Le président n'annonce rien de nouveau en faveur des entreprises

 |   |  655  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Lors de sa conférence de presse, François Hollande s'est contenté de rappeler ses récentes promesses. L'essentiel était connu depuis les Assises de l'entrepreneuriat le 29 avril. Les entreprises sont déçues.

S'ils attendaient un nouveau dispositif, un outil supplémentaire pour les aider à embaucher, innover, exporter, les chefs d'entreprises en sont pour leur frais. Lors de sa conférence de presse ce jeudi, François Hollande s'est contenté de rappeler les engagements tenus lors de la conclusion des Assises de l'entrepreneuriat le 29 avril.

Concrètement, le régime fiscal des plus-values de cessions qui fut durci par la loi de finances 2013 et qui provoqua le mouvement des Pigeons, sera simplifié par le projet de la loi de finances 2014. Les cinq régimes existants seront remplacés par deux régimes simples. La mise au barème de l'impôt sur le revenu des plus-values de cession n'est pas supprimée mais elle sera allégée via des abattements en fonction de la durée de détention.

Deux régimes au lieu de cinq

Le premier régime, de droit commun, prévoit que lorsque la cession intervient moins de deux ans après l'achat de titres, les plus-values seront soumises au barème de l'impôt sur le revenu. Au-delà de deux ans, un abattement de 50% sera appliqué et sera porté à 65% après 8 ans de détention des titres cédés. Le second régime intéresse les investisseurs dans des entreprises âgées de moins de dix ans ainsi que tous les bénéficiaires des exonérations actuelles (départ à la retraite, reclassements familiaux...), et divisera par deux les délais définis dans le régime de droit commun. Un abattement majoré à 85% sera instauré après la huitième année. Pour apaiser les chefs d'entreprises qui partiront à la retraite, un abattement complémentaire de 500.000 euros sera pratiqué sur le montant de la plus-value. Le coût de cette réforme est évalué entre 200 et 300 millions d'euros en année pleine. ICette réforme devrait entrer en vigueur le 1er janvier prochain.

L'épargne des ménages au service des entreprises

Autre mesure, le PEA verra très vite son plafond augmenté pour passer de 132.000 à 150.000 euros. Un compartiment supplémentaire dans la limite de 75.000 euros sera créé pour mobiliser davantage l'épargne des ménages vers les PME et les ETI. Objectif affiché : flécher davantage l'épargne des ménages vers les entreprises. C'est le même objectif qui sera poursuivi par la modification de l'assurance-vie également annoncée lors des Assises de l'entrepreneuriat.

Le chef de l'Etat a également insisté sur le choc de simplification qu'il entend provoquer. Comment ? En divisant par trois le temps d'une implantation pour une entreprise, en légiférant par ordonnance pour accélérer les mises en chantiers et tenter de résoudre ainsi une partie de la crise du logement, en réclamant encore et toujours des trésors d'imagination aux élus et à l'administration pour stopper l'inflation normative et législative. "Ce choc de simplification qui se poursuivra tout au long du quinquennat est une réforme structurelle et un facteur de croissance "assure le président de la République.

La Commission Lauvergeon chargée de l'avenir de la France

Et l'avenir ? François Hollande compte sur la commission Lauvergeon qui rendra ses conclusions en juin à Jean-Marc Ayrault. Celle-ci devra formuler une série de propositions pour stimuler les secteurs du numérique, de la transition énergétique, de la santé ainsi que les grandes infrastructures à l'horizon 2030.

"Au-delà de cette pétition de principe et des mesures déjà annoncées, la CGPME constate que le président de la République n'a pas apporté aujourd'hui de précisions sur les mesures supplémentaires qu'il entend mettre en ?uvre pour sonner la mobilisation contre le chômage et mettre fin à l'inquiétude actuelle des chefs d'entreprise. De même aucun engagement précis sur l'absence de prélèvements supplémentaires ou de réduction des dépenses publiques n'a été formulé", constate la CGPME dans un communiqué de presse.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2013 à 9:56 :
Comme d'habitude, pas d'annonce... Le mariage pour tous, c'est fait (sauf pour lui et sa compagne, récemment divorcée, qui peut donc se re-MARIER ; ils ne le feront pas, ISF oblige !). C'est un autre problème.
Qu'il oublie la boîte à outils, ridicule : rien dedans.
L'annonce du vote des étrangers : il ne fera pas "avant les prochaines municipales" pour ne pas "laisser penser que c'est à des fins électoralistes" !
Il ne le fera pas après non plus... Comme le "dissimulateur" et "le retraité de Ré" à leur époque...
Point positif : il "lance" un projet à... dix ans ! Ça signifie qu'Il pense perdurer dans sa fonction... en 2014.
a écrit le 17/05/2013 à 8:58 :
bonne nouvelle il n'a surtout rien annoncé comme mesures contre les entreprises et son ministre de la regression productive n'a pas pris la parole pour faire fuir les entrepremeurs donc une bonne conférence de presse
restons assoupis et attendons que l'Allemagne nous sauve en augmentant ses salaires !!!!
a écrit le 17/05/2013 à 0:19 :
Le 16 mai 2013 Hollande a menti
il a dit « les pays européens hors zone euro sont plus endettés »
FAUX et tout son raisonnement tombe a l?eau
( Chiffres Eurostat )
Faible endettement pour les pays UE qui ont refusé l?euro
UE HORS ZONE EURO = FAIBLE ENDETTEMENT 48% DU PIB, 41% en 2002
Danemark = 47% ,47% en 2002 ,
Suède = 32% , 52 % en 2002
Pologne = 55% , 41% en 2002
Rép tchèque= 41% , 30% en 2002
Hongrie = 82%, 57% en 2002
Lettonie = 46% , 15% en 2002
Lituanie = 36% , 22% en 200 2

Les USA comme modéle , seule l? Angleterre s?endette très fortement
Angleterre = 148% (Agence Fitch) ,33% en 2002

En- Zone-Euro = Double Endettement 85,1% du PIB, 62% en 2002
France = 89% , 58% en 2002
Allemagne = 84% , 60% en 2002
Italie = 119% , 108% en 2002
Belgique = 100% , 105% en 2002
Espagne = 119% , 108% en 2002
Grèce = 142,8% , 102% en 2002
Irlande = 114% , 32% en 2002
Autriche = 75 % , 66% en 2002
A la BCE ,Draghi compromis par un conflit d?interets avec la banque US Goldman Sachs qui a truqué les comptes de la Grece
LA DETTE USA TOTALE TRIPLEE EN 10 ANS passée avec 23000 milliards$
Dette USA = 167% du PIB en 2012, 59% en 2002
2002 : 1? = 1$ , 2012 1?= 1,3$
Depuis 2002 , l?euro est 30% plus cher avec une parité euro/dollar manipulée par la BCE et la Fed-USA .D?où chute de nos exportations , délocalisations hors zone euro et l?austérité dans la zone euro .
Les guerres perdues d?Irak et d?Afaganistan a credit , les USA font payer l?europe en dévaluant le dollar
Réponse de le 17/05/2013 à 8:15 :
Faux. L'Amérique est une nation jeune et remplie de jeunes entreprises très innovantes. lEs USA ont donc besoin de relancer l'emploi et la croissance. A l'inverse l'Europe est un continent de vieux qui veulent protéger leur épargne et se moquent du chômage des jeunes.
Et franchement j'ai plus confiance dans un pays qui a de la croissance pour rembourser ses dettes que dans des Etats qui disent vouloir se désendetter mais gagnent moins d'argent avec la récession.
Réponse de le 17/05/2013 à 9:42 :
le pb c'est pas le dollar, c'est le rimnibi qui quote en pegged float ( et les yanks veulent faire payer l'addition a la chine...)
a écrit le 16/05/2013 à 22:54 :
On est déçu seulement si l'on attendais quelque chose ...il y a longtemps que les chefs d'entreprise, les employeurs potentiels, les investisseurs, n'attendent PLUS RIEN : ils ne peuvent donc pas être déçu !!!! Par contre, ce sont ceux qui espère une reprise qui vont être déçus !!!
Réponse de le 17/05/2013 à 9:42 :
il y aura une reprise des impots nouveaux
a écrit le 16/05/2013 à 21:06 :
Ce fonctionnaire de luxe n'aime pas les entreprises.Il croit que l'état peut tou et il faudra que l'on soit parvenus, hélas, à la dernière extrémité pour desserrer le noeud coulant qui les étrangle. J'espère qu'on aura fait sauter ce gvt d'incompétents avant !
a écrit le 16/05/2013 à 20:18 :
Cet énarque élevé depuis toujours aux mamelles des deniers public a entendu le mot "entreprise" il y a un an seulement .... tout est dit ..
a écrit le 16/05/2013 à 18:24 :
Le président ne sait que proposer des taxes pour TOUS.
Cela l'occupe à temps plein ... ainsi il est sûr de couler le pays ...
il n'y aura pas de croissance, pas d'emplois, pas d'avenir, ... CA VA PETER sûrement bientôt ... la cocotte minute est en surchauffe
Réponse de le 16/05/2013 à 19:20 :
pas l'etoffe d'un président
Réponse de le 17/05/2013 à 2:04 :
oui Vache qui Rit est un mauvais fromage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :