Il n'y a pas que l'industrie qui souffre !

 |   |  319  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors de la présentation de ses perspectives macro-économiques, l'institut COE-Rexecode a pointé du doigt le décrochage brutal des services. De très mauvaise augure pour l'emploi.

C?est peut-être parce que le gouvernement n?a pas créé de ministère du Redressement du secteur tertiaire que l?on en parle peu. Et pourtant, celui-ci est aussi en panne sèche. « Les services souffrent davantage que l?industrie si l?on observe les niveaux des enquêtes réalisés auprès des directeurs d?achats », explique Denis Ferrand économiste en chef de l?institut COE-Rexecode lors de la présentation vendredi de ses perspectives macro-économiques 2013-2014.

En schématisant un peu, si l?industrie profite en partie du dynamisme du commerce international, les services pâtissent singulièrement de l?atonie de la demande intérieure française. Une atonie qui pourrait bien se prolonger cette année et en 2014, COE-Rexecode anticipant un repli de 0,6% du pouvoir d?achat du revenu disponible brut (RDB) en 2013 et de 0,1% l?année suivante.

« En 2014, le RDB réel par ménage serait inférieur de 5 % à son niveau de 2007 », avance l?Institut qui constate également la dégradation de la situation financière des entreprises, tout particulièrement dans ce secteur.

La situation sur le marché de l?emploi se complexifie

Dans ce contexte, COE-Rexecode n?envisage pas un reflux prochain du nombre de demandeurs d?emplois. Celui-ci devrait continuer à augmenter, tout comme la durée de l?inscription à Pôle emploi qui s?élève actuellement à 482 jours, soit un an et quatre mois. Un niveau comparable à celui observé en 2000.

« Mais il y a une différence très nette avec la situation de 2000. A cette date, le nombre de demandeurs d?emplois commençait à reculer après le point haut de 1997 », rappelle Michel Didier, le président de COE-Rexecode. En 1997, le taux de chômage avait atteint son record historique à 10,7% de la population active. Selon l?institut, ce record serait battu cette année, le taux de chômage atteignant 10,9% fin décembre puis 11,2% fin 2014.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2013 à 18:22 :
Oui, tous les signaux sont au rouge... Difficile de croire que la tendance va s'inverser en fin d'année...
http://www.magtuttifrutti.com/article-austerite-austerite-est-ce-que-la-france-a-une-gueule-d-austerite-117062482.html
a écrit le 12/04/2013 à 23:34 :
La mort de l?industrie française et le non financement des retraites, c?est la fin de la France. Peut-on parler de son avenir qui n?existe pas dans le siècle qui est déjà bien engagé ? Peut-on parler liberté du travail et bonheur pour notre population, ce qui n?existe pas ! On a décrété que demain : la France n?existe pas, lequel d?entre vous l?accepte !
a écrit le 12/04/2013 à 23:18 :
La formule du Printemps c?est naturellement : Et pourtant elle tourne. Galilée, fut condamné parce qu?il avait raison contre l?administration ou bien les directeurs de l?Etat à l?époque, les maîtres penseurs qui empêchent l?humanité de vivre. Soyons des hirondelles afin de sauver la France. Sauvons nous !
Réponse de le 12/04/2013 à 23:43 :
@jean: Galilée ne fut pas condamné parec qu'il s'est retracté, c'est pas la même chose, parce que crois-moi, s'il avait été condamné, il aurait terminé en burger sans frites avec l'arrivée de McDo :-)
a écrit le 12/04/2013 à 22:42 :

Dans cette Europe en déclin, voila un euphémisme, on a écrit mort des hommes. Le siècle avait 12 ans qu?il était perdu? on voit les jeunes générations ensevelies comme des morts nés. Dessine moi un mouton ? Oui tondu ! Bienvenue en France régime frère de la corée du nord avec un symposium politique non représentatif et qui peut trucider et faire disparaitre autant de citoyens qu?il veut. On dénombre au moins 3 millions de chômeurs de plus.
a écrit le 12/04/2013 à 22:22 :
La population française, condamnée par des tyrans de l?Etat doit souffrir. Chantons ensemble alors que tombent chaque jours nos entreprises et nos foyers dans un pays à l?avenir condamné par la bureaucratie. « Ô terre de détresse, Où nous devons sans cesse, Piocher, piocher, piocher. II. Dans le camp morne et sauvage, Entouré de murs de fer, Il nous semble vivre en cage, Au milieu d'un grand désert? d?entreprises et d?hommes heureux ! L?homme est né libre et pourtant il est dans les fers : la précarité voire l?exclusion pour les uns, la sécurité pour les autres et tout le monde vers le bas, c?est la dictature de moi l?Etat homivore ! Avec une lanterne, comme Diogène: Y a-t-il un homme libre ici?
Réponse de le 13/04/2013 à 21:59 :
Nous sommes tous libres de partir....d'ailleurs certains le font.
a écrit le 12/04/2013 à 20:53 :
Le pays est en train de crever à vitesse grand V. Mais nos énarques, déconnectés des réalités, bien à l'abri de leur statut de fonctionnaire, ne voient rien.La crise économique est terrible actuellement en France.
Réponse de le 12/04/2013 à 23:03 :
Faisons la différence entre un économiste et un charlatan, entre un bienfaiteur de l?humanité et un bourreau, du genre tout pour moi président et tout le monde pauvre, je te raconte pas les mensonges, vive la démocratie, n?oubliez pas dans les déconnectés de la réalité les journalistes, 75% de la population les considèrent comme hors des réalités. Pfiou, c?est du bon gratte papier, ça sent la m?, la me?, la mer? la mer d?où ? En monarchie, ça assiste aux selles. Qui fait de la lèche ? Belle démocratie que voila que bien sûr la moitié des citoyens rejette?
Réponse de le 13/04/2013 à 6:10 :
@pat34. +1 hélas
a écrit le 12/04/2013 à 20:07 :
les gens dont le jeu prefere a la recre c'est de casser les reins des boites en rigolant vont voir dans les chiffres macro des 5 annees a venir et plus ce qui est en train de se passer en arriere boutique et qu'ils ont seme en 6 mois..... l'allemagne va commencer a gueuler des septembre ( soutenue par les pays du nord, l'italie, etc), ce qui va mettre bcp d'ambiance... le reste ca sera le dessert ;-))))))))))
Réponse de le 13/04/2013 à 11:43 :
Apprenez plutot a ecrire francais.
a écrit le 12/04/2013 à 19:56 :
Combien de temps faudra-t'il à nos décideurs pour comprendre que déverser des milliards d'argent public d'exonérations sur le secteur des services est voué à l'échec: la très grande majorité de la population française, une fois payés les dépenses contraintes, le loyer ou le crédit du logement, l'énergie, les courses au Lidl, les assurances, la mutuelle et le gazole, n'a plus un sous vaillant. Et ce n'est pas près de changer pour les 10 prochaines années: stagnation des salaires en raison de la compétition internationale, hausse des impôts pour rembourser notre dette publique etc. Mis à part les services "obligatoires" (santé ? et encore, la médecine se délocalise elle aussi -, garde malades et garde d'enfants en bas âge), les français seront OBLIGES de tailler dans les dépenses superflues - restauration, loisirs, dépenses personnelles etc -. Investir dans ces domaines d'activité domestiques est voué à l'échec. Notre seule chance, c'est l'EXPORTATION: développer des services et produire des biens innovants demandés par les populations SOLVABLES des pays émergents, c'est-à-dire le Brésil, l?Inde, la Chine, le Mexique, la Russie etc. C?est eux qui ont l?argent, pas nous. De quoi ont besoin ces populations ? De matériel aéronautique, de télécommunication et de sécurité, d?infrastructures de transport, de gestion de données numériques et de production d?énergie, de médicaments de pointe? pas de baby-sitters ou d?employés de restauration (ça, ils savent très bien faire). Ce qui signifie qu?il faut mettre LE PAQUET sur les industries de pointe (qui inclue des secteurs dématérialisés sur le net), la R&D et les exportations à haute valeur ajoutée. C?est la seule stratégie susceptible de déboucher sur une hausse des revenus des français et donc, à terme, sur un redémarrage des emplois domestiques et de service?
Réponse de le 12/04/2013 à 21:07 :
Ah oui?

Et ils font quoi les autres, notamment les Chinois, les Indiens et les Bresiliens, ou les Corées (sans compter nos partenaires Américains, Britanniques ou même Italiens...?), ils investissent pas dans la hautes technologie, la valeurs ajoutées, les médicaments, et tutti cuanti?

Vous vous contentez de répéter ce que vous avez lu dans vos journaux. Bref, c'est pas avec vous qu'on va redresser le pays, puisque vos "idées" ne sont que des lieux communs que toutes personnes qui se contentent de lire en diagonale la presse a...
Réponse de le 13/04/2013 à 0:20 :
Vous vous trompez: je ne "lis pas les journaux en diagonale". L'innovation (pas seul, bien entendu), les brevets, je connais, j'en vis : c'est mon métier. Et oui, nos concurrents chinois sont très forts, ils progressent très vite, mais pour l'instant (j'ai bien écrit: pour l'instant) ils ne sont, par exemple, toujours pas capables de concevoir et de fabriquer un moteur d'avion qui tienne la route. Donc, ils achètent les nôtres. Assez chers. Cela fait vivre plutôt correctement les salariés de l'entreprise, qui paie également pas mal de cotisations sociales et d'impôts. C'est juste un exemple, la France possède encore un certains nombre de savoir-faire exceptionnels et monnayables à l'export. Alors oui, innover, se battre contre la concurrence internationale, c'est difficile, ça coute cher, il faut beaucoup travailler, se creuser la tête. Certaines idées fonctionnent, d'autre non. Mais c'est possible. Et cela rapporte. Evidemment, si comme vous le suggérez nous baissons les bras et cédons à la "facilité" des petits emplois domestiques à faible valeur ajoutée épargnés par la concurrence, et abandonnons toute production innovante t sophistiquée au profit des "fabless companies" comme le suggérait Serges Tchuruk (qui a tué Alcatel, un fleuron français), vous avez raison, il n'y a aucun risque que l'on rentre en concurrence avec les chinois et autres pays émergents. C'est relativement confortable, bien que peu ambitieux, aucun risque que les chinois viennent nous concurrencer dans la restauration et les services à la personne... mais, comme je l'ai expliqué, le pouvoir d'achat domestique et plus généralement le produit intérieur brut étant inéluctablement en baisse, ces activité domestiques rapporteront peu et seront de moins en moins rentables, d?autant plus qu?elles ne pourront bientôt plus être subventionnées: si nous n'allons pas chercher la croissance et les clients solvables là ou ils se trouvent - à l'étranger -, comme le fait l?Allemagne par exemple, nous devrons assumer notre déclin.
a écrit le 12/04/2013 à 19:45 :
L'on ne cesse de faire des noeuds, des réglementations hallucinantes. Comment dans ces conditions, libérer les énergies et susciter l'envie d'entreprendre. Et si malgré tout, vous avez assez de courage pour le faire, l'état vous prendra tout en charges, cotisations, taxes, taxes sur les taxes, impôts, etc...
a écrit le 12/04/2013 à 19:19 :
neeeeext : dans la série les pays qui tombent
1- grece 2- irlande 3- portugal 4- Chypre 5- Slovenie ...
Très bientôt sur vos écrans : 6- Espagne 7- Italie 8- France 9- Belgique 10- Pays Bas 11- Allemagne. Et on aura fait le tour de l'échiquier européen.
A moins qu'à berlin on ecoute le ministre des finances ... américains qui vient de sonner les cloches à M. Schauble.
Réponse de le 12/04/2013 à 20:12 :
le yankee, c'est un guignol qui aime bien brailler et montrer ses gros muscles ( et la je sais de quoi je parle); les allemands n'ont de tte facon aucune envie de faire quoi que ce soit tant que la france ne se mettra pas sur les rails, et jugera qu'il est urgent de ne rien faire car si les allemands font repartir la croissance, la france pourra voter ' la retraite pour tous a 30 ans', qui plus est ' payee par personne via eurobonds'..... les allemands feront le cheque quand ca sera le moment, pas avant..... alors, on dit merci a quel pays, pour les blocages? ;-)))))))))))))))
a écrit le 12/04/2013 à 17:59 :
http://www.monfinancier.com/finances/journal-de-monfinancier-c1/morning-de-marc-fiorentino-r1/y-a-t-il-un-pilote-dans-l-avion-13515.html
a écrit le 12/04/2013 à 17:43 :
C'est sûr qu'une société de consommation avec de moins en moins de consommateurs ne peut pas durer éternellement :-)
Réponse de le 12/04/2013 à 20:14 :
ft pas se plaindre, les ecologistes veulent de la decroissance, ils ont meme une ministre ( ok pour la decroissance) qui vient de demander l'arret de l'austerite et le retour de la croissance...... on recolte ce qu'on seme, mais des fois ca pousse plus vite que prevu
a écrit le 12/04/2013 à 17:28 :
On a plein de transferts sociaux ! C'est inutile...
Réponse de le 12/04/2013 à 19:09 :
Effectivement, supprimer ces transferts sociaux augmentera la consommation et créera automatiquement des emplois correctement payés...
Réponse de le 12/04/2013 à 20:54 :
Les profiteurs de tout genre, des fonctionnaires aux chomeurs volontaires sont en train de ruiner le pays de manière terrible
Réponse de le 12/04/2013 à 21:57 :
Ceux qui ruinent le pays sont au gouvernement, pas si pépères que ça , ni si faibles ... Ils appliquent avec méthode leur idéologie bien apprise auprès de leurs amis staliniens...
Réponse de le 15/04/2013 à 12:26 :
Pas logique , Supprimer ces transfert baissera la consommation vu que les pauvres consomme l intégralité de leur revenu contrairement a madame Bétancourt pour être caricatural
Cessez d' être aveuglés par vos sentiments idiots , tu connais un mec qui refuserai un contrat en 2013 toi?
Réponse de le 15/04/2013 à 14:58 :
@SimpsOn, le probleme des transferts sociaux c'est qu'avant on achetait francais voir europeen. maintenant c'est tres franchement Chinois alors si nos pauvres achetent chinois bye bye les emplois.
Réponse de le 17/04/2013 à 13:42 :
@Simpson
Merci. C'était bien le sens de mon commentaire.
@Kasimir
L'argument du produit chinois ne s'applique pas à tous les produits et encore moins aux services,
au hasard : boulanger, plombier, etc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :