Compétitivité : des patrons du CAC 40 lancent un appel à François Hollande

 |   |  507  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Réduire les charges de 30 milliards d'euros en augmentant la TVA, étudier l'exploitation des gaz de schiste, réaliser de nouvelles économies... dans leur lettre adressée au président de la République et publiée dans le JDD ce dimanche, des patrons de grandes entreprises demandent un "choc de compétitivité" qui n'est pas sans rappeler quelques propositions qui figureraient dans le rapport Gallois.

Ils veulent leur "pacte" de compétitivité. A moins de dix jours de la remise officielle du rapport Gallois sur la question, 98 grands patrons membres de l'Association françaises des entreprises privées (AFEP), qui regroupe la majorité des groupes du CAC 40 lancent leur appel à François Hollande. "Les marges de nos entreprises sont historiquement basses. Le chômage sape la cohésion sociale et exclut notre jeunesse. La France doit se transformer en profondeur. Il est urgent d'agir maintenant et collectivement. Nous préconisons une réponse globale adossée à des mesures simples et concrètes", écrivent-ils dans une lettre publiée par le Journal du Dimanche pour justifier leur démarche. Ils demandent notamment que l'Etat réalise 60 milliards d'économies en cinq ans, soit le double des économies déjà prévues pour 2013. Parmi eux:  Pierre Pringuet, président de l'Afep et directeur général de Pernod Ricard, Jean-Pierre Clamadieu, président du comité exécutif de Solvay, Serge Weinberg, président du conseil d'administration de Sanofi.

30 milliards d'euros de charges en moins financés par la TVA

Dans ce "pacte pour relancer la croissance et l'emploi", publié ce 28 octobre par le Journal du Dimanche, ils demandent des réductions du coût du travail pour les salaires moyens (supérieurs à eux fois le Smic) de l'ordre de 30 milliards d'euros sur deux ans. Soit le montant qui serait avancé dans le document qui doit être remis par le commissaire à l'Innovation. Leur solution pour y parvenir? Augmenter la TVA en la faisant passer de 19,6% à 21%. 

Exploiter les gaz de schiste

Autre point qui serait également présent dans le rapport Gallois: les gaz de schistes. Ces grands patrons prennent position pour son exploitation. Le chef de l'Etat avait fait état de ses réticences au mois de septembre et décidé qu'en raison de risques potentiels pour l'environnement et la santé, l'exploration en vue d'une exploitation ne serait pas autorisée en France. Ces grands patrons demandent en outre de "rester pragmatique" dans la mise en oeuvre de la transition énergétique, "qu'il s'agisse de réduire nos émissions de CO2 ou notre exposition à la production d'électricité d'origine nucléaire".

Soutien au contrats de génération

En revanche, sur le plan de l'emploi, les signataires de cette lettre disent soutenir les "contrats de génération" proposés par François Hollande. Et, concernant l'innovation, ils appellent à préserver le crédit emploi recherche. 

Une réaction à gauche 

"Les leçons, ça suffit, que chacun fasse son travail", a répondu Martine Aubry, en marge du Congrès de Toulouse. L'ancienne première secrétaire du PS a réagi en affirmant que les patrons doivent s'occuper "d'abord de la compétitivité chez eux", en mettant en place des formations et en luttant contre la précarité. Elle a également défendu la mise en place de la Banque publique d'investissement.

 --> La pétition des grands patrons adressée au chef de l'Etat (JDD)

(Article créé le 28/10/2012 à 09H32, mis à jour à 17h13)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 19:12 :
Augmenter la TVA , mettre des milliers , de familles dans le rouge , car personne s'en tiendra
à ce pourcentage ,ça sera comme le passage à l'euro, il n'y aura plus de limites .Pensez pour une fois aux ( mal loti ) laissez faire le gouvernement plus réaliste
a écrit le 29/10/2012 à 18:55 :
quand on écoute mme aubry , les francais ne font rien , la précarité c'est ca le changement et c'est maintenant, merci mme aubry et les socialos, le changement c'est pour maintenant merci mr hollande
a écrit le 29/10/2012 à 18:44 :
Toujours la même rengaine, toujours la même idéologie et le même dogme économique ultra-libéral qui conduit chaque jour à nous précariser un peu plus !
A moins de vouloir faire de nous des petits"chinois", je ne crois pas que ces messieurs, dont la moyenne des rémunérations montre déjà pour qui ils roulent, visent à préserver l'intérêt général ? Non, c'est plutôt la préservations d'intérêts "particuliers" qu'ils cherchent à protéger...A part cela, le coup des "charges" et de la "compétitivité" marche toujours autant, même si ces messieurs oublient volontairement beaucoup de choses sur le sujet (qui pourraient les gêner aux entournures), pour piéger les gens qui ne connaissent pas les lois de l'économie (réelle et celle du casino)...Pauvre de nous !
Je crois que le slogan "la prospérité dans la précarité" (c'est ce que ces messieurs veulent) va avoir de beaux jours devant lui...
Ces gens-là ne défendent pas l'intérêt général mais les "profits" d'une minorité contre l'intérêt de la majorité silencieuse...
a écrit le 29/10/2012 à 14:59 :
La France est devenu un pays socialiste. On parle d'une économie socialiste quand plus de 50 % des revenus sont confisqués par l'Etat. Aujourd'hui on est plus près de 60% de prélèvements. Or les monde de l'entreprise c'est un peu comme uen course. L'handicap de chacun des participants est lié aux charges qu'ils doivent porter pendant la course, sans compter les entraves qu'on leur met représenté par les tracas administratif. Les entreprises françaises sont indéniablement celle qui ont l'handicap le plus élevé et les entraves les plus rigides...Comment s'étonner alors que nos entreprises ferment les unes derrière les autres ou préfèrent s'installer ailleurs.
Ce qu'il faut ce n'est pas un choc de compétitivité, c'est un choc de société : il faut repenser complètement la société française pour permettre la libération des forces vives...
a écrit le 29/10/2012 à 14:48 :
Le travailleur doit mendier son boulot, c'est la meilleure discipline dans l'entreprise
a écrit le 29/10/2012 à 14:41 :
Mes problemes ne sont pas les memes que ceux des grands patrons du CAC. Je n'ai pas de salaire garanti , je n'ai pas de retraite chapeau, d'ailleurs comme je me remunere moins qu'un smicard je n'aurai pas de retraite du tout
a écrit le 29/10/2012 à 14:36 :
Bientôt à l'affiche : A vendre à la découpe pays ayant une grande , très grande administration mais plus personne pour payer ( les entreprises sont parties), peu de pollution ( les voitures sont interdites en ville et les gens n'ont plus d'argent), logement gratuit (usines fermées mais pas d'appartements car plus personne ne peut investir), beaucoup de retraités mais pas beaucoup de jeunes ( les familles ont été découragées par de multiples vexations), peu d'entrepreneurs (ils ont été accueillis dans des pays où l'on apprécie leur travail et celui des salariés) . Qui est ce?
Réponse de le 29/10/2012 à 14:54 :
L'espagne, la grèce, l'italie, le portugal, l'irlande, le royaume uni et biêntôt la france, l'allemagne... !
Réponse de le 29/10/2012 à 16:09 :
Rayez les mentions inutiles : L'espagne, la grèce, l'italie, le portugal, l'irlande, le royaume uni et l'Allemagne
Réponse de le 30/10/2012 à 12:19 :
et oui c'est la France! on cherche d'ailleurs des repreneurs pour nos hauts fourneaux. bientôt ce sera l'île de Ré etc..
a écrit le 29/10/2012 à 13:25 :
Sait-on à quoi servira la Banque publique d'investissement ? A endetter encore plus les entreprises ? Mais sans marges, comment rembourser ?
Réponse de le 17/07/2014 à 17:35 :
Je serai pour spéculer dans votre établissement.

Bien cordialement

FC
a écrit le 29/10/2012 à 13:18 :
Il faut être maso pour créer une entreprise en France aujourd'hui, avec l'équipe de bras cassé qu'il y a au gouvernement et les bataillons de sangsues et de cloportes à entretenir, beuk...!.
Réponse de le 29/10/2012 à 19:11 :
On peut toujours créer en France à condition de faire comme les grosses entreprises créer des filiales à l'étranger pour remonter les bénéfices, bien sûr embaucher à minima en France et se développer dans des pays ou la législation est moins contraignante et les politiques mieux avisés. Ce gouvernement est clivant il n'aime pas les employeurs qu'il à assimilé à des riches.
a écrit le 29/10/2012 à 12:42 :
Aucun des politiciens n'a mis les pieds dans une entreprise trop contents de se trouver bien au chaud dans leurs palais dorés....ce n'est donc surement pas à eux de donner des leçons !
a écrit le 29/10/2012 à 12:11 :
L'idéal pour la compétitivité en économie ouverte, serait de rétablir l'esclavage
a écrit le 29/10/2012 à 11:38 :
les patrons ont raison.mais la gauche devrait faire du donnant-donnant:finies les subventions ET baisse des charges
a écrit le 29/10/2012 à 11:36 :
Allez dire ça aux 18 millions de lobotomisés qui ont voté pour le père Noël!.
Réponse de le 29/10/2012 à 11:46 :
@@ger555, un père noël qui signe le même traité que Sarkozy et qui promet une réduction de 33 milliards de déficits rien que pour 2013 ça fait pas trop rêver...
Réponse de le 29/10/2012 à 14:58 :
@bob44 : Qui "promet" ... c'est bien là tout le problème !!!
Réponse de le 29/10/2012 à 15:25 :
@lyon69, ba j'espères bien sinon on va se retrouver très vite dans l'état de la grèce ou de l'espagne...
a écrit le 29/10/2012 à 11:33 :
C'est nouveau, on perçoit très bien maintenant à la lecture de la tribune, que bon nombre de lecteurs et posteurs viennent de la fonction publique.
a écrit le 29/10/2012 à 11:21 :
Les commentaires (du moins une majorité d'entre eux) semblent tout ignorer des ressorts essentiels de l'économie. Les français, lors des récentes élections se sont votés des augmentations (sous forme d'aides en tout genre) qui ne sont pas financées par de la richesse gagnée mais par de l'argent emprunté. Il arrive un moment où cette musique s'arrête quand les taux d'empurnt sont très supérieurs au taux de croissance (décroissance en ce qui concerne la France en 2013) et quand la dette atteint 100% du PIB. Le raisonnement est à la portée d'un enfant en classe de 6ème d'il y a 50 ans: si le service de la dette est très supérieur à la richesse créée, la dette croit vite exponentiellement et les prêteurs cessent de prêter, conduisant à la faillite rapidement. La solution; baisser le poids de l'état de façon régulière et continue pendant de nombreuses années de façon à atteindre un poids de l'état inférieur à 45% (contre 56% aujourd'hui). Et cesser de critiquer et d'appauvrir les entrepreneurs, seuls créateurs d'emplois productifs.
Réponse de le 29/10/2012 à 11:43 :
Nan la solution c'est ne plus se financer auprès des banques privés et ainsi économiser le service de la dette, soit 60 milliards d'euros par an, soit tout l'impôt sur le revenu! C'est aussi faire un audit sur cette dette car elle est illégitime, une grande partie à servie des interêts privés partis à l'étranger. Nous n'aurons pas d'autre choix car elle est tout simplement IRREMBOURSABLE et si vous souhaitez baisser le poids de l'état vous verrez votre économie continué a s'aggraver de manière exponentielle car ne vous en déplaise le premier investisseur en France c'est l'état, et on me fera pas croire que le privé ira construire des services dans les zones rurales où ils ne seront pas rentables. Les vrais entrepreneurs (pas ceux du CAC) n'attendent qu'une chose c'est que l'économie reparte et c'est pas en faisant de l'austérité généralisé que ça risque d'arriver ! Si l'économie se portait bien, ils demanderaient des meilleurs formations et des meilleurs réseaux de transports et d'énergie. Les pigeons c'est nous !
Réponse de le 29/10/2012 à 12:38 :
Nous avons deja discute sur le sujet et le mythe de l'argent gratuit, mais le financement aupres du prive n'est pas le probleme: le probleme c'est fondamentalement de depenser moins/mieux. Incontestablement, le poids de l'Etat francais est enorme, et on peut se poser des questions... Il n'y a qu'a regarder d'autres pays, a l'heure actuelle ou par le passe, ou l'on pensait que tous les domaines etaient d'utilite publique et toutes les boites devaient etre nationalisees. A chaque fois, ca a echoue. Je pense donc qu'une reforme profonde de l'Etat serait benefique, surtout que nous n'avons pas a la faire dans l'urgence, n'etant pour le moment pas soumis a la pression des marches.
Réponse de le 29/10/2012 à 14:05 :
@Tyler, croire que le privé peut assurer les fonctions du service publique est faux et déjà démontré dans de nombreux pays, le privé cherche la rentabilité par l'utilité. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des gaspillages d'argent publique ni des économis a faire mais croire qu'on peut tout ou presque confier au privé sans voir le chaos social venir est un mensonge.
Réponse de le 29/10/2012 à 14:45 :
"le privé cherche la rentabilité, pas l'utilité" absolument, bien d'accord avec vous. Selon moi, c'est ce qui fait en general des entreprises privees de bons gestionnaires et formidables innovateurs, a la difference des monopoles publiques... Il ne s'agit pas non plus de tout faire tomber dans le domaine prive, mais si on vous ecoutait, France Telecom, Air France ou encore BNP devraient etre publiques et tout irait pour le mieux... A nouveau, on a vu ce que donnait un pays gere par l'Etat, a commence par la Grece en ce moment... De faibles performances pour un cout tres eleve. La mise en competition pousse a optimiser, mieux gerer, et est synonyme de progres et d'une qualite superieure pour les consommateurs/utilisateurs, c'est indeniable. Et si j'etais un peu extremiste, je vous dirais que le cheque education a plutot bien fonctionne en Suede ou aux Pays-Bas... Une education subventionnee (evidemment! personne n'irait proner autre chose, pas moi en tout cas! Le financement repose toujours sur la solidarite), une mise en concurrence des etablissements...
Réponse de le 29/10/2012 à 15:02 :
On peut dans votre logique tout collectiviser : les medecins, les agriculteurs , ... On crée des Kholkoses, on nationalise l'ensemble des entreprises ...et on vis selon le régime de la corée du nord ou du Zimbawe !!! Merci pourpour le programme !
Réponse de le 29/10/2012 à 15:23 :
@Tyler, " a la difference des monopoles publiques" et les monopoles privés ça n'existe pas ? Souvenez-vous la téléphonie avant free, on s'est bien fait pigeonner par le privé pendant toutes ces années (un exemple parmis d'autres..).. "une mise en concurrence des etablissements..." ba voyons mais on le voit déjà à l'oeuvre, des écoles privés qui ne prennent que des classes sociales aisés et qui ont d'excellents résultats (tu m'étonnes) et de l'autres les ZEP avec tout les gamins à problèmes de familles défavorisés et après des libéraux comme vous pour dire regardez le publique ça marche pas ! Seulement tout le monde ne pourra pas mettre son gamin dans la meilleurs école, si tenté qu'il y en ait une dans les quartiers où les gens n'ont pas d'argent (et oui ça existe). Non le privé ne gère pas forcément mieux, y'a qu'a voir la gestion de l'eau, toutes les villes reviennent aux régies publiques de l'eau car les tarifs ont augmentés et les réseaux sont mal entretenus car Véolia préfère faire de la rentabilité à court terme et entretient au compte goutte les réseaux.
@@bob44 " on vis selon le régime de la corée du nord ou du Zimbawe !!! " et de cuba et du vénézuela et blabla c'est ridicule tellement c'est caricatural et ça ne répond pas à mon propos ! Je n'ai pas dit qu'il fallait tout nationaliser mais les biens communs à savoir l'énergie, la santé, l'éducation, la sécurité et la justice devraient être publique car ils sont garants d'un justice et d'une égalité sociale bénéfique à tous. Maintenant si vous préférez tout voir confier au privé et passer votre vie à comparer des prospectus publicitaire pour tout et essayer d'arbitrer en permanence entre les offres d'untel et d'untel et bien c'est que vous ne devez pas avoir trop d'amis, d'amour, de loisirs, de famille, de culture bref tout ce qui fait que la vie vaut d'être vécue et qui ne s'achète pas.
Réponse de le 29/10/2012 à 16:31 :
"les écoles privés qui ne prennent que des classes sociales aisés et qui ont d'excellents résultats" so what? La co-existence des deux systemes prives et publics engendrent forcement ce genre de phenomene. On pourrait aussi parler des combines pour contourner la carte scolaire et se retrouver dans la zone X plutot que la zone Y. Que vous le vouliez ou non le phenomene de ghettoisation/forte heterogeneite des niveaux (car des enfants) n'est pas propre a l'enseignement prive et existe a grand echelle dans le systeme public. De plus, les chiffres ne vous donnent pas raison: selon l'OCDE, la France consacre une part de la richesse nationale parmi les plus importantes au monde pour son systeme educatif, pour des performances mediocres. A nouveau, la mise en concurrence dans le secteur educatif s'est tres bien passee dans d'autres pays (tout en conservant une education gratuite, i.e. sponsorisee par l'Etat). "Non le privé ne gère pas forcément mieux", il ne s'agit pas d'etre dogmatique, mais je vous renvoie aux exemples que je mentionnais (Grece?) ou tout autre de votre choix dans l'histoire du XXeme siecle... Et pour finir, une simple remarque, il s'agit la d'un angle d'attaque parmi tant d'autres, mais pour l'illustration du propos: l'Etat est le seul acteur economique qui n'ait pas besoin d'ajuster sa masse salariale; quand on travaille pour l'Etat, on a un emploi garanti ad vitam eternam (plus ou moins, je caricature, mais dans les grandes lignes c'est bien ca). Comment voulez-vous me faire croire que les entites publiques soient bien gerees, rien que pour cette raison-la? (il y en a des milliers d'autres, notamment parce que l'argent de l'Etat est l'argent de tout le monde et personne, et aussi parce qu'il y a conflit d'interet evident entre une gestion economique saine (et les choix difficiles parfois associes) et soigner son image de politique). Combien de mises au placard en resultent? j'en ai vu un paquet dans les corps de l'Etat, a l'Education Nationale, a la Defense, dans les anciennes entreprises publiques (France Telecom), ou encore a la CDC... On continue a payer un type a rien faire (ou a faire des choses inutiles), ce qui le detruit mentalement (inadaptabilite garanti apres qques annees) en gaspillant l'argent public (on aurait mieux fait de le mettre a la porte des le debut, cela aurait ete mieux pour les finances des contribuables, et mieux pour un salarie devenu bon a rien et inutile). Les malheureux suicides chez France Telecom il y a qques annees illustrent tristement ce modele. On a l'art et la maniere en France de saboter les potentiels, saper les energies, fabriquer des gens inadaptables et in fine furieux d'avoir fait confiance au systeme, au nom de l'egalite et aussi en raison d'une certaine mefiance envers le "capital": l'universite est un autre exemple. Pour l'anecdote, je me souviens d'une prof de lycee qui nous disait "l'universite, temple du savoir, de la connaissance pour la connaissance, pure, a l'abri du capital et des interets prives". Ce qu'on voit plutot, c'est: comment depenser l'argent du contribuable pour former des jeunes (dans une branche inutile ou il n'y aura pas de boulot) et les envoyer sur-diplomes tout droit chez Pole emploi apres leur avoir fait miroiter monts et merveilles sur la valeur de ce qu'ils y apprennaient (aucune valeur sur le marche du travail, seule qui compte pour celui qui ne peut se permettre de vivre au crochet des autres...), sauf pour ceux qui parviendront a choper un poste d'enseignant dans la meme discipline...). Resultat: on paye pour fabriquer des frustres mecontents...
Réponse de le 30/10/2012 à 0:00 :
Monsieur, vous avez établi un résumé parfait du socialisme !
Réponse de le 30/10/2012 à 14:27 :
@tyler, "quand on travaille pour l'Etat, on a un emploi garanti ad vitam eternam" sauf faute grave comme dans n'importe quelle grande entreprise où on est en CDI...
"Les malheureux suicides chez France Telecom il y a qques annees illustrent tristement ce modele." ils sont liés à la restructuration de France Telecom et aux nouvelles politiques managériales (sur le bon modèle néolibérale) si vous aviez suivi un peu le dossier...
"Resultat: on paye pour fabriquer des frustres mecontents..." des mécontents y'en a de plus en plus et même dans vos magnifiques pays libéraux !
Réponse de le 30/10/2012 à 15:25 :
"sauf faute grave comme dans n'importe quelle grande entreprise où on est en CDI" et bien non justement, meme en CDI, on peut se faire virer un jour ou l'autre, justement si l'entreprise se trouve en situation difficile et doit reajuster ses effectifs (avant elle vendait 200, elle avait besoin de 10 vendeurs, maintenant et durablement elle va vendre 100, elle n'en a plus besoin que de 5). Je connais bien France Telecom et la double culture qui y existe toujours: la nouvelle structure, dynamique (Orange), et l'ancien dinausore de l'Etat (France Telecom). Le choc entre les deux cultures a ete violent ce qui explique ces evenements tragiques, mais je suis persuade qu'un seul de ces deux modeles n'est viable. Si on avait ete dans un modele "neoliberale" comme vous dites, les postes auraient tout simplement ete supprimes, plutot que de pousser a bout des employes sans les licencier, alors que certains n'avaient plus leur place dans l'entreprise. C'est le mastodonte France Telecom qui a transforme des talents en des gens inadaptables et c'est bien ce que je reprochais plus haut aux entreprises publics.
a écrit le 29/10/2012 à 11:07 :
la compétivité ne s'arrête pas au coût horaire. Est il "normal" de détruire les fondamentaux de la croissance et du redressement avec autant d'acharnement? Est il normal de spolier les salariés du privés des fruits de leur travail (voir taxe sur l'intéressement),de matraquer les entrepreneurs, les investisseurs (régime des plus values, taxes de toute sorte sur le capital) qui prennent forcément des risques avant d'obtenir des résultats et tous n'y réussissent pas, de pratiquer une politique antifamiliale qui pèsera sur notre courbe démographique, de pénaliser les retraités qui au moment ou les retraites vont fondre n'auront même pas de quoi compléter leurs pensions avec des économies, de décourager nos enseignants et chercheurs...est il normal de démotiver tous ceux qui font tourner la machine pour faire plaisir à tous ceux qui ne prennent aucun risque, ou sont payés sur le budget de l'Etat.?
a écrit le 29/10/2012 à 10:54 :
j'ai un trou de mémoire : Je vois bien les hausses de prélèvement sur les ménages, ..je vois très bien les hausses de prélèvement sur les entreprises ... Je vois très bien les hausses de dépenses publiques telles que nouvelles embauches de fonctionnaires, explosion (+25%) des primes de rentrée distribués par l'état, abaissement de l'age de la retraite pour certains, ... Hier, nous étions 5 autour de la table, et impossible de citer la MOINDRE économie de dépenses par la fonction publique !!! Quelqu'un aurait-il la possibilité de m'en citer une ou 2 ??!!
Réponse de le 29/10/2012 à 11:22 :
@lyon69 "Je vois très bien les hausses de dépenses publiques telles que nouvelles embauches de fonctionnaires, explosion (+25%)" faux, le nombre de fonctionnaires n'augmentent pas, les créations de postes dans l'EN sont supprimés ailleurs dans les autres ministères.
Réponse de le 29/10/2012 à 15:04 :
j'attends de voir les chiffres REELS !! Mais il a promis (une promesse de plus, me direz vous) de réduire de 10 milliards les dépenses publiques ...j'attends ..!!!
a écrit le 29/10/2012 à 10:46 :
Une attitude impensable, inimaginable ; le patronat qui somme le gouvernement de pratiquer leur politique de la France. Non seulement ils exigent un choc de compétitivité, d'un claquement de doigts, endossable par les contribuables. Et comme si cela ne suffisait pas, ils indiquent le moyen de rééquilibrer les comptes. Voilà donc un quarteron de financiers, accessoirement chef d'entreprise qui entendent gouverner la France. Une première réflexion conduit à demander pourquoi ils ne sse sont pas présentés directement au suffrage universel ? - Pourquoi ne pas s'être insurgés devant la perte du triple A de la France.Celle-ci indiquait clairement le manque de compétitivité et le marasme de l'emploi qui allait suivre. Non rien de tout cela ; seulement la position d'un tireur embusqué, dans l'attente du moment favorable pour créer la peur, le doute, mais surtout pour conforter sa position. Il manque un qualificatif à tout cela ; intolérable. Certes il y a une conception politique à revoir, c'est elle qui déterminera l'avenir d'une compétition Européenne. Mais pour l'heure il ne faut pas se laisser impressionner par le ton alarmiste de ces ténors de la facétie. Et encore moins de certaines orientations dont ils aimeraient voir la France s'engager. Nous ne devons pas confondre les problèmes et les objectifs ; et de leur rappeler les bénéfices réalisés en bourse jusqu'à présent.
On affole la populace pour mieux la spolier. Un vrai safari économique à la Française. Faut-il marteler une nouvelle fois que la notion de compétitivité dépend bien entendu du coût de revient de la main d'oeuvre et qu'à ce titre beaucoup ont déjà préféré délocaliser ; mais que le facteur principal demeure la chaîne d'élaboration, de distribution, puis d'accompagnement d'un produit. Cela fait que les consommateurs, bien plus informés que par le passé, font vite le choix.
Cette prise de position du patronat est condamnable à plus d'un titre.. Un esprit frondeur et subversif envers le gouvernement. Mais avant cela le désaveu même de la stratégie des industriels , qu'ils n'osent avouer. Il est toujours plus facile de désigner un pouvoir politique qui n'a que six mois d'exercice ; à leur propre manque de dynamisme. Ensuite reste le moyen de faire de l'argent facile, plutôt que d'avoir à se remettre en question. Exploitons le gaz de schiste ; rendez-vous compte, si cette technologie n'existait pas, nous serions voués à l'extinction économique. Certains ont pensé que le vote des dernières présidentielles n'était qu'un ras le bol, et qu'aussitôt le mécontentement passé, il suffirait d'agiter le drapeau rouge pour que tout le monde rentre dans le rang. Il faudra compter sur la volonté de changement. Le slogan n'était pas creux. Ce interviendra aussi en économie, pour améliorer celle-ci ; mais en aucun cas de la façon dont ils le souhaitent. plus d'économie ultra libérale.
Réponse de le 29/10/2012 à 11:08 :
1) Le probleme n'est pas nouveau, c'est une n-ieme allusion aux problemes de cout du travail en France, bien reel et visible quelque soit la metrique que vous adoptez pour lire les statistiques. 2) "pourquoi ils ne se sont pas présentés directement au suffrage universel ?" les dirigeants des entreprises ne sont pas, pour la plupart, des politiques, fort heureusement (sauf qques parachutes enarques dans les entreprises publiques ou semi-publiques...). 3) Ce sont les entreprises qui creent l'emploi, et personne d'autre. Ainsi, il peut etre judicieux de se plonger dans ce monde-la et de comprendre leurs problematiques. Difficile alors quel a plupart des membres du gouvernement n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise privee. 4) "et de leur rappeler les bénéfices réalisés en bourse jusqu'à présent" les marges sont au plus basses, les benefices du CAC 40 en chute par rapport a 2011 qui n'etait pourtant pas une annee exceptionnelle. Le CAC 40 a perdu 15% depuis ete 2011 et est au meme niveau qu'en juin 2009; pas de quoi sauter de joie pour les actionnaires. Enfin, les entrperises du CAC 40 performent plutot mieux que les autres etant donne leur exposition aux marches internationaux, puisqu'elles n'ont qu'une part limitee de leur activite en France; la situation est beaucoup plus dur pour les entreprises qui n'operent qu'en France (et c'est justemment celle-ci qui creeront le plus d'emplois sur le territoire). 5) "plus d'économie ultra libérale" ou avez-vous vu de l'ultra-liberalisme en France ces 20 dernieres annees? Je ne vois pas grand chose d'objectif dans votre long developpement...
Réponse de le 29/10/2012 à 11:40 :
@Philantrope : vouz auriez mieux fait de signer "Idéologue"; vous ne faites que du blabla et ne démontrez rien ; vous osez reprocher aux patons de faire acte de responsabilité. Nos gouvernants, de toutes les couleurs politiques, ont toujours joué la facilité, c'est à dire pontionner les contribuables ; leur seul critère de décision est de se faire ré-élire. Les patrons du privé sont eux responsables devant les actionnaires et devant les salariés et risquent leurs postes, voir leurs biens quand ils sont aussi actionnaires. Mais les enarques parachutés ont toujours un retour dans leurs administrations d'origine. Le problème de nos politiques et fonctionnaires est qu'ils ignorent et refusent de comprendre la réalité des entreprises, qui elles font vivre le pays et ses citoyens.
Réponse de le 29/10/2012 à 12:04 :
@réaliste, "Nos gouvernants, de toutes les couleurs politiques, ont toujours joué la facilité, c'est à dire pontionner les contribuables" en l'occurence le choc de compétitivités des patrons du CAC consiste a alléger de 40 milliards les cotisations patronales, pour les reporter sur la CSG, c'est-a-dire sur tout le monde. Prendre aux pauvres pour donner aux riches.
a écrit le 29/10/2012 à 10:37 :
Quelques commentaires à chaud:
- relever la TVA, comme l'ont fait les autres pays européens; trop de blabla inutile en France.
- ne pas réinventer d'autres taxes, comme par exemple celle sur les retraites, car le passé a montré que le taux d'une nouvelle taxe augmente fortement année après année (voir CSG).
- amorcer en vouloir et en financement de grands projets pour ouvrir des marchés de sous-traitance aux PME (ref le projet MITI au Japon) - les PME qui assurent le principal réservoir d'emplois en France embaucheront, et le financement du chômage diminuera - par expérience un patron de PME n'attend pas de baisse des charges si son carnet de commandes est bien rempli et stable.
...


a écrit le 29/10/2012 à 10:24 :
les ets du cac 40 ne réalisent que 25 à 30% de leur chiffre d'affaires en France et y emploient à peu prèt le meme pourcentage de leurs salariés.Pourquoi faudrait il leur dérouler le tapis rouge alors que les PME et ETi emploient plus de monde et créent plus de richesse sur notre territoire ?
a écrit le 29/10/2012 à 10:20 :
Les ets du cac 40 ne réalisent que ou 25% de leur chiffres d'affaires en France et y emploient à peu prèt de meme pourcentage de leurs salariés .
a écrit le 29/10/2012 à 10:17 :
Le premier investisseur en France c'est l'état, ces patrons qui veulent lui retirer 30 milliards se tirent donc une balle dans le pied, cela va ralentir encore plus notre économie.
Réponse de le 29/10/2012 à 10:47 :
Si je suis votre logique, tout commerçant qui se fait cambrioler devrait se réjouir, si le cambrioleurs revient dépenser son butin dans le commerce pillé !!!
Réponse de le 29/10/2012 à 11:02 :
@@bob44, si je suis votre logique l'impôt c'est du vol ?
Réponse de le 29/10/2012 à 12:08 :
Vous avez tout compris, l impot est un vol organisé et l etat se comporte comme le pire des mafieux. Au moyen âge les cerfs travaillaient 11 jours pour leur seigneur aujourd'hui nous travaillons 9 mois par an pour l etat et y en a marre, il va falloir que cela cesse
Réponse de le 29/10/2012 à 12:20 :
@dontdream, les cerfs avaient-ils une retraite, une santé gratuite, une école gratuite, une sécurité gratuite... ? Quand vous aurez compris que l'état c'est tout le monde et que c'est pour tout le monde et que sa suppression entrainera l'explosion des inégalités et donc la chaos social vous aurez bien avancé...
Réponse de le 29/10/2012 à 12:44 :
tant que l'état dépensera plus d'argent qu'il n'en a, ce même état et son pays courreront à la faillite. Et fini les retraites, la santé, ... Il va falloir faire des sacrifices, et ces sacrifices ne passent pas par plus d'impôts, les Français sont déjà rincés!! donc oui, la santé sera moins bien remboursée, les assistanats en tout genre vont devoir cesser, ... afin de sauvegarder notre système, tout en l'équilibrant. Sinon TOUT disparaitra. Le financement à crédit ne peut pas durer éternellement!
Réponse de le 29/10/2012 à 13:58 :
à bob44
Mais qui a dit qu'il fallait supprimer l'Etat?
seulement il y a une différence entre un Etat qui pique tout et ne donne pas grand chose et qui donc se comporte comme un parasite qui suce le sang de ceux qui produisent de la richesse mais à force de trop prélever, les entreprises meurent
Réponse de le 29/10/2012 à 14:12 :
@cerfs, l'endettement n'est pas mauvais pour un état il est même nécessaire si toutefois il ne dépasse pas 50 % du PIB. L'évolution de l'imposition depuis 20 ans va décroissante tandis que son budget devrait augmenter ou du moins ne pas diminuer (augmentation de la population et son vieillissement). Notre système peut être tout à fait équilibré si l'imposition du capital est faite correctement, si les niches fiscales sont supprimées, si les tranches d'imposition sont revues, si l'évasion fiscale est vraiment combattue tout comme les paradis fiscaux (à l'échelle de l'UE), si les grandes entreprises payent comme les petites.. bref agir sur les recettes est possible et bien préférable à saborder tout l'état providence qui sert aussi aux salariés du privé et au secteur privé en général, qui sert à tous et pour tous.
Réponse de le 29/10/2012 à 14:22 :
@dontdream, "un Etat qui pique tout et ne donne pas grand chose" quel part du budget de l'état n'est pas redistribué ? Vous oubliez peut être le RSA, le chomage, les retraites, les services publiques... bref, il y a surement des gaspillages à droite à gauche et des postes en doublons mais cela ne pèse pas plus d'un ou deux milliards grand max sur son budget total. Donc dire que l'état ponctionne trop peut s'entendre mais il faudra bien supprimer certaines missions et la qualité de celles-ci que l'état assure actuellement. Vous n'y voyez peut être aucun problème si vous avez les moyens mais il faudra pas venir se plaindre quand vous devrez payez 10000 euros pour une année universitaire ou pour une opération...
Réponse de le 29/10/2012 à 15:08 :
Comment se fait-il qu'il y ait plus d'enfants en allemagne, que le budget soit moindre, que les résultats soient meilleurs ... et même que les profs individuellement sont mieux rénunérés ??? Y a pas de problème de gestion, non ??!
Réponse de le 29/10/2012 à 15:31 :
@@bob44, à quel étude faite vous référence ? Avez-vous entendu les profs se plaindrent de leur rémunération ? L'école française est très inégalitaire elle doit effectivement être réformé très profondément (suppression des grandes écoles, du bac, diminution des vacances au profit de rythme allégé, école Freinet à développer...) mais confier au privé sa mission ne fera qu'aggraver l'ascenseur social déjà en panne.
Réponse de le 29/10/2012 à 18:32 :
"suppression des grandes écoles" en voila une idee, alors meme que la formation est en general tres appreciee par les entreprises (que ce soit francaises ou etrangeres)...
Réponse de le 29/10/2012 à 19:44 :
@tyler Il n'y en a pas en Belgique et ça marche bcp mieux, il y a bcp plus de mixité sociale en étude supérieure..
Réponse de le 29/10/2012 à 19:44 :
@tyler Il n'y en a pas en Belgique et ça marche bcp mieux, il y a bcp plus de mixité sociale en étude supérieure..
Réponse de le 29/10/2012 à 19:44 :
@tyler Il n'y en a pas en Belgique et ça marche bcp mieux, il y a bcp plus de mixité sociale en étude supérieure..
Réponse de le 29/10/2012 à 19:44 :
@tyler Il n'y en a pas en Belgique et ça marche bcp mieux, il y a bcp plus de mixité sociale en étude supérieure..
Réponse de le 29/10/2012 à 19:44 :
@tyler Il n'y en a pas en Belgique et ça marche bcp mieux, il y a bcp plus de mixité sociale en étude supérieure..
Réponse de le 30/10/2012 à 12:52 :
Qu'est ce qui marche beaucoup mieux en Belgique? A nouveau, vous pronez le nivellement par le bas. Les grandes ecoles fonctionnent tres bien, forment des jeunes gens tres qualifies qui repondent efficacement aux besoins des entreprises. Rappelons que certaines sont payantes (notamment les ecoles de commerce), d'autres quasi gratuites (pour des raisons historiques, plutot les ecoles d'ingenieur). On pourrait d'ailleurs remettre en cause certaines aides de l'Etat, et cela ne me choquerait pas d'avoir a financer ses etudes, mais c'est un autre debat. En tout cas, a l'heure actuelle il n'existe pas de barriere financiere reelle en France pour avoir acces a ces etablissements (compare a d'autres pays). Bien sur, cela aidera de ne pas avoir a prendre un petit boulot pour payer son loyer, mais pour autant ces etablissements en tant que tel sont largement accessibles financierement parlant. Mais puisqu'il n'y a pas assez de mixite sociale (alors meme que le mode de selection n'a rien a envier au vieil ideal d'egalite republicaine, un concours d'entree, le meme pour tous, cela me parait juste), vous voulez les fermer! Detruire ce qui fonctionne, reduire la qualite de la formation, au nom de l'egalitarisme et de la mixite sociale (c'est exactement la meme logique que cette idee saugrenue de ne pas donner de devoirs a la maison, puisque les jeunes gens aises beneficieraient d'un meilleur environnement pour s'atteler a la tache). Bienvenue dans la republique du Kampuchea!
Réponse de le 30/10/2012 à 14:21 :
@Tyler, "A nouveau, vous pronez le nivellement par le bas. Les grandes ecoles fonctionnent tres bien, forment des jeunes gens tres qualifies qui repondent efficacement aux besoins des entreprise" la belgique a de très bon résultat malgrès l'absence de grd école et un accès aux études supérieurs sur les notes et non sur une épreuve sélective. Le système d'ascenseur sociale ne marche pas en France principalement pour cela maintenant on peut s'en foutre mais c'est normalement la mission de l'école : permettre à n'importe qui de pouvoir accèder à n'importe qu'elle poste si il en a les capacités intellectuelles. Les grdes écoels font concurrence à l'université et sont principalement constitués de classe sociale aisés de sorte que les élites de ce pays continue d'être des bourgeois et nous divers. Faut pas s'étonner qu'il n'y ai pas plus de diversité à l'assemblé ! Alors que les employés et les ouvriers représentent plus de la moitié de la population active, seul 1% des députés proviennent de leurs rangs : merci les grdes écoles ! Merci la selectivité sociale ! Vous avez raison ne changont pas ce qui marche pour les riches..
Réponse de le 30/10/2012 à 15:12 :
"la belgique a de très bon résultat malgrès l'absence de grd école et un accès aux études supérieurs sur les notes et non sur une épreuve sélective": je ne comprends pas, c'est donc selectif non? Alors selectionner sur les notes ou sur un concours d'entree... Ce qui m'importe le plus etant que le processus demeure selectif et tant qu'a faire sur des criteres peu discriminants socialement (i.e. on prend les meilleurs, les bons, pas les mauvais qui peuvent se permettre de payer 40 000 dollars l'annee). Et surtout ne pas faire ce qu'on a fait avec d'autres examens, c'est a dire baisser le niveau d'exigence pour que tout le monde puisse l'avoir. Enfin, je vous ferai remarquer que le systeme francais est objectivement bien plus reconnu que le systeme belge (popularite aupres des entreprises etrangeres, classements internationaux, nombre de medailles Fields a Ulm, classement des MBAs et autres...). Je ne vois donc pour le moment aucune raison de supprimer un systeme qui fonctionne bien et enseigne a des jeunes des competences recherchees sur le marche du travail, a un cout tres abordable. Par ailleurs vous trouverez plus souvent a l'assemblee/au gouvernement des profils type ENA => Insepection generale des finances => grand corps de l'Etat que des ingenieurs ou des commerciaux issus des grandes ecoles ayant fait tout ou partie de leur vie professionnelle en entreprise (ce qui est bien dommage, ca ne ferait pas de mal...). Le vrai probleme, ce n'est pas le systeme des grandes ecoles qui marche bien, mais le systeme des universites qui marche mal, car bien trop longtemps la plupart furent des etablissements ingouvernables, inadaptables, ultra-bureaucratique (et presentant ainsi une inertie qui tend vers l'infini), proposant trop souvent des formations sans debouche sur le marche du travail, typique des situations que je presentais plus haut, car pas de partenariat avec les entreprises, pas de formation professionnalisante, pas de financement privee non plus (et par principe on n'en voulait surtout pas, les mots entreprise et capital etant interdits dans certaines filieres...), interdiction de selectionner a l'entree (resultat, vous avez des mecs paumes pas fait pour ca/pas assez bon, qui arretent deux ou trois ans plus tard. Ou bien vous avez 5 fois + d'etudiants que de besoin. Tous ces gens la ont coute de l'argent a la societe, ils ont perdu du temps, ils sont ameres de cette situation, c'est perdant-perdant). C'est particulierement debile quand on realise que la mission des etudes superieures est de preparer les jeunes a s'epanouir dans leur future vie professionnelle (et dans leur vie tout court). J'ai fini mes etude sil n'y a pas tres longtemps, combien de camarades de lycee je vois 5 ans apres, completement perdus, ils sont alles dans une voie parce que ca avait l'air "cool" et qu'il y avait de la place, sans le moindre projet professionnel. Ils se rendent compte in fine qu'ils ne sont pas fait pour ca/qu'ils ne trouveront jamais de job avec leur diplome sans aucune valeur... Caracteristique! Vous avez a l'inverse d'autres structures, plus petites, moins "prestigieuses" sans doute, mais qui dans leur gestion ressemble beaucoup plus aux grandes ecoles: les BTS/IUT. Des etablissements plus petits, bien implantes dans le tissu economique local, qui travaillent main dans la main avec les entreprises. Ces dernieres contribuent a leur financement, en echange ces structures forment leur future main d'oeuvre. Des pragmatiques! Ce qu'il faut, c'est reconcilier l'universite avec sa seule veritable raison d'etre: preparer l'avenir des jeunes, et leur avenir pour 90% d'entre eux, c'est en entreprise.
Réponse de le 30/10/2012 à 15:40 :
Et a titre plus personnel, comprenez-moi bien bob44: quand vous dites "Vous avez raison ne changeons pas ce qui marche pour les riches..". Personnellement, tout cela m'est bien egal vous savez. Je ne vis plus en France depuis un petit moment, et je ne compte pas y revenir tout de suite. Je suis partie non par ideologie, mais simplement pour des questions d'opportunite, qui etaient meilleures que dans mon pays d'origine. Cette possibilite de bouger existe d'ailleurs pour tous et le gouvernement devrait le garder en tete. Il ne s'agit donc pas de mes interets ici; je suis juste persuade que mon pays part dans la mauvaise direction, detruit/fait fuire les energies, le capital humain et financier, et que les changements que j'evoque ici seraient profondement benefiques pour tous (bref, un liberal de "bonne foi" si vous me le permettez), pour les raisons mentionnees. Mais je n'ai personnellement aucun interet dans tout cela.
a écrit le 29/10/2012 à 10:09 :
elle a raison, martine aubry.."Les leçons, ça suffit, que chacun fasse son travail". Laissons donc la création de richesses et d'emploi à ceux qui vendent des choses et emploient des gens. Le PS c'est combine d'emploi créés et de chéques de payes signés ?
a écrit le 29/10/2012 à 9:34 :
Parler de compétitivité à des individus qui n'ont jamais travaillé de leur vie, c'est comme aller à la pêche en sifflant la truite de schubert pour faire monter le poisson à l(hameçon!.,
Réponse de le 29/10/2012 à 11:09 :
+1
a écrit le 29/10/2012 à 9:31 :
Ne comprenant rien à tout celà , il est bien préférable de me taire Il y a à souligner quand même : nos gouvernants eux-mêmes y comprennent ils quelque chose ?? Cela parait plutôt actuellement le domaine de Gribouille !. Si les patrons des grandes entreprises en viennent à protester , ce n'est sans doute pas pour protéger seulement leurs salaires mais aussi protéger ceux qu'ils emploient Arrêtons donc de nous disputer pour rien en fait , et ne rien proposer au final : oui , il faut regarder le "rapport "de M Gallois , un patron de "gauche" et voir ,enfin, ce qui est "bon pour la France " seule qui compte
Réponse de le 29/10/2012 à 10:58 :
Des rapports style audit de la France entreprenante et compétitive, chacun des gouvernements successifs en a fait faire depuis des lustres.
Le passé montre que cela ne sert à rien, car le fond des choses est en fait bien connu: trop de chômage! la conséquence est immédiate: manque de rentrées fiscales; et toute la cohorte des ennuis en découle; donc la tâche à laquelle tout gouvernement devrait s'atteler est: comment regonfler le carnet de commandes des PME qui sont les entreprises qui emploient le plus de Français? gouvernement de droite ou de gauche, qu'importe 'la couleur du chat s'il attrape les souris' (Deng Xiiaoping)...
a écrit le 29/10/2012 à 8:21 :
Fh recueille ce qu'il a semé au cours de sa campagne
a écrit le 29/10/2012 à 5:45 :
il est vrai que les charges et autres sont dues principalment aux politiques autant à droite qu'à gauche d'une gabgie de l'argent des taxes et impôts. De l'autre côté il faut aussi que les Entreprises se regardent et tout d'abord et qu'elles acceptent de voir qu'une partie de leur CA est due à l'argent public pour certaines et aux clients obligés de passer par leur bon vouloir, dont deux en sont les figures l'EDF mal gérée, les entreprises d'eaux d'assainnissement qui se gavent non pas par un bon service mais grâce au système de la DSP (Délégation du Service Public) enfin ne pas oubliér que les entreprises se sont faites "piègées" par l'obligation de résultat à 2 chiffres et pour cela beaucoup ont abusé des lignes de service plus fectives que réelles, une des plus emblématiques la facturation de la facture alors qu'elle est de facto comprise dans le prix de revient, elle fait parti depuis le début du commerce dans le calcul des coûts ou alors des lignes de location sur du matériel plus qu'amorti et souvent en mauvais état car la loc dans certains métier est une obligation mais elle a un "devoir" mettre à disposition des équipements de qualité etc etc. Oui un grand oui les impôts et taxent sont trop élevés mais que les Entreprises elles aussi se remettent en question, Peugeot est emblématique de ses erreurs de direction industrielle qui ont un coût pour la société autant sur le plan humain que sur le plan industriel, combien d'entreprises ont fermé dues aux erreurs de stratégie la conséquence de la faillite. Les 3 trois Institutions qui ménent ce pays, le politique, le patronat et les syndicats sont en faits dans une sorte de compétition et non dans une vision de la France car pour cela elles doivent chacune se parler sans conflit ce qui n'est pas le cas. La France a besoin d'un patronat FORT et RESPONSABLE le pb une partie oublie ce dernier point.
Réponse de le 29/10/2012 à 7:05 :
Il y eut en effet ds l'après première Guerre une tendance à pousser le pouvoir de la Technocratie en parallèle à celui du Grand Patronat, au nom d'une soit-disant efficacité: on en a vu le sort alors gardez votre calme! la France est encore un régime où les citoyens ont le droit de choisir leur pouvoir!
Réponse de le 29/10/2012 à 18:13 :
@constitutionnellemnt, bonsoir le fait que vous écriviez que la France est un régime où les citoyens ont le droit de choisir leur pouvoir, le choix est un grand mot car je me souviens du PC vietnamien qui expliquait que les citoyens avaient le choix entre X et X du parti. En France nous n'en sommes pas là mais sur le fond un peu car le fait d'avoir besoin de x signatures d'élus,dans 99 pour cent des cas encartés à un parti fait qu'un citoyen lamda mais compétent, ne pourra pas se présenter. Je peux comprendre que la France ne peut se présenter mais sur le fond ceux qui ont le pouvoir le garde et refusent toute nopuvelle idée conséquence le DECLIN DE NOTRE PAYS. Nous avons un exemple d'un homme compétent M. Mair viré sous le triste M. Chirac car ses discours sur l'endettement de la France n'était pas POLITIQUEMENT CORRECT hors j'avis plus confiance dans cet ancien chef d'entreprise que dans notre Président plus tourné vers la magouille politque que vers la compétence économique. Je garde mon calme sinon il y a bien longtemps que j'aurais quitté mon Pays. Bonne soirée
a écrit le 29/10/2012 à 2:37 :
Le nombre moyen d'heures travaillées par an d'un français est supérieur à celui d'un allemand. C'était du moins encore le cas en 2011, nous verrons dans quelques mois où nous en sommes. Le taux de chômage américain réel avoisine les 20%, et si on cherche un peu plus loin et qu'on ajoute les emplois très précaires (inférieurs aux mi-temps etc.), on est à 25% de la population qui ne travaille pas du tout, ou dont le travail ne suffit pas à couvrir les besoins. Un chômeur allemand a deux fois plus de chance d'être sous le seuil de pauvreté qu'un chômeur français (70%+ contre environ 35%). Le coût du travail en Allemagne est à peine plus faible qu'en France, du moins l'écart est totalement insuffisant à justifier les écarts de performance de nos industries respectives. Par ailleurs, quand bien même le coût du travail serait le problème majeur du manque de compétitivité des entreprises françaises, faut-il rappeler que copier le modèle allemand ne peut pas fonctionner, pour la simple et bonne raison qu'il ne peut y avoir qu'un seul pays qui paie ses employés moins que tous les autres? Ou si vous préférez, faire du dumping social, ce qu'a pratiqué l'Allemagne ces dix dernières années, ne peut fonctionner que si d'autres pays ne le font pas, sinon il n'y a pas d'avantage compétitif? La priorité c'est de légiférer au niveau mondial, ou du moins en Europe, d'avoir une fiscalité similaire un peu partout pour éviter cette compétition vouée à l'échec et qui ne fera qu'appauvrir tous les pays européens, y compris l'Allemagne. Concentrons nous sur nos avantages comparatifs, et arrêtons de faire croire que la solution c'est de taper sur les salaires de l'ensemble de la population.
Réponse de le 29/10/2012 à 10:50 :
Sauf qu'en France, on a 153 taxes qui écrasent les entreprises : record mondial ! sauf qu'en France on a le record du prélèvement publique ! Il est temps que le mammouth dégraisse un peu !
a écrit le 29/10/2012 à 1:51 :
Ca fait des années qu'ils se gavent d'argent public et que ces societes servent aux recyclage des "fils de", enarques, fonctionnaires de bercy et autres politiques. Laissons se debrouiller avec la concurrence internationale et arretons de les subventionner. Ces "patrons" devraient avoir honte et, au moins, devraient avoir la reconnaissance du ventre pour une france qui les a formé, fait grandir et nourris. Alors qu'ils ferment leurs g et qu'ils fassent comme leurs collegues allemands et fassent travailler leurs ingenieurs à la place de depouiller des entités qui doivent au minimum la reconnaissance aux travail des francais.
Réponse de le 29/10/2012 à 10:49 :
Faut mieux lire ça que d'être sourd!.
a écrit le 28/10/2012 à 23:13 :
Voiéa plus de 20 ans que je vivais et travaillais à l'étranger. Je suis revenu, il y a peu, en France pour aider mon pays en y apportant des investisseurs, et les uns après les autres ils rennoncent. Meme plus pour des raisons de manque de rendement, mais pour des craintes d'instabilité. Ceux qui vilipandent les patrons, n'ont qu'à les créer eux-memes les richesses nécessaires à faire fonctionner le système social de la France. Pensez-y avant d'être aussi critique. L'économie ne peut tourner que si un équilibre est respecté ...
a écrit le 28/10/2012 à 22:53 :
Pauvre France certain parle d'investir! Encore un qui est prêt a financer les HFT histoire de spéculer sur la création de richesse. Il y en aura d'autre des riches, que ceux qui veulent partir mais fouter le camp. Il est essentiel d'éviter les pervers pour les générations futures...
a écrit le 28/10/2012 à 22:43 :
la baisse de la rémunération du travail, parce que l'immigration ne suffit plus à faire baisser les salaires
a écrit le 28/10/2012 à 21:24 :
Plus possible d'investir dans un tel pays Usé. Rigide, En surcharges Fiscales et Sociales. Et dans le cadre d'un code du travail dangereux pour tout employeur potentiel. En cas de réussite : Fiscalité Punitive et Confiscatoire. "on n'aime pas les riches" Londres, Dublin, Bruxelles, Luxembourg, Genève, Zurich les aiment. Que toutes les entreprises déplacent leur siège, et cadres dirigeants et cerveaux (à fiscalité excessive) dans ces lieux aimant "les Riches"
a écrit le 28/10/2012 à 20:46 :
Ces "Patrons", me font penser à un film: "Le sucre", particulièrement la scène ou Piccoli/Grézillo recadre ceux qui sont allés trop loin dans la spéculation..."Encore un p'tit peu, le dernier p'tit sou". Des patrons?....Des Grippes-sous...Et ce ne sont pas les gaz de schistes qui vont régler le problème. Tout au plus ils vont permettre à quelques entreprises qui vendent les matériels d'exploitation de gagner quelques sous, des sous pour les grippe-sous!!!
Réponse de le 28/10/2012 à 22:40 :
Heureusement, tel Zorro, JB38 arrive pour créer plein d'emploi sans l'aide d'un seul patron, ni même sans un seul investisseur !!! Va -y JB ...fais moi rire !!!
a écrit le 28/10/2012 à 20:22 :
La première chose à faire c'est de rapatrier tous les avoirs de ces entreprises en France! Après on négocie;) Et supprimer les paradis fiscaux en Europe pour commencer. Harmoniser la fiscalité... Et controler réguler les lobbies et leurs collusions avec les gouvernements et Bruxelle.
Réponse de le 28/10/2012 à 21:22 :
Qui a fabriqué la bergerie pour enfermer les populations au lieu de les laisser libres ? Mis à part l'Etat socialiste, il n'y a personne d'autre.
Réponse de le 29/10/2012 à 10:16 :
bonne idée...rapatrions les filiales brésiliennes de renault, les filiales chinoises de valeo...qui vendent et produisent pour ces marchés ! Les groupes de CA 40 vendent environ 70% à l'étranger...retirons leur cela, ils deviendront des ETI, et on cessera de elru reprocher leur gigantisme. accessoirement, 50% de l'impôt sur les sociétés en france et paye par les 10 premières entreprises du CAC 40.privons nous de ça aussi. Creez votre boite, et montrez nous !
a écrit le 28/10/2012 à 20:04 :
Les Français ne doivent pas se méprendre et accabler un gouvernement qui tente justement un rééquilibrage des positions antérieures qui ont conduit aux difficultés économiques que nous traversons. Comment peut-on croire que ce qui non pas su juguler cette crise et laissé échapper un déficit de la balance des paiements aussi important, auraient maintenant la bonne méthode pour conjurer le déficit d'emplois. Une nouvelle majorité a pris les rênes du économie différente ; certainement plus réaliste, qui devrait ramener la France dans la compétitivité.
Réponse de le 28/10/2012 à 20:34 :
Des gens comme vous ont surtout la mémoire courte, et vous êtes nombreux de mon point de vue. Au cours des années qui viennent de passer il a été nécessaire d'injecter de l'argent pour maintenir le pays à flot et lui permettre de traversser la periode economiquement troublée de ces 5 dernières années, sans subir de désastre économique et social.
Réponse de le 28/10/2012 à 20:36 :
Aubry a mis la france a genoux maintenant le gouvernement va contribuer a la faillite du pays , quel reequilibrage il faut avoir de la merde dans les yeux pour ne pas voir que l'on ne vends plus rien a l'etranger ............... que toutes les usines ferment................ utile de se poser la question ................. une affaire en France ne rapporte plus rien aujourd'hui ...........................
Réponse de le 28/10/2012 à 22:56 :
@ philanthrope.Vous êtes un comique vous!

Une nouvelle majorité a pris les rênes du économie différente ; certainement plus réaliste, qui devrait ramener la France dans la compétitivité. N'importe quoi! Mais Hollande ne fera rien sur la compétitivité, il a les jetons! Il est nul de chez nul citez moi une bonne mesure prise par ces crypto communistes.Les américains et les allemands,bref les premiers de la classe, doivent bien rire!! Même les italiens vont bientôt nous toiser, et la grèce et l'espagne sont presque compatissante avec nous car on les rejoints à la vitesse grand V.Sacré philanthrope va, vous m'avez fait bien rire! Vous devez avoir votre carte au PS pour ne pas voir les choses en faces, faire du déni de réalité,non?!!
a écrit le 28/10/2012 à 19:55 :
Sanofi, entreprise privée française? c'est la mégalomanie française, Sanofi est une entreprise EUROPEENNE, et la France n'est pas le nombril du monde!
a écrit le 28/10/2012 à 19:55 :
Tout à fait, Bayard. Mais laissons des gens tels que Claudus nous entrainer bien au fond de la crise qu'ils ont provoqué. Je suis certains que ces opportunistes seront retourner leur veste à une vitesse spectaculaire.
Réponse de le 28/10/2012 à 20:39 :
ca se voit que yvan et bayard n'ont jamais eu d'entreprises ..........................ils ne savent meme pas ce que c'est ...............................
a écrit le 28/10/2012 à 19:11 :
Je trouve la démarche un peu culotée.Les patrons du CAC 40 ,qui font les bénéfices en moyenne de 80 milliards chaque année,ils ne paient que 8% d'impôts ,par rapport au P.M.E.,et ils ont le culot de s'affichés ainsi,honte à eux.Mitterand avait dit un jour ,à la télé ,et il y avait les patrons,et mitterand a dit 64 milliards et aucune création d'emploi.Ce qui veut dire ,comme le dit le bon sens paysans "Ceux qui râlent,ont encore la bouche pleine et ceux qui demandent rien ,leur compte est vite régler,ils n'auront rien".
Réponse de le 28/10/2012 à 19:36 :
les affaires ne rapportent plus et on va droit dans le mur ..................a l'etranger sur le marché mondial on est a la rue on ne vends plus rien ......................cela veut dire chomage a la clé .......................et faillites en serie ............................... c'est ce qui se passe en ce moment ................................. le fonctionnaire qui a toutes les securités devrait comprendre cela .............................
Réponse de le 28/10/2012 à 20:27 :
Les entreprises du CAC payent peut-être peu d'IS en France, mais le reste est payé à l'étranger. Eh oui, leur prospérité vient de leur activité à l'étranger. Certains veulent que Google paye des impôts en France : fort bizarrement, dans les autres pays, c'est valable également pour les entreprises françaises. Mais si les socialistes insistent un peu plus dans la bêtise crasse, ces entreprises iront installer leurs sièges sociaux à l'étranger. Les 80 milliards de bénéfices iront alors enrichir d'autres pays. Est-ce que nous voulons nous suicider collectivement ?
Réponse de le 28/10/2012 à 20:46 :
Foutaise , apres optimisation fiscale , ces entreprises ne payent presque pas d impot . Paris detient le record des sieges sociaux des entreprises du top 100 mondial! Apres optimisation ,la France est au meme niveau fiscal que l irelande , paradis supposé des sieges sociaux .
Stop aux mensonges .
Réponse de le 28/10/2012 à 21:20 :
Vite une liste, ne serait-ce qu'un seul exemple ! "Foutaise" : qualificatif adapté aux arguments ridicules de Zero.
a écrit le 28/10/2012 à 18:57 :
Je me demande bien pourquoi le ps hésite à suivre les patrons... Compte tenu de leur soutient au Système "libéral", à "l'Europe", la seule manière de rééquilibrer les comptes extérieurs est de réduire les importations, donc de taper dans le pouvoir d'achat, de provoquer du chômage pour pousser à la baisse les salaires ( comme en Grèce) et de tenter ne serait que de maintenir les exportations en réduisant les charges ( maintenir car cette politique généralisée aboutit forcément à une récession générale). Il vous faut assumer vos choix messieurs du PS : temps que vous ne récupérez pas la souveraineté monétaire, au minimum, vous n'avez pas d'autre choix que cette politique, la même que celle de l'UMP. Quand on accepte le système, on doit faire avec. Et tenter de tergiverser pour tenter de préserver le mirage d'une image de gauche ne vous fera aboutir que plus vite à l'échec économique et social. Au moins, en jouant le jeu, certes vous nous faites aller plus rapidement vers une économie du 19 ème siècle ( rentiers d'un côté et pauvres de l'autre et disparition de la classe moyenne en temps que classe la plus nombreuse) mais vous préservez le système que vous approuvez beaucoup plus longtemps. Quelques années en plus en fait. Pas beaucoup plus. Là, vous n'arrivez pas à trancher d'où votre image brouillonne et ce qui équivaut à une absence de politique. Il n'y a pas de voie plus douce vers la domination des plus riches ne vous en déplaise. Il va vous falloir vous remettre en question ou disparaître.
a écrit le 28/10/2012 à 18:44 :
Ah les patrons du CAC40... on parle bien de cette caste de jet-setters internationaux qui s'auto-accordent des augmentations a 2 chiffres et se gavent de stock-options pendant que leurs salaries subissent gel des salaires et delocalisations en tous genres, y compris de leurs centres de recherches. Effectivement, ils sont bien places pour donner des lecons de competitivite.
Réponse de le 28/10/2012 à 18:57 :
@Yaka : les patrons du CAC 40 : On ne dirige pas un pays de 66 millions de personnes et de 3.400.000 d'entreprises (chiffre INSEE 2010) en se basant sur la situation de 40 personnes !!!! Alors faisons le nécessaire pour que l'ensemble des entreprises puissent survivre, se créer, se développer ... et embaucher !! Maintenant moi je connais le cas de plus de 40 personnes qui sont touchent les allocs et qui ne cherchent pas vraiment du boulot : du coup, si on suis votre raisonnement, on peut peut-être supprimer les allocations-chômage de tous les chômeurs de france ??! (et pour les arrêts-maladie non justifiés, je pense qu'on va pouvoir fermer la sécu aussi !!! NONN? ça ne marche que dans un seul sens, votre raisonnement ? celui qui vous arrange personnellement peut-être ??!
Réponse de le 28/10/2012 à 19:39 :
qq mots de votre vocabulaire qui vous qualifie dans la bêtise; "caste" "jett-setters" "gavent" "stock option", j'ose espérer que vous avez 15 ans et qq cours d'économie pour dire de telles stupidités stéréotypées. Et dire que la gauche est représentée par des gens comme vous, oh put... où va-t-on avec ça??? pour votre gouverne ces sociétés du CAC 40 sont souvent en grande partie aux mains d'étrangers et les PATRONS c'est bon ça hein, également.
Réponse de le 28/10/2012 à 19:48 :
Excellent commentaire Lyon69, comme d'habitude.
Libérer les forces du travail est la seule issue contre la crise. Cela fait trop de temps que l'opinion est bercée par des propos lénifiants et infantilisants de type "lutte des classes". Mais n'a bien peu qu'il soi nécessaire de passer par une dépression sévère pour que l'opinion prenne la mesure du changement de paradigme nécessaire au redressement économique de la France.
D'une certaine façon on peut se réjouir que le gouvernement actuel prennent toutes les mesures en ce sens...
Réponse de le 28/10/2012 à 20:26 :
En quoi cela vus derange que des gens touchent des allocs chomage? Le chomage est subit et quand on touche du chomage c est qu on a cotisé donc travaillé . Je suppose que si hous cassez votre voiture vous ne trouverez pas anormal de vius faire rembourser par votre assurance . De plus les allocs sont limitées dans le temps . Apres , si vous me dite qu etre rmiste c est tellement genial que c est le but dans la vie de millions de profiteurs , alors vous n avez rien compris .
Comment expliquez vous qu il y ait a la fois de plus en plus de riches en france en pleine crise . Porsche vient d annoncer une augmentation de ses ventes de 25% . Ou sont les profiteurs et les assistés fiscaux ?
Réponse de le 28/10/2012 à 21:26 :
L'assurance chômage doit être privatisée. Il n'y a aucune raison objective pour que les assurances privées en concurrence ne couvrent pas ce risque.
Réponse de le 28/10/2012 à 22:39 :
@zeroniche : ce que vous n'avez manifestement pas compris, c'est que lorsque Yaka suggère une politique basé sur la réalité de 40 personnes, ...je lui fait une démonstration par l'absurde que c'est ridicule ! (idem pour ce qui serait supprimer les allocs parce qu'il ya plus de 40 tricheurs !!)
Réponse de le 28/10/2012 à 22:47 :
C est ce qui nous sépare !!! Vous cotisez et donc , dans votre ideologie c est un du à prendre .. Moi entrepreneur , je cotise et je ne compte pas le prendre et quand bien même je devrai prendre des congés dûment mérités , je ne le peux car que ce soit moralement ou parfois financièrement ... 5 semaines de congés sans contacts avec ma petite structure et l on court à la cata ... Mais comment le faire comprendre à des employés du service public qui ne sont que les doublons les uns des autres ? Des employés qui préfèrent faire une grève au moment ou leur employeur (SNCF par exemple) a le plus besoin d eux ? Des employés qui ne prennent aucun risque , dont la paye sera toujours viré sur leur compte , ... Désespérant
a écrit le 28/10/2012 à 18:06 :
Dans la liste des signataires, il y a des banques. Elles exportent des produits manufacturés ? Baisser leurs charges fera qu'elles dégageront plus de résultats pour les actionnaires, mais ça changera quoi à l'usage ? Frais de tenue de compte réduits ? Ben non !
Réponse de le 28/10/2012 à 18:35 :
Mais à part être client, vous êtes quoi dans la vie ??! Si ça rend le travail plus compétitif, elle rapatrieront peut-être des emplois plutôt que délocaliser des services entiers !! ...et oui : derrière une entreprises, il n'y a pas qu'un patron, il y a AUSSI des salariés !!!
Réponse de le 28/10/2012 à 18:36 :
Mais à part être client, vous êtes quoi dans la vie ??! Si ça rend le travail plus compétitif, elle rapatrieront peut-être des emplois plutôt que délocaliser des services entiers !! ...et oui : derrière une entreprises, il n'y a pas qu'un patron, il y a AUSSI des salariés !!!
a écrit le 28/10/2012 à 17:57 :
Aubry nous donner des leçons "trop forte la mamie", ces socialos pas un pour parler des charges de l'Etat ! Pas un pour nous annoncer que les salaires des ministres n'ont pas baissé comme annoncé, pas un pour nous donner une quelconque vision de l'avenir, Sarko était ceci Sarko était cela la droite ... ILS ONT PERDUS a vous maintenant. Ils sont en place et tout le monde annonce le chao !!!! Ils font quoi au juste ? QUOI ??? A part nous donner en pâture à cette Europe de Mer... ?!!!
Réponse de le 28/10/2012 à 19:44 :
mais Aubry a une excuse....son addiction avérée qui la rend peu lucide ce qui explique peut être qu'elle a ruiné par ses mesures 35 heures notamment (voir rapport Gallois socialiste) notre pays et qu'elle montre encore son arrogance pour mieux masquer son incompétence n'ayant jamais eu un rôle dans une entreprise privée. Surtout ne me parlez de sa cooptation chez Péchiney, chacun sait qu'elle vait un rôle dans cette entreprise nationalisée par son ami......Mitterand lui même pote de son père, où elle n'a JAMAIS RIEN FAIT.
a écrit le 28/10/2012 à 17:19 :
La réponse est bien entendu négative. Qu'il faille une politique de compétitivité d'accord, mais pas sur le dos de la population, c'est à l'Etat de se mettre en cause dans nos malheurs. On parle de manifestations dans toute l'Europe contre les politiques conduites, certes il faut que les sociétés civiles se manifestent, mais pour incriminer les politiques conduites qui sont évidemment mauvaises. On s'attaque au niveau de vie tous azimuts sans que l'Etat ne revoie le mauvais travail qu'il fournit. A quand la révolution? La pauvreté et le chômage ne sont certainement pas le but de l'existence, et encore moins le servage à la fonction publique à qui on ne demande jamais le moindre effort...
a écrit le 28/10/2012 à 17:11 :
sont beaux ces patrons comme les restaurateurs ! La compétitivité ça commence par une recherche solide ,une bonne organisation industrielle , des produits de qualité , soit à peu prés tout ce que nous n' avons pas ! Pour remonter la pente il faut des années et se serrer la ceinture , modèle allemand . Alors investir oui mais pas dans la poche des patrons qui exploitent les effets d' aubaine en premier . Travailler un peu plus , favoriser fiscalement l' investissement et pénaliser les dividendes non réinvestis offrent un autre chemin . Pour l' état , premier des patrons ,c'est bloquer la masse salariale de toute la fonction publique , alléger enfin la paperasse , assouplir les règles de l' emploi .
a écrit le 28/10/2012 à 15:18 :
Les politiciens collectivistes et leurs partisans mettent leurs échecs (chômage, dettes, pauvreté) sur le dos de l'économie libre de marché, qu'ils empêchent pourtant de fonctionner correctement. En la régentant toujours plus pour en corriger les soi-disants défauts, ils approfondissent leur crise, crise dont ils portent l'entière responsabilité. La crise actuelle trouve ses sources dans la politisation démagogique des relations économiques, entre les individus comme entre les pays, et dans le détournement de la responsabilité individuelle, que ce soit dans les pays anglo-saxons ou en Europe. Au nom de la fausse solidarité, fausse solidarité obtenue par la force et la violence, les politiciens ont perverti les règles économiques et créé le chaos économique et social. Ce n'est évidemment pas avec une dose supplémentaire de collectivisme que l'on sortira des conséquences néfastes de ces politiques mais bien avec la fin de ces politiques, c'est-à-dire avec le recul massif des Etats providentiels obèses.
Réponse de le 28/10/2012 à 16:45 :
Vouloir mettre la responsabilité sur les seuls gouvernements de gauche procède de la mauvaise foi, de la désinformation et du parti pris. La dette, tout le monde en a profité petits et gros et chacun était content que l'économie tourne. La droite UMP est responsable du pays depuis 15 ans. Un retour aux équilibres se fera avec des politiques responsables et pas démagogiques. La droite actuelle joue un très mauvais casting en se dédouanant de ses responsabilités ouvrant les portes à marine Le Pen qui se positionne comme anti-euros et anti-libérale..
Réponse de le 28/10/2012 à 19:49 :
permettez moi de vous dire que la droite comme vous dites a tenté plusieurs fois des réformes retraites, cartes judiciaire, assouplissement du code du travail, encadrement du droit de grève, réforme sécurité sociale et même forfait AME et à CHAQUE FOIS le PArti Sectaire s'est levé vent debout pour dénoncer, critiquer, invectiver, salir alors je vous dis NON trop facile la responsabilité partagée, si il y a qq mois nous avions eu une opposition digne nous n'en serions pas là. A méditer mais de grâce ne mélangez pas droit et gauche vous insultez ceux qui travaillent.
Réponse de le 28/10/2012 à 20:42 :
Le commentaire de "responsabilité partagée" est empli de vacuité, comme souvent les commentaires des partisans d'un parti ou d'un autre. Tous les gouvernements successifs depuis plusieurs décennies ont contribué à aggraver la collectivisation du pays. La France était en crise permanente bien avant la crise mondiale actuelle. La France est le SEUL pays développé où le chômage de masse perdure depuis plus de 30 ans. Aucun autre exemple similaire, nulle part ! Insensé, non ? Il n'y a pas qu'un parti collectiviste en France : tous le sont. Aucune opposition réelle au socialisme n'est actuellement proposée sur l'échiquier politique. Il ne s'agit pas d'accuser spécifiquement l'actuel gouvernement car il poursuit comme ses prédécesseurs, avec la même obstination coupable, la politique destructrice de la France. En matière de collectivisme, Hollande vaut bien Sarkozy qui valait bien Chirac qui valait bien Mitterrand. Tous sont responsables de la crise.
Réponse de le 29/10/2012 à 11:40 :
@Resp. de la crise (suite)
Très juste, je souscris et j'approuve vos commentaire
a écrit le 28/10/2012 à 15:02 :
Parlez nous du modèle britannique maintenant , qu on rigole . La France ne se porte pas moins bien que les autres . Apres , si la Chine est un modèle pour vous , allez y travailler pour 100 dollars par mois et a peu près aucun droit . Vous pourrez vous consoler en regardant des beaux chiffres de croissance .
Réponse de le 28/10/2012 à 18:40 :
"La France ne se porte pas moins bien que les autres ." ... Tout va très bien , Madame la Marquise-zeu ! Tout va très bien, tout va très bien !!! .. Enfin, le point positif de votre commentaire, c'est qu'après nous avoir dit que tout allait bien, vous ne pourrez plus mettre sur le dos de Sarko la catastrophe économique que nous prépare CE gouvernement !!!
Réponse de le 28/10/2012 à 20:14 :
Ou comment confondre " ne pas aller moins bien que les autres" et " aller bien " .
Nous sommes bien dans une crise du capitalisme , certainement pas du socialisme ( dont je ne suis pas partisan d ailleurs )
Réponse de le 28/10/2012 à 23:30 :
@zeroniche : en quoi le surendettement des états est-elle une crise du capitalisme ??? c'est une crise de la collectivisation au contraire !! trop de dépenses = trop de déficits = trop d'endettements = trop de d'impots = trop de dépenses !!!
a écrit le 28/10/2012 à 14:09 :
Vu l'état réel économique du monde anglo-saxon, je me demande FORTEMENT si nous devont aussi plonger dans leurs abérations. Sinon, bonne crise à tous.
Réponse de le 28/10/2012 à 14:37 :
30 ans de chômage de masse, un endettement colossal, un pays au bord de l'effondrement social, plus aucune perspective de croissance, une jeunesse laminée, un modèle social qui fait rire dans le monde entier : pas de doute, la petite URSS française, le maillon faible de l'Europe, touche au nirvana du collectivisme ! Et on trouve encore des clowns tristes pour exiger d'aller encore plus loin ?! Certes, pour leur malheur, les pays anglo-saxons ont eux aussi voulu tester une dose de socialisme, en augmentant leurs dépenses publiques de manière inconsidérée : on en voit le résultat aujourd'hui. Cette crise est la crise du socialisme, quel que soit le degré de pourrissement économique qu'il produit inexorablement.
Réponse de le 28/10/2012 à 15:38 :
il faut arrêter de croire que notre modèle social est particuliers, c'est le même partout dans le monde, il est même plus protecteur dans les pays scandinave.
Même aux USA vous avez une assurance maladie gratuite pour tous les vieux de plus de 65 ans, c'est encore plus social qu'en France. Ce sont les politiques français qui font croire que l'on a un modèle social particuliers mais c'est pas vrai.
Le mal français c'est plutot une mauvaise gestion, des gens qiu profitent du système sans jamais être viré ou sanctionné, des gens surprotégé parce que dans le système et ceux qui essaie de faire qqch sont dégagés direct. C'est un pays il vaut mieux être rentier ou avoir une famille ultra soudé pour réussir sinon c'est mort. Voila les problème de la France.
Réponse de le 28/10/2012 à 20:17 :
@AAA: Bravo, on ne pouvait mieux dire!
Réponse de le 28/10/2012 à 21:29 :
Eh oui, les USA sont en train de souffrir des mêmes maux que la France. La collectivisation ne fonctionne nulle part. Cette crise mondiale est bien celle du socialisme.
a écrit le 28/10/2012 à 14:02 :
L'autiste va t il entendre voire écouter ... ? j'en doute fort ..
a écrit le 28/10/2012 à 13:07 :
La liberté economique on l a vue à l oeuvre au niveau financier . Laissez nous faire mais surtout payez les pots cassés!
Il n y a jamais eu autant de liberté economique qu avec la mondialisation actuelle , qui permet aux plus gros de s affranchir de lois , des contraintes .
On nous vend les BRIC , qui ne sont que des neo colonie de ce systeme . Il n y a pas de reveil des emergents , juste une migration des capitaux vers les moins disants sociaux , au profit d une oligarchie .
Réponse de le 28/10/2012 à 14:26 :
Il veut parler des subprimes ? Cette invention démagogique du gauchiste Clinton pour financer des logements à crédit pour ceux qui ne pouvaient pas rembourser ? Au contraire, les subprimes et la crise sont la conséquence de l'absence de liberté dans le domaine financier et de la collusion entre les Etats et de nombreux banquiers. En France, on socialise les gains avec des montagnes de taxes et des réglementations ubuesques mais on privatise les pertes. Soit l'exact contraire de la liberté économique. Pas étonnant que les entrepreneurs fuient et que le chômage flambe. Et comme ça ne suffit pas (l'argent des autres ne suffit jamais à satisfaire les pulsions parasitaires étatiques), l'Etat s'endette pour spolier les générations futures.
Réponse de le 28/10/2012 à 14:55 :
Le probleme n etait pas les subprimes mais la titrisation qui à servi à les camoufler , les repandre , avec l aide des agences de notation .
La BCE à sauvé les banques britanniques en une nuit , les donneurs de lecons . Les etats ont renfloués les banques et endettés les peuples . Pendant ce temps , les dividendes distribués augmentent .
Et les entreprises sont les premiers assistés de France . Elles veulent moins d etat ? Qu elles renoncent aux aides directes et aux niches . Nous vivons dans une société qui mutualise les pertes et privatise les profits . Plus aux actionnaires quand ça va , licenciements quand ça ne va plus .
Réponse de le 28/10/2012 à 15:27 :
Sans titrisation, pas de subprime possible. Par construction, l'un ne va pas sans l'autre. Ce raisonnement qui tente de séparer les deux faces de la même pièce est inopérant. Pour le reste, avec 56% de dépenses publiques et plus des trois quarts de l'économie sous contrôle étatique, clairement en France, les gains sont socialisés et les pertes privatisées.
Réponse de le 28/10/2012 à 15:39 :
Monsieur socialisation.
Ce n'est pas Clinton "le gauchiste" mais bel et bien bush 2 avec la complicité de ces conseillers ( ex Goldman Sachs) qui est responsable...et en France c'est le contraire de ce que vous décrivez qui se passe, le sauvetage des banques avec nos impôts a eu comme résultat, 2 milliards de gain pour l'etat mais comme sarko était auparavent allé investir notre argent chez dexia nous avons (nos impôts) perdu 3 milliards.Il faut lire et pas se laisser emporter par des idéologies.
Réponse de le 28/10/2012 à 15:50 :
Vius faite semblant de ne pas comprendre , les subprimes c est 1/ le fait d accorder des prets a des familles non solvables en profitant de la bulle immobilière crée pour les surendetter encore plus 2 / vendre ces creances pourries sous forme de titres en les camouflant parmis des creances saines avec le label AAA .
Cette sequence là est le fait de la deregulation bancaire .
Quand à la première , c est une mesure de bush junior et non de clinton .
Réponse de le 28/10/2012 à 18:46 :
"Plus aux actionnaires quand ça va , licenciements quand ça ne va plus .", dites -vous ??? Vous voulez parler de mes actions Northern Rock confisquées par le gouvernement britannique contre RIEN ! ou de mes actions crédit agricole qui sont passées de 32 à 6 euro en 3 ans ??? (heureusement, 250 £ dans le 1er cas, et moins de 2000 euro dans le 2e cas). Alors avant d'affirmer péremptoirement que ce sont les actionnaires qui se gavent, il faudrait que vous sortiez le nez de votre 'guide pratique pour militant qui n'y connait rien mais qui veut donner des leçons de justice économique aux autres' !
Réponse de le 28/10/2012 à 18:46 :
"Plus aux actionnaires quand ça va , licenciements quand ça ne va plus .", dites -vous ??? Vous voulez parler de mes actions Northern Rock confisquées par le gouvernement britannique contre RIEN ! ou de mes actions crédit agricole qui sont passées de 32 à 6 euro en 3 ans ??? (heureusement, 250 £ dans le 1er cas, et moins de 2000 euro dans le 2e cas). Alors avant d'affirmer péremptoirement que ce sont les actionnaires qui se gavent, il faudrait que vous sortiez le nez de votre 'guide pratique pour militant qui n'y connait rien mais qui veut donner des leçons de justice économique aux autres' !
Réponse de le 29/10/2012 à 11:10 :
LOOOOL !
Bien joué le coup des actions Crédit Agricole !
Quand on ne sait pas jouer et qu'on veut quand même aller au casino, on reste sur les machines à sous pour gogos !
a écrit le 28/10/2012 à 12:44 :
Compétitivité par rapport à quoi? Pensez que tous les pays ont le même problème et trouve la même solution! Nous ne sommes pas sortie de l'auberge! On m'a toujours dit: "quand le problème est trop grand, il faut le diviser en entité plus petites pour le résoudre", mais visiblement personne ne percute que cette division c'est simplement le niveau national!
Réponse de le 28/10/2012 à 14:40 :
il faut voir que l'on ne vend plus rien a l'etranger car trop cher ................... voila depuis 35 ans ou nous a mené le socialisme ................................dans le mur ................. les idées de la gauche , les juges , les enseignants la casse il faudra qu'ils l'assument .....................................a force de taper sur la figure des entrepreneurs ...................il n'y en a plus ......................
a écrit le 28/10/2012 à 12:34 :
Non , le plus attristant c est l inculture economique de ceux qui nous gouvernent depuis au moins 30 ans . Et avec eux , une ribambelle de grands dirigeants d entreprise . Ils ont leur desastreux bilan contre eux .
Pour les commentateurs , c est nettement moins grave .
a écrit le 28/10/2012 à 12:23 :
Quelle inculture économique chez nombre de commentateurs. Attristant...
Réponse de le 28/10/2012 à 12:40 :
L'inculture est le résultat du lavage de cerveau permanent de l'éducation nationale et de nombreux médias. Profitez donc de l'occasion qui se présente à vous pour apprendre l'essentiel à vos compatriotes : la liberté est d'abord une liberté économique. Sans liberté économique, aucune autre liberté ne vaut ni ne tient longtemps.
Réponse de le 28/10/2012 à 12:51 :
@Justement +1
Réponse de le 28/10/2012 à 14:15 :
oui, justement. Et là, nous testons en grandeur nature que la liberté des uns devrait s'arrêter là où commence celle des autres. Hors, ce n'est pas le cas et cela produit cette magnifique crise actuelle. Maintenant, si vous voulez continuerz continuer votre individualisme forcené, ne venez pas vous plaindre de ce qui se passe.
Réponse de le 28/10/2012 à 14:41 :
Sous prétexte de combattre l'individualisme, vous combattez la liberté d'autrui pour satisfaire votre prédation égoïste. Mais ça ne marche pas : on ne peut pas vivre éternellement des rentes publiques. Tôt ou tard vient le moment de rembourser. Avec la crise mondiale du socialisme providentiel, ce moment est venu.
Réponse de le 29/10/2012 à 11:31 :
@yavan "Tôt ou tard vient le moment de rembourser" et qui a rembourser les banques en 2008 ? Qui demande des subventions pour financer ses projets industriels ?
Le privé est bien content de voir l'état à sa rescousse quand tout fout le camps !
a écrit le 28/10/2012 à 12:15 :
Le gaz de schistes , laissons les autres l exploiter et gardons le comme reserve strategique . Nous profiterons de la baisse des cours du gaz , sans saborder un environnement un million de fois plus precieux .
Réponse de le 28/10/2012 à 12:44 :
L'argument des réserves stratégiques n'a pas d'autre but que de maîtriser les prix à la hausse au profit de l'Etat obèse : plus les prix sont élevés, plus les taxes rentrent. C'est en outre un argument illogique : dans 50 ans, nous aurons d'autres sources d'énergie disponibles et les fameuses réserves ne seront plus d'aucune utilité. C'est maintenant ou jamais que nous devons exploiter les gaz de schiste.
Réponse de le 28/10/2012 à 12:49 :
Pourquoi prix à la hausse ? Le gaz est un marché mondial . Si l offre augmente partout , le prix baisse .
Réponse de le 28/10/2012 à 12:58 :
Il y a certes un marché mondial du gaz mais les Français en sont exclus par l'Etat obèse. Regardez votre facture de gaz : le tarif exigé, avant même les taxes, est plus de 10 fois supérieur aux cours du gaz dans les pays libres. Curieux, n'est-il pas ?
a écrit le 28/10/2012 à 12:12 :
Un choc de compétitivité dans l équité totale ? Chiche . Fin de Toutes les niches fiscales et affectation du produit , soit plus de 80 milliards par an , à la baisse des charges . Les niches des uns sont payées par les autres . C est l assistanat du haut , alors que la baisse massive des charges beneficiera à TOUS .
Enfin , un alignement des regimes de retraites public/privé s impose .
Réponse de le 28/10/2012 à 12:46 :
Vous avez raison : fin des niches fiscales et flat tax à taux faible pour tout le monde, riches ou pauvres. Ainsi, chacun contribuera effectivement selon ses moyens, comme le précise la constitution.
Réponse de le 28/10/2012 à 18:50 :
Une flat tax pour tous : 100% d'accord ! mais pour que "chacun contribue effectivement selon ses moyens", ..il est nécessaire de conserver aussi une part de progressivité... sinonn ce n'est plus selon ses moyens !? Mais un minimum pour chacun est impératif..et un maximum aussi !
Réponse de le 28/10/2012 à 21:44 :
Le taux fixe pour tous produit un impôt progressif. Avec un taux de 10%, si vous gagnez 100, vous payez 10. Si vous gagnez 1000, vous payez 100. 100 est dix fois supérieur à 10, tandis que les revenus progressent eux aussi d'un facteur 10 : c'est parfaitement progressif et chacun paye bien selon ses moyens. Il faut étendre la FLAT TAX à tous les impôts, taxes et charges. La FLAT TAX est la seule forme d'impôt moralement juste, socialement équitable et économiquement intelligent.
Réponse de le 28/10/2012 à 23:34 :
à @lyon69 : Manifestement, vous ne connaissez pas la différence entre impot progressif et impot proportionnel !! ... allez faire un tour sur un dictionnaire !
a écrit le 28/10/2012 à 12:03 :
hollande et entrepreneur CAC40 la meme chose , par contre il faut les foutres dehors
a écrit le 28/10/2012 à 11:50 :
a lire tous les commentaires ,il semble que françois hollande a raison et les grands patrons tort!faudrait savoir ce que vous voulez!
a écrit le 28/10/2012 à 11:35 :
Ras le bol de toujours entrainer "les petits" vers le fonds : baisse des charges patronales et hausse tva cela veut dire plus d'argent pour ceux qui en ont et moins pour le petit puisque tout deviendra plus cher. A quand un gouvernement qui choisira de baisser la tva et taxes sur ce qui est produit 100% en France et hausse TVA et taxes sur ce qui est fait à l'étranger ?
Réponse de le 28/10/2012 à 11:49 :
C'est interdit. Et heureusement, parce que c'est idiot. Les problèmes de la France n'ont aucun lien avec l'étranger mais tout à voir avec l'Etat providence obèse qu'il faut dégonfler d'urgence. Les Chinois par exemple représentent 2% de notre PIB. L'Etat représente 56%. Entre un chinois ou un énarque, le choix est vite fait. En effet, c'est bien l'Etat qui plonge les "petits" vers le fond, pas les Chinois. C'est l'Etat obèse qui nous empêche de trouver du travail librement, de nous loger librement, de nous chauffer librement, de circuler librement dans nos voitures... Bref, l'Etat obèse nous empêche de vivre normalement pour satisfaire son parasitisme glouton.
Réponse de le 28/10/2012 à 19:00 :
..Non seulement c'est interdit, mais en plus, votre raisonnement illogique, puisque la TVA est JUSTEMENT la seule taxe qui pénalise les imports et facilite l'export !!!
Réponse de le 28/10/2012 à 19:00 :
..Non seulement c'est interdit, mais en plus, votre raisonnement illogique, puisque la TVA est JUSTEMENT la seule taxe qui pénalise les imports et facilite l'export !!!
a écrit le 28/10/2012 à 11:31 :
Depuis QUAND le CAC40 est-il représentatif des TPE et PME !!!!!!!!!!!!!!!


Un Petit Entrepreneur !
Réponse de le 28/10/2012 à 11:54 :
Arrêtez de faire le jeu des politiciens qui inventent des oppositions artificielles ! Il n'y a aucune opposition entre cac40 et PME. Tous sont indifféremment victimes du fisc. Si certains sont moins taxés que d'autres, il faut réclamer une baisse des taxes pour les uns, non une hausse pour les autres.
Réponse de le 28/10/2012 à 18:54 :
Erreur : les entreprises du cac40 sont telles, en taille et en moyens financiers, qu'elles font de l'optimisation fiscale à l'extrême, chose que peu de petites structures peuvent se permettre. 8% d'impôts au cac40 en moyenne contre 33% pour les TPE/PME.
a écrit le 28/10/2012 à 11:24 :
Je suis simplement abasourdit par les commentaires que je lis ici . Quand, oui quand, la plebe comprendra que les politique de droite de gauche et d' ailleur, ne sont plus que les salariés d' un systeme qui n' a plus de repère !!. Le seul objectif des successifs executifs, n'ai plus que d'assurer l'ordre publique en empechant une révolution qui avance a grand pas !!.
L 'Etat n'a qu un seul objectif, acheter l'odre publique au travers des aides aux plus demunis, et empecher les banques de s'ecrouler " theorie du domino ". Le reste, les soient disant débats sur le mariage des homos, liberalisation de canabis, les ogm, ne sont que des leurs pour detourner les attentions et faire croire qu' il y a un pilote dans l'avion ... .
La France est devenu une tombe qui brille de gloires passées, mais qui est completement pourris et CORROMPUS à l'interieur.
Oui, les français sont des moutons, et aujourd' hui ils sont devant les portes de l abbatoire.
Réponse de le 28/10/2012 à 12:34 :
"des leurs " ,écrit comme ça n'a aucun sens !!!
Réponse de le 28/10/2012 à 19:42 :
L'ensemble du commentaire est bourré de fautes d'orthographes et dépourvu de tout sens. Ce n'est qu'une énième reprise de la vieille théorie du complot qui a tellement de popularité en France...
a écrit le 28/10/2012 à 11:13 :
On peut toujours lutter contre les injustices, baisser le salaire des dirigeants, certes, mais cela n'ira pas dans les poches des salariés, les entreprises font de moins en moins de marges car les prélèvements se multiplient (plus de cent cinquante différents )et augmentent et si çà continue elles fermeront . Pourquoi s'emmerder à faire tourner des entreprises si c'est un pari impossible et que l'investissement crée des pertes. Elles iront sous des cieux plus propices, et les dirigeants, ne vous inquiétez pas pour eux, grace à la pantoufle ils réintegreront la fonction publique, mais aux echelons du haut. Même Ernest antoine selliere a fait l'ena comme hollande.
a écrit le 28/10/2012 à 11:07 :
Quand je vois sa photo, je me sens mal.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:42 :
vous me faites penser a EDF ..SNCF FRANCE TELECOM
a écrit le 28/10/2012 à 10:52 :
Si vous saviez les armées de cadre des grands groupes du CAC40 qui sont payés 4000 ou 5000 euros pour faire du 10h - 17h et passez leur journée en pause café. Pas besoin de chercher des syndicalistes de la fonction publique, les grands groupes privés génèrent aussi d'énormes gaspillages. Au lieu de demander des réduction de charges, les grands patrons feraient mieux de baisser les avantages sociaux de leurs salariés (comité d'entreprises...) et baisser leurs salaires et ceux de leurs collaborateurs.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:25 :
Les gaspillages du privé n'ont aucune importance. Si les clients de ces entreprises choisissent de payer pour du gaspillage, c'est leur problème, pas le nôtre. En revanche, le gaspillage du public est financé obligatoirement par tous les contribuables sans qu'on leur demande leur avis : c'est scandaleux. Comme dans tous les domaines, la différence de valeur entre les divers gaspillages tient à la liberté de choix. En ce qui concerne les économies, les patrons ne vous ont pas attendu pour les mettre en oeuvre. La preuve : à chaque fois, on vous entend couiner contre.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:36 :
@@churchill
vaut mieux lire ça que d'être aveugle!.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:39 :
Bien vue " @Liberté de Choix", je vous reçois 5/5....
Réponse de le 28/10/2012 à 11:48 :
bien sur que si les gaspillages privés vous les payez comme ceux du public!a travers les prix ,les impots:l'état est un grand donneur d'ordre pour les groupes privés
Réponse de le 28/10/2012 à 11:57 :
@@liberté de choix : vous décrivez le socialisme de connivence à l'oeuvre en France. Vous avez raison, il faut sortir d'urgence de ce système corrompu par la baisse massive des dépenses publiques et des impôts.
Réponse de le 28/10/2012 à 12:23 :
Que ce soit par l'Etat ou par les entreprises, les citoyens se font toujours tondre. Et puis ça me fait marrer la soit disante liberté de choix offerte par le secteur privé. A part dans quelques situation (free mobile), les entreprises maintiennent des prix élevés. Grande distribution, internetn médecine libérale....on peut choisir l'entreprise mais les prix sont sensiblement les mêmes
Réponse de le 28/10/2012 à 12:35 :
Eh oui, il ne reste pratiquement pas de marchés libres en France où l'Etat n'impose pas ses hausses de prix, soit par la fiscalité, soit par les oligopoles qu'il contrôle, soit carrément en fixant les tarifs. L'exemple de l'oligopole prétendument privé dans la téléphonie mobile est édifiant. Quand, dans chaque produit, vous payez au minimum 50% de taxes ou de charges, les marges de manoeuvres pour les quelques concurrents restants sont réduites à néant. Mouton, ouvrez les yeux et orientez votre révolte contre le parasite étatique : les prix que vous payez sont avant tout constitués de taxes pour l'Etat obèse.
Réponse de le 28/10/2012 à 14:20 :
@ churchill quand les privés auront un gaspillage CE aussi important que celui d'EDFqui nous coute 1% DE NOTRE FACTURE nous le saurons.naturellement personne n'en parle puisqu'il sert à engraisser les syndicats;
Réponse de le 28/10/2012 à 15:21 :
Aux USA un abonnement ADSL coûte en moyenne 100 dollars, on est loin des 30 euros payés en France. Pourtant au States ils ont moins de taxes. On se plait beaucoup chez nous mais faut regarder ailleurs.
Réponse de le 28/10/2012 à 23:24 :
Il y a une vraie concurrence sur l'ADSL aux USA : on trouve des abonnements à moins de 100 euros, d'autres nettement plus chers mais avec des débits garantis. Remarquez simplement que le territoire US est beaucoup plus étendu que le territoire français, plus que trois fois plus grand. Au total, 100 dollars, ce n'est pas si cher.
a écrit le 28/10/2012 à 10:44 :
Ce sont surtout les artisans,TPE/PME qu'il faut aider. Il faut alléger leurs coûts, leur paperasse, leur donner les moyens d'obtenir plus de crédits, d'augmenter leurs fonds propres, de donner plus de flexibilité ... Par contre, voir les dirigeants de firmes et entreprises du CAC 40 quémander est déplacé. Ils vont encore s'engraisser, augmenter leurs dividendes et peut-être, délocaliser ensuite. Décidément, ils se sentent pousser des ailes !
Réponse de le 28/10/2012 à 11:34 :
C'est absurde ! Si les patrons font des bénéfices en France, ils n'auront aucune raison de délocaliser ailleurs, bien au contraire. Créer une opposition artificielle entre catégories de patrons (CAC40 contre PME) ne sert que les politiciens. C'est d'ailleurs le principe de la prétendue lutte des classes : créer une opposition artificielle entre patrons et salariés alors que leur ennemi commun, c'est l'Etat collectiviste ou socialiste qui veut mettre en esclavage les uns et les autres indifféremment. Arrêtez de faire le jeu des parasites qui se maintiennent au pouvoir en créant des divisions et des oppositions artificielles ou en inventant des boucs émissaires (immigrés, patrons...)
Réponse de le 28/10/2012 à 12:50 :
Oui effectivement, vous êtes absurde ! Ce n'est pas une question de lutte des classes, c'est une question de réalités, tout simplement. Les entrepreneurs de TPE ont des charges et engagements, différents. Ils s'investissent personnellement et investissent bien souvent, leurs deniers et biens personnels. Ce qui n'est pas le cas des groupes du CAC 40 qui bénéficient d'allègements, de taux de taxations différentes.
D'où l'importance de faire une distinction entre entrepreneurs (au sens noble du terme) et "gestionnaires" d'entreprises du CAC 40.
De plus, être patron(ne) d'une TPE/PME est différent d'être "patron(ne)" d'une firme/entreprise du CAC 40. L'approche, les problèmes et les charges/impôts sont aussi, différents. Cette réalité, je la vis tous les jours. Je sais donc, de quoi je parle !

Par conséquent, votre petite histoire de luttes des classes, de parasites, de politique purement politicienne est donc complètement dépassée et décalée.
a écrit le 28/10/2012 à 10:37 :
Et le taux de change, pourquoi n'en parle t-on jamais ? Pourquoi ne débattons-nous pas de ce sujet ? Pourquoi la sortie de l'euro, pour permettre un ajustement du taux de change, n'est-elle jamais une option ? Comme toujours, la variable d'ajustement, ce sont les salariés ! Et on voit comment "ça marche" en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie... Continuez, les dirigeants, et vous plongerez l'Europe dans la dépression ! Continuez, et vous porterez la responsabilité d'un génocide économique !
Réponse de le 28/10/2012 à 11:04 :
justement on en parle tout le temps à tort et à travers, toujours les memes rengaines sur l'euro: si on en sort, on pourra mutiplier votre salaire par deux ou même quatre en francs , de toute façon çà ne vaudra plus grand chose! L'euro, c'est justement votre protection que votre salaire vaut encore quelquechose. Sinon, une petite signature de Hollande, on devalue et votre salaire vaut une poignée de cerise. Vous êtes sur qu'il y resisterait? Malheureusement notre dette abyssale a été signée en Euro et serait donc multipliée d'autant. Bien à vous!
Réponse de le 28/10/2012 à 11:30 :
Les dirigeants des pays de l'UE n'en parlent jamais eux, bien au contraire, ils sont pour sauver le soldat euro à tout prix et on voit ce que ça donne dans les pays que j'ai cités. Moi, je constate que la catastrophe que les européistes annoncent partout dans les médias si on sortait de l'euro, elle est en train de se produire dans ces pays. Demandez aux grecs que vaut leur salaire et qu'est-ce qu'il leur permet d'acheter et vous viendrez me parler ensuite de ce nous coûterait en pouvoir d'achat une sortie de l'euro.
Je suis pour qu'on donne le choix aux pays de l'UE qui ne sont plus compétitifs (France comprise) entre une dévaluation monétaire et une dévaluation interne. Que les peuples s'expriment en toute connaissance de cause (c'est à dire qu'on dresse la liste des points positifs et négatifs des deux systèmes) et là, je validerai ce que mes concitoyens auront décidé, pas ce qui est en train de se décider en catimini. La démocratie n'existe plus si nous ne sommes plus aux manettes de notre économie.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:41 :
Sous régime de change flottant, on ne peut pas ajuster les parités des monnaies au bon plaisir des politiciens. Donc, non seulement vous voulez nous ruiner en sortant de l'euro mais en plus vous voulez établir une dictature. Pourquoi tant de haine ? C'est d'autant plus idiot qu'après avoir détruit l'euro, il ne restera qu'une monnaie, le dollar, que vous serez contraint et forcé d'utiliser.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:57 :
La dictature, c'est l'UE qui l'impose. Je crois savoir que le TCE a été rejeté en France en 2005, on nous l'a ressorti à l'identique à Lisbonne et on s'est passé de l'avis des français cette fois-ci. Et puis avec le Traité budgétaire on enfonce le clou !
Et pour le taux de change si le franc était réintroduit, Natixis a fait une étude là-dessus et rien de catastrophique n'est annoncé. Arrêtez de répéter bêtement ce qui est claironné dans les médias.
Et il n'y a pas que le dollar qui existe, loin de là, les émergents se passent très bien du dollar pour leurs échanges commerciaux.
Réponse de le 28/10/2012 à 12:55 :
Vous rêvez. Les émergents utilisent quasi exclusivement le dollar pour leurs échanges. Lisbonne a été voté par des représentants élus. Idem pour les évolutions budgétaires. Vous rêvez encore si vous croyez que des élections permettent de contrôler les dérives financières des Etats : le clientélisme politicien qui consiste à acheter des votes avec des dettes ou des impôts réservées à des minorités est une perversion anti-démocratique. Il n'y a qu'une façon démocratique de contrôler les dépenses publiques : réserver les votes des budgets à ceux qui les financent effectivement, chaque voix comptant en proportion de la contribution des votants.
Réponse de le 28/10/2012 à 13:11 :
Je rêve peut être mais le dollar est fini, le mur de la dette n'est pas un mur mais un abîme sans fond et les investisseurs le sentent bien puisque c'est la FED qui désormais achète la dette américaine pour 2 tiers. Et je maintiens que les émergents (et certains autres pays) n'utilisent pas le dollar exclusivement, un exemple : http://www.rfi.fr/economie/20120529-tokyo-pekin-decident-passer-billet-vert
Belle façon de concevoir la démocratie, moi j'appelle ça de la dictature !
a écrit le 28/10/2012 à 10:25 :
Ils ne seront pas entendus au prétexte que Sarko prévoyait une augmentation de la tva pour baisser les charges. Les charges resteront à leur haut niveau (champion du monde du prélèvement !), le taux de tva n'augmentera pas, Hollande et son gouvernement ne fera rien. En chassant Sarko, ils croient qu'ils ont chassé la crise. Lorsqu'ils s'en rendront compte, les patrons et les fonctionnaires chargés de contrôler les rentrées sociales et fiscales s'en rendent eux déjà compte, les employés et les ouvriers aussi mais ils sont gênés car ils ont voté majoritairement pour l'équipe d'aveugle en place, ce gouvernement se trouvera confronté à une telle crise, il sera trop tard. Quand la confiance est brisée, la mécanique de l'économie sera très difficile à remettre en marche. Même en faisant appel à DSK, un moteur sans énergie ne redémarre pas. Peut être est-ce mieux ainsi, la France se remettra au travail ? Ce qui est sûr, c'est comme en 1932 aux USA, en 2000 en Argentine, la classe moyenne et en-dessous qui va payé la note ! J'en fais le pari en 2013 !
a écrit le 28/10/2012 à 10:21 :
a mon avis il prefere plutot un pacte ou les boites devraient investir dans des projets non rentables qui donneraient de bon emplois bien payes mais ou on travaille pas trop a des syndicalistes non virables ( avec de lourds impots, pour remplir les caisses) .... c'est une autre competitivite
a écrit le 28/10/2012 à 10:16 :
que les patrons du cac 40 commencent à reduir leur propre cout du travail pour leur entreprise en reduisant leur salaire avant de parler du cout du travail de leur salarié; Qu'ils montrent l'exemple en acceptant de ne gagner plus de 20 fois le smic ce qui est largement suffisant pour vivre confortablement et qu'ils suppriment aussi les parachutes dorés dans leur contrat, sans cela parler de cout du travail elevé de leur part n'est pas credible. Ils n'est pas possible de demander aux salariés de faire toujours faire plus d'efforts et de n'en faire aucun soit meme.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:37 :
Et Que DANUB montre l'exemple en créant sa propre boite, avec plein de créations d'emploi, avec des primes, des 13e 14e et 15e mois de salaire, avec une mutuelle santé, avec des titres restaurant, avec des chèques vacances, avec des CESU, avec des véhicules de fonction, et quand il donnera l'exemple, il pourra donner des conseils !!!
Réponse de le 28/10/2012 à 10:46 :
absolument d'accord!!,et aussi diminuer fortement le revenu des actionaires,car se sont eux
qui font la pluie et le beau temps,!
Réponse de le 28/10/2012 à 11:08 :
par ce que les patrons du cac 40 ont tous creer l'entreprise qu'ils dirigent ?
Réponse de le 28/10/2012 à 19:08 :
les Patrons du CAC 40, ce sont ... 40 personnes !! Les entreprises en france, elles sont 3.400.000 !!! Alors si vou pensez qu'il faut gérer ce pays en fonstion de 40 personnes, moi je connais plus de 40 cas de chômeurs qui vivent de leurs allocs sans réellement chercher du boulot , et aussi plus de 40 cas darrêt-maladie abusif : avec votre logique , on devrait fermer pole emploi,et la sécu ...on va vite rééquilibrer le budget !!
Réponse de le 28/10/2012 à 19:08 :
les Patrons du CAC 40, ce sont ... 40 personnes !! Les entreprises en france, elles sont 3.400.000 !!! Alors si vou pensez qu'il faut gérer ce pays en fonstion de 40 personnes, moi je connais plus de 40 cas de chômeurs qui vivent de leurs allocs sans réellement chercher du boulot , et aussi plus de 40 cas darrêt-maladie abusif : avec votre logique , on devrait fermer pole emploi,et la sécu ...on va vite rééquilibrer le budget !!
a écrit le 28/10/2012 à 10:14 :
L'exploitation du gaz de schiste est actuellement, trop risqué. Pas assez au point, trop de dégâts, trop de risques que l'on ne va pas prendre pour le bonheur des groupes du CAC 40. Ce sont nos ressources en eau qui sont en jeu.
Pour les autres propositions, il est certain qu'il faut réformer en profondeur. Pas pour augmenter les dividendes des uns et des autres mais pour re-capitaliser, rendre nos entreprises plus performantes.
Ce que la France a besoin, c'est une refonte structurelle de notre système économique, une réduction des coûts et charges, d'une certaine flexibilité. Bref, notre pays a un besoin urgent d'être réformé en profondeur. Mais, qui en aura le courage ? Droite-gauche, ils n'ont su faire que quelques réformettes, privilégiés leurs intérêts et acquis, protégés les différents lobbyings, etc ... hélas !
Réponse de le 28/10/2012 à 12:05 :
Il n'y a aucun risque à utiliser le gaz de schiste. Des dizaines de milliers de puits sont en exploitation à travers le monde sans qu'aucune pollution majeure n'ait jamais été constatée, même pas une fois par hasard. Nos ressources en eau sont immenses et hors de danger : non seulement, elles sont hors de portée (moins de 100m pour les nappes phréatiques contre plus de 2000 mètres pour les gaz de schiste), mais encore nous utilisons moins de 3% des eaux de pluies qui tombent en France. N'ayez plus peur, devenez des adultes !
Réponse de le 28/10/2012 à 16:09 :
Le couperet est tombé pour Exxon Mobil. Le 18 juin, après avoir puisé deux puits sans trouver de ressources « en quantité commerciales », le pétrolier américain a retiré ses billes.

a écrit le 28/10/2012 à 10:00 :
Hollande ne doit pas se faire enfumer par un patronat qui ne propose que des mesures mortuaires juste pour conserver ses marges à distribuer en hauts salaires et en dividendes. Les pigeons salariés de base et petits cadres pourraient bien se révolter ou lever un peu plus le pied vu le gros ras le bol et l'absence de redistribution plus juste des profits.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:22 :
Regards n'a pas du bien lire l'article, ou alors il a un boulot, à l'abri, fonctionnaire peut être. Mais mes enfants qui cherchent un job supplient François d'écouter ce message et de l'appliquer urgemment.
a écrit le 28/10/2012 à 9:59 :
Relancer le débat sur le gaz de schiste : vraiment pas beaucoup d'idée ces patrons français. C'est bizarre, l'Allemagne tant vantée pour ses performances ne développe ni gaz de schiste, ni nucléaire. Je ne les entends pas se plaindre d'une europe passoire qui se fait tondre sans réagir par la Chine et compagnie.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:16 :
Les allemands ... Pas se plaindre ?
Leur kW électrique vient de doubler depuis l'arrêt du nucléaire et ils se plaignent grave, il fait lire la presse allemande.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:17 :
Il n'y a pas a l'heure actuelle de ressources en gaz de schiste prouvées en Allemagne. Par contre ils ont encore énormément de charbon et n'hésitent pas l'utiliser malgré la pollution.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:17 :
les allemands sont totalement dépendants du gaz russe acheminé par le nord de l'allemagne,
ce qui est une folie.Quant aux patrons ils ne paient pas (encore)l'augmentation de l'éléctricité
qui est de 22 % pour les particuliers
Réponse de le 28/10/2012 à 11:19 :
L'utilisation du charbon ne pollue plus comme avant (valorisation des carbocendres et des suies acides) et n'est plus aussi dangereux (mécanisation de l'extraction et bientôt robotisation). Il faut abandonner les clichés du passé. D'ailleurs, la France dispose d'importantes réserves de charbon qu'il conviendrait de remettre en exploitation sans tarder, sans parler des réserves de pétrole dans ses zones maritimes. Gaz de schiste, pétrole, charbon : nous avons largement de quoi devenir autosuffisants, à l'image des USA qui le seront très bientôt.
a écrit le 28/10/2012 à 9:50 :
Transférer une partie des charges sur la consommation, réduire une autre partie des charges par la baisse des dépenses publiques, faire la transition énergétique vers le gaz de schiste : que du bon sens ! On se demande pourquoi Sarkozy puis Hollande refusent l'évidence avec autant de force.
Réponse de le 28/10/2012 à 10:15 :
Le bon sens varie suivant ses propres convictions : si on est productiviste comme la Russie communiste ou le libéralisme sauvage, on s'en fout de massacrer son environnement. Quand on veut une économie qui satisfasse les besoins essentiels de la population, le bon sens est de s'opposer au gaz de schiste tant qu'une technique plus fine ne sera pas mise au point. Vu l'émergence des pays anciennement émergents, il est vain de courir après une croissance qui ne viendra pas. Les français doivent se préparer à une baisse de niveau de vie et gagneront en qualité de vie.
Réponse de le 28/10/2012 à 11:08 :
Baisser le niveau de vie pour augmenter la qualité de vie, ça marchera peut-être pour quelques bobos noyés dans le flouze. Pour l'immense majorité, ce sera nettement plus violent. Quand la majorité aura froid et faim à cause de vos idées écologistes anti-libérales, préparez-vous à courir... très vite.
a écrit le 28/10/2012 à 9:48 :
D'accord avec Pat. Rendez la pelle.
a écrit le 28/10/2012 à 9:40 :
Moi j'appelle les patrons a un peu + de modestie et à se faire vraiment au boulot !
Réponse de le 28/10/2012 à 10:43 :
Moi j'appelle Pat a un peu plus de modestie et à donner l'exemple en créant sa propre boite, en embauchant, et pour tous ses salariés, de ne pas oublier le 13e mois, la voiture de fonction, la prime de rentrée, la prime de noel, les titres restaurant, les CESU, les chèques vacances... bref à donner l'exemple au lieu de conseils !!! ah j'oubliais : Que Pat pense à créer une cellule syndicale CGT dans SA nouvelle entreprise, que Pat est la joie de recevoir tout plein de conseils de gens qui ne savent faire que ça !!! ... et ne pas oublier non plus la distribution de parts sociales de l'entreprise que vous aurez créé : après tout, vous reconnaitrez que ce sont les salariés qui auront apporté la richesse de votre entreprise , et bien sur, en cas de difficultés voire d'échec, pensez-bien à vous démm..dez seul !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :