3 millions de chômeurs : ce qu'en disent les politiques

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le cap symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi en France métropolitaine a été franchi fin août. Revue des réactions de personnalités du monde politique.

La barre des 3 millions de chômeurs a été franchie en août, selon les chiffres dévoilés mercredi par le ministère du Travail. Voici quelques réactions de personnalités politiques.

Michel Sapin, ministre du Travail : "Les 3 millions de chômeurs... Allez, je vais être caricatural mais c'est la vérité, c'est Nicolas Sarkozy. C'est ce que nous avons trouvé en arrivant."

Jean-Marc Germain, secrétaire national du PS au travail et à l'emploi et député : "Si l'heure n'est plus à regarder derrière mais à aller de l'avant, force est de constater les dégâts de dix ans de droite et de quatre ans de crise mal gérée."

Thierry Mandon, porte-parole des députés PS : "Depuis maintenant quatre mois, les députés socialistes sont pleinement engagés aux côtés du gouvernement pour inverser la tendance" 

Jean-Louis Borloo, président de l'Union des Démocrates et Indépendants (UDI) et ex-ministre de l'Emploi : "Le gouvernement se contente de commenter ce qu'il considère comme une fatalité ou un héritage. L'UDI attend la mise en place de toute urgence d'un plan massif et cohérent pour l'emploi".

Jacques Myard, député UMP : "Le nombre des chômeurs dépasse malheureusement 3 millions de chômeurs et de New York, le Président de la République commente "C'est l'héritage". C'est proprement pitoyable de réagir de cette manière."

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP : "Je constate (...) que les pays qui parviennent à contenir le chômage utilisent tous comme priorité absolue les outils de compétitivité, c'est-à-dire de baisse du coût du travail, d'assouplissement des conditions du travail et enfin, de mettre l'accent sur la formation professionnelle."

==> 3.011.000 demandeurs d'emploi! Oui mais....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2012 à 1:48 :
Question ouverte à Mr le Ministre Caricatural : Pourriez-vous, Mr le Ministre, avoir l'obligeance de bien vouloir nous indiquer à partir de quelle date sera prescrite la mention : "c'est la faute au gouvernement précédent !", date à partir de laquelle vous serez donc véritablement aux responsabilités ?
a écrit le 27/09/2012 à 18:28 :
Gauche/droite, c'est la même bande ! Depuis plus de 30 ans ils ont embauché pour des raisons électoralistes des millions de fonctionnaires, alors que la France n'avait pas les moyens de les payer au bout du compte 2 000 milliards d'euros de dettes et 900 milliards de dettes hors bilan (retraites de la fonction publique non provisionnée) ! ! nous en sommes là (ou las!)
Réponse de le 28/09/2012 à 5:06 :
T'as pas l?impression de te répéter;Un peu limité ton discours " c'est la faute des fonctionnaires". Tu pourrais également dire, entre autre, que la dette creuse également le déficit de l'UNEDIC qui doit régler les indemnités des chômeurs de plus en plus nombreux. Mais tes ?illères te conduise à remettre sempiternellement les causes des problèmes actuels sur la fonction publique. C'est ton droit, mais change de tant en tant un mot pour faire plaisir à tes lecteurs qui commencent à se lasser des rediffusions.
Réponse de le 28/09/2012 à 8:22 :
Pour l'UNEDIC, j'ai la solution ! y a qu'à en faire des fonctionnaires...ou ,du moins leur donner le même statut .......ils ne seront donc JAMAIS chômeurs !!!
Réponse de le 28/09/2012 à 10:43 :
d'ailleurs ,les premiers qui devraient avoir le "meilleur statut sont bien ceux qui produisent les richesses que les autres se partagent, sans problème aucun ! ET, les Paysans ne sont-ils pas les premiers qui devraient avoir une garantie de l'emploi EUX qui nous font MANGER , car ,sans la bouffe ,qui produirait encore quelque richesse que ce soit ??????
a écrit le 27/09/2012 à 18:08 :
C'est un système foncièrement malhonnête de la part de l'éducation puisqu'à la sortie il n'y a pas de travail... pour nombre de diplômés. Et même c'est encore pire, car aujourd'hui ils sortent 20% d'illétrés pour la masse collossale d'argent qu'ils ont. Ils doivent avoir déraillé dans leur tête.
a écrit le 27/09/2012 à 16:58 :
Le côte positif du chomeur c est s occuper des femmes des autres pendant que ces messieurs s abrutient au travail ou fait semblant de travailler et si on fait son bilan carbone ,il est tres faible pour un chomeur (ne pollue pas ,pas de deplacement ,ne tombe pas malade economie securité sociale ,vit plus longtemps no stress) en fin de compte le chomage c est bon pour la planete !
a écrit le 27/09/2012 à 16:05 :
Non Monsieur Sapin, le chômage n?est pas plus la responsabilité de Sarkozy que de celle de Jospin ou de Hollande. Il est enraciné dans le système français parce que, dans un système spontanément dysfonctionnant, géré par des incapables, par les élites cooptatives, par des politiciens démagogues, par un patronat sans colonne vertébrale, par des banquiers avides, l?emploi, le pouvoir d?achat, la prospérité sont les variables d?ajustement de leurs délires. De leurs délires et de leurs ambitions sur votre dos. La France ne marche pas, c?est un système dysfonctionnant et les soi-disant élites font partie intégrante de ce dysfonctionnement.

Le problème est que la connivence de tout ce monde est telle que l?on escamote tous les débats. Tous les choix. On préfère rester dans la binarité du type ENA. D?un côté, il y a les simplets qui réclament toujours plus, sans se poser la question de savoir qui paient et comment on le fait, et de l?autre, il y a les professionnels de l?austérité et du « peine à jouir » qui trouvent que l?on vit toujours trop bien.
Réponse de le 27/09/2012 à 16:53 :
Virez donc l'ump aux municipales!
a écrit le 27/09/2012 à 15:45 :
notre dernier rempart contre l'umps ce sont les syndicats.le peuple attend un signe de messieurs thibault et chérèque
a écrit le 27/09/2012 à 14:07 :
C'est l'histoire d'un maire qui veut plus de monde dans sa commune. Alors il interdit aux trains de partir et ne laisse que les trains venir.

Au bout d'un an, plus personne ne vient, et il y a moins de monde qu'auparavant.
Réponse de le 27/09/2012 à 16:29 :
On pourrait dire le contraire, interdire aux trains de venir et laisser les trains partir, la conclusion serait la même donc histoire sans intérêt.
a écrit le 27/09/2012 à 13:41 :
Et à cinq millions de chômeurs , on fait quoi ?
Réponse de le 27/09/2012 à 14:21 :
guerre civile
Réponse de le 27/09/2012 à 14:44 :
Evitons la guerre et remettons les choses à l'endroit: on forme des gens qualifiés qu'on refuse d'utiliser correctement. Voyez qu'avec un diplôme du supérieur, soit un bac+2 on fait de vous un vendeur dans un magasin, même chose pour les licenciés. Autrefois, c'était différent, un licencié était avocat. C'est donc qu'il existe un vice destructeur dans cette société.
Réponse de le 27/09/2012 à 22:56 :
en même temps, des licenciés en histoire de l'art, j'en embauche pas tous les jours ..!
a écrit le 27/09/2012 à 13:15 :
La vérité c'est que nous sommes en régime fasciste: c'est cette Europe des boomers incapable de faire de la croissance et qui glande et qui élimine la génération suivante. Il serait temps de remettre les choses à l'endroit!
Réponse de le 27/09/2012 à 15:25 :
Ce n'est pas une Europe Fasciste...mais simplement Libérale dont nos ténors de droite ont vanté les mérites !...
a écrit le 27/09/2012 à 13:09 :
C'est une crise morale plus que grave: certains ont la sécurité d'emploi à vie, d'autres sont exclus à vie et ce malgré les études. Deux poids deux mesures. Et le servage des salariés qui doivent trimer jusqu'à en creuver... on y pratique la destruction de la personne, voyez comment la majorité se plaint de maltraitance.
a écrit le 27/09/2012 à 13:00 :
Le chiffre, bien que symbolique, n'est pas réellement alarmant... 10 % de taux de chômage... On a déjà oublié que nous avons cumulé à 12% pendant une prériode pas si lointaine...

Quand aux solutions, il n'y en a pas de miraculeuses... Faudrait juste apprendre à exploiter nos compétences et nos atouts, cesser de pleurer sur notre sort et de tout attendre de l'Etat... car ce qu'il donne, nous le payons!

a écrit le 27/09/2012 à 12:11 :
Il serait bon de se séparer des dogmes de tout bord, collectivisme et liberalisme ont montrés leurs limites, et je rappelle que si les états n'étaient pas venus au secours de banques en 2008.....
Sauf qu'aujourd'hui, ces banques ne pretent plus aux entreprises, ni aux collectivités locales, qu'elles ne jouent plus leur role !
Une société comme Vinci, qui a vendu ses parts dans sfr, va employer fonds pour financer des projets viables, mais non financés !
Que dire du scandale du crédit immobilier de France, dégradé par une agence de notation, en perspectives de carences de paiement des emprunteurs français, explosant une structure dont le seul métier est de preter pour le logement social !
l'indignation pourrait être encore longue, mais les solutions, ne sont pas des copiés collés de modèle voulant faire ressembler des français à des allemands, même si il est bon de tourner la tête vers ce qui marche.
La France a des atouts, ceux qui veulent nous rendre dépressif le paieront chers, car la France aussi indocile soit elle, sait par grand péril, dans la douleur se reconstruire !
Mais je reste profondement Colbertiste, je crois en la place de l'état, et l'état ne peut pas tout !
cdt
Réponse de le 27/09/2012 à 12:59 :
Tout à fait d'accord avec vous.
a écrit le 27/09/2012 à 11:57 :
les chiffres sont impressionnants a première vue,mais tout ne va pas si mal dans ce pays.je travaille dans une collectivité territoriale,et ce que je vois sur le terrain me rassure,le pays est encore très dynamique.autre critère,la taxe foncière n'est jamais aussi bien entrée (en caisse)preuve que les français ne sont pas si ruinés que cela!
Réponse de le 27/09/2012 à 12:22 :
Vues du ciel la nuit, une ville scintille toujours...
Réponse de le 27/09/2012 à 12:26 :
les taxes d'habitation ou fonciere rentre bien,ce qui prouve que les français connaissent mal les lois...elles sont dures a contester vu l'autoritarisme d'etat mais facilement reductibles

hello happy tax payers disait tex avery
Réponse de le 27/09/2012 à 13:25 :
un ptit conseil pour m'aider a les réduire svp?
a écrit le 27/09/2012 à 11:45 :
Ce qui est alarmant, c'est qu'aucun des politiciens cités dans l'article ne semble comprendre les causes et encore moins les solutions à ce drame national. Pas étonnant, ils sont tous collectivistes et croient fermement que l'Etat serait à même de résoudre les problèmes qu'il a pourtant créés.
Réponse de le 27/09/2012 à 12:25 :
Un drame national? La crise est mondiale...
Réponse de le 27/09/2012 à 15:32 :
La crise est mondiale , sauf pour le Brésil, Australie, Chine, Indonésie, Turquie.... finalement c'est pas si mondial que cela ???
a écrit le 27/09/2012 à 11:32 :
3 millions de chômeurs cela n'est pas encore assez pour relancer l'économie ; encore un effort.
Réponse de le 27/09/2012 à 17:57 :
Avec un prélèvement tous azimuts, ces messieurs de l'état vont tuer l'activité. Tout pour eux et la misère pour les autres. Si vous n'êtes fonctionnaire ou riche... vous trimez. Et quoi que la population vote, elle doit payer toujours plus pour les prébendes des seigneurs de l'état.
a écrit le 27/09/2012 à 11:27 :
C'est un système qui ne marche pas. Imaginez que lorsqu'on sort des études, on se voit traiter d'incapable et on refuse de nous faire travailler. Aujourd'hui c'est le tiers de nos masters qui reste sur le carreau. Je ne crois pas que le chômage, la dette, la pauvreté ça soit le but de notre société. Les gouvernement depuis 30 ans ont tous échoué, voyons la vérité en face... Est-ce qu'on peut considérer qu'un système comme l'Espagne à 8% de déficit et 50% de chômage chez les jeunes c'est un régime souhaitable...
Réponse de le 27/09/2012 à 11:40 :
Vous parlez des masters de sciences humaines sans doute ! Ces sciences humaines qui nourrissaient la fonction publique et la stérilité des emplois d'audit et de communication il y a encore quelques années mais qui subissent les réductions de recrutement. Tant que l'on continuera à penser que l'éducation nationale est là pour donner un savoir et non un métier, on ira vers des jours tragiques.
Réponse de le 27/09/2012 à 11:56 :
Il ne sert à rien de discuter sans fin des réformes d'un système qui porte en lui-même l'ADN de son échec. L'éducation nationale doit être supprimée et les écoles privatisées.
Réponse de le 27/09/2012 à 15:36 :
C'est déjà fait en ce qui concerne la privatisation.
Les meilleurs vont dans les écoles publiques ou semi-publiques après 2 ans de classes préparatoires.
Les riches vont dans des écoles de commerce ou d'ingénieurs où la sélection est moins drastiques.
Les autres étudiants du supérieur travaillent pour obtenir un bout de papier qui ne leur permettra pas grand chose.
Et pourtant je pense que ces derniers en ont sûrement autant dans la cervelle. Le problème est qu'ils sont trop souvent livrés à eux-mêmes par un système qui tombe en ruine et qui regarde de haut le monde de l'entreprise.
La recherche c'est bien mais pouvoir vivre de son travail aussi ...
Réponse de le 27/09/2012 à 17:19 :
Tout à fait d'accord. La suppression de l'éducation nationale doit être menée rapidement et sans hésiter, avant tout pour rendre service aux classes moyennes et aux plus pauvres, pour qu'ils puissent bénéficier eux aussi d'une instruction et d'une formation professionnelle de qualité.
a écrit le 27/09/2012 à 10:40 :
Il embauche dans le gaz de schiste aux USA (Dakota).
Réponse de le 27/09/2012 à 11:07 :
NB salaire annuel moyen du secteur : 70 000 USD.
a écrit le 27/09/2012 à 10:36 :
Les femmes et enfants de ministres et députés trouvent un emploi facilement même après le départ de Sarko !! H .Désir a trouvé lui un emploi qui n'est plus fictif .......!!!! Une présidence normale en quelque sorte !!!
a écrit le 27/09/2012 à 10:28 :
"Héritage de Sarko" c'est une excuse pitoyable. Tous les jours des milliers de chefs d'entreprise et de décideurs prennent des décisions, et le nouveau gouvernement n'a vraiment pas créé les conditions pour que des décisions d'embauche soient prises. Il y a la crise que le nouveau gouvernement vient de découvrir, et il ne font rien pour favoriser les décisions d'embauche dans le secteur privé, bien au contraire. C'est pas grave, on va embaucher des dizaines de milliers de fonctionnaires ou assimilés.
Réponse de le 27/09/2012 à 10:59 :
le bilan de sarko en matiere economique n'était pas satisfaisant il faut le reconnaitre laisser au moins la chance au nveau gouvernement et rassurez vs on n est pas en mai 1981 et les chars russes ne vont pas debarquer
Réponse de le 27/09/2012 à 11:32 :
Avec les hausses de taxes et impots passées et futures, comment peut on un seul instant penser et dire que la croissance sera au rendez vous en 2013. L'alourdissement de la fiscalité sur notamment les actifs et les épargnants va contribuer à l'augmentation du chomage et la paupérisation d'un nombre croissant de Français. Ainsi soit-il...
a écrit le 27/09/2012 à 10:19 :
il est trop tot pr rejeter la faute sur le nouveau gouvernement
Réponse de le 27/09/2012 à 23:00 :
et demain ?? parce que rien est fait, ni même évoqué, pour que ça change en la matière ..!
a écrit le 27/09/2012 à 10:09 :
en clair ' c'est pas notre faute, c'est la faute a sarkozy'
Réponse de le 27/09/2012 à 11:23 :
En même temps, la réalité est là : le bilan de Sarkozy est une hécatombe. mais il est vrai que les béats de droite sont béats devant leur mentor.
Réponse de le 27/09/2012 à 23:02 :
@madral : si je vous comprend bien : sarko était nul..;alors on peut faire pire .;!!!?
Réponse de le 28/09/2012 à 1:37 :
@madral : bon en clair : partir de quelle date pourra-t-on dire, selon vous, que l'augmentation de chomage est dû à la politique anti-économique du gouvernement actuel ??
a écrit le 27/09/2012 à 9:40 :
Nous les retraités qui sommes plus de 16 millions pouvons dormir tranquilles, si les cotisations ne suffisent plus on les augmentera pour garantir notre pouvoir d'achat.
Réponse de le 27/09/2012 à 11:10 :
Cavalière, louis de funès disait dans l'avare de Molière, ma casette ou est ma casette, en gros c'est ce que vôtre commentaire, l'avarice est un mauvais défaut
a écrit le 27/09/2012 à 9:37 :
M SAPIN reprend les mêmes arguments que le président Hollande, 'est la faute des autres....qu'il regarde la courbe du chomage sur plusieurs années......a la fin de l'ère Mitterand, quand J CHIRAC est arrivé au pouvoir en 1995, le taux du chomage français était à près de 12 %....depuis les 35 heures, le manque de compétitivité des entreprises françaises et la crise mondiale qui sévit depuis 2008 ont fait le reste.....nous sommes gouvernés par un groupe d'incompétents notoires....
a écrit le 27/09/2012 à 9:30 :
Tout cela est de la vision à court terme. La vérité est que notre système atteint un seuil qui demande une mutation. Avec la mécanisation il s'avère qu'il n'y aura plus, dans l'avenir, de travail pour tout le monde. Notre système de répartition des richesses par le travail, les revenus du patrimoine, la redistribution (...et le jeu) atteint ses limites. Dans un futur, encore lointain, le travail ne sera plus la référence pour l'humain. L'homme est fait pour s'aoccuper, pas pour travailler. Alors les solutions à court terme ne sont que des cautères sur une jambe de bois. Il convient maintenant de réfléchir à long terme. Les solutions seront longues à mettre en place et il y a urgence.
a écrit le 27/09/2012 à 9:23 :
La France n'est pas un club de foot mais une nation. C'est curieux quand même quand on pense aux majorités politiques des différentes assemblées régionales ou nationales.
a écrit le 27/09/2012 à 9:16 :
Un système économique qui ne sait plus que produire du chômage parce que basé sur un système financier mafieux qui accapare les richesses est voué à mourir. Les conditions ne sont pas encore réunies, question de temps.
a écrit le 27/09/2012 à 9:16 :
Un système économique qui ne sait plus que produire du chômage parce que basé sur un système financier mafieux qui accapare les richesses est voué à mourir. Les conditions ne sont pas encore réunies, question de temps.
a écrit le 27/09/2012 à 9:16 :
Un système économique qui ne sait plus que produire du chômage parce que basé sur un système financier mafieux qui accapare les richesses est voué à mourir. Les conditions ne sont pas encore réunies, question de temps.
a écrit le 27/09/2012 à 9:11 :
Louer un studio rapporte autant qu'un smic, alors pourquoi risquer d'investir en créant une entreprise ?
a écrit le 27/09/2012 à 9:10 :
La majorité des Français, retraités, fonctionnaires, CDI dans des grandes boîtes ne sont pas concernés par le chômage qui touche que les jeunes et les peu qualifiés. Si la lutte chômage était une priorité, il n'existerait plus de situation de rente autant favorisée et choyée.
a écrit le 27/09/2012 à 9:09 :
C'est à cause de la Droite? C'est à cause de la Gauche? C'est à cause du truc? C'est à cause du machin?
Bon, de toute façon, ils s'en foutent (ça dure depuis 20 ans minimum), sinon, ils se seraient mis ensemble depuis bien longtemps pour trouver les solutions et permettre à 15 millions de personnes de vivre correctement (3 millions de catégorie A + 5 millions des autres catégories + 3 à 4 millions de travailleurs pauvres + domtom + ?) - Rassurez-vous. La politique dit 20 puis aujourd'hui 25% de logement social. Puis pourquoi pas, 30, 50, voir 80%, ? Il serait meilleur de n'avoir que 5% de ce type de logement. Ce qui veut dire que les prisonniers de l'hexagone travaillent tous avec un salaire correct. Et je crois que cela est parfaitement possible
Réponse de le 27/09/2012 à 11:22 :
Tout à fait d'accord, ils s'en foutent. Et la situation empire de jour en jour avec le déficit à payer comme notre dette atteint sa limite. Jusqu'à présent, jamais de solution. Alors c'est un système qu'il faut remettre en cause en particulier notre déficit chronique d'investissement en technologies, ce que fait l'Europe du Nord. Nous serons vite dépassés. Ensuite il faut parler conditions de travail car les salariés qui n'ont pas la sécurité des fonctionnaires et politiques sont dans une précarité forte. Proposer des contrats de 3 mois, ça n'est pas ainsi qu'on fait vivre les gens. Alors pourquoi ce système à deux mesures?
Réponse de le 27/09/2012 à 11:40 :
Parce que je crois que les politiques achètent des voix ! Ils ne cherchent pas à résoudre des problèmes, ils cherchent à se faire réélire. C'est un Monopoly géant. J'embauche 7 millions de fonctionnaires (agents payés par l'état) et je leur colle un système de retraite privilégié, c'est 7 millions de voix assurés au minimum. Idem pour les fameuses niches fiscales, etc?
a écrit le 27/09/2012 à 8:55 :
Je complète mon propos sur une augmentation du prix de l'énergie pour réduire le cout du travail;c'est un raisonnement semblable à la courbe de Laffer:trop d'impots tue l'impot;un prix de l'énergie trop bas par rapport au cout du travail crée du chomage jusqu'à un certain seuil que seule l'expérience peut déterminer;pourquoi ne pas essayer?
a écrit le 27/09/2012 à 8:53 :
Messieurs les "socialistes".... puis-je m'avancer en vous expliquant que le "c'est la faute de Sarkozy" ne va tout de même pas vous servir pendant 5 ans....

(ou pas...)
Réponse de le 27/09/2012 à 11:14 :
Petitentrepreneur, ce que vous dîtes est vrai c'est toujours la faute au gouvernement précèdent.
Réponse de le 27/09/2012 à 12:40 :
Et ça fait trente ans que ça dure ainsi... PS/RPR, RPR/PS; UMP/PS.....
a écrit le 27/09/2012 à 8:24 :
ce matin le magazin " Handelsblatt " publie que BMW va créer 3000 emplois en Allemagne....
Tous commentaires sont superflues.Montebourg il se trouve à Florange... pour fermer les
portails et amener les cléfs.Pour en savoir plus lisez la presse allemande sur notre réelle
situation,voir chomage,perspectives,réeindustrialisation,etc.Un cauchemar....
a écrit le 27/09/2012 à 8:13 :
Nos chers députés et sénateurs ont trouvé la parade au chômage : ils emploient pour eux mêmes femme, maîtresse, enfants. Eloge du népotisme sans vergogne. C'est cela une République exemplaire.
a écrit le 27/09/2012 à 8:05 :
De droite comme de gauche, dans tous les cas les résultats attendus ne sont pas là. Conclusion : Ce n'est pas uniquement à ce niveau strictement franco-français que les vrais problèmes se posent. Voyons plutôt du côté de la gouvernance européenne...
Réponse de le 28/09/2012 à 1:42 :
@vulcan 78 : conclusion originale : comme les 2 bords (droite et gauche) refusent d'endosser leurs responsabilités, vous en concluez donc que ce doit etre forcément la faute d'un tiers, en l'occurence l'europe ?!!
Réponse de le 28/09/2012 à 1:42 :
@vulcan 78 : conclusion originale : comme les 2 bords (droite et gauche) refusent d'endosser leurs responsabilités, vous en concluez donc que ce doit etre forcément la faute d'un tiers, en l'occurence l'europe ?!!
a écrit le 27/09/2012 à 8:02 :
Si nous avions été sous un gouvernement de gauche en 2008 nous serions à 7 millions de chômeurs comme les autres pays socialistes!! Mr Sarkosy a géré la crise de main de maitre,a tel point que les Français ne l'ont pratiquement pas ressentis ce qui a obligé ses opposants à pratiquer un discours de haine systématique. Le réveil va être très douloureux.
a écrit le 27/09/2012 à 8:01 :
Le flux migratoire est subventionné par les organismes sociaux au travers des différentes cotisations sociales prélevées sur les salaires....ce qui implique une baisse de la compétitivité car un cout du travail devenu insupportable tant par les entreprises que les salariés encore employés. A moins de réformes structurelles et courageuses (c'est à dire politiquement incorrect) le déclin est inéluctable. Les emplois d'avenir ou autres subventionnements déguisés feront certes bouger les statistiques mais le problème restera entier.
a écrit le 27/09/2012 à 7:58 :
LE CHOMAGE : les gens qui bossent comme dans le commerce, ou pour tous les petits salaires, chef d'entreprise pourquoi ne pas donner un 13ème mois de salaire? les salaires sont trop bas, souvent les gens préfèrent ne pas travailler à cause de cela. Et, qui sait combien de Francais ne travaillent pas et, eux ne sont pas non plus dans les chiffres du chomage. Je ne parle pas de retraités.
Si des personnes le savent merci d'avance.
Emeraude
a écrit le 27/09/2012 à 7:55 :
C'était prévu,ce gouvernement est déjà à bout d'arguments.
a écrit le 27/09/2012 à 7:54 :
3 millions de chômeurs et avec le gouvernement actuel , je ne vois pas comment nous allons en sortir et malgré cela nous recevons encore des immigrés "nuisibles"
Selon le gouvernement c'est de la faute de la droite"bien sur" mais avant ils étaient au pouvoir , et les usine vendu à 1fr et ensuite liquidé combien de chômeurs!!:
les gauchos ont la mémoire courte
a écrit le 27/09/2012 à 7:50 :
Au stade où nous en sommes rendus, et devant des résultats aussi affligeants, ce n'est vraiment pas ce qu'en disent les "politiques", coupables et responsables, qui est important.
C'est bien plutôt ce qu'en pense le peuple!...
Les "élites" méritent-elles toujours cette appelation ? Et leurs rémunérations?
N'y a t il pas "là" un vrai problème de recrutement? Ne sommes nous pas tombés dans une parodie de démocratie? N'y a-t-il pas un vrai problème de noyautage et de verrouillage politico/médiatique préjudiciable à tous? L'effet d'un microcosme devenu mafieux? Des "critères de sélection/recrutement" par trop éloignés du patriotisme, de l'éthique morale, de l'exemplarité, et de la compétence?
a écrit le 27/09/2012 à 7:49 :
OK c est l autre et M Sapin doit nous dire à partir de quel mois c est plus la faute de l autre Mon analyse est différente .NS a du gérer la crise et n a as pu faire mieux que les autres ( mieux tout de même que beaucoup de partenaires européens ) . L arrivée de la gauche prévue depuis plus d un an a amené le perte de confiance ;perte de confiance d autant plus grande qu ils ont menti lors de la campagne en disant qu il n y avait pas de crise . Apres 100 jours de pouvoir et 15 jours de vacances ils n ont fait que fustiger taxer les riches et les entreprises et créer de nouvelles dépenses ( retraite , enseignants ). La perte de confiance est installée et semble presque irréversible .
a écrit le 27/09/2012 à 7:48 :
le travail est comme toute compétition, c'est le premier qui arrive qui est servi. le chômage en France ( et ailleurs ) a bon dos. devenu une institution, il permet de cacher notre tare à devoir vraiment s'adapter à l' économie mondiale. nombreux sont ceux qui ne veulent pas admettre que nous sommes dans des flux mondiaux et que cette situation est irréversible ce que la plupart des autres pays ont compris depuis longtemps, et chaque jour qui passe nous relègue un peu plus vers un pays du tiers monde, avec pour seule ressource, pour l'instant, le tourisme. Le fait de tous hurler avec les loups permet aux français malhonnêtes d' être indemnisés tout en faisant du travail au noir, aux assistés de rester assistés, et surtout aux politiques de rester en place afin de superviser la mélée.
a écrit le 27/09/2012 à 7:36 :
Il faut transférer une partie des charges sociales sur l'énergie.Vous ne voulez pas augmenter le prix de l'énergie,alors acceptez le chomage!Les socialistes n'étant pas capables de le comprendre,le centre pourrait le faire.A quand un nouveau gouvernement pour appliquer cet objectif.Patience!
a écrit le 27/09/2012 à 7:34 :
3 million de chômeur? c'est faux il y en a beaucoup plus je suis un exemple. adulte handicapé de 55 ans désinscris par pôle emploi par ce que on me proposais des emplois qui ne correspondais pas .... et je ne suis pas le seul s'en compter tous les jeune larguer par cette réalité inacceptable .
a écrit le 27/09/2012 à 7:25 :
Le gouvernement ne veut pas ,ou plutôt a peur de la réaction des syndicats qui refusent les reformes devenues urgentes .Il est temps de donner aux entrepreneurs les moyens d'être compétitifs .Deux mots compétitivité et surtout plus de flexibilité pour l'embauche , le licenciement ,et la durée du temps de travail .Toutes les mesures prises par ce gouvernement depuis son élection ont été a l'encontre des désirs des entrepreneurs,augmentation du smic ,charges supplémentaires pour l'alloc rentrée scolaire ,suppression de la tva antidelocalisation , defiscalisation des heures sup supprimée,etc,etc...les entrepreneurs ne se sentent pas écoutés ,pas aimés ,pourquoi devraient ils prendre des risques ,ils vont alléger leurs effectifs ,et le chômage n'est pas prêt de regresser.Mauvais debut Mr moi president ...
Réponse de le 27/09/2012 à 23:13 :
@kiky1949 : juste une expression me chagrine : "donner aux entrepreneurs les moyens d'être compétitifs " !! NON : les entrepreneurs ne demandent pas qu'on leur DONNE ! ils demandent qu'on leur RENDE, car ils n'attendent rien du gouvernement, si ce n'est qu'on leur foute la paix, qu'on arrête de les villipender à tout va, qu'on arrête de les taxer à tout va, qu'on lesd laisse librement embaucher et débaucher selon les besoins et possibilités, bref :qu'on arrête de leurs mettre des boulets aux pieds !
a écrit le 27/09/2012 à 7:23 :
Evidemment, c'est l'autre. C'est incroyable, comme tous les socialistes se sont donné le mot : "C'est la faute à Sarko." Ca nous rappelle les cours de récréation de notre enfance. Mais, M. Sapin (et les autres), s'il est vrai que cette situation n'est pas seulement celle du gouvernement en place depuis quatre mois, vous connaissiez cette situation lors de votre campagne électorale, vous avez tout fait pour prendre le pouvoir connaissant les difficultés (que vous avez niées) liées à la crise actuelle, vous avez fait des promesses mensongères car vous saviez très bien que vous ne pourriez pas les tenir. Donc ne venez pas mainttenant vous plaindre des problèmes qui sont les vôtres, parce que, par ambition personnelle, vous avez tout fait pour y être confrontés. Ce que l'on vous reproche, à vous socialistes, ce n'est pas la situation dans laquelle se trouve notre pays aujourd'hui, vous n'êtes pas seuls responsables, mais d'avoir berné les Français sur votre capacité de résoudre "maintenant" la crise. Au lieu de vous défendre lâchement en accusant les autres, agissez, et agissez très vite, en prenant les bonnes options pour sortir le pays de la crise qui ne fait que commencer. Il ne suffit pas d'embaucher des fonctionnairess pour faire tourner le pays, ni d'assister les Français pour assurer votre prochaines échéances électorales. Faites en sorte que tout le monde se retrouve au travail et puisse vivre décemment de celui-ci.
Réponse de le 27/09/2012 à 23:15 :
Le changement, c'est maintenant ... ou pour plus tard ??!
a écrit le 27/09/2012 à 7:22 :
Voici où nous a mené la droite après dix ans de pouvoir : paupérisation de la population et chômage de masse, le tout accompagné de 600 milliards de dettes supplémentaires en même pas cinq ans. Plus nul, tu meurs !
a écrit le 27/09/2012 à 7:18 :
500 milliards d'euros de dette et 3 millions de chômeurs. La "potion Sarkozy" est douloureuse en effet. L'UMP n'assume pas son sinistre bilan. On ne le sait que trop!...
Réponse de le 27/09/2012 à 11:14 :
De tendance gauche, je ne peut comprendre les actions ou inactions des gens de droite comme de gauche, des hommes élus par les peuples et pour eux...en théorie ! Aujourd'hui, économiquement, les solutions existent, sortons du libéralisme capitalistique pur qui ne crée aucune richesse pour la majorité mais uniquement des gains pour les plus aisés. On a essayé le communisme, un flop !! nous sommes depuis 20 ans dans le capitalisme, une catastrophe pire encore !! Il serait temps de remettre le citoyen au coeur des débats. Les politiques ne font face qu'à leur égo démesuré et se complaise dans leur situation de privilégiés. Pour preuve, nous les voyons bien actifs lorsqu'il s'agit de campagnes électorales...
Réponse de le 27/09/2012 à 19:08 :
Vous vous tropez nous ne sommes dans un pays capitaliste mais communiste tout le demontre :
Nbre de la fonction publique
Gestion des collectivité locale
Haine des gens qui réussissent et qui créent la richesse
Gestion de tous les organisme sociaux : SS, retraite, etc complémentaires par des syndicats qui représente moins de 8% des Français.
Presse syndiquée : syndicat du livre etc...
En fait la France est dirigée par des nouveaux aristocrates minoritaires qui ne veulent surtout pas changer leurs privilèges . La révolution n'a servi à rien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :