Réduire de 660 à... 12 les dispositifs d'aides aux entreprises ? Qui osera ?

 |   |  379  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Remis ce mardi à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, le rapport Queyranne encourage l'Etat à couper dans les aides accordées aux entreprises. Trois milliards d'euros d'économies sont attendues sur les 46,5 milliards d'aides accordées par l'Etat en 2013. Dans le collimateur : les buralistes, le secteur de la culture, en particulier l'industrie du cinéma. Des décisions seront prises le 17 juillet.

Alors que le moral des chefs d'entreprises est au plus bas, le rapport remis ce mardi à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif par Jean-Jack Queyranne, le président PS de la Région Rhône-Alpes, Philippe Jurgensen, inspecteur général des finances et Jean-Philippe Demale, le directeur général de la société Somfy n'est pas de nature à les rassurer.

Dans ce rapport, ils mettent en avant l'empilement des 660 dispositifs d'aides (subventions, prêts, garanties, avances, réductions...) et ils mettent surtout en doute leur efficacité. Ils proposent donc de ne conserver que les douze permettant de maintenir réellement la compétitivité des entreprises. « Les 12 mesures dont les trois personnalités proposent le maintien répondent aux priorités identifiées par la mission : investissement, innovation, industrie et International, les '4 I '. Il s'agit principalement des interventions de bpifrance en matière de fonds propres, de prêts, de garanties et d'innovation, mais aussi du programme « Investissements d'avenir » en faveur des industries innovantes et des soutiens financiers de Coface et d'Ubifrance", précise le rapport.

Un effort mal réparti

Ses auteurs pointent aussi du doigt la mauvaise répartition des aides, considérant qu'elles ne tiennent pas compte du poids réel des entreprises dans le PIB. Les débitants de tabacs perçoivent ainsi 250 millions d'euros d'aides publiques, "soit deux fois et demi plus que les aides à l'innovation d'Oseo BPI France", soulignent les auteurs. Les secteurs de la culture et le cinéma sont aussi dans leur viseur.

Rigueur oblige, ce « nettoyage de printemps » doit permettre d'alléger les montants des aides par le gouvernement et les collectivités territoriales. Bercy vise une économie de 2 milliards d'euros pour 2014 et 2015, sur les 46,5 milliards d'aides accordées aux entreprises en 2013.

Des décisions seront prises le 17 juillet

Au final, les douze mesures proposées par les auteurs de ce rapport permettent à l'Etat d'économiser 3 milliards en deux ans, soit la moitié en économie budgétaire et l'autre en réduction de niches fiscales. Concrètement, si les recommandations du rapport sont suivies à la lettre, l'Etat économiserait 2,6 milliards et les collectivités territoriales 400 millions d'euros. Arnaud Montebourg évoquera les actions retenues lors du Comité interministériel pour la modernisation de l'action publique (MAP) le 17 juillet.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2013 à 22:59 :
ils sont tellement remplis d'idéologie et de dogmes qu'ils sont capables de supprimer toutes les entreprises, le monde de satan !! eh chef, y'a plus un sous pour payer les fonctionnaire set les politiques !!! ah bon, l'argent public ne vient pas d'une corne d'abondance ??? mais on nous pas pas appris à l'école nationale d'abrutissement, on nous a juste appris comment failloter dégommer les copains pour être bien classés et pantoufler à vie à bercy !!! le reste on n'y connait rien, pas notre faute, heuheuuu !
a écrit le 19/06/2013 à 22:45 :
eh flanby, ne vise pas le cornac qui essaie d'orienter la dépense vers le bon chemin, moins de dépense inutile, plus d'efficacité du domaine public, réduction du mille feuille....vise plutôt l'éléphant de la dépense publique, celui qui asphixie le pouvoir d'achat et les charges des entreprises, augmente les impôts, charges, tue l'emploi de façon massive...pan pan, trop tard !!! heuueuuu, j'ai préféré le cornac parce que je pense qu'il ne votait pas du bon coté !!! et pas de problème, y'a pas de garde chasse dans la jungle de la politique, heuheuuu !
Réponse de le 20/06/2013 à 10:51 :
synthèse humoristique trés juste et hélas, ce sont les entreprises et les chomeurs qui trinquent, les politiques et fonctionnaires - même combat - sont au chaud !!! merci qui ? merci flanby !!! tant pis pour les autres
a écrit le 19/06/2013 à 22:28 :
toujours la musique facile de l'austérité quand on est assis sur une mine d'or de dépenses publiques inefficaces, et qu'on peut réduire sans toucher aux prestations sociales, aides...mais flanby et sa cohorte de ministres, 38... ne gère que les fonctionnaires et les politiques. si on fait un seul régime de travail, un seul régime de retraite, qu'on supprime les 30 à 40% de dépenses publiques totalement inefficaces (aucune mesure d'efficacité dans le public) je suis sur qu'on peut mettre le reatraite minimale à 1000e et qu'on booste l'économie sans s'endetter mais en réduisant la nourriture du mponstre et qu'on passe à 2 millions de chomeurs... mais pas touche à mon électorat dit flanby et autres défenseurs de leur électorat, que les autres crévent, c'est pas le problème
a écrit le 19/06/2013 à 22:22 :
les rapports sont innombrables sur les idées de suppression de la mauvaise dépense publique (au moins 30% de gains faciles pour financer la relance), celle qui étouffe tout, le pouvoir d'achat des ménages, les entreprises par les charges... et donc l'usine à créer toujours plus de dette et de chômage. Mais les politiques n'ont aucune obligation de résultats, juste des camelots de la foire qui déroulent leurs boniments et illusions, évitent les sujets qui fachent avant les élections, et ensuite c'est fini, ils décident indépendamment de l'avis des citoyens..pardon, des sujets de sa majesté l'élu qui ne nous voie que comme des sujets...la réforme des mentalités du monde politique et administratif, c'est maintenant, ou on continue de sombrer. dit maman, c'est quoi la démocratie ? c'est l'habillage qui permet de faire croire qu'on n'est pas dans une dictature, mais c'est encore pire parce que d'autant plus cynique, du moins la notre ! c'est le système qui sacrifie discrétement les classes moyennes pour financer le confort du monde public et les politiques, tout en expliquant que c'est le choix des citoyens !!!!
Réponse de le 19/06/2013 à 22:30 :
trés bon résumé de notre situation, où le potentiel sacrifié est malheureusement égal à la gabegie du monde politique et administratif, un monde en roue libre qui dépense, gaspille, ne sait absolument rien du pilotage par les résultats et l'efficacité... d'où le record européen dees effectifs de ronds de cuir et de dépense hémorragique publique
Réponse de le 19/06/2013 à 22:44 :
Analyse trés juste marion nos hommes politiques doivent commencer par se reformer eux memes avant de decider pour les autres! Les sujets qui fachent tels que les inégalité criantes de la méthode de calcul de la retraite pour tous les francais , le matraquage des impots sur les citoyens pour maintenir les privileges de la fonction publique, le poids des charges sociales qui pesent sur les entreprises et empechent les embauches...
a écrit le 19/06/2013 à 16:43 :
Aides publiques aux entreprises curieux !! car selon le figaro du 18/06/2013 c'est au moins 6.000 le nombre cumulé des dispositifs d?aides pour 110 milliards par an pour donner un ordre de grandeur c?est presque 2x budget de l?Education nationale, près de 4x le budget de la Défense, le même ordre de grandeur que 2x
le total des dépenses hospitalières, et plus de 6x le budget de l?Enseignement supérieur et de la Recherche et je parle pas de l'évasion fiscale ! des aides aux agriculteurs 55 milliards ! des subventions a l?école privée ! plus 7 milliards ! etc etc..
QUOI ! Endettement de la France !! vous rigolez
comment inciter certain à sortir de l'assistanat ?
Réponse de le 19/06/2013 à 22:13 :
la france est le dernier pays qui est encore dansla russie d'avant gorbatchev au niveau mentalités. C'est le public qui vocifère contre les aides aux entreprises, il oublie que la quasi totalité de sentreprises n'ont jamais eu de marge saussi faibles, et que l'argent public n'existe pas, il vient du privé qui produit la richesse, que se hâte de gaspiller le monde public et politique sans aucune mesure d'efficacité, le monde à l'envers, aucune conscience de la réalité économique !!!
a écrit le 19/06/2013 à 14:37 :
Supprimons des fonctionnaires ,députés ,sénateurs ,vices présidents de ceci ou cela.
Réponse de le 19/06/2013 à 15:59 :
non, cela va créer du chômage.
Restons à 600 règles et même augmentons le nombre de règles. Il faudra payer des spécialistes pour les utiliser, faire de nombreuses impressions papier pour les envoyer en multiples exemplaires aux nombreux organismes en charge de l'approbation de ces mesures.
Toute cette activité va créer de l'emploi, non ?
a écrit le 19/06/2013 à 13:33 :
Pourquoi aider les entreprises ? La solution : suppression des prélèvements fiscaux sur tous et des aides pour quelques uns ... Que chaque entreprise produise des produits vendables, qu'elle rémunère ses salariés et que ceux-ci fassent ce qu'ils veulent de leurs salaires...UTOPIE ou BON SENS ?
a écrit le 19/06/2013 à 12:47 :
Plus une pièce montée (ou un mille-feuille si vous préférez ) est haut ,plus les convives invités à la noce des aides de l'Etat sont ravis !! En particulier les buralistes, nom d'une pipe !
a écrit le 19/06/2013 à 12:22 :
ils peuvent aussi supprimer pas mal d'organismes qu'il faut faire vivre mais ne servent à pas grand chose ex l'organisme pour les tickets restaurant,un autre pour les cheques vacances ,etc etc c'est un peu comme la bpi qui loue un immeuble dans les quartiers chiques de paris 'son responsable aurait du etre viré sur le champ,,,,,!!!!!!!
a écrit le 19/06/2013 à 11:58 :
Les aides aux entreprises devraient être accordées en priorité aux entreprises des secteurs d'avenir et à celles qui sont en difficulté passagère mais peuvent rebondir et poursuivre leur développement.
N'oublions pas que les entreprises sont comme les humains : elles naissent, grandissent puis finissent par mourir !
a écrit le 19/06/2013 à 11:39 :
Pour une fois on va dans le bon sens. Les aides aux entreprises, je connais. En particulier en 40 ans de boulot, je n 'ai JAMAIS vu un investissement provoqué par une aide à l'investisement. Par contre, j'ai vu de nombreuses aides récupérées au passage (demm...de -toi pour en bénéficier...qu'on me disait). La seule fois où j'ai vu une action de Direction Générale provoquée par une aide fut dans les années 80, quand un crédit d?impôt pour investissement (un vrai crédit, un vrai bénéfice), fut remplacé par le gouvernement Mauroy par un amortissement accéléré (donc une petite aide par un effet de décalage de trésorerie). Je prévins notre président et nous accélérâmes une acquisition d'actif (un gros ordinateur très cher) de début janvier à fin décembre de l'année précédente...Kolossal !
Réponse de le 19/06/2013 à 13:59 :
...ce sont des mots. Regardez ce que le gouvernement a fait pour les auto entreprises: le contraire de ce que préconisait le rapport commandé !
a écrit le 19/06/2013 à 11:17 :
le nombre de subventions est à l'image des énarques planqués à Bercy , qui grace à leurs cerveaux très tortureux et déconnectés de la vie, génrent des usines à gaz . Tous les ans on devrait les mettre 15 jours à limer la töle ou à sarcler les betteravessous le soleil pour qu'ils redescendent sur terrre.
a écrit le 19/06/2013 à 10:03 :
Qu'attend-on pour simplifier ? Plus c'est compliqué, moins ça marche ! C'est TOUJOURS comme ça !
a écrit le 19/06/2013 à 9:49 :
Il serait en effet temps d'arrêter de subventionner les vendeurs de cancer toujours prêts à pleurnicher.
a écrit le 19/06/2013 à 9:25 :
Sur 680 dispositifs il le réduirait à 12 pour une économie de 3 milliards sur 46,5 milliards versés par l'état en 2013
pas beaucoup d?impact par rapport au nombre de dispositifs supprimés.... combien a coûté ce brillant rapport réalisé par les 'copains'?
Réponse de le 19/06/2013 à 13:59 :
L'objectif est justement de lutter contre le saupoudrage qui ne sert à rien et aide des secteurs dont on peut douter de l'avenir, comme les buralistes et la culture. Il serait en effet bien plus efficace de faire un ménage de printemps là dedans, et se concentrer sur quelques grosses aides qui sont réellement utiles. Cela donnera également une plus grande simplicité pour les petites entreprises qui n'ont pas le temps d'étudier 660 aides pour en profiter.
a écrit le 19/06/2013 à 7:54 :
Il existe des rapports beaucoup plus intéressants,mais qui sortent de la possibilité de compréhension de nos ministres,par exemple celui qui "recommande que la taxation supplémentaire de l'énergie soit utilisée pour réduire le cout du travail".Mais les journalistes n'en parlent pas.
Réponse de le 19/06/2013 à 10:02 :
cette taxe concernerait-elle la fonction publique ?.....Quel serait le rendement ???????
Réponse de le 19/06/2013 à 13:52 :
L'énergie en France représente 140Mrds d'euros.Si on doublait le prix de l'énergie,cela rapporterait une somme équivalente,c'est à dire suffisante pour financer la moitié de nos retraites.Lisez le rapport en question et nous en reparlerons.A plus.
Réponse de le 19/06/2013 à 14:54 :
je voulais parler de l'énergie de la fonction publique !!!...MAIS...
..Doubler la facture de l'énergie pour les travailleurs au SMIC ....... NON ........ET... doubler leur facture d'énergie à tous les retraités qui touchent plus que le smic ...OUI ...!!! ; pour donner du pouvoir d'achat aux travailleurs au smic ..
Réponse de le 19/06/2013 à 16:13 :
et sinon diminuer les aides des chomeurs longue durée (volontaires?) pour augmenter le SMIC ce ne serait pas plus simple ?
a écrit le 19/06/2013 à 7:27 :
Si nos élus ne prélevaient pas autant de taxes et d'impôts, ils n'auraient pas besoin de redistribuer autant d'argent. Sauf que plus ils dépensent et plus ils sont puissants. Alors ils vont simplement inventer d'autres "dispositifs", "outils" et "niches"....et en augmenter le nombre au passage.
Réponse de le 19/06/2013 à 9:26 :
Vous avez tout compris !
Réponse de le 19/06/2013 à 9:49 :
Ça s'appelle du clientélisme et ça se rapproche des pratiques de l'ancien régime (phénomène de cour, népotisme etc,) Les français ont l'air d'adorer car peu ou prou, tout le monde en mange ou en a mangé de la bonne galette distribué par nos nouveaux aristocrates !
a écrit le 19/06/2013 à 7:25 :
Arrêtons de donner de l'argent aux uns et d'en piquer aux autres, ce qui est discriminatoire. Diminué les charges à toutes les entreprises à hauteur de ces 45 milliards.
a écrit le 19/06/2013 à 6:38 :
OUI encore OUI
baissons massivement les aides aux entreprises, moi meme entrepreneur , je suis favorable a cette mesure mais la contre partie c'est DE MOINS EN PIQUER!!!
d'autant que les aides vont le plus souvent aux gros groupes , qui , eux savent capter ces aides notamment aide a l'embauche sur les bas salaires , dans nos petites boites , nous n'avons pas de bas salaires et c'est nous qui finançons ces aides
alors SUPPRIMONS LES!!!!
Réponse de le 19/06/2013 à 9:37 :
je propose le retour a la normale

1) l'argent paradis fiscalisé revient en france
2) on met en prison les conseillers en gestion de patrimoine
3) la meme taxe pour les grosses et les petites entreprises

et on pourra ainsi revenir a des taux d'impositions normaux .
Réponse de le 19/06/2013 à 10:56 :
tout a fait d'accord avec al2o3 , toutes ces aides profitent qu'aux très grosses entreprises internationales qui plus est , c'est un gouffre financier qui coute très cher , par contre les petites entreprises n'ont ni le temps ni un fiscaliste a leur portée pour leurs permettre de faire le tri dans ces aides , le coté face de ces aides a gogo c'est qu'on fiscalise de l'autre coté , c'est inefficace et dure depuis 40 ans , ils emploient des bas salaires qui eux sont pas rentables pour les différents régimes sociaux et en prime c'est l'état qui paiera l'addition au moment de la retraite des dits bas salaires , car c'est juste reculer pour mieux sauter , en prime c'est maintenir des gens dans des salaires a minima et ne pas progresser ni avoir la passion de leur métier qui est ainsi dévalorisé vu qu'il est mal payé pourquoi en faire plus ? , enfin ce qui faudrait aussi c'est de faire le tri de ces aides sur le chômage car quand meme cela n'a jamais diminué réellement le nombre des dits chômeurs , enfin je suis d'accord avec h2o sur l'imposition qui devrait être de meme niveau ou équilibrée , car les groupes internationaux eux peuvent aussi déplacer leur argent dans des paradis fiscaux ce que peuvent pas faire un boulanger ou un boucher voir une petite tpe , esperont donc que le changement va se faire mais j'ai un doute ..
Réponse de le 19/06/2013 à 14:07 :
Un nombre considérable de Tpe ou pme profitent également d'aides à l'innovation dans des conditions très douteuses...
a écrit le 19/06/2013 à 6:25 :
Encore heureux que les employeurs peuvent bénéficier de certaines aides vu comment ils sont taxés notamment pour embaucher. Je rappelle que nous avons en France les charges les plus élevées au monde et que certaines boîtes peuvent embaucher grâce à ces aides... Qu'on supprime plutôt les avantages des régimes sociaux particuliers et des fonctionnaires qui se défendent en parlant d'acquis sociaux. Toujours les mêmes qui paient encore et encore... Suf les grosses boites internationales qui elles sont exonérées de plein de choses. Les aides aux TPE et PME oui, pas aux grands groupes mais personne n'osera imposer à total de payer plus de 5% d impôts en IS alors que les tpe et PME paient bien 33%.
Réponse de le 19/06/2013 à 8:41 :
Dans notre société anglaise qui à un établissement sur Paris et un peu partout dans le monde, le coût d'un Ingénieur Français (~370$) coûte moins chère qu'un ingénieur Anglais (~390$), l'indien à (~250$), l'américain (~550$) et le brésilien(~300$). On entend toujours parler qu'en France, qu'il y a un problème de coût. Mais de plus en plus je me rends compte, que l'on est très compétitifs par rapport à nos concurrents, Anglais, Allemands, Américains en tout cas au niveau d'une R&D. De plus en plus, je me demande si les patrons sont pas comme les fonctionnaires, à toujours pleurnicher pour en avoir de plus en plus. Mais bon comme ça marche, ils peuvent continuer leur "show"!!
Réponse de le 19/06/2013 à 9:27 :
Evidemment, la diminution de ces aides doit être assortie d'une baisse des charges.
Réponse de le 19/06/2013 à 11:00 :
la baisse des charges , il y'a toujours quelqu'un qui paie cette facture , le contribuable avec l'effet retard le jour ou le salarié déchargé en somme prend sa retraite , bonjour la dette publique , on en paie une partie de cela aujourd'hui , car on a beaucoup baissé les charges ces dernières décennies sur les bas salaires cela a crée une trappe a bas salaires , effet d'aubaine mais bonjour la motivation pour travailler avec ces salaires là , ceci explique cela , en prime la baisse des charges peut-être payé par le consommateur ? , encore de la TVA en plus ? , ah avec l'Europe on ne peut pas porter de la TVA sur des produits qui font du dumping social et monétaire voir fiscal , c'est interdit .. ben voyons .. donc c'est toujours le contribuable qui est comme la dinde .. farcie .. ?
Réponse de le 19/06/2013 à 13:56 :
La facture des charges élevées, ce sont les millions de chômeurs français qui la paye. Aujourd'hui, la dépense publique représente 57 prct du pib de la france avec une dette mirobolante ! Sur un salaire annuel de 40 000 brut par an, les allemand payent 10 000 euros de charges en moins chaque année pour les mêmes services. Persévérer sur la voie de la dépense publique et de l'augmentation des charges est une pure folie, strictement basée sur des motivations idéologiques.
a écrit le 19/06/2013 à 6:20 :
Plutôt étranges les raisonnements...
a écrit le 19/06/2013 à 1:10 :
Qui ?, ceux qui sont prêts à ne rien faire face à la cohorte des spécialistes au chantage à la grève dès qu'on évoque le changement: chauffeurs de taxis, de train, d'avion; les ambulanciers, les éboueurs, les dockers, les patrons d'auto écoles, pour ne citer que quelques uns des plus connus en la matière sans oublier les as du lobbying en douceur: notaires, banquiers, fonctionnaires du mille feuille, de l'Outremer, blue angels, associations de tout type etc.... Bref la France entière qui réclame des efforts aux autres au nom de l'égalité et la sauvegarde de ses petits avantages au nom de la justice sociale. Des fortunes qui, bout à bout, coûtent cher à la France et, pire, annihilent toute ébauche de dynamisme.et d?adaptabilité. L'Etat achète notre silence et notre acquiescement à travers toutes ces compromissions, nous transforme en assistés permanents, tout en se prétendant exemplaire et irremplaçable.
a écrit le 19/06/2013 à 0:12 :
Vous avez tous raison de travailler pour un patron... Supprimons toutes les aides et fermons les entreprises... Ah zut ... Le chomage avec toutes ces boites qui ferment et ne vous embauche plus... Oup s.... Pensez plus a reduire les aides a ceux qui viennent vous voir pour ne surtout pas etre embaucher car ils touchent plus a ne rien faore de la journee...et pensez aussi serieusement aux financements des associations par million en france avec nos impots.... Ou allons nous...
Réponse de le 19/06/2013 à 9:35 :
Votre raisonnement ne tient pas la route. Si les entreprises vivent d'aides c'est que notre économie est malsaine et s'effondrera de toute manière à un moment donné. Il faut surtout moins taxer les entreprises et en contre-partie les laisser se débrouiller. Qu'il existe des aides temporaires par rapport à une situation précise et des difficultés passagères est concevable, mais que des entreprises aient un recours constant à des subventions est un vrai problème, non seulement en terme économique, mais aussi en terme démocratique car il s'agit clairement d'une atteinte à la liberté d'entreprendre. Un des exemples les plus criant de la perversité d'une économie subventionnée, c'est la PAC ! Avec pour résultat, une production devenue inadaptée à la demande, des dégâts majeurs sur l'environnement, des agriculteurs avec des revenus minables et qui ne sont bien souvent même plus heureux dans leur boulot devenu principalement administratif.
a écrit le 18/06/2013 à 23:45 :
Et qui osera réduire toutes ses aides à ces assistés, bon à rien, fainéants, parasites au frais du contribuables...
a écrit le 18/06/2013 à 23:11 :
Bonjour,
Je pense qu'il serait intéressant de stopper toute aide aux entreprise. A la rigueur maintenir un dispositif de financement des projets innovants et également un projet de restructuration en cas de risque de faillite point barre.
Pour le reste si un entreprise n'est pas assez compétitive elle se réinvente ou elle meurt tout simplement. Pour cela il faut aller chercher des marchés en Europe et dans le monde, il faut monter en qualité et il faut bien entendu innover. pour gagner de l'argent il faut en dépenser, en recherche, en stratégie et en qualité. La plupart des PME françaises ne le font pas et mettent l'argent directement dans la poche c'est une vue court termiste dangereuse et qui mène à la situation nous nous trouvons actuellement.
En retirant les aides on aura au moins le mérite de repérer les véritables entreprises des brebis galeuses gavées d'aides publiques et qui ne survivent que par cela. L'agriculture subventionnée en Europe est le premier secteur à souffrir de cela. Il faut que l'agriculture se réinvente et que les exploitants se réinventent, investissent dans la communication, dans des canaux de distributions innovants et trouvent des débouchés à l?extérieur de l?Europe en jouant pour une montée en gamme et une montée en qualité.
Il faudrait également simplifier les aides aux chômeurs qui devraient avoir droit à deux régimes à savoir recherche active avec indemnisation pendant 24 mois assortis de formation liées à la recherche d'emploi ou de formations courtes pour renforcer les compétences déjà acquises du salarié ou sinon un statut formation ou le chômeur reprendrait ses études dans un cursus court de 18 mois assorti d'un stage de 6 mois tout cela bien entendu indemnisé.
On arrête avec les mille-feuille, les PRE, les statuts bizarres etc. Soit on est chômeurs en recherche avec un certains nombre d'heure de formation et une indemnisation claire, sit on est chômeur en réinsertion avec une formation+un stage et là encore avec une indemnisation claire. Deux statut point barre. Sinon on simplifie la procédure du chômeur entrepreneur qui peut récupérer non plus douze mois mais 18 mois d'indemnité en une seule fois pour monter son entreprise et une réserve de six mois de droits gardée si l?entrepreneur fait faillite dans les 24 mois.
Il y a tellement de manière plus simples d'aborder les choses mais non pourquoi faire simple lorsqu'on peut faire compliqué.
Réponse de le 19/06/2013 à 9:43 :
... Même les aides à l'innovation demande d'être utilisées avec précautions. Je travaille au contact de pas mal de sociétés qui bénéficient d'aides et pour un grand nombre d'entre-elles, il y a vraiment de quoi se poser des questions sur la sélection des dossiers et le potentiel. En France, un chef d'entreprise avec une idée novatrice préfère demander à une banque ou à l'Etat de prendre le risque plutôt que de le financer lui-même. Je serai banquier dans cette situation, je me poserai la question de savoir s'il est raisonnable d'investir dans un projet sur lequel le principal promoteur ne souhaite pas investir.
a écrit le 18/06/2013 à 22:10 :
je suis d'accord, on annules toutes les aides aux entreprises, elles sont détournées de leur but systématiquement par les sociétés qui les demandent, quand il y a une nouvelle aide, ils réfléchissent comment en profiter sans souscrire à leur obligation, il n y a quasiment pas de contrôle, la formation professionnelle est aussi un gouffre inefficace, 50 milliards d'aides, 30 milliards pour la formation professionnelle. on doit faire table rase sur ces deux choses. les aides aux entreprises dépassent les recettes d'impôts sociétés. c'est quelqu'un d'autre qui paye.
Réponse de le 19/06/2013 à 9:46 :
Evidemment, il n'y a pas de contrôle sérieux. Il y a tellement de lois, de dispositifs qu'il faudrait des millions de contrôleurs pour cela. C'est le problème de la France, on part de bonnes intentions et on finit par pondre des lois inapplicables et qui sont rapidement perverties.
a écrit le 18/06/2013 à 22:10 :
Et encore un nouveau rapport ...
a écrit le 18/06/2013 à 21:49 :
Trop d'aide tue l'aide ; Trop d'administration tue l'administration ; trop de lois .... (trop de promesses aussi ...) serait-ce ce fameux choc de simplicité? Il nous faut un choc de bon sens et de courage ...
Réponse de le 18/06/2013 à 21:55 :
Trop de Yop tue la flore intestinale
a écrit le 18/06/2013 à 21:42 :
Franchement si on passe de 660 a 12 on peut carrement passer a 0 .
a écrit le 18/06/2013 à 20:44 :
Supprimons toutes ces aides qui ne servent à rien, et surtout pas à juguler le chômage.
a écrit le 18/06/2013 à 20:42 :
46,5 milliards d'aides aux entreprises. On parle bien du privé là ! Y'en a marre de payer pour soutenir des fainéants. Et encore, je ne parle pas des milliards dépensés pour les chômeurs du privé (encore !). Voilà le discours que vous n'entendrez pas des fonctionnaires, car nous savons que nous tous les maillons du chaîne. Alors, je vous le dis, aidons les entreprises Françaises.
Réponse de le 18/06/2013 à 21:41 :
c'est vrai il y en a marre des detectives qui ne sont pas capables de donner la liste des exilés fiscaux en suisse
Réponse de le 19/06/2013 à 9:52 :
Voilà le concentré des problèmes de mentalité française dans un seul message ! Bravo ! Non, il ne faut pas subventionner les entreprises françaises et oui il faut réduire la voilure du Service Public dont la dépense représente chaque années 57% du PIB. Vous parlez de maillon de la chaîne ? Désolé de vous décevoir, mais même si il est nécessaire d'avoir un Service Public et des fonctionnaires, l'Etat ne se finance que grâce aux richesses crées par les entreprises et pas le contraire. Un poste de fonctionnaire est une dépense (parfois utile, parfois non) et qui n'équivaut pas à un poste dans le privé.
Réponse de le 19/06/2013 à 20:05 :
Et vice versa !
a écrit le 18/06/2013 à 20:30 :
Le fait de réduire les aides au nombre de 12 a un mérite : réduire ce qu'en théorie économique R.H. Coase a appelé le premier les coûts de transactions. Les coûts de transactions sont les coûts liés à la recherche de client, à la préparation de projet, au suivi des dossier et éventuellement... à la recherche d'aide. Je vous laisse imaginer la somme de travail que peut représenter pour un cabinet de conseil d'aller chercher la bonne aide au milieu de 660 aides... Une vache à lait ces niches fiscales ! www.librepolitique.com
Réponse de le 18/06/2013 à 21:53 :
Jesus deja l'avait compris et avait reduis ces disciples a 12 pour plus d'efficacité .
Réponse de le 19/06/2013 à 20:06 :
Cela ne l'a pas empêché de finir sur une croix.
a écrit le 18/06/2013 à 20:25 :
Il en va de même pour les aides aux pauvres, aux chômeurs, à l'investissement et tout le toutim.
La France crève de sa complexité administrative, y compris dans la gestion des aides.
A quand le grand nettoyage ? Après avoir pris le mur ?
Réponse de le 18/06/2013 à 21:52 :
Supprimons TOUT , c'est plus simple que la solution proposé par Complexité !!!
a écrit le 18/06/2013 à 20:07 :
Réduire les aides et réduire les impôts en contrepartie, l'état doit se réduire, pour moins étouffer les gens et les rendre plus confiants dans l'avenir.
Réponse de le 18/06/2013 à 20:31 :
Réduire les aides à 0 et limiter le gourdin fiscal (ça sera la meilleure aide pour les entreprises). Le crédit impôt compétitivité n'a pas fait le plein car la France championne de la paperasse à encore mis en route une usine à gaz. (660 aides bonjours le délire!!!)
Réponse de le 18/06/2013 à 21:51 :
c'est ca reduisons le gourdin fiscal et tentons d'augmenter la taille des autres gourdins , c 'est pas gagné d'avance , YaKaFoCon
a écrit le 18/06/2013 à 20:01 :
j'aime voir le parcours d'un "spécialiste" industriel alors j'ai regardé le parcours ho combien éloquent de M .Queyranne un connaisseur!!!!!! son bilan est politique donc sans compétence. Par contre une carte de visite sur un format A4
Diplômes
Licence de droit
Licence de lettres
Diplômé de l'Institut d'études politiques de Lyon
DESS de droit public et de science politique
Doctorat de droit public
Maître de conférences en droit public et en science politique à l'Université Lyon II
Synthèse du parcours politique
Mandats
17 mars 1978 - 21 mars 1979 : membre du conseil régional de Rhône-Alpes
21 mars 1977 - 12 mars 1983 : adjoint au maire de Villeurbanne (Rhône)
24 juillet 1981 - 1er avril 1986 : député
14 mars 1983 - 19 mars 1989 : membre du conseil municipal de Villeurbanne (Rhône)
14 mars 1983 - 27 juin 1988 : adjoint au maire de Villeurbanne (Rhône)
18 mars 1985 - 29 mars 1990 : membre du conseil général du Rhône
1er août 1981 - 21 mars 1986 : membre du Conseil régional de Rhône-Alpes
2 avril 1986 - 14 mai 1988 : député
13 juin 1988 - 1er avril 1993 : député
20 mars 1989 - 18 juin 1995 : maire de Bron (Rhône)
19 juin 1995 - 18 mars 2001 : membre du conseil municipal de Bron
19 juin 1995 - 1er juin 1997 : maire de Bron
1er juin 1997 - 4 juillet 1997 : député
2 juin 1997 - 18 mars 2001 : adjoint au maire de Bron
4 juin 1997 - 3 septembre 1998 : secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, en charge de l'outre-mer
16 mars 1998 - 10 juillet 2002 : membre du Conseil régional de Rhône-Alpes
3 septembre 1998 - 30 décembre 1998 : secrétaire d'État à l'outre-mer, délégué auprès du ministre de l'Intérieur, chargé de l'intérim du ministre de l'Intérieur
30 décembre 1998 - 29 août 2000 : secrétaire d'État à l'outre-mer, auprès du ministre de l'Intérieur
19 juin 2002 - 19 juin 2007 : député
29 août 2000 - 5 mai 2002 : ministre des Relations avec le Parlement
19 mars 2001 au 23 avril 2004 : adjoint au maire de Bron (Rhône)
depuis le 2 avril 2004 : président du conseil régional de Rhône-Alpes, réélu le 21 mars 2010
depuis le 20 juin 2007 : député de la 7e circonscription du Rhône
Fonctions politiques
Membre du bureau exécutif et du comité directeur du parti socialiste (1983-1994) ; secrétaire national à la culture du PS (1983-1987 et 1988-1990) ; porte-parole du PS (1985-1993) ;
Membre du bureau national du PS
À la communauté urbaine du Grand-Lyon
Communauté urbaine du Grand-Lyon du 25 juin 1977 au 31 mai 1995 (Membre)
Communauté urbaine du Grand-Lyon du 1er juin 1995 au 6 mai 2001 (Vice-président)
Communauté urbaine du Grand-Lyon du 7 mai 2001 au 23 avril 2004 (Vice-président)
Réponse de le 18/06/2013 à 21:57 :
elle est pas facile a lire ta liste SAMARINDA
Réponse de le 18/06/2013 à 22:57 :
Samarinda, vous avez l'air de bien connaître JJ Queiranne ! En tous les cas le pedigree de ce Monsieur est une bonne illustration de ce que sont nos hommes politiques : des pantouflards et des incompétents ...
a écrit le 18/06/2013 à 19:59 :
Et en retour, on nous supprime 95% de la paperasse pour ramener cela a un seul formulaire trimestriel unifié de toutes les administrations en tous genres ? ;-)
Réponse de le 18/06/2013 à 21:54 :
Elle est jouissive ta Solution @En retour
Réponse de le 18/06/2013 à 22:05 :
je vois tres bien Fabrice Luchini prononcer cette phrase :

UN SEUL FOR MU LAIRE TRI MES TRIEL UNI FIE DE TOUTES LES ADMIN NISTRA TIONS

c'est bon ca !!!
Réponse de le 19/06/2013 à 6:17 :
En Retour BRAVO !!!!!
a écrit le 18/06/2013 à 19:52 :
Y aura t-il quelqu'un pour prendre cette douloureuse et difficile décision, malheureusement i nécessaire ? J'ai un candidat à proposer. Un indice : il a su prendre une décision toute aussi douloureuse mais nécessaire à la France en acceptant d'acheter 2 drones américains. Le courage politique, c'est maintenant !
Réponse de le 18/06/2013 à 21:44 :
je demens Mecatroid , c'est pas lui qui les paye , c'est toi , a ce sujet je voudrais te parler d'un nouvel impot !!!
Réponse de le 19/06/2013 à 11:14 :
@Perceval78 : Ahah, pas mal le coup du nouvel impôt. Mais je veux bien payer pour ça. 2 pauvres drones, ça ne va pas chercher bien loin. En tout cas, bien moins cher que le bouclier fiscal, ou la mise en place de l'HADOPI. Donc aucun problème pour fournir à nos militaires les seuls outils (avec le renseignement) dont ils ont vraiment besoin pour lutter contre le terrorisme. Ce n'est pas le ministre de la défense qui va les payer, j'espère bien. Que chacun assume un peu, sa changera. D'ailleurs, je n'ai pas dis qu'il payait, j'ai dit qu'il "acceptait d'acheter". Cela signifie que c'est lui qui prend la "décision difficile" (alors que ses prédécesseurs, ramassis de pleutre et d'incompétents on préféré ce cacher et ne rien décider, laissant pourrir la situation).
a écrit le 18/06/2013 à 19:42 :
ATTENTION ....... Vous allez mettre 548 équipes au CHOMAGE .....Excusez-moi elles ne peuvent l'être , ( au chomage ) ..!!! ...De 2000 à au moins 10 000 TRAVAILLEURS à reconvertir ...!!!
Réponse de le 18/06/2013 à 21:58 :
excuse moi CREATEUR mais 660 -12 ca fait 648 , t'as reussi a en supprimer 100 au passage !!!
Réponse de le 18/06/2013 à 22:14 :
il en faut au moins 100 pour cloturer les dossiers ..!! peut etre jusqu'a la retraite ..???
Réponse de le 19/06/2013 à 9:33 :
@createur : et si on mettait les dossiers au feu pour faire tourner une turbine
Réponse de le 19/06/2013 à 9:59 :
TOUS les DOSSIERS ...? Y a du boulot ...!
a écrit le 18/06/2013 à 19:40 :
"Des décisions seront prises le 17 juillet"??????? exactement pareil que pour les retraites. "On verra bientôt" et in fine hollande dit "on change rien tout va bien". Quel est lme coût des rapports de Queyranne et de Moreau??? les copains de mes copains sont mes copains, devise socialiste. Vu en UN AN le nombre de rapports demandés et le coût global de cette gabegie par les branquignoles de nombreux socialistes doivent rouler allemand Porsche, Audi, BMW, Mercedes. Angela dit "merci Gromou".
Réponse de le 18/06/2013 à 21:47 :
17 juillet triste jour ou on a melange les couleurs du PSG avec celle de la royaute , mais pourquoi n'a t'on pas choisi les couleurs du brest footbal club Armorique !!!

http://www.chateau-lafayette.com/La-cocarde-tricolore.html
a écrit le 18/06/2013 à 19:32 :
Oui, il faut couper les aides... et diminuer les charges de manière nette en évitant surtout les dispositifs de type CICE !
Réponse de le 18/06/2013 à 20:01 :
En réduisant simplement les charges, c'est clair. Il faut baisser le coût du travail, surtout pour les emplois de service.
Réponse de le 18/06/2013 à 21:49 :
et si on reduisait tout ,y compris la taille de la tour eiffel , la taille des ballons de foot , la taille des cigarettes .... brrrrr ca fait froid dans le dos rien que d'y penser
Réponse de le 19/06/2013 à 9:25 :
Une économie et un pays truffés de dispositifs pervertis cela ne vous fait pas peur ? Pourtant c'est cela la France d'aujourd'hui : un Etat omniprésent et pourtant impuissant, des subventions qui ne vont pas là où elles étaient censées aller, une montagne d'allocations qui ratent la plupart du temps leur cible, des dizaines de milliers de fonctionnaires qui travaillent dans le vide pour des dispositifs inutiles... Moi, ce qui me fait froid dans le dos, c'est de penser que dans ce pays plus rien n'a de sens et que même les patrons sont des assistés. Ce qui me rassure, c'est que même si beaucoup de français comme vous s'accommodent de la situation, ils vont bientôt être rappelés à la réalité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :