Pacte Ayrault : ces mesures qui sont passées inaperçues

 |   |  851  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Au-delà des grandes annonces sur le financement des entreprises, le relèvement de la TVA, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi, ou le soutien à l'innovation, des "mesurettes" ont été communiquées, certes modestes, mais indispensables pierres à l'édifice.

Elles ont été éclipsées par les annonces de poids, mais elles n'en sont pas moins utiles au développement des entreprises. De nombreuses "mesurettes" ont été distillées tout au long de la présentation du Pacte Ayrault pour "la croissance, la compétitivité et l'emploi", communiqué ce mardi 6 novembre. C'est par exemple le cas de la réforme de la justice commerciale, de l'implication des salariés dans les conseils d'administration des grandes entreprises ou de la simplification des démarches administratives pour les PME.
Comme il n'y a pas de petites mesures en matière de compétitivité, en voici quelques-unes qui sont passées inaperçues :

? Le suivi à la trace des délais de paiement. Un dispositif sanctionnera les contrevenants aux délais de paiement, pour endiguer leur allongement. L'Etat prendra pour sa part l'engagement de réduire ses propres délais de paiement à 20 jours d'ici 2017.

? Le plan "France Universités Numériques". Il permettra de mettre à la disposition des étudiants des contenus de cours en ligne, de mutualiser les services entre les établissements de l'enseignement supérieur et de partager les offres de formation par spécialités.

? L'implication des salariés aux décisions stratégiques. Le Pacte propose d'introduire au moins deux représentants des salariés au sein des conseils d'administration ou de surveillance des grandes entreprises. Ce, pour "renforcer le dialogue social à travers la reconnaissance de la responsabilité des salariés dans les prises de décision". Les entreprises qui le souhaiteront pourront également faire présider leur comité d'entreprise par un représentant des salariés.
Un projet de loi sur la gouvernance d'entreprise verra le jour avant fin mars 2013.

? Le resserrement du lien entre grandes entreprises et PME. Le Pacte remet sur les rails la Conférence nationale de l'Industrie (CNI), qui deviendra le Conseil national de l'Industrie et se réunira sous sa nouvelle forme début 2013. Il a pour objet d'encourager les alliances entre les sociétés d'un même secteur via des « contrats de filière » qui devront être signés avant l'été prochain. Le gouvernement ajoute que "dans ce cadre, l'Etat conditionnera davantage ses soutiens aux grandes entreprises à leur capacité d'associer leurs fournisseurs et leurs sous-traitants".

? Le développement du système de VIE (volontariat international en entreprise). Le gouvernement vise une augmentation de 25% du nombre de VIE en trois ans et souhaite en étendre l'accès pour les PME et les ETI. Le gouvernement affiche par ailleurs sa volonté de doubler le nombre d'étudiants français à l'étranger, en particulier les étudiants des filières professionnelles et technologiques, via le programme "Mobilité Internationale 2020".

? La rénovation du fonctionnement de la justice commerciale. Le gouvernement proposera une réforme "ambitieuse" au printemps 2013 pour moderniser la procédure commerciale et le fonctionnement des tribunaux de commerce, par exemple en termes de formation des juges, de spécialisation des parquets et des juridictions commerciales, de possibilité d'entendre les représentants de l'administration aux audiences, ou encore de recours à des experts indépendants. La prévention des litiges sera quant à elle renforcée: "les procédures d'alerte et de prévention doivent être mieux sécurisées et respecter le secret des affaires, les règles déontologiques des intervenants, la prévention des conflits d'intérêts". En la matière, le gouvernement envisage même la création d'instruments de contrôle.

? Le renforcement de l'attractivité de la France pour les tournages de film. Les sociétés étrangères seront encouragées à venir tourner leurs films en France par des dispositifs de crédit d'impôt plus attractifs. Les systèmes existants comme le crédit d'impôt cinéma et audiovisuel (CICA) ou le crédit d'impôt cinéma international (CII) seront renforcés et adaptés. Le gouvernement s'engage par ailleurs à "étudier le moyen de faciliter l'entrée sur le territoire des équipes techniques et artistiques étrangères nécessaires à la réalisation de ces tournages".

? La simplification des démarches administratives. Le gouvernement s'engage à ce que les 100 données les plus demandées soient harmonisées et échangées au sein de l'administration, pour ne pas solliciter plusieurs fois les entreprises sur une même question.
Un annuaire unifié des données mettra à l'avenir chaque entreprise en relation avec une seule et unique administration "référente", qui distillera ensuite les données aux autres institutions concernées. Une déclaration sociale nominative (DSN) unique devrait être disponible en 2016. Sur demande, la DSN pourra déjà se substituer dès 2013 à trois autres déclarations (DMMO, DSIJ, et Attestation employeur). Et les différents sites dédiés aux aides aux entreprises seront enfin rassemblés en 2013 sur un même site Internet : guichet-entreprises.fr.

? Des achats publics plus attentifs aux jeunes entreprises innovantes. Les acheteurs publics seront mobilisés pour soutenir les PME innovantes. Une "Conférence de l'achat public innovant" se tiendra d'ici à mars 2013, en particulier pour décider d'un dispositif de suivi de l'objectif de 2% d'ici à 2020 du volume d'achats publics effectués auprès de PME innovantes.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2012 à 4:25 :
@nono le robot seul une guerre mondiale ou un profond changement collectif permettra de faire progresser la société dans laquelle on évolue????
Vous avez vue trop de film américain.....
Pour la une guerre mondiale si on survivra, nous portera tous dans le moyen age puisque on n'y aura plus d'argent n'y d'or das nos banques centrales, le peu qui reste encore tous sera dépensée pour la guerre et il n'y aura plus de Plan Marshall possible.
C'est bien plus intelligent aux prochaine élection ne pas suivre comme des moutons les candidats désignés des grand partis mais avoir le courage de voter des petit élus qui dise la vérités, donné à c'est gens sans extrémisme, la possibilité de nous sortir de cette impasse et pas de continuer a croire au mensonges des candidats gauche/droite qui nous mène par le nez depuis 30 ans.

Arnault retourné nous nos 1800 milliards de dette pour que nous puissions encore continuer à vivre de crédit, autrement vous aller tout perdre... vos crédits.
a écrit le 07/11/2012 à 19:58 :
On nous reproche à nous les ultra riches, notre cynisme. Nous ne sommes pas cyniques. Nous servons nos intérêts. Il se trouve que nos intérêts ont toujours gagné car l'argent dirige le monde, point. Hegel pensait qu'à la fin de l'Histoire, la démocratie finirait par s'imposer universellement. Francis Fukuyama a connu un grand succès de librairie en annonçant la réalisation de la prophétie hégelienne. Quelle fadaise... Il s'est lourdement trompé. La démocratie n'est possible qu'à deux conditions : un cadre national et un progrès économique, social, éducatif régulier pour la majorité des composantes de la Nation. L'histoire au sens hégélien n'existe pas et si elle existe, elle n'a aucun sens. Les Nations s'évaporent, minées qu'elles sont par l'hyper individualisme, le supra nationalisme technocratique, les replis identitaires, les séparatismes et autres communautarismes. Quant à la démocratie, restent uniquement ses attributs visibles : le peuple vote mais nous contrôlons les candidats éligibles. Si le peuple s'exprime autrement, les instances supra nationales continuent imperturbablement leur besogne... Nous les ultra riches accélérons le processus de décomposition des Nations démocratiques. Nous avons mis les peuples en concurrence les uns avec les autres grâce à la globalisation financière. Nous savions que loin de resserrer les liens nationaux, le libre échangisme et son cortège idéologique allaient exacerber les tensions au sein même des Nations. La démocratie occidentale ne se conçoit que dans le consumérisme. Le consumérisme durera le temps que nous les ultra riches le voudront. Depuis 40 ans, nous avons capté la majeure partie des richesses générées par les immenses gains de productivité de l'automatisation et de l'informatisation. Le travail marchand tend à disparaître en Occident. Il faut de moins en moins de travailleurs pour produire des biens et services. La croissance de l'économie se fait à crédit. Et devinez qui contrôle le crédit ? Alors les populations prennent peur, nient la réalité, se raccrochent aux fadaises des pantins politiques que nous dirigeons... Plus la crise s'étend et plus notre puissance augmente. Plus notre puissance augmente et plus la démocratie et les Nations se disloquent...
Réponse de le 08/11/2012 à 8:27 :
Ce-soi-disant- Arnault est mûr pour prendre la carte du F.N. ...
Réponse de le 08/11/2012 à 10:29 :
A voir le vocabulaire employé, la prose est indubitablement trostkiste. Le fond du raisonnement aussi est troskiste, avec une opposition marqué entre "les riches" et "le peuple", la théorie du complot (des "riches" contre "le peuple" et "les nations"), etc. Personnellement, je trouve dommage que La Tribune laisse se polluer les commentaires avec des amalgames idéologiques qui n'ont visiblement rien à faire avec le titre de l'article: ces mesures qui sont passées inaperçues.
Réponse de le 08/11/2012 à 16:23 :
Arnault, ce nom me rappelle quelqu'un. S'agit-il de Bernard Arnault ? Si c'est bien lui, il a parfaitement intégré les rapports Lugano de Susan George et il est tout à fait dans son rôle.
a écrit le 07/11/2012 à 18:45 :
On s'en moque dans le calendrier maya la fin du monde est prévu pour le mois prochain, alors Ayrault + ses petits copains peuvent s'agiter dans tout les cotées si seulement on aurait plus à supporter tout ces clowns qui sont nos élus c'est bizarre à l'assemblé national il n'y a pas un qui est maigre, vous avez remarqué, ce commentaire est juste fait pour se détendre.
Réponse de le 08/11/2012 à 3:03 :
Non seulement il n'y a pas de maigre, mais les tailleurs de ces messieurs font fortune ainsi que leurs chausseurs. Je suis pantois devant des mises de cette haute aristicratie qui donne des leçon d'entreprise et d'économie sans avoir jamais pratiqué ni épargné.
Réponse de le 08/11/2012 à 23:24 :
@ goufio : bien observé pour les tailleurs de ces messieurs, et c'est bien vrai en ce qui concerne les donneurs de leçon à des grandes entreprises qui en savent 1000 fois plus que ce chère M.Ayrault.
a écrit le 07/11/2012 à 17:39 :
Le crédit d'Impots n'est immédiatement utilisable que par les entreprises qui font régulièrement des bénéfices et qui sont donc d'une certaine taille.Mais pour une petite entreprise qui débute ou qui est sur des marchés difficiles et qui gagne peu, en quoi le crédit d'Impot lui sera-t-il utile pour baisser son cout de revient et etre compétitif de suite ?
Quand à la hausse de TVA de 0,4% dans 14 mois...un pansement sur une jambe de bois.Et toutes ces annonces avec l'air grave et solennel d'un JM Ayrault en costume sombre.Il faisait ni plus ni moins au grand Dominique qui occupait son poste il y a 10 ans qui nous annonçait"avoir entamé de façon significative le désendettement du Pays" en cédant l'exploitation des concessions d'autoroute à des sociétés privées
a écrit le 07/11/2012 à 16:39 :
Le rapport à peine donné, les mesures sont déja décidées. C'est rapide peut etre de trop ou le rapport est mal étudié ou il était communiqué aux ministres avant . Dans les deux cas nous sommes abusés.
a écrit le 07/11/2012 à 16:29 :
certaines idées sont intéressantes, et ceux qui sont directement concernés par ces mesures savent de quoi il s'agit : camoufler par des artifices un trou béant qui ne cesse de s'agrandir depuis plus de 20 ans. notre modèle sociale est a bout de souffle, car nous somme resté sur un concept datant d'après guerre, qui était efficace grace au plein emploi et qui n'as pas été adapté à l'économie moderne.les concepts 'Europe' ou 'mondialisation' ont été pervertie et n'ont, à l'heure actuelle, plus rien à voir avec la genèse de ces démarches. Toutes les avancées technologiques n'apportent plus rien a l'humanité, notre civilisation est en déclin, car l'activité humaine aujourd hui se résume a obtenir le maximum d' argent et pouvoir, créée de toute pièce par le monde moderne et la société qui en découle. c'est ridicule. le problème est trop vaste et trop profond pour le regler ainsi par le biais de petites mesures ou grosses réformes fiscales. Vous le savez bien, même si nous venions à changer de systeme politique, et toutes grosses réformes en découlant metterait 15 ans a se mettre en place. Il faut que chacun, individuellement, refusions cette hypocrisie à vivre avec des oeillères dans son petit monde. Dans quel monde allons nous laisser évoluer nos enfants, et leurs enfants après eux? à ce rythme là, seul une guerre mondiale ou un profond changement collectif permettra de faire progresser la société dans laquelle on évolue. sérieusement, on marche sur la tête et ça ne semble déranger personne.
les questions sont plus profondes que de simple réformes fiscales et administratives.
a écrit le 07/11/2012 à 16:03 :
c'est drôle ,ça fait partie d'un buzz sur rue89 les problèmes de la justice commerciale ,une mesurette qui peut se traduire par des milliers d'emplois sauvés ou créés. Au fond ,comme pour le prix de revient d'un rond-point face aux grands accidentés de la route, et si on considérait dans un jugement le prix de revient d'un chômeur pour la société.
Dans les deux cas les causes et les effets sont séparés.
La commune qui paye l'ouvrage même 1 million d'euro ,la sécurité sociale qui en économise 2 4 8 (on ne sait pas.
L'entreprise qui donne généreusement 10000 euro et notre société qui va par exemple entretenir à ses frais un gus (nana) pendant 20 ans ,mettons 480000 euro .
a écrit le 07/11/2012 à 15:58 :
La 1ère globalisation, celle qui a eu lieu entre les années 1860 et 1914 a mené l'Occident à la grande guerre. Cette globalisation, nous les ultra riches, nous l'avons voulu et nous en avons tiré d'immenses profits que nous avons réinvesti après guerre. Après guerre et jusqu'en 1929, nous avons créé des bulles financières sur lesquelles nous avons commencé de constituer des fortunes sans commune mesure avec la moyenne des revenus et patrimoines. Ensuite les Nations aveuglées et mises en compétition mortifère ont fini, comme toujours, par mener des politiques qui allaient les amener à entrer en guerre. Nous les ultra riches ne souffrons ni des crises, ni des guerres. Au contraire, ce sont des opportunités de consolider nos fortunes par l'économie dite de guerre et de la développer lors des phases de reconstruction. Les guerres ont globalement produites aux alentours de 100 millions de morts au XXème siècle. Vous imaginez bien que ce ne sont pas nos rejetons qui sont morts dans les tranchées de Verdun ou sur les plages normandes du débarquement... Dans les années 50, nous avons sapé les restes du capitalisme industriel. Les accords de Bretton Woods ayant été déchirés au début des années 70 et nous avons fait en sorte que la finance et ses instruments de spoliation de richesse soient totalement dérégulés. Le monde occidental a commencé à se gorger de drogue dure : la Dette. Nous avons fait des profits colossaux. Nous avons aussi réussi à ériger le libre échangisme comme quasi religion. La religiosité libre échangiste des "grands de ce monde" nous a permis de mettre en concurrence les Nations, comme pendant le 1ère globalisation. Sous couvert de commerce et grâce à la finance, nous avons capté l'essentiel des gains de productivité générés par l'immense progrès technique des 40 dernières années. Les Nations et les acteurs économiques ont profité bien entendu de la croissance, mais en s'endettant auprès de nous, pas en récupérant leurs contributions directes à la création de richesses. Ironie de l'histoire, ce sont les peuples que nous avons transformés en débiteurs éternels, qui réclament aujourd'hui la régression sociale pour être plus "compétitif". Comme si toutes les Nations pouvaient être "compétitives" ! La compétition mondiale mènera à la guerre comme en 1914 et comme en 1939. Mais pourquoi tant d'aveuglement ? Parce qu'au fond chaque individu est mu par la cupidité et espère embarquer dans le radeau de sauvetage des riches. Hélas mes amis, même si vous nous êtes forts utiles pour propager nos idées, vous ne ferez pas partie des invités, ni même de l'équipage : seuls nous les ultra riches sommes en mesure de sanctuariser nos fortunes et nous préserver des désagréments des conflits... Et puis, réfléchissez un peu : si nous les ultra riches, avons tué le capitalisme fordiste, celui qui avait consolidé la démocratie et permis la société de consommation, comment pouvez vous imaginer que vous les classes moyennes, allez survivre à la déliquescence de la démocratie consumériste ?
Réponse de le 07/11/2012 à 16:42 :
Qu'en pensez vous émigrer sur MARS?
Réponse de le 07/11/2012 à 16:50 :
Les historiens parlent de mondialisation depuis les ages -100 0000 , - 50 000 ans.

Déjà vos ancêtres, se pavanaient-ils, alors que l'écriture n'était pas encore inventée?
Réponse de le 07/11/2012 à 17:25 :
Vos commentaires trop longs,fatigants et toutcela pour ne pas être lus!!!!Stop à ce concours de fadaises.
Réponse de le 07/11/2012 à 20:45 :
Peut être que vous ne comprenez rien, tout simplement. Rebranchez-vous sur TF1 et dormez bien, on s'occupe de votre avenir !
Réponse de le 07/11/2012 à 22:30 :
hm....c'est pas le boulot de la mafia ça? si .... le point commun avec moi... et du c......t?emmène rien... tu crèveras riches..bof... gardes tes joujous..voitures luxe, ,bateaux..autres...comme t'apprécie plus rien...t'en profite même pas...au début? ah bon
tant pis pour moi.... vive Robespierre
Réponse de le 07/11/2012 à 23:00 :
vive la richesse
a écrit le 07/11/2012 à 15:49 :
quelques mesures intéressantes, mais l'essentiel n'y est pas : la réduction de 30% de dépenses publiques tout en améliorant les résultats, pour diminuer les impôts, donc plus de pouvoir d'achat pour les ménages, plus de marge pour les entreprises et des moyens pour aider les PME !!! la gestion publique, ce n'est pas gérer son électorat en le maintenant au chaud au détriment du privé qui se saigne pour les financer, mais l'intérêt général !
Réponse de le 07/11/2012 à 16:40 :
"au détriment du privé qui se saigne pour les financer"ha!ha!ha!vous avez deja vu des bouchers au rsa?
a écrit le 07/11/2012 à 15:41 :
Il nous a pris pour des demeurés mais on avait bien conscience qu il mentait car sur TFI il avait la main gauche qui s en allait avant la droite et cela demontre souvent que l on ment me disait un prof de lycée quand j étai dans un collège.
a écrit le 07/11/2012 à 15:41 :
On s'aperçoit, ou plutôt on ne s'aperçoit pas de discutions sur les réformes des services publiques, ces réformes sont indispensables pour que la France tienne un rang plus "standard" dans ce domaine au sein de l'Europe. Mais en France la peur des réactions syndicales bloques toutes avancées dans ce domaine, surtout sous un régime de gauche, Mr Sarkozy avait commencé à baisser les effectifs, Hollande les remonte, il faut supprimer tout les bidules qui ne servent à rien qu'à faire plaisir aux amis, entrer de plain pied dans une gestion de style nordique et les choses iront mieux. Plusieurs Milliards sont à récupérer en serrant les boulons et en s'approchant des normes allemande ou suédoises.
a écrit le 07/11/2012 à 15:05 :
L'application du rapport Gallois va dans le bon sens, car il est nécessaire de redresser la compétitivité des entreprises. On peut juste regretter pour de pures raisons politicienne le PS ait empêcher ou très fortement limité l'action de la droite ces 5 dernières années qui ne proposait rien de très différent. Par ailleurs, le fond du problème, qui reste la compétitivité du Service Public, n'est toujours pas réellement abordé : les français payent plus que leurs voisins européens pour des services de moins bonne qualité avec plus de fonctionnaires. C'est particulièrement vrai pour l'Education et la Santé. A cela aucune solution... c'est pourtant la réforme du Service Public qui permettra de diminuer les charges sur le long terme ou, à défaut de baisser les budgets, d'offrir des services plus nombreux et irréprochables (comme dans les pays scandinaves) qui donneront plus de compétitivité à notre économie. En clair, la partie difficile, c'est à dire la réforme du Service Public, reste à mettre en oeuvre.
Réponse de le 07/11/2012 à 15:19 :
Depuis quand voulez-vous assimiler les fonctionnaires et Territoriaux aux astreintes à résultat du Privé???
Emploi d'Etat,est une charge,pas un Effort,encore moins un rendement,quantifiable.
Tonneau des Danaides à remplir-,sans chercher à comprendre,voilà votre credo pour encore 4 ans 1/2.
Réponse de le 07/11/2012 à 15:56 :
100% d'accord avec halley, notre service public est digne de la russie des années 30, aucune efficacité, aucune performance, on se contente de dépenser et de rajouter des moyens. or tous les autres pays font mieux avec moins de moyens ! il suffit de copier leurs méthodes pour faire 30 à 40% de gains de dépenses publiques, de quoi financer la relance plutôt que de simplement continuer à s'endetter. A force de ne rien gérer et de creuser la dette, on prend effectivement le chemin de la grèce, fuyez avant qu'il ne soit trop tard !!
a écrit le 07/11/2012 à 14:36 :
Ce sont de bonnes mesures et vous avez raison de le souligner. Chaque pierre contribue à la construction de l'édifice.
Réponse de le 07/11/2012 à 14:59 :
Ces mesures!!!!
mais sans dire leurs noms,ces méthodes depuis 2000 étaient déjà en place chez les consulaires,la CDAF,les associations économiques ECTI ou autres.
Alors ressortir des cartons,pour se faire mousser,Nous sommes sauvés!!!
a écrit le 07/11/2012 à 13:47 :
On m'interpelle souvent : pourquoi tant d'arrogance ? Quelle solution pour la crise ? Pour répondre à la 1ère question : nous, les ultra riches, ne sommes pas arrogants. Nous sommes comme l'a dit mon ami Warren, les vainqueurs de la lutte des classes. Or l'histoire est toujours raconté par les vainqueurs et je relate donc l'histoire de ce qui a fait et fait notre puissance : nous avons dérégulé la finance pour capter la richesse produite par le progrès technique, nous avons globalisé le monde pour faire circuler la dette plus vite et nous avons tiré d'énormes profits du surendettement général : celui des Etats, des ménages et du système économique tout entier. Nous avons ainsi constitué depuis 40 ans d'énormes fortunes et atteint la masse critique nous permettant de contrôler le politique. Pourquoi il n'y a aucune "solution" à la crise : Pour deux raisons. Primo, tout être humain est aussi cupide que nous le sommes. Notre intelligence nous a juste permis à nous les ultra riches, de transcender cette pulsion : de rationaliser la cupidité et d'en faire un instrument de domination. Secundo, depuis 2007 par bêtise, aveuglement et lâcheté, les Nations et leurs dirigeants préfèrent s'en prendre à leurs habituels boucs émissaires, les plus pauvres, plutôt que de voir la réalité, celle de notre domination. Nous n'avons rien à craindre : les Nations sont en pleine désintégration. Les réactions du vulgus pecum sont d'une stupidité sans bornes, même chez les supposées "classes éduquées". Les peuples en viennent à réclamer eux-mêmes la diminution de leur niveau de vie : éducation, santé sont vus comme des "ennemis" de la compétitivité. Le mercantilisme imprègne tellement les couches dirigeantes que celles-ci imaginent que le "modèle" Allemand, Japonais, Chinois bâti sur d'énormes excédents commerciaux, est universel. Personne ne se rend compte qu'il va falloir exporter chez les martiens pour universaliser ce pseudo modèle compétitif !
La planète et ses ressources sont finies mais l'être humain préfèrera toujours la compétition à la coopération. C'est notre plus belle victoire, celle des idées, à nous les ultra riches !
Réponse de le 07/11/2012 à 15:04 :
Dans les années 1970, vos parents se lamentaient qu'il y avait des pauvres à la porte de la France. Ils ont globalisé en amenant des usines.Le peuple dont vous vous exprimez à leur place, 500 millions de chinois sont sortis de la pauvreté. La globalisation a fait des heureux. D'autre part, la santé et l'éducation ne sont pas l'ennemie de la compétitivité. Si les gens ne sont pas en bonne santé, il ne peut pas y avoir d'économie. En revanche, la pratique médicale est certainement à revoir. Il y a trop de laisser aller, les médecins peuvent prescrire ce qu'ils veulent et cela va du simple au triple en terme de prescription, du simple au double en terme d'arrêt de travail... Concernant l'éducation, c'est vrai que tous le monde n'est pas agrégé à 4500 ? net par mois pour 9 heures de travail par semaine. Peut être si on arrêtait de maintenant des jeunes inutilement sur les bancs de l'université (c'est vrai que l'on ferait grossir les statistiques du chômage), au moins éviterait -on trop de frustration ! De toute façon, les jeunes qui ont compris le système français, excepté les professions règlementés et les professions protégés, s'en vont voire ailleurs. Il y en a qui ont des idées et qui les mettent en oeuvre. A vous lire, ce n'est pas le cas !
Réponse de le 07/11/2012 à 18:06 :
500000000 de chinois de la pauvreté? allez donc en chine avant de parler! le ratio de riches = celui de France et ...
a écrit le 07/11/2012 à 13:35 :
Il n'y aura pas de redressement de la compétitivité de la France et des pays du sud de l'Europe tant que nous serons dans l'Euro et cette Europe "totalitaire " telle qu'elle est aujourd'hui
(voir Contitution Européenne = Traité de Lisbonne = concurrence libre et non faussée !)
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/leurope-cest-la-paie
a écrit le 07/11/2012 à 13:30 :
j ai apprécié hier soir a 20h sur tf1 l interview du du premier ministre qu il ne pouvait baisser le nombre de ministres car il avait baisse ses revenus et ceux des ministre de 30% hors il avait un article de la loi de finance qui dit:par décision du 2012-654dc du 9/8/12 le conseil constitutionnel a déclaré non conforme cette baisse
a écrit le 07/11/2012 à 13:13 :
Nous attendions une baisse de charge sur les salaires. Nous pouvons encore attendre longtemps. L'emploi n'est pas la préoccupation de ce gouvernement. Sauvegarder les finances de l' Etat et des collectivités coûte que coûte est leur priorité. Un exemple, en France, nous n'avons pas été capable de faire un prélèvement à la source de nos impôts ! Pourtant, en Hongrie, en Roumanie, en Tunisie, en Russie, ... ils le font ! Ah, la France est si performante ... pour taxer et non se réformer.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:29 :
En France, on a le quotient familial et conjugual d'ailleurs aussi. Voilà pourquoi l'impôt à la source est très difficile à mettre en place. Et personellement, je ne souhaite pas ce prélèvement à la source, mon employeur n'a pas à savoir combien de paye d'impôt.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:40 :
Tout faux. Le problème n'est pas le quotient familial mais le fait que les impôts sont payés en année N sur les revenus N-1 donc passer en prélèvement à la source supposerait une année de double prélèvements. ( tiers ou mensualisation sur revenus N-1 + prélèvement à la source)
Réponse de le 07/11/2012 à 14:52 :
Il faut tout simplement oublier une année. En fait, c'est la seule solution acceptable et les gouvernements le savent très bien.
Réponse de le 07/11/2012 à 16:31 :
@FATFAT
La solution a déjà été trouvée et mentionné par faux. En revanche, le quotient familial, les niches fiscales et tout le tralala français rendent l'imposition à la source des plus compliquée. Vous souhaitez que votre employeur sache tout de votre patrimoine ?
a écrit le 07/11/2012 à 13:05 :
Nous les ultra riches, avons réussi l'incroyable pari de faire porter la responsabilité de la crise financière mondiale sur les plus pauvres ! Les relents de populisme, de racisme, et la démagogie rendent la situation encore plus confuse. Aux USA, en Europe, les peuples et leurs dirigeants "soit disant éclairés" sont maintenus dans le déni de réalité. Nous, les ultra riches, avons placé les Nations en général et les plus orgueilleuses en particulier comme le Japon ou les Etats Unis, en situation de dépendance à une drogue dure : la dette. Dans les années 70, nous avons contribuer à tuer le vieux capitalisme industriel moribond, dit "Fordiste" pour y substituer, à notre profit, le capitalisme financier dérégulé. Nous avons ainsi pu capter la majeure partie des énormes gains de productivité induits par le progrès technique (automatisation, informatisation etc.) et la globalisation sous couvert de "commercer librement". Pour assurer leurs dépenses courantes et leurs investissements ainsi que leurs guerres coloniales, les USA ont dû se financer auprès de nous, via le système financier "les marchés" opaque et complexe, dont nous avions favorisé l'émergence par la dérégulation. Le Japon en plein suicide démographique et vivant exclusivement sur un soit disant "modèle gagnant", le mercantilisme, ne tient que par ce que le commerce mondial le permet (encore). Mais si les autres nations déficitaires se rebiffent : gare... Les ménages occidentaux et plus généralement le système marchand se sont vus subtiliser une part croissante des profits par nous. Ils ont aussi été conduits à s'endetter, toujours auprès de nous. Résultat pour prendre l'exemple US : la Nation américaine est confrontée à une dette monumentale de 370 % du PIB (dette privée et publique) et ne tient que parce que nous la soutenons à coups de doses de plus en plus massives de drogues dures : des nouvelles dettes. Bref nous soutenons les USA, un peu comme la corde soutient le pendu. Bien entendu nous apportons notre concours aux Etats Unis, tant que leur politique impérialiste nous permet d'accroitre nos profits dans d'autres parties du monde. Ceci explique le bellicisme du président "cool" Obama et de ses prédécesseurs... Ainsi va l'Empire Américain : un géant à notre merci, à nous les ultra riches ! Et l'Europe ? L'Europe, en particulier du Nord, est confrontée au même défi que le Japon : la menace démographique du vieillissement accéléré de sa population. Or les populations vieillissantes s'arc-boutent pour tenter de maintenir leur niveau de vie, au détriment des jeunes (confer les fameuses lois Hartz que nous les ultra riches parvenons à ériger en modèle) et des populations migrantes...Ce niveau de vie, c'est bel et bien la dette qui le finance et devinez qui profite aussi des intérêts de la dette en Europe ? Nous et pas le petit retraité épargnant et ses maigres 2% d'intérêts sur épargne !
a écrit le 07/11/2012 à 12:58 :
Néro! Si le gouvernement rend 20 milliards au titre de la compétitivité aux entreprises alors qu'il avait annoncé 20 milliards de prélèvements, quid du déficit? Ne risque-t-on pas un emballement, on parle de gréquisation de la France ou la france en tong, le frère de mao.
Réponse de le 07/11/2012 à 17:02 :
20 millions d?impôts pour atteindre l'objectif des 3% en 2013.
20 millions de crédit d?impôts conditionnels en 2014 seulement.

Le gouvernement espère un retour de croissance.

Est-ce un nouveau jeu de la Français des Juex????? :-))
a écrit le 07/11/2012 à 12:22 :
Hier j'ai entendu M.Ayrault dire qu'il prend comme exemple les pays scandinaves. Or,dans ces deux pays, Danemark, Suède, à l'époque c'était un vrai choc qui, en plus a fait mal, mais qui allait vite!! Pour faire cela il faut beaucoup de courage.
a écrit le 07/11/2012 à 12:21 :
Encore un effort Mr Ayrault et on aura le programme de Sarkozy.
a écrit le 07/11/2012 à 11:31 :
il n'y a que les illuminés qui croient à cette mascarade de pacte !!!! je pense même que le 1er ministre n'y croit pas lui même :-))))
a écrit le 07/11/2012 à 11:12 :

Dans une esquif sans espoir...quand la confiance est absente
a écrit le 07/11/2012 à 10:58 :
Quid de l'harmonisation fiscale européenne ?? je croyais que c'était un but prioritaire du gouvernement ??
Réponse de le 07/11/2012 à 13:34 :
Non c'est le mariage gay leur priorité, allez comprendre
a écrit le 07/11/2012 à 10:52 :
La simplification des procédures administratives se heurte aux administrations. Elles sont bien conscientes que ces simplifications induiraient moins de travail donc moins de personnel. Toute la hierarchie met un frein à ces réformes et comme nos politiques sont pour la majorité d'entre eux issus de l'administration, ce n'est pas près de changer ! Surtout que les lois qu'ils votent entrainent toujours plus de contraintes que de simplifications
Réponse de le 07/11/2012 à 11:43 :
Parfaitement exact ! Tout le monde peut s'en rendre compte. Et plus les textes sont compliqués, voire incompréhensibles, plus l'administration est heureuse et réclame plus de personnel pour les faire appliquer.
Réponse de le 07/11/2012 à 17:34 :
oui,et c'est tres valorisant pour un fonctionnaire ,il a l'ait tres intelligent à vous expliquer un truc incomprehensible;et s'il dit n'importe quoi,il ne risque rien,il a eut l'air intelligent...
Réponse de le 08/11/2012 à 3:25 :
La préfecture de Dijon se plaint de manque de moyens, le citoyen dispose d'un créneau horaire de 14 h 30 à 16 h 15 pour téléphoner et écouter pendant de longue minutes un disque vous proposer de taper le 1, puis le 2... pour enfin arriver au 9 et ne plus se souvenir le chiffre à taper sur le clavier. Lorsque vous êtes sur la liste d'attente "en position UNE", vous attendez 5 mn 36 pour entendre un disque vous apprendre que vous avez dépasssé le temps qui vous était imparti et vous invite à renouveller votre appel. Fin de communication. Mésaventure vécue ce lundi à Dijon.
a écrit le 07/11/2012 à 10:50 :
Et parmie les "mesurettes fiscales" dont on n'a pas parlé, l'amendement voté qui limite le barême des indemnités kilométriques à 6 CV fiscaux !! Ceci concernera tant les salariés que les artisans, commerçants et professions libérales..
Disposition applicable pour 2013, automatiquement génératrice de "pus d'impôt à payer" pour tout utilisateur d'un véhicule de 7 cv et plus ayant opté pour la déduction forfaitaire selon barême..
Et l'on veut encore faire croire que 9 français sur 10 seront épargnés par les hausses d'impôt en 2013 !
Je vous laisse juge..


Réponse de le 07/11/2012 à 12:27 :
Moi je trouve honteux d'avoir un véhicule de 7 ch et que cette personne ayant les moyens de se payer ces 2 tonnes de ferrailles bénéficie en plus d'une double niche fiscale à la fois sur le carburant lui même ( le Diesel) et également sur la cylindrée.
Réponse de le 07/11/2012 à 12:52 :
...et dans le monde, il y a 8 milliards d'individus qui trouvent honteux le niveau de vie des francais soit disant pauvres !
Réponse de le 07/11/2012 à 13:16 :
considèrer les ch sans considèrer la sylindrée aboutit à ce genre de remarque stupide.
a écrit le 07/11/2012 à 10:50 :
Et parmie les "mesurettes fiscales" dont on n'a pas parlé, l'amendement voté qui limite le barême des indemnités kilométriques à 6 CV fiscaux !! Ceci concernera tant les salariés que les artisans, commerçants et professions libérales..
Disposition applicable pour 2013, automatiquement génératrice de "pus d'impôt à payer" pour tout utilisateur d'un véhicule de 7 cv et plus ayant opté pour la déduction forfaitaire selon barême..
Et l'on veut encore faire croire que 9 français sur 10 seront épargnés par les hausses d'impôt en 2013 !
Je vous laisse juge..


a écrit le 07/11/2012 à 10:50 :
Et parmie les "mesurettes fiscales" dont on n'a pas parlé, l'amendement voté qui limite le barême des indemnités kilométriques à 6 CV fiscaux !! Ceci concernera tant les salariés que les artisans, commerçants et professions libérales..
Disposition applicable pour 2013, automatiquement génératrice de "pus d'impôt à payer" pour tout utilisateur d'un véhicule de 7 cv et plus ayant opté pour la déduction forfaitaire selon barême..
Et l'on veut encore faire croire que 9 français sur 10 seront épargnés par les hausses d'impôt en 2013 !
Je vous laisse juge..


a écrit le 07/11/2012 à 10:36 :
Attirer les tournages de films... voilà un axe majeur de développement !
a écrit le 07/11/2012 à 10:24 :
Mettre des salariés sans aucune compétence dans les CA des entreprises c'est créer un pouvoir de nuisance dont nos entreprises n'ont aucun besoin : pitoyable
Réponse de le 07/11/2012 à 10:34 :
Ce sont des décisions qui mettent en jeu leur emploi, pourquoi n'y seraient-ils pas mieux informés ? Certains administrateurs ne figurent dans ces conseils qu'à cause de leur fortune et ne brillent pas par leurs compétences, quelles qu'elles soient, à part la connaissance du Grand Monde.
Réponse de le 07/11/2012 à 11:00 :
Oui parlons de la compétence stratégique des dirigeants de Peugeot pour ne pas avoir fait évoluer le groupe...parlons de tous ces héritiers, Mr Lagardère par exemple où était sa compétence pour diriger un groupe comme EADS à l'époque..? Mademoiselle Lacoste...en ce moment..qui n'a de compétence en direction d'entreprise que son nom.. et ne parlons pas des enfants Arnault, la fille bombardée à l'époque DG de chez Fred..tout juste sortie d'une école de commerce..l'Edhec de Lille...!!! Ne vous en déplaise Mr GC54 mais des salariés au fait des problèmes quotidiens de leur entreprise, amèneront du pragmatisme à tous ces dirigeants qui souvent ne voient plus que le cours de l'action pour prendre des décisions, même si contraires à l'intérêt industriel de celle-ci...
Réponse de le 07/11/2012 à 11:45 :
c est en pqrtie grace a ca que les allemands nous mettent la pate
En frqnce on prefere le patron de droit divin, qui n a aucun contre pouvoir. ca donne des reussites comme alcatel (coule par tchurck) vivendi (messier) eads (lagardere, qui a juste les competence pour gerer un magasin de sport a trifouillis les oies)
Réponse de le 07/11/2012 à 11:50 :
Brillante démonstration issue de la planète Mars (ou une autre) ; pour la petite histoire je suis diplômé de l'EDHEC et heureusement que l'on n'y trouve pas de gens comme vous.
Réponse de le 07/11/2012 à 12:27 :
@Pelion Comme vous savez en France on ne peut déshériter les enfants, alors....?
Réponse de le 07/11/2012 à 13:28 :
il faut effectivement éliminer les ignares des CA et les laisse là où il sont. Laissons les élites décider entre eux : il sont forcément compétents.
Le fait de provenir de la première école de commerce du coin ne vous donne pas le droit de mépriser les autres qui sont nécessairement incapables de comprendre les grandes orientations stratégiques et le sens des décisions prises. Demandez donc aux allemands ce qu'ils en pensent puisque c'est l'un des fondements de leur modèle de co-gestion.
Restez donc avec vos collègues de votre petite école de commerce à disserter seuls : ainsi vos convictions ne s'en trouveront que renforcées (les idées des autres proviennent de mars ou d'ailleurs !) et la reproduction sociale ne sera pas remise en cause. On vous aura au moins appris à avoir l'esprit ouvert pendant votre formation, ..... voilà qui est rassurant sur ceux qui se prétendent être les seuls à comprendre les grands enjeux.
François

Réponse de le 07/11/2012 à 15:38 :
je vous invite à ouvrir un dictionnaire et y chercher le mot FORMATION
Réponse de le 07/11/2012 à 18:27 :
@ atrabilairecynique

à voir surtout la définition FORMATION en école de commerce ????
a écrit le 07/11/2012 à 10:00 :
Cela fait des décennies que les gouvernements annoncent une simpification des procédures administratives. La bureacratie est bien installée. Il faut bien utilsier les millions de fonctionnaires dont certains sont payés à ne pas faire grand chose.
a écrit le 07/11/2012 à 9:41 :
Vous critiquez fort bien !
Mais surtout proposez !...
Réponse de le 07/11/2012 à 10:26 :
Suppression des allocations familiales, qui sont une usine à produire des pauvres (ah oui : ils votent socialos, excusez-moi)
Réponse de le 07/11/2012 à 10:42 :
@GC54
bonjour,
Nous avons 3 enfants, et touchons donc des A.F pour 3 enfants (ce sont les seules que nous touchons, nos revenus sont supérieurs aux plafonds des autres) et nous sommes de droite.
Réponse de le 07/11/2012 à 12:02 :
Vous illustrez parfaitement mes propos ; l'économie n'est ni de gauche ni de droite, elle est libérale ou étatique. Donc je regrette que vos possibilités de création d'entreprise, de commerce ou de toute autre activité ne vous soient pas libérées au profit de cet assistanat. L'état doit réduire son rôle et libérer la liberté d'entreprende ; ayez confiance en vous.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:00 :
@GC54
supprimer les allocations familiales ?
C'est la seule prestation versée sans condition de ressources ....
où comment encore plus désespérer ceux qui pensent, à tord, ne jamais avoir droit à rien.
François
Réponse de le 07/11/2012 à 13:32 :
Pourquoi dites-vous à tort ?
Bien sur qu'une partie de la population n'a droit à rien sauf à payer et se faire traiter de nanti en prime. Les allocs familiales devraient :
- etre limitées à 2 ou 3 enfants
- soumises à impôt, après tout ce sont des revenus et certains en vivent très bien.
a écrit le 07/11/2012 à 9:21 :
la simplification administrative : un serpent de mer promis depuis 40 ans par tous les gouvernements et qui n'est jamais faite coute à la France au moins 40 milliards /an de personnel de l'etat et des organismes sociaux et autant de personnel dans le privé pour répondre à leurs courriers et faire un travail inutile.
le reste, un petit saupoudrage qui ne compense pas les charges exorbitantes: un sparadrap sur une plaie béante
a écrit le 07/11/2012 à 9:02 :
et pourquoi ne pas aborder le SUR-EFFECTIF des diverses administrations ou le cumul de fonctions ????
il serait facile de faire de MEGA économie de ce coté ..... et pour une fois ne pas faire payer les citoyens que nous sommes
Réponse de le 07/11/2012 à 9:24 :
+1
Réponse de le 07/11/2012 à 9:33 :
-1
Réponse de le 07/11/2012 à 10:42 :
Les départs à la retraite ne sont déjà plus trop remplacés dans les administrations (hors éducation/justice/police). Par ailleurs savez vous qu'on ne vire pas les gens du jours au lendemain comme ça? Et ce n'est pas spécifique à la fonction publique, dans le privé les gens partent en général avec des gros chèques il me semble. Vous êtes prêt à mettre la main à la poche pour le faire? Enfin il vaut mieux payer des gens à faire un peu d'administratif que de les mettre au chômage ou il faut quand même les payer mais cette fois à rien faire du tout.

Je suis d'accord qu'il faut réduire le nombre de personnes dans la fonction publique mais ça ne peut pas se faire aussi vite que vous le souhaitez.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:45 :
et non, payer des gens à ne rien faire ou a faire des choses inutiles ou bien encore a empecher les autres de travailler fait augmenter artificiellement le PIB et la consommation au début et programme le désastre ensuite. S'imaginer que les autres vont travailler dur pour le bien commun et se faire plumer ensuite ça marche quelques années seulement.
Réponse de le 07/11/2012 à 13:51 :
On pourrait les redéployer là où il en manque...
Réponse de le 07/11/2012 à 14:44 :
Imaginons vous êtes paysagiste, il manque des chirurgiens vous pouvez sans problème changer de métier pour aller sauver des vies?
Travailler dans la fonction publique ne veut pas dire qu'on n'est pas spécialisé.

Et comme je l'ai dit, oui il faut réduire le nombre mais ça ne peut pas se faire du jour au lendemain.
a écrit le 07/11/2012 à 8:45 :
Pfff... Quand j'ai lu le détail des premières mesures, j'ai eu envie d'arrêter. Comment oser présenter ça comme des pierres indispensables à l'édifice et propices aux PME? Pas une seule ne va dans leur sens.
Le suivi à la trace des délais de paiement: pot de fer contre pot de terre et illusion de réforme. Allez expliquer à un groupe client, quand vous êtes face à deux cent concurrents qu'il doit payer rubis sur l'ongle. Pour la forme, ça sous-entend quoi? Un suivi de tous les flux financiers? Un flicage de plus?
Le plan France Universités Numérique. C'est quoi au juste? Une volonté d'économiser sur les locaux et les coûts de personnel? Ou comme d'habitude il n'y aura aucune réduction des dépenses ou ré allocation? L'implication des salariés, c'est celle des syndicats qui ne représentent qu'eux-mêmes. La prochaine étape c'est quoi: leur présence imposées jusqu'aux plus petites PME sous couvert d'égalité devant la loi? Et si un patron ne veut pas impliquer les salariés dans ses décisions? Il ferme? Depuis quand le resserrement des leins entre grands groupes et PME a-t-il été bénéficiaire à ces derniers? Pour les VIE il ne faut pas rêver. Entre une PME sans moyens et une multinationale qui ne sait pas quoi vous faire faire. On va simplement continuer à former les jeunes qui ne l'auront pas été par ceux qui le revendiquent, statut d'exception à l'appuis. Réforme de la justice commerciale (ou consulaire ou les deux): commencez par réduire le nombre de lois à ce qui est humainement compréhensible. Il ne devrait pas nécessaire de payer des experts pour comprendre les lois auxquelles on est soumis, ce d'autant moins qu'ils ne peuvent guère eux-mêmes anticiper une décision de justice. Ne parlons pas même du temps de la justice. Où sont la stabilité et la visibilité juridiques nécessaires à toute entreprise? Voilà qui serait un véritable choc de compétitivité. L'attractivité de la France pour le tournage de films? C'est Delanoë qui va être content. Les achats auprès des entreprises innovantes, ce sera très dépendant de la mise en oeuvre. Comme toujours quand les concepts sont flous, les décisions seront nécessairement arbitraires et peut-être même un peu partiales.Seule bonne nouvelle: la réduction du temps passé à remplir des formulaires... C'est quand même un peu maigre, et surtout, surtout: ça manque de souffle. Tout dépend de la confiance et de l'allant. Il n'y a pas de leadership. Presque tout ce qui est évoqué ici est une manière d'accentuer l'étatisme (avec ou sans partenariat des publics représentatifs sanctionnés d'état), le dirigisme. Rien ne repose sur la capacité d'initiative ou d'entreprise. Au mieux il s'agit de réduire le glacis imposé par des décennies de centralisation et de législations superfétatoires. Rendez aux entrepreneurs leur liberté. Laissez les respirer. Rendez-leur l'espoir d'un jour meilleur. Le pays n'en sera pas déçu.
Réponse de le 07/11/2012 à 9:33 :
Quel pessimisme, de combien de litre d'eau faut il que le verre déborde pour que vous consentiez qu'il y a bien quelques goutes à l'intérieur?
Plus sérieusement, même incomplet, ce plan apportera plusieurs avancées.
Réponse de le 07/11/2012 à 9:43 :
Bien vu !
Rien de nouveau rien que des mots !
Des mesurettes mais rien de concret immédiatement.
La politique de l'autruche habituelle à la Française.
a écrit le 07/11/2012 à 8:40 :
L'introduction des représentants au CA des grandes entreprises de plus de 5 000 salariés sera un désastre économique car les syndicats français sont très portés à gauche et engagés politiquement, ce qui n'est pas le cas en Allemagne.
Mais le pire à venir c'est le contrôle du crédit d'impôts par les comités d'entreprises. Le parti socialiste veut s'introduire dans les entreprises et les gérer. Retour de l'URSS en France
Réponse de le 07/11/2012 à 10:10 :
ben il existe déjà la possibilité de salariés dans le CA, sans le droit de vote , de mémoire. a un CA, on vote...donc , pour peu qu'ils en aient le droit, il seront mis en minorité, c'est tout . Et au final, quand vraiment on s?en sort pas en CA, à un moment , il reste l'AG des actionnaires...1ou 2 administrateurs isolés ne peuvent rien...Idem le contrôles du crédit d?impôt, ça ne veux rien dire il n?y aura pas d'impact, d'autant que de toutes façons , ça n?empêchera pas les plans sociaux : les groupes évaluerons la perte fiscale induite, comme ils évaluent déjà les pertes de déficits rapportables ou d?impôt différé.. ils ont réussi à associer l?emploi à l'optimisation fiscale !
Paradoxalement, souvent, au niveau des entreprises, les représentants du personnel sont bien plus constructifs que leurs centrales. En ayant accès aux décisions, ils ne pourront plus se cacher derrière leurs petits doigts dogmatiques.... Même en Allemagne, le pouvoir reste aux patrons, et on y distribue des dividendes..on perd juste moins de temps en postures stériles.
a écrit le 07/11/2012 à 8:15 :
Est-ce que la simplification du travail à domicile ne pourrait pas être un élément de compétitivité hors prix (meilleure efficacité si bien organiséb et en plus indirectement augmenter le pouvoir d'achat (moins de frais de déplacement)?
a écrit le 07/11/2012 à 7:17 :
Enfin un gouvernement qui agit, après dix ans de droite réactionnaire achetée par les riches qui n'a rien fait, si ce n'est aggraver le déclin économique du pays !
Réponse de le 07/11/2012 à 7:37 :
le ps va vite se rendre compte qu'il na qu'a faire le travail lui meme, au lieu de dire comment il faut faire; la la donne va changer.... saloper le travail des autres c'est facile, construire c'est autre chose ( d'autant qu'il conviendra a l'opposition d'avoir un travail d'opposition ' facon gauche', c'est a dire de tout bloquer)... ce pays va rire... ;-)))
Réponse de le 07/11/2012 à 8:03 :
Il ne faut pas oublier que ce sont surtout les chefs d'entreprise qui vont faire le boulot. Pas le gouvernement. Quand le gouvernement fait, c'est avec l'argent du contribuable et de tous ceux qui paient des impôts. Aujourd'hui, les caisses sont vides, le gouvernement se contente de faciliter la vie aux entreprises mais ce sont bien les chefs d'entreprise et les employés du privé qui vont agir...
Réponse de le 07/11/2012 à 8:10 :
tout le monde est d'accord pour dire que le credit d'impot c'est une usine a gaz pour les entreprises , rien dans l'immediat et attendre deux ans c'est bidon , entre temps la situation aura changé plus de deficit et on dira plus de sous pour payer c'est maintenant que l'on en a besoin de toute facon ils verront le chomage encore augmenter et les entreprises fermer .........................
c'est du pipot ..............
Réponse de le 07/11/2012 à 9:13 :
vous ne seriez pas du PS? car votre post sent l'honnêteté, l'objectivité enfin en un mot le socialo.
Réponse de le 07/11/2012 à 9:25 :
Tandis que vous c'est sûr vous n'êtes pas socialo donc objectif et honnête donc de droite..euh pardon apolitique.
Réponse de le 07/11/2012 à 15:44 :
En effet, je suis militant socialiste. N'ai-je donc pas le droit de m'exprimer sur ce site ?
a écrit le 07/11/2012 à 6:58 :
le vrai choc de compétitivité c'est d'aider les entreprises innovantes et exportatrices grace a une meilleure taxation des autres entreprises.peut etre faudrait il jouer sur la taxe foncière des entreprises:pourquoi ne pas taxer plus fortement les petits magasins de vetement au profit des équipementiers automobiles par exemple?tout le monde le reconnait,la taxe foncière des entreprises ne rapporte pas ce qu'elle devrait!
Réponse de le 07/11/2012 à 7:16 :
le vrai choc serait d'avoir les pieds sur terre.Toutes les nouvelles sociétés se déclareront "innovantes et exportatrices",on appréciera en 2017 les critères retenus par l'administation et les résultats...quel suspense
Réponse de le 07/11/2012 à 9:25 :
Le fisc les attendra à la sortie ...!!!!
Réponse de le 07/11/2012 à 9:49 :
D'autres idées fumeuses monsieur l elu ps? Si vous taxer les autres entreprises vous allez renchérir le coût de la sous traitance francaise des entreprises exportatrices. Une invitation à sous traiter à l'étranger . Autre exemple, les entreprises de service qui n'exportent pas...comme les centres d'appel. Sauf que ces secteurs même s'ils n'ont pas vocation à exporter leur services sont soumis à la concurrence internationale...
Réponse de le 07/11/2012 à 9:50 :
_ Le suivi à la trace des délais de paiement: L'Etat s'immisce dans des relations privées. L'Etat devrait se contenter de donner l'exemple, que l'on n'apprenne pas que ce sont des administrations ou des entreprises publiques qui tardent à payer. _ Le plan "France Universités Numériques": n'est-ce pas du ressort des universités elles-même d'en apprécier l'utilité et le coût? _ L'implication des salariés aux décisions stratégiques: c'est d'abord une confusion des genres. Ensuite, des entreprises impliquent leurs salariés, mais c'est du ressort du management de l'entreprise, privée. _ Le resserrement du lien entre grandes entreprises et PME: Là encore l'Etat s'immisce dans des relations privées. Là encore, l'Etat, actionnaire de grands groupes, a avant tout un devoir d'exemplarité. _ Le développement du système de VIE: Les voyages à l'étranger forment la jeunesse, apprennent à se confronter à d'autres mentalités. Sauf quand on reste dans le cocon d'une entreprise française. _ La rénovation du fonctionnement de la justice commerciale: pourquoi pas. Mais quand je lis "ambitieux", entre les lignes je devine "usine à gaz". J'aurais préférée "pragmatique" ou "rationalisation". _ Le renforcement de l'attractivité de la France pour les tournages de film: Si cette mesure permet à la France d'être réellement compétitive, pourquoi ne la limiter qu'au film? _ La simplification des démarches administratives: on en redemande. Mais cela demande de réformer le fonctionnement des administrations, le veulent-elles? _ Des achats publics plus attentifs aux jeunes entreprises innovantes: c'est un dispositif de passe-droit. Qui déterminera ce caractère innovant, selon quels critères? La vraie innovation vise à être mieux disant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :