Parisot aspire à un "big bang économique"

 |   |  246  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A moins d'une semaine de la remise du rapport Gallois sur la compétitivité de la France, Laurence Parisot interpelle le gouvernement, et l'appelle à initier "une stratégie permettant aux entreprises de reconstituer leurs marges".

Dans le sillage de la tribune des grands patrons pour un "choc" de compétitivité, Laurence Parisot vient enfoncer le clou. Dans un entretien à l'Usine nouvelle, la présidente du Medef appelle le gouvernement à un véritable "big bang économique". Une formule choc, dont elle espère un électrochoc, à savoir le lancement d'une "stratégie permettant aux entreprises de reconstituer leurs marges, aujourd'hui les plus faibles d'Europe".

"Souvenez-vous du Titanic"

Dans cet entretien, la patronne des patrons défend donc bec et ongles le rapport Gallois qui sera remis le 5 novembre prochain, mais dont de nombreuses informations ont déjà filtré dans la presse. "Ce big bang économique, le rapport Gallois peut en donner le signal", assure-t-elle. Avant de promouvoir,, encore une fois, son fameux mécanisme de "double hélice", "permettant à la fois de baisser les cotisations des employeurs et celles des salariés". Tout en compensant ces baisses "par la double hausse - modérée - de la TVA et de la CSG, les deux outils fiscaux à l'assiette fiscale la plus large".

Côté chiffres, Laurence Parisot juge que "nous avons besoin d'un choc de déplacement de 70 milliards d'euros". Si rien n'était fait en ce sens, Laurence Parisot, décidément très en verve, image : "Souvenez-vous du Titanic prétendument surpuissant. On ne pouvait imaginer qu'un choc avec un iceberg puisse provoquer une catastrophe. Je ne saurais dire l'échéance mais je sens que l'iceberg est tout près."

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :