CFDT - PS : connivence ou simple proximité idéologique ?

 |   |  714  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Outre François Chérèque, les nominations d'anciens cédétistes par des membres du gouvernement à des postes politiques se succèdent. De quoi donner l'impression d'une alliance qui ne dit pas son nom entre le syndicat et le parti socialiste. Pourtant, la CFDT affirme son indépendance vis-à-vis du politique. La proximité entre le syndicat et le parti au pouvoir serait plus idéologique.

Les nominations d'anciens cédétistes à des postes politiques par des membres du gouvernement s'enchaînent. En tête de liste, François Chérèque, ancien leader de la CFDT, désormais président de Terra Nova - proche du PS idéologiquement - et qui vient d'être chargé du suivi du plan gouvernemental sur la pauvreté. De quoi alimenter l'image d'un syndicat proche du pouvoir, alors qu'il vient de signer l'accord sur l'emploi avec le patronat rejeté par la CGT et FO.

"La CFDT affirme tous les jours son autonomie"

Mais le syndicat réformiste entend couper court à ces interprétations. "La CFDT affirme tous les jours son autonomie vis-à-vis du politique, elle défend les salariés du mieux qu'elle peut et est autonome vis-à-vis de tout gouvernement quel qu'il soit", a affirmé Marcel Grignard, l'un de ses dirigeants. "On ne revendique aucune place privilégiée" auprès du gouvernement, ajoute-t-il en soulignant que la direction de la centrale a signé jeudi "en toute liberté et autonomie" l'accord sur l'emploi. Il est vrai que la centrale a déjà paraphé des accords sous Nicolas Sarkozy, comme en 2008 avec l'accord national interprofessionnel sur l'emploi.

Et Laurent Berger, le nouveau leader de la centrale, de prendre ses distances avec François Chérèque. Il "était fonctionnaire avant d'entrer à la CFDT (...), il est toujours fonctionnaire. Il a maintenant une vie professionnelle propre. Je ne suis pas concerné par ce qu'il fait. Mais chacun reconnaîtra ses compétences." Les choses sont dites, du moins en ce qui concerne une éventuelle allégeance de la CFDT vis à vis du gouvernement.

Des "passerelles idéologiques évidentes"

Il n'empêche qu'il existe des "passerelles idéologiques évidentes avec le syndicat réformiste", adepte du dialogue social cher au président François Hollande, explique un chercheur cité par l'AFP qui précise que "la CFDT a toujours été très proche de François Hollande, la source en est le delorisme et la référence à Jacques Delors auprès de qui François Hollande a fait ses classes". Edmond Maire, l'ancien leader de la CFDT ne cachait pas sa proximité idéologique avec Jacques Delors, avant et après l'élection de François Mitterrand en 1981.

Pour preuve, François Chérèque est loin d'être le seul à avoir emprunté la passerelle menant de la CFDT à une nomination par un membre du gouvernement à une fonction politique. Il y a aussi Nicole Notat, figure emblématique de la CFDT - qui a refusé de rentrer au gouvernement après 2007 alors que Nicoals Sarkozy en rêvait - , qui siège aux assises de l'entrepreneuriat 2013 et travaille à ce titre en relation avec la ministre de l'Économie numérique Fleur Pellerin. Ou encore Laurence Laigo, qui était jusqu'au mois dernier l'un des neuf dirigeants de la CFDT et qui a quitté ses fonctions pour rejoindre le cabinet de la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, comme conseillère. Enfin Jacky Bontems, ex-numéro deux de la centrale et ex-conseiller social du candidat François Hollande, est pressenti au futur Commissariat général à la stratégie.

La CFDT, un laboratoire d'idées pour la gauche réformiste

En d'autres temps, on se souviendra aussi de Jacques Chérèque, le père de François Chérèque, qui après avoir été le numéro deux d'Edmond Maire à la CFDT, a été ministre de l'Aménagement du territoire sous la houlette du socialiste Michel Rocard entre 1988 et 1991. Il y a d'ailleurs toujours eu une proximité d'idées entre la CFDT et le mouvement deuxième gauche incarné par Michel Rocard. Et la CFDT a longtemps servi de laboratoire d'idées à ce mouvement sur la base d'une pensée : "mieux vaut un contrat qu'une loi". Conséquence, le rapprochement entre le syndicat et le pouvoir devient évident quand c'est cette gauche réformiste qui est au pouvoir. De fait, Laurent Berger et François Chérèque ont eu l'oreille de Michel Sapin pendant tout le temps de la négociation de l'accord sur la sécurisation de l'emploi. Ce qui avait fini par agacer les autres centrales, autant que certaines instances patronnales, qui accusaient le gouvernement de jouer double jeu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 23:27 :
la cfdt est dans une logique de gauche libéral comme le ps, donc pas étonnant qu'elle soit
dans la comprimission, elle n'est pas indépendante et se moque de la classe ouvrière,
les militants CFDT devraient adhérer à d'autre organisations réellement indépendante comme FO
a écrit le 20/01/2013 à 15:58 :
le bon samaritain au service de la samaritaine, un bon service en vaut un retour pour les âmes charitables.
c'est le partage de la misère que prôme la CFDT dixie la CFTC ?.
a écrit le 19/01/2013 à 18:57 :
il n'y a pas de syndicats en frence, il n'y a que des sous marins des partis de gauche, CFDT=PS, CGT=PC, SUD=extreme gauche....ils ne défendent pas les travailleurs, ils font de la politique, ce qui explique qu?ils n'ont que 5% d'adhérents, les autres n'ont pas envie de s'inscrire à un parti. Et ils nous coûtent près de 5 milliards par an en impôts pour faire de la politique, rapport qu'on censurés les députés ! et les travailleurs sont les dindons de la farce
Réponse de le 15/06/2014 à 23:25 :
Et FO = libre et indépendant
Réponse de le 29/06/2014 à 18:26 :
"SUD = extrême gauche" ?
Euh... les organisations d'extrême-gauches, toutes réunies, regroupent à tout casser 5000 militants. SUD/Solidaires, c'est plus de 110 000 adhérents. Il faudrait m'expliquer comment c'est techniquement possible.

Par ailleurs, la ligne politique à LO ou au NPA, c'est plus de faire de l'entrisme à la CGT qu'à SUD.

Alors qualifier SUD de syndicat d'extrême-gauche, c'est, au mieux, de la bêtise, sinon de la malhonnêteté intellectuelle.
a écrit le 19/01/2013 à 11:59 :
@ Patrickb, une réunion de délégués syndicaux, surement je rajouterais un groupe de pote qui discute le bous de gras.
a écrit le 19/01/2013 à 0:26 :
C'est quoi cette photo ? Une réunion de délégués syndicaux :-)
a écrit le 18/01/2013 à 23:25 :
Sur la photo ils rient tous de la Tribune en disant : il vous en a fallut du temps pour comprendre !!
a écrit le 18/01/2013 à 19:55 :
On n'allait quand même pas nommer des cgétistes , ils ont tous des oeillères et n'ont jamais défendu les pauvres ; seuls les agents EDF GDF SNCF... les intéressent .
a écrit le 18/01/2013 à 18:31 :
cette connivence est aussi palpable localement avec par exemple à saint etienne (42) un conseil municipal socialiste composé pour partie de syndicalistes CFDT.
On reste dans la famille !!
a écrit le 18/01/2013 à 17:42 :
La réponse est plus haut dans LA TRIBUNE !!

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130118trib000743373/c-est-edouard-martin-cfdt-florange-qui-a-convaincu-montebourg-de-ne-pas-demissionner.html

En d'autres temps d'aucuns auraient dit "bonnet blanc et blanc bonnet" ou encore "la voix de son maitre" ... au fait : quid du rapport "Perruchot" ?
a écrit le 18/01/2013 à 17:33 :
c'est marrant les anciens dirigeants(e) de la cfdt obtiennent toujours des postes pénard bien rémunéré et ils se battent pour la retraite!!! chercher l'erreur de la a dire qu'ils sont des vendus non non !!!ah la cfdt a signée l'accord avec pariso medef un beau remerciment quel poste va avoir bernard thibault !!! des faux ....
a écrit le 18/01/2013 à 16:10 :
Ils sont tous ravis, ces gens là, nous ont-ils demandé si on était aussi réjoui, qu'eux?? !!
a écrit le 18/01/2013 à 15:03 :
Lorsque les "satellites sociaux" des politiques ont "tenu" les troupes "laborieuses, de la classe ouvrière" avec quelques "miettes" à la clé des revendications, Il faut bien récompenser lorsque l'heure de la retraite sonne, ou lors d'alternance politique, ces fidèles collaborateurs, par des postes "chapeaux" créés sur mesure dans des "organismes" au nom et au contenu parfois "fumeux" ou bien dans des ministères (conseiller chargé de mission....). Bref ces gens là, à la retraite, ont besoin de continuer à exister même s'ils ne sont pas rémunérés (j'en doute..) Pour les autres, l'activité syndicale aura été un "tremplin" vers le politique....Il ne reste plus que les "sherpas" syndicaux d'en bas qui croient encore au grand soir... mais les promesses n'engagent que ceux qui les croient, pas ceux qui les manipulent....
a écrit le 18/01/2013 à 14:59 :
J'ai vu des nez au milieu de la figure moins évidents que la complicité entre eux. A croire qu'ils s'échangent leurs personnels.
a écrit le 18/01/2013 à 14:50 :
Sa y est les syndicat commence à toucher leur récompense pour avoir pousser à voter François hollande, la cfdt est ainsi un tremplin pour entrer dans les équipe du gouvernement
Réponse de le 18/01/2013 à 16:25 :
Et la signature de l'accord de compétitivité, comme ça ne concerne que le privé, et que le gros des troupes des syndicats est dans le secteur protégé de la fonction publique, le seul risque des syndicats en signant cet accord c'était de récupérer une médaille du gouvernement.
a écrit le 18/01/2013 à 13:05 :
Hollande n'avait pas parlé de déontologie dans sa campagne ?
a écrit le 18/01/2013 à 13:00 :
Le système Français dans tout sa splendeur, comment voulez vous avoir un pays dynamique et performant ! Nous avons face à nous des Apparachiks version France. Quand certains, place la France non loin de la Corée du nord sur l'échelle des pays communiste, force est de constater cette réalité !
a écrit le 18/01/2013 à 12:36 :
pourquoi a t'il sotenu holand ?????
a écrit le 18/01/2013 à 11:24 :
c'est pitoyable, en tous points méprisable et révélateur du syndicalisme français. Voilà une preuve criante de notre manque de compétitivité. la compromission avec le pouvoir...les employés seront bien défendus ...beurk
Réponse de le 18/01/2013 à 12:06 :
achetes donc ne peuvent defendre les interets des employes , belle mentalité
Réponse de le 14/03/2013 à 23:16 :
Ne mélange pas tout mon cher , il y a des syndicats indépendants comme FO qui n'est
ni au servive des partis politique ni dans la compromission
a écrit le 18/01/2013 à 11:16 :
la différence de traitement médiatique et syndical de l'action de ce gouvernement avec celle du précédent, est chaque jour de plus en plus criante. Les récompenses sont meme maigres par rapport au service rendu.
a écrit le 18/01/2013 à 10:42 :
Les dirigeants nationaux de nos syndicats sont de véritable "assimilés" fonctionnaires.
a écrit le 18/01/2013 à 10:22 :
La CFDT est bien servie pour service rendu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :