Pour le Medef, le rapport Moreau sur les retraites a tout faux

 |   |  570  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le Medef conteste fortement les recommandations du rapport Moreau pour résorber le déficit des retraites. Il lui reproche de privilégier les pistes de l'augmenation des cotisations et de la désindexation des pensions. Pour l'organisation patronale, seuls les paramètres de l'allongement de la durée de cotisation et de l'élévation de l'âge du départ légal à la retraite doivent être considérés. Laurence Parisot participera en personne à la table ronde sur les retraites prévue lors de la grande conférence sociale.

Au Medef, c'est clair : pas de quartier pour le rapport de la Commission Moreau sur l'avenir des retraites ! L'organisation patronale se retrouve d'accord avec FO... et la CGT pour dénoncer les divers pistes évoquées dans ce rapport pour résorber le déficit des régimes de retraite qui atteindra plus de 20 milliards en 2020. Bien entendu, ce n'est pas pour les mêmes raisons que les syndicats si l'organisation patronale dénonce les préconisations avancées. *

Selon Laurence Parisot, « plusieurs points du rapport manquent de rigueur et de hauteur de vue ». Ainsi, selon elle, "Nous savons que les besoins de financement pour l'ensemble des régimes à l'horizon 2020 sont de l'ordre de 22 milliards d'euros par an". Or, sur cette somme, "8,6 milliards représentent les besoins de financement des seuls régimes des fonctionnaires" et "le rapport Moreau laisse entière (...) la question du financement" de ces régimes, a déploré la présidente du Medef.


Opposition à une hausse des cotisations et à la désindexation partielle des pensions


Par ailleurs, toujours selon Laurence Parisot,, "à un horizon de court terme, les leviers d'action privilégiés par le rapport Moreau sont les pistes fiscales (...) qui passent notamment par une hausse de cotisation sur les entreprises et les actifs": "c'est inacceptable, inenvisageable et irresponsable",
Enfin, "la piste de l'âge (légal de départ) tout comme la piste de la durée de cotisation sont considérées marginalement", a-t-elle souligné. Car "le rapport imagine un déplacement de l'âge légal ou un allongement de la durée de cotisation sur un rythme tellement lent qu'effectivement ces mouvements ne produisent que très peu d'effets", a estimé Laurence Parisot.


Le trait volontairement noirci


En vérité, le Medef noircit un peu le trait. Le rapport Moreau se présente comme une boite à outils. Il propose donc différents leviers pour agir : désindexation partielle des pensions et/ou des salaires portés au compte, hausse des cotisations vieillesse, allongement de la durée de cotisation, etc. Il ne fait pas de choix entre ces différentes possibilités. Il se contente de les exposer.

Mieux, s'agissant de la hausse éventuelle des cotisations, le rapport Moreau explique même qu'il s'agirait du choix qui pèserait le plus sur la croissance... Ce qui aurait dû satisfaire le Medef. Quant au régime de retraite des fonctionnaires, ce même rapport explique que pour le calcul de la pension, il ne faudrait peut-être plus la calculer sur la bases des six derniers mois de salaire (hors prime) mais sur une période allant de 3 à 10 ans. Un point qui devrait aussi satisfaire l'organisation patronale.


Le Medef milite pour remonter l'âge du départ à la retraite


En réalité, l'opposition de Laurence Parisot au rapport Moreau réside dans le fait que, pour le Medef, il n'y a que deux paramètres à prendre en considération : l'élévation de l'âge du départ légal à la retraite et l'allongement de la durée de cotisation. Tous les autres leviers sont donc à oublier. D'ailleurs, Laurence Parisot a indiqué que lors de la grande conférence sociale des 20 et 21 juin, elle assisterait personnellement à la table ronde sur les retraites et le financement de la protection sociale pour faire prévaloir le point de vue du Medef car le « sujet retraite est au c?ur de l'avenir de notre pays »

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2013 à 14:55 :
Remonter l'âge légal de départ serait bien pire qu'augmenter la durée de cotisation car cela ne prend pas en compte les carrières longues et difficiles! Il existe une autre alternative qui demande beaucoup plus de courage, désindexer TOUTES les retraites (privées et publiques) car quoi qu'il arrive les séniors devront aider leurs enfants au chômage alors perdre du pouvoir d'achat pour une génération qui a mieux vécu que ses parents pour favoriser une reprise économique c'est faire preuve d'intelligence et de pragmatisme. Si les séniors sont solidaires, ils ont à présent l'occasion de le prouver!
Réponse de le 19/06/2013 à 22:49 :
non seulement nos enfants deviendront pauvres et nous aussi , il faut en avoir plein les poches pour parler ainsi!
a écrit le 19/06/2013 à 14:46 :
Les ouvriers peuvent se reconnaitre dans la position de la patronne du Medef, certains avis sont très proches. Les salariés veulent conserver leur travail et bénéficier d'un meilleur salaire. Le Gouvernement devrait y réfléchir car même lui y trouverait son compte.
a écrit le 19/06/2013 à 13:16 :
Durcissement tactique avant l'arrivée de Gattaz ?
Si une entreprise ne peut pas payer des salaires décents avec les charges du modèle français, elle doit disparaître.
Sinon on doit faire des abattements pour canards boiteux et on retarde la modernisation.
C'est inéluctable en régime capitaliste.
Les vrais libéraux doivent approuver !
a écrit le 19/06/2013 à 11:19 :
moins de chomeurs= plus de cotisants =moins de probleme de financement alors s'attaquer au systeme de retraite peut etre mais sans s'attaquer au probleme de l'emplois c'est un coup d'epee dans l'eau :on recommence dans 2..3..4.ou 5 ans alors mme du medef embauchez au lieu de vous plaindre et mmsieurs dame du gouvernement travaillez pour l'emplois et arretez de nous taxer bettement
Réponse de le 19/06/2013 à 14:22 :
@retraite

Commencez par embaucher votre employée d'aide à domicile avec un véritable contrat de travail au lieu du CESU (chèque emploi service universel) subventionnée par la sécurité sociale...
Réponse de le 19/06/2013 à 14:46 :
tout faux et hors sujet je n'ai pas d'employe (je le suis moi meme) et je n'utilise pas de cesu
a écrit le 19/06/2013 à 8:17 :
Tous nos raisonnements sont faux;il faut prendre en compte les gains de productivité et le role de l'énergie.Il faut tendre vers cette conclusion:réduire le cout du travail en taxant l'énergie.(l'énergie remplace le travail ce qui en absence de croissance,augmente le non travail,cad le chomage!).Contredisez-moi!
Réponse de le 19/06/2013 à 13:37 :
Juste une question, le travail est il possible sans énergie ? Pourquoi chaque choc pétrolier ou énergétique se traduit par une hausse du chômage dans le monde entier ?
Réponse de le 19/06/2013 à 14:32 :
@Gépé001

Sachant que seulement 4 % de l'énergie absorbée (cf. nourriture) par un être humain est restituée sous forme de travail mécanique, une telle taxe risque de rapporter des clopinettes sur le travail manuel mais beaucoup plus sur le travail à assistance mécanique notamment dans le BTP. Ce serait l'idéal pour doper les plus value dans la pierre pour les rentiers! Malheureusement une taxe indirecte sur le travail (cf. énergie) ne créer pas d'emplois notamment dans le privé pour financer une fonction publique obèse à l'image de son premier représentant au sommet de l'état.
Réponse de le 19/06/2013 à 15:30 :
il faut taxer l'air qu'on respire, l'eau qu'on boit, les jardins ouvriers qui produisent sans passer par la case supermarche il faut doubler les prix des peages, taxer plus les hotels et les campings il faut aussi creer une "taxe excrements" ou carbonne bis, il faut passer la tva a 30% bref des taxes des taxes toujours des taxes et la france sera sauvee!
Réponse de le 22/06/2013 à 9:06 :
Il y a 3 notions:
1-le prix de l'énergie
2-le cout du travail
3-la relation entre prix de l'énergie et cout du travail;transférer sur l'énergie une partie du cout du travail(les charges)est bénéfique jusqu'à un certain seuil.Merci
a écrit le 19/06/2013 à 7:33 :
Statistiquement, on a plus de chance de décéder à mesure que l'on avance en age, ce qui contredit le rapport de l'INSEE qui évoque l'allongement de la durée de la vie. Cumuler 2 curseurs est une inéptie. Seul le nombre de trimestre cotisé doit compter.
a écrit le 19/06/2013 à 7:27 :
Il est urgent de ne rien faire tant que je ne suis pas parti à la retraite.
Réponse de le 19/06/2013 à 11:14 :
idem pour moi !
a écrit le 18/06/2013 à 23:10 :
Il suffit de lire les différentes contributions pour se rendre compte que la corde va casser. Notre modèle social à vécu. Nous devons définitivement admettre que les temps ont changé. Nous ne pouvons plus partir à la retraite à 55 ans à taux plein et vivre encore 30 ans. C'est fini. Les entreprises et les classes moyennes ont trop porté ce système pervers. Il est temps d'admettre que la notion des "Acquis sociaux" est révolue qu'il faut maintenant se bouger le c.. et pendant longtemps.
Réponse de le 19/06/2013 à 11:12 :
YA KA FAUT QU ON
Réponse de le 19/06/2013 à 11:15 :
je ne vous voit pas beaucoup bouger
Réponse de le 19/06/2013 à 13:41 :
Parce que vous êtes parti à 55 ans à taux plein ? Vous êtes donc un papy boomer profiteur comme tant d'autres. Pour ma part, si la durée de cotisations augmente à 44 ans comme préconisé dans ce rapport, je partirai à la retraite à 68 ans (si je n'ai aucune période de chômage dans ma carrière). Même celui qui commence sa carrière à 18 ans devra travailler jusqu'à 62 ans pour avoir son taux plein. Tout ça pour faire payer VOTRE retraite par les jeunes. Il est à noter qu'actuellement, l'âge moyen de départ à la retraite est le même en France et en Allemagne. Les préjugés ont la vie dure...
Réponse de le 19/06/2013 à 14:25 :
vous critiquez NO et les boomers, mais vous dans votre future retraite avec le nombre de trimestres qui sera exigés alors, vous n' arriverez à cotiser autant et aux nombre d'heures effectuées que les boomers. Vous n'êtes pas crédible Monsieur 35 heures profitez de vos RTT avec vos bons de vacances financés en partie par l'état.
Réponse de le 19/06/2013 à 14:25 :
c'est quoi cette mode de reporter les difficultes actuelles sur les "papy boomers" ils n'y sont pour rien c'est l'etat qui decide de la politique du travail et du social ces gens n'ont profites de rien si ce n'est de la semaine a 40h puis subit des changement decides par les gouvernements successifs c'est toujours facile de reporter ses problemes sur les autres ce qui fait en fait que tous nos"vieux"sont responsables de tous nos malheurs actuels.je sui encore loin de la retraite meis je ne reproche pas a mes parents d'en avoir beneficie a 58 ans
a écrit le 18/06/2013 à 22:27 :
Mme PARISOT lorsque vous participerez à la table ronde sur les retraites, parlerez-vous de la révision de la RETRAITE des PARLEMENTAIRES (députés et sénateurs) ?
a écrit le 18/06/2013 à 21:54 :
lorsque vous arriver a la retraite et que l on vous dit vous travaillerez 2 a 3 ans de plus alors que vous etes usé , non il y a des baffes qui ce perdent .
le gouvernement a donner des milliards a beaucoup d entreprises qui non pas embaucher a l avenant .
ensuite ils parle de cotiser 44 ans c est ce que je vais faire peut être même 46
retraite usine a gaz
Réponse de le 19/06/2013 à 12:36 :
Idem pour celui qui est au chômage et qui doit attendre 2 ou 3 ans de plus pour toucher sa retraite et qui voit son espérance de vie se réduire faute de pouvoir se payer les soins appropriés!
Réponse de le 19/06/2013 à 14:36 :
@cestrofort

J'en connais beaucoup qui sont usés car frappés par le syndrome des fesses plates, le c** sur une chaise. Visiblement la prise en compte de la pénibilité au travail n'est plus à l'ordre du jour!
a écrit le 18/06/2013 à 20:06 :
Le Medef devrait aussi pour être cohérent militer pour que ses membres ne fassent pas la chasse systématique aux seniors dans les entreprises (au delà de 50-55 ans). On en est loin comme j'ai pu le constater autour de moi et aussi pour moi. Le patronat à la solde des financiers ne regarde que le coût et se prive de l'expérience des seniors sous prétexte qu'ils sont chers et dans beaucoup de secteurs, l'expérience est fondamentale. Un bel exemple est la construction du réacteur EPR en Finlande, vendu par des gens peu expérimentés poussés par une patronne mégalomane; quant à la réalisation on a mis un brillant X Mines sans expérience mais ça n'a bien sur pas fonctionné par manque d'expérience et de vécu. Tout le monde connait le résultat soit quelques milliards de pertes.
Bref, pas très crédible la dame
a écrit le 18/06/2013 à 19:58 :
Quand va t on remettre la TVA sociale sur le tapis? Peut être quand on remettra en cause l'euro comme monnaie unique! C'est vrai que l'une et l'autre, en même temps, ne pourra que générai la croissance et la confiance!
a écrit le 18/06/2013 à 19:58 :
Perso, je suis pas du tout favorable au dernier paragraphe de cet article. Les jeunes ont besoin de travailler et je leur laisserais volontier ma place.
Réponse de le 19/06/2013 à 7:29 :
Vous avez raison. Le chômage est plus supportable à 20 ans qu'à 58.
a écrit le 18/06/2013 à 19:40 :
Visiblement on cherche a ce que les futurs retraité ne touchent jamais ce qui leur est dû! On pourrai aussi bien leur dire de décédé pendant le contrat de travail ce qui évite de les virer! Question de facilité!
a écrit le 18/06/2013 à 19:03 :
Si le gouvernement ne fait pas l' effort d' aller vers un alignement sur le privé de tous les régimes spéciaux de retraite, fonctionnaires, intermittents du spectacle, Edf, Gdf, Ratp,Sncf, ministres, députés et sénateurs ainsi qu' élus des régions, le peuple qui travaille dur et qui cotise,comprendra enfin que les mots" égalité, justice, fraternité.." n' ont aucun sens et que le socialisme est une illusion !!!
Enfin les immigrés rentrés illégalement sur le sol français et qui ne cotisent à rien, ne doivent plus percevoir toutes ces aides et le CMU.
Réponse de le 18/06/2013 à 23:19 :
je vous invite à vous arrêté sur l'iceberg dans notre océan de néolibéralisme et non sur les petits qui essayent de se donner un espoir-l'exemple vient d'en haut: 15 milliards de fraude à la TVA PAR AN par nos entreprises- fonction publique qui travail bénévolement le week end"et oui tokard" les biens de la nations"EDF-AUTOROUTES-LES PARTENARIATS PUBLICS PRIVES ,ETC.ETC"mais ne vous inquiétés pas, on va vous la refaire 1789_1942"PEU IMPORTE OU ILS SERONT"tous se payent pour les traitres" sauf la dette.donc avant d'avoir des propos qui désunis la nation,je vous invite à faire les recherches nécessaires pour pouvoir définir envers qui et quoi on doit appuyer sur le levier adéquate pour retrouver l'équilibre du vivre ensemble.
Réponse de le 19/06/2013 à 9:58 :
bien dit pimpampoum
il faudrait surtout que tous s'unissent , plutôt de taper sans cesse sur le dos des fonctionnairesmal payes .A diplome égal , les fonctionnaires sont ultra mal payés ( j'en sais quelquchose) et ils n'ont même plus la sécurité de l'emploi Aligné le public sur le privé .... et bien cela ne farrait encore que alordir la facture en somme verseés en 13 ou 14 è mois ou ou prime à la retraite ...Bien sur certain travaillant dans le privé c'est encore plus dur . Mais ne nous trompons pas : leur condition n'est du par cequ'en t^te les gros patrons actionnaires s'en mettent pleins les poches pendant que c'est "petites gens" suent sang et eau , sans même se préoccuper de leur sort. les manipulations de la droite et de l'extreme droite sont dites révolutionnaires !! ce n'est plus de l'opposition c'est limite guerre civile ! je pense qu'il faut prendre ne compte tous les parametres . Certains souhaitent partir en retraite plus tôt ou plus tard ; libre a eux . C'est vrai l'expérience de vie augmentent mais combien meurent jeunes encore .ne nous trompons pas plus les jeunes travaillent tard , plus ils profitent du systeme , et moins ils cotisent.Ils veulent bosser ces jeunes mais la plus part du temps , on leur reproche leur manque d'expérience .E t les plus vieux sont déconsidérés dans leurs taches.Permettre l'échange intergénérationnel permet aux uns de gagner en expérience , aux autres d'étre revaloriser dans leur travail en contituant de travailler ,donc de cotiser et en plus de former des jeunes soit disant en manque d'expérience
Réponse de le 27/06/2013 à 21:20 :
Salut, merci d apporter de ton blé dans le moulin ! Si tu as l occasion je t invite à prendre le lien du podcast " la bas si j y suis" et tu t ajoute le thème historique Sur franceinter Et la semaine prochaine Michel onfray relance ça 12 saisons ! Tu vas voir c 'est enrichissant !c est génial de ne plus croire a la peur et d enrichir son âme même à quarante ans
Réponse de le 27/06/2013 à 21:20 :
Salut, merci d apporter de ton blé dans le moulin ! Si tu as l occasion je t invite à prendre le lien du podcast " la bas si j y suis" et tu t ajoute le thème historique Sur franceinter Et la semaine prochaine Michel onfray relance ça 12 saisons ! Tu vas voir c 'est enrichissant !c est génial de ne plus croire a la peur et d enrichir son âme même à quarante ans
a écrit le 18/06/2013 à 19:03 :
Entre ceux dont la pénibilité du travail ne permet pas d'envisager de travailler jusqu'à 65 ou plus, ceux qui sont trop jeunes et qu'on ne veut pas, ceux qu'on vire dès la cinquantaine voire avant, de moins en moins de gens "ordinaires" comme nous pourront travailler assez longtemps pour bénéficier d'une retraite à taux plein. Ainsi on pourra réduire l'argent à collecter pour financer les retraites.
Et en limitant les indemnités chômage, après vos 18 mois à 2 ans d'indemnités vous n'aurez plus rien en attendant votre retraite incomplète.

Voilà pourquoi le Medef prône l'allongement de la durée des cotisations : pour nous empêcher de travailler assez longtemps et faire que notre système social soit équilibré.

Quand on veut se débarrasser de son chien on l'accuse d'avoir la rage : alors pour pouvoir foutre par terre la retraite par répartition au profit de celle par capitalisation (la retraite pour les riches), on prend toutes les mesures nécessaires pour faire s'écrouler le système actuel. Et pour vous convaincre que ce système est mauvais, on vous le martèle à longueur de journée.
Réponse de le 18/06/2013 à 19:38 :
Cela doit s'accompagner par une obligation pour les grosses sociétés d'embaucher un certain nombre de cinquantenaire, sous peine de payer un amende égale à 10% du C.A. par an.
Par contre l'Etat doit remettre au centre l'idée d'entreprendre, ne donner des aides qu'aux PME/PMI et les grandes entreprises du CAC 40 doivent payer l'I.S. à taux plein.
Au bout de 4 ans l'Etat doit s'engager à ramener cet impôt à 25%.
a écrit le 18/06/2013 à 18:57 :
L'etat considère comme petites retraites ceux qui ne touchent que le minimum vieillesse qui ne paie pas d'impot et donc les protège quelque peu pour faire croire...... Mais il y a des petits retraites qui paient des impots , à qui une fois tout paye (loyer edf assurances etc ) à qui il reste 150? pour vivre.Ils sont des milliers.Monsieur le président , vous allez les mettre à la rue , C'est vrai que cela fera des logements de libre pour faire venir des etrangers.
a écrit le 18/06/2013 à 18:55 :
Mme PARISOT laisse une champ de ruine au MEDEF sur ce dossier: quelles ont été ses actions concrètes vu qu'elle a été très proche de Sarkozy pendant son mandat? Le dossier des retraites exige de passer à la paille de fer les coûts de gestion qui reposent sur une kyrielle d'organismes qui regorgent de fonctionnaires patentés. A quand des statistiques sur la gestion des retraites ? Vu le nombre pléthorique de personnes qui s'installent autour des tables force est de constater que les petits accords entre amis perdurent.....
a écrit le 18/06/2013 à 18:46 :
Une réforme des retraites doit être juste et partagée par tout le monde. Il faut que tout le monde soit logé à la même enseigne; que ce soit le privé ou le public (même âge de départ, même durée de cotisation, même mode de calcul des pensions). La seule chose à prendre en compte pour partir plus tôt serait la pénibilité du travail mais cela demande une analyse branche par branche des conditions de travail,qui durerait trop longtemps pour un gouvernement qui veut aller trop vite et qui est harcelé par Bruxelles. Comme d'habitude la réforme sera injuste et les privilégiés le resteront car les syndicats défendent le public et pas le privé.
Réponse de le 18/06/2013 à 19:01 :
Le public reste le dernier bastion des syndicats (voir taux de syndicalisation dans l'enseignement, la Sncf, la Ratp, etc) donc ils s'accrochent au système actuel comme des berniques à leurs rochers. Seul le gouvernement peut pousser aux réformes mais les élections municipales 2014 sont en vue ce qui va paralyser l'action. Droite comme gauche se neutralisent au fil des alternances ce qui plombe la saine gestion d'un tel dossier (370 milliards d'euros pour 16 millions de retraités.....chaud devant )
Réponse de le 18/06/2013 à 19:53 :
Généralement ceux qui ont commencé a travaillé très tôt sont ceux qui ont eu un travail pénible par rapport a ceux qui ont étudier pour l'éviter et ont commencer a travailler plus tard! C'est pour cela que l'on ne doit pas toucher au nombre d'année travaillé et ne pas imposer d'âge de mise a la retraite!
a écrit le 18/06/2013 à 18:29 :
Mme PARISOT pense avoir raison sur la manière de sauver les retraites.
Bien qu'ayant un job plutôt peu contraignant, je vois mal maçon , charpentier
facteur, mais aussi Hospitaliers etc....finir leurs carrières à 65 ou 68 ans.
Madame PARISOT soyons sérieux. Il y a 20 ans, il était dit que la courbe démographique aidant
que le système des retraites serait à l'équilibre voire plus.
Mais depuis le chômage n'a cessé d'augmenter, le social coûte cher à l'Etat, la "production"
industrielle est au plus mal. La planche à billets tourne à plein régime.
Les déficits publics depuis 40 ans explosent. Trop de députés et sénateurs etc....(et leurs avantages).
Essayez donc Mme PARISOT de faire une journée dans les "urgences d' un CH, grimpez quelques
parpaings à bout de bras, tapez vous 4 heures sur un vélo avec 40 kilos de courrier sous une pluie
battante, essayez donc à votre age de grimper sur une charpente sans vous casser la figure.
Si vous pouvez, ils peuvent mais j'ai un gros doute.
Enfin, les caisses, il est vrai, sont faites pour être remplies et vidées, nos politiques ne se gênent pas.
Réponse de le 18/06/2013 à 19:25 :
Mon facteur qui est à quelque mois de la retraite est un des seuls à distribuer les 40 Kg de courriers sous la pluie, la neige et la canicule. Les autres sont tous syndiqués et travaillent un jour sur deux et encore.
Et ce fameux facteur voudrait encore faire deux ou trois ans pour améliorer sa retraite mais il ne le peux pas.
Les propos de Parisot sont loin d'être ce qu'il faut faire, et le rapport Moreau ne résoudra rien des différences entre le public et privé.
Une seule solution les même règles pour tous et une seule caisse de retraite.
Réponse de le 18/06/2013 à 19:52 :
Quand bien même tout le monde serait logé à la même enseigne, je suis persuadé que cela ne changera rien pour vous sinon que vous devrez trouver un autre bouc émissaire pour justifier que vos compétences ne vous ont pas permis d'évoluer.
a écrit le 18/06/2013 à 18:21 :
On peut se demander surtout s'il était en quoi que ce soit utile de payer un énième rapport qui n'est qui n'est au final qu'une compilation de fiches-recettes usées jusqu'à la trame et ressassées jusqu'au vertige.Un papier de tâcheron sans envergure et sans l'ombre d'une idée neuve.Bref tout à l'image de ce que notre gouvernement privilégie et de l'argent gaspillé.
a écrit le 18/06/2013 à 18:21 :
age cessation d activite ..58.8 ans
vie moyenne en bonne sante..63.0 ans...59.0 ans pour les ouvriers
depart retaite 61.5 ans
comment envisager un depart a 65 ans..!!!
a écrit le 18/06/2013 à 18:08 :
Les patrons ne veulent pas qu'on baisse LEUR retraite
a écrit le 18/06/2013 à 18:06 :
combien d emplois va créer le medef
a écrit le 18/06/2013 à 17:55 :
Qu'ils commencent donc par créer des emplois, ça sera autant de cotisations qui alimenteront les caisses de retraites.
Réponse de le 18/06/2013 à 18:09 :
effectivement, 3 millions de chômeurs, si on compte 1000 euros de cotisations annuelles par chômeur, ça fait 3 milliards par an.
3 milliard par an de 2013 à 2020, ça fait 21 milliards.
Pile poil le trou!
Réponse de le 18/06/2013 à 18:22 :
Pour créer des emplois, il faut un bon carnet de commande. Donc il faut libérer le pouvoir d'achat, ce que le gouvernement ne c'est pas faire , revenir en arrière sur les prélèvements divers , csg et rds et enlever des contraintes à l'entreprise, il y a un grand chantier plus important que les retraites à mener tout suite , il y a urgence. Dans le paradoxe du problème des retraites en fait, il n'y a que la CNAV qui pose problème et véritablement il faut inventorier avant d'avancer une réforme . Ne pas mettre la charrue devant.
Réponse de le 19/06/2013 à 10:44 :
Dans une économie mondialisée, la relation vertueuse entre carnet de commande et pouvoir d'achat local me paraît assez scabreuse (cf. la Chine; c'est exactement l'inverse).
Sans prélèvements = augmentation de la dette, donc plantage des promesses faites à Bruxelles, donc fortes amendes donc augmentation de la dette ++.
Plus que les soit-disant contraintes aux entreprises, la suppression des niches de défiscalisation pour aplanir les taux globaux me paraît plus intéressant. C'est psychologique, mais probablement plus efficaces que des mesures locales qui n'ont pour effet que de perturber localement les flux d'argent.
a écrit le 18/06/2013 à 17:55 :
Il faut interdire le licenciement entre l'age légal et l'age du taux plein.
Réponse de le 18/06/2013 à 18:11 :
@ah ben, je pense que cela pourrait une très bonne idée qui pourrait être soutenue par la CGT et FO dans les prochaines négociations . Le salarié effectivement à peur de cette période 60 à 65 ans.
Réponse de le 18/06/2013 à 18:26 :
Pas de problème, il suffira de licencier un an avant
a écrit le 18/06/2013 à 17:54 :
Ralentir encore la consommation déjà faiblarde,avec des hausses de cotisations pour les salariés où augmenter le coût du travail avec des hausses des charges patronales, au même titre que diminuer les pensions des retraités ne peut que contribuer encore un peu plus au chômage et à la crise . Economisez en réduisant le poids des dépenses de l'état et les privilèges , loi sur le cumul des mandats, fermeture du sénat, institution inutile et onéreuse etc etc etc.
a écrit le 18/06/2013 à 17:48 :
Au lieu de toujours râler, le MEDEF ferait bien de proposer de moins verser aux actionnaires afin de développer l'innovation, et remettre à niveau l'industrie française. Le problème de cette dernière n'est pas comme on le dit trop souvent un coût du travail trop élevé mais bien un problème d'avance technologique.
Airbus marche très bien grâce à son avance technologique. Peugeot et Renault se plantent car ils bataillent avec des constructeurs de milieu de gamme bas coûts, sans apporter d'innovation flagrante.
a écrit le 18/06/2013 à 17:41 :
Mon cher MEDEF,
Augmenter l'age de départ, car nous vivons plus vieux pourquoi pas, on peut comprendre. En revanche, les entreprises s'engagent elles à résorber le chômage des seniors ? A garder leurs "vieux" après 55 ans ? Bah non...



a écrit le 18/06/2013 à 17:39 :
Rentrée dans la vie active à 25 ans dégagé de son entreprise à 55 ans. C'est un rapide aperçu d'une carrière en France. C'est quoi la solution, 10 ans de chômage avant la retraite? Dans tous les cas, les solutions suggérées résultent à une baisse des pensions.
Réponse de le 18/06/2013 à 18:36 :
La solution du Medef c'est 15 ans de chomage avant la retraite ; à charge de la collectivité bien sûr.
a écrit le 18/06/2013 à 17:36 :
Je constate que Mme Parisot a très bien compris la man?uvre, je suis rarement pour le medef par esprit de classe , mais je pense comme elle, rien est bon dans ce rapport.
a écrit le 18/06/2013 à 17:36 :
Mme Parisot vous devez imposé la réformes des 35 retraites spécifiques à la table ronde de la conférence sociale. La société civile crie à l'injustice et très inégalitaire pour le privé !!!
a écrit le 18/06/2013 à 17:25 :
A l'Ouest rien de nouveau...
Si le rapport Moreau n'a rien de très innovant, les pistes préconisées par le Médef ne le sont pas davantage.
Elever l'âge de départ à la retraite lorsque je vois à quel point nombre de jeunes commencent à trouver une stabilité professionnnelle souvent après 25 ans, c'est comme oublier ceux qui se retrouvent sur le carreau à 55 ans... on entend que des âneries qui répondent à des intérêts corporaristes (électoraux ou financiers).
a écrit le 18/06/2013 à 17:19 :
et bien quant on sera tous Cer!!! c est à dire morts!!! il ny aura plus à ce soucier des retraites et des retraités qui vont avec!!!!!
a écrit le 18/06/2013 à 17:17 :
Elle me fait penser à la chanson de Brassens, quand on est c..., on est c....
en plus elle aboie aux abois, que faire aprés sinon chanter au clair de lune
Réponse de le 18/06/2013 à 18:25 :
Ingénieur en informatique 45a 20 ans d'expérience et déjà plus de réponses aux différentes lettres de candidature.
Mon cas n'est pas isolé.

Il est grand temps de changer ce système injuste, inégalitaire et absurde.
Il faut se rendre à l'évidence qu'il faut moins de travail pour produire grâce aux progrès technologiques. Depuis le début de l'industrie le temps de travail n'a cessé de diminuer.
Partageons ce progrès.

Devons-nous absolument travailler 44 ans ou plus à produire des biens inutiles et polluants afin de pourvoir gagner de quoi subsister ?

Il est temps de se réveiller !
Réponse de le 19/06/2013 à 7:37 :
@absurbe / Connaissez vous la BIEP ? Il y a des offres d'emplois dans ce domaine. Tapez "BIEP" sur votre moteur de recherche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :