Prof : le métier qui fait rêver huit Français sur dix !

 |   |  397  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 AFP)
Selon un sondage CSA commandé par le ministère de l'Education, 78% des Français estiment que le métier d'enseignant est un métier d'avenir. Ce résultat fait écho avec celui d'une autre enquête dévoilée en 2011 qui révélait qu'un jeune sur trois souhaitait devenir fonctionnaire.

Selon un sondage CSA commandé par le ministère de l'Education, dévoilé lundi avant le lancement d'une campagne de recrutement de 43.000 professeurs, 78% des Français estiment que le métier d?enseignant est un métier d?avenir.

Pour 81% des personnes interrogées déclarent avoir une image positive du métier et 76% seraient fiers que leur enfant devienne enseignant. Enfin, pour 87% des Français, les profs aimeraient leur métier, s'investissent dans leur travail (82%) ou encore méritent une plus grande reconnaissance sociale (77%).

La crise et son cortège de misères

Comment expliquer cet engouement pour le professorat? Si on met de côté les vocations naturelles, on peut imaginer que la crise et ses lots de déceptions, de désolations et de frustrations amènent assez naturellement les jeunes diplômés à choisir cette voie, quitte à l?idéaliser. Publiée en septembre, une étude sur le climat scolaire dans le primaire, menée par le professeur Eric Debarbieux auprès des personnels témoignait d?un malaise sociétal profond, évoquant la délicate «relation aux parents d'élèves, le sentiment de ne pas être respectés, reconnus et pris au sérieux comme professionnels, le dénigrement par les médias».

Un emploi stable : une performance

Les résultats de ce sondage ne sont pas surprenants. En période de crise économique, dénicher un emploi stable tient de la performance. Il est donc logique que les parents souhaitent voir leurs enfants bénéficier de la protection qu?assure le statut de fonctionnaire. Il est tout aussi logique que les jeunes diplômés aient le même souci de se protéger.

La vie rêvee des fonctionnaires

En mai 2011, le résultat d?un sondage par l'institut Harris Interactive avait fait grand bruit. Il indiquait que près d?un jeune sur trois souhaitait être fonctionnaire. «C'est probablement une des conséquences des difficultés rencontrées par les jeunes générations sur le marché du travail français: 30% des 18-24 ans souhaitent principalement être fonctionnaires, un chiffre supérieur de quatre points par rapport à la moyenne nationale. Là encore, la tendance à idéaliser le statut de fonctionnaire est forte. Rigueur et révision générale des politiques publiques oblige, la fonction publique n?est pas le havre de paix que l?on imagine?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2013 à 23:03 :
mais comment se fait-il alors que le nombre de candidats aux concours de l'EN ne cesse de dégringoler?
a écrit le 24/01/2013 à 18:50 :
c'est très bien continuez à cracher votre venin sur les enseignants,si l'école va mal c'est parce que la société va mal elle aussi, avant de voir tous les avantages du métier,il faudrait peut être aussi prendre en considération que les jeunes élèves n'ont plus aucun respect,plus le goût de l'effort,que l'école est devenue la garderie gratuite pour un certain nombre, que des parents dépassés par leurs progénitures attendent de l'institution qu'elle fasse quelque chose d'eux,que les parents eux aussi méprisent profondément la profession,comme je peux le voir d'après vos commentaires,en tout cas si c'est si facile,venez la porte de l'école est ouverte.N'oubliez pas que ce sont les adultes de demain que cette école doit former,vous ne viendrez pas vous plaindre si ces mêmes personnes sont incompétentes lorsque vous aurez à travailler avec eux,je vous renverrai bien volontiers à tout ce venin que vous venez de cracher.
a écrit le 08/01/2013 à 23:21 :
Si le métier d'enseignant est si merveilleux pourquoi ne l'exercez-vous pas ?
a écrit le 12/12/2012 à 12:29 :
Les profs sont le métier avec la plus grande espérance de vie( et dire qu'ils osent se plaindre de la pénibilité), ajoutez-y qu'en plus ils coutent très chers en retraite alors qu'ils n'ont bossé que la moitié du temps d'autres profs dans d'autres pays d'Europe. C'est bien simple, si l'état coule c'est parce qu'ils sont un électorat qui pèse énormément sur l'état, et qu'à chaque élection, le pouvoir monte leurs salaires et donc leurs retraites et donc aussi ceux de tous les autres fonctionnaires à cause des syndicats, et donc à chaque fois que les français font d'énormes efforts de réduction du déficit la masse salariale de l'état bizarrement grossit encore, c'est un puits sans fond.
En fait c'est simple, la classe moyenne en France, qui possède 2 logements, en général, ce sont un couple de profs ou de fonctionnaires dont l'un est prof.
Ne pas oublier qu'un prof est avant tout un salarié avec la garantie de l'emploi à vie, un salaire de cadre mais qui bosse moins qu'un ouvrier.
L'intérêt public, voir civilisationnel, de faire apprendre aux jeunes le meilleur pour qu'ils soient plus forts et adaptés que leurs parents et améliorent ainsi le pays et la société, c'est oublié, les gens veulent devenir profs presque uniquement pour l'argent, et on en voit le résultat, l'éducation nationale devient chaque année plus médiocre, elle n'arrive pas à faire de bonds qualitatif car tout son argent part en salaires horaires indécents, résultat les élèves n'ont jamais assez de profs, pourtant ils en ont en théorie plus que leurs ainés et sont pourtant moins bons.
Réponse de le 12/12/2012 à 22:32 :
Plus personne ne veut faire ce métier, donc quand y aura plus de profs dans votre ville, ne venez pas pleurer, il sera trop tard. Continuez à cracher par jalousie.
a écrit le 10/12/2012 à 22:46 :
Normal, travail garanti à vie, vacances la moitié de l'année et pas d'obligation de résultat.
Réponse de le 10/12/2012 à 22:53 :
Quoi normal ? Que l'on n'arrive pas à recruter de profs parce que les conditions du métier sont trop mauvaises ? Il n'y a plus assez de candidats, réveillez vous avant de dire n'importe quoi !!!
Réponse de le 11/12/2012 à 0:19 :
trop payés les profs qui s'arrangent entr eux pr prendre des vacances c est honteux
Réponse de le 11/12/2012 à 0:35 :
Vous délirez mon vieux, les profs n'ont jamais eu la possibilité de choisir leurs vacances, contrairement aux gens du privé.
Réponse de le 12/12/2012 à 2:47 :
SI ... ils appellent ça "Maladie" avec pas de carence au départ !!!
Réponse de le 13/05/2015 à 16:16 :
Après tous ces commentaires, il faut vraiment manquer de bon sens pour ne pas choisir le métier d'enseignant puisqu'il consiste à être payé à ne rien faire ou presque et à être toujours en vacances!
Je ne comprends pas les gens! Qu'attendent ils pour passer le CAPES, diplôme ouvert à tout le monde.
Je veux bien qu'on en discute une fois qu'ils seront enseignants, et qu 'ils sauront de quoi ils parlent! (soirées et week-end corrections de copie et préparations de séquences, réunions , stress ,conflits. )
Le problème est que tout le monde à l'impression de connaître ce métier sous prétexte qu'on est tous allés à l'école!
Venez nombreux, l'éducation nationale recrute ! (cf pub tv)
a écrit le 10/12/2012 à 22:14 :
Ah! bon, je croyais qu'il y avait un désinteressement concernant cette profession! qui croire ? que de fadaises...
a écrit le 10/12/2012 à 22:02 :
Tous ceux qui se plaignent des trop gros avantages des profs doivent se poser les questions suivantes : Pourquoi y a t'il de moins en moins de candidats pour ce métier ? Pourquoi n'arrive t'on pas à recruter des profs ? Pourquoi le nombre de candidats au CAPES de maths a t'il été divisé par 5 depuis 1999 ? Pourquoi les jeunes ne veulent plus faire ce métier si il a soit-disant tant d'avantages ?
Réponse de le 10/12/2012 à 22:49 :
pas assez payé et des eleves de plus en plus ingerables
Réponse de le 11/12/2012 à 0:08 :
Travailler avec des gens qui se plaignent a longueur de journee doit etre chiant.
Réponse de le 11/12/2012 à 0:34 :
Les élèves se plaignent tout le temps, trop de travail, pas assez de bonnes notes... Sans oublier les parents, de moins en moins respectueux... C'est chiant en effet.
a écrit le 10/12/2012 à 21:55 :
La France possède de professionnels de haut niveau (médecins, ingénieurs, etc) et n'a rien à envier aux autres pays. Voyagez un peu et travaillez un peu à l'étranger et vous vous en rendrez compte.Pour autant que je sache, ce sont tous des produits de l'éducation française donc le produit du corps d'enseignants français.
a écrit le 10/12/2012 à 21:49 :
WE WANT YOU ! Camarade engagez vous, le dépaysement sera garanti pour les provinciaux qui vont atterrir en banlieue, pour la sécurité de l'emploi pensez à prendre une bonne assurance! Maintenant si des parents veulent que leur progéniture soit fonctionnaire autant l'être dans la fonction publique territoriale, près de papa et maman.
a écrit le 10/12/2012 à 21:07 :
Cela ne m'étonne pas, car on a une mentalité de feignants et les profs sont les champions de travailler peu, gagner pas mal et prendre la retraite jeune. Pauvre France...
Réponse de le 10/12/2012 à 22:54 :
C'est parce que les étudiants sont feignants qu'ils ne veulent plus passer ce concours pour faire ce métier trop exigeant et préfèrent glander tranquilles dans un bureau dans le privé ?
a écrit le 10/12/2012 à 20:42 :
Comme je viens de l'expliquer cet article est en contradiction totale avec les chiffres officiels, il doit donc être supprimé. La Tribune n'a pas la vocation à publier des informations fausses.
a écrit le 10/12/2012 à 20:32 :
Je demande officiellement aux auteurs de cet article de le corriger; il est COMPLETEMENT FAUX. Il y avait 7332 candidats au CAPES de maths en 1999, il y en avait 1464 l'an dernier, soit un nombre de candidats DIVISE PAR 5. Voir http://capes-math.org/data/uploads/rapport_2012.pdf
Et aucun de mes étudiants ne souhaite devenir enseignant. L'an dernier 15% de postes proposés au CAPES n'ont pas été pourvus. Tous ces chiffres officiels contredisent complètement votre article, basé sur une interprétation déficiente d'un simple sondage.
Réponse de le 10/12/2012 à 21:13 :
Voir dans ce rapport la page 9. Cette année le nombre de candidats est de 1300 pour 1200 postes; sachant que pas mal de candidats sont des doublants de faible niveau, il y a un très gros problème, il y a plus de places que de nouveaux candidats, d'où un gros déficit, l'éducation nationale n'arrive plus à recruter, le métier ne fait absolument pas réver, malgré tous les "avantages" cités par les nombreux messages ci dessous, qui ne compensent aucunement les inconvénients dans la tête des étudiants actuels.
a écrit le 10/12/2012 à 19:00 :
aprés tous ces commentaires , la seule réalité , c'est 43000 fonctionnaires en plus , qu'il va falloir payer .
Réponse de le 10/12/2012 à 19:26 :
Oui tout a fait, et le résultat ce sera zéro point...la sournoiserie c'est trop évident!!!!
Réponse de le 10/12/2012 à 19:45 :
Saviez-vous que les fonctionnaires paient aussi des impôts ? Donc l'effort des impôts est partagé.
Réponse de le 10/12/2012 à 20:06 :
un fonctionnaire qui paie des impots ne fait que restituer une petite partie de ce que les impots des autres lui ont donné !!
Réponse de le 10/12/2012 à 20:56 :
C'est faux, il ne restitue rien, car un fonctionnaire participe à l'effort collectif , comme tout le monde !!
Réponse de le 10/12/2012 à 23:47 :
"un fonctionnaire qui paie des impots ne fait que restituer une petite partie de ce que les impots des autres lui ont donné "
On a qu'à tout privatiser alors et supprimer le service public d'état. Comme ça, l'instituteur de votre enfant, ex-fonctionnaire se conformera à la loi du marché et vous enverra la facture.
Réponse de le 15/07/2013 à 22:12 :
Mais si fonctionnaire c'est si bien, allez-y postulez! Ou vous n'avez pas le niveau?

Et supprimer le service public... lol. Sans service public quand on vous agressera dans la rue, vous appelerez la police qui vous facturera le déplacement dès son arrivée, et si vous n'avez pas d'argent, bah, ciao ciao!

Parfois je me demande si ce sont pas des trolls qui postent ce genre de commentaires...
a écrit le 10/12/2012 à 18:19 :
C'est vrai qu'on peut se demander quel pourcentage de personnes entrant dans le corps enseignant le fait par vocation. Le problème c'est qu'avec des diplômes de fac qui ne valent pas tripette sur le marché de l'emploi en France comme à l'international, il ne reste que les concours de la fonction publique. Ceux qui tentent le CAPES font aussi souvent les concours des douanes, impôts, police...
Réponse de le 10/12/2012 à 19:46 :
C'est faux, un patron préfère embaucher quelqu'un avec des diplômes que sans.
Réponse de le 10/12/2012 à 20:26 :
on voit que t'es pas patron :-) un patron préfère embaucher quelqu'un de qualifié plutôt qu'un diplôme qui ne vaut de toute manière pas grand chose de nos jours :-)
Réponse de le 10/12/2012 à 20:57 :
Un patron préfère quelqu'un qui a des diplômes, plutôt qu'un cancre qui ne sait pas écrire ni lire correctement.
Réponse de le 10/12/2012 à 23:14 :
@celui qui me répond : ce qu'il nous faut (je parle en connaissance et j'ai aussi les avis de mes collègues employeurs), ce sont des gens capables d'effectuer le travail au lieu de se dandinner parce qu'ils ont soit-disant un diplôme. Un "cancre" peut aussi se révéler génial si c'est sa partie. L'histoire nous dit même que beaucoup ont réussi sans diplôme.
Réponse de le 12/12/2012 à 2:50 :
Un master en histoire de l'art a rarement fait le bonheur d'un patron !! et je pense que nombreux sont les cursus farfelus dont les diplômes n'ont AUCUN intérêt pour le monde du travail !!!
a écrit le 10/12/2012 à 17:01 :
Et bien là c'est grave, on est mal barré pour l'éducation de nos enfants, voyez vous prof c'est comme militaire, gendarme, curé avant d'être un métier c'est une vocation, si on n'a pas la fibre on ne fait pas ce métier.....
Comment voulez vous que ça marche quand la majorité des nouveaux enseignant considère les avantages bien avant le travail en lui même !!!!
M'étonne pas que la taux d?absentéisme et de dépression soit aussi important
a écrit le 10/12/2012 à 16:43 :
fonctionnaire + 4 mois de vacances = la bonne planque !
Réponse de le 10/12/2012 à 16:57 :
oui mais avant passez les concours, ils sont ouverts à tous ceux qui ont les titres pour se porter candidat.
Réponse de le 10/12/2012 à 18:35 :
@rêveur: on connait déjà la valeur des diplômes actuels, et si on décide d'embaucher en quantité plutôt qu'en qualité, "tout le monde va avoir le bac" (lire mon commentaire plus bas).
a écrit le 10/12/2012 à 16:37 :
Tout cela semble un peut normal en fait. Imaginez un métier qui vous offre la sécurité de l'emploi à vie et un maximum de congés. Certes, vous ne serez pas forcément payés des milles et des cents, mais vous assurez un minimum d'heures de cours, et vous avez les vacances scolaires. De toute manière, en période de crise, au mieux le privé vous nivellera au même salaire, au pire il vous laissera sur le bord de la route sans aucun remors. Après, a t-on parlé à ces gens là des conditions de travail stressantes et des heures de travail "non visible" si on veut bien faire son travail (après, il est vrai qu'ils ne sont pas obligés).
a écrit le 10/12/2012 à 16:27 :
Je crois plutôt que c'est le statut de fonctionnaire qui les intéresse :-) 1) le métier de prof n'est pas aussi évident qu'il y semble et 2) la plupart des "intéressés" sont probablement totalement incompétents. Cela me rappelle Jospin avec son "tout le monde doit avoir le bac", on voit aujourd'hui les résultats: ils ont tous ou presque le bac, mais quel bac :-) il ne leur manque que le balai et la serpillère poour compléter leur éducation :-)
Réponse de le 10/12/2012 à 16:50 :
... et j'ajouterai que le boulot de prof doit rassurer les jeunes dans la mesure où c'est l'un des seuls métiers qu'ils connaissent de manière approfondie ! Le boulot de prof est un travail formidable, faut-il encore le faire pour de bonnes raisons !
a écrit le 10/12/2012 à 16:03 :
Ce n'est pas des enseignants qui manquent dans l'éducation nationale mais la culture du résultat !
A mettre en urgence les méthodes de management du secteur privé pour les fonctionnaires.
La Suède a très bien réussi sa réforme de l'enseignement, un exemple que devrait s'inspirait le ministre de l'éducation.
Réponse de le 10/12/2012 à 21:08 :
C'est sûr que le management du privé est un super exemple : voir par exemple Lehman Brothers, Northern Rock, AIG, Dexia ... De super exemples à suivre et à imiter !!!
a écrit le 10/12/2012 à 16:00 :
apres le stade "etudes pour tous", désormais c'est "tous prof"
a écrit le 10/12/2012 à 15:53 :
Sécurité de l'emploi; 32 heures de travail par semaine; 3 mois de congés payés; Absentéisme non limité; retraite spécifique, cours à des élèves au noir; pas d'objectifs et d'évaluation et d'obligation de résultat...
Pas étonnant que les étudiants veulent devenir fonctionnaire et peu importe que l'éducation nationale avec un nombre d'élèves en échec traîne dans le fond des classements internationaux...
Réponse de le 10/12/2012 à 16:14 :
caricature, méconnaissance du sujet, affirmations gratuites et sans preuves, jalousie, frustration personnelle. Le post de Raslebol est une vraie sujet d'étude de cas psychanalytique.
Réponse de le 10/12/2012 à 16:54 :
Raslebol est effectivement caricatural et excessif, mais il n'est pas totalement dénué de fondements. Plus généralement, l'écart de salaires et de conditions de travail entre les fonctionnaires et les salariés du privé a tendance à se creuser de plus en plus. Si bien que le salaire moyen de la fonction publique est aujourd'hui plus élevé que celui du privé avec les conditions de sécurité de l'emploi et de vacances que l'on connaît. Après, il est clair que Rasebol oublie de parler de la gestion calamiteuse de l'administration de l'Education Nationale qui pourrit au quotidien le travail de prof...
Réponse de le 10/12/2012 à 16:58 :
pourquoi prenez-vous la peine de répondre à ce genre de propos?
Réponse de le 11/12/2012 à 0:22 :
RALEBOL
a écrit le 10/12/2012 à 15:31 :
La vie rêvée consiste à se faire insulter, menacer, mépriser, accuser de racisme, de "manque de respect", de miséreux...par des gamins incultes, vulgaires, qui ne rèvent que de fric, de "célébrité" quand ça n'est pas d'établissement de la charia en France. Journalistes, faites votre boulot: cherchez à savoir combien il y a de professeurs démissionnaires ou en dépression chaque année?
Réponse de le 10/12/2012 à 16:15 :
Les "gamins incultes vulgaires, qui ne rêvent que de fric, de célébrité ..." ne donnent aux profs que ce que ceux-ci sèment. Si les profs français étaient assez motivés, assez bien formés et assez intelligents que pour intéresser, voire passionner gamins et gamines, ils ne devraient pas faire face à de tels problèmes. Et si l'éducation nationale ne favorisait pas outrancièrement (sous la peu glorieuse présidence sarkozienne, notamment), les ghettos riches au détriment des écoles vraiment dans le besoin, la situation serait également différente.
Le problème des gosses incultes (qui doit les cultiver, sinon les profs surtout ??) etc etc sont la conséquence directe d'un enseignement français de m... Sinon comment expliquer que dans les pays qui se dotent de véritables moyens d'enseignement et comptent sur des profs compétents et sérieux, ce problème n'existe pas, ou d'une manière tellement marginale et anecdotique ??
Chaque prof récolte ce qu'il sème : si le prof est un planqué mercantile, s'il est fainéant, incompétent, ... il aura les élèves qu'il mérite. Mais eux méritent certainement mieuxque ce type (ou cette femme) qui, en fin de compte, ne mérite pas son salaire et sa planque. !
Réponse de le 10/12/2012 à 16:58 :
La France se donne déjà les moyens financiers d'avoir un bon système éducatif. Le souci, c'est que l'administration se montre incapable de gérer les budgets et les effectifs convenablement. D'ailleurs, est-il vraiment possible de gérer tant de profs et d'élèves en une seule et unique administration quand on a un pays de 65 millions d'habitants? Je pense que non. C'est peut être pour cela que bien d'autres pays ont régionalisé l'éducation, ce qui n'implique pas forcément d'avoir des contenus 100% différents.
Réponse de le 10/12/2012 à 20:47 :
Je pense que vous faites par exemple une allusion aux länders allemands qui ont tous des contenus assez différents et des résultats qui diffèrent. Mais sachez que 15 des 16 länders ont centralisé l'abitur (équivalent bac), avant ceci il différait d'une école à une autre. Les länders sont en concurrence entre-eux et versent des salaires très élevés aux profs (2 à 3 fois les salaires français, il me semble.)
a écrit le 10/12/2012 à 15:12 :
Sondage pipo payé par le ministère au moment des inscriptions aux concours. Engagez vous qu'ils disaient ! Vie de m.... pendant minimum 15 ans en région parisienne dans un studio ou un T2 en couple. Les mutations au pays, pour les faux Pax avant tout. Bien réfléchir avant de signer !
Réponse de le 10/12/2012 à 15:20 :
+ 10! Je me permets de rajouter que lorsque la personne change d'académie, la plupart du temps, elle se prend 10 ans de remplacement à faire des kilomètres sur plusieurs établissements.... (TZR dans le langage éducation nationale)
J'invite tous les volontaires à lire des forums comme TZR en colère. Sinon, j'en ai des exemples autour de moi....
CONCLUSION: Bien réfléchir avant de signer
Réponse de le 10/12/2012 à 20:10 :
La demission est quelque chose de très facile à faire !!! n'hésitez pas : le monde merveilleux hors les établissements scolaires vous ouvre les bras !!!
a écrit le 10/12/2012 à 15:11 :
Le vrai changement sera l' abolition du statut . irrécupérables !
a écrit le 10/12/2012 à 15:04 :
Je voulais être prof car je trouve cela "noble": transmettre du savoir, est l'une des meilleures choses que l'on puisse faire. Mais malheureusement le métier ne payait et ne paye toujours pas assez bien, et surtout on fait rien pour le mettre en valeur. Débuter avec moins de 2 000 ? net/mois (plutôt vers les 1 800) avec une tête bien faite, un niveau de culture générale assez élevé, et surtout devoir instruire des gens pas forcément motivés, à ce prix, je trouve pas cela juste !
Réponse de le 10/12/2012 à 15:38 :
Selon vous, la "noblesse" a un prix. Qui ne vous semble pas assez élevé, apparemment. Belle noblesse, que voilà, en réalité !
Mais soyons franc : vous avez fort bien fait de ne pas devenir prof. L'éducation ne peut que vous en remercier. Elle s'est épargnée un fameux fardeau ! Placer le mercantile avant la "noblesse", pour reprendre votre terme, cela revient à applaudir aux personnes qui deviennent profs parce c'est le métier qui offre le plus de congés. Bassement mercantiles (il y a plein de gens qui ont des salaires ne dépassant pas 2000 euros/mois) ou fainéants, l'éducation (qu'elle soit française ou pas, peu importe) n'a vraiment pas besoin de telles sangsues : le métier en compte aujourd'hui suffisamment comme cela, sans qu'il soit nécessaire de réapprovisionner les stocks.
Place à la qualité ! Une qualité qui commence ... avec la formation dont doivent bénéficier les profs. Quant à la tête bien faite, cela reste à prouver, vu le niveau moyen des profs français actuels. Pleine peut-être, mais certainement pas de savoir l'enseignement serait aujourd'hui de meilleure qualité, dans ce cas !
Réponse de le 10/12/2012 à 17:02 :
"Débuter avec moins de 2 000 ? net/mois (plutôt vers les 1 800) avec une tête bien faite, un niveau de culture générale assez élevé, et surtout devoir instruire des gens pas forcément motivés, à ce prix, je trouve pas cela juste !" Pas besoin d'en rajouter pour comprendre que bon nombre de profs sont totalement déconnectés de la réalité économique de ce pays ! Parce que des BAC + 5 qui gagnent moins de 2 000 ? par mois, il y en a à la pelle dans le privé et ils n'ont ni la sécurité de l'emploi ni des vacances toutes les 5 semaines ! Votre message est à gerber et il me confirme bien dans l'idée que la nouvelle noblesse française, ce sont bien les fonctionnaires !
Réponse de le 10/12/2012 à 17:05 :
@Mercantile avant d'être noble, sans doute ?
Vous savez, dans la vie vous avez les hypocrites et les autres. Nous sommes dans un monde où l'égoïsme atteint ses limites, et dans un tel monde et oui il faut bien se couvrir ( si on le fait pas pour soi, on le fait pour ses enfants). Si j'étais prof et que je crevais de faim ou que j'arrivais pas à m'acheter une maison ou à rembourser mon prêt, c'est pas vous qui allez m'aider. Donc c'est bien cool d'être donneur de leçon de morales même si ça a été toujours comme ça, mais j'ai tout même le droit de faire le choix qui me parait le plus optimal . Mais bon les gens préfèrent les beaux parleurs et les superficiels. Et c'est pas par hasard qu'on vit dans un monde d'interprétation et non pas un monde réaliste. Pour revenir au métier de prof, oui c'est noble, mais les choses nobles y en beaucoup, avant on pouvait se permettre de faire des choses nobles sans contrepartie financière car les gens étaient moins égoïstes et surtout s'aidaient mutuellement. Aujourd'hui c'est moins le cas, regardez dans la vie de tous les jours et vous verrez de quoi je parle. Oui dans l'enseignement, il y a des têtes bien faites ( pas toutes et ça se comprend). Le vrai problème, c'est pas que des hommes souhaitent être bien payés pour faire un métier noble, un métier qui demande un gros investissement intellectuel et physique; le vrai problème c'est le fait de devoir le faire pour à la fin peiner à vivre de ses ressources relativement à d'autres personnes. Malheureusement, l'enseignement a perdu de très bons éléments suite à ce problème. Je pense que le monde est quasiment mercantile, et le métier de prof doit suivre cette tendance mercantile même s'il est noble. Je milite donc pour la revalorisation des salaires afin de pouvoir sélectionner les meilleurs éléments et surtout donner plus de crédibiliser au prof. L'argent gouverne le monde !
Réponse de le 10/12/2012 à 17:20 :
Je tiens à préciser une chose : Je parle de professeur d'université ( uniquement les études supérieures). Maintenant, dites-moi comment voulez-vous que la France ( sa R&D et son industrie) soit au top avec des formateurs payés comme des employés saisonniers ? Conséquences: fuite des cerveaux vers d'autres domaines
Réponse de le 10/12/2012 à 20:13 :
Prof d'université, c'est celui qui fait 3h de présence hebdomadaire dans sa fac ???
Réponse de le 11/12/2012 à 0:32 :
Non cinq minutes.
a écrit le 10/12/2012 à 14:51 :
Dans tous les pays - et cela malgré les cures dites "d'austérité" qui ne visent qu'à appauvrir les populations qui deviennent ainsi plus contrôlables et à transformer chaque travailleur en esclave corvéable et jetable à merci - l'éducation devrait être "La" priorité. Miser sur l'éducation, c'est miser sur un meilleur avenir, tant pour les enfants d'aujourd'hui que pour la société en règle générale. En outre, tous les pays qui accordent une importance réelle et des moyens conséquents à l'éducation voient la délinquance des jeunes (y compris ceux des milieux défavorisés) dégringoler en flèche.
Dans les dernières années, l'état français, sous la coupe de Sarkozy et de ses nervis,, a tout fait pour augmenter sciemment l'insécurité en france et l'abrutissement de tous les français, y compris et surtout les jeunes. Toutes les mesures prises parsarko et son gouvernement composé de condamnés en justice multirécidivistes pour beaucoup, ont volontairement et sciemment mené à l'inverse du but - officiellement - recherché à grands coups de discours populistes. Résultat : l'éducation nationale est aujourd'hui un fisaco; les soins de santé en france sont déplorables, la situation socio-économique est une vraie catastrophe (forcément, quand on creuse délibérément le déficit d'autant de milliards d'euros !), l'insécurité a été croissante au cours des dernières années, etc etc. En deux mots : sarko, fiasco !
Offrir un enseignement de qualité aux jeunes, c'est plutôt couper les racines de l'insécurité au quotidien (comme le prouvent les excellents résultats obtenus par les pays qui misent à fond sur l'éducation intelligente des jeunes), assurer la formation des "cerveaux" de demain, occuper et intéresser les jeunes, ...
Encore faut-il que cet enseignement soit de qualité, ce qui est loin, très loin d'être le cas actuellement, et ce à tous les niveaux d'enseignement. Pour cela, la formation des profs est essentielle : comment former correctement des élèves et étudiants avec des profs incompétents qui savent à peine écrire sans (trop) de fautes ?
Et quand on parle d'enseignement : si celui-ci doit être obligatoire, il ne doit surtout pas en être de même pour l'école qui est loin d'être incontournable. Il existe aujourd'hui, et pour certtaines méthodes depuis de fort longues années, d'excellents canaux d'enseignement qui n'incluent nullement l'école qui est loin d'être une "fatalité" ou un passage obligé.
mais tout le problème réside dans un seul mot : qualité. ualité de formation des profs. Qualité de l'enseignement qu'il soit effectué à l'école ou pas. Mais depuis de longues années, qualité et france ne font plus du tout bon ménage.Et tout le problème vient de là !,
Réponse de le 10/12/2012 à 17:07 :
Vous avez raison, les Services publics sont un fiasco sur toute la ligne, mais ça n'est pas par manque de moyens, mais parce que les services publics sont mal gérés. Rappelons que la France consacre chaque année près de 56% de son PIB à la dépense publique. C'est juste énorme pour les résultats obtenus.
a écrit le 10/12/2012 à 14:40 :
Donc selon vôtre article 8 élèves sur 10 rêvent de devenir des profs : mais est qu'ils savent combien de temps d'études qu'il faut pour obtenir le diplôme et quand il sont devant une classe d'un lycée de seconde zone je ne pense pas qu'ils savent quelle sont les avantages et les inconvénients à se trouver devant des lyons dans une arêne et qu'il doive apprendre à les dompter, surtout la génération de jeune de maintenant, moi je ne crois sincèrement pas, à moins que l'éducation nationale fasse une nouvelle approche du métier de professeur, combien de prof font des tentatives de suicide car il ne supporte plus les enfants et leur emploi et des dépressions à répétition, pour certaine classe au lieu d'un prof c'est un ancien militaire qu'il faut pour dompter ces fauves.
Réponse de le 10/12/2012 à 15:03 :
Eh oui, ils sont en effet à côté des réalités, tous ces gens ... Bien évidemment, je parle de vous et des profs qui râlent, dans mon message. Personnellement, je prendrais un tel résultat de manière très positive, mais ce n'est évidemment pas le genre de la maison, c'est sûr. Mieux vaut se plaindre et faire grève pour avoir des trucs en plus en plus ...
a écrit le 10/12/2012 à 14:39 :
Un beau metier ? Peut-etre mais avec quelques bemols . D'abord il y a prof et Prof .. Un institutueur ne fait pas le meme metier qu'un prof de college ou de lycee . Et je ne parle meme pas d'un Prof d'universite .. Les parents sont de plus en plus exigeants et ne tolerent pas la moindre erreur ( d'autant plus qu'ils sont tres laxistes envers leurs enfants) . Les parents envahissent de plus en plus les ecoles et remettent en cause autorite et competence des instit . En college , c'est different mais pire . Les jeunes sont tres instables et souvent difficiles . Imaginez devoir parler d'histoire a trente eleves dont une majorite n'accroche pas ! Il est de plus en plus difficile de les interesser car ils sont aussi deconnectes des modes d'apprentissage qu'ils sont connectes a leurs telephones , c'est dire .. En lycee c'est encore different . Des eleves plus murs mais qui se cherchent . On enseigne aujourd'hui comme il y a 100 ans ( meme si les moyens sont differents ) . Les rythmes scolaires ne sont pas adaptes aux enfants et les contenus sont tres discutables . La carriere des Profs est encore largement dependante des inspections , veritables farces ... Pour autant c'est un beau metier avec son lot de satisfactions et .... ses avantages ! Mais la premiere question a se poser quand on envisage une carriere d'enseignants devrait etre : "Est ce que j'ai la vocation ?" Il faut l'avoir aujourd'hui , avoir meme la passion d'enseigner .
a écrit le 10/12/2012 à 14:36 :
tu m étonnes,securité de l emploi et 4 mois de vacances cumulées
a écrit le 10/12/2012 à 14:32 :
terreau du vote PS ... article sur comande ??
Réponse de le 10/12/2012 à 15:00 :
il faut a jouter .......relais d OPIGNONS
a écrit le 10/12/2012 à 13:59 :
A chaque fois que j'en discute avec n'importe qui, la seule réaction que j'entends c'est "faire prof, jamais de la vie, métier de fous!" Alors je crois que votre article vous a été commandé par l?éducation nationale...
Réponse de le 10/12/2012 à 15:24 :
+10! Pure propagande pour l'inscription au second concours de l'année. Car les inscriptions pour le premier sont dramatiques.... Chiffres à l'appui
a écrit le 10/12/2012 à 13:30 :
moi je suis prof depuis 20 ans et ça fait longtemps que ça ne me fait plus rêver !
plus de 50 h de boulot/ semaine avec des salaires les plus bas d'Europe, il n'y a rien d'attirant la dedans. J'ai lu récemment que 82% des enseignants déclaraient qu'ils en avaient ras le bol et aimeraient changer de métier. On est loin du plébiscite du métier d'enseignant décrit dans cet article. Regardez un peu sur le net, vous serez surpris par le nombre de sites du type "aide aux profs" qui donnent des infos sur les possibles reconversions professionnelles....
Franchement, vu les conditions de travail, je ne recommanderai pas à mes mômes de rentrer dans l'enseignement.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:47 :
Plus de 50h / semaine, vous n'êtes pas crédible!!! Ca me fait penser à FO quand ils comptent les manifestants. :-)
Réponse de le 10/12/2012 à 20:19 :
@yalla : vous parler du nombre d'heures ... pour un COUPLE d'enseignants, non ??!! "82% des enseignants aimeraient changer de métier ?? un prof de Français devrait être capable (hein, dit ??!) de leur rédiger une belle lettre-type de démission !! Mais faudra renoncer à la sécurité de l'emploi, aux vacances scolaires (et oui : dans la vraie vie, c'est 5 semaines par an, pas plus (non,non : pas par trimestre !!) , renoncer aux retraites anticipées (surtout ceux qui ont pleins d'enfants pour partir plus tôt), renoncer au calcul de la retraite sur les 6 derniers mois au lieu des 25 meilleures années, renoncer au mercredi ap-midi de libre, renoncer ... BREF : DEMISSIONNER au plus vite !!!
a écrit le 10/12/2012 à 13:10 :
Les professeurs ne sont pas des spécialistes de l'enseignement. Pour cela, il faudrait qu'ils soient formés à ce métier. Or, la seule contrainte est de réussir un concours qui ne comprend aucune question de pédagogie et de psychologie. Pas d'entretien de motivation, pas de vérification des qualités de communication des futurs professeurs.
Pour ne rien arranger, on envoie les nouveaux professeurs dans les ZEP pour bien les casser en début de carrière. C'est comme envoyer nos soldats au combat sans munitions ! Personnellement, je trouve ce système mesquin, honteux et dangereux pour nos ados scolarisés.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:24 :
Vous résumez parfaitement ce que je pense depuis toujours, les professeurs ne sont pas du tout aptes à relever le défi de l'éducation d'un point de vue pédagogique et psychologique. Pour preuve les nombreux exemples de profs qui tout simplement pètent les plomb devant leurs élèves alors qu'ils sont sensé être des modèles. C'était le cas à mon époque et aujourd'hui mes enfants me décrivent la même chose.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:42 :
ouais bon peut etre mais si les parents faisaient bien leur boulot déja en inculquant des valeurs , apprendre la politesse ,et qu eux meme respectaient les profs ca iraient mieux non ?? Je ne suis pas prof et je ne dis pas que certains sont pas des bons mais dans l ensemble vu comment sont élévés les enfants je me supprends qui y ait pas plus de grandes baffes dans la tronche ....Je penses qu il faut avoir une sacré patience ...
a écrit le 10/12/2012 à 13:10 :
Etrange. on parle plutôt en ce moment d'une crise de vocations pour diverses raisons. Pas assez de candidats. Non, le métier ne fait plus rêver !
Réponse de le 10/12/2012 à 20:39 :
Cet article est totalement faux et mensonger; l'éducation nationale n'arrive plus à recruter au point que le ministère a fait de la publicité dans les médias l'an dernier pour recruter !!! Je me demande comment les journalistes de la tribune arrivent à justifier cette contradiction !!! Leur article est totalement à coté de la réalité.
a écrit le 10/12/2012 à 13:07 :
En effet, le métier de prof fait rêver, mais gare au réveil, le rêve risque alors de devenir un cauchemar.
a écrit le 10/12/2012 à 13:00 :
Le temps de travail n'est pas si enviable.
a écrit le 10/12/2012 à 12:23 :
Cet article passe à côté de la principale motivation à se diriger vers l'enseignement : les vacances et le temps de travail, qui permettent de mieux concilier vie professionnelle et familiale.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:09 :
Pour le temps de travail, vous oubliez celui pour préparer les cours et devoirs et corriger les copies. Et les vacances sont les mêmes que ceux des élèves, alors ce n'est pas la faute aux profs, mais aux parents qui veulent des vacances pour leurs enfants.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:30 :
Pour le temps de travail, les enseignants font environ 20h de travail par semaine. Donc s'ils doivent faire 35h, il doivent corriger leur copie et préparer leur cours en 15h/semaine.
Faut arrêter, il y a de la marge surtout pour certaine matière !
Quand il y a eu une proposition pour que les enseignants fassent leur 35h à l'établissement, ils ont refusés. C'est qu'ils doivent bien y gagner.
Après les vacances, certaines personnes du privé aimeraient bien avoir la possibilité'être en vacances en même temps que leurs enfants et avoir leurs horaires!!!

Réponse de le 10/12/2012 à 19:52 :
Corrigez votre orthographe qui est nulle...Pour vous répondre, y a aucune marge,car s'ils font peu d'heures, ils sont peu payés, alors leur intérêt est de faire des heures. Vous racontez n'importe quoi. Quant aux vacances, au lieu de jalouser les autres sur leur salaire, leurs vacances, demandez à votre patron, personne d'autre n'est responsable de votre situation, sauf lui.
Réponse de le 10/12/2012 à 20:24 :
@ Julien: c'est sûr que les enseignants devraient aussi faire les carreaux en parlant aux élèves et en même temps cirer le parquet avec leurs guiboles. Quant à préparer les cours, ils pourraient faire cela en même temps que la cuisine. Ils gagneraient du temps :-) leurs vacances, on pourrait les réserrver pour se faire engueuler par des parents qui ont un niveau nettement supérieur que ce serait insultant de les laisser élever eux-mêmes leurs gamins :-)
Réponse de le 10/12/2012 à 20:24 :
Vous voulez toujours donner des leçons aux autres, ça on voit que vous ne pouvez pas vous remetre en question : mais ne croyez vous pas que d'autres aussi (ceux dans la vraie vie) prépare des dossiers, ramène du oulot à la maison ... en plus de leurs 35h effectifs !!! A titre d'exemple, pourriez-vous m'expliquer combien de copie doit corriger un prof de gym par mois ??? et qu'est-ce qui justifie qu'un prof agrégé (plus payé) fasse moins d'heures de cours qu'un certifié : il corrige plus de copie, peut-être ???!! ou il vend plus de cours de rattrapage ???!!
Réponse de le 10/12/2012 à 20:40 :
Les profs de gym ne font pas 18h/semaine mais en font plus pour compenser l'absence de copies.
Réponse de le 12/12/2012 à 2:55 :
... ils font 35h hebdo ???noonnn !!!! Et les copies des agrégés, elles sont plus lourdes ???
a écrit le 10/12/2012 à 12:12 :
Pour combien de temps, vu ce qu'à fait le gouvernement Sarko sur l'éducation nationale : décrédibilisation du corps enseignant et de son autorité, coupe nette dans les effectifs !!! Par ailleurs l?amalgame de la situation du métier d'enseignant avec votre paragraphe "la vie rêvée des fonctionnaires est très mal venu" Ce n'est pas une planque le métier d'enseignant, c'est un métier difficile très mal payé (un prof au collège = 1500? net payés sur 10 mois pour commencer - eh oui soyez surpris ! - pour commencer à Bac +5 + les concours très difficile > taux de poste 3% sur des dizaines de milliers de candidats), sans compter le stress que procure l'indiscipline des élèves, des parents qui considèrent l'école comme de la m..... car ils ont eux même mal vécu une expérience, couplé à cela en plus les heures de cours (+20h de cours avec des sureffectifs à plus de 30 élèves - allez y tentez l'expérience ne serait ce qu'un jour !) les réunion en face à face avec les parents, les assemblées de Parents, la gestion administrative, les cas d'enfants difficiles, le temps de préparation des cours (3h mini par cours)... Votre article ne met absolument pas avant qu'au delà de la vocation naturelle, il y a surtout une compréhension de la société que pour s'en sortir il faut éduquer les prochaines générations, les préparer, les former et leur donner donner les bons outils pour réussir à faire face à cette crise.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:19 :
A ce que je sache, un professeur ne peut pas être viré (à part faute tres grave). Donc c'est un emploi stable.
Ensuite, pour le salaire, nous avons fait le calcul (un membre de ma famille est prof) : prenez en compte que vous avez beaucoup plus de vacances. Ramenez ca aux taux horairse et vous verrez, vous serrez bien payé.
Apres oui, il y a certains établissements qui sont dur mais il ne faut pas généraliser.
Un exemple simple, un enseignant du primaire, c'est vraiment tranquille. Par contre, un enseignant du collège en zone ZEP, la c'est la galère.
Après si vous n'êtes pas content de votre travail, je vous invite à aller voir dans le privé.
Réponse de le 10/12/2012 à 13:31 :
Vous avez complètement raison sur leurs conditions de travail (salaire ridicule sur 10 mois vu le niveau d'étude, temps de préparation des cours, concours extrêmement difficile, ...). Ce que je reproche au système et non au prof c'est combien humainement, certains d'entre eux sont mauvais. Ils sont des exemples pour nos enfants et ne peuvent se permettre quelque soit la raison (stress, ou autres) de déverser leur ras le bol sur des enfants qui n'y sont pour rien. L'éducation nationale devrait mieux les armer pour mieux affronter psychologiquement des situations difficile et faire l'éponge au lieu de s'en prendre aux gamins.
Réponse de le 10/12/2012 à 14:27 :
@emily_thorne: s'il y en a qui" deverse leur ras le bol" il me semble que ce st plutot des exceptions. la plupart font je trouve un travail humain et pedagogique extrordinaire malgre les difficultes. pour moi les profs sont des heros des tps modernes.
Réponse de le 10/12/2012 à 14:45 :
@ pancho : pour vous les profs sont des héros des temps modernes, mais combien ont gagné leur médailles au front d'honneur et combien ont perdu leur vie et leur santé aux champs d'honneur.
Réponse de le 10/12/2012 à 15:33 :
Tous les gens qui disposent d'un micro a l'heure ou les messages precedents ont ete envoyés sont des planqués. Des planqués qui taillent d'autres planqués, c'est bien Français ça!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :