Affaire Tapie-Adidas : qui accuse qui ? qui défend quoi ? Le point en images

 |   |  306  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Bernard Tapie en garde à vue, trois personnes dont Stéphane Richard, le PDG d'Orange, mis en examen, des dizaines d'auditions...voici un diaporama pour s'y retrouver dans les derniers rebondissements de "l'affaire" de l'arbitrage rendu en faveur de l'homme d'affaires dans son conflit avec le Crédit lyonnais.

Au coeur de l'interminable affaire Tapie, il y a Bernard Tapie lui-même bien sûr. Après une série d'auditions, de perquisitions et de mises en examen, l'actuel patron de La Provence a été placé en garde à vue ce 24 juin. Malgré le détachement apparement affiché dans la matinée par l'homme d'affaires, l'arbitrage contesté qui lui a valu 405 millions d'euros (selon un chiffre révisé) en réglement du contention qui l'opposait au Crédit lyonnais, semble donc de plus en plus fragilisé.

Un dossier vieux de 20 ans

Mais bien d'autres noms figurent dans ce lourd dossier ouvert depuis plus de vingt ans après la vente d'Adidas, l'objet d'origine du conflit. Dans le cercle des personnalités liées directement à cette affaire gravitent ainsi avocats, juges, hommes et femmes politiques, chefs d'entreprises...

>>> DIAPORAMA Affaire Tapie-Adidas, les personnes impliquées

Qui défend quoi? Qui accuse qui...

Que ce soit lors d'auditions devant la justice ou bien lors d'interventions dans la presse, nombre de ces acteurs de premier plan se sont renvoyés la balle, s'accusant mutuellement ou utilisant les témoignages des uns et des autres pour se dédouaner.

Certains ont dénoncé l'arbitrage comme Jean-Louis Nadal, l'ancien procureur près la Cour de Cassation qui a relancé l'affaire en en 2012. D'autres encore se défendent d'être directement responsable de l'arbitrage controversé, comme Christine Lagarde qui a soutenu ne pas avoir été suffisamment au courant de certains éléments du dossier. Tous sont mêlés à ce conflit juridique devenu scandale médiatique. Pour y voir plus clair, la Tribune les a listés dans ce diaporama

____

Pour en savoir plus, lire aussi :

>> Bernard Tapie et l'affaire Adidas: vingt ans de rebondissements et 7 moments-clés de l'affaire

>> Ce que risquent les principaux protagonistes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2013 à 2:33 :
Qui peut croire à une fraude généralisée dans ce dossier ? Bien sûr, ceux qui ont instrumentalisé ces gardes à vue humiliantes, mais nous ? Que tel ou tel soit adulé ou détesté m'indiffère ; c'est le dessein primitif et ce sont les méthodes totalitaires qui devraient alerter.
a écrit le 25/06/2013 à 17:45 :
@Iliad Ah bah faut bien faire oublier la plus grosse gabegie d'une banque en France, 20 milliards d'euros, avec en tête Sapin, Heberer et Peyrelevade. Entendre ce dernier émettre un quelconque jugement sur cette affaire, c'est une honte.
a écrit le 25/06/2013 à 15:56 :
Il y a en a un dont on n'entend pas DU-TOUT parler, qui n'est JA-MAIS cité dans cette histoire: quel talent, mais quel talent...
a écrit le 25/06/2013 à 15:28 :
C'est génial!
a écrit le 25/06/2013 à 13:09 :
Richard a balance Lagarde :elle est cuite ,elle sera mise en examen et devra demissionner du fmi apres un male dominant(dsk) une femme soumise , use me Nicolas!
a écrit le 25/06/2013 à 12:23 :
Quand on crois que c'est fini, tout recommence la poltique, la justice, on dit tout et son contraire suivant que l'on est au pouvoir ou pas et pendant ce temps le contribuable contribue malgrés lui.
a écrit le 25/06/2013 à 11:01 :
C'est quand même extraordinaire que cette affaire ressorte maintenant, juste quand Michel Sapin redevient ministre, lui qui était aux commandes du ministère des finances lorsque le Crédit Lyonnais, alors nationalisé, a monté une arnaque contre Tapie. Et pourquoi Tapie a vendu Adidas ? Parce que Mitterrand le lui à demandé officiellement pour éviter les conflits d'intérêts avec sa charge de ministre de la ville, ce qui dans l'absolu est une bonne initiative, mais qui prend une signification douteuse quand on connaît la suite de l'histoire. Cette affaire sent très très mauvais et ressemble à s'y méprendre à une vengeance politique.
a écrit le 25/06/2013 à 10:39 :
Pendant qu'on nous bassine avec ces malheureux 400 millions en une fois, cela évite de parler des 80 milliards que la France gaspille TOUS LES ANS pour payer les trains de vie de ses nombreux fonctionnaires, élus, comités Théodule et subventions diverses à des associations douteuses.
a écrit le 25/06/2013 à 10:03 :
Ah! la belle salade !! pour ça, ils sont forts entre tous !
a écrit le 25/06/2013 à 8:38 :
On accuse, on met en prison et ensuite on cherche pourquoi;
a écrit le 24/06/2013 à 19:09 :
Je le plains .Il va avoir le gouvernement et ses sbires contre lui.
La magistrature rouge ( dont le SM)
Les boites dépendantes des socialos avec leurs ilotes à leurs têtes.
Bon courage
a écrit le 24/06/2013 à 18:52 :
un pour tous.......tous pourris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :