Pour l'OFCE, la politique d'austérité de Bruxelles est un échec

 |   |  484  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Les économistes de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) critiquent le choix de la politique d'austérité imposée depuis 2008 dans la zone euro par Bruxelles. Au contraire, selon eux, il serait préférable d'appliquer une politique d'austérité mesurée lorsque la situation sur le marché de l'emploi s'améliore. Pas avant.

Tout part d'un constat. Depuis la crise financière de l'automne 2008 et sa propagation à l'économie réelle, la France et ses voisins européens voient leurs économies engluées dans la crise. Les timides rebonds de l'activité observée en 2010 et 2011 ne seraient qu'un leurre. En fin de compte, dès la reprise de 2010, les partisans de la théorie du « double dip » - c'est-à-dire une rechute de l'activité après une courte pause - auraient eu raison avant les autres.

« Tous les indicateurs sont dans le rouge. La crise est loin d'être fini, en particulier en France. Certes, le PIB tricolore devrait progresser de 0,6% en 2014 mais le taux de chômage continuera à augmenter pour atteindre 11,6% de la population active à la fin de l'année », explique Xavier Timbeau à l'Observatoire français des conjoncture économiques (OFCE).

Une erreur stratégique

Comment expliquer cet enfoncement dans la crise ? « C'est le résultat d'une erreur originelle de diagnostic. Depuis 2008, les responsables politiques européens avancent que l'austérité budgétaire conduisant au rééquilibrage des finances publiques serait la seule solution pour accélérer la sortie de crise. Or, toutes les statistiques se dégradent. Cette stratégie est un échec », poursuit Eric Heyer.

Qu'aurait fallu faire et que faut-il faire aujourd'hui ? L'OFCE suggère de s'inspirer de l'exemple japonais qui, actuellement, tente de relancer l'activité via une politique budgétaire volontariste, avant de lancer sa politique d'assainissement des comptes publics en 2014. « Depuis 2009, l'effort réclamé à l'économie est immense. L'austérité à conduit à retrancher l'activité de 0,6 à 1,8 point de PIB chaque année. En 2014, si le gouvernement s'entête à vouloir atteindre son objectif budgétaire, ce sera un effort à 1,4 point de PIB qui sera à nouveau réclamé », avance Eric Heyer. Résultat, au lieu d'afficher une croissance de 2% en 2014, celle-ci ne s'élèvera qu'à 0,6%.

La course à la compétitivité prix

Dans ce contexte, rien ne laisse augurer une amélioration de la situation économique. Contrainte par la faiblesse de la demande, les entreprises n'investiront et n'embaucheront pas. Parce qu'elles n'ont pas les moyens financiers pour innover, elles ne pourront lutter face à la concurrence mondiale qu'en restaurant leur compétitivité prix, au détriment de leur taux de marge historiquement bas. Et de quelle façon ? Dans certains pays européens comme l'Espagne, le Portugal et la Grèce, les salaires sont déjà en train de baisser. Si les entreprises ne réduisent pas la masse salariale - sachant que les salaires ont continué à augmenter depuis 2007 -, la seule solution pour redresser leur productivité sera de supprimer des postes. « Si les entreprises choisissaient de rétablir leur taux de marge de trois points par le seul biais de la productivité, pour retrouver la moyenne observée au cours de vingt dernières années, il faudrait un bond de productivité de plus de 5 %, soit des destructions de l'ordre d'un million d'emplois », avance l'OFCE.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2013 à 0:26 :
on n'a pas besoin dep arler d'austérité en france, puisqu'on a des marges de manoeuvre phénoménales : on a la capacité à réduire notre énorme dépense publique, la plus forte d'europe, et donc la capacité à apporter plus de services tout en optimisant les organisations, l'efficacité, la performance des dépenses, logique totalement absente du monde politique et public. et donc on peut baisser les impots et charges et donc développer l'emploi en passant de la dépense mécanique à l'optimisation et l'efficacité. C'est au contraire, en ne faisant pas les économies au bon endroit que le gouvernement est acculé à faire de l'austérité : désindexation des retraites, allocations revues...donc le mal ne vient pas d'une impasse mais au contraire d'un manque de courage pour faire la politique sérieuse, c?est uniquement un problème de manque de courage des politiques, il est facile de relancer la croissance par les bonnes économies...et si la france fait les bons choix, elle peut aider l'allemagne à tirer l'europe, mais apparemment la france préfère le laxisme et se mettre à coté du radiateur avec la gréce plutôt que du coté des bons élèves comme la suéde... le sujet n' est donc qu'un problème de bonnet d'âne !!
a écrit le 18/04/2013 à 17:41 :
ils ont certainement raison sur un point les mesures d'austérité sont idiotes MAIS IL faut à tout prix des mesures d'économies c'est à dire tout le contraire de la politique hollande mais aussi de sarkosy qui n'a jamais fait de réelles économies
a écrit le 18/04/2013 à 9:56 :
Prendre l'exemple sur les Japonais qui ont 200% de PIB de dette publique? Le poids de notre dette n'est pas assez élevé à leur goût?
Réponse de le 19/04/2013 à 13:40 :
Psst, la dette du Japon est intégralement détenue par des Japonais ce qui conserve au pays son indépendance et beaucoup de marge.
a écrit le 17/04/2013 à 19:36 :
Il nous manquait notre fonctionnaire commentateur à temps plein sur la tribune ! Toujours aussi véhément et de mauvaise foi mais en pleine forme vu que c'est pas le travail qui le fatigue !
a écrit le 17/04/2013 à 18:29 :
et quand on a un crédit immo sur les dos pour les années avenir, comment on fait face au chomage et à une baisse des salaires qui parait quasi certaine ! les espagnols bossent pour 500 euros par mois et meme à ce tarif , ont 30% e chomage...quelle boite va rester en france?
Réponse de le 17/04/2013 à 20:19 :
ne racontez pas n?importe quoi, la situation est déjà assez critique, il n?y a pas de salaire mensuel de 500 euros par mois, c?est faux, Du pipeau hollandouillesque. il y a par contre, ce qui va se développer en France, une économie souterraine, très vivace. Par ailleurs les fonctionnaires espagnols touchent un double salaire en fin d?année. La corruption a été énorme, plein de cas se révèlent surtout chez les socialistes et les coco de IU. Ce sont des dizaines de millions d?euros qui ont été détournés.Oui la situation est difficile mais n?en rajoutez pas avec votre Pinocchio de président.
a écrit le 17/04/2013 à 17:48 :
un échec pourquoi?, le chômage est a son plus bas niveau en Europe.
Réponse de le 17/04/2013 à 18:11 :
Je pense qu'effectivement c'est de l'ironie!
a écrit le 17/04/2013 à 17:46 :
Bruxelles se serait trompé, quelle surprise!
a écrit le 17/04/2013 à 17:20 :
S ' inspirer du Japon ! soit ils se foutent de notre gueule , soit ils sont vraiment incompétents.
( 200 % de dette/PIB , 20 ans de stagnation , population en déclin )
Réponse de le 18/04/2013 à 21:14 :
Petite nuance : les créanciers de ces 240% sont la population japonaise et non quelques banques privées tenues par de petites intérêts privées, cela change tout.
a écrit le 17/04/2013 à 16:45 :
les élucubrations pseudo économiques à la Française continuent et chaque jour voit se publier des études complètement inutiles qui bien entendu tendent à prouver que Hollande est un génie et tous les apparatchiks de la gauche complètement illuminée veillent sur nous. Les deux pieds dans le fumier, sans plus de plumes au croupion, le coq gaulois trouvent encore des journalistes compatissants pour le promouvoir. Pitoyable.
Réponse de le 17/04/2013 à 17:40 :
Mais les trolls UMPISTE et FN sont de retour ici, et leurs envolées lyriques ne relèvent pas le niveau proche du trou noir de leur pensée économique... n'importe quel étudiant en 1ere année d'économie sait que les effets d'une austérité généralisée en Europe ne peuvent conduire qu'à une spirale récessionniste... Comme dans les années 30... et après ce sera leur égérie Marine qui voudra rafler la mise... et à la fin des années 30 ... et je n'ai aucun doute que les tdc qui écrivent ici seront les premiers à rejoindre la Milice et les collabos...
Réponse de le 17/04/2013 à 19:19 :
Révisez votre histoire, Fabrice! Une grande partie des cadres des collabo et de la Milice venaient de la Gauche (SFIO, CGT, PC). Paradoxalement une partie de l'extrême droite (Action Française, Cagoule..) a rejoint de Gaulle à Londres!
Réponse de le 17/04/2013 à 20:10 :
Il n'est nul besoin d'être FN ou UMP pour comprendre que la réalité de notre économie imposerait une déflation de 15% au moins. Mais les rêveurs ne veulent pas voir la réalité. Plus on attend plus la recession sera forte. Bravo pour avoir fait participer les plus aisés à l'effort budgétaire mais d'autres secteurs doivent être touchés (mille feuilles collectivités locales, ministères peu utiles non remboursements des cures, PMA ou médicaments de confort). Bref, tonton Hollande attaque les économies et t'auras ma voix dans 4 ans !
Réponse de le 17/04/2013 à 20:27 :
Quel culot !! Si vous êtes trop jeune demandez a vos grand parents, s'ils ont on nous la guerre. Sinon renseignez vous aux archives municipales. La cagoule avec de Gaules ! Ben voyons....vous etes amateur de " détails de l'histoire" vous aussi. On vous a reconnu...
a écrit le 17/04/2013 à 16:38 :
il est clair que les politiques kenesiennes menfoutistes, ca donne de bons resultats; la preuve a tt le temps faire de la relance, les dettes des etats sont a 100% du pib et plus
a écrit le 17/04/2013 à 15:54 :
J'ai encore Hollande qui me résonne dans les oreilles que la crise est finie ! Il faudrait savoir... Autrement, la comparaison de notre situation avec celle du Japon n'est pas valable. Leur dette est essentiellement détenue par leurs propres ressortissants. Ils peuvent donc injecter de l'argent tout en gardant une dette gérable vis-à-vis de l?extérieur. Ce n'est pas notre cas ! Nous risquons dans peu de temps la MISE SOUS TUTELLE !
Réponse de le 17/04/2013 à 17:28 :
Mon cher Yves,
en signant des deux mains le traité de Maastricht et le Mécanisme européen de stabilité nous nous sommes mis tout seul sous la tutelle de la commission Bruxelloise,il faut réfléchir avant de signer n'importe quoi,apparemment ce gouvernement pas plus que le précédent n'a saisie l'occasion de revoir tout cela ,c'est bien dommage pour nous.
Maintenant c'est la mise en faillite qui nous guette,c'est une question de mois 94% du PIB à mon avis on peut mieux faire.
a écrit le 17/04/2013 à 15:03 :
Eureka ! Il faut augmenter les prélèvements obligatoires de 50% sans toucher aux avantages acquis et diminuer les salaires à 1 euros de l'heure pour rétablir la compétitivité salariale, sans oublier de diminuer drastiquement les retraites... dans le privé uniquement, bienentendu.
J'ai tout faux, à bon !
a écrit le 17/04/2013 à 14:43 :
L'OFCE est une émanation de science-po, cad le creuset de formation de "nos élites" avant qu'ils rejoignent l'ENA. Donc ils critiquent, en bons keynésiens étatistes, tout ce qui pourrait diminuer le rôle de l'état, et donc une austérité par la baisse des dépenses publiques.... La seule qui marche, comme les travaux d'Alesina l'avait démontré en 2010...
Réponse de le 17/04/2013 à 17:30 :
Lui seul détient la vérité économique : tous les travaux non cautionnés par J Galt sont nécessairement nullissimes ..... probablement parce qu'il est aveuglé par ses dogmes économiques qui obèrent son sens critique (et la lecture de contrepoints.org n'arrange rien). Aucun économiste ne "démontre"quoi que ce soit ....... écrire cela démontre la méconnaissance du raisonnement scientifique et de la portée provisoire de tous les travaux scientifiques .....
Réponse de le 17/04/2013 à 20:17 :
je ne suis pas un partisan de john galt mais il faut revenir aux réalités de français qui vient depuis 30 ans 15% au dessus de leurs moyens. Le mur et la faillitte n'est pas loin. Pourtant, le sérieux budgétaire n'implique pas de recourir sans imagination au modèle libéral dont la finalité est anti-sociale. L'intelligence n'est pas de répéter des théories toutes faites mais d'imaginer un autre modèle de société adapté au 21 ème siècle pour des pays qui n'auront plus jamais la croissance des Chinois.
Réponse de le 17/04/2013 à 20:48 :
@john galt La baisse des dépenses est devenue nécessaire mais elle doit être calibrée et sélective pour éviter un effet récessif. L'approche d'Alesina me semble beaucoup plus élaborée qu'une simple baisse des dépenses. Par ailleurs, elle prend aussi en compte les spécificités culturelles et sociales européennes. Elle s'inspire du libéralisme mais elle cible la réduction de la pauvreté. Un libéralisme de gauche ? Une doctrine incongrue en France ?
a écrit le 17/04/2013 à 14:34 :
L'euro en soit n'est pas mauvais ... par contre la gestion (germanique) de l?euro l'est !
Réponse de le 17/04/2013 à 14:46 :
A bon ? une monnaie identique pour 17 pays aux compétitivités différentes ce n'est pas mauvais ? Renseignez-vous sur les ZMO (Zone Monétaire Optimale) et vous verrez que l'euro est bancal à la base.
Réponse de le 17/04/2013 à 17:33 :
Le n?ud du problème est là,le plus marrant façon de parler évidemment c'est qu'à Bruxelles ils sont conscients de tout cela.Ils ont un beau panneau murale avec la carte des 17+10 (en attente) pays de la zone euro,vous m'avez compris cela ne vous rappel pas
un jeu de votre jeunesse?
a écrit le 17/04/2013 à 14:08 :
C'est l'adoption d'une monnaie unique qui menace désormais l'europe, le reste c est de la bavasse. Comme les detracteurs de l' euro l'avaient déjà fait remarquer ( dans le plus grand mépris de gens comme ceux de l OFCE ) , une seule monnaie ne peut convenir à la fois à l allemagne , très compétitive , à la France déjà plus...laxiste et à la Grèce .... disons ... plus proche du liban que de Stockolm.
a écrit le 17/04/2013 à 14:05 :
L'UE et l'euro sont globalement un echec. Misère et dictature voilà ce que nous a apporté cette soi-disante construction européenne. Pour comprendre l'arnarque : www.u-p-.fr, le seul parti qui vous donne la bonne clef de lecture pour comprendre ce qui se passe.
Réponse de le 17/04/2013 à 14:39 :
"Misère et dictature voilà ce que nous a apporté cette soi-disante construction européenne" avec il ne faut pas l'oublier une dette dantesque de la France sous Nicolas ... et François qui ne fait guère mieux, avec son inflation fiscale pour nourrir notre fonction publique !
Réponse de le 17/04/2013 à 14:42 :
sortir de l'euro admettons ... mais quand est il du remboursement des dettes contracter en euro ?
Réponse de le 17/04/2013 à 15:30 :
80% de notre dette est de droit français. Ce qui veut dire pour faire simple que 80% de notre dette sera remboursée sur la base d'un franc = un euro. De toute façon, aucun pays ne remboursera la totalité de la dette, c'est juste impossible. En ce qui concerne la dette dantesque dont vous parlez, sachez que sur les 1800 milliards dette que nous "devons", 1500 milliards correspondent aux intérêts cumulés payés aux banques depuis 1973 (loi pompidou giscard).
Réponse de le 18/04/2013 à 9:26 :
@ @PMXR: les Etats ont "sauvé" les banques en 2008 en injectant des centaines de milliard et cela n'a pas fait baissé leurs dettes ?
a écrit le 17/04/2013 à 13:59 :
Cette politique n'est pas du seul fait de Bruxelle mais aussi du fait des gouvernements conservateurs européens sous l'impulsion de l'Allemagne. Si en effet il faut absolument assainir les finances publiques de notre pays, il convient de le faire moins rapidement afin de ne pas tuer le peu de croissance qu'il reste. Pour l'instant en France nous avons échappé à la baisse massive des salaires, à la baisse des retraites et les seules vrais victimes depuis 52 mois consécutifs sont les chômeurs. Maintenant si l'assainissement des finances publiques doit continuer sur le même rythme et qu'il faille couper encore plus drastiquement dans la dépense publique,vu que la dévaluation de notre monnaie est impossible nous sous acheminons vers l'utilisation d'autres variables d'ajustement: La baisse des revenus salaire et retraite, allocations sociales diverses et naturellemnt plus de chômage.
Sur le court terme, la politique mis en oeuvre par le gouvernement est la moins pénalisante. Il faut mieux en effet augmenter les impôts notamment des plus riches, que de baisser trop rapidement la dépense publique (c'est la qu'est la démagogie de la droite qui laisse croire que ce serait une solution indolore) Les économiste et notamment le FMI s'est en effet aperçu que quand on baisse la dépense publique d'1% cela peut entrainer une baisse de la croissance de 1,5 à 1,7% ce qui provoque à coup sur la recession. A ce jour, le gouvernement a doser l'effort pour que nous n'entrions pas dans une recession importante. A savoir combien de temps cela peut durer si Bruxelle met la pression sur le gouvernement pour tenir ses objectifs. A ne pas faire preuve de souplesse la commission de Bruxelle risque de tuer le malade, qui sera guéri, mais mort.
a écrit le 17/04/2013 à 13:44 :
Par contre la politique de F. Hollande est un grand succès. Bravo, continuer ainsi....
Réponse de le 17/04/2013 à 22:20 :
L'OFCE, repère de socialiste qui se piquent de donner des leçons d'économie, veut démontrer que flanby est blanc comme neige... alors qu'il est innocent comme un chameau qui vient de naître...
a écrit le 17/04/2013 à 13:37 :
Ces économistes qui n'ont pas vu la crise venir ont subitement ouvert les yeux...
a écrit le 17/04/2013 à 13:37 :
Ceci a le mérite d'être clair, les économistes sortiraient ils de leurs nullité et suivisme? Sans dévaluation le chômage va continuer à progresser, sans rétablissement des frontières idem. Tout doit être repris de font en comble à commencer par le redressement fiscal des multinationales étrangères ou françaises d'ailleurs, les conventions fiscales internationales, il faut abandonner dare dare Schengen, etc...la Commission des larbins de Bruxelles au placard.
a écrit le 17/04/2013 à 13:35 :
Encore des theoriciens dans leur tour d ivoire payes grassement à raconter n importe quoi...
la croissance par la consommation est une erreur et non viable à terme, par la production ok mais....plus de clients dans le monde car dettes et les autres ne veulent pas desepargner...alors ...on condamne ceux qui ne veulent pas consommer....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :