Arnaud Montebourg : «Nous préférons l'entrepreneur au spéculateur»

 |   |  468  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Université d'été du Medef - L'intervention du ministre du redressement productif était particulièrement attendue ce vendredi. Retour sur sa prestation qui n'a pas manqué de faire réagir le président de Sodexo, également présent.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, prend maintenant le micro. « Je ne m'attendais pas à trouver une salle couverte de pulls roses ! Le redressement productif ne peut pas réussir sans une certaine forme d'unité autour d'un objectif national. On ne peut pas réussir sans se parler. Redressement productif : cette expression est une inspiration de l'après grande crise aux Etats-Unis. Chacun a compris que la France a pris de sérieux coups durs sur le plan industriel. Et un pays qui ne produit plus, ou de moins en moins, est dans la main d'autres pays qui produisent.

Mon ministère est celui du patriotisme économique : tous les pays qui ont réuni grands groupes, petites entreprises, politiques, ont réussi à réconcilier les forces. Les modèles qui sont sortis renforcés de la crise sont ceux où l'Etat arrive à fédérer autour de choix politiques ».

Il poursuit : « Nous préférons l'entrepreneur au spéculateur. Nous avons besoin que les financiers soient au service des entrepreneurs, pas qu'ils les dominent. J'ai dit au président de la République que ce mandat me soit confié pour cinq années parce que j'ai besoin de cinq années pour obtenir des résultats. Pierre après pierre, il faut reconstruire l'économie française là où elle est faible, et nous allons pousser et booster l'économie française là où elle est forte. Les objectifs sont simples : que dans cinq ans nous ayons un commerce extérieur à peu près à l'équilibre, que l'emploi industriel soit positif. Nous avons besoin pour ça d'audace, d'esprit d'entreprise, d'innovation, de prise de risque. Un pays qui a peur est un pays qui se meurt. Comment alors soutenir la compétition économique, ne serait-ce que dans l'Union européenne ? A travers plusieurs facteurs : un prix bas de l'énergie, la rémunération du capital et le coût du travail et de la protection sociale. Nos brevets sont un trésor, mais il est enfermé, presque caché. Nous souhaitons mettre à la disposition des PME l'ensemble des découvertes et des innovations, et faire en sorte que la puissance publique mette ses atouts au service de la production. Il faut faire en sorte qu'on passe de la découverte à la production ».

Pierre Bellon, président de Sodexo, a un message personnel à adresser au ministre : « Je sais qu'il ne faut pas parler après un ministre, mais je me fous des conventions. En tant que chefs d'entreprise, nous avons beaucoup apprécié votre interview dans Les Echos sur l'esprit d'entreprise. Mais dans cette même interview, vous nous expliquez comment nous devons diriger notre entreprise. On en a ras-le-bol de s'entendre dire ce que nous devons faire avec nos actionnaires, avec notre personnel, avec nos syndicats et avec les consommateurs ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2012 à 7:34 :
La différence entre spéculation et l'investissement est juste une question de degré du risque; les spéculateurs supportant un plus grand risque.

D'ailleurs, l'entrepreneuriat est une activité de risque et donc de spéculation et d'espoir d'une sorte!

Montebourg ne veux aussi pas d?entrepreuneuriat et d'espoir en France ?
Fait moi rire et dit moi si je rêvé !! Montebourg est un démagogue parmi tant d'autres hommes politiques en France!!
a écrit le 01/09/2012 à 10:27 :
Vous avez vu son ton méprisant et arrogant qu'il prenait hier en parlant à la Présidente du Medef? Il regardait ailleurs tout en lui parlant, la dédaignant devant out le monde. C'est dire combien le personnage est méprisant et imbu de lui-même. Même si on n'apprécie pas Mme Parisot (j'en fait parti en tant que petit patron) on ne peut pas se comporter de la sorte en tant que Ministre et en tant qu'homme. Ce Montebourg sera vite un boulet pour FH, car il va finir par faire divorcer les entrepreneurs et patrons de l'état Français (procédure déjà entamée).
a écrit le 01/09/2012 à 1:11 :
A quoi sert A Montebourg?
a écrit le 31/08/2012 à 19:57 :
Il a raison. Plutôt que d'acheter des actions Française (qui contribuent aux fonds de roulement des entreprises), je vais m'orienter vers des actions étrangères
a écrit le 31/08/2012 à 18:02 :
Qu'il le prouve !
a écrit le 31/08/2012 à 17:58 :
Les spéculateurs ne sont que des bonimenteurs profiteurs de la naiveté des CITOYENS d'en bas. Pour que la spéculation tourne rondement tranquillement, il faut essentiellements que lesspéculateurs aient le soutient "sous-terrain" des taupes politiques de tous bords... c'est ce que nous avons depuis 10 ans avec les UMP d'en HAUT et les Socialistes ralliés aux travaux sous-terrains des taupes ... d'en haut. VOILA, il faut traiter le problème des taupes d'en haut et s'il y en a dans chaque permanence des elus d'en haut, les citoyens doivent aller les débusquer dans leurs permanences de Parlementaires, touts les jours de chaque semaine, tel des félins chats et des chattes qui veulent nettoyer le jardin infesté de taupes..
a écrit le 31/08/2012 à 17:43 :
Le spéculateur Victor Niederhoffer, dans "Le spéculateur comme Hero" [3] décrit les avantages de la spéculation (traduction google de l'anglais)

Examinons quelques-uns des principes qui expliquent les causes des pénuries et des excédents et le rôle des spéculateurs. Lorsque la récolte est trop petit pour satisfaire la consommation à son taux normal, les spéculateurs viennent dans l'espoir de tirer profit de la pénurie par l'achat. Leurs achats augmenter le prix, en vérifiant ainsi la consommation de telle sorte que l'offre réduite durera plus longtemps. Les producteurs encouragés par les prix élevés réduire davantage la pénurie en culture et l'importation de réduire la pénurie. De l'autre côté, lorsque le prix est plus élevé que les spéculateurs pensent les faits le justifient, qu'ils vendent. Cela permet de réduire les prix, d'encourager la consommation et des exportations et aide à réduire l'excédent.

Un autre service offert par les spéculateurs pour un marché qui est en risquant leur propre capital dans l'espoir de profit, elles ajoutent de la liquidité au marché et le rendre plus facile ou même possible que d'autres pour compenser le risque, y compris ceux qui peuvent être classés comme opérateurs en couverture et arbitragistes .
a écrit le 31/08/2012 à 17:36 :
M.Mme. les politiques français : fait des choses utiles pour notre beau pays, pas de la démagogie politique !

Mr. M. va faire de la démagogie sur la spéculation et la mondialisation!; passe temps favori des politiques français !!

Comme François Hollande qui clamais pour mettre les "ouvriers français" dans sa poche : Je suis contre la finance ; qu il arrête de toucher son salaire alors !!

Pourquoi est il aller voir Merkel en Allemagne ? Elle a réclamé l ordre dans les finances de la France!!

Alors M.Mme. les politiques français : fait des choses utiles pour notre beau pays, pas de la démagogie politique ! Les français vous seront reconnaissants ! Merci !
a écrit le 31/08/2012 à 17:35 :
Très instructif : La définition d'investissement par rapport à la "spéculation"
Traduction wiki / google

Identifier la spéculation peut faire de mieux en la distinguant de l'investissement. Selon Ben Graham dans Intelligent Investor, l'investisseur défensif prototype est «... un intéressé principalement à la sécurité ainsi que la liberté de la peine." Il admet, toutefois, que «... une certaine spéculation est nécessaire et inévitable, car dans de nombreuses situations commune par actions, il ya des possibilités importantes à la fois des profits et pertes, ainsi que les risques qui y sont doivent être assumés par quelqu'un." Ainsi, de nombreux investisseurs à long terme, même ceux qui achètent et maintenez pendant des décennies, peuvent être classés comme des spéculateurs, à la seule exception des rares qui sont principalement motivés par le revenu ou la sécurité du capital et finalement pas vendre à profit. [1]

Spéculer est la prise de risque en prévision de gain, mais la reconnaissance d'une possibilité plus élevée que la moyenne de la perte. Le terme implique que la spéculation d'une entreprise ou le risque d'investissement peuvent être analysés et évalués, et sa distinction de l'investissement à long terme est une question de degré de risque. Il se distingue du jeu, qui est basé sur les résultats aléatoires. [2] Il n'y a rien dans l'acte de spéculer ou investir suggère que temps de rétention n'ont rien à voir avec la différence dans le degré de risque qui sépare la spéculation d'investir.
a écrit le 31/08/2012 à 17:35 :
Ce gouvernement est complètement déconnecté des réalités. Ils nous abreuvent de mots et de concept jusqu'à plus soif ! Malheureusement, gérer une entreprise, c'est résoudre des problèmes concrets, pas défendre des grandes idées. Déjà que le gouvernement précédent était loin du compte, alors là, c'est le pompon ! Au secours !
Réponse de le 02/09/2012 à 12:44 :
le gouvernement precedent et tous les gouvernements precedents depuis 35 ans.Qui y a t il de plus eloigne de la realite economique que ces guguss politicards de droite ou de gauche!Quand aurons nous enfin un politique qui sache simplement compter!Dans une entreprise normale ,on ne depense pas plus qu on ne gagne et nous empruntons que pour faire avancer la machine apres beaucoup beaucoup de reflexion!Le plus grand mal de la france c est cet etat dans l etat qu est devenue la fonction publique!!ils veulent, ils demandent, ils exigent, ils hurlent, mais servent t ils a grand chose pour la plupart d entre eux /Ne serait t il pas temps d enfin les reorganiser vraiment de maniere a se separer de deux millions d entre eux ,ce qui nous remettrais ric rac avec toutes les grandes democraties!Cette fonction publique qui crie etre au service de la france n est en fait qu au service d elle meme et fait sombrer notre pays!!en effet je crie au secours!!
a écrit le 31/08/2012 à 17:28 :
C'est un clown, lui même ne sait pas de quoi il parle quand il prononce le mot spéculateur ! Tout ce discours ridicule montre qu'il n'a aucune idée, aucune stratégie, aucun programme pour la France.
a écrit le 31/08/2012 à 17:01 :
Pas les spéculateurs ? Pigasse l'employeur de sa femme a dû se sentir visé. Tous ses amis aussi...
a écrit le 31/08/2012 à 16:17 :
Pour répondre à ahbon qui devrait se renseigner - lui - avant des prises de position : Monsieur Bellon a créé il y a plus de 45 ans son entreprise, qu'il contrôle toujours en partie et qui a 420000 salariés dans le monde. C'est notamment cela la création de valeur d'un entrepreneur.
a écrit le 31/08/2012 à 15:59 :
D'apres Wikipedia, la spéculation est en économie, l'action de prévoir les évolutions des marchés et d'y effectuer des opérations d'achat et de vente en conséquence, de façon à retirer des bénéfices du seul fait des évolutions des marchés.

C'est un metier relativement marginal mais ou est le mal?
Cherchez l'erreur M.Mme. les francais(es)!!
a écrit le 31/08/2012 à 15:53 :
Montebourg as bien jouer et parler avant les élections !

Hollande as alors eu la bonne idée de le mettre en ministre de redressement productif !

On va voir comment il va faire pour redresser après ses paroles si alléchantes pour les français !!

Maintenant Montebourg, mon grand : Walk the talk !!
a écrit le 31/08/2012 à 15:45 :
Nous chefs d entreprise preferons les hommes qui vivent des ressources qu ils ont creees a ceux qui n ont jamais dependu pour leurs revenus que de l argent public comme Montebourg
a écrit le 31/08/2012 à 15:31 :
encore cette manie de vouloir faire des belles phrases pleines de démagogie et d'opposer les uns avec les autres. Pourtant j'avais cru percevoir un changement de ton de ce gouvernement pour ne pas continuer à faire fuire les méchants investisseurs
a écrit le 31/08/2012 à 15:19 :
A lui tout seul,par ses déclaration d'amateur,il a fait perdre beaucoup d'emploi en minant le moral des employeurs .on s'aperçoit aussi que le trop grand nombre de ministres ne donne pas les résultats qu'un gouvernement restreint pourrait avoir
a écrit le 31/08/2012 à 14:33 :
De la poudre aux yeux, une méconnaissance totale de l'entreprise; tout un gouvernement d'incapables qui n'ont jamais risqué un seul centime pour se mettre à leur compte. Par contre, donner ou prendre pour donner ils savent faire, voir l'article dans le Figaro de FH nous informant que l'état qui va donner des terrains gratuits pour la construction de logements socianx et "de la même manière, les propriétaires privés seront invités à céder plus rapidement qu'aujourd'hui leur terrain à bâtir", a-t-il ajouté.
Vivement la dissolution de cette assemblée et de ce gouvernement de guignols.
a écrit le 31/08/2012 à 14:19 :
Sans les "spéculateurs" on serait encore à l'époque du trafic de piastre et des valises de billets. Sans les marchés électroniques qui font des arbitrages en quelques nanosecondes on aurait encore des marchands de grain à l'entrée des villes qui stockeraient le blé pour spéculer sur la famine. Ce sont les "spéculateurs" qui ont crevé la bulle immobilière avant que la situation ne s'aggrave encore plus. Bulle immobilière US qui a enrichi des générations de politiques et de grands patrons.
On comprend mieux pourquoi le politique tape tout le temps sur les spéculateurs... Sans eux la corruption et les petits arrangements entre amis pourraient survivre encore quelques années...
Sans les requins, que deviendraient les océans?
a écrit le 31/08/2012 à 14:03 :
Il n'a pas précisé qui était le spéculateur pour lui. Est-ce celui qui joue au hasard du moment (et qui donc perd systématiquement sur le long terme) ? Ou celui qui anticipe les besoins qui vont devenir important dans l'avenir ? Ou bien met-il ces deux définitions sur le même plan ?...
a écrit le 31/08/2012 à 14:01 :
Je suis vraiment sidéré par l'inconsistance des propos de ce ministre (encore plus clownesque que les autres qui le sont déja suffisamment) et surtout par sa naiveté (mais à ce niveau la c'est vraiment la définition de la démagogie) qui consiste à penser à la place des entrepreneurs (alors qu'il n'a jamais rien entrepris sur ces deniers propres bien sur) . Merci M. Bellon pour votre prise de position. Les entrepreneurs sont la pour entreprendre et surtout dire haut et fort ce qu'il pense de cette mascarade gouvernementale . A mon sens il est déja trop tard.
Mais ce qui risque de nous sauver c'est la dissolution de l'Assemblée nationale qui se profile à gRAnde vitesse.
a écrit le 31/08/2012 à 13:58 :
Mr Arnaud Montebourg: «Nous préférons l'entrepreneur aux politiques" ; L'entrepreneur crée de l'emploi et de la richesse, le politique crée du chômage et de la pauvreté. Et vous particulièrement, vous brassez beaucoup de vent mais ne faites ne réussissez pas a faire tourner une seule éolienne.
a écrit le 31/08/2012 à 13:28 :
Normal un entrepreneur est captif et facile à tondre contrairement à un spéculateur qui ne se laisse pas piéger par nos chers politiciens! De la même façon l'état préfère un salarié-marié-pére de famille qui paiera ses impots, ses amendes en courbant l'échine plutôt qu'un délinquant en banlieue trafiquant à la vue de tout le monde et qui ira taper sur la police pour se défouler.
a écrit le 31/08/2012 à 13:16 :
"Nous préférons l'entrepreneur au spéculateur"... ça ne transparait pas dans la nouvelle politique fiscale en tout cas : la nouvelle taxe sur les achats d'entreprises de plus de 1 Milliard de capitalisation donne l'impression du contraire. En effet acheter pour le long terme une de ces sociétés donne lieu a cette taxe. Mais paradoxalement acheter et vendre dans la journée cette même société non, idem quand on achète un dérivé (ex warrant), idem si au SRD on déboucle sa position rapidement. En gros le spéculateur ne paie pas, l'investisseur long terme lui oui. Est ce a dire que l'investisseur long terme est assimilé dans l'esprit de Mr Montebourg à un vil spéculateur? Si c'est le cas ça promet.
a écrit le 31/08/2012 à 13:11 :
Pour relancer l'activité il faudrait faire sauter le carcan de l'armée mexicaine administrative, et c'est trop tard...
a écrit le 31/08/2012 à 13:08 :
Evidemment ! pour mieux lui taper dessus fiscalement !!..surtout sur les petits.....En réponse au titre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :