La (délicate) négociation sur l'assurance chômage renvoyée à la fin décembre

 |   |  841  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Patronat et syndicats vont informer le ministre du Travail que la négociation sur le renouvèlement de la convention d'assurance chômage ne débutera en octobre mais plutôt en décembre (voire début janvier 2014). En cause, l'embouteillage des dossiers sociaux... mais surtout le besoin de déminer le terrain alors que le Medef veut rétablir la dégressivité des allocations.

Pour éviter l'embouteillage, la négociation sur le renouvellement  de la convention d'assurance chômage, qui fixe les conditions d'indemnisation des demandeurs d'emploi, attendra un peu. Ce n'est pas encore officiel, mais patronat et syndicats ce sont mis d'accord sur ce report et vont très prochainement en informer le ministre du Travail Michel Sapin, selon une source syndicale. Normalement, cette négociation entre les organisations patronales et syndicales, gestionnaires de l'Unedic qui gère l'assurance chômage, aurait dû démarrer en octobre afin que la nouvelle convention s'applique dès le 1er janvier 2014. La précédente, applicable depuis 2011, arrivant à expiration. Finalement, la négociation ne s'ouvrirait que fin décembre, voire début janvier 2014, et l'actuelle convention serait alors prorogée d'au moins trois mois.

 Embouteillage des dossiers sociaux

 De fait, patronat et syndicats ne sont pas prêts. Trop de dossiers sociaux se bousculent depuis le début de l'année. Il y a d'abord eu l'accord national sur l'emploi du 11 janvier puis sa traduction législative qui a pas mal mobilisé les énergies. Ce fût ensuite la réforme des retraites, toujours en cours, puisque la discussion parlementaire ne débutera pas avant octobre. Enfin, il y a la négociation sur la réforme de la formation professionnelle souhaitée par François Hollande. Les partenaires sociaux doivent débuter les discussions fin septembre avec la mission d'aboutir pour la fin décembre.

Sans compter que les changements intervenus à la tête de différentes organisations syndicales et patronales ont quelque peu désorganisé le travail interne. C'est surtout le cas à la CGT et au Medef, moins à la CFDT.

 Le Medef veut rétablir la dégressivité des allocations

 Mais il y a d'autres motifs à ce retard, moins avoués mais tout aussi réels. On sait que le Medef veut rétablir la dégressivité des allocations. Et ce pour deux raisons. D'abord, il s'agirait de soulager les finances de l'assurance chômage alors que le déficit cumulé du régime devrait atteindre 18,4 milliards d'euros cette année. Une donnée qui sera actualisée lors du prochain bureau de l'Unedic le 26 septembre. Avec la montée du chômage, le déficit de l 'Unedic s'accroit d'environ 5 milliards d'euros par an. Heureusement que l'organisme bénéfice de la garantie de l'Etat pour pouvoir emprunter sur le marché obligataire à des taux intéressants !! mais si la croissance tarde à revenir, cette politique deviendra intenable. D'où le souhait de l'organisation patronale de parvenir à des économies. L'autre raison, classique, avancée parle Medef : le système français serait trop généreux en prévoyant jusqu'à 24 mois d'indemnisation (36 mois pour les chômeurs de plus de 50 ans) et n'inciterait donc pas à la reprise d'un emploi.

Côté syndical, unanimement, on est sur la ligne inverse : pas question de rogner sur les indemnités chômage, alors que le nombre des chômeurs est si élevé. Pour des milliers de personnes, les indemnités constituent ainsi le dernier filet de sécurité. Bref, patronat et syndicats ne sont pas du tout sur la même longueur d'ondes, dans ces conditions il faut mieux temporiser… pour déminer.

Le ministre du Travail ne semble d'ailleurs pas voir l'initiative patronale de rétablir la dégressivité des allocation d'un très bon œil. Non seulement parce qu'il voit également dans les indemnités chômage un « stabilisateur social » mais aussi en pensant aux finances de l'Etat. De fait, principe des vases communicants, si l'Assurance chômage réduit la durée de versement des indemnités, c'est le régime de solidarité nationale, géré lui par l'Etat, qui devra prendre en charge l'indemnisation des chômeurs privés de l'allocation Unedic, via le versement de l'allocation spécifique de solidarité (ASS). En ces périodes de vaches maigres budgétaires, le ministre du Travail voudrait bien éviter de ce retrouver avec ce fardeau…

 Seuls 50% des demandeurs d'emploi perçoivent une indemnisation

 Déjà, selon les dernières statistiques connues, fin juin, seuls 41,3% des demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi en catégories A,B,C,D,E sont indemnisés par l'assurance chômage et 8,1% par le régime de solidarité nationale. Ce qui signifie, concrètement, que 50% des chômeurs ne perçoivent aucune indemnités, soit parce qu'ils sont trop jeunes et n'ont pas assez cotisé, soit parce qu'ils n'y ont plus droit (il perçoivent alors le RSA).

D'autres données méritent d'être connues pour bien cerner le débat avant que ne s'ouvre la négociation en fin d'année. Selon des chiffres fournis par l'Unedic, au 31 décembre 2012, le montant brut moyen de l'allocation mensuelle s'élevait à 1.108 euros. Et 95% des allocataires perçoivent moins de 2.070 euros (toujours en brut). Seuls 1.400 allocataires, soit 0,06% du total, touche le fameux montant maximum (6.959 euros par mois) qui fait tant polémique.

On comprend pourquoi les discussions vont être houleuses… Surtout si la question des intermittents du spectacle est mise sur la table.  

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2013 à 14:01 :
L'incompétent ne prend jamais de décision ou les reporte...!
a écrit le 11/09/2013 à 15:21 :
il faudrait commencer par traiter les problèmes, harmoniser, traiter les dérappages signalés par la cour ds comptes...les intermittents du spectacle représentent 3% des effectifs mais 30% du déficit de la caisse ! il est vrai qu'il faudrait que les intermittents du travail que sont les politiques à mandats multiples (pour la paye à temps plein !!) aient un brin de courage et de logique de gestion... dramatique d'incompétences et de lacheté
Réponse de le 11/09/2013 à 16:23 :
@intermittents du spectacle : vous avez raison mais vous oubliez que ces mêmes "artistes" sont les meilleurs vecteurs de la propagance socialo-bobo-gauchiste. Ils ont accès à tous les médias en avant première et dès qu'ils ouvrent la bouche, c'est pour donner leur opinion toujours "généreuse et humaniste", il faut être de gauche, c'est une évidence......
a écrit le 11/09/2013 à 14:53 :
Sans oublier les milliers de salariés de 55 à 57 ans qui partent en accord transactionnel dans les grands groupes avec une somme confortable ( généralement payé par l'entreprise en gelant les augmentations salariales des actifs restants) pour finir au chômage jusqu'à leur retraite effective et cette fois-ci payé par la collectivité.Un vrai jackpot pour baby-boomer ces accords transactionnels.
Réponse de le 11/09/2013 à 15:08 :
Oui, bien vu.
a écrit le 11/09/2013 à 10:45 :
"Ce qui signifie, concrètement, que 50% des chômeurs ne perçoivent aucune indemnités, soit parce qu'ils sont trop jeunes et n'ont pas assez cotisé, soit parce qu'ils n'y ont plus droit (il perçoivent alors le RSA)." Encore une vision étriqué de journaliste! Certain chômeurs non aucune indemnité pas même le RSA.
Réponse de le 11/09/2013 à 16:48 :
Ah bon, vous trouvez que rappeler que seuls 50% des demandeurs d'emploi perçoivent une indemnité c'est avoir une vision étriquée!!!!???? c'est pourtant pas un chiffre que l'on voit beaucoup. Quant au point particulier concernant le RSA, pas de place dans cet article pour développer, mais bien entendu qu'il faut remplir certaines conditions pour le percevoir et que certains ne peuvent donc pas le toucher. Je n'évoquais que le cas général !!!
Merci pour votre amabilité. C'est quand même dingue que sur ce site, les gens passent leur temps à insulter les autres (journalistes de La Tribune ou internautes) dans les commentaires. Si vous n'aimez pas La Tribune, aller sur le site des Echos... c'est certainement beaucoup mieux!!!
Réponse de le 16/01/2014 à 13:47 :
@ l'auteur entierement d'accord avec toi
a écrit le 11/09/2013 à 9:28 :
remettre illico presto equivalent retraite pour les 50 ans
a écrit le 11/09/2013 à 4:47 :
Il faut mettre en // le budget chômage et la formation même si pour ce dernier tout n'est pas alloué aux chômeurs. Il y a dans notre pays, si nous considérons toutes les catégories, plus de 5 millions de chômeurs en face nous avons deux autres chiffres le budget de l'Unedic environ 32 milliards et celui de la formation 34 milliards. Autre point intéressant ces sommes sont gérées par nos 3 institutions celles qui gouvernent la France l'Etat, le Medef et les syndicats salariés. Conclusion rapide certes mais la question n'est pas une remise en cause de l'indemnité mais de la mauvaise gestion du pactole des sommes pour ces personnes qui pour la grande majorité sont dans une situation financière et morale grave. Oui il y a des profiteurs mais certainement pas la majorité.
Conclusion le pb du chômege est à l'image de la France gérée!!!!! par nos 3 institutions qui sont celles qui ont fait le déclin de ce pays. Cette affaire montre que même le Medef ne peut pas se dédouaner cette mauvaise gestion que cela soit vrai pour les syndicats salariés plus occupés par leur petites affaires sans grande vision de demain ou par un politique incompétent et plus occupés lui aussi par ses magouilles, mais de la part représentant de l'entreprise cela pose un vrai pb de compétence en matière de compétence.
a écrit le 11/09/2013 à 0:47 :
Voire après les élections municipales et européennes ...
a écrit le 10/09/2013 à 22:08 :
Il est normal que les intermittents et techniciens du spectacle soient concernées par ces nouvelles negociations . Il existe des gens qui perçoivent depuis des lustres ces indemnités sans limitation de durée et qui finance ? D'autres pauvres bougres se retrouvent au tapis a 55 ans au rsa sans espoir de retrouver un emploi ! Et.....contraint d'attendre une hypothetique retraite qui sera amputée par ces années deperiodes sans emploi . C'est scandaleux ! D'autant qu'une organisation syndicale " proche " du pouvoir cautionne cet etat de fait . On remet les choses aplat et vite !
a écrit le 10/09/2013 à 19:55 :
...de voir la France respecter un calendrier ou un planning... quels qu'ils soient.
Ce report ne devrait étonner personne & de plus ces discussions bidon sont totalement inutiles, tout est déjà joué, c'est l'Europe qui te surveille, pauvre (sic) Gaule !
Réponse de le 11/09/2013 à 10:03 :
L'inconvénient de ce décalage est que des négociations qui auraient pu traiter à froid la question des intermittents (les salariés du privé financent une subvention déguisée aux artistes d'environ 1 milliard d'euro par an) se finiront vers mars-avril et seront encore une fois sous la pression des festivaliers (Avignon, Arles et al.) qui pleureront bien fort en cas de bruit de grève (atteinte au tourisme, perte de chiffre d'affaires,...) et le trou d'1 milliard / an (20% du déficit créé par moins de 2% des chômeurs !) est reparti pour un tour (3 ans de plus). Hélas.
a écrit le 10/09/2013 à 19:46 :
Pour éviter l'embouteillage des dossiers, buvez directement à la barrique. Taxe le français tous les matins, si toi tu ne sais pas pourquoi, lui il le sait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :