Les Français attendent de leur président qu'il s'exprime sur les enjeux économiques et sociaux

 |   |  1031  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A quelques heures de l'intervention télévisée du Chef de l'Etat, les Français, plutôt "mécontents" des débuts du quinquennat, attendent de leur président une prise de parole sans détours sur les perspectives économiques de la France pour 2013.

A quelques heures d'une interview télévisée du président très attendue par une opinion inquiète, les sondages se suivent et...se ressemblent.  Selon celui de BVA pour Le Parisien, près de six Français sur dix (59%) se disent "plutôt mécontents" des débuts du quinquennat de François Hollande, alors que 40% s'estiment "plutôt satisfaits". Une dégringolade si l'on considère un taux de satisfaction à l'égard de François Hollande qui atteignait le 31 mai dernier,  62%, contre 34% de mécontentement.

Mais malgré une presse qui fustige le peu d'entrain du président à engager les réformes, ce sondage montre cependant que 58% des Français estiment que le chef de l'Etat "respecte les engagements pris pendant la campagne", une proportion supérieure à celles enregistrées au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy en 2007 (54%) et du septennat de Jacques Chirac en 1995 (48%). Tout en étant 55% à juger que François Hollande "ne va pas assez loin dans le domaine des réformes" (31% pour Sarkozy, 53% pour Chirac) et 57% qu'il "ne répartit pas équitablement les efforts demandés entre tous les Français" (57% pour Sarkozy, 68% pour Chirac). Bémol apporté par un autre sondage : celui de l'Ifop pour le JDD dans lequel 52% des Français estiment que les promesses de campagne ne seront pas tenues, la crise imposant, selon eux, de les...rétrécir. 

Emploi et pouvoir d'achat, deux sujets attendus

François Hollande, qui bat des records d'impopularité quatre mois après son élection, va tenter ce soir sur TF1 de reconquérir des Français gagnés par l'angoisse et le doute devant l'accélération de la crise. Le chef de l'Etat, qui répondra aux questions de Claire Chazal dans le journal de 20 heures, aura 25 minutes pour convaincre ses compatriotes qu'il est l'homme de la situation, un leader, et non cette personnalité hésitante et en mal d'autorité décrite par ses détracteurs et de nombreux éditorialistes. L'enquête du CSA pour Direct Matin confirme que l'attente des Français concerne en priorité les enjeux économiques et sociaux. 59% souhaiteraient qu'il s'exprime sur la lutte contre le chômage et la création d'emploi et 57% sur la hausse des prix, soit deux enjeux très présents sur les agendas politique et médiatique de la rentrée. Des sujets de préoccupation déjà très présents lors de la campagne où l'emploi et le pouvoir d'achat étaient les thèmes qui avaient le plus compter au moment de voter. La récente polémique sur la hausse des prix des carburants, la perspective de nouvelles hausses d'impôt pour tenir les engagements budgétaires de la France, la forte progression du chômage et l'annonce de plans sociaux ont contribué à entretenir, voire à amplifier les attentes sur ces sujets. 

Dans cette perspective, une proportion non négligeable de répondants (35%) attend de François Hollande qu'il s'exprime aussi sur le désendettement de l'Etat et des organismes sociaux, souvent interprété au sein de l'opinion publique comme synonyme d'une hausse de la fiscalité et de prestations sociales moindres. Les résultats de l'étude attestent enfin d'un décalage profond entre les polémiques des dernières semaines et les attentes émanant du corps social. A titre d'exemple, les sources d'approvisionnement en énergie comme le nucléaire et l'attitude du gouvernement à l'égard des Roms ne sont citées  que par respectivement 7 % et 5% des répondants. La situation en Syrie arrive quant à elle en dernière position avec 4%, à égalité avec le bilan de la rentrée scolaire.

 Le président de la République ne devrait pas cependant pas échapper à une question sur la taxe exceptionnelle de 75% sur les revenus dépassant 1 million d'euros, promesse de campagne qui lui avait permis de rebondir alors que Nicolas Sarkozy regagnait du terrain mais qui, ces derniers jours, semblait s'enliser dans les méandres fiscaux. Le débat a été relancé samedi par la révélation d'une demande de naturalisation déposée à Bruxelles par le plus riche des Français, le patron de l'empire du luxe LVMH, Bernard Arnault.

Il ne pourra pas non plus échapper à une explication sur la manière d'éviter toute hausse "générale et indifférenciée" des impôts, comme il s'y est engagé vendredi, tout en réalisant l'effort de réduction du déficit public "le plus important depuis 30 ans". Etant donné les 5 à 10 milliards d'euros d'impôts déjà votés et les 10 milliards d'économies que l'Etat entend faire sur ses dépenses, il reste à trouver 15 à 20 milliards de hausses d'impôts en 2013.

 Ne pas être "un bouchon au fil de l'eau"

François Hollande doit aussi imposer son style et le reconnaît volontiers. "Un style, cela s'imprime au fur et à mesure", a-t-il observé dans des confidences au Monde publiées samedi. Le président "normal" est à la recherche d'un juste milieu entre la "présidence altière et rare" d'un François Mitterrand et la "réactivité maximale" d'un Nicolas Sarkozy. "Je ne veux pas être comme le bouchon au fil de l'eau", a-t-il insisté, revendiquant le droit à la "constance" dans l'action. "Dans cette période marquée par la montée des prix, les plans sociaux et la hausse du chômage, la chronologie des Français ne correspond pas à celle de l'action gouvernementale", a-t-il défendu.

Face à "la souffrance sociale des Français" et "la montée du chômage, il doit redéfinir le cap", a expliqué vendredi sur Canal + un proche du chef de l'Etat, le ministre du Travail Michel Sapin. Il devra enfin aussi siffler la fin de la récréation au gouvernement après plusieurs algarades entre ministres. Selon un membre du gouvernement, "on peut comprendre des couacs gouvernementaux sur des sujets de fond, mais pas le couac des ego qui est la marque de l'inexpérience".

 Nul doute que, comme le dit François Bayrou dans son interview au JDD, "le quinquennat de François Hollande commence ce soir. Jusqu'à maintenant il était un président élu, il lui reste à devenir un président de la République en plein exercice". 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2012 à 23:34 :
On fait dans les rois de l'esquive...
a écrit le 09/09/2012 à 19:23 :
Nous demandons au "bouchon au fil de l'eau" de cesser de cesser de réciter des billevesées idéologiques, et de procéder aux réformes structurelles qui s'imposent : réduction des dépenses publiques, coupes dans les strates du millefeuille territorial, contrôle financier des syndicats et des associations, management efficace des fonctionnaires.Assez de mensonges et de bêtises.....
Réponse de le 09/09/2012 à 19:40 :
suppression;des departements, des communes ,2sur3, de 22pour cents des elus, des pays , 48MDS sans impots
a écrit le 09/09/2012 à 18:41 :
le ps plantent des foctionnaires,et devinez DES IMPOTS POUSSENT
a écrit le 09/09/2012 à 18:27 :
On peut être bardé de diplômes, et ne pas avoir la compétence pour assumer des responsabilités
Sa nature est déjà un handicap majeur, comme dit Mme royal, "avez-vous vu, François Hollande, en 30 ans faire quelque chose de marquant" elle sait de quoi elle parle !!!!
Dans son équipe de Ministres financiers, il n'y a aucune "pointure" pour prendre les bonnes décisions, ils savaient tous quelle était la situation, Président "par défaut" tous atteints par la fièvre anti Sarkoziste. Seule la place était importante, au diable les promesses .
a écrit le 09/09/2012 à 17:59 :
En avril 2012 existaient déjà et depuis trop longtemps des charges trop importantes (beaucoup plus importantes que dans les pays scandinaves pratiquant depuis logtemps une politique plutôt de gauche) et une fonction publique mal organisée et dispendieuse dans des domaines à valeur ajoutée beaucoup moins évidente que l'éducation nationale. Donc quoique le gouvernement actuel fasse, ce ne sera pas pire que les gouvernements précédents...et c'est vraiment la seul chose qui nous rassure...
Réponse de le 09/09/2012 à 19:16 :
+1 , Par contre moins optimiste que toi. On pourrait très bien prendre une couche de plus qui serait celle de trop. Car contrairement aux situations précédentes les finances sont ultra tendues. Et on pas la maitrise sur l'euro comme on pouvais l'avoir sur le franc (qui avait été fortement dévalué face au DM et à l'USD pour relancer l'activité et éponger l'activisme étatique notamment en matière d'énergie ou d'indépendance militaire).
a écrit le 09/09/2012 à 16:58 :
Après 50 ans de gabegie budgétaire, croire encore que le gouvernement peut faire quelque chose en matière d'emploi ou de pouvoir d'achat est utopique. Déjà tenter de stabiliser la situation pour éviter un scénario à la Grèque serait un exploit. Savoir sur qui va tomber le gros de l'effort entre l'Etat et le Privé voilà le seul choix du gouvernement. Apparemment c'est 20Mds/Privé ; 10Mds/Etat pour 2013. On est jamais aussi bien servi que par soi même. Perso 30Mds/Etat ça m'aurait mieux convenu vu la "vampirisation" de l'économie par l'Etat Français.
Qui peut investir 6 à 10 MDS en France dans un projet a part l'Etat lui même ou un acteur économique étranger?
a écrit le 09/09/2012 à 15:42 :
Les français peuvent toujours attendre! Le cynisme de notre nouveau président il va confirmer sa rhétorique : ce sont les riches qui vont payer! Finallement tous le monde sera mis à contribution mais il ne l admettra pas et aucune réforme importante ne sera réalisé ! Mais la réalité va vite le rattraper: tous les moteurs sont à l arrêt et le bateau coule inexorablement! Les français qui ont voté pour lui ont fait une belle erreur!
Réponse de le 09/09/2012 à 18:38 :
Ah, revoilà LA PLUIE, le capitaine du pédalo et du titanic.
a écrit le 09/09/2012 à 15:30 :
aucun espoir un pays diriger par des PONCtionnaires ....on partage le millefeuille...les autres ????
a écrit le 09/09/2012 à 14:04 :
Perso, j'attends plus rien de FH pas plus que des autres. On nous a fait tellement avaler de couleuvres que la prochaine fois je voterais blanc.
a écrit le 09/09/2012 à 13:23 :
Il va continuer sur sa lancé. Le fond de l'intervention est l'anti-sarkosysme.
a écrit le 09/09/2012 à 12:31 :
il y a des Problèmes ... alors..nous allons nous empresser de créer une commission chargée des problèmes ! ... celle-ci fera un rapport d'ici Mai 2017 sur ce qu'il aurait fallu faire !!" Inutile de regarder, le résumé est là !
a écrit le 09/09/2012 à 12:21 :
le discours est déjà connu : un discours flou peu précis derrière lequel se cache des hausse d'impôts...( IR, CSG, niches fiscales)
en revanche, rien sur la réduction des dépenses, sujet tabou. Et pourtant, il y aurait de quoi faire : collectivités, préfectures et sous-préfectures, ambassades, parlementaires....... mais chut , faut pas aborder ce sujet...
et en matière de compétitivité ? le néant absolu

c'est affligeant dans un contexte de crise grave que nous n'avons jamais connu
j'attends des mesures courageuses!!
Réponse de le 09/09/2012 à 14:08 :
val47. C'est déjà en cours. Déjà, il y a la mutualisation des DDI en expérimentation en midi-pyrénée; Quant à la supression des sous-préfectures, ce sera fait avant la fin du quinquennat. Il suffit d'avoir la volonté de chercher sur Internet;
Réponse de le 09/09/2012 à 14:52 :
Oui mais .... avant la fin de son mandat c'est à dire en 2017!!
vol147 il y a urgence!! et il faut se fixer une date pour les réformes
un projet devarit déjà être sur la table !!
je sais bien ... il est urgent d'attendre !!
vous parlez d'expérimentation mais c'est c'est la mise en oeuvre définitive qu'il faut faire
il n'y a pas une seule commune ou communauté de communes qui fait des économies

je suis dans un village de 1700 habitants et je vois... 2 emplois fictifs !!
c'est bien de faire du social mais a ce stade de la crise c'est autre chose qu'il faut !!
Réponse de le 09/09/2012 à 18:43 :
Pour toutes décision importante (par exemple faire construire une maison, prendre un prêt, etc.., vous prenez le temps de la réflexion. Cela fait 4 mois que FH est au pouvoir. Au même titre que Paris ne s'est pas fait en 1 jour, il faut laisser le temps au temps, car trop de précipitation nuit
a écrit le 09/09/2012 à 11:56 :
votre soirée sur TF1

20 heures , le président normal dévoile son programme .
20.50 le débriefing du programme avec sherlock holmes .

ils sont fort sur TF1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :