La Banque de France relève sa prévision de croissance pour le 3e trimestre

 |   |  244  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque de France table désormais sur une légère progression de l'activité économique (0,2%) comparé à ses prévisions d'il y a un mois.

Le léger sursaut de croissance serait-il bien là? Quoi qu'il en soit, la Banque de France a décidé de relever légèrement sa prévision de croissance pour le troisième trimestre 2013. Celle-ci passe de 0,1% à 0,2% d'après l'enquête mensuelle de conjoncture de l'institution publiée ce lundi 9 septembre.

>> La Banque de France table sur une croissance de 0,1%

Sur le deuxième trimestre déjà, l'Insee avait enregistré un regain de dynamisme avec une croissance de 0,5%. Et la prévision de 0,1% de croissance publiée début août était déjà supérieure à celle établie fin juin par l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee) qui envisageait une stagnation au troisième trimestre.

Début août, le ministre de l'Économie Pierre Moscovici avait beau marteler que "l'économie française [était] sortie de la récession et (qu')elle amorçait une reprise qui devait être durable, de plus en plus forte et créatrice d'emplois", il avait néanmoins revu à la baisse les prévisions de croissance pour l'année. Il tablait alors sur une croissance comprise entre -0,1 et +0,1% sur l'année 2013, contre l'estimation de +0,1% qui datait d'avril.

>>Moscovici abaisse (finalement) la prévision de croissance de la France

Pour l'heure, l'Insee doit publier les résultats détaillés des chiffres du deuxième trimestre le 27 septembre et les premiers résultats pour le troisième trimestre le 14 novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2013 à 19:23 :
qui peut me dire à partir de quel taux de croissance du pib on crée des emplois ? 2 voir 3 % voir davantage ? actuellement il semble que le secteur marchand perde toujours plus d'emplois à part le public qui reste à peu près inchangé. est ce que nous sommes en déflation; pouvoir d'achat en berne augmentation des impôts, pas trop d'inflation pour l'instant. qui peut m'expliquer ça ! le pib au sens keynésien c'est quoi ! c'est de la dette publique ?
Réponse de le 09/09/2013 à 20:10 :
C'est la dette créée par les socialocommunistes depuis plus de 30 ans.
a écrit le 09/09/2013 à 17:29 :
Ce qui est important, ce n'est pas l'augmentation globale du PIB, mais l'augmentation du PIB par habitant. Ici, rien n'est précisé, mais on peut penser que la BdF parle du PIB global...
a écrit le 09/09/2013 à 17:13 :
Encore du vent... Nous en avons pour des années de déflation.
a écrit le 09/09/2013 à 15:53 :
Quid de la création monétaire ?
Vous avez le France qui a le droit régalien de battre monnaie ?
Oups pardon de blasphémer le Veau d'or, Mammon !
Restons dans notre galère !
a écrit le 09/09/2013 à 13:52 :
une croissance de 0.2% ... si quelqu'un connaît le chiffre exact du taux d'inflation, je suis persuadé qu'il est supérieur à celui de la croissance. ce qui veut dire que nous perdons du pouvoir d'achat et devenons plus pauvres.
on est loin de la croissance qui amènerait des créations d'emploi et une augmentation du niveau de vie.
Réponse de le 09/09/2013 à 14:03 :
Comparer croissance et pouvoir d'achat est ridicule ! Programme de seconde ...
Réponse de le 09/09/2013 à 14:18 :
la croissance est assimilée à la création de richesses et on utilise le PIB par habitant pour calculer le niveau de vie d'une population.
c'est suffisant pour affirmer que croissance et pouvoir d'achat ont un lien. après, je ne sais pas à quel point ces deux concepts sont corrélés. mais tu peux me l'expliquer s'ils te l'ont enseigné en seconde.
Réponse de le 09/09/2013 à 15:31 :
si la croissance est assimilée à la création de richesses, +0.2%, comment devenons nous plus pauvres alors?
Réponse de le 09/09/2013 à 16:23 :
les dépenses de l'état contribuent au PIB?
Réponse de le 09/09/2013 à 16:48 :
et que ces dépenses sont de plus en plus financées par l'endettement de l'état?
Réponse de le 09/09/2013 à 17:32 :
on devient plus pauvre car les richesses sont de moins en moins bien distribuées. si une entreprise augment ses résultats nets de +50% elle va en distribuer 30 à ses actionnaires, 10 pour son développement, 7 pour ses fonds propres et 3 pour ses salariés.
a écrit le 09/09/2013 à 13:51 :
une croissance de 0.2% ... si quelqu'un connaît le chiffre exact du taux d'inflation, je suis persuadé qu'il est supérieur à celui de la croissance. ce qui veut dire que nous perdons du pouvoir d'achat et devenons plus pauvres.
on est loin de la croissance qui amènerait des créations d'emploi et une augmentation du niveau de vie.
Réponse de le 09/09/2013 à 15:48 :
Lorsqu'on publie des chiffres de croissance, c'est normalement net d'inflation.
Réponse de le 09/09/2013 à 16:57 :
C'est net d'inflation.
En revanche, la croissance de la population et la croissance naturelle de la productivité rendent en réalité ces chiffres assez mauvais et expliquent que le chômage ne peut pas baisser si la croissance reste faible.
Réponse de le 09/09/2013 à 17:27 :
en effet, je viens de vérifier c'est calculer en monnaie constante ce qui permet "normalement" de prendre en compte l'inflation
a écrit le 09/09/2013 à 13:32 :
La Banque de France a bien du mal à exister depuis que la BCE l'a remplacée...
Alors, elle sort des chiffres en contradiction avec toutes les autres institutions pour faire parler d'elle!
a écrit le 09/09/2013 à 13:29 :
Un complot de Hollande, des socialistes et des extra-terrestres pour nous faire croire que la crise s'atténue. Restons vigilants c'est de l'enfumage. Ils sont parmi nous, à l'INSEE et la Banque de France. Seul ce génialissime Sarkozy savait nous protéger.
Réponse de le 09/09/2013 à 16:05 :
Encore un coup des bien-pensants bobo gauchistes!
a écrit le 09/09/2013 à 13:03 :
Tous les organismes gouvernementaux annoncent une reprise économique, une croissance plus élevée que prévu, une sortie de crise, .... difficile de comprendre dans ces conditions pourquoi les entreprises continuent de licencier, de délocaliser, pourquoi le chômage augmente, le pouvoir d'achat diminue sous les coups de boutoirs fiscaux ...
A moins que ce ne soit la proximité des élections qui explique ce phénomène ?
Réponse de le 09/09/2013 à 16:06 :
Effectivement, il y a des entreprises qui licencient mais il y aussi des entreprises qui embauchent et cela existe !! Il y a des secteurs qui sont sous tension car il manque de la main d??uvre c'est le cas de l'aéronautique.
Ce qui m'exaspère le plus c'est ce discours défaitiste de certains commentateurs sur ce forum. Si l'environnement économique, juridique, fiscal est important il n'est pas le seul pour décider de se développer ou pas. Ce qui compte c'est le carnet de commandes s'il est plein, on investit, on embauche !!! On ne passe pas son temps à savoir si c'est Hollande ou Sarko qui dirige la France !!! beaucoup ici, ont des commentaires plus politiques qu'économiques , ils souhaiteraient que la France s'effondre pour montrer que leur discours de dénigrement sur l'incompétence et l'amateurisme de ce gouvernement confirme leur analyse politique. Alors, quand il y a des chiffres meuleurs que prévus ils crient au trucage ou à la chance !!!
a écrit le 09/09/2013 à 11:01 :
A force de voir des perspectives de croissance, de reprise, d'inflexion de courbure, etc..les français ne vont pas comprendre début 2014 que l'année 2013 aura été une nouvelle année sans croissance, au pire un léger recul du PÏB (comme en 2012) au mieux, une croissance 0. 2013 sera donc la 6eme année de stagnation depuis 2007 pour laquelle le PIB restera inférieur au 1800 mds d'euros enregistrés en 2007. Par contre, sur 5 ans la dette a progressé de 64.2 % du PIB à 90.2 %. 26 % de croissance de la dette. Bizarrement, LT ne publie pas les prévisions de la croissance de la dette pour 2013. A mi-temps (juin 2013) elle s'élevait à 91.7 %. Sur 6 mois une croissance donc de + 1.5 %. C'est un peu mou, car le rythme était auparavant plus soutenu (+ 5.2 % / an) mais attendons les "effets" (coûts) de cette "reprise"! Donc, français, lorque que vous pensez croissance, pensez à la dette qui augmente bien plus que le PIB...et ne parlez plus jamais d'austérité svp(et demandez aux "keynésiens" des explications, pouquoi les multiplicateurs ne fonctionnent pas en France)
a écrit le 09/09/2013 à 10:40 :
Ceci démontre encore une fois que seule une volonté politique forte peut nous sortir de la crise. C'est ce à quoi nous assistons depuis un an, et les premiers résultats commencent à se faire ressentir, contrairement aux pronostics foireux d'une droite bête et ignorante qui a mis le pays à genou en l'espace de 10 ans. Hollande est sûr d'être réélu en 2017, n'en déplaise aux esprits chagrins !
Réponse de le 09/09/2013 à 12:59 :
et la dette de la France touchera les 1900 milliards en décembre , les impôts explosent alors champagne !, le chômage bien sur va peu être légèrement reculé grâce aux emplois fictifs... et surtout pour donner raison à flamby, mais personne ne parle des changements de calcul récent de l'INSEE qui abaisse le chômage artificiellement , faut arrêter de nous prendre pour des électeurs socialistes.... !!!
Réponse de le 09/09/2013 à 13:06 :
Oui et logiquement avec une croissance retrouvée et une dette remboursée, les impôts vont diminuer en 2014. C'est sûrement ce que Moscovici va annoncer dans les mois à venir.
Réponse de le 09/09/2013 à 13:13 :
Et oui, il annoncera ceci car les résultats sont meilleurs, et largement, que sous la droite, n'en déplaise aux esprits chagrins et réactionnaires de droite !
Réponse de le 09/09/2013 à 13:27 :
Que d'enfumages! et il y en a encore pour y croire....+ UN ! sidérant!
a écrit le 09/09/2013 à 10:28 :
qu'appelle telle croissance ???? l'infllation à 20 % des fruits et légumes du gas oil ,des autoroutes, du gaz ,,,,,????????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :