Recherche reprise (industrielle) désespérément !

 |   |  419  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En juillet, pour le troisième mois consécutif, la production industrielle recule observe l’Insee. Et si la reprise était surtout dans les têtes?

La reprise est sur toutes les lèvres, surtout au gouvernement qui se réjouit de l'augmentation des recettes fiscales, et chez les économistes. Elle serait là, à portée de demain, symbolisée par le passage dans le vert d'un certain nombre d'indicateurs conjoncturels, notamment le moral des ménages et des industriels.

Trois mois de repli consécutifs

Même si elle ne représente plus que 12% de la valeur ajoutée, un réveil de l'industrie serait un signe fort et viendrait en effet confirmer le retour progressif de la croissance !

Malheureusement, il faudra attendre encore un peu. Selon l'Insee, la production industrielle a reculé de 0,7% en juillet. L'industrie manufacturière, qui n'intègre pas l'extraction, l'énergie et la construction, a cédé 0,6%. Le problème réside dans le fait que ces statistiques ne témoignent pas d'un simple coup d'arrêt estival de l'activité dans le secteur secondaire. Après avoir joliment rebondi en avril, les productions industrielles et manufacturières n'ont pas cessé de se replier!

Ces statistiques cadrent vraiment mal avec le sentiment et les anticipations des experts. Observant un réchauffement du climat des affaires, la Banque de France envisage par exemple une hausse de 0,3% du PIB au troisième trimestre. A l'OCDE, l'optimisme est également de mise. L'organisation, qui tablait au printemps sur un recul de 0,3% du PIB, anticipe désormais une progression annuelle de 0,3% de l'activité !

 Les difficultés de l'industrie s'amplifient depuis 2009

Cette morosité devrait donc avoir des répercussions sur l'emploi industriel, déjà mal en point. L'industrie a perdu 122.000 postes depuis 2009 en France. En 2012, plus de 20.000 emplois ont été détruits dans l'industrie manufacturière selon le cabinet de veille économique Trendeo, conséquence de la fermeture de 266 usines. Ces difficultés ne sont pas récentes. Depuis 2009, ce sont 122.000 postes qui ont été supprimés. Quant aux fermetures de sites, le cabinet en recense un millier.

L'Elysée a-t-il un plan pour redresser l'industrie ?

Pour favoriser l'essor des industries en plein développement, l'exécutif possède déjà plusieurs cordes à son arc, notamment le programme des investissements d'avenir conduit par Louis Gallois. Mais ces efforts ne produiront pas leurs efforts avant plusieurs années. En attendant, il faut sauver l'essentiel. L'exécutif a t-il également une solution pour sauver les industries actuellement en difficulté ? On en saura peut-être plus jeudi lors de la présentation par François Hollande de la campagne intitulée « la nouvelle France industrielle » et de ses 34 plans industriels.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2013 à 0:59 :
Pour vous aider à mieux comprendre : http://russeurope.hypotheses.org/1478 (La croissance? Quelle croissance?) et http://russeurope.hypotheses.org/1495 (Le chômage et les (faux) espoirs du gouvernement)
a écrit le 10/09/2013 à 18:46 :
Avez-vous regardez le JT de France 2 hier soir avec François Lenglet ? Il nous a affirmé que la reprise était là (certes, timide) mais qu'on ne la voyez pas parce qu'elle était "virtuelle" (sic) ! Et, vous savez quoi ? Ben, il ne dit pas que des mensonges ce monsieur, pour une fois : la reprise est virtuelle car elle est dans la tête des membres du gouvernement et de quelques "économistes" !!!
a écrit le 10/09/2013 à 18:37 :
La Tribune écrit : "L'Elysée a-t-il un plan pour redresser l'industrie ?". Ben, oui ! Le logiciel magique de notre très photogénique ministre du redressement industriel en marinière, comment déjà ? Ah, oui ! Colbert 2.0 ! Ouf, nous sommes sauvés !
a écrit le 10/09/2013 à 17:30 :
Certaines entreprises ont des perspectives qui s'améliorent, mais la tréso a pris un sale coup avec la crise, et les banquiers ont des oursins dans les poches. On ne voit pas tellement le crédit dont ils disposent arriver dans les entreprises. J'ai un fournisseur industriel en train de crever avec un carnet de commande plein mais ses propres fournisseurs veulent être payés comptant. Mon fournisseur ne peut pas facturer avant de livrer, ni demander aux clients comme moi de payer à l'avance, on est tous en train de courir après le fric et on n'est pas banquier. On crève toujours de manque de cash, mais être étranglé en phase de reprise c'est rageant.
Réponse de le 10/09/2013 à 20:44 :
Logique purement anglo-saxonne : Le cash compte avant le reste !
Réponse de le 10/09/2013 à 21:14 :
vous vous bouffez entre vous ,résolvez le pb entre vous et ne rendez pas la collectivité responsable .quand il s'agit de distribuer des dividendes on ne vous entend pas .
Réponse de le 11/09/2013 à 4:01 :
@pascalC c pas une logique anglo-saxonne, c le bon sens paysan !
Réponse de le 11/09/2013 à 10:18 :
@Tahiti6. Oui, aussi. Donc, les deux !
a écrit le 10/09/2013 à 17:22 :
La seule solution est de virer l'équipe ministérielle actuelle,de les remplacer par des industriels qui ont fait leurs preuves.Pas de promesse inutiles,pas de langue de bois,pas de faux-fuyants,une gestion au cordeau comme en 1965,les salaires en fonction des résultats,pas de cumul de fonctions et une rigueur morale inflexible.
Réponse de le 10/09/2013 à 21:08 :
1965????? l'époque des dinosaures .ça date !!! morale inflexible ????!!!! ça me fait peur .ça me fait penser ,avec angoisse ,à Druon et son monocle . faut prendre une camomille ,une b ouillotte , et aller se coucher " la solution "!!. remarque , j'ai 69 ans et écouter la jeunesse ,c'est du bonheur .
a écrit le 10/09/2013 à 17:09 :
De quelle reprise le Ps nous bassine à longueur d'interviews et de colloques! je ne vois que le réveil des impots,contributions et taxes qui plombent la croissance et la France qui se traine lamentablement en arrière des autres nations européennes.Nous sommes biberonnés aux aides et autres assistanats depuis des décennies;nos élus ne connaissent pas l'esprit entrepreneurial au vu de la pauvreté de leur patrimoine en actions du CAC40.Ils ne connaissent pas le risque industriel,ni la définition des lettres RD.Nous manquons d'ingénieurs industriels alors que l'Education Nationale forme des bataillons d'assistants sociaux et autres com.A quand le prochain coup de grisou?
a écrit le 10/09/2013 à 17:00 :
Le problème de l'économie française ne sera jamais résolu, ou au plus à la marge, tant que l'Etat n'entérinera pas le fait qu'il est le problème et non pas la solution. L'Etat passe son temps à mettre des bâtons dans les roues des entreprises d'un côté et, pour essayer d'en compenser les effets négatifs et car il se pense indispensable, l'Etat passe son temps à imaginer des systèmes redistributifs d'aides plus ou moins complexes (CICE, CIR, etc...) qui coûte une fortune à la collectivité (130 milliards par an) et qui sont d'une efficacité très médiocre du fait, en particulier des effets d'aubaine et effets comportementaux pervers. Que l'on arrête les aides aux entreprises qui sont autant de pompes à morphine mais, qu'au même instant, on arrête de les taxer tous azimuts et on va voir doucement les investissements (le nerf de la guerre), l'innovation, la compétitivité et les emplois revenir.
Mais c'est un rêve qui n'arrivera hélas jamais car on a jamais vu ceux qui sont la cause d'un problème être capable de le résoudre...
Réponse de le 10/09/2013 à 17:21 :
+1
Réponse de le 10/09/2013 à 19:54 :
+10000 ! Sniff...
a écrit le 10/09/2013 à 16:05 :
Attendez la montée en puissance des contrats d'avenir, des contrats de génération, des emplois francs, des emplois seniors, des emplois jeunes, des emplois réchauffés....et vous allez voir ce que vous allez voir. L'argent coulera a flot et nous baignerons dans le bonheur universel socialiste. Pourquoi parler de politique industrielle, il n'y à plus personne que cela intéresse. Les gens veulent de nouveaux iPhones, des bigmacs, des Paris plages et des gayprides. Alors la production industrielle, vous pensez bien qu'elle attendra au congélateur quelques années. Peut être attendre la Ressurection ?
Réponse de le 10/09/2013 à 17:42 :
@ gabriel, très bon constat de l'image de la société qu'il y à dans ces périodes dit pertubés
a écrit le 10/09/2013 à 15:59 :
récemment, on évoquait la voie de la revalorisation du PIB, par des artifices, disons comptable, j'ai bien peur que les 0.8% prévus, soient de ce type. Entre commerçants, nous parlons de survie, de fonds de commerce, sans valeur. Et nous sommes incapables de nous projeter dans l'avenir, avec le jeu de bonneteau fiscal permanent, nous ne pouvons plus rien prévoir. La seule solution pour relancer, l'industrie, c'est de changer l'état d'esprit de nos énarques, pondeur de lois, autant dire un rêve.
a écrit le 10/09/2013 à 15:25 :
Nostradamus à dit qu'en décembre la France inverserait sa courbe du chômage grâce à ses contrats aidés, en gros ils vont embaucher en masse au mois de novembre dans l'administration pour contrer la fuite des entreprises. Pendant ce temps là l'Allemagne nous gratte petit à petit.
a écrit le 10/09/2013 à 15:01 :
Nous venons de relocaliser SOLEX en France multiplions les exemples de ce genre et la France seras sauvé . Ou sont fabriqué les tires bouchons ? Voilà la question ? Le passe lacet, et la bande Moltiere ?refabriquons des ampoules jaunes pour les phares de voitures . Autant de secteurs d'avenir largement sous estimes
Réponse de le 10/09/2013 à 15:27 :
Oula créer de l'emploi au smic, alors que sans rien faire tu reçois autant.
Réponse de le 10/09/2013 à 15:47 :
Solex relocalise à minima sans créer le moindre emploi mais engrange plusieurs millions de l'Etat. On se passe aisément de ce genre de relocalisation opportuniste
Réponse de le 10/09/2013 à 16:27 :
il faudrait songer a developper l'industrie des roues de carioles en bois; avec la mort de la voiture et l'avenement du cheval, il vaut mieux avoir plusieurs longueurs d'avance..... c'est un secteur d'avenir a gaver de subventions publiques de toute urgence...
Réponse de le 12/09/2013 à 16:54 :
Excellent... et pour les plus aisés, un Solex... ? Vive l'avenir de la France...?
a écrit le 10/09/2013 à 14:55 :
En 2013, la France farceuse avait un gouvernement avec plus ou moins 37 ministres, dont un avec un titre pompeux qui faisait bouger les lèvres: un ministre du redressement productif!
a écrit le 10/09/2013 à 14:05 :
Un article qui ne masque pas la réalité !!! La production industrielle recule, eh oui, il suffit de regarder les indicateurs économiques, croissance négative, solde des finances publiques moins plus moins, etc.... Pas de surprise, nous sommes dans une progression négative. Un plan pour sauver l'industrie, oui, il risque d'être baptisé « Sauve qui peut »
http://lemoci.com/France/Indicateurs-economiques/011-47479-France.html
a écrit le 10/09/2013 à 13:52 :
Reprise impossible avec gestion socialo.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:09 :
Il faut être socialo ou débile pour croire à une reprise dans les conditions actuelles de gestion de la France..!
Réponse de le 10/09/2013 à 14:15 :
ce n'est pas le gestion socialo qui est en cause mais bien la gestion gaullo socialo qui est en cause ! le conseil de la libération a aussi sa responsabilité sans compter les écoles. Bref pendant que les allemands reconstruisaient leur industrie, nous on faisait les 35 h !!! conservés par Sarkozy !!!
mais les écoles ont aussi leur larges responsabilités, car elles n'ont jamais été capables d'offrir des formations qui tiennent la route d'où de nombreuses entreprises qui ont pris de mauvais chemins.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:16 :
C'est votre opinion lemans@, je le respecte, mais si nous regardons les chiffres, les prédécesseurs n'ont aucune leçon à donner !! exemple 2010 , croissance PIB 1,7 %; Solde des finances publiques (en % du PIB) -4,6 % ; c'est une croissance qui nous coûte très cher, vous ne trouvez pas ???? Idem 2011.
http://lemoci.com/France/Indicateurs-economiques/011-47479-France.html
Réponse de le 10/09/2013 à 16:12 :
Mais vous ne comprenez pas..? La politique socialiste est appliquée depuis plus de 30 ans en France. La seule différence se situe au niveau de l''intelligence de ceux que nous avons depuis mai 2012. C'est encore pire, nous en sommes maintenant en plein marxisme lélinisme..!
Réponse de le 10/09/2013 à 18:30 :
Oui, je comprends très bien, avoir des opinions dispense d'avoir des idées. 
a écrit le 10/09/2013 à 12:44 :
Monsieur Le Ministre de l?économie et des finances

Jai adressé un courrier au er Ministre le01/2013?.. Naturellement resté sans réponse, comme d?habitude, pour lui signifier les engagements que je prendrai
Face à la pression fiscale (vous en trouverez ci-joint la copie).
Presque un an après, a l?occasion de notre bilan, il est temps de vous présenter nos objectifs largement atteint : nous avons baissé le chiffre d?affaire de 42% par rapport a l?année précédente, licencié deux personnes, un troisième le sera bientôt. Il semble désormais acquit qu?il ne sert a rien de développer quoi que ce soit, en effet toute énergie supplémentaire dévouée au travail est punie par l?impôt !
Mais ce n?est pas tout, sur le plan personnel alors que je paie trop d?impôts ,et que je n?ai pas de « combines fiscales », comme certains de nos élus ,pour s?exonérer de la solidarité nationale , j?ai choisi de diviser par trois mes revenus et de surcroits, changé de véhicule bien plus petit car , la aussi, on me puni.
J?ai tout de même pris le soin d?acheter non pas français mais étranger et a moindre cout pour VOUS « punir » de vos choix aberrants quant à votre politique économique
Vous comprendrez aisément, en qualité de ministre de l?économie que de ce choix d?écoule: moins d?impôts volé, moins de TVA, moins d?activité économique et enfin plus de fabrication de chômeurs, la France, dans ce domaine, excelle.
Voila ici exposé de façon concise ce que bon nombres d?entrepreneurs mettent en ?uvre, excédés par ce racket fiscal.




Veuillez agréer, Monsieur le ministre, mes salutations désabusées.

M.L
Dirigeant d'une PME de 10 personnes
Réponse de le 10/09/2013 à 13:12 :
@al2o3s
Je pense connaître votre problème pour avoir rencontré la même situation il y a une quinzaine d'années. Notre cas était sans doute différent, les circonstances autres. Cependant, notre baisse régulière de CA était due à ce que notre métier était en voie de disparition. Le "nez dans le guidon", nous ne nous rendions pas compte de ce qui se passait. Il a fallu réagir et réorienter l'entreprise, ce qui ne s'est pas fait sans dégâts. Je me garderai de vous donner un conseil, mais vérifiez quand même que votre métier à de l'avenir.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:01 :
42% de ca en moins en un an, et vous ne deposez pas le bilan! chapeau !! vous devez avoir des fonds propres colossaux! j'ai des amis francais ( du batiment pour etre precis), qui ont pris -25 puis -20 et qui n'ont pas tenu ! ( sachant que pour l'an prochain ca sera encore -20 grace a la loi qui va etre votee ;-)))) )
Réponse de le 10/09/2013 à 14:02 :
Brillante intervention qui me laisse admiratif ! vous travaillez dans une entreprise ?
Réponse de le 10/09/2013 à 14:14 :
@jb38 .vous semblez poser la question de la part de responsabilité des chefs d'entreprises dans les difficultés rencontrées .c'est un paramètre qui peut ,effectivement ,être regardé.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:30 :
Tous les métiers du secteur privé n'ont pas d'avenir en France. Point à la ligne!
Seul restera le secteur public. Point final!
Réponse de le 10/09/2013 à 16:05 :
#JB38
Quand on a créé son entreprise, on ne veut pas toujours voir la vraie réalité des choses. Il y a une part d'affectif dont on sait qu'il ne faudrait pas tenir compte et ne se fier justement qu'aux chiffres... aux comptes. Les nuits sont courtes et les réveils difficiles, je comprends très bien la détresse d'al2o3s et son ras-le-bol. Ce que je dis c'est qu'il faut vérifier tous les paramètres, même ceux dont on pense qu'ils sont intangibles.
Réponse de le 11/09/2013 à 9:41 :
J'ai fermé mon entreprise début 2013 après avoir vu fondre mon CA, très exactement deux mois après l'arrivée de Hollande au pouvoir. TOUTES les entreprises clientes m'ont dit mettre un coup de frein à leurs dépenses car l'orientation politique générale leur faisait peur, en se consacrant uniquement à celles assurant leur survie immédiate. Certaines ont fermé leurs portes, ou ont frôlé le dépôt de bilan, seules celles ayant du cash ont vraiment gardé le nez hors de l'eau. Dans tous les cas, elles ont eu de la casse (licenciements, ventes partielles d'activités, etc.). Aujourd'hui, je suis, à près de 59 ans, à la recherche d'un emploi salarié, tout en essayant de survivre avec quelques missions ponctuelles pour des interventions de toute urgence dans des PME à la dérive. Voilà, c'est tout. Ah oui ! Dernier détail : Je sors de rencontrer une entreprise qui recrute dans mon secteur par la force des choses (un décès) bien qu'étant en difficulté financière : De leur propre aveu, leur outil industriel est complètement obsolète mais ils n'ont pas les moyens d'acheter les machines, et la simulation financière qu'ils ont faite sur l'hypothèse d'un remplacement des machines n'a laissé espéré qu'un très léger mieux au final. Dans un tel contexte, peut-on seul instant imaginer une reprise industrielle ? Rappel : Les PME forment le coeur économique de ce pays...
a écrit le 10/09/2013 à 12:32 :
Serait il possible de stopper vos titres avec des (parentheses) ? Un de temps en temps, ça fait figure de style, tout le temps, ça fait incompétent.
a écrit le 10/09/2013 à 12:29 :
Des nombreux mouvements de lèvres peuvrent être perçu comme un signe encourageant pour un pays en état végétatif, mais malheureusement ceci n'est pas un facteur nécessairement prédictif pour un retour d'une activité cérébrale ou industrielle. Les indicateurs mensuelles que les français perçoivent peuvent obstruer la vision du tableau en général sur les dernières années. Qu'elle recule ou avance, l'activité de l'industrie française est de toute manière historiquement et catastrophiquement basse et ne cessent constamment de baisser (et ceci bien avant 2009). Il est vrai que ce nouveau recul nous approche enfin de la sortie de l'état de crise pour rejoindre un état de panique qui pourrait nous sortir du déni? LT omet de publier les déclarations de Mr Moscovici que l'état français ne tiendra pas à nouveau ces engagements au niveau du déficit budgétaire (moins contraignants, déclarés comme une victoire à l'époque!) La commission semble être plus performante avec ses prévisions; elle prévoit également un nouveau recul du PIB français cette année.
a écrit le 10/09/2013 à 12:23 :
Le prochain trimestre ne sera pas bon. Les socialistes ont matraqué les Français d'impôts, comment voulez-vous qu'ils consomment?
a écrit le 10/09/2013 à 12:22 :
La france a fait le choix de favoriser le consommateur en toute circonstances. Et comme tout choix, cela implique un sacrifice : ce fût et ce sera, semble-t-il, celui de la production. La mondialisation ouvre l'économie. Cela a deux conséquences : les facteurs de production d'un pays entrent en compétition avec le reste du monde d'une part, et le nombre de consommateurs augmentent drastiquement d'autre part.
Par conséquent, en favorisant, systématiquement, la consommation au détriment de la production, la France est ne bénéficie pas à plein de la mondialisation. Ses consommateurs deviennent moteurs, les producteurs deviennent suiveurs. De fait, la qualité de la production baisse, celle-ci ne séduit plus le consommateur, l'industrie s'effrite, puis s'écroule.
Alors pourquoi cette obsession pour le consommateur français quand il existe plusieurs centaines de millions de consommateurs venus des pays d'émergents qui deviennent la nouvelle demande solvable qu'il faut capter ?
www.librepolitique.com
Réponse de le 10/09/2013 à 12:59 :
@Guillaume
"centaines de millions de consommateurs venus des pays d'émergents qui deviennent la nouvelle demande solvable". "Centaines de millions" et "solvable", n'est-ce pas un peu excessif? Il faut aussi de la ressource énergétique, des matières premières et des produits agricoles. Il n'y en aura pas pour tout le monde, surtout dans la durée. Le système économique mondialisé tel qu'il est aujourd'hui est au bout du bout. Après, l'abîme.
Réponse de le 10/09/2013 à 13:08 :
Lisez Maurice Allais (notre seul nobel d'économie), cela vous fera du bien.
Réponse de le 10/09/2013 à 14:08 :
il est évident que des millions de consommateurs sont prêts à acheter nos produits.
en revanche, je pense que face à la crise actuelle, il nous faut, population, avoir des idées.
dans ce sens je considère que nous devons faire l'Europe des entreprises, car ce que nous ne savons pas faire, d'autres savent le faire, donc serrons-nous les coudes !!!!
Réponse de le 10/09/2013 à 14:17 :
si un économiste ou un nobel était apte à créer de l'emploi, cela se saurait.
lisez les livres de chefs d'entreprises (Bernard Arnault, François Pinault, etc...) et inspirez-vous en !!!!!!!
Réponse de le 10/09/2013 à 16:09 :
@ Guillaume
Je ne vous renverrez à personne, et le grand bien qu'il puisse vous arriver, ce serait d'ouvrir les yeux et de regarder le monde tel qu'il est. La crise que nous subissons est une crise de l'énergie.
Réponse de le 10/09/2013 à 16:15 :
Oui oui, c'est connu que les grands groupes créent des emplois en France. Arrêtez vos préjugés stériles et demandez-vous pourquoi Allais, notre seul prix nobel d'économie, est si peu cité dans nos médias.
Réponse de le 10/09/2013 à 16:50 :
je me fiche bien de Allais et de toute cette clique d'incompétent, je vous parle de créer l'Europe des entreprise, non pour faire des grands groupes mais des ETI !!!
Réponse de le 11/09/2013 à 9:08 :
vous dites que le consommateur est choyé en france ? , vous voulez rire j'espère , tout ce flot de taxes ici et là et encore un florilège est en préparation pour 2014 , le concours lepine de la taxe , certes les entreprises dégustent aussi mais quand meme bonjour toutes les aides sociales et fiscales , optimisation fiscale ? que pour les malins et les plus aisés , enfin les consommateurs des pays émergents ? , la chine ? , le travailleur chinois prefere se payer une bonne assurance santé qui est quand meme couteuse , ou dans l'alimentaire et l'énergie , pas de quoi acheter du superflu avec le niveau des salaires qu'on impose via le moins cher que moins cher , de plus avec un euro si fort comment séduire un consommateur étranger a acheter un produit hors de prix ? , la marque qui dispose d'une aura , d'un produit bien conçu et bien fiable dans le temps et la fidélité du consommateur , hors aujourd'hui bien de ces paramètres sont mondialisés , quand au consommateur français si choyé , lui s'acquitte de la TVA a 19,6% a chaque produit , dans certains pays il n'y a pas de TVA mais par contre coté santé et éducation c'est plein pot et qui cela ça favorise ? .. les banques ..
a écrit le 10/09/2013 à 12:17 :
vu ce qu'ils ont vomi sur les entreprises et sur les entrepreneurs, c'est pas ' un peu' qu'il va falloir attendre, c'est beaucoup plus! et quand les chiffres de l'investissement vont tomber trimestre apres trimestre, il sera temps pour les experts de se demander pourquoi ce qui pousse c'est ce qu'on a seme
a écrit le 10/09/2013 à 12:07 :
ce qui confirme que l'augmentation du pib est bien une intox il s'agit tout simplement de l'inflation fruiits et legumes ,energie , autoroute et taxes
Réponse de le 10/09/2013 à 12:19 :
le pib est calcule deflate des prix; maintenant dans les trimestres a venir, il faudra tenir compte de la baisse des depenses publiques et de l'investissement public ( conjugue a une degradation du solde commercial et a -6% sur l'investissement, ca va etre joli!! ;-)))) )
Réponse de le 10/09/2013 à 12:19 :
tout cela est bidon votre article ne reflete pas la realite on est toujours en recession ...................... et la reprise c'est du pipot il n'y aura pas de reprise avec le niveau des prelevements................
Réponse de le 10/09/2013 à 14:19 :
le PIB est une escroquerie en bande organisée, il raconte tout et n'importe quoi !!!!!!
a écrit le 10/09/2013 à 12:05 :
Oui et si la Tribune travaillait un petit peu au lieu de réciter les pieuses paroles des communiquants des l'Elysée? Par exemple, en mettant un peu en perspective les nombres que vous annoncez: 0.3% de croissance, ça colle avec simplement le renouvellement de l'appareil productif et la mise en étagère des stocks produits...

Autant dire que c'est tout juste normal après 5 ans de croissance atone...

Parler de reprise ici, c'est pour le moins prématuré, non?
Réponse de le 10/09/2013 à 14:04 :
LT est devenue la PRAVDA économique française. Je lis même plus les articles, je viens juste pour le fun du forum !
Réponse de le 10/09/2013 à 14:10 :
Ou l'incompétence économique et la désinformation..!
Réponse de le 10/09/2013 à 16:16 :
Le problème de l'information gratuite, c'est qu'elle est désormais accessible à tous, par définition. Le problème d'Internet, c'est que n'importe qui peut donner son avis, mêmes les plus sots, les plus aigris, les plus lâches qui se cachent derrière un pseudo et les plus ignares qui lisent la presse et la commentent en plein après-midi plutôt que de bosser. Vous ne seriez pas mieux au café, assumant ainsi ouvertement votre statut de feignasse ?
Réponse de le 10/09/2013 à 23:23 :
>John

Effectivement, il était 16h et vous sembliez en bonne position pour reprendre des cacahouettes avec votre pastis...
a écrit le 10/09/2013 à 11:58 :
Certes les fermetures d'usines se traduisent par d'énormes destructions d'emplois... mais ce qui est plus grave ce sont les massacres des projets industriels massacrés par les structures parapubliques comme Oseo ex Anvar et ses louches officines et aussi toutes ces agences blas blas banquets et faux centres de faux experts auto proclamés qui in finé massacrent d?énormes potentiels d'emplois nouveaux nets ...
Réponse de le 10/09/2013 à 16:30 :
La reprise industrielle se mérite par le choix de la préférence nationale de tous les acteurs :
Exemples de ce qu'il faut éviter :
- La décision de Anne-Marie Idrac et JP. Huchon d'attribuer l'énorme contrat de renouvellement des trains SNCF d'Ile-de-France, au canadien Bombardier de préférence à Alstom, renfloué par le contribuable, mais qui aura dû se consoler en essayant de vendre en Chine, ou ailleurs, mais pas dans son propre pays .
- La décision de La Poste d'acheter des scooters chinois de préférence à ceux de PSA. Combien vont couter la fermeture de l'usine et les licenciements ?
- Alors que l?Ile-de-France est la première région automobile française, sur les 58 véhicules choisis pour le parc automobile des élus, une seule est de marque française (juillet 2012).
- Alors qu'on a plus de 3 millions de chômeurs, 1 Français sur 2 continue à acheter une voiture étrangère ? on achète allemand surtout par snobisme ! C?est ce qui plombe l?économie française et Montebourg ne peut rien y faire. Aucune de ces voitures n est fabriquée en France (sauf le modèle Yaris de Toyota, et la petite Smart).
Presque toutes ces voitures étrangères pourraient être remplacées par leur équivalent français actuel, qui est - quoiqu?en disent certains et le matraquage publicitaire - de qualité au moins égale, et de plus, très souvent fabriqué en France !


Réponse de le 10/09/2013 à 18:29 :
@Analyse9 : c'est la conséquence des traités européens qui interdisent justement ce que vous appelez la préférence nationale. Aucune institution publique ne peut utiliser la préférence nationale comme critère, dans les marchés publics. C'est pour cela que ce soit, la gauche ou la droite, nous continuerons à perdre des parts de marchés que ce soit dans l'industrie ou dans les services. Il faut sortir de l'UE, c'est la seule solution pour rétablir la possibilité aux institutions d'acheter français.
Réponse de le 11/09/2013 à 9:43 :
Ce pourrait être une solution, avec d'autres qu'on pourrait agréger pour constituer un ensemble cohérent de réponses aux graves soucis de ce pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :