Un administrateur provisoire à Sciences Po pour succéder à Richard Descoings

Le gouvernement veut assurer la continuité de la direction de l'IEP. Il doit rapidement mettre en oeuvre les recommandations de la Cour des comptes.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Jean Gaeremynck a été nommé administrateur de Sciences Po Paris à titre provisoire. Cette nomination a été annoncée par Geneviève Fioraso, ministre de l?Enseignement supérieur. Le gouvernement se laisse ainsi encore du temps avant de trouver un successeur à Richard Descoings.

L?énarque (promotion Voltaire, la même que François Hollande) est conseiller d?Etat. Il a été directeur de cabinet de Pierre Méhaignerie au ministère de la Justice entre 1993 et 1995 et a occupé divers postes de direction au ministère des affaires sociales.

Dans un communiqué, la ministre déclare avoir confier à Gaeremynck «une lettre de mission». Il doit «assurer la continuité de direction à la tête de l?IEP», «engager la mise en ?uvre des recommandations de la Cour des comptes» et «améliorer la gouvernance». Geneviève Fioraso a plaidé pour que cette mission soit «la plus provisoire possible».

La succession de Richard Descoings mort le 3 avril dernier s?était compliquée la semaine dernière lorsque la Cour des comptes a décidé de saisir la CDBF (Cour de discipline budgétaire et financière) pour poursuivre les membres de l?ancienne direction. En tant que directeur des études et de la scolarité sous l?ère Descoings, Hervé Crès a ainsi été écarté par le gouvernement alors qu?il s?apprêtait à prendre la tête de l?institut.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 29/11/2012 à 17:32
Signaler
Science Po c'est le GEPEOU...

à écrit le 29/11/2012 à 14:36
Signaler
C'est de l'embrigadement nord coréen, les bureaucrates liquident tout le monde et ramassent le magot.

à écrit le 29/11/2012 à 14:33
Signaler
C'est la dictature fonctionnaire: moi président, vous êtes tous pauvres. Il sont entrain de fabriquer un monde bien pire: l'asservissement du citoyen à l'idéologie socialiste mortifère dont on voit les ravages en Europe du Sud par le laxisme des fina...

à écrit le 29/11/2012 à 14:31
Signaler
C'est les rois du parasitisme. A quoi ça sert science po? A semer le chaos et la désolation en faisant fortune sur le dos des autres? On se paye des carrières à vie à administrer la misère à la société. Société de progrès on est morts de rire. En quo...

à écrit le 29/11/2012 à 11:47
Signaler
L'école prise les doigts plongés goulument dans le pot de confiture decoings des deniers publics !!

à écrit le 29/11/2012 à 6:53
Signaler
@Privatisation urgente : privatiser Sciences Po, pourquoi pas. Une autre possibilité serait de simplement l?intégrer à une université parisienne ce qui éviterait de nouvelles dérives probables dans quelques années.

à écrit le 28/11/2012 à 23:29
Signaler
Il faut privatiser SciencesPo pour cesser de lui verser les centaines de millions goulûment aspirés chaque année dans nos porte-monnaie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.