'ont pas la moindre idée du fonctionnement des entreprises et de leurs contraintes. Champions des belles paroles, ils vivent à l'écart des réalités. Et le pays s'enfonce dans la misère. Si seulement ils faisaient preuve d'un peu de bon sens la France ne serait pas dans un aussi triste état. Et ce n'est qu'un début. La Rue pourrait bien changer la donne. Il y a gros à parier que des mouvements sociaux de grande ampleur voient le jour sous peu.
Réponse de le 24/07/2012 à 9:27 :
Il faudrait peut-être gentiment les prier de ne surtout rien faire une fois élus !
Mesdames, messieurs nos ''représentants'' : prenez de trés longues vacances, ne vous croyez surtout pas obligés de laisser votre nom à la postérité en inventant une loi qui va mettre le bazar ! Jouez abondamment au Monopoly avec vos petits enfants, plutôt que de vous mêler d'économie !
a écrit le 23/07/2012 à 23:50 :
Tout augmente et les salaires ne suivent pas. Mon loyer vient de prendre 20 euros par mois, j'aurais aimé que mon salaire suive... Et je suis pas sûr que les charges de mon proprio aient augmentées de 200 euros en une année...
Réponse de le 24/07/2012 à 7:39 :
@vido : je réponds précisemment à votre question. Taxe foncière + 72 % à Paris en 5 ans, assurance "propriétaire" + 6 % par an, charges copropriété + 5 % par an ... Pour ma part sachez que la rentabilité nette ( apres impôt et CSG ) est un peu pres la moitié du loyer ... Oui je suis un riche "pouri" avec mes 500 euros de loyer en poche et je propose de vous vendre mes 2 studios mais je pense qu aujourd hui il est mieux d être locataire ... J entends qu on va me rétorquer que j ai bénificié d avantages fiscaux type scellier ; ba non !!! Tous les appartements en location ne sont pas neufs voir même éligibles en scellier et qd bien même ils l étaient je ne suis pas un pigeon a payer au prix fort un appartement de ce type . J ajoute que l état via l explosion des PV sur résidence secondaire reprend ce qu il a donné en avantage fiscaux ... Oui je vous l accorde les loyers sont trop chèrs mais cessez de penser que tt vient des propriétaires
Réponse de le 24/07/2012 à 8:04 :
J ai oublié d ajouter que l ensemble des proprios comme moi n ont pas suivi l indice IRL .Pour ma part je n augmente pas le prix des loyers pendant le bail du locataire d autant que la durée du bail est souvent limité ( étudiant). Avec la nouvelle loi encadrant les loyers on oblige les propriétaires a augmenter de façon systematique les loyers , c est l effet pervers d une telle mesure. Vous pensez que je me rattrape à la relocation ? Eh bien pas du tout car tt propriétaire sait très bien qu un loyer au dessus du marché c est forcément un locataire à risque .
Réponse de le 24/07/2012 à 9:23 :
Les plus gros rentiers de l'immobilier sont ceux qui prélèvent leurs dîmes à chaque commercialisation et transaction. Reconnaissez aussi cher proprio que c'est un système Ponzi où les lesés sont ceux qui sont arrivés tardivement...
Réponse de le 24/07/2012 à 15:12 :
@ henri
vos commentaires sont toujours très lucides quant à la situation des primo-accédants (ainsi que dans le rejet des boomers, point sur lequel nous sommes totalement d'accord).
Je complèterais donc en disant que les profiteurs du Ponzi sont comme vous le dites les vautours, mais aussi les multi-propriétaires issus à 97% d'une génération qui n'est pas la nôtre (pourtant nous sommes des actifs, nous !!!!)
a écrit le 23/07/2012 à 22:45 :
Qui accepte de vivre dans un système dont l'Etat et ses partisans ne cèssent de dire qu'ils vont réduire le chômage, seulement depuis 30 ans, qui peut encore y croire? Qui accepte une baisse du niveau de vie et de l'activité qui augmente le chômage par corporatisme? Qui accepte que des poiticiens de gauche parlent égalité quand un diplômé bac+5 touche 1800 de moyenne quand il a un travail alors qu'ils touchent 20000 plus les avantages... deux poids deux mesures, voila ce qu'on appelle démocratie, et rien pour les jeunes, surtout pas de logement! En Espagne 50%... vive la faillite!
a écrit le 23/07/2012 à 20:30 :
avec 25% de chomage déclaré en europe du sud, ne vous faites pas d'illusion : tout les salaires Français et les retraites vont etre tirés vers le bas. Aucune chance de lutter face à des pays où l'on fait la queue pour travailler pour 500 euros par mois. cette vague touchera tout les secteurs, etant donné que bien, services et personnes sont mobiles au sein de l'union....oubliez aussi les exportations vers ces pays qui étaient tout de meme parmis nos 1er partenaires....c'est une véritable claque qu'on va se prendre. et ceux qui seront le plus touchés seront tous ces endettés pour 20/30ans enchainés à leur crédit immo, incapables d etre mobiles ou d'adapter leur budget à leurs nouvelles ressources...le temps des fourmis est arrivé, l hiver sera donc fatale pour les cigales gavées au crédit !
a écrit le 23/07/2012 à 20:08 :
Pas question de baisser les loyers et les prix de l'immobiliers !
Réponse de le 23/07/2012 à 20:51 :
L'Etat refuse de laisser le marché immobilier vivre normalement, refuse d'abandonner les programmes de HLM, refuse de libérer le foncier, refuse d'abandonner les lois stupides contre les propriétaires, refuse de baisser les taxes, refuse de limiter le pouvoir des maires... Du coup, les prix à l'achat ne sont pas près de baisser et les loyers au black qu'il faudra payer pour parvenir à se loger vont flamber.
Réponse de le 23/07/2012 à 21:57 :
c'est beau les reves....continuez à rester dans votre monde plein d'illusion où l'argent continue à circuler en abondance....de l'argent il n'y en a plus : ni pour vous payer vos loyers, ni pour vous reverser les APL qui seront reprises d'une manière ou d'une autre, ni pour vous acheter vos bien à un prix délirants...tournez le problème comme bon vous semble, mais ce qui est arrivé en Irlande, au Japon, en Espagne, au Portgal se produira exactement de la meme manière chez nous....stop dreaming , start crying !
Réponse de le 24/07/2012 à 15:16 :
@ cavaliere
svp poussez encore la caricature, nos amis du site persistent à vous prendre au 1er degré. Du coup vous servez de défouloir, alors qu'il serait plus juste de vous percevoir comme une bonne âme se travestissant en défouloir légitime.
Pour cela, nous peuple des contributeurs, vous sommes reconnaissants !
a écrit le 23/07/2012 à 20:04 :
Et meme si le salaire suivait le taux d'inflation les gens ne sont pas plus riche pour autant car les taxes et impots divers explosent et ce n'est que le commencement avec le PS
a écrit le 23/07/2012 à 19:37 :
A quoi bon faire état de cette perte minimale de pouvoir d'achat, quand on sait que c'est maintenant que les choses vont devenir sérieuses en terme de pouvoir d'achat !
Avec les mesures hollandistes de ces dernières semaines, la situation des salariés va se dégrader de façon hélas beaucoup plus spectaculaire : la suppression honteuse des réformes de Sarkozy par les socialistes va plomber le pouvoir d'achat des salariés dans des proportions qu'ils n'avaient pas imaginées quand ils ont pris la décision de voter pour le candidat de la gauche. Et je plains ces gens qui ont cru tous les mensonges distillés par les Hollande Ayrault et compagnie ...
LES CONSERVATEURS SONT AU POUVOIR : il va falloir en payer le prix.
Réponse de le 24/07/2012 à 0:03 :
De tous les cocus, les militants sont les plus touchants...
a écrit le 23/07/2012 à 19:32 :
Vous avez raison, il est aujourd'hui clair que l'objectif du petit monde politique dont de Gaulle disait qu'ils font leur petite tambouille dans leur petit coin, n'est clairement pas de développer la société, mais de l'exploiter. Ainsi l'administration met à bas les entreprises et nous ne créons pas d'emplois depuis 30 ans. Ne parlons pas des pays européens qui explosent sous les coups des laxistes!
a écrit le 23/07/2012 à 19:28 :
Pas d'inquiétude la gauche va s'occuper de l'autre moitié très vite
a écrit le 23/07/2012 à 19:19 :
Le pouvoir d'achat des ménages baisse sous l'effet de la rage taxatoire à l'oeuvre depuis tant d'années. Les politiciens et les hauts fonctionnaires font semblant de pleurer la croissance évanouie mais ils font tout leur possible pour la tuer. Ils savent bien que le retour de la croissance passe par la décrue massive des prélèvements obligatoires et des dépenses publiques, autrement dit par un recul notable de leur pouvoir. Mais cette caste omniprésente préfère la crise, la pauvreté et la ruine, pour asseoir son pouvoir coûte que coûte, quitte à sacrifier les populations qu'elle fait semblant de protéger. Nous sommes déjà trop taxés.
Réponse de le 23/07/2012 à 22:33 :
On est d'accord, le monde politique tue la croissance donc l'emploi, c'est à dire le développement. Depuis 1980, le pib anglais nous a devancé de 20%, jusqu'à 2000. Il y a un passif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :