Au patronat, le front anti-Parisot s'intensifie

 |  | 317 mots
Copyright Reuters
Selon nos informations, les fédérations industrielles mettent la dernière main à une lettre demandant à Laurence Parisot de préciser ses intentions sur son avenir à la tête du Medef.

En souhaitant modifier à la hussarde les statuts du Medef lors du comité exécutif organisé lundi, Laurence Parisot n?a pas seulement irrité les candidats déclarés et potentiels à la présidence du Medef. Du côté des fédérations, la résistance s?organise également pour que cette modification des statuts passe à la trappe.

Préciser ses intentions

Selon nos informations, les fédérations membres du Groupement des fédérations industrielles -GFI) telles que la Fédération des industries mécaniques, l?Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS)? s?apprêtent à écrire à Laurence Parisot pour lui demander de préciser ses intentions sur son avenir à la tête du Medef. Se représentera-t-elle ou non si l?assemblée générale valide le 22 janvier sa proposition de modifier les statuts, modification qui lui permettrait d?allonger de deux ans son mandat actuel ?

Des voix se sont élevées

Lundi, lors du comité exécutif, Frédéric Saint-Geours, le président de la très puissante Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), Didier Ridoret, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB) mais aussi les responsables des Medef territoriaux de Provence-Alpes-Côte-d?Azur et de Rhône-Alpes n?ont pas mâché leurs mots pour dénoncer la décision de Laurence Parisot afin de pouvoir se représenter.

Cette lettre arrivera-t-elle bien dans la boite aux lettres de Laurence Parisot ? On sait qu'Ernest-Antoine Seillière, Denis Kessler son numéro deux de l'époque, Jean Gandois, et Yvon Gattaz, l'ancien président du CNPF avaient envisagé d'adresser un courrier commun à Laurence Parisot pour lui signifier leur opposition à un éventuel changement des statuts. Pour l?instant, cette missive n?est pas encore partie.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2013 à 16:11 :
Cette dame s'est trop compromise avec les pouvoirs en place ; elle a plus que fait son temps et doit s'en aller
a écrit le 17/01/2013 à 13:37 :
youpi yéyé!! Depuis le temps qu'elle sonne faux cette remise à plat va lui faire le plus grand bien!!!!!!!
a écrit le 17/01/2013 à 10:52 :
La flexisécurité n'est pas sa tasse de thé. Madame Parisot préfère la préparer et la servir aux autres...
Réponse de le 15/02/2015 à 17:34 :
Notaires, Huissiers pratiquent des honoraires tout bonnement scandaleux grâce à leur monopole. A réformer d'urgence et à mettre en concurrence avec les avocats, experts comptables...
Réponse de le 15/02/2015 à 21:56 :
Beaucoup de mesurettes qui ne contribueront en rien à créer de l'activité, voire en detruiront, et ne sont qu' une réponse réglementaire liberticide de gauche à des problèmes qui subsisteront après la Loi Macron...l'entrisme des politiques et de l'administration dans les milieux d'affaires est aggravé dans tous les domaines sans gain évident pour la collectivité
Réponse de le 17/02/2015 à 11:41 :
Où sont les réformes des administrations et entreprises publiques ? où sont les réformes des fontionnaires et des parlementaires de leurs avantages et privilèges ? où sont les réformes de l'état ? ... Et la loi Macron pour la monarchie parlementaire et ses vassaux serviteurs de l'état qui ruinent notre pays c'est pour quand ???
Réponse de le 17/02/2015 à 11:43 :
Comme d'habitude plus facile de taper dans le privé que de réformer l'état ne soyons pas surpris de la monté du FN contre cette caste nababs...
a écrit le 17/01/2013 à 9:15 :
En fait d'aller expliquer les droits de l'homme et la démocratie a la Chine, aux Russes, aux Nord Coréens et autres pays du monde, force est de constater que le modèle dictatorial totalitaire vaincra partout Nous aurons rapidement deux catégories socio-professionnelles : Les cadres dirigeants du parti, et les ouvriers smicard. Cela simplifiera grandement toutes les règles de fonctionnement du quotidien.
Réponse de le 17/01/2013 à 15:31 :
@Dictator : Vous êtes lucide, mais l'usage du futur est inutile. Nous sommes en plein dedans.
a écrit le 17/01/2013 à 2:26 :
La question que devraient se poser les journalistes est plutôt: quelle est donc la proposition ou promesse faite à Parisot et qui ne peut se concrétiser que dans 2 ans? Ou annexement: quel est le candidat(e) potentiel à la présidence du Medef qui ne peut se présenter valablement avant encore deux ans? Le reste c'est de brodage.
a écrit le 17/01/2013 à 0:09 :
Elle est bien meilleure que les précédents. Elle insiste pas assez sur l'éviction en cours des entreprises, la vraie fausse loi de compétitivité, le déficit d'export et de Mittelstand, la pire place en terme d'innovation par rapport au nord de l'europe ce qui nous condamne, les prélèvements disqualificatoires, la loi de récession et de décroissance, le chômage permanent, l'échec institutionnel, la captation de la démocratie par la bureaucratie hors de tout contrôle, la vente du pays à l'étranger, la sudéisation par le laxisme des finances, le doublement du public et seulement 50% d'actifs, enfin, le déficit qui tue le pouvoir d'achat... on doit parler péril rouge et autres prébendes accordées à certaines corporations du public, le tout sur la misère et la disparition comme par enchantement de la moitié des chômeurs...
a écrit le 16/01/2013 à 22:51 :
Le Medef n'est pas plus représentatif des entrepreneurs que ne le sont les syndicats aux travailleurs ! Cette France est vraiment mal partie pour s'adapter aux réalités du monde actuel.
a écrit le 16/01/2013 à 22:30 :
Il faut qu'elle fasse son getting out !
a écrit le 16/01/2013 à 20:54 :
Mme Parisot devrait savoir , quand on se prétend libéral, eh bien on ne modifie pas les contrats ou la regle du jeu en plein milieu de la partie ......Décidemment cette libérale ne l'est plus de manière éthique des que son cas personnel est impliqué !! Triste exemple .
a écrit le 16/01/2013 à 20:40 :
Ce n'est pas qu'elle a été (trop) mauvaise, mais comme dans toutes les institutions ou autres groupes, politiques ou économiques, il faut du sang neuf pour redonner la "pêche" aux citoyens.
Ça vaut aussi, à mon avis, pour tout les vieux anciens socialistes renommés par le gouvernent actuel. Quelle erreur d'avoir remis dans la circulation certains élus ou autres des années 80!!!
a écrit le 16/01/2013 à 19:37 :
"Au Conseil executif, certains n'ont pas maché leurs mots"... C'est rien de le dire. En rupture avec des habitudes plutôt feutrées, j'entends dire ici ou là qu'on a pu entendre quelques grossiéretés.
Faut dire que Laurence les avait un peu cherchés en envoyant un ordre du jour en pleine nuit qui incluait des modfis statutaires l'autorisant à être présidente à vie !!!
a écrit le 16/01/2013 à 17:49 :
Il merite mieux que Parisot à sa tête. Ligne stratégique illisible, charisme défaillant , culture industrielle inexistante, incapacité à se faire comprendre et apprécier de la population.
Réponse de le 16/01/2013 à 20:19 :
J'ajouterai qu'elle a en plus planté toutes les entreprises héritées de son père ... Une vraie référence de réussite pour la patronne des patrons ...
a écrit le 16/01/2013 à 17:18 :
numéraux deux lol !!!!!! ca pique un peu les yeux là :)
Réponse de le 16/01/2013 à 17:38 :
la ligne de Parisot n'est pas lisible et ensuite elle a fait son temps elle doit partir;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :