Salaires : plus on gagne, plus on a de chances d'être augmenté

 |   |  394  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon la dernière enquête Orion-CFDT portant sur 15.000 salariés, les 25% les moins rémunérés ont 38% de chances d'avoir une augmentation. A l'inverse, si l'on fait partie des 25% les mieux rémunérés, cette probabilité monte à 53%.

En Association avec Orion, un observatoire des rémunérations, la CFDT a réalisé une très vaste enquête sur les salaires auprès de 15.000 salariés. Une fois encore, sans réelle surprise, l'étude relève que les traditionnelles inégalités demeurent et semblent avoir la vie dure : celles entre hommes et femmes, entre grandes et petites entreprises, entre diplômés et non diplômés, etc.

Moins de la moitié des salariés ont été augmentés dans les 12 mois

Les salariés étaient interrogés sur leur rémunération perçue entre avril et juin 2012. Il apparaît que 48,2% d'entre eux ont déclaré avoir été augmentés au cours des douze derniers mois (56% dans le secteur privé et 32% dans la fonction publique).

Surtout, ce qui frappe, c'est que plus on gagne plus on a de chances d'être augmenté. Ainsi, si l'on divise la population en quatre quarts égaux, si l'on appartient aux 25% les moins rémunérés, on a 38% de chances d'avoir une augmentation. Et, à l'inverse, si l'on fait partie des 25% les mieux rémunérés, cette probabilité monte à...53%. De même, une formation suivie au cours des trois dernières années accroît légèrement la probabilité d'être augmenté (50,6% contre 45,7% de ceux qui n'ont pas suivi de formation.

Seuls 24% des salariés estiment avoir le bon niveau de rémunération

Sans surprise, seulement 24% des répondants estiment avoir un niveau de rémunération « tout à fait » ou « plutôt » satisfaisant... Un taux d'appréciation d'ailleurs identique dans le privé et la fonction publique (à l'exception de la fonction publique hospitalière ou la satisfaction se limite à 15, 5%). A noter que l'insatisfaction s'exprime beaucoup plus fortement chez les non-cadres (53%) que chez les cadres (16,6%).

S'agissant de la structure de la rémunération, 12,3% des sondés répondent ne bénéficier d'aucune primes régulières ou de primes d'un montant variable. En revanche, 35% perçoivent de l'intéressement ou/et de la participation ; 53,6% bénéficient d'un 13è mois ; 26,4% touchent une prime de vacances ou de fin d'année. Sinon, 70% des sondés ont été évalués par leur hiérarchie. Mais pour 64% d'entre eux, cette évaluation a surtout été une procédure formelle, sans un intérêt majeur.


Pour aller plus loin, retrouvez toutes nos offres d'emploi
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2013 à 9:55 :
Dans mon monde imaginaire, la rémunération ne serait pas proportionnelle à la richesse produite mais plutôt indexée à l'effort et aux résultats pour se dépasser...
Mais je suis tout à fait conscient qu'il ne s'agit que d'imagination...
Réponse de le 18/06/2013 à 13:24 :
...mais si seulement c'était proportionnel à la richesse produite ; ce n'est même pas le cas...
a écrit le 15/06/2013 à 9:52 :
AH AH j'adore ce genre de qui sonne comme le gong d'un combat de boxe entre COCO coin gauche et BOURJO coin droit.
A coco je dirais : il y a ceux qui gagnent le smic parce qu?ils n'ont pas eu de chance à la naissance et ceux là, je les aiderais volontier (Handicapés mentaux ou physique, pas ou peu intelligent ou atteint par une pathologie grave) et il y a les grosses feignasses qui, se planquant derrière une idéologie politique à la con, en profite pour glander toute la journée et vivre comme le font les politiques sur le dos des autres et franchement, à ceux là j'ai vraiment envie de leur distribuer des baffes...
A BOURJO je dirais que si ceux de votre espèce avaient un peu plus de considération pour ce bétail qui vous nourrit par le fruit de leur travail, il devrait être possible de trouver des compromis qui permettraient d'éviter que d'autres COCO voient le jour. Par contre, impossible d'enrayer la prolifération de BOURJO car comme disait Coluche, les riches sont les méchants mais tout le monde veut devenir méchant...

a écrit le 14/06/2013 à 17:02 :
J'ai appris que si l'on fait partie des 25% les mieux rémunérés, cette probabilité monte à...53%
a écrit le 14/06/2013 à 14:39 :
il faut nationaliser toutes les entreprises privées, tout le monde deviendrait fonctionnaire avec instauration d'un salaire unique et d'un droit opposable à la glande
a écrit le 14/06/2013 à 12:11 :
Le diplôme est un privilège inacceptable à notre époque de "justice sociale". Les diplômés doivent être payés moins chers que les non diplômés ! Et en plus, ils doivent payer encore et toujours plus d'impôts !
Réponse de le 15/06/2013 à 18:15 :
Excusez-moi, mais il y a quelque chose que je ne comprends pas dans vos dires Mme/Mr "Vive la Sociale!".

Bien que je sois contre les injustices, certaines inégalités (qui ne portent pas atteinte à l'intégrité et au bien-être des personnes) se justifient tout de même. Comme quelqu'un qui gagne plus car il travaille plus, ne trouvez-vous pas ceci moralement juste ?
Je vais être diplômé, et je trouve qu'après les année post-bac que j'ai dû faire, il est normal que je gagne directement plus que si je n'avais pas fait toutes ces études !
Pour votre deuxième "demande", Mme/Mr Vive la Sociale!, je dirais que ceci est déjà vrai, généralement les cadres payent plus d'impôts (ne serait-ce sur le revenu...) que les ouvriers ou techniciens. Un acharnement ?

Selon moi, il ne devrait pas être indispensable d'avoir un diplôme pour prouver sa vraie valeur (et ainsi pouvoir gagner son pain dûment mérité), mais encore faut-il se donner la peine de la montrer, et ceci dans n'importe quel domaine qu'il soit (littéraire, scientifique, artistique, etc...).
Le système des diplômes était beaucoup moins nécessaire pour déboucher sur quelque chose dans la vie quelques décennies en arrière, mais le monde change...
a écrit le 14/06/2013 à 10:32 :
En définitive, ce n'est pas une surprise. La première difficulté, c'est d'accéder au marché du travail, même en précaire mal payé (le fameux "stage"). La deuxième étape, c'est d'obtenir un CDD, ou le graal, un CDI, même mal payé. Enfin, à se moment là seulement on peut concentrer ses efforts sur les augmentations de salaire. Les gens les mieux payés sont ceux qui sont dans les meilleurs dispositions pour se consacrer à gagner plus d'argent.
a écrit le 14/06/2013 à 6:50 :
Puisque la fiscalité augmente avec le revenu, cela paraît une conséquence logique, non? ;-)
a écrit le 14/06/2013 à 5:13 :
Il faut etre en France pour lire que la différence de salaires entre diplômés et non diplômés et une inégalité au même titre que la différence entre homme et femme. Bien évidemment, chez nous, le diplôme est un passe droit et non l'aboutissement de l'acquisition de connaissances. Le salaire qui va avec, une anomalie. Cela traduit bien l'idée qu'on se fait chez nous que le salaire est lié aux heures de présence, l'augmentation un automatisme lié aux années de présence et la prime un remerciement à ceux qui ont réalisé correctement le travail pour lequel ils sont payés ! Le seul fait de parler de "primes régulières" montre à quel point cette notion de prime est totalement dévoyée en France ! C'est d'ailleurs pour cela que pour la majorité des gens l'évaluation ne sert à rien : c'est si simple d'évaluer les heures de présence effective. Rappeler que le salaire correspond à la valeur ajoutée apportée.et que le but des études est de permettre d'augmenter fortement cette valeur ajoutée en participant au développement de l'activité est un quasi blasphème. .....................
a écrit le 13/06/2013 à 22:23 :
Bosco (vocabulaire maritime) - Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Bosco_(vocabulaire_maritime)?
L'appellation Bosco est issue de l'anglais "bosseman", qui était le contre-maître chargé de la bosse, dernier cordage à retenir l'ancre avant de la mouiller.

Réponse de le 15/06/2013 à 21:24 :
Veux-tu gagner des millions? alors question : si tu te retrouve entrain de crever de soif dans le désert, que choisis-tu d'acheter? - Réponse 1 : Une gourde pleine d'eau fraîche. - Réponse 2 : un énorme diamant de 600 carats - Réponse 3 : une machine alimentée à l'énergie solaire permettant de condenser la vapeur d'eau atmosphérique - Réponse 4 : une machine permettant de fabriquer des diamants synthétiques à partir d'atomes de carbones éparpillées dans le sable. Bien sûr, tu n'as droit qu'à une seule réponse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :