Compétitivité : et si le gouvernement se trompait d'objectif ?

Selon les calculs de l'institut Rexecode, les secteurs non délocalisables et peu concurrentiels seraient les principaux bénéficiaires du crédit d'impôt pour l'emploi et la compétitivité (CICE).
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Les ordinateurs tournent. En attendant de connaître avec exactitude les modalités du CICE, le COE-Rexecode fait ses propres simulations pour tenter de déterminer l?impact du Crédit d?impôt pour l?emploi et la compétitivité (CICE), la mesure-phare du Pacte de compétitivité.

Une baisse théorique du coût du travail de 6%

« Le Premier ministre a indiqué que le CICE représentera l?équivalent d?une baisse d?environ 6 % du coût du travail. En l?absence de précisions sur le barème, nous supposons qu?un crédit d?impôt de 6 % de la masse salariale brute serait accordé pour les salaires compris entre 1 et 2 SMIC, puis qu'il diminuerait progressivement de 1 point par dixième de multiple du SMIC à partir de 2 SMIC pour devenir nul à 2,5 SMIC », explique l?Institut préalablement.

Dans l?hypothèse où le montant total de CICE accordé aux entreprises serait de 20 milliards d?euros, c?est-à-dire au bout de trois années de montée en puissance de la mesure, les branches qui bénéficieraient des montants de crédit d?impôt les plus élevés seraient l?industrie (20 % du montant total) et le commerce (19 % du montant total).

A terme, l?industrie bénéficierait d?un allègement des charges sociales de 1,6 milliard d?euros au titre des emplois dont la rémunération est comprise entre 1 et 1,5 SMIC ; 1,75 milliard d?euros pour les emplois rémunérés entre 1,5 et 2 SMIC ; et, 0,71 milliard d?euros pour les emplois rémunérés entre 2 et 2,5 SMIC ; soit un montant total de près de 4,1 milliards d?euros. Viennent ensuite les services aux entreprises, les services aux particuliers et la construction.

Les services aux particuliers, les grands gagnants.

En revanche, c?est dans les services aux particuliers que l?impact sur le coût du travail est le plus élevé. Selon COE-Rexecode, la baisse serait de 4%. Elle s?élèverait à 3,3% dans la construction et le commerce. Dans l?industrie, elle ne serait que de 2,4%. Au regard de ces calculs, force est de constater que le CICE bénéficie surtout aux secteurs peu délocalisables, et relativement bien protégés de la concurrence internationale.

Dans ce contexte, avec le CICE, c?est bel et l?emploi qui serait la priorité du gouvernement, la compétitivité étant reléguée au second plan. C?est bien le drame de la rigueur. Entre sauver le présent ou préparer l?avenir, le gouvernement a dû malheureusement faire un choix.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 28/11/2012 à 14:01
Signaler
Ce crédit d'impôt va se superposer aux exonérations fiscales des salaires entre un smic et 1,6 smic qui représentent 22 milliards chaque année. On aide les toujours les mêmes personnes et les mêmes emplois. Ceci a conduit a pour effet un nivelement v...

à écrit le 28/11/2012 à 12:03
Signaler
cette usine à gaz de résout rien.... et il est à craindre qu'elle ne génère aucun emploi..... le mic mac fiscal et social est entrain d'atteindre l'incompréhension totale...... pour de sombres raisons de politique.... pendant ce temps la, nos cons...

à écrit le 26/11/2012 à 21:41
Signaler
A cette allure la France sera bientot une vaste maison de retraite ne produisant plus rien. Sinon des fonctionnaires et encore des fonctionnaires. On comprend qu'Allemands et Anglais commencent a s'inquieter.

le 26/11/2012 à 22:11
Signaler
Et aussi des domestiques pour les fonctionnaires. Ils sont sympa les fonctionnaires, ce sont de bons patrons très exigents et reconnaissants pour les services rendus.

le 26/11/2012 à 22:52
Signaler
Dans 10 ans, la France sera une maison de retraite : les plus de 50 ans auront la majorité absolue en nombre de votes exprimables. Avec cette capacité, le plus de 50 ans vont-ils favoriser l'avenir du pays ou leur propre présent ? Regardons les FAIT...

le 28/11/2012 à 12:32
Signaler
Avec 7 mois de trésorerie pour les caisses de retraites et leurs faillites programmée en 2017, elle sera belle la maison de retraite France! A moins que notre joli pays devienne un club de vacances pour Qatari, asiatiques et brésiliens....si notre c...

à écrit le 26/11/2012 à 20:10
Signaler
ou plutot dela nouvelle usine a gaz!!! moi TPE j'ai trop a faire que de me plonger dans les ecrits de nos élus,de l'administration et autre. J'ai besoin que l'on me simplifie la relation avec l'administration, le droit du travail et les charges etc...

le 26/11/2012 à 20:30
Signaler
Mais enfin, une simple idée française est forcément compliquée, sinon, c'est une mauvaise idée...

le 26/11/2012 à 20:39
Signaler
merci de ne pas utiliser les accents sur Iphone : ça devient illisible !!

à écrit le 26/11/2012 à 19:32
Signaler
On me dit parfois : "mais comment pouvez-vous donc, vous le 0,01% d'ultra riches continuer à concentrer autant les richesses sans que l'immense majorité, les 99,99%, s'en émeuvent ?" La question est amusante pour nous les ultra riches et je la repose...

le 27/11/2012 à 7:54
Signaler
@Arnault: Allons, Bernard! On se calme! Tu ne vas pas nous faire une crise de Belgique? Tu sais bien que nous t'envions pour la maestria que tu montres dans la gestion de LVMH, et que nous sommes fiers de te voir dans le groupe des dix plus fortunés ...

à écrit le 26/11/2012 à 18:48
Signaler
Nous les ultra riches, nous échappons toujours aux crises, aux guerres ainsi qu'aux révolutions ! Mieux : nous les provoquons par notre conduite. Déjà en 1789, nous avons su tirer partie de la colère populaire pour chasser les aristocrates et prendr...

le 26/11/2012 à 23:00
Signaler
Ce que vous décrivez est très facilement contournable (et me semblerait correctement en terme de mérite) : faire disparaître le droit du sang (au sens TRES large) et favoriser le droit de l'effort et du travail ;-) Néanmoins, ce que sous entend ma re...

à écrit le 26/11/2012 à 18:40
Signaler
2 remarques : tout d'abord, quid de l'hotellerie et restauration ... les hôtels et les restaurants ne sont pas délocalisables .. mais les clients : SI !! alors eux, on les considère comment ? et les services associés aux tourisme , (boutiques de souv...

à écrit le 26/11/2012 à 18:18
Signaler
Le CICE favorise les industries de main d'oeuvre peu qualifiée. Il n'y a aucun espoir de concurrencer les pays émergents dans ce domaine. Ce qu'il convient de favoriser, c'est l'emploi de la main d'oeuvre qualifiée dont une grosse partie est actuelle...

le 26/11/2012 à 18:39
Signaler
Oui, mais pour cela, il faudrait revenir sur le fameux "modèle social francais" que le monde nous envie, avec ses 5 millions de chomeurs et ses 10 millions de pauvres.

à écrit le 26/11/2012 à 18:11
Signaler
pendant 10 ans les bonapartistes au gouvernement se sont trompés et ont coulé la france avec leur démagogie

à écrit le 26/11/2012 à 18:05
Signaler
cela fait 6 mois que le gouvernement se trompe et coule la france avec leurs impots

à écrit le 26/11/2012 à 17:58
Signaler
qui veut faire encore des crédit d'impots avec ces incompétents , il faut les couler ces socialos , tous des mauvais

le 26/11/2012 à 19:10
Signaler
Copé va nous sauver : la cocos aura la charge des statistiques économiques ..... Dans un an elle ne décomptera plus aucun chômeur et 10 % de croissance du PIB. MErci COPE, merci la COCOE

à écrit le 26/11/2012 à 17:43
Signaler
Mais quelles que soient les réformes, les intérêts ne baisseront pas. Les réformes ne conduiront qu'à une hausse des taux d'intérêt. C'est inévitable car les marchés n'ont rien à gagner à une baisse de la dette. Mais que se passera t-il quand le trav...

à écrit le 26/11/2012 à 17:21
Signaler
<<Entre sauver le présent ou préparer l?avenir, le gouvernement a dû malheureusement faire un choix>> C'est le présent qui est choisi juste pour se faire réélire.

à écrit le 26/11/2012 à 16:57
Signaler
Les secteurs non délocalisables n'existent pas. Tout, absolument tout est délocalisable. Il suffit pour cela de pousser les individus à pratiquer l'exil intérieur à haute dose en augmentant les impôts au-delà du supportable. En revanche, les secteurs...

le 26/11/2012 à 19:06
Signaler
LA concurrence en matière d'éducation ferait hurler tous les français : les salaires des enseignants du privé sous contrat (95 % des établissements privés du primaire au secondaire) sont payés par l'ETAT ! et les rémunérations sont les mêmes que dans...

le 26/11/2012 à 21:53
Signaler
@ exil : vous dites que "les secteurs non delocalisables n'existent pas " ; comment faites vous pour les aides à domicile, les nounous...les coiffeurs...vous faites avec des chinois par internet pour votre coupe de cheveux ? Vous prenez l'avion à c...

à écrit le 26/11/2012 à 16:46
Signaler
n'importe quoi. Vous pensez bien que nos bons ministres(sapin, moscovici, montebourg, cahuzac) ont bien réfléchi à la question et n'ont pu se tromper d'objectif

le 26/11/2012 à 19:08
Signaler
Il suffit de demander à la cocoe ..... le décompte sera réalisé par de vrais professionnels (ou plus rapide : demandons aux guignols de l'info ils seront tout aussi efficace) !

à écrit le 26/11/2012 à 16:20
Signaler
Dans cette analyse, il serait pertinent de considérer ensemble l'industrie et les services à l'industrie car, même non-délocalisables (?), ces derniers dépendent bien de leur donneur d'ordres !

à écrit le 26/11/2012 à 16:16
Signaler
Il faut impérativement se méfier des analyses et supputations de Rexecode qui est un organisme de noyautages des politiques et des médias appartenant au Medef. Toute mesure qui déplaît au Medef est démolie par Rexecode. Alors prudence!

le 26/11/2012 à 16:49
Signaler
vous pensez que le medef est contre l'amelioration de la competitivité?

à écrit le 26/11/2012 à 15:39
Signaler
Dans la mesure où nombre d'entreprises industrielles ont externalisé de nombreux services dont les salariés sont désormais décomptés, justement, dans les services, la cible n'est peut-être pas tant ratée : sans leurs donneurs d'ordres, ces services -...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.