18,6 milliards : c'est le montant qu'atteindrait la dette de l'assurance chômage fin 2013

 |   |  459  mots
Jean-François Pilliard (Medef, UIMM) président de l'Unedic; Copyright Reuters
Selon les dernières prévisions de l'Unedic, la dette du régime d'assurance chômage, qui s'établit à 13,8 milliards d'euros en 2012, s'alourdirait de près de 5 milliards cette année. Les prestations chômage seront tout de même servies, notamment grâce à politique d'emprunt sur le marché obligataire.

Les déficits se creusent à l'assurance chômage mais d'après ses dirigeants, il n'y a pas le feu au lac pour autant grâce notamment à des taux d'emprunts sur le marché obligataire qui restent bas. Selon les dernières prévisions de l'Unedic (qui gère le régime d'assurance chômage), en 2012, le déficit devrait in fine atteindre 2,7 milliards d'euros, portant la dette totale à 13,8 milliards d'euros. Des données proches des prévisions. En revanche, avec la forte accélération du chômage, l'Unedic table pour 2012 sur une augmentation de 112.700 personnes à indemniser, soit 40.800 de plus qu'anticipé.

Le nombre des demandeurs d'emploi indemnisés en hausse de près de 90.000

Pour 2013, les gestionnaires de l'Unedic se montrent guère optimistes, en tout cas moins que le président de la République qui table sur une stabilisation de la courbe du chômage pour la fin de l'année. A l'Unedic, on estime qu'un éventuellement retournement ne se produirait pas au mieux avant 2014, eu égard à la faible croissance attendue (0,1% pour 2013, selon le consensus des économistes). Quant au tout récent accord sur l'emploi, il ne devrait commencer à produire ses effets qu''à «moyen ou long terme». Dans ce contexte, le nombre des emplois affiliés à l'assurance chômage devrait encore diminuer de 174.000 en 2013... Alors que le nombre des chômeurs indemnisés progresserait encore de 89.600 au cours de l'année.

Une dette cumulée de 18,6 millirds d'euros!

S'agissant des finances, évidemment les choses ont également tendance à se dégrader. Le déficit de l'assurance chômage atteindrait désormais 5 milliards d'euros à la fin de l'année et la dette cumulée s'élèverait à 18,6 milliards d'euros. Pour les dirigeants de l'Unedic, pour autant, «la continuité du versement des allocations sera assurée», notamment grâce au programme d'emprunt. Déjà, en 2012, l'Unedic a emprunté à moyen terme (entre 3 et 7 ans) 7 milliards d'euros sur le marché obligataire, à un taux moyen de 2%, grâce, notamment, à une garantie de l'Etat à hauteur de 5 milliards d'euros. Une opération similaire sera lancée pour 2013: 5 milliards d'euros devraient être empruntés sur le marché obligataire, avec une maturité désormais fixée à 10 ans. D'où une confiance dans la solidité du régime malgré l'afflux des demandeurs d'emploi indemnisés.
Les partenaires sociaux doivent débuter à l'automne une négociation sur le renouvellement de la convention d'assurance chômage (fixant l'indemnisation, les droits et obligations des demandeurs d'emploi indemnisés), l'actuelle convention arrivant à échéance le 31 décembre.
Par ailleurs, l'Unedic va faire tourner ses ordinateurs afin de fournir au patronat et aux syndicats un certain nombre de simulations pour connaître le coût de mesures prévues par l'accord sur l'emploi finalisé le vendredi 11 janvier. Les fameux droits rechargeables à l'assurance chômage, notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2013 à 6:32 :
Une Audi coûtant EURO 50.000,- va rapporter environs 10.000,- au fisc français y compris la TVA et Impôts sur les salaires (5.000,-) des employés de la Succursale
35.000,- vont quitter la France et aller en Allemagne chez VolksWagen (Audi fait partie du groupe VW)
De ces 35.000,- 5.000,- sont le bénéfice de VW, 30.000, destinés aux salariés et fournisseurs de toutes sortes. Y compris les frais divers.
Les salariés vont payer des impôts et diverses cotisations sociales, disons en tout 10.000,- , le reste 25.000,- sera dépensé surtout en Allemagne (une petite part en Thaïlande, les Allemands étant friands de la prostitution des enfants) et la TVA (réduite sur l'alimentation) sur les produits achetés, disons 3.000,- ira au fisc allemand (Finanzamt)
Voici donc ce qui se passe quand un Depardieu achète du made in Germany.
VW a versé 3 Milliards d'impôts sur les bénéfices en 2012 au fisc allemand,.
Le fisc allemand s'en met donc plein les poches et la Caisse chômage allemande économise aussi les allocations chômage qu'elle devrait payer si les Depardieux achetaient du Made in France.
Manque à gagner énorme pour le fisc français, dépenses supplémentaires dues au chômage qui en est la conséquence et avantage pour le constructeur allemand qui atteindra le breakeven plus rapidement et fera ainsi des bénéfice pendant que le constructeur français devra être subventionné par l'état
N'allons pas dans le détail, mais cela explique le déficit de la balance commerciale française énorme, cela explique surtout le déficit budgétaire de la France et autres pays de l'Union du à leur déficit de la balance du commerce vis-à-vis de l'Allemagne.
Il va sans dire que les pays de l'Union sont plus ou moins avantagés par des facteurs naturels, la campagne de dénigrement savamment orchestrée par les médias allemands à la solde du capital, n'étant destinée qu'à faire porter le chapeau par les victimes du système EURO et camoufler la vrai cause du problème, une Union Monétaire inachevée, sans Union Fiscale qui devrait accompagner obligatoirement un monnaie. Le même calcul pour tout ce qui est Made in Germany et acheté en France. Pas étonnant que la dette augmente ! Merci les Depardieux, les chômeurs français vous saluent bien.
a écrit le 15/01/2013 à 18:09 :
l'immigration coûte à la France 80 milliards d'euros pour des gens qui profitent de toutes les aides que peut donner la France. ( logement allocations divers sécurité sociale, complémentaire santé , délinquance; etc ) voila le problème du chômage et du coût du travail, commençons par là et après aux dépenses somptuaires de nos politiques et les caisses ne seront plus vides.
Réponse de le 15/01/2013 à 21:17 :
Non c est cinq cent milliards, vos chiffres sont faux.
a écrit le 15/01/2013 à 16:48 :
qu'est ce qu'on attende pour faire table rase, un seul régime d'employé, un seul régime de retraite et de cotisation sociale ? que de gains en perspective !!!! et on ajuste la recette par rapport à la dépense et inversement, comme dans n'importe quel domaine de gestion sérieuse.. mais non, dans le public, la dépense est indépendante du contexte économique....si leurs salaires étaient calculés sur leur compétence en gestion, ils ne gagneraient pas lourd ....
a écrit le 15/01/2013 à 16:44 :
si les indemnités chômage étaient donné sur un an, il y n'y aurait pas 500 000 demandes d'emploi non pourvues. mais surtout, tous les indicateurs économiques sont en chute libre, mais la dépense publique inutile continue son bonhomme de chemin, pas de baisse, pas de gains d'efficacité, pas de réorganisation du mille feuille politique, des services pléthoriques et redondants... on est riche, on peut dépenser, c'est le privé qui bosse pour financer le gouffre public...
a écrit le 15/01/2013 à 14:51 :
Réponse à "Ben voilà" : Quel pourcentage ? Le coût d'un patron pour un salarié est donc de 133 (et non 145), donc 100 de salaire et 33 de charges sociales. Le salarié va percevoir 72 et payer 28 de charges sociales, donc pour les caisses diverses un total de 61 pour un salarié dont le salaire est équivalent au montant de mes honoraires. En tant que libérale (travaillant seule), sur 100, je vais percevoir 57 et je vais payer 43 de charges sociales diverses (sans l'Assedic, bien sûr, puisque je ne peux pas y cotiser). Par ailleurs, n'étant pas une société, je vais également payé l'IR. Donc, si je prends des congés, je ne percevrai rien pendant ce temps, pas de sécurité avec l'Assedic si je n'ai plus de clients (définitivement ou temporairement,).... En toute impartialité, pensez-vous que l'on puisse vraiment distinguer la très grande majorité des professions libérales des autres catégories de la population en les stigmatisant comme étant des "privilégiée" ?
a écrit le 15/01/2013 à 14:34 :
En Thaïlande les indemnités chômage n'existe pas et donc tout le monde travail, les jeunes ne restent pas dans les cités à s?entre-tuer. C'est un choix de société, ils ont des pauvres certes mais en vie, nous on a des pauvres mais morts ....
Réponse de le 07/02/2013 à 12:54 :
@ fma44 pourquoi parlez vous de la Thaïlande on est en France de toute les façons on arrivera à être au même niveau que ce pays.
a écrit le 15/01/2013 à 14:20 :
Que l'on commence par rééquilibrer le régime des intermittents du spectacle, qui coûte plus d'1 milliard d'euro par an au régime général du privé.
a écrit le 15/01/2013 à 12:23 :
Pour en finir avec les professions libérales privilégiées et leurs cotisations sociales : J'ai fait le pourcentage des cotisations sociales diverses que je paie (y compris la cotisaiton allocations familliales URSSAF et la complémentaire prévoyance que je dois payer pour avoir une mutuelle) : je paie 43 % de mon revenu. En comparaison, un salarié du privé paie 28 % de son salaire et son patron 33 %.Alors, qui sont les privilégiés ? Et je n'en rajouterai pas sur la retraite que j'aurai plus tard et le fait que je travaille quasiment 7 jours sur 7 avec une semaine de vances !!!
Réponse de le 15/01/2013 à 13:12 :
Quand un salarié du privé est rémunéré 100 en brut, il touche environ 77 net. Le patron "donne" en plus environ 45. Donc, 77 touché par le salarié (il paiera ensuite l'IR...) pour un cout total de 145. A vous de ressortir le pourcentage, et comparer avec votre situation de "libéral"....Il me semble que c'est encore très favorable pour vous !
Réponse de le 15/01/2013 à 13:22 :
Les véritables privilégies sont les salariés qui relèvent des régimes spéciaux : fonctionnaires, sncf, edf, banque de France etc...Ces super-privilègiés le sont en terme de niveau de revenus (comparé au privé), en terme de niveau de retraite (au minimum 75% de leur dernière rémunération correspondant à un indice fréquemment revu à la hausse quelque temps avant l'age de prise de la retraite), en terme d'age de la retraite, et, bien sûr, en terme de quasi sécurité de l'emploi. Rien à voir avec une profession libérale, un salarié du secteur privé et concurrentiel ou le patron d'une Pmi-pme.
a écrit le 15/01/2013 à 12:12 :
Ce gouvernement va réussir à augmenter la dette de l'assurance chômage de 40% en un an ! Un véritable plongeon, et "il n'y a pas le feu au lac", d'après l'article ! Qu'est-ce qu'il faudrait pour agir ? Attendre la cessation de paiements peut-être ? Aucune mesure sérieuse n'est prise pour réduire le gouffre. Aucun gouvernement précédent n'a eu une gestion aussi laxiste que celui là. Aucun pays européen n'a de politique aussi démagogique que la France.
Réponse de le 15/01/2013 à 14:14 :
Il faut aussi avouer qu'ils partent avec un handicap certain, à peine arrivé au pouvoir, le gouvernement doit réformer tout le pays, y compris en prenant des mesures allant à l'encontre de son électorat.

Les membres du gouvernement vont finir, eux aussi, par foutre le camp à force de se faire "taper" dessus par l'opinion public; aujourd'hui la situation nécessite de prendre du recul et des réformes drastiques, quitte à se dresser contre le peuple, bafouer l'autorité les syndicats & le patronat, dissoudre l'autre partie.

Problème aujourd'hui, qui va oser prendre ce devoir à sa charge sous peine d'être comparer à Hugo Chavez, et de risquer un soulèvement populaire?
La France est bloquée, il faudra bien la débloquer un jour ou l'autre sous peine de finir plus bas que terre...
a écrit le 15/01/2013 à 11:40 :
tout est dans la légende sous la photo:jf PILLIARD(medef uimm)président de l'unédic.franchement c'est une plaisanterie après le scandale de l'uimm?
a écrit le 15/01/2013 à 10:22 :
En Grande Bretagne, vous ne touchez au maximum qu?environ 400 livres sterling par mois, quel que soit le montant de votre salaire et ce pour une durée de 6 mois maximum .... Taux de chômage GB : 7.8 % ..... à méditer.
Réponse de le 15/01/2013 à 15:50 :
Vous devriez aussi méditer le taux de pauvreté du pays ainsi que sur le nombre de pauvres et de travailleurs pauvres de ce pays, tout comme le sort qui est réserver aux chômeurs de longue durée qui sont obligé de travailler gratuitement (30 jours renouvelable) pour toucher une misérable allocation de 75 euros par semaine ce qui a provoqué une multitudes de scandales dans ce pays (sans oublier que de multiples organismes publics et des entreprises privées qui avaient recours à cette main-d'oeuvre sous le pseudo de "bénévolat" ce sont mis à licencier leurs salariés pour avoir recours à des travailleurs gratuits ce qui a et continue de provoquer des remouds dans le pays...la mesure étant même partiellement abandonnée pour enrayer l'effet d'aubaine), sans compter que la mesure est totalement contraire à la convention 105 C de l'OIT sur l'abolition du travail forcé du 25 juin 1957 ou à la Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948 et j'en passe, sans compter la destruction de l'hôpital public qui pourtant avait été sauvé du naufrage.
Vous devriez aussi regarder ce que l'on appelle le "halo du chômage" qui est comme dans tous les pays très important (le pays compte tellement de gens qui dépendent de l'allocation handicapé que certains voudrez supprimer leur allocation...comme aux USA au passage). Pour le reste, fonds de pension oblige, on peut dire que tout va bien pour les retraités anglais dont la majorité s'en sort à peine...Sinon il existe aussi une montée en flèche du travail des enfants (dénoncé dans un reportage européen sur Arte "La fabrique des pauvres" diffusé en novembre 2012).
Ce pays détient avec la toute puissante Allemagne le taux de pauvreté le plus élevé des pays riches d'Europe (17 à 18% pour 17 à 20 % outre-Rhin) tout comme une augmentation des jobs "précaires" et ne fait pas mieux que les autres.
a écrit le 15/01/2013 à 8:24 :
Il serait souhaitable de mentionner également les subventions de l'Etat aux régimes des fonctionnaires, des collectivités locales et autres régimes spéciaux. Cette dette n'est rien comparée à ces suventions comparées à une cotisation patronale normale: 30+ milliards /an pour les seuls fonctionnaires, 5 milliards/an pour la SNCF et la RATP. Avant de réformer une quatrième fois le régime général il serait souhaitable d'aligner ces régimes de retraites sur le régime général. Dommage que vous restiez silencieux sur ces inéquités flagrantes et que vous n'informiez pas vos lesteurs.
Réponse de le 15/01/2013 à 9:51 :
La France est un pays de et pour les fonctionnaires et assimilés, serviteurs de l'état tout-puissant.
Les autres personnes, ceux du privés, sont condamnés à payer et n'ont pas leurs places, car ils ne travaillent pas pour la collectivité.
C'est cela la France d'aujourd'hui, république populaire de doctrine socialiste !
Réponse de le 15/01/2013 à 10:37 :
Fredlux bonjour, vous faites de l'idéologie incompatioble avec la vérité car sous le précédent gouvernement la CNAV a du accepté à la bolchevique que des agents des entreprises parpibliques soient à al charge de cette caisse comme la RATP. La France politique est sur le fond sur la m^me ligne seul change le discours un veut nous faire croire qu'il est libéral mais maintien la même charge de dépenses de l'Etat par des pirouettes minables et l'autre qu'il est plus social mais ne peut pas faire la sourde oreilles aux exigences des prêteurs. Lorsque les farnçais comprendront que voter pour kl'un aou l'autre est à la amge la même chose alors la France aura fait un grand pas et pourra mettre cette classe deu même biord hors d'etat de faire le déclin de la France et ce n'est pas nos 2 clowns des ext^èmes Mme Le Pen et M.Mélenchon qui vont sortir la France de la pente du déclin. Cela peut paraître abherrant mais seul les contraintes extérieures imposeront à la France une politique plus technique et réaliste celle qui ne sont pas enseignées à l'ENA et l'IEP les destructrices des valeurs compétitives de notre Pays.
Réponse de le 15/01/2013 à 13:04 :
De droite comme de gauche, les politiques français n'ont toujours pas passés le cap du 21e siécle et restent bloqués dans leur idéologie socialo (la droite est pour ma part aussi socialiste).
La France est dirigée par des bureaucrates, et les Français en petits moutons bien sages votent pour eux...Gérard et les autres ont bien raison de ne plus accepté ce système tout sauf démocratique.
a écrit le 15/01/2013 à 8:00 :
et si on versait des indiemnités de chômage égales quels que soient le métier exercé précédemment ??? Dès lors que les gens ne travaillent pas , que ce soit pour le chômage ou la retraite, les revenus devraient être identiques. de plus , beaucoup de situations de chomage sont arrangées pour les cadres sup.
Réponse de le 15/01/2013 à 9:12 :
D'accord, mais dans ce cas, cotisations égales pour tous !
Encore une proposition démago pas réfléchie.
a écrit le 14/01/2013 à 23:35 :
Il faut supprimer les "prestations sociales de luxe" en particulier les chomeurs à plus de 6000 euros (ça existe) : un maximum de 2000 euros/mois serait normal d'autant qu'aucun autre pays ne verse plus de 2000 euros à certains chomeurs. Je connais un chomeur (financier) qui a touché 6000 euros de chomage par mois pendant 2 ans; calculez le total...
a écrit le 14/01/2013 à 22:51 :
Il y a pas le feu au lac parce que les taux d'emprunt sont bas ! Extraordinaire le puits sans fond de la dette...
Réponse de le 15/01/2013 à 11:20 :
d'accord avec vous. Incroyable la bêtise de nos dirigeants! De la dette, toujours plus de dette, que le pays ne saura jamais rembourser! il y a pourtant des milliards à économiser au sein même de l'état et de sa structure... Et que ce passera t'il, dans un jour pas forcément si lointain, quand nos prêteurs ouvriront leurs yeux et cesseront de nous prêter à des taux bas?... ce sera le défaut de paiement, mais c'est au pied du mur qu'on voit mieux le mur... Ce genre d'attitude montre malheureusement qu'il n'y aura aucune réaction de nos politiques tant que le défaut de paiement n'aura pas eu lieu! pauvre France!
a écrit le 14/01/2013 à 22:01 :
Le terme "grâce à une politique d'emprunt" me semble bizarre, qu'y a-t-il de "politique". On emprunte pour boucher le déficit en se disant "on verra plus tard".
a écrit le 14/01/2013 à 21:57 :
Il faudrait appliquer la "règle d'or" à l'unédic : pas de déficit sauf conjoncture exceptionnel et après 10 ans de déficit ce n'est plus exceptionnel.
a écrit le 14/01/2013 à 21:41 :
Le coût du régime des intermittents du spectacle devrait être pris en compte par le budget de la culture. Il n'y a aucune raison que les salariée du privé, et pas ceux du public, subventionnent la culture. C'est quand même 1 Md sur les 5Md de déficit de l'unedic.
Réponse de le 15/01/2013 à 16:27 :
Surtout qui profite du régime des intermittents les chaines de télévision qui donnent des salaires mirobolant aux producteurs et animateurs d'emissions
a écrit le 14/01/2013 à 21:37 :
C'est quand les décisions sont prises que l'unedic fait tourner ses ordinateur pour en donner le coût aux syndicats : n'y a-t-il pas un problème dans l'ordre des opérations.
a écrit le 14/01/2013 à 21:29 :
Ce n'est pas grave, on fera d'autres emprunts ... le changement ce n'est pas pour maintenant.
a écrit le 14/01/2013 à 21:17 :
Faites comme moi si vous êtes jeune: partez à l'étranger, ne cotisez ni au chômage ni à la retraite, et épargnez investissez sur des placements béton. L'état providence ne marchera plus que dans des cas spécifiques, et comme filet de sécurité contre la misère, qui a déjà eu le temps de progresser car l'argent est mal employé.
Réponse de le 15/01/2013 à 8:23 :
Pour aller où ? C'est partout pareil...
Réponse de le 15/01/2013 à 9:00 :
C'est quoi les placements "beton" ??
a écrit le 14/01/2013 à 21:10 :
Selon la cour des comptes il y a une dérive massive du régime des intermittents du spectacle. Le déficit serait de 9 milliards ils perçoivent 1,3 milliards d'euros pour 225 millions de cotisations encaissées; Mais ils votent massivement à gauche, ils sont des privilégiés.
Réponse de le 15/01/2013 à 11:38 :
saviez vous qu'un artisan dans un métier d'art paye 20 pour cent de charges sur résultat net alors qu'un artisan normal paye plus du double?
a écrit le 14/01/2013 à 20:38 :
Ce pays court doucement mais sûrement à la banqueroute.
a écrit le 14/01/2013 à 20:34 :
Et pourquoi ne pas plafonner les indemnités chômages au SMIC ?
a écrit le 14/01/2013 à 19:44 :
J'aime bien Saint Étienne et sa pédagogie mais il faut reconnaître qu'il n'a rien vu venir comme 99% de ses confrères avant 2008
a écrit le 14/01/2013 à 19:31 :
Je vous conseille la video de l'économiste Christian Saint-Etienne qui explique l'origine de la situation française.
http://www.xerficanal.com/emission/Christian-Saint-Etienne_France-etat-d-urgence_637.html
Réponse de le 15/01/2013 à 0:43 :
@MDU: ils jouent tous au plus malin que malin, mais personne n'est capable de prédire les évènements avant qu'ils ne se produisent. Ils nous font donc tous des campagnes de marketing pour vendre leurs bouquins :-)
Réponse de le 15/01/2013 à 7:22 :
A partir de 1973, avec la grave crise du pétrole et donc la montée du chômage, l'état francais a décidé d'embaucher plus de fonctionnaires. Pour payer les salaires du secteur public, l'état a emprunté au secteur "privé".
a écrit le 14/01/2013 à 18:59 :
contre partie le chômage ne vous concernent pas grace aux salaries du prive vos salaires vous sont a VIE
Réponse de le 14/01/2013 à 23:37 :
Est-ce votre orthographe ou votre grammaire qui est ridicule ? Les deux mon capitaine !
a écrit le 14/01/2013 à 18:52 :
Futures degradations et attaques de la dette souveraine francaise en vue ! Gare aux turbulences !
a écrit le 14/01/2013 à 17:53 :
Ok pour les cotisations, mais on met les retraites des indépendants au même niveau que celles des fonctionnaires alors...
Réponse de le 14/01/2013 à 19:45 :
je ne pense pas que vous seriez gagnant!a peine 2000 euros de retraite pour 30 ans de cotisations ça ne fait pas rever!et puis le travail des indépendants est sans doute plus facile que celui de beaucoup de fonctionnaires!30 ans a la ratp et vous etes cuit!
Réponse de le 14/01/2013 à 20:00 :
j'ai toujours pas compris pourquoi retraité RATP continue depuis un an sa sempiternelle plainte de retraité favorisé. Avec 30 annuités, il aurait à ce jour moins de 1000 euros avec la nouvelle réforme (35% de son salaire). Si c"est un plaisantin qui met ces commentaires pour se moquer des agents publics, la blague devient fatiguante. Alors qui que tu sois, change de discours, le disque est usé !
Réponse de le 14/01/2013 à 20:37 :
Bien d'accord avec vous. +1
Réponse de le 14/01/2013 à 20:45 :
À part ça, vous êtes rabiboché à l'UMP ?
Réponse de le 14/01/2013 à 21:20 :
Sacré retraité ratp, vous me faites rire à chaque commentaire que vous écrivez 30 à la ratp vous êtes cuit, que dire des employés dans les branches du commerce, du bâtiment, du personnel hospitalier, des employés de ménage, avec les chauffeurs des camions, les déménageurs, j'en passe et des meilleurs se retrouver à 80 % du smig en fin de carrière, en tous cas bravo pour vôtre commentaire, il est top comme d'habitude
Réponse de le 15/01/2013 à 0:22 :
Cher retraité RAPT,
Je ne sais si vous savez ce que veut dire être indépendant... Le boucher au coin de la rue, le boulanger, les restaurateur, l'infirmiere libérale... tous ces personnes sont des indépendants, je suis moi même travailleur indépendant, propriétaire d'un hôtel restaurant... 16 heures par jours sans compter les nuits blanches à compter, réfléchir..., 7 jours sur 7, pas de vacances depuis, hélas et déjà, 8 ans...
30 ans à la RATP, ou régie comme certain ( salariés l'appel) et vous êtes cuit... propagande syndicale je suppose, j'ai vécu avec une salariée de la régie, un CE extraordinaire, des recup à foisont, des compensations à tir la rigot... et nous nous sommes séparés puisqu'elles devait trouver quoi faire sans moi pendant tous ce temps libre... 2000 ? pour 30ans de travail... ma mére travaille encore à 64 ans ( elle acommencée à travaillée à 17 ans) ne se ménage pas et vas aprés ces nombreuses année avec toutes les heures sup qu'elle peut faire et 2 enfants à peine toucher ce que vous indiquez... Franchement,il y a des occasion de ce taire qui ne devrait pas être loupé...
Concernant le chomage ( au quel les indépendant n'ont pas le droit...) un grand nombre de pays obligent les chomeur à se lever le matin, se présenter à un lieux de travail de compensation et à faire un nombre d'eure de présence... 1 la personne garde le rhytme du travail, 2 elle peut être utile à la collectivité qui la rémunére, 3 elle mérite au regard de cette contre partie la rémunération qu'elle perçois... et comme par hazard,le chomage baisse dans ces pays...
Autre exemples, dans beaucoup de pays en voie de développement, pendant longtemps, les pays dit riche donnaient de l'argent pour que ces citoyens du monde puissent vivre avec un minimum... Au regard de cet engagement, il fallait toujours donner et toujours de plus en plus... Certains pays ont décidés d'apprendre à ces pays comment faire pousser le blés, l'orge, le manioc... et d'investire plus dans l'outil de développement que dans le dons sans fin...Bill Gate à dailleurs énormément apporté à ce développement et faisant faire des recherche sur les graine qui pousserait dans des terre arrides... que peut on constater,ces pays on appris à se prendre en mains...
Conclusion, ce n'est pas en continuant à nourir sans contrepartie nos chomeurs que nous leur donnerons l'enviede se lever le matin pour aller au travail...et ce n'est simpelment par le fait d'avoir cotisé pour ce chomage qu'on à le droit d'en abuser... Mais bon, le système social de notre pays est abusé depuis bien longtemps...
Bien à vous quand même
Bien à vous
Réponse de le 15/01/2013 à 11:45 :
@Albatros:bien essayé ,plus c'est gros plus ça passe!
a écrit le 14/01/2013 à 17:49 :
Pas de problème, le président nous a assuré que d'ici là, la courbe du chômage s'inversera. Il n'y aura donc pas de déficit...
a écrit le 14/01/2013 à 17:44 :
Super, nous payons les indemnités chômage par le biais de l'emprunt sur nos enfants. Alors si cela n'est pas un merveilleux fonctionnement économique ... Décidément, depuis 40 ans, les français élisent n'importe qui.
Réponse de le 14/01/2013 à 18:56 :
le chômage ne vous concernent pas votre salaire est garantie a vie
a écrit le 14/01/2013 à 17:41 :
si on n'augmente pas les cotisations chomage ,c'est tout le système qui va exploser!Pourquoi ne pas faire cotiser les indépendants,artisans et commerçants qui sont eux ,scandaleusement exonérés de cotisation?Pour plus de justice,alignons les indépendants sur les salariés
Réponse de le 14/01/2013 à 18:33 :
Ils n'ont pas droit au chomage ... Peut-être pour ça qu'il ne cotisent pas ?
Réponse de le 14/01/2013 à 18:40 :
pourquoi ne cotisons nous pas? simplement parce qu'on n'a pas droit aux allocations chomage ensuite.... renseignez vous un peu avant de d'ecrire de telles sotises....
Réponse de le 14/01/2013 à 18:59 :
Si on suit votre logique, alorsbles fonctionnaires devraient cotiser aux ASSEDIC. Voici une veritable mesure de solidarité !
Réponse de le 14/01/2013 à 19:03 :
antoine vos salaires sont assures par l impots a ne rien faire
Réponse de le 14/01/2013 à 19:10 :
16 % d'augmentation des cotisations pour les indépendants au 1er janvier 2013, les indépendants qui ont voté pour Hollande n'ont aucune raison de râler. Si vous êtes si envieux des indépendants, devenez-en un : pas de droit au chômage, retraite misérable (82 % de leur dernier salaire pour les fonctionnaires, 54 % de leur dernier salaire pour les employés, 25 % pour les indépendants en y intégrant les médecins). Parfois, pour 45 % d'entre eux en vendant leur fond de commerce, cela leur permettait de vivre mieux. Maintenant, le gouvernement, en ayant confondu revenu du capital et revenu du travail, ils oint cassé la mécanique. Il n'y a plus aucun intérêt sauf être génial, sauf en avoir marre de contrat précaire en contrat précaire de devenir indépendant. C'est mort. Et les technocrates pensent qu'ils vont faire repartir l'économie en ayant cassé le ressort ! Soit ils ne connaissent rien comme vous, soit ils sont incompétents, comme vous ?
Réponse de le 14/01/2013 à 19:16 :
N'importe quoi ! Depuis quand un veritable independant perçoit il un salaire ????
Réponse de le 14/01/2013 à 20:05 :
les fonctionnaires payent depuis longtemps une contribution solidarité pour les ASSEDIC d'environ 1,2% du salaire net.
Réponse de le 14/01/2013 à 20:08 :
Un indépendant ne perçoit pas de salaire. Il perçoit des émoluments qui en fin d'année se traduiront en revenu. C'est le revenu qui sera fiscalisé !
Réponse de le 14/01/2013 à 21:19 :
Pas besoin d'augmenter les cotisations ni de diminuer les durées d'indemnisation.
Il faut baisser le plafond du chomage de plus de 6000 ? (!!!) actuellement à un niveau plus raisonnable genre 2500 ?, ce qui ferait de notre système d'indemnisation du chomage toujours un des plus généreux (en tout cas plus qu'en Allemagne et bcp plus qu'au RU).
Cela diminuerait fortement le deficit annuel et l'assurance chomage redeviendrait positive et rembourserait ses dettes rien qu'en revenant au niveau de chomage d'il y a un an et demi, contribuant même à la diminution de la dette française !
Réponse de le 14/01/2013 à 23:38 :
Ne cherchez pas à comprendre les simplets...
Réponse de le 15/01/2013 à 0:49 :
@élu ps: je te signale que les artsisans, etc., ne touchent pas non plus le chômage. Tu ne voudrais tout de même pas qu'ils paient sans y avoir droit !!! Je sais, les retraités à l'étranger paient déjà 4,6 % de leur retraite au titre de la sécu alors qu'on leur précise qu'ils n'ont pas droit à ladite sécu :-) la jalousie rampante des nouveaux Français ne règlera aucun problème :-)
Réponse de le 15/01/2013 à 7:52 :
Euh, comment s'appelle-t-elle cette contribution ? On aimerait en savoir davantage !
a écrit le 14/01/2013 à 17:36 :
merci les 68 ards d'avoir bouffé à crédit nos 20 prochaines années ... on connaitra la misère et la précarité, nous les générations qui devront rembourser vos dettes publiques, payer vos retraites et votre train de vie de pacha...
Réponse de le 14/01/2013 à 18:36 :
Je vous demande de vous arrêter :-)
Réponse de le 14/01/2013 à 18:51 :
@PatrickB, il n'a pas tout à fait tord. Il y a une génération sacrifiée, et ils pourraient bien se révolter.
Réponse de le 14/01/2013 à 19:05 :
On a payé pour notre retraite alors on veut en profiter et après nous le déluge. On a fait 68, nous !
Réponse de le 14/01/2013 à 19:16 :
Et c'était pas facile vu comment on a picolé, croyez-moi !
Réponse de le 14/01/2013 à 19:30 :
Patrickb, c'est faux, vous avez financé la retraite de vos parents, avec des taux de cotisations plus bas, pour payer les pensions modestes des ainés, vos salaires augmentaient autant que les prix, aujourd'hui c'est la génération qui travaille, paye votre retraite et vous permet de mener une vie de pacha à crédit en hypothéquant l'avenir de vos enfants.
Réponse de le 14/01/2013 à 19:53 :
@ Eléonore mener une vie de pacha? ! comme vous y allez ! vous n'êtes pas géné(e) aux entournures, vous! allez râler, plûtot pour les avantages, émoluments, retraites fastueuses des politicards de tous bords, des hauts fonctionnaires, les députés, sénateurs etc, etc, mais ^pas des retraités! retraites de peau de chagrin qui n'ont pas été volées", contrairement à ce que vous voulez avancez : 650eur, 700 eur, vous trouvez que c'est une vie de pacha, de dolce vita"? pauvre de vous !
Réponse de le 14/01/2013 à 20:15 :
Ah non Emilien, moi j'ai une retraite de cadre un peu plus de 4.000 euros par mois. Je suis parti à 60 ans, ma maison est payée, les enfants sont partis. Je peux aller au golf, en voyage à l'étranger, jouer au Casino, c'est presque de l'argent de poche.
Réponse de le 14/01/2013 à 20:36 :
ce n'est une generation de motivé au travail a part ipad,iphone pas bon a grand chose
Réponse de le 14/01/2013 à 21:04 :
@emilien, mon commentaire s'adresse au provocateur "patrikcb" la retraite du secteur privé est misérable, mais il existe des retraités rentiers, nombreux fonctionnaires, qui ne sont pas des exemples à suivre, ils s'engraissent sur le dos de la jeune génération, ils détiennent le patrimoine, le pouvoir.
Réponse de le 14/01/2013 à 23:41 :
Partir en retraite à 60 ans voire à 55 ans comme l'ont fait certains, c'est un luxe que ne pourront pas se payer les générations futures. Vous avez profité de ce luxe alors que nous qui payons votre retraites ne partirons à la retraite que vers 67 ans sans doute, et avec une retraite minable, après nous être saignés pour payer vos retraites confortables.
Réponse de le 15/01/2013 à 0:45 :
encore ce rigolo qui utilise mon pseudo !!! quand aura-t-il le courage d'assumer ses propres commentaires ???
Réponse de le 15/01/2013 à 0:55 :
@eleonore: bien que le commentaire d'origine ne soit pas de moi, je ne suis pas du tout d'accord avec la théorie qui voudrait qu'on ait uniquement cotisé piur nos parents. 1) parce que nos retrairtes sont calculées sur la base de nos cotisations et pas sur celles de nos enfants et 2) parce que nous avons payé pour les diverses prestations (santé, éducation, etc.) de nos enfants et les diverses prestations pour nos parents (dont l'invention de la vignette auto soit-disant destinée aux vieux). La génération qui travaille aujourd'ui, c'est d'ailleurs toujours nous :-) et le crédit, notre génération n'en est pas friande :-) au lieu de toujours pleurnicher, il faudrait un peu agir, non ???
Réponse de le 15/01/2013 à 9:25 :
@ patrickb usurpateur pas moyen de discuter sérieux! cynique, va !!!
a écrit le 14/01/2013 à 17:18 :
Ben c'est logique il ne faut pas être étonné les Français ne peuvent plus consommer tellement que nous sommes taxé.
a écrit le 14/01/2013 à 17:16 :
Vous ne semblez pas suffisement cultivé,
pour connaitre ce qu'est le systeme monétaire,
les réserves fractionnaires, les interets,
le libre échange.
Bref par manque de connaissances vous ne parvenez
pas a connaitre l'origine des problemes que nous rencontrons.
Le plus simple , est effectivement de répéter à l'envie les idioties du 20h.
Et ainsi vous vous trompez simplement d'ennemi et relayez à satiété les bulshit médiatiques....
Pour sortir de ces paradigme infondés et éculés
je vous recommande 2 nobels d'économie :

Maurice Allais
J.Stiglitz

Réponse de le 15/01/2013 à 14:06 :
stiglitz, cé un peu fort quand même pour comprendre la crise d'aujourd'hui !!!
a écrit le 14/01/2013 à 17:16 :
Il faut déjà reformer complètement le regime des intermittents du spectacle qui est un gouffre et le terme n'est pas usurpé...
a écrit le 14/01/2013 à 16:57 :
c'est pas grave, la courbe du chomage va s'inverser avant la fin de l'année et on va retrouver le plein emploi avant la fin de ce quinquenat. Par ailleurs si tous les artistes partent de france pour nechin il n'y aura plus à financer les intermittents du spectacle avec le chomage.
a écrit le 14/01/2013 à 16:50 :
Rendez-moi mes cotisation chômage, je vais les gérer moi-même pour les coups durs. Le système collectif ne semble pas capable de comprendre qu'on ne peut pas payer plus que ce qui rentre.
a écrit le 14/01/2013 à 16:39 :
Emprunter pour payer les chômeurs aujourd'hui, les retraités demain, les fonctionnaires après demain .... le début de fin, quoi.
Réponse de le 14/01/2013 à 17:04 :
@Pr Agmatique: C'est clair, le grand emprunt pour l''avenir de la France et de ses retraités, ses chômeurs, ses malades, ses vieux ayant besoin de soins et en fin de vie, ses chômeurs en fin de droits et ses fonctionnaires, ses jeunes nécessitant des contrats d'embauche aidés etc; voilà préparons nous à l'avenir et après-nous le déluge!
a écrit le 14/01/2013 à 16:36 :
"Non il n'y a pas le feu au lac 18,6 Milliards " c'est comme la question des retraites les régimes complémentaires n'ont plus de trésoreries dans 3 Ans mais" il n'y a pas le feu au lac" c'est pas compliqué, ou on emprunte, ou on baisse les prestations, ou on augmente les cotisations. ca fonctionne très bien depuis des années, c'est la politique du sapeur camembert c'est très Français
Réponse de le 14/01/2013 à 16:52 :
C'est clair. Tant qu'on continuera a sortir plus qu'il ne rentre dans les caisses, ca fera pareil. Quant a augmenter les cotisations en tous genre, faudrait pas pousser, je crois que la ceinture est déjà bien serrée...
a écrit le 14/01/2013 à 16:24 :
3 mois entre le début des négociations et la fin de l'accord précédent ??? Soit l'information est fausse, soit ça va - encore - être un truc bancal et qui sera buggé en janvier 2014. En attendant notre endettement continue d'augmenter.
Réponse de le 14/01/2013 à 16:45 :
de toutes façons cet accord est bancal !
**********************************************Les politiques ainsi que des syndicats se moquent des citoyens payeurs !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :