Annonçant une stagnation, l'Insee enterre la prévision de croissance du gouvernement

 |   |  738  mots
L'Insee prévoit notamment un recul de l'activité dans le bâtiment Copyright Reuters
L'Insee prévoit une stagnation de l'économie au premier semestre 2013. La prévision de Bercy (+0,8% de croissance en 2013) ne pourrait être atteinte qu'avec un second semestre de surchauffe économique, largement improbable

Beaucoup d'indicateurs négatifs, voire très négatifs, mais pas de récession en vue. L'Insee, qui publie une note de conjoncture portant sur le premier semestre 2013, fait preuve d'un -relatif- optimisme, en prévoyant une très légère hausse du PIB (+0,1%) au premier comme au deuxième trimestre 2013. Un chiffre qui permet d'éviter de parler de stagnation et encore moins de récession, alors que le gouvernement s'accroche à sa prévision de 0,8% de croissance pour l'ensemble de 2013. Est elle encore du domaine du possible ? « Il faudrait que les aléas favorables de notre scénario se concrétisent dès le début de l'année » répondent les experts de l'Insee. Autrement dit, si tout repart comme par enchantement dans 10 jours, le premier janvier, alors Bercy pourrait voir sa prévision validée. Et si ce n'est pas le cas, si le PIB stagne jusqu'à fin juin comme le prévoit l'Insee ? Alors il faudrait 1% de croissance chaque trimestre suivant, pour parvenir à +0,8% sur l'ensemble de 2013. Inimaginable. Autant dire que la prévision du gouvernement, sur laquelle est fondé le budget 2013, est bel et bien enterrée.

Pierre Moscovici ne fera pas amende honorable
Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, va-t-il faire amende honorable et revoir ses chiffres à la baisse? Non, car ce serait admettre que le budget 2013 n'est pas totalement sincère. Il faudrait alors préparer un collectif budgétaire -loi de finances rectificative- pour le revoir. Avec, à la clé, de nouvelles hausses d'impôts pour parvenir à limiter le déficit public à 3% du PIB en 2013. Impensable. Le gouvernement va donc continuer de faire comme si... comme s'il pouvait encore tabler sur une croissance frôlant les 1% l'an prochain. En attendant que la réalité des comptes s'impose, et qu'il trouve le moyen de négocier habilement avec Bruxelles et l'Allemagne un report à 2014 du déficit limité à 3%.
Comment les conjoncturistes de l'Insee sont-ils parvenus à leur prévision d'une très légère croissance, début 2013 ? Il est vrai que les indicateurs présentés n'incitent pas à l'optimisme. Le climat des affaires est dégradé, le secteur du bâtiment va entrer en récession, et la production industrielle va reculer au quatrième trimestre 2012. La production automobile est notamment en forte baisse. Elle a chuté de 15,8% en septembre (par rapport à août, données corrigées des variations saisonnières) et de 4,7% en octobre, par rapport au mois précédent. Ce phénomène va impacter l'ensemble de la production industrielle, dont l'Insee s'attend à qu'elle baisse de 1,5% au quatrième trimestre de 2012. Selon l'Institut de la statistique, cette production manufacturière cesserait de chuter et se stabiliserait au cours des deux premiers trimestres de 2013. Un pari ?

Un rebond des exportations?
A l'appui de cette prévision, les conjoncturistes de l'institut national de la statistique mettent en avant un rebond des exportations (+0,7% au premier trimestre, +0,8% au deuxième), qui serait lié à une dépréciation du taux de change de l'euro, en 2012, facteur de développement des ventes à l'étranger. Mais, ces derniers jours, l'euro ne cesse, au contraire, de regagner du terrain...
Par ailleurs, l'Insee table sur stabilité de l'investissement des entreprises, tout en admettant qu'un risque existe à cet égard : le taux d'investissement (dépenses d'équipement/valeur ajoutée) reste à un niveau élevé, supérieur à celui du début de l'année 2000, alors que la croissance atteignait des sommets. Un décrochage peut-il se produire ? Les enquêtes auprès des chefs d'entreprise ne le laissent pas penser. Mais cette anomalie pourrait se corriger rapidement, et l'investissement chuter brutalement.

Risque d'une récession
Bref, le risque existe à l'évidence que le PIB ne stagne pas début 2013, mais soit, orienté à la baisse. Autrement dit, que l'économie française plonge dans la récession. Elle y a déjà un pied en cette fin d'année, puisque, selon l'Insee, l'activité devrait reculer (-0,2%) au quatrième trimestre 2012. Il suffirait d'un trimestre supplémentaire de baisse du PIB pour caractériser une situation de récession.
Dans ces conditions, l'emploi dans les secteurs marchands (hors administration) reculerait encore plus franchement que prévu. L'Insee prévoit 47.000 suppressions d'emplois au dernier trimestre 2012, puis 38.000 et 37.000 aux premier et deuxième trimestre. Et un taux de chômage de 10,5% en France métropolitaine, non loin du record de début 1997 (10,8%). Si la France entre en récession, ce record sera largement dépassé...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2012 à 8:19 :
Transition ou
http://www.marianne.net/La-fin-du-merkozysme-et-de-l-hegemonie-allemande_a217117.html
a écrit le 22/12/2012 à 11:30 :
Quoiqu'il en soit, le gouvernement, pas plus que les entreprises ou les particuliers ne savent comment sera l'avenir, même proche, tant sont nombreux les paramètres en jeu, et vu que le moindre éternuement de papillon à l'autre bout de la planète peut tout bouleverser...
Réponse de le 22/12/2012 à 13:50 :
Sans faire de misérabilisme la situation Française pour 2013 va être catastrophique, ce qui va impacter durablement l'économie pour plusieurs années.
Nous sommes dans une tendance durable et penser que nous allons profiter de la croissance des autres pour décoller est une grande illusion !
a écrit le 22/12/2012 à 0:44 :
Le prochain objectif en 2013 pour Moscovici, c'est 0% de croissance avec une possibilité de 0,8%.
Et le résultat officiel donné en Janvier ou Février 2014 sera de moins 1% si on a de la chance.
a écrit le 21/12/2012 à 23:43 :
En général, quand on démontre au gouvernement qu'il n'obtient que des chiffres défavorables, le gouvernement demande à changer de thermomètre et modifier ainsi les chiffres !!!
a écrit le 21/12/2012 à 23:42 :
Si on continue comme ça, on devra peut-être finir par avoir un gouvernement technique, qui va enfin regarder l'économie telle qu'elle est, et enfin faire ce qu'il faut pour donner envie de créer des entreprises, investir et créer de l'emploi ! Pour cela, il faut ôter le prisme de la politique au gouvernement ... et c'est pas gégné : demain peut-être ???
a écrit le 21/12/2012 à 15:11 :
Pour le moment, dans le match "USA Keynes" et "Europe de l'austérité", c'est 2-0 points pour les Yankee (réduction du chômage, croissance en hausse). Peut être que l'Amérique paiera cher ce redressement économique, mais elle prend avec l'Asie l'avantage en terme de développement (économique, technologique....). La production, l'investissement et les budgets recherche&développement baissent sous l'effet de la crise. Amis Européens, vous risquez d'être définitivement largués d'ici quelques années si la crise continue chez vous.
Réponse de le 21/12/2012 à 16:30 :
Le modèle USA-keynes, c'est: chaque année, j'augmente ma production de richesse de 2% et j'augmente ma dette de 8%.

N'importe quelle entreprise qui agirait comme ça ferait rapidement faillite.
Réponse de le 21/12/2012 à 16:51 :
Il n'y aurait pas comme un truc qui vous mettrait la puce à l'oreille ? Vous n'avez pas comme l'impression que le système ne marche plus du tout ? Keynes ou pas Keynes, Austérité ou Relance, Tombereaux de liquidités ou apurement de dettes : La Grèce et le Portugal meurent le Japon est out, les USA ont une monnaie zombie, l'Allemagne a une rémission avant de s'effondrer, l'environnement se détériore encore plus que prévu, les Chinois s'arment à vitesse grand V, le peak oil est atteint depuis quelques années déjà, le miracle de l'EPR n'a pas eu lieu, les types de GS qui ont contribué à nous mettre dedans, sont aux commandes dans plusieurs pays, mode pompier pyromane psychopathe... Non ? Tout va très bien madame la marquise ?
a écrit le 21/12/2012 à 14:52 :
Cette prévision ne vient pas du gouvernement mais bien de l INSEE qui lui a toute ma symphatie.et que de dire que tout sera réglé c"est de la fumisterie et que si cela continue un nouveau 1789 serait à envisager.
a écrit le 21/12/2012 à 14:18 :
pour le blabla, l'agitation, le bluff, le déni de réalité, l'idéologie on est bien loti! pour le travail constructif et la recherche de vraies solutions on va de mal en pis! comment croire un seul instant dans une reprise de la croissance quand plus personne ne croit plus à rien parce que l'on nous raconte à longueur de temps mensonges et contre vérités!
a écrit le 21/12/2012 à 13:14 :
fumisterie ! exemple ,le taux d'inflation ! ou encore, le P.I.B. autre exemple vous tondez votre pelouse, votre voisin tond sa pelouse, = pas de P.I.B. , maintenant votre voisin tond votre pelouse et vous tondez la sienne = du P.I.B. formidable !!! beaucoup de citoyens ne savent pas comment sont construits les indices ! et l'administration se gave de chiffres orientés par les politiques !
Réponse de le 21/12/2012 à 14:10 :
Les voisns peuvent tondre ce qu'ils veulent, ils ne font pas rentrer de devises et ne créent pas de richesse... Ce qu'il faut impérativement et urgemment reconstruire, c'est une induetrie de productions à très hautes valeurs ajoutées et qui exporte plus des 3/4 des ses productions pour faire rentrer des devises et rétablir la balance commerciale à l'exportation ...
Réponse de le 21/12/2012 à 14:36 :
Vous-meme ne les comprennez pas! Je pense que vous confondez PIB et croissance dans votre exemple! Et encore, ca ne veux quand meme pas dire grand chose...
Réponse de le 21/12/2012 à 16:08 :
ma voisine tond sa pelouse et fait rentrer de la devise ! Elle propose des services à forte valeur ajoutée, parle plusieurs langues et ne rechigne pas à la tâche. Voilà la France qu'on veut, une France de gagneuses !
Réponse de le 22/12/2012 à 12:16 :
@Volt R: Votre exemple et les commentaires ne sont pas très rassurant. Pour que le PIB augmente, il faut 1. que le travail soit facturé; (sinon c'est du black) 2. Qu'il soit rentable. Le temps d'administration de la facturation en plus, l'organisation du temps (tu as les clé du portail, je peux venir à telle heure?) ajoutent des tâches à la tonte. L'idiotie de votre exemple commence déjà sur la base de l'échange: un gazon sera très, très probablement plus long à tondre (ou avec plus d'effort) que l'autre. Il y aura nécessairement un perdant. VoltR, je ne pense que vous soyez entrepreneur. Car votre business ne marchera pas. Le PIB n'augmentera pas, car les ressources ne seront pas efficacement allouées. Votre exemple est un déni de la réalité économique.
a écrit le 21/12/2012 à 13:09 :
l'insee va etre déchu de ces pouvoirs ou simplement destituer , ils ne sont pas en corrélation avec pierrot , mais si mais si , 0,8% en 2013 c'est possible , le déficit de 3% aussi , c'est possible , eh oui vive le socialisme
a écrit le 21/12/2012 à 11:41 :
pour nos dirigeants :
Il faut le croire pour le voir - Ouvrez votre esprit aux miracles et créez une nouvelle réalité
Dr Wayne W. Dyer (Auteur)
a écrit le 21/12/2012 à 11:13 :
Un président et un gouvernement de manipulateurs, de menteurs, d' arrogants, d' incompétents, personne même les socialistes ne croient plus en eux.
Réponse de le 21/12/2012 à 12:48 :
J'ai toujours été stupéfait de voir qu'il y a encore assez de candides pour aller voter.
Réponse de le 21/12/2012 à 13:11 :
@ romi , c'est en 2017 qu'il faudra aller voter , pour moi ce sera FN.
Réponse de le 21/12/2012 à 13:41 :
J'ai toujours été stupéfait de voir qu'il y a encore assez de gens qui pensent que voter ne sert à rien.
Réponse de le 21/12/2012 à 20:30 :
Par chance la COCOE va remettre les choses dans l'ordre : vivement l'arrivée de ces vrais pros
Réponse de le 22/12/2012 à 12:21 :
Réponse à François : Socialistes ou droite socialiste, c' est pareil et avant les socialistes, cela a été une droite socialiste avec Chirac et Sarkozy, quoique en disent la gauche.
a écrit le 21/12/2012 à 10:56 :
Pour retrouver de la croissance, la priorité c'est l'investissement dans les entreprises nouvelles industrielles, innovantes avec un fort potentiel à l'exportation... c'est la seule bouée de sauvetage pour sortir de l'embourbement issue de 10 ans de désidustrialisation massive entre 2002 et 2012. SI Ayrault Hollande continuent à parler la langue sarkologue et à nous gouverner en fumistes comme des Fillonistes, le désastre économique de la France ne fera que s'acroître ...
Réponse de le 21/12/2012 à 12:14 :
Le corrolaire avec la précédente gouvernance me parait fumeux et abscon par contre il est vrai qu'il faut dans ce pays mener une politique de l'offre, donc de l'investissement et de l'exportation car c'est le seul moyen de relancer notre économie à moyen terme.
Réponse de le 21/12/2012 à 14:03 :
Le corrolaire entre les gouvernances UMP 2002-2012 et PS 2012 est évident de par le fait que le PS absout et maintient toutes les structures parapubliques peuplées de comédiens en représentations permanentes dans les banquets, pour blablater sur leurs fumeux rapports d'autosatisfactaions alors mêmes qu'elles ont toutes à leur passif l'échec patent des friches industrielles, l'échec du déclin de l'innovation, l'échec de la montée du chômage, ... bref toutes ces agences parapubliques inutiles et ces centres de vaux riens créés par la sarkologie la raffarinerie et la fillonnerie auraient du être dissoutes dès les premiers mois de gouvernances Hollande Ayrault
a écrit le 21/12/2012 à 10:05 :
Je ricane comme un bossu sur l'état de la France.
Je m'en réjouis car j'ai un compte à régler : vous vous rendez compte, on ose augmenter mes impôts !
En fait, je suis un gros beauf aigri qui ne se rend pas compte de la mouise dans laquelle je vais me retrouver moi-même dans peu de temps...
Réponse de le 21/12/2012 à 13:32 :
Ne vous inquiétez pas, chacun utilise son intelligence et ses moyens. Moi j'ai un potager, 20 arbres fruitiers et des moutons, mais j'ai aussi mon NIE pour investir en Espagne, je pourrais investir en Slovenie ou partir couler des jours heureux en Thailande... Je réfléchis beaucoup à ces possibilités et c'est très excitant d'avoir ces libertés.
a écrit le 21/12/2012 à 9:52 :
Je crois qu'il y a erreur dans l'article:
les 1% de croissance nécessaire pour le T3 et T4 pour obtenir une croissance de 0.8% sont pour moi des taux annualisés (contrairement à la croissance prévue pour le T1 et T2)

Réponse de le 21/12/2012 à 10:43 :
Il n'y a pas d'erreur. l'Insee ne raisonne jamais en taux annualisés. C'est une question de moyenne annuelle. Pour obtenir 0,8% sur l'ensemble de l'année, et si les deux premiers trimestres sont quasi nuls, il faut 1% de croissance ensuite à chaque trimestre. Faites le calcul
Réponse de le 21/12/2012 à 13:20 :
Le chiffre de 1% n'apparait pas dans la note de l'insee
Je fais le calcul:

Si j'appelle x le taux de croissance au T3 et T4 pour obtenir 0.8% de croissance à l'année,
on a l'équation:
(1+0,1/100)^2 * (1+x/100)^2 = 1 +0,8/100
On trouve x = 0,298
Ce qui me fait un taux de 0,3% de croissance au T3 et T4 pour obtenir 0.8% de croissance à l'année.
Soit un taux annualisé de (x/100+1)^4 - 1 soit 1,2%
y-a-t-il une erreur?
a écrit le 21/12/2012 à 9:24 :
C'est vraiment le degré zéro de la prévision que cette note de conjoncture. L'Insee nous annonce pour le lendemain la météo de la veille. Comme d'habitude, l'institut ne nous annoncera la reprise qu'avec trois mois de retard. Ceci dit, si vous regardez page 15 du document de l'Insee ce qu'ils appellent le graphique des risques associés à leur prévisions vous verrez que la prévision de +0,1 annoncé pour le premier trimestre en en fait une fourchette comprise entre -0,4 et +0,6. Si l'on peut donc faire +0,6 sur le seul premier trimestre, faire +0,8 sur l'ensemble de l'année 2013 est donc loin d'être hors de portée.
Réponse de le 21/12/2012 à 11:00 :
Ce qui me rassure avec ce que vous dites, c'est que si les prévisions de l'INSEE se confirment, le gouvernement ne pourra plus mettre ça sur le dos de Sarko : il devra bien finir par admettre que sa politique économique est nulle et destructrice d'emplois et de croissance !!!
Réponse de le 21/12/2012 à 12:01 :
@ Lyon69: la situation actuelle est malheureusement bien "mérité" et ceci depuis longtemps, la situation est devenu déjà intenable au début des années 2000. Pendant que la "productivité" était aux apothéoses...des 35 h. Les vagues de fond d'une économie circulent pendant des décennies. Le déni continue, c'est tout.
a écrit le 21/12/2012 à 9:19 :
Le gouvernement s'en tient au mieux à la méthode Coue , au pire à la providence à entendre les déclarations de F Hollande ce matin. Foin d'amateurisme il faut cette fois stopper les dépenses et surtout faire des économies , des vraies.
a écrit le 21/12/2012 à 9:08 :
Bref pour maintenir le déficit à 3%, on va casser le moteur (déjà anémique) de la consommation par de lourds impôts (surtout sans toucher aux dépenses publiques !) on continue de rigidifier le monde du travail et?on va augmenter le chômage, la pauvreté, le mécontentement, l'exil des jeunes et des gros patrimoines et?on ne résorbera pas le déficit puisque les rentrées fiscales ne seront pas là ! En clair, on va faire de l'austérité pour?plus de chômage !!! Il faut virer d'URGENCE ces incompétents qui nous gouvernent !!!
Réponse de le 21/12/2012 à 9:56 :
@ prévisionneur: Le chômage et la pauvreté vont augmenté, vous voyez clair. L'image du moteur est intéressante, car effectivement il tourne à un régime bien trop élevé pour sa conception et sa structure mécanique. La croissance de la consommation de l'état n'est pas un vrai moteur, c'est un subsitut artificielle un moteur d'appoint, mais un moteur à explosion, énergivores. Le carburant, c'est la dette, la dette est encore peu chère. Le moteur de l'économie réelle n'est pas anémique, il tourne sous un régime très, très lourd, il est trop énergievore par rapport à d'autre, son rendement n'est pas le meilleur, il baisse même et fortement depuis 2007!. Il est vrai qu'une économie fragile, comme celle de la France subira très fortement une réduction de l'endettement. Comme nous l'avons vu dans d'autres économies à croissance fictive, le contrecoup sera de plus en plus brutal, si l'on attendait. Ne repoussons plus l'heure de la vérité, sinon les conséquenses très lourdes seront finalement désatreuses. Attendons maintenant que l'INSEE enterre son estimation de croissance au 3eme trimestre 2012 (+0.2 %) et l'actualise à la baisse. La France est en récession depuis 4 ans; l'état a amorti la situation à crédit, mais comme Jospin le disait, il ne peut pas tout faire, pire il peut aussi étouffer tout dynamisme de l'économie réelle. La "vrai" dynamique va devoir se mettre en marche et il y a urgence.
Réponse de le 21/12/2012 à 10:53 :
"Il faut virer d'URGENCE ces incompétents qui nous gouvernent"
Ils sont à Bruxelles ceux qui nous gouvernent. Les notres ne sont que des guignols qui ont autant de latitude qu'un poisson rouge dans un bocal. Un seule solution : sortir de l'UE et de l'euro. Allez sur le site de l'upr (u-p-r.fr), vous y trouverez des analyses très fines et factuelles sur la situation.


Réponse de le 21/12/2012 à 11:29 :
L'argent n'a pas de frontière, et les riches gouvernent, et c'est pas des pauvres qui vont changer cela.
a écrit le 21/12/2012 à 9:02 :
depuis 6 mois tous les économistes savaient que le chiffre de O,8 % était irréaliste. Il est clair que moscovici était : ou naïf, ou menteur, pour ma part je pense pour la première proposition . Naïf comme beaucoup de socialiste mais surtout incompétent en matière économique
Réponse de le 21/12/2012 à 9:28 :
Mosco comme bien des dirigeants socialistes sont ni naïfs, ni d'incompétents notoires. Il ne faut surtout pas se méprendre, leur parcours académique en atteste. Par contre, ce sont des professionnels de la politique, ce qui signifie que l'intérêt du pays, ils s'en tapent ... la seule stratégie, la seule question qui compte pour eux c'est: comment garder la place? Mosco a choisi le PS pour exister politiquement, il se doit d'être PS, donc de caresser dans le sens du poil son électorat potentiel: un point c'est tout. Il a pas le choix et tout son discours sera toujours marqué par ce positionnement originel .... Alors plutôt MENTEUR MACHIAVELIQUE que naïf..... Mais comme tous les politiques d'ailleurs
Réponse de le 21/12/2012 à 14:24 :
ça c ben vrai ça...........
Réponse de le 21/12/2012 à 18:29 :
Menteur machiavélique? Soit on l'a dans le sang, soit on l'apprend sur les bancs de l'ENA
a écrit le 21/12/2012 à 8:20 :
comme dirait artus ' ils reviseront leurs previsions en fevrier'
a écrit le 21/12/2012 à 8:02 :
Depuis environs 17 ans l'Allemagne a un excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne. Excédent réalisé principalement en Zone Euro et grâce à l'endettement des pays importateurs de biens allemands (y compris l'armement pour la Grèce). Malheureusement les bénéfices ainsi réalisés par les grosses entreprises allemandes ont très souvent été réinvestis en dehors de la Zone Euro et surtout dans les anciens pays du bloc soviétique et non pas dans les pays ou ils avaient été réalisés, avec pour conséquence le chômage des jeunes dans les pays déficitaires dont la France. L'Allemagne déplace ainsi le centre de gravité économique et politique de l'Europe vers l'Est, ce qui la met au centre de celle-ci. Une nouvelle forme de néocolonialisme menace les petits pays périphériques de l'Union Monétaire.
La France est en partie responsable de ce développement, les accords imposés par l'axe franco-allemand aux autres membres de l'UE avantagent surtout l'Allemagne, la France n'ayant pas su en profiter!
Réponse de le 21/12/2012 à 8:22 :
heureusement que les ex pays de l'est ont ete clochardises par 50 annees de gestion ' gauche plurielle', sinon ils n'auraient pas pu le faire.... au moins la france sait a quoi elle va ressembler dans 20 ans ( c'est tjs un plaisir pour moi de traverser ces cites d'immeubles staliniens en mauvais etat, ca me donne votre futur! ;-)))) )
Réponse de le 21/12/2012 à 9:33 :
Aux US il y a certaines villes (Detroit par exemple) où certaines banlieues non rien à envier aux pays de l'est et pourtant c'est un régime libéral.
Réponse de le 21/12/2012 à 10:56 :
Depuis quand les US sont un regime liberal? Vous me faites tous rire a utiliser ce mot sans savoir ce qu'il veut dire...
a écrit le 21/12/2012 à 7:57 :
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.)
S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro.
Des pays aussi peu industrialisés que le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux).
Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Des pays comme la Chine, l'Inde et autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social.
Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays ainsi désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies.
Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés dans les pays périphériques (Portugal, Espagne, Grèce 50% de chômage des jeunes).
Il faut tenir compte de la réalité, l'Allemagne étant le pays économiquement le plus fort de la Zone Euro a pu profiter de l'endettement des autres pays pour développer son industrie aux dépens des autres économies de la Zone Euro.
L'exemple allemand restera espérons le une exception, il nous faut maintenant trouver un remède au mal et aux préjudices causés aux autres économies de l'Union Monétaire Européenne par des traités imposés par l'axe franco-allemand et qui se révèlent être avantageux surtout pour l'économie allemande, parce-que la plus forte!
Réponse de le 21/12/2012 à 9:04 :
C'est intéressant ce que vous dites, mais ça veut dire qu'il faut abandonner l'Europe et l'euro, tout simplement !
Réponse de le 21/12/2012 à 9:23 :
Ben il faudra repasser pour comprendre le problème et ses causes. En gros, selon vous, le problème est dû à des facteurs immuables qui font que des pays seront tjrs ne croissance et d'autres non. Selon vous, un petit pays ne peut pas être industrialisé ? et singapour, ? taiwan ? un pays sans ressources naturelles ne peut se développer ? et le japon et la corée du sud ? un pays avec des ressourcesnaturelles est obligé de se développer ? et tous les pays d'afrique ? et l'urss ? le développement économique est lié à es structures juridiques et gouvernementales respectant les droits de l'homme, voilà pourquoi ce sont les pays occidentaux qui se sont développés en premier au 18ième siècle ...
Réponse de le 21/12/2012 à 9:51 :
@ intéressé,
il ne faut pas forcement abandonner l'Euro mais pour pouvoir le garder il faudra modifier et compléter les accords.
Une union monétaire entre pays aussi inégaux et différents ne peut fonctionner sans une vrai Union Fiscale. Sans Union Fiscale nous allons vers un Néocolonialisme interne. Avec des divergences croissantes dû à un partage injuste du travail entre les pays membres de l'Union Monétaire.
Accepter une monnaie communes sans protection pour les pays désavantagés par des facteurs naturels par rapport à d'autres a été une erreur qu'il faut et qui peut être réparée.
@ john galt,
La taille du pays n'est qu'un des facteurs naturels, donc pas forcement déterminant à lui seul (voir le Luxembourg qui se porte comme une fleur, mais aux dépens des autres pays, grâce à ses banques et son secret bancaires, sans oublier les institutions Européenne qui rapportent gros)
Réponse de le 21/12/2012 à 10:22 :
le luxembourg se porte bien mais aux dépens des autres : argumentaire simpliste proche dus socialisme selon lequel si ça marche mal chez nous ce n'est pas la faute au socialisme mais aux autres pays, et si les autres pays se portent mieux, c'est aux dépens de nous. Le développement économiquement ne dépend absolument pas des facteurs naturels, sinon comment expliquer que de nombreux pays africains parmi les plus riches naturellement soient sosu développés ? (algérie, nigeria, congo, zimbawe, etc etc ...)
Réponse de le 21/12/2012 à 11:03 :
et l'autriche ?? moins de 4,4% de chômeurs !!!
Réponse de le 21/12/2012 à 11:30 :
Oui mais les Autrichiens, ils savent quitter leur pays et aller chercher le travail ailleurs. Osez demander ça en France.
Réponse de le 21/12/2012 à 12:25 :
@john Galt,
la tu mélanges tout,
(Algérie, Nigeria, Congo, Zimbabwe, etc etc ...) il y a une explication à tout, mais cela n'a rien à voir avec les défauts innés de l'Union Monétaire, inventée et dictée par l'axe franco-allemand.
(La France s'en mord les doigts maintenant, mais Mitterrand, avec son faux copain Kohl, ne nous a pas fait un cadeaux avec l'Euro, nous sommes devenus des vassales de l'Allemagne))
Réponse de le 21/12/2012 à 12:38 :
On accuse les autres pays de ses propres échecs ? Si la France ne vous plait pas, personne ne vous retiendra.
Réponse de le 21/12/2012 à 13:08 :
@Poilu : je répond juste à comprendre .. qui dit que les états se développent en fonction de leurs ressources naturelles, je ne parlais absolument pas des défauts innés de l'Euro.
Je suis parfaitement d'accord avec vous sur ces points.
Réponse de le 21/12/2012 à 13:08 :
@Poilu : je répond juste à comprendre .. qui dit que les états se développent en fonction de leurs ressources naturelles, je ne parlais absolument pas des défauts innés de l'Euro.
Je suis parfaitement d'accord avec vous sur ces points.
Réponse de le 21/12/2012 à 13:31 :
@@poilu, signes donc avec ton pseudonyme, banane!
Mais la France me plait et j'y suis bien, je n'en sortirais que par la force des bajonettes ou des Tanks allemands, c'est l'Allemagne et sa tentative de 4me Reich qui ne me plait pas.
Helas, ou est le temps ou les cosaques dans Berlin leur apprenaient la modestie!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :