Standard & Poor's pessimiste sur la France pour 2013 et 2014

 |   |  154  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Invité de Radio Classique ce lundi matin, Jean-Michel Six, chef économiste de l'agence de notation Standard & Poor's, juge les hypothèses de croissance du gouvernement pour 2013 et 2014 trop optimistes. Il prévoit une récession pour 2013.

Alors que le gouvernement table sur 0,1% de croissance, pour Jean-Michel Six, chef économiste de l'agence de notation Standard & Poor's, 2013 sera une année de récession en France. Ces prévisions expliquent les chiffres du sondage du magazine 60 millions de consommateurs publié ce lundi, selon lequel 8 Français sur 10 s'attendent à une baisse du pouvoir d'achat pour cette année.

Les prévisions de Jean-Michel Six ne sont pas plus encourageantes pour 2014. Bien que le programme de stabilité du gouvernement présenté la semaine dernière contienne selon lui « un certain nombre mesures intéressantes », il estime toutefois qu?il « continue de s?appuyer sur des hypothèses de croissance trop optimiste pour 2014 ». Alors que le gouvernement prévoit 1% de croissance pour l?année prochaine, les spécialistes tablent eux sur 0,3%.

 Le 16 avril, le Fonds monétaire international (FMI) revoyait ses prévisions à la baisse, prévoyant un recul du PIB de 0,1% pour 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2013 à 12:56 :
C?est amusant la France, on y vit de façon indolente sur le déficit et le mépris du travail. C?est comme aux Etats-Unis, la société est entrain de prendre le mur de la dette sur la tête. Seulement chez nous il existe un souci supplémentaire, une petite bulle immobilière à la mode espagnole. Les allemands n?en ont pas fait. Pareil pour la bérézina de l?industrie : on annonce la fermeture d?une usine automobile mais on parle peu des 16000 entreprises moyennes qui vont fermer... par faute de financement. Ainsi comme les français n?ont pas d?argent pour financer l?activité et comme on fait fuir les investisseurs étrangers, on se retrouve le bec dans l?eau. Est-ce vraiment un gouvernement qui défend l?emploi et pas plutôt le chômage ? On annonce 400 000 travailleurs du sud de l?Europe qui viennent travailler dans le bâtiment, voila qui tire les salaires vers le bas, comme le déficit d?innovation fait fermer les usines ou le déficit de l?Etat met en danger la fonction publique, comme l?absence de fonds met en danger les retraites dans les années qui viennent. Pire, on est attaqués par des rouges qui font de l?incitation à la violence pour l?histoire de l?amnistie. On regrette aussi les conditions de travail qui deviennent trop dures à tel point que l?on se suicide sur lieu de travail, voyez ce salarié d?une grande entreprise française, hier. On perd nombre de français parce qu?en haut lieu on fait n?importe quoi. Nous ne sommes pas au bout de nos peines, comme on a vendu nos obligations aux américains, des retraités, il faut s?attendre à ce qu?ils veillent dessus? on risque de prendre des boulets rouges, ne sentez-vous pas le vent du boulet ? Sous investissement chronique 400 milliards avec l?économie papier? que va-t-on devenir ? Prélever le déficit sur l?entreprise, c?est la mort de la France, on nous dit déjà que le niveau des prélèvements est excessif. Il y a des fautes lourdes, qu?on nous explique la croissance allemande, son chômage inférieur de moitié comme sa fonction publique, ses prix immobiliers à des niveaux raisonnables qui ne sont pas une épée de Damoclès, ses excédents budgétaires et commerciaux. Qui fait du bon travail, qui fait du travail de cochon ?
a écrit le 22/04/2013 à 23:58 :
IL n'y a pas que Standart et Poor's pessimistes, très pessimistes pour la France et les FRANCAIS en 2013, 2014! quelque chose va PETER! Français !! le CHANGEMENT , c'est MAINTENANT !! TU PARLES..!!!!!!!
a écrit le 22/04/2013 à 22:06 :
La droite n'a pas fait mieux que la gauche avec laquelle nous allons au désastre juste un peu plus vite ! NOTRE PROBLEME N'EST PAS UN PROBLEME DROITE VS GAUCHE MAIS UNE OLIGARCHIE QUI SE GAVE SUR LE DOS DU CONTRIBUABLE. La France tue l'envie d'entreprendre, elle tue les PME qui croulent sous les charges pour alimenter cet état 2 ou 3 fois trop volumineux. La seule chose que nous savons faire est de fabriquer des énarques et des hauts fonctionnaires qui n'en foutent pas une si ce n'est de profiter des autres. Je ne suis pas extrémiste mais voterai probablement dans ce sens à la prochaine élection car il faut remettre de l'ordre dans notre système démocratique qui n'en est plus un.
Réponse de le 22/04/2013 à 23:59 :
c'est tout à fait ça!! +++10000000 !
a écrit le 22/04/2013 à 16:21 :
Bien au delà de 50% de prélèvements obligatoires nous nous dirigeons de +en+ vers un système collectiviste ayant pour mission l'assistanat.Il devient urgent que chacun se prenne en main et n'attende plus tout de l'état providence. Marre de ces blaireaux qui veulent tout devant leur porte,une école,un hôpital,une déneigeuse,un tribunal etc... Cela ne peut plus durer.
Réponse de le 22/04/2013 à 16:38 :
@celestin - Au delà de 50 % de prélèvements obligatoires c'est tout simplement pour encourager la conversion vers le bénévolat d'office. Ceux qui paient presque tout à l'Etat ont au moins la satisfaction d'oeuvrer comme bénévoles. Que du bonheur !
a écrit le 22/04/2013 à 16:16 :
Standard & Poor's est comme 80% de français... la politique des bonimenteurs de gauche comme de droite nous amènera dans le mur à ne pas vouloir dire la vérité aux français sur la dépense publique avec des administrations publiques et territoriaux comme les agents publiques et territoriaux trop couteuses et trop nombreux dont beaucoup d?inutiles ou sans tache de travail... Mais une fois dans le mur, il faudra bien taper dans la fonction publique après le privé...
a écrit le 22/04/2013 à 15:46 :
Les français ont toujours voté pour des socialistes qu' ils soient de droite ( ump ) ou de gauche ( parti socialiste ).
Ils veulent tout gratuit : l' enseignement, les soins, la maladie, les transports publics pour les smicards,les crèches, les universités. Ils veulent de la fonction publique partout et voilà le résultat : au bout de 40 ans à ce régime d' assistanat généralisé, c' est la faillite du système gangréné par des politiciens et des syndicats complices !!!
a écrit le 22/04/2013 à 15:40 :
L'économie est comme une respiration. Il arrive que l'on ait trop d'air alors on en redonne un peu. Il arrive que l'on manque d'air alors on frôle le malaise. La croissance n'est pas une fin en soi ; disons le tout net.
a écrit le 22/04/2013 à 15:25 :
on a pas besoin de s§p pour constater les degats la france est devenu la risee dans le monde moi j ai la chance de vivre une partie de l annee a l etranger quand je vois ce que representait l image de la france il a 30ans et l image d aujourd hui....on est la risee du monde si vous etes jeunes ne perdez plus votre temps tirez vous canada australie.....
a écrit le 22/04/2013 à 14:56 :
nous sommes atteints de la peste (des impôts) !!!
Ils n'en mourraient pas tous (les français) MAIS ILS EN SONT TOUS ATTEINTS ....
On va tous crever des charges iniques ... il va falloir réagir contre ce gouvernement d'incapables socialo COMMUNISTES
Réponse de le 22/04/2013 à 16:41 :
@lapeste - mais il y a tout de même deux paradis fiscaux en France : le palais Bourbon (parlement) et le palais du Luxembourg (sénat). Pourvu que ça dure !
a écrit le 22/04/2013 à 14:43 :
Venant de S&P, ceci veut dire, de manière diplomatique, qu'elle prête à dégrader de nouveau la note de la dette souveraine française, à peine plus sûre que celle des autres pays d'Europe du Sud.
a écrit le 22/04/2013 à 14:38 :
Par petites touches, S&P semble préparer le public et les marchés à un nouvel abaissement de la note souveraine de la France; en effet, les propos de l'agence sont beaucoup moins élogieux que ces derniers mois, lorsque l'on faisait un minimum crédit à Hollande pour prendre des mesures crédibles susceptibles de créer un climat de confiance. La vague promesse de réformer le régimes des retraites pour la fin de l'année (souhait des agences) ne semble pas en mesure de changer la donne. A suivre;
a écrit le 22/04/2013 à 13:40 :
Pas de surprise,gestion socialo qui fait fuire toutes les richesses vives.
a écrit le 22/04/2013 à 13:36 :
bastonner la France car , il est "aussi " la finance montrée du doigt par hollande . ensuite si en divisant par deux sa consommation on va deux fois plus loin dans le temps avec le même bonheur sans les plaisirs ... souvent futiles ! je ne vois pas où est le problème ! le soucis vient de l'appétit de notre état ! il suffit de les regarder , tous en surpoids ...
a écrit le 22/04/2013 à 12:59 :
Depuis des années le prévisionnel de nos chefs d'état sont faux, à quand des sanctions pour mensonges éhontés et politique économique désastreuse.
Réponse de le 22/04/2013 à 14:36 :
Simple méthode Coué et discours positif pour restaurer la confiance en l'avenir, ce qui est en théorie la base de la croissance.
Mais c'est vrai que dépasser les 150 km/h à bord d'une twingo avec frein à main serré, à un moment il ne suffit plus de le vouloir, mais de se poser la question : est-ce encore possible ? Possible de retrouver la croissance dans un pays champion du monde des prélèvements, avec un cout de la vie supérieur à tous ses voisins ? Possible de demander aux français de consommer alors que la bulle immobilière leur ampute 30% de leurs revenus ou les économies de toute une vie pour ceux qui achètent ?
a écrit le 22/04/2013 à 12:18 :
Le gouvernement (mdr) systématiquement maximise ses recettes future et minimise ses dépenses, c'est toute les années, et de plus en plus le grand écart...Diviser les promesses de croissance par 3 semble etre un bon compromis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :