La pénurie de Beaujolais guette

En raison des aléas climatiques, le millésime 2012 du Beaujolais devrait être bon. Mais les bouteilles seront rares et plus chères que les années précédentes.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Il ne manquait plus que ça ! A cause du gel, de la grêle, de la sécheresse, de la canicule et des pluies abondantes - il ne manquait plus qu'une invasion de criquets pèlerins pour que le tableau soit complet ! -, la récolte 2012 de Beaujolais sera historiquement faible cette année.

«Nous allons sur des rendements moitié moins importants cette année. À mi-vendanges, les rendements moyens atteignent péniblement les 20-25 hectolitres par hectare (hl/ha) contre 52hl/ha normalement », explique Jean Bourjade, le délégué général d'Inter-Beaujolais, organisation professionnelle du vignoble au Figaro. Selon ses estimations, ce petit terroir situé au nord de Lyon, à cheval sur les départements du Rhône et de la Saône-et-Loire, ne devrait produire cette année à peine plus de 400.000 hectolitres, contre 852.512 hectolitres en 2011. Les vendanges ont débuté il y a plus de deux semaines et s'achèveront début octobre.

Il n'y en aura pas pour tout le monde

En conséquence, l'approvisionnement sera délicat. "Nous tenons à alerter les marchés tout de suite. Nous avons encore du stock de 2011 mais les grossistes et fournisseurs qui ne voudraient que du 2012 ne seront pas forcément fournis, Nous fournirons en priorité nos marchés stratégiques", poursuit le professionnel. L'Hexagone représente 60 % des ventes de Beaujolais, contre 40% pour l'international. les premiers consommateurs sont dans l'ordre le Japon, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Au total, le Beaujolais est distribué dans 110 pays, ce qui en fait le vignoble français le plus vendu à l'export, à des prix qui peuvent dépasser les 25 euros la bouteille.

Des hausses de prix de 20% à 30%

Quant aux prix, ils grimperont, mécaniquement. «Si on doublait logiquement les prix comme l'on fait nos amis de la Loire avec le muscadet il y a quelques années, la chute de consommation serait terrible. Nous penchons raisonnablement vers des hausses des prix à la production entre 20 et 30 %, indique Jean Bourjade. Reste à savoir si les distributeurs les répercuteront au niveau du consommateur", interroge-t-il. On connaitra la réponse le troisième jeudi de novembre, date officielle de la commercialisation du produit-phare du cru, le Beaujolais nouveau, dès la fin de la vinification.

Bonne nouvelle, les raisins récoltés sont très sains "avec une très bonne concentration des arômes» qui laisse augurer d'un millésime 2012 de belle qualité", avance Jean Bourjade. En outre, la moindre quantité devrait assainir le marché et "faire disparaître les premiers prix, on s'en félicite, en dessous de 3 euros la bouteille, un vigneron ne peut pas vivre", ajoute-t-il. "Avec une moyenne de 6 à 7 euros la bouteille, le niveau moyen de prix reste abordable", estime-t-il.

Un impact sur la balance commerciale ?

Reste à savoir quelle sera l'impact de cette réduction des volumes, et ses conséquences, sur la balance commerciale. Pour mémoire, les exportations de vins et spiritueux français ont bondi de 10,5% à 10,1 milliards d'euros en 2011, stimulées par la demande des pays émergents. Elles ont représenté le deuxième poste excédentaire de la balance commerciale française derrière l'aéronautique.
 

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 07/10/2012 à 20:56
Signaler
Un pinard aussi médiocre à 6 ou 7 euros ? Non mais je rêve ?! A quand la bouteille de La Villageoise à 10 euros ?

à écrit le 07/10/2012 à 19:45
Signaler
Je trouve que c'est plutôt une bonne nouvelle et évitera peut être d'avoir à refuser de partager ce vin médiocre qu'est le Beaujolais nouveau ; pour le reste, il y a suffisamment d'autres vignobles pour se faire plaisir et souvent avec un rapport qua...

à écrit le 07/10/2012 à 15:37
Signaler
Le beaujolpif c'est le pinard de luxe pour les japonais

à écrit le 30/09/2012 à 20:15
Signaler
Je pensais que la publicité sur l'alcool était interdite ?

à écrit le 27/09/2012 à 21:34
Signaler
D'accord avec certains. Le beaujolais, c'est surtout du marketing. Pour le reste, j'ai ma cave perso avec quelques bonnes bouteilles... De quoi passer ce cap qui, finalement, ne me concernera pas !

à écrit le 27/09/2012 à 19:13
Signaler
un article qu'il fallait absolument écrire pffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff.

à écrit le 27/09/2012 à 17:34
Signaler
Tant mieux, car le beaujolais c'est comme l'iPhone : un super marketing pour un produit de bas de gamme.

à écrit le 27/09/2012 à 15:46
Signaler
Heureusement iI reste encore des vins nouveaux moins médiatiques et aussi bons à découvrir dans notre France viticole pour un prix moindre. Le beaujolais peut toutefois se consommer autrement que nouveau. Ce qui est chagrinant dans ce genre d'article...

à écrit le 27/09/2012 à 14:52
Signaler
Bah, on fera comme chaque année. On fêtera le Beaujolais nouveau en buvant un Bordeaux ou un Bourgogne. L'ambiance est aussi bonne et le lendemain pas douloureux.

à écrit le 27/09/2012 à 14:04
Signaler
Alors ça c'est GRAVISSIIME !!... La France défigurée...

à écrit le 27/09/2012 à 13:39
Signaler
"Je bois N'importe quel jaja Pourvu qu'il fasse ses douze degrés cinq Je bois La pire des vinasses C'est dégueulasse, mais ça fait passer l'temps." B. Vian

à écrit le 27/09/2012 à 13:17
Signaler
Plus cher que les années précédentes. Ce n'est pas un scoop. Chaque année il y a une bonne raison pour augmenter les prix. Espérons qu'au moins il sera bon!

le 27/09/2012 à 14:56
Signaler
@Felidae: le beaujolais bon !!! un beau coup de marketing, mais ça s'arrête là. Et si cette piquette vaut plus cher, espérons tout simplement qu'elle va disparaître des étalages comme le Grand Margnat à son époque :-)

à écrit le 27/09/2012 à 13:17
Signaler
Beau travail de marketing pour préparer le consommateur a payer plus cher son beaujolpif On en boira moins ou on n'en boira pas . a part le coté festf le beaujolais nouveau c'est devenu tendance mais force est de reconnaître que ce n'est pas terrible

le 27/09/2012 à 14:05
Signaler
Plus que complètement d'accord... mes fournisseurs savent depuis longtemps que je le distribue totalement dans la boite.

à écrit le 27/09/2012 à 13:00
Signaler
ce ne sera pas une grande perte !

à écrit le 27/09/2012 à 12:49
Signaler
La production de voitures chute, la production de beaujolais s'effondre, que fait Montebourg?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.