Près de 30% des salariés travaillent le dimanche

 |   |  444  mots
AFP
AFP (Crédits : AFP)
Depuis une dizaine d'année, le nombre de travailleurs dominicaux ne cesse d'augmenter. Ils sont désormais 29% selon la Dares. Mais qui sont-ils ?

Un repas en famille, une balade en vélo, une séance de bricolage... pour de plus en plus de Français, ces activités ne sont plus associées au dimanche. En effet, quelque 29% des salariés ont travaillé ce jour-là de façon habituelle ou occasionnelle l'an dernier selon une étude publiée par la Dares ce lundi qui se fonde sur l'Enquête Emploi de l'Insee. Une proportion qui augmente régulièrement depuis le début des années 1990 et surtout depuis 2002. En dix ans, elle a ainsi gagné 4 points de pourcentage. Une situation que l'organisme dépendant du ministère du Travail explique notamment par des ne nouvelles dérogations au Code du travail. "Sur les dix dernières années, de nouvelles dérogations concernant les centres d'appel (en 2005), les commerces de détail d'ameublement (en 2008) ou les zones touristiques (en 2009) ont contribué à élargir le champ des salariés concernés par le travail dominical", est-il ainsi expliqué.

? Des occasionnels

Pour les 6,5% millions de salariés (et 1,6 de non salariés) concernés, l'activité du dimanche est plus souvent occasionnelle (16% des cas) qu'habituelle (13%).

? Des salariés de la santé, de la sécurité, des professeurs...

En toute logique, ceux qui travaillent le dimanche exercent le plus souvent des activités qui, par définition, ne s'arrêtent pas le week-end. Le plus fréquemment, il s'agit donc de professionnels de la santé, mais aussi ceux qui assurent la "continuité de la vie sociale" qui représentent un tiers des effectifs des "habitués" du travail dominical.

Du point de vue des catégories socio-professionnelles, c'est parmi les employés qu'il y a le plus de travailleurs du dimanche. Quelque 20% d'entre eux travaillent au moins occasionnellement ce jour là, dont 82% des salariés du secteur de la protection et de la sécurité des personnes (gendarmes, pompiers etc.). Et trois stewards ou hôtesses de l'air sur quatre a l'habitude de travailler le dimanche. Plus surprenant a priori: un peu plus de la moitié des enseignants déclare exercer une activité professionnelle ce jour-là, une fois sur quatre de façon régulière. Il s'agit d'un temps pris pour corriger des copies ou préparer des cours.

? Des jeunes et des femmes

Puisque les professions précitées sont le plus souvent occupée par des jeunes et des femmes, ce sont également ces deux catégories qui sont les plus concernées par le travail dominical.

? Des salariés qui travaillent aussi le samedi

Enfin, l'étude pointe aussi que lorsque ceux qui travaillent habituellement le dimanche... travaillent aussi le samedi. Ils sont ainsi 95% dans cette situation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 21:43 :
Ah bon ? pourtant les français sont des faignasses qui ne travaillent déjà pas la semaine ... alors le week end incroyable !
a écrit le 29/10/2012 à 20:29 :
Évidemment, si dans vos chiffres vous comptez les curés des paroisses, les boulangeries, et les PMU, on ne doit pas être loin des 30 %
Réponse de le 30/10/2012 à 5:34 :
Les boulangers et les commerçants ne sont pas des travailleurs pour vous.....J'imagine que les médecins, infirmiers, pompiers, gendarmes....non plus.
a écrit le 29/10/2012 à 20:28 :
à peine ......................
a écrit le 29/10/2012 à 18:44 :
Plus ceux qui bossent de chez eux pendant leur week-end sur des trucs en retard ou pour se mettre en avance sur la semaine a venir...
a écrit le 29/10/2012 à 18:02 :
Pourtant la France ne cesse de vanter son modèle social. Finalement on se rapproche du modèle chinois!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :