L'OCDE pronostique une hausse du chômage en France au moins jusqu'à la fin 2014

 |   |  546  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit que le taux de chômage en France atteindra le record de 11,2% fin 2014 (contre 10,7% à la fin du premier semestre 2013. Si l'OCDE salue la récente loi sur la sécurisation de l'emploi, elle appelle cependant la France à mener davantage de réformes structurelles du marché du travail.

Pas de miracle! L'OCDE table sur une poursuite de la hausse du chômage en France à l'horizon fin 2014 et appelle le gouvernement à "s'attaquer" aux "défis structurels" du marché de l'emploi, alors que François Hollande ambitionne toujours d'inverser "durablement la courbe du chômage à la fin de l'année" 2013.

Un taux de chômage de 11,2% fin 2014

Dans son rapport annuel "Perspectives de l'emploi", publié mardi 16 juillet, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit pour la France un taux de chômage à 11,2% (11,6% en incluant les Dom) au 4e trimestre 2014, contre 10,7% au 2e trimestre 2013 (11,1% Dom compris). Plus de cinq ans après le début de la crise financière mondiale, l'OCDE note que la France "fait face à un chômage durablement élevé et persistant" et que "le marché du travail français peine à se redresser".

A l'avant-veille d'une réunion des ministres du Travail du G20 à Moscou, l'OCDE appelle ainsi Paris à "s'attaquer à certains défis structurels qui continuent de persister sur le marché du travail". "Si le taux de chômage en France est légèrement plus faible que dans la zone euro (12,2% en moyenne, tirée à la hausse par la Grèce et l'Espagne, ndlr), il reste élevé en comparaison" des 34 pays de l'OCDE (8% en moyenne), et notamment de son voisin allemand, selon l'organisation. Outre-Rhin, le chômage devrait en effet passer en deçà des 5% fin 2014, selon ses projections.

"La part des jeunes qui ne sont ni en emploi, ni scolarisés, ni en formation, a augmenté de 2,8 points entre 2007 et 2012", relève également l'OCDE, qui appelle à investir dans une stratégie qui améliore les taux d'emploi à la fois des jeunes et des seniors, les deux catégories d'âge les plus frappées.

"Les emplois d'avenir et les contrats de génération, dispositifs ciblés sur les jeunes et les seniors, sont une première avancée en ce sens", estime l'organisme international, qui appelle toutefois à "des réformes plus structurelles permettant d'améliorer durablement les taux d'emploi à tous les âges".

L'OCDE salue la récente  loi sur la sécurisation del'emploi

L'OCDE évoque aussi la loi sur la sécurisation de l'emploi, votée au printemps (émanation de l'accord du 11 janvier dernier)  qui vise à offrir plus de flexibilité aux entreprises (modulation du temps de travail et des salaires en cas de difficultés conjoncturelles, réforme des procédures de licenciement...  tout en sécurisant les salariés (renchérissement du coût de certains contrats courts, droits rechargeables à l'assurance chômage...).

Selon elle, cette réforme "va dans la bonne direction en créant des nouveaux outils de flexibilité qui devraient permettre une plus grande création d'emplois dans le moyen terme". "Cependant, beaucoup reste à faire pour réellement réduire le dualisme du marché du travail en France" entre contrats courts et contrats longs, dit-elle. "En 2011, 78% des recrutements et 71% des cessations d'emploi correspondaient au début ou à la fin d'un CDD", est-il souligné.

Estimant que la "reprise" économique est en cours, François Hollande a réaffirmé dimanche 14 juillet son "engagement" d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année, remis en cause par nombre d'économistes, mais aussi par les prévisions de l'Insee et du Fonds monétaire international.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2014 à 17:56 :
Des veaux les françcais?
Lorsque toutes les entreprises françaises fermes les unes après les autres.
Les banques, il faut sauver le système financier.
Les petites et moyennes entreprises sont étouffées par manque de trésorerie.On ferme, on vire les gens...
La finance <<est>> toujours aussi folle, et ça risque de durer encore longtemps.
Alors des vaux ou pas?
a écrit le 24/07/2013 à 11:20 :
métier en pénurie = 180 heures Automobile et mécanique Carrossier-réparateur Mécanicien d'avions légers à hélice Mécanicien de bateaux de plaisance à moteur Mécanicien de cycles Mécanicien de machines-outils Mécanicien de matériel d'entreprise de construction et de voirie Mécanicien de matériel de parcs, jardins et espaces verts Mécanicien de moteurs diesel marins Mécanicien de motocyclettes Mécanicien de tracteurs et machines agricoles et horticoles Mécanicien poids lourds Construction ? Bâtiment Asphalteur-étancheur Carreleur Couvertures métalliques Couvertures non-métalliques Décorateur d'intérieur Entrepreneur général Entrepreneur en restauration et rénovation de bâtiments anciens Fabricant et poseur de châssis et portes en PVC et aluminium Installateur de fermeture de baies et protection solaire Maçon-bétonneur Marbrier Peintre décorateur Peintre en bâtiment Plafonneur-cimentier Poseur de plafonds suspendus, de cloisons amovibles et de bardage Rejointoyeur-ravaleur de façade Tailleur de pierres Construction ? Terrassement Constructeur-réparateur de voirie Opérateur de travaux subaquatiques Construction ? Métiers du bois Menuisier-charpentier Parqueteur Construction ? Métiers du fer Fabricant d'objets en cuivre Fondeur de métal Forgeron Graveur sur acier Métallier-soudeur Construction ? Sanitaire, chauffage et techniques du froid Calorifugeur-isolateur Concepteur-installateur de cuisines équipées et salles de bains (en Chef d'entreprise) Fabricant-installateur de cuisines équipées (en apprentissage) Frigoriste Installateur de chauffage au gaz par appareils individuels Installateur de chauffage à air chaud et traitement de l'air Installateur en chauffage central Installateur sanitaire et de plomberie Monteur-réparateur en climatisation Electricité et électronique Installateur électricien Electricien-bobineur Fabricant-installateur d'enseignes lumineuses Galvanoplaste Installateur d'appareils de cuisson et de réfrigération semi-industriels Monteur-réparateur de systèmes anti-vol Monteur-réparateur en électronique appliquée Monteur-réparateur en radio et télévision Technicien en maintenance d'appareils électrodomestiques HORECA et métiers de l'alimentation Boucher-charcutier Boucher-chevalin Boulanger-pâtissier Confiseur-chocolatier Cuisinier de collectivité Informatique Administrateur conseil en réseaux télématiques Concepteur d'animations 3D Concepteur de produits multimédia Conseiller technique PC réseau Gestionnaire en communication multimédia Gestionnaire en réseaux télématiques Installateur-réparateur en mini/micro-ordinateurs
a écrit le 17/07/2013 à 13:54 :
ce gouvernement de fonctionnaires devrait s'inspirer des méthodes anglaises car au Royaume Uni le chômage recul nettement à 7,5% suivant la même méthode de calcul que nous. Sans AME, sans RSA, sans SMIC sans Assédic au taux Français et surtout sans 67% de charges (patronales et salariales ) C'est toute la différence avec notre assistanat qui nous mène à la ruine.
Réponse de le 17/07/2013 à 17:27 :
c'est pour ça que les anglais et les irlandais detestent leur pays et le fuient pour les usa ou l'australie.
Réponse de le 17/07/2013 à 18:53 :
Les Anglais s'en sortiront bien mieux que nous. Ils ont leur propre monnaie, leur banque centrale et ils ne se privent pas d'envoyer se faire foutre les technocrates de Bruxelles. Eux au moins ne se laissent pas embrocher sans rien dire comme les Français.... Bravo à revenchard pour son commentaire.
a écrit le 16/07/2013 à 23:53 :
Les mesures prises par ce gouvernement sont bonnes dans l'ensemble mais çà demande du temps. C'est d'ailleurs conforme aux crises précédentes, il y a toujours un temps de retard structurel en France. Si les français étaient prêts à plus d'adaptations, il faudrait aller plus loin mais ils ne sont certaienement pas prêts et les effets secondaires pourraient aboutir dans un premier temps à un bilan négatif si la majorité des français n'est pas convaincue d'accepter les changements nécessaires. Donc ce gouvernement a une politique plutôt correcte jusqu'à présent. L'opposition par contre devrait être plus constructive, elle n'apporte rien et ne joue pas son rôle, qu'il s'agisse de l'Ump ou du Fn.
a écrit le 16/07/2013 à 21:30 :
Questions sans réponse... aidez moi svp....
A qui profite la crise ?
Comment penser que vivre de façon surendetté depuis 15 ans peut permettre de rester indépendant ?
Surendetté je devrai vendre des immobilisations, des actifs... vendre notre patrimoine ?
Réponse de le 17/07/2013 à 7:27 :
oui
a écrit le 16/07/2013 à 21:21 :
La crise est le nouveau système. Il permet beaucoup de liberté et de prises d'initiatives aux décideurs, le management par la terreur, l'acceptation par la masse des incompétences notoires de ces mêmes décideurs.
Bref vive la crise et son système D. Mort au système de solidarité et de redistribution qui n'est plus gérable (volontairement tellement il est rendu complexe.).

C'est cynique peut être mais ca fait 15 ans que ca dure... alors on s'y fait.
a écrit le 16/07/2013 à 20:09 :
Et pourquoi pas 2015 2016 . Ils doivent lire dans une boule de cristal opaque ....
Réponse de le 16/07/2013 à 20:42 :
Vous voulez dire en 2023 si la France n'a pas sauté d'ici là, ce qui serait souhaitable si l'on veut, un jour se redresser...! L'on nous prend pour des c... mais ils pensent que nous allons les croire... Quoique lorsque l'on voit l'état d'esprit médiocre des français, des veaux comme disait le général, ils ont peut-être raison...?
a écrit le 16/07/2013 à 19:48 :
Bien sûr ! Les réformes structurelles du marché du travail, comment n'y avions-nous pas penser avant ? Ils nous prennent vraiment pour des crétins à l'OCDE ? Ce ne sont pas les réformes qui ont été mises en place en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie ? Et pour quel résultat ?
a écrit le 16/07/2013 à 17:49 :
Faisons grève pour inverser la courbe du chômage, c'est inadmissible !
Réponse de le 17/07/2013 à 10:16 :
Pour une fois je suis d'accord avec toi camarade, d'autant plus qu'il fait beau ...
a écrit le 16/07/2013 à 16:29 :
Ce ne sont pas les mêmes motivations, et les mensonges sont moins importants et moins graves à droite.
pour faire très simple :
- La gauche ment parce qu'elle est hors du temps. Comme prise les doigts dans la confiture.
- La droite ment pour le bien de ses projets progressistes parce qu'à n'importe quel moment de n'importe quelle décision, la gauche envoie les lycéens dans la rue pour défendre la retraite, les retraités CGT CFDT dans la rue contre les CPE et contrats jeunes, les alter contre les rencontres des G8 G20 G mal et autres, et met la SNCF, RATP POSTE et autres en grêve.
a écrit le 16/07/2013 à 16:18 :
Helas les specialistes de l'OCDE n'y connaissent rien en prévisions.....le seul devin en la matière est notre PRESIDENT VENERE qui vien de declarer.....je vous le dis...."LA REPRISE EST LA"........ tout le reste n'est que forfaiture, mensonges, et ne vise qu'à rendre pessimiste les français......A y regardez de plus près...les futures hausses d'impôts annoncées doivent être des facteurs de bonheur léthargique....décidemment, les français sont des incorrigibles pessimistes qui ne comprennent rien à la dialecte présidentielle.......la suite va être radieuse.......;je vous le dis......
a écrit le 16/07/2013 à 15:44 :
Notre président adulé a raison et les chiffres du chomage vont decroitre sur cette fin d'année 2013. Ceux qui disent le contraire sont des factieux cyniques socialement nuisibles
Réponse de le 16/07/2013 à 16:32 :
l'utilisation des smileys (émoticônes) permettrait de savoir si votre remarque doit être prise au premier ou au second degré.
Réponse de le 16/07/2013 à 16:46 :
Au second
Réponse de le 16/07/2013 à 17:48 :
"Notre président adulé". Je crois que les 3 premiers mots répondent à votre question.
Réponse de le 16/07/2013 à 22:16 :
D'ailleurs tout le monde a constaté que le chomage a déjà commencé à décroitre, que le moral des français est au plus haut et que flanby remonte dans les sondages à toute vitesse !
a écrit le 16/07/2013 à 15:07 :
Ca fait 3 fois que les socialistes nous mentent droit dans les yeux :
- pendant la campagne électorale (moi je...)
- avec Cahuzac devant l'assemblée nationale
- le 14 juillet quand le Président a fait mine de croire à la reprise.

Comment peut -on avoir confiance dans de tels amateurs et bonimenteurs ?
Réponse de le 16/07/2013 à 15:53 :
Et a droite ? Tous des anges ? Arretez de ne vous cachez qu'un oeil ! Ils sont TOUS au même niveau d'incompétence. Pourquoi diable continuer à ne stigmatisez qu'un seul côté de l'hémicycle ? La mémoire des gens est-elle encore plus courte que je l'imaginais ? Qui a dirigé la France de 2002 à 2012 ? La droite. Pour quel résultat ? Une France surendetté, coupé en 2 par des débats inutiles sur la soit disant identité nationale. Avant ca ? La France allez tres bien, mais je vous rassure les socialistes n'y étaient pour rien, la conjoncture mondiale étant florissante à l'époque, Jospin&Co ont juste profité du vent dans le dos.
Réponse de le 16/07/2013 à 16:27 :
Ce ne sont pas les mêmes motivations, et les mensonges sont moins importants et moins graves.
pour faire très simple :
- La gauche ment parce qu'elle est hors du temps. Comme prise les doigts dans la confiture.
- La droite ment pou le bien de ses projets progressistes parce qu'à n'importe quel moment de n'importe quelle décision, la gauche envoie les lycéens dans la rue pour défendre la retraite, les retraités CGT CFDT dans la rue conbtre les CPE et contrats jeunes, les altyer contre les rencontres des G8 G20 G mal et autres, et met la SNCF, RATP POSTE et autres en grêve.
Réponse de le 16/07/2013 à 17:18 :
Le concours consistant à savoir quel camp est le plus menteurs est totalement stérile selon moi et ce pour deux raisons très simples :
1 - les décisions prises en France sont dictées par Bruxelles donc que le président en poste soit de gauche, de droite, du dessus, du dessous ne change rien au fait qu'il n'est qu'un homme de paille
2 - depuis la loi du 3 janvier 1973 la France appartient aux marchés financiers et on a fait une croix définitive sur l'état stratège (pour ceux/celles que ça intéresse, je vous renvoie au bouquin de Pierre-Yves Rougeyron : "Au nom de la loi je vous endette")
Croyez- vous sincèrement au hasard quand on observe depuis 4 décennies ou presque :
1 - des politiques qui tendent a diviser les Français plutôt qu'a les rassembler
2 - la mise en place lente mais sûre d'un abrutissement de la population par le biais du clientélisme de l'Education Nationale
3 - l'opacité totale dans laquelle le pays est dirigé (les 3/4 des décisions prises à Bruxelles ne sont bizarrement pas relayées par TF1 ou autre)
Bref, arrêtons d'attendre quoique ce soit de ces gens la et recommençons à tisser un tissu social cohérent et solidaire entre nous car les autres c'est tout ce qu'il nous reste. Et faute de faire front ensemble en tant que citoyen d'une même nation, nous serons bientôt contrôlés en tant qu'individu isolés donc manipulables.
Réponse de le 16/07/2013 à 17:46 :
Bien vu. Mais la majorité des français étant inculte économiquement, il n'y a aucun espoir de les faire réagir avant le mur...!
Réponse de le 16/07/2013 à 18:09 :
Je le crains également mais je crois qu'on a plus rien à perdre à essayer !
Réponse de le 16/07/2013 à 19:45 :
il manque un Guide pour trouver le chemin
Réponse de le 16/07/2013 à 20:44 :
Un leader ......un "Messie".....on en aurait bien besoin
Réponse de le 16/07/2013 à 21:43 :
C'est sur que ça aiderait, maintenant en prenant parfois simplement le temps de rencontrer ses voisins, de s?intéresser au gens et d'oublier un peu les échanges monétisés au profit d'échanges basés sur le troc (de service notamment) on fait déjà un grand pas en avant. Ce qui créer, au sein d'une société, une résilience aux événements extérieurs c'est la cohésion de ses habitants, c'est pas innocents si les man?uvres politiques sont essentiellement des man?uvres de division ... Sans vouloir jouer les messies justement j'essaie de vivre avec cette ligne de conduite depuis quelques temps déjà et je peux vous dire que ça change énormément de choses, et c'est pourtant si simple et basique qu'on aurait du mal à le croire.
a écrit le 16/07/2013 à 14:58 :
On peut raconter ce qu'on veut sur les "chiffres du chômage", ce n'est donc pas crédible. Ce qui l'est réellement ce sont les pertes de postes productifs, par catégories, et la faillite des entreprises ayant un minimum de CA. Or ces catégories statistiques beaucoup moins traficables sont en expansion continue, particulièrement depuis un an. Parallèlement on peut constater la fuite éperdue des retraités (et pas seulement eux) vers les pays montants où la vie courante n'a pas cette quantité de taxes que subissent les français en France.
Réponse de le 16/07/2013 à 16:28 :
Au passage, il serait bon de taxer la fuite des pensions de retraites versées à l'étranger. Car ce sont les (rares) acftifs et les (rares) entreprises françaises, controntées à la concurrence internationale, qui leur verse.
Réponse de le 16/07/2013 à 19:37 :
Tiens un socialiste ! Encore une taxe ! Et, que je sache, les retraités sont libres de voyager où ils veulent et aller y dépenser leurs sous. On n'est pas (encore) en Corée du nord.
a écrit le 16/07/2013 à 13:58 :
La phrase de Hollande n'était pas terminée, c'était" il y a des indices de la reprise" ....du chômage. Maintenant on comprend, c'est vrai que son problème d'élocution avec ses "heu", il devrait le soigner.
a écrit le 16/07/2013 à 13:48 :
Hollande l'a dit. La crise est derrière nous...Cependant le chômage est devant. On doit être dans l'oeil du cyclone.
Réponse de le 16/07/2013 à 15:18 :
@Victor,oui la crise est derrière nous..... mais tournez vous et vous l'aurez devant....simple no ?
Réponse de le 16/07/2013 à 16:31 :
l'avenir dans le baba
a écrit le 16/07/2013 à 13:43 :
NORMAL,gestion socialo.
a écrit le 16/07/2013 à 13:37 :
Encore un bon million qu on nous annonce. Au total ça fait 6 millions dans les différentes catégories. Mobilisons contre l Etat d incurie et la faillite ! Nous avons déjà 4 français sur 5 contre la politique conduite ! C est une rupture du contrat social !
a écrit le 16/07/2013 à 12:52 :
Bien sûr, tout le monde n'est pas du même avis. Mais ce qui est grave, ce sont les changements de méthode statistiques non documentés que l'Insee pratique en ce moment pour habiller les mensonges des socialistes. Nous n'avons toujours pas les statistiques du chômage de mai selon la même méthode que ceux d'avril. Résultat : le chômage n'a pas augmenté en mai. Pari est que le chômage va reculer en juin!
Réponse de le 16/07/2013 à 15:01 :
La méthode statistique de l'Insee n'a pas changé et reste celle du BIT, càd celle réclamée par Eurostat. la plupart des méthodes sont disponibles sur le site (je le conçois il faut chercher un peu). L'insee est un organisme administratif indépendant de la politique des gouvernements, quels qu'il soit, et ne reçoit donc aucun ordre de modification des chiffres (l'interprétation qu'en font les politiques et autres zouaves n'est pas du ressort de l'Insee). Je trouve donc votre remarque déplacé et ayant pour seul but de cracher votre venin

Bonne journée
Réponse de le 16/07/2013 à 16:47 :
"L'insee est un organisme administratif indépendant de la politique des gouvernements" Oui comme les journaliste.
Réponse de le 16/07/2013 à 17:26 :
Oh oui, les journalistes sont bien indépendants c'est sur, comme ceux d'Europe 1 qui est détenu par Largardère. Dites vous en trouvez beaucoup des comme ça ou vous vous forcez? A moins que vous parliez des vrais journalistes indépendants comme a Mediapart, Fakir ou le Canard Enchainé mais du coup votre remarque vaut encore moins.
Réponse de le 17/07/2013 à 18:32 :
Je vous rassure de suite mon commentaire était ironique.
a écrit le 16/07/2013 à 12:51 :
CQFD. C'est l'évidence. Comment ne pas comprendre qu'il faut sortir de l'Europe et de l'euro. Fin 2014, la fin de la crise ? C'est une plaisanterie, nous en avons pour des années de déflation. Il n'y aura aucune reprise de la croissance avec l'écrasement de cette fiscalité délirante que nous subissons. Les dettes vont s'accumuler et seule une lente descente vers l'abîme nous attend. C'est pourtant simple. Combien de temps allons-nous perdre avant de comprendre, ENFIN ?
Réponse de le 16/07/2013 à 13:08 :
TH, sortir de l'euro ne fera qu'augmenter la dette et surtout la charge de la dette ! En particulier, les taux d?intérêt s'envoleront bien évidemment... Quant à l'écrasement par la fiscalité, elle n'a rien à voir avec l'euro...
Réponse de le 16/07/2013 à 13:39 :
Je ne partage pas votre opinion. Savez-vous que nous versons à l'Europe, sous des formes diverses, 150 milliards par an. En dévaluant la monnaie après retour au franc et en ajoutant ENFIN une gestion rigoureuse de l'état qui ferait baisser les dépenses publiques d'un minimum de 150 milliards, plus une baisse massive des prélèvements obligatoires, nous pourrions repartir de l'avant en sauvant nos entreprises d'une mort certaine et donc l'emploi.
Réponse de le 16/07/2013 à 15:05 :
L'écrasement par la fiscalité n'a a voir qu'avec la gestion (?) socialiste!
Réponse de le 16/07/2013 à 15:06 :
Sortir de l'Europe, se replier sur soi-même..., c'est faire un retour aux années 1960 avec une crise pire
de ce qu'elle est actuellement !
La situation économique est catastrophique. Un remède comme ça tue le malade !
Par contre, sortir de l'Euro, pourquoi pas si on n'arrive pas à décider l'Allemagne et la B.C.E. d'adopter une politique d'Euro compétitif et non pas d'Euro fort qui étouffe l'économie.
Réponse de le 16/07/2013 à 15:28 :
Il n'y a besoin de sortir de l'Europe pour avoir une gestion rigoureuse de l'état et une baisse massive des prélèvements obligatoires.
Réponse de le 16/07/2013 à 16:15 :
L'europe agit comme un garde chiourme. Si la France sortait de l'Europe, ca serait comme une digue qui lache, l'occasion serait trop belle pour les politiques de faire (encore plus) n'importe quoi en dépenssant de l'argent qui n'est aps collecté pour acheter les voix qui les éliront aux prochaines elections
Réponse de le 16/07/2013 à 16:19 :
Bien sûr, mais vous voyez bien que, DANS LES FAITS, depuis la création de l'euro ce n'est qu'une lente agonie, surtout pour les Pays du sud dont la France. Vous voyez bien que les socialistes au pouvoir en France depuis 30 ans et plus (UMPS) ) sont incapables de gérer correctement. En outre, l'euro est évidemment surévalué de 50%, mais le système actuel nous interdit de dévaluer. Nous crèverons donc avec un euro fort et aucune réformes de structures pourtant indispensables. Continuons...
Réponse de le 16/07/2013 à 16:52 :
Qui vous dit que la crise serait pire encore si l'on sortait de l'euro ? une idée reçue, la France est déjà en phase terminale, quant à l'euro, vous ne risquez pas de décider l'Allemagne et la BCE puisque le système européen ne permet aucune dévaluation compétitive. Nous sommes donc littéralement coincés. Seule issue, sortir de l'Europe et de l'euro.
Réponse de le 16/07/2013 à 17:32 :
En ce qui concerne la dette nationale, elle n'est ni issue d'une mauvaise gestion ni issue d'un abus quelconque (enfin les comptes sont pas carrés mais ça va encore a peu près). Elle est exclusivement dû au fait que depuis 1973 nous empruntons au privé (concrètement aux banques donc aux marchés financier) plutôt que de battre monnaie nous même comme c'était le cas précédemment. Ce qu'on appelle aujourd'hui la dette nationale est un abus de langage, il s'agit en réalité des intêrets de la dette, et si vous faites le calcul, l'état n'étant pas un organisme a but lucratif, elle augmentera tjs, cela est mécanique. Renseignez-vous sur les mécanismes de création de monnaie scripturale et vous verrez que tout les pays surendettés le sont devenus suite au fait d'emprunter sur les marchés au lieu de rester souverain de leur monnaie.
Réponse de le 16/07/2013 à 17:59 :
Si vous trouvez que "les comptes vont à peu près", chapeau...? Plus de 5 000 milliards de dette avec les engagements de l'état hors bilan. Je vous invite à faire un petit calcul pour rembourser celle-ci au taux actuel des OAT (2,20 % environ). Prêt amortissable (capital + intérêts). C'est tout simplement impossible. Comme vous n'aurez aucune croissance possible pendant des années, compte tenu des prélèvements hallucinants, je ne vois pas d'issue sauf demander aux créanciers de s'asseoir sur 80 % des montants, sortir de l'euro, dévaluer.et réduire immédiatement les dépenses publiques de 200 milliards par an.
Réponse de le 16/07/2013 à 18:14 :
Non je ne trouve pas que les comptes sont a peu près carrés, relisez mon message. Ce que je prétend, c'est qu'avant la loi de 1973 qui force l'état a emprunter sur les marchés la dette nationale se maintenait à un niveau raisonnable. Ce que je prétend c'est que la dette actuelle est davantage causé par des intérêts usuriers du au fait que l'état est obligé d'emprunter aux banques. A partir du moment ou on applique des intérêts à un organisme non lucratif (ce qu'est un état par définition) le cumul de la dette ne peux que grandir, c'est un phénomène mécanique. Donc partant de là, la cause ultime, la cause profonde de notre dette actuelle n'est pas tant la mauvaise gestion des différents gouvernements (même si elle existe) qui se sont succéder depuis 73 que le fait que l'état Français ait renoncé à sa souveraineté monétaire.
Réponse de le 16/07/2013 à 18:50 :
@DE Passage
C'est la stricte vérité...et qui était Président de la République en 73,? Pompidou...qui était ...Ancien directeur de la Banque Rotschild...Et depuis ...On paie des intérêtsqui représente à peu près la dette de la France d'aujourd'hui....Cherchez l'erreur.
Réponse de le 16/07/2013 à 20:40 :
Oui, d'ailleurs "l'intitulé" complet de la loi est loi Giscard-Pompidou-Rottschild ... clairement ça aurait du nous faire dresser les oreilles...
Réponse de le 16/07/2013 à 20:53 :
Mais croyez-vous que la gauche aurait modifié cette anormalité...? bien sûr que non...! pour cela, encore faudrait-il être intelligent ? Ils continuent...!
Réponse de le 16/07/2013 à 21:52 :
@Vous Clairement ils n'en ont pas la volonté et quand je dis "ils" je parle de la gauche, la droite, les deux extrèmes etc mais le fait est qu'aujourd'hui ils n'en ont plus les moyens de toute façon... A partir du moment où un premier gouvernement à laisser aux banques le droit de CREER de la monnaie (ce qui est le cas avec cette loi) ils donnaient le revolver aux bankster. Depuis, et ce quelque soit leurs volontés, ils sont pris en otage car à la moindre menace envers une banque, les banques fermeront les robinets du crédit et le drogué se retrouvera en manque... Je doute très sérieusement qu'ils s'agissent d'intelligence, ça me fait mal aux tripes de l'admettre mais les hommes/femmes politiques sont généralement loin d'être stupides. Ils ont l'esprit fermés et n'ont, en général aucune vergogne mais ils ne sont pas stupides. Les croire idiots c'est déjà perdre une partie du combat...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :