Les dépenses publiques atteindront 57,1% du PIB en 2013, un record

 |   |  446  mots
Les dépenses publiques devraient atteindre un niveau record de 57,1% du PIB en 2013 avant de refluer.
Les dépenses publiques devraient atteindre un niveau record de 57,1% du PIB en 2013 avant de refluer. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les dépenses publiques vont augmenter plus que prévu en 2013 pour atteindre 57,1% du PIB en raison d'un conjoncture dégradée et d'une inflation moins forte que prévue, selon les Echos.

L'heure est à vouloir réduire les dépenses au gouvernement, qui a annoncé que l'année 2014 serait marqué par des réductions de dépenses qui représenteront 80% des 18 milliards d'euros d'effort budgétaire. Il faut dire que malgré les hausses d'impôts décidées ces dernières années, le niveau des dépenses publiques devrait atteindre un record cette année en représentant 57,1% du produit intérieur brut (PIB), selon le quotidien Les Echos citant Bercy.

Lire aussi : Idée reçue : pour faire des économies il est préférable de couper dans les dépenses publiques

Les dépenses ont augmenté plus vite que le PIB

C'est un petit peu plus que les 56,9% qui étaient attendus par Paris dans son plan de stabilité communiqué à Bruxelles pour cette année. Et c'est tout juste en deçà du Danemark, dont les dépenses publiques devraient représenter 57,9% du PIB à la fin de l'année. La dernière fois que les dépenses publiques de la France avaient atteint un niveau avoisinant les 56,8% du PIB, c'était en 2009. Cette année là, le pays avait connu sa pire récession depuis 1945 avec un recul de 2,2% de la richesse nationale, ce qui avait fait monter mécaniquement le ratio dépenses publiques / PIB. En 2012, la croissance avait été nulle.

Lire aussi : La Cour des comptes suggère des économies qui vont faire hurler

Dépenses imprévues et inflation au ralenti

Cette fois-ci, selon le quotidien économique, l'écart entre la prévision fournie à Bruxelles et le résultat à la fin de l'année s'explique par quatre facteurs différents. L'État a du faire face au paiement au printemps de 1,8 milliards d'euros de financement exceptionnel, à 600 millions d'euros de reprise d'une dette d'EDF et à l'annulation d'une créance détenue sur la Nouvelle-Calédonie de 200 millions d'euros. Mais le plus douloureux provient d'une inflation moins forte que prévu à 0,8% contre 1,2% qui a tiré les dépenses à la hausse. La tendance devrait s'inverser dés 2014 avec un taux de dépenses publiques équivalent à 56,7% l'année prochaine.

Lire aussi : Dépenses publiques, une drogue dure depuis 1974

Recettes moins élevées que prévu faut de croissance

En revanche, du côté des prélèvements obligatoires, cela devrait être un peu moins fort que prévu. En effet, selon les dernières prévisions, ceux-ci ne devraient pas dépasser les 46%, contre 46,3% initialement prévu. Cette nouvelle ne signifie toutefois pas que les contribuables ont payé moins d'impôts relativement à ce qu'ils ont gagné ou dépensé, mais simplement que les recettes fiscales ont été moins importantes que prévu à cause d'une conjoncture dégradée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2013 à 10:01 :
Notre Président Francois le roi des illusionnistes et des exagérations en tous genres meme pour le PIB il est incapable de gerer ou de comprendre quoi que ce soit. Il nous entraine dans la spirale des depenses publiques et dans la betise.
a écrit le 19/09/2013 à 16:28 :
la France malade de sa démocratie, et de ses palais de la république. Etat des lieux
On prête à James buchanan le texte ci-dessous :
Même dans les meilleures conditions, le fonctionnement du processus démocratique engendre des excès budgétaire.
Les dirigeants politiques, (et les fonctionnaires), contrairement à ce qu?ils passent leur temps à essayer de nous faire croire, n?agissent pas en fonction de l?intérêt général, mais en fonction de leur intérêt personnel. A travers l?action publique, les dirigeants politiques cherchent avant tout à « maximiser leur propre bien être (le goût du pouvoir plus que l?argent). Leur objectif principal étant d?être élu ou réélu, les dirigeants des pays démocratiques ont une propension naturelle à augmenter les dépenses publiques pour séduire les électeurs, gagner du pouvoir ou s?y maintenir.
De préférence en les finançant par l?emprunt, puisque les générations futures à qui incombera la tache de les rembourser ne votent pas.
Le nombre de députés Européens est de 785 pour 500 millions d?habitants. Admettons que ce soit un mal nécessaire. Mais quand on a créé l?Europe n?aurait on pas dû réduire l?appareil administratif des états membres ?
Le nombre de fonctionnaire Européens étaient de 32 140 au 16 mai 2010 à la Commission européenne. Mais à cette même date, le nombre véritable de personnels était de 37 385 !
Ils sont mieux payés que s?ils travaillaient pour leur propre pays, et peuvent y rester « à vie » !
Il aurait été moins couteux de procéder par détachement, chaque état gardant ses coûts avec la possibilité de faire tourner l?effectif ?
Les officiels qui travaillent pour la Commission européenne et le Parlement européen, la plus haute catégorie est celle de personnes qui gagnent un salaire net d?un peu plus de 100 000 livres sterling par an (soit 120 000 euros). Et pourtant, avec les règles de l?UE, ils ne payent que 12% d?impôts.

La présidence de la république coute 110 millions ?, et emploierait 750 à 900 collaborateurs. Diviser par deux est un objectif moral soit ==> 55 M? d?économies. Réduire le train de vie de la présidence serait un exemple pour les autres niveaux de notre démocratie, en revenant aux 35 heures soit 1609 heures annuelles.
Chaque ancien président couterait 1.5 M? par an entre son salaire au conseil constitutionnel, le personnel payé par l?état (on parle d?un appartement de fonction meublé et équipé, de 11 personnes entre le chauffeur, les gardes du corps et le personnel de maison) la voiture fournie, les transports? Le tout à vie. Plafonner le nombre d?employés à 2, un ou deux ans après la fin de mandat, supprimer la gratuité des transports à vie et du véhicule à vie devrait permettre une réduction de 50 % soit pour 3 anciens présidents ==> 2 M? d?économie.
Le gouvernement est actuellement composé 39 ministres et sous ministres...qui coûteraient 17 Millions d'Euros par an et par ministre ? (La Chancelière Allemande travaille avec huit ministres)
En divisant par deux, cela conduirait à faire ==> 330 M? d?économies .

le nombre de députés en France est de 751 pour 65 millions d?habitants !
L?assemblée nationale coute approximativement 540 M?.
1 351 fonctionnaires assurant des tâches d'assistance intellectuelle, administrative ou matérielle, utiles à l'accomplissement du mandat des 577 députés .
Indemnité mensuelle de 7 100,15 ? bruts par mois dont une indemnité de fonction non imposable de 1 420,03 ?, Indemnité représentative de frais de mandat de 6 412 ? bruts par mois, et 9 138 ? mis à disposition pour rémunérer ses collaborateurs qui s?ajoutent aux 1351 fonctionnaires. Ils bénéficient en plus des transports gratuits et leurs épouses en profitent et de retraites dérogatoires au régime général . Environ 30% des députés et des sénateurs ont recourt à ses "assistants familiaux".
Qu?est ce que cela changerait pour la démocratie de supprimer 2 députés sur 3 et les coûts attachés ? => 180 M ? d?économies.
Le Sénat coute approximativement 300 M? par an pour 374 sénateurs. 1 220 fonctionnaires assurent des tâches d'assistance intellectuelle, administrative ou matérielle sans travailler plus de 32 heures par semaine avec des salaires au dessus de la normale. (dont 28 avec appartements de fonction).
Les traitements des sénateurs sont sensiblement identiques aux traitements des députés.
Qu?est ce que cela changerait pour la démocratie de supprimer 3 sénateurs sur 4 et les coûts attachés ? => 225 M ? d?économies.

12 membres du conseil constitutionnel dont 3 anciens présidents pour un budget de 11.1 M? en 2011. (il est plus que probable que ce coût ne prend pas en compte les coûts du personnel affecté aux anciens présidents. 1 M ? par personne ! 30 % d?économie devrait être un objectif raisonnable ?

233 membres du conseil économique et social dont Le budget du Conseil fait partie de la mission « Conseil et contrôle de l?État » (qui comprend également les budgets du Conseil d'État et de la Cour des comptes). Dans le projet de loi de finances de 2012, les crédits ouverts sont de 37.4 Milliards d??.
Qu?est ce que ca changerait pour la démocratie de supprimer le CES ? ==> probablement 200 M ? d?économie.

La France est divisée en 101 départements et 342 arrondissements. Il est dirigé par 101 préfets, et 342 sous-préfecture. (héritage de Napoléon qui avait voulu que chaque citoyen soit à moins d?une journée de cheval de l?administration). Les dépenses des 95 départements de métropole totalisaient 68,9 Mrds d´euros en 2010.
==> Il y a des économies à faire qui se chiffrent en Milliards d?euros.

Il y a actuellement 157 ambassadeurs de France dont 43 touchent un minimum de 22 500 euros par mois et dont un certain nombre sont sans affectation.
==> Il y a des économies à faire qui se chiffrent en centaines de millions d?euros.

Au 1er janvier 2012, la France comptait 36 700 communes dont 11 000 communes de moins de 200 habitants et 32 000 communes ont moins de 2 000 habitants. Il y a 2 600 intercommunalités ou communautés à fiscalité propre qui auraient dû réduire les coûts? Ce qui n?a pas été le cas.
en 2011, il existait 4 055 cantons en France. Certains cantons de 2000 habitants compte douze communes, mairies et maires !
==> Il y a des économies à faire qui se chiffrent en milliards d?euros et des logements sociaux faciles à trouver en récupérant nombre de bâtiments communaux.

le conseil général est l'assemblée délibérante d'un département. Il y a actuellement 101 conseils généraux et 4030 conseillers. Qui émargent suivant la population de 1 501 ? à 5 441 ? par mois.
Quand la régionalisation a été crée, n?aurait on pas dû supprimer ce niveau et le département ?

le conseil régional est l'assemblée délibérante des régions. Il y a 26 régions. Et les émargements sont identiques à ceux des conseillers généraux. Quand il faut prendre une décision, chaque niveau administratif doit donner son avis, et doit donc se doter des services compétents pour étudier les dossiers ! Du gaspillage à grande échelle.

La fonction publique territoriale employait au 1er janvier 2010, tous statuts confondus 1 844 000 fonctionnaires avec une augmentation de 223 000 postes de fonctionnaires territoriaux entre 2005 et 2010. Revenir au niveau de 2010 est un objectif réaliste, mais pour cela, il faut réduire le nombre de niveaux administratifs.

Entre 2005 et 2010 les effectifs de fonctionnaires titulaires de la fonction publique d'État ont baissé de 309 573 postes, pendant que 362 000 postes de contractuels étaient créés. (le leurre du non remplacement d?un fonctionnaire sur deux partant à la retraite)

1244 agences de l?état fin 2010
Elles représentent 20 % du budget général de l?état et de ses effectifs (442 830 agents en 2012)
Les moyens financiers ? crédits budgétaires et taxes affectées ? s?élèvent en 2012 à 50 milliards d?euros, en progression de 15 % depuis 2007. Les seules taxes affectées ont enregistré une progression de 4,5 % par an sur la période et représentent 10 M? en 2012 entrainant un sentiment d?indépendance vis-à-vis de l?état. Revenir au niveau de 2007 ferait une économie de 7.5 Milliards !

Les «opérateurs» ne manquent pas : ils sont 584, et vont du CNRS à Météo-France en passant par Pôle emploi ou les musées.
Depuis 2009, les opérateurs doivent réduire leurs effectifs. Il fallait agir car, rien qu'en 2007, les organismes parapublics ont créé plus de postes (13.989) que l'État n'en a supprimé (11.244).

Dans la fonction publique, les collectivités territoriale et les sociétés dans lesquelles l?état ou les collectivités territoriales détiennent une minorité de blocage, une application stricte des 35 heures C-à-dire retour à 1609 heures travaillées par an sans augmentation de salaire permettrait de gagner de ci delà 30 % des effectifs. (par exemple les fonctionnaires du sénat ne feraient qu?environ 1 158 heures par an - pour les enseignants, compte tenu des jours travaillés, on arrive à un temps de travail annuel inférieur à 1300 heures, et en prenant la fourchette haute à peine supérieure à 1500 heures pour le quart des enseignants qui déclarent un temps de travail de 38 h 11 mn moyen.
a écrit le 18/09/2013 à 19:10 :
Normal,gestion socialo.
a écrit le 18/09/2013 à 16:29 :
Beaucoup de commentaires vont dans le même sens : contre les impôts.
Ce que vous voulez ? :
- Baisser les fonds de l?éducation et nos entreprises ne trouveront plus de salariés à la hauteur de leurs besoins."la culture est chère essayez l'ignorance"
- Ne plus investir dans les réseaux de communication (routes comprises) et les entreprises auront du mal à communiquer.
Privatisons à tout va et ne restera que ce qui est rentable(courrier pour qui ?) et les actionnaires pourront se gaver tout en augmentant le nombre de chômeurs.
Ex les autoroutes depuis qu'elles sont privatisées : moins d'entretien, moins de salariés, plus de bénéfices. Avant, l'Etat pouvait recevoir (ce qui arrangeait sa situation) maintenant ce sont les actionnaires, qui de plus défiscalisent.
Si c'est votre modèle, allez y et quand nous serons dans le mur comme la Grèce les extrêmes arriveront au pouvoir...
Je pense au contraire que la dépense publique (bien gérée) est la seule porte de sortie avec des projets. Par contre répartissons en la charge en imposant à égalité tous les contribuables : CAC 40 imposé à 34% comme les PME. Politiques et grands patrons imposés au prorata de leurs ressources....Et que l'on ne vienne pas me dire que si l'on les impose ils vont partir et bien qu'ils partent. Ceux qui pensent que se sera une perte pensent donc alors que si quelques milliers de cadres partent les 64 millions de français qui restent sont trop "con" pour les remplacer. Nul n'est irremplaçable et certainement pas ces égoïste qui préfèrent délocaliser, licencier pour augmenter leurs stocks options et leurs retraites chapeau. Si tout le monde paie ce qu'il doit la charge des services publics sera acceptable.
Réponse de le 18/09/2013 à 16:59 :
désinformation insupportable ! lisez tous les rapports ocde, cour des comptes : des gisements énormes de gains de mauvaise dépense, et donc la possibilité au contraire d'avoir plus des services, tout en dépensant moins !! 30% de gains possibles !! et arrétez de prendre l'exemple du cancre grec pour justifier de maintenir vos priviléges coûteux, prenez l'exemple de la suéde du canada qui ont fortement professionnalisé les services publics pour les rendre efficaces, moins chers...et investir les gaisn dans l'économie !! parce que en quoi le traitement du mille feuille, les régimes spéciaux, les primes et avantages des fonctionnaires vont réduire nos prestations, au contraire en faosant ces économies et réorgansations de services pléthoriques jamais faits, on disposera d'argent pour le mettre là où c'est utile
Réponse de le 18/09/2013 à 17:08 :
propos délirant surement de fonctionnaire au chaud et qui n'a pas envie qu'on touche à ses priviléges, d'où la démagogie de diversion par intérêt personnel ! et toujours la stigmatisation des entreprises, de ceux qui prennent des risques pour créer des emplois, de la réussite, mieux vaut assistanat ! mais d'où vient l'argent ? du privé qui créé la richesse ! donc il faut donner le maximum de souplesse aux entreprises, pour être compétitif et créer le maximum d'emplois ...quand à privatiser, oui la suéde a supprimé les fonctionnaires, ils ont des services efficaces et bien dimensionnés et qui ne passent pas leur temps à écrire 11 000 articles du code du travail et les 80 000 pages que doit lire un préfet !!! quand un sujet est traité, arret, on passe à autre chose ! voila les services coûteux et qui détruisent la société !! les gains de ce type sont colossaux pour plus de service ! et plutôt que les patrons et entrepreneurs qui s'en vont avec perte d'emploi et de richesse, il vaudrait mieux que ce soient les fonctionnaires comme vous qui partent en corée du nord, ce serait très salutaire pour notre pays, moins de charges, plus de compétitivité !!!
Réponse de le 18/09/2013 à 17:15 :
+1, les économes dans le domaine public et politique c'est entre 20 et 30% de gains liés à l'inefficacité, les investissements non maitrisés, le mille feuille... et tout ça ne touche en rien aux service set prestations redues, au contraire, grâce à ces économies, on relance l'emploi, la consommation la croissance. c'est ce qu'on fait le canada, la finlande, la suéde, et ils progressent très bien, c'est très logique et plein de bon sens, encore fait il avoir des gestionnaires et des courageux, c'est la seule condition
Réponse de le 18/09/2013 à 17:37 :
Votre propos n'est pas contradictoire avec le mien; Bien gérer (voir mon texte) les services publics ne veut pas dire qu'il ne faut pas faire tomber certains privilèges dans la fonction publique. Mais attention une gestion comptable (le mot comptable est pris ici dans son sens caricaturale je m'en excuse auprès des gestionnaires comptables dont je fais partie) des effectifs n'apporte rien sinon du mal être, une mauvaise organisation et une perte d'efficacité.
Comparons ce qui est comparable :
dans le privé : la moyenne (il s'agit de moyenne) d'âge de la cessation d'activité est en dessous de 60 ans
dans le public c'est au dessus (c'est toujours une moyenne)
Le personnel du public paie une "contribution solidarité " pour les chômeurs et les préretraités, alors qu'il n'est jamais concerné par la préretraite (ni par le chômage d'ailleurs, ayant la garantie de l'emploi) et doit attendre plus de 60 ans pour partir....
C'est volontairement de la provoque, (je suis pour cette solidarité) mais pour être honnête il faudrait dresser un tableau des avantages et des inconvénient des deux côtés. Je suis sur que la majorité en apprendrait et finalement serait un peu moins jaloux des autres. Cela aurait aussi l'avantage de faire cesser les clichés, les yacca , faut qu'on.
Réponse de le 18/09/2013 à 20:52 :
Hiiiiii Hannnnnnn !!!
Réponse de le 18/09/2013 à 21:13 :
une entreprise qui a des dépenses débridées, trop de personnel et ne fait rien dépose rapidement le bilan. Il ne s'agit pas de jalousie mais de dire les vérités de fond que la gauche camoufle pour maintenir les privilèges de son électorat, et donc des dépenses indues qui ruinent le pays car l'augmentation des impôts pour financer ces excés est totalement suicidaire. quand au discours mal être avoir d'avoir mal, désolé, mais il faut comparer ce qui est comparable, que les fonctionnaires aillent faire un tour dans des entreprises, d'abord ils apprendront plein de choses et verront ce que c'est que le travail, le vrai !!! ce qui occupe 140 000 emplois en france pour le domaine fiscal se traduirait par 8000 si on applique le modéle et l'efficacité suédoise !! désolé, mais je ne veux plus payer 30% d'impots de trop parce qu'on maintient 30% de fonctionnaires de trop en poste ! quand à vos chiffres, du délire ! tout retard dans l'optimisation du domaine public comme l'a fait la suéde nous coûte 12 000 travailleurs qu'on envoie au chomage, il y a urgence à réformer pour éviter cette dépense délirante et improductive, et utiliser ces gains pour baisser les impots et charges, doper l'emploi !!
a écrit le 18/09/2013 à 16:03 :
Qui peut imaginer une inflation plus forte que prévue alors que la ponction est quotidiennement en hausse! Les futures tva affaibliront la consommation et donc l'économie en générale; la troïka nous enverra en enfer pour satisfaire le remboursement des plus riches prêteurs. Bon courage
a écrit le 18/09/2013 à 15:31 :
sans limite, sans cohérence ,sans état d'âme, on nous dirige pour nous mettre à genoux
a écrit le 18/09/2013 à 15:04 :
Achile Tournier a dit : Grâce à la bureaucratie et au socialisme, il n'y aura bientot que deux partis en france : ceux qui vivent de l'impot, et ceux qui en meurent. On est en train de vérifier que trop d'impot tue l'impot faute de cobatants. La relative mauvaise nouvelle, c'est que ceux qui en vivent vont par la force des choses etre de moins en moins nombreux. Par contre, la tres mauvaise nouvelle, c'est que le tas de victimes ne cesse de croitre !

Réponse de le 18/09/2013 à 17:07 :
EXACT
a écrit le 18/09/2013 à 15:02 :
Un mensonge de plus: pas de quoi en faire un plat, on est vacciné.
a écrit le 18/09/2013 à 14:16 :
La France est en faillite. Mais ce qui est intéressant, c'est que huit autres pays européens sont en faillite. La Grèce, l?Italie, le Portugal, l?Irlande, la Belgique, la France, l?Espagne, le Royaume-Uni, Chypre sont en faillite. Prenons un exemple : l'Italie. Chaque année, l'Italie doit payer 85 milliards d'euros pour les intérêts de sa dette publique : record historique battu.

En 2014, la dette publique de l'Italie atteindra 2080 milliards d'euros, soit 132,2 % du PIB. Là-encore, record historique battu.

Mercredi 18 septembre 2013 :

Le « Costa-Concordia » redressé, et l?Italie ?

Croissance : - 1,7 % ou -1,8 %. Dette : 132 % du PIB (environ 2 080 milliards d'euros). Spread en hausse aux alentours de 260 points. Intérêts annuels de la dette : 85 milliards d'euros. Déficit aujourd'hui, selon la presse : 3,4 %, soit quatre ou cinq milliards de plus que le plafond prévu par Bruxelles.

http://italie.blog.lemonde.fr/2013/09/17/le-costa-concordia-redresse-et-litalie/

Quant à l'Allemagne :

Dette publique de l'Allemagne : 81,2 % du PIB, soit 2150 milliards d'euros. Je dis bien : 2150 milliards d'euros.

L'Union Européenne, c'est des pays surendettés qui se surendettent encore plus, pour pouvoir prêter de l'argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

L'Union Européenne, c'est un suicide collectif.
Réponse de le 18/09/2013 à 14:52 :
Bravo, cher ami l'union européenne est un suicide collectif. Des particans de cette idée se regroupent sous la bannière du mouvement de françois ASSELINEAU : l'UNION POPULAIRE REPUBLICAINE, et nous relayons des analyses précises, conscientes, equilibrées du genre de celle que vous exposez à fort juste titre; Rejoignez nous, pour le redressement national dont notre personnel politique traditionnel, de l'extreme gauche à l'extreme droite est incapable. www.upr.fr
Réponse de le 18/09/2013 à 15:50 :
les causes par pays sont multiples : investissements délirants sur l'immobilier en espagne, retournement et rien de solide pour épauler, absence totale de gestion en gréce, pas de cadastre, les riches ne paient pas, les capitaux s'en vont...ils sont au taquet des réductions possibles de dépenses. Mais la france est une exception hors du commun : jamais fait d'économies, d'où une dépense publique somptuaire, gaspillée, inutile, inefficace, record d'europe en effectifs et niveau de dépenses. d'où au moins 30% de gains possibles (cf rapports ocde, cour des comptes), de quoi totalement inverser la situation : baisse des impôts et taxes, augmentation du pouvoir d'achat, baisse des charges, et aides importantes aux pme, de quoi catapulter la croissance et l'emploi. seule condition : il faut arréter de copier la gréce, et prendre la logique du modèle suédois ou canadien qui ont parfaitement réussi dans cette voie, et arrêter de chercher des alibis ou boucs émissaires de la part des profiteurs des privilèges qui veulent enfumer le citoyens, faire diversion pour bien sûr ne pas toucher à notre trésor de dépense publique
a écrit le 18/09/2013 à 13:26 :
A-t-on au moins remarqué la parfaite corrélation de l'évolution des chiffres du chômage et de celle de la dépense publique ? Et après, on crie " vive l'impôt !!" c'est comme si on criait "vive le chômage" !!
Réponse de le 18/09/2013 à 13:37 :
Ou vive la paupérisation !
Réponse de le 18/09/2013 à 13:42 :
Les banquiers crient bien : vive la dette, vive la planche à billets !
a écrit le 18/09/2013 à 13:19 :
Si on prélevait les 60 milliards qui partent chaques annees dans des paradis fiscaux, tout irait beaucoup mieux
Réponse de le 18/09/2013 à 13:53 :
Pourquoi les 60 milliards partent dans des paradis fiscaux ?
1ère, car l?état montre l?exemple avec la majeur partie des Holding financière des groupes ou l?état est actionnaire sont dans des pays à avantage fiscal (paradis fiscaux par rapport à la France)
2ème, Le partie socialiste a ces comptes bancaires dans un paradis fiscal.
3ème, De toute façon ces 60 milliards partiront en fumée dans la machine à gaspillage de l?état français.
Réponse de le 18/09/2013 à 15:36 :
helas, totalement d'accord, les riches ont raison de mettre leur argent dans les paradis fiscaux, car à quoi ça sert de donner son argent si c'est pour maintenir les régimes spéciaux, les caisses noires, tous les privilèges insoutenables, et la gabegie incommensurable de la dépense publique, un puits sans fonds !! même le soutien de hollande aux élections l'a compris, noah a son argent en suisse, bravo la schizophrénie socialo !!!!
Réponse de le 18/09/2013 à 15:54 :
Un paradis comme Chypre par exemple ? Hé hé hé...
Réponse de le 18/09/2013 à 16:17 :
Les regimes spéciaux a votre avis qui en profitent un max, et je dit bien un max....Si ce ne sont les memes qui font de l'evasion fisacle,a travers les niches fiscales ;) Finance par des moutons comme vous.Demandez une boite de chocolat pour noel vous l'avez bien merite
Réponse de le 18/09/2013 à 17:12 :
arrétez la démagogie, relisez les rapports de la cour des comptes, ocde, les économies sont dans la dépense publique, le mille feuille, les régimes spéciaux des fonctionnaires = 22 millairds de gains !!!!! de quoi améliorer les petites retraites plutôt que les baisser, l'absence totale de management et de mesure d'efficacité dans tout le public, d'où pléthore d'effectifs qui nous ruinent, des services redondants !!! 300 millairds de gains par an !! de quoi passer à 3% de relance et -1 million de choemur en aidant les pme, en baissant les impôts et charges
a écrit le 18/09/2013 à 12:51 :
la raison de cette débâcle est simple, les ministres, le président se positionnent trés clairement comme les représentants de défense des intérêts du monde public et politique, uniquement de leur électorat. Sapin affirme sans vergogne que face à la demande de justice d'un régime unique et donc de 22 milliards d'économies de régimes spéciaux qui pourraient permettre d'augmenter les minimas, le régime unique n'est pas un dogme !! traduction: il vaut mieux diminuer le niveau de retraite des travailleurs du privé (antisaociale) que gêner l'électorat de gauche au chaud et bien payé !!! et tout à l?avenant, refus de baisser les mauvaises dépenses partout qui pourraient permettre de financer une baisse d?impôts de charge, la relance et l'emploi, ils préfèrent tuer l'emploi et les entreprises par les augmentations d'impôts et laisser au chaud les fonctionnaires. Donc on est n'est plus en démocratie, on est bien dans une dictature de gauche qui ne travaille que pour les privilèges de son électorat quelles qu'en soient les conséquences pour le pays, en achetant leur ré-eléctions grâce à ces effectifs record d'europe soudoyés grâce au sacrifice du privé qui travaille dur pour les financer, et sans avoir le choix
a écrit le 18/09/2013 à 12:34 :
Hé bien en voila un, enfin un record que nous battons tous les ans.
a écrit le 18/09/2013 à 12:33 :
La sécu + les retraites = 1,5 fois le budget de l'Etat... Continuez à nier la réalité, les rentiers ...
a écrit le 18/09/2013 à 12:30 :
Vous êtes communistes en début de mois quand vous touchez votre pension indexée et faites votre "ravitaillement" médical à coups de cartes vitales et anti communistes quand il s'agit de payer des impôts trois jours plus tard ! Le résultat de cette belle cohérence est le beau bordel dans lequel on est grâce à vos copains UMPS ...
a écrit le 18/09/2013 à 12:25 :
il serait extrement efficace de prendre le modéle suédois : réduction drastique des mauvaises dépenses, réformes structurelles, amaigrissement du sytème public et politique pour le rendre moins coûteux, plus efficace, avec de meilleurs services rendu, et donc baisse des impôts et charges (30% de gains possibles en france sans rogner sur les services, au contraire, 300 milliards !) d'où relance de la consommation et de l'emploi dans les entreprises, aides aux pme...et ça repart comme en suède !! au moins 3% de croissance et un million de chômeur en moins !!! mais non, ces incapables prennent le modèle grec : on n'optimise rien, on augmente les impôts qui tuent massivement l'emploi par la hausse des charges et baisse du pouvoir d'achat.... C'EST UN CRIME CONTRE LA SOCIETE, IL FAUDRA LES JUGER !( et pas par taubira !!!)
a écrit le 18/09/2013 à 12:24 :
on nous fait croire que la reprise est proche ..soit ce sont des incompétents ou des menteurs une chose est sur eux et les copains..se gavent d
a écrit le 18/09/2013 à 12:12 :
Ils leurs restent de la marge avant d'atteindre les 100%. Mais bon, ils sont sur le bonne voie.
Réponse de le 18/09/2013 à 17:50 :
Les socialistes francais n ont pas tire les lecons de l echec de l URSS et autres sociaol-communistes. Ils revent effectivement d un pays socialiste c-a-d 100 % de depenses publique
( d ou la chasse aux capitalistes )
a écrit le 18/09/2013 à 12:07 :
La dépense publique constitue l'électorat des présidents socialistes.....il faut être fou pour continuer à les élire !
Réponse de le 18/09/2013 à 12:26 :
Vous oubliez leurs cousins de l'UMP et leurs propres clientèles de petits rentiers immobiliers ...
a écrit le 18/09/2013 à 12:06 :
quel gachis, j'en suis écoeuré, nous sommes gouvernés depuis 30 ans par des incapables qui sont bien assis derrière leur bureau, et ne veulent même pas supprimer le cumul des mandats, diminuer le nombre de fonctionnaires et réduire le nombres de représentants toujours absent aux assemblées, c'est une HONTE
Réponse de le 18/09/2013 à 12:15 :
Vous supprimez des postes d'élus et vous gagnez un centième au mieux sur les dépenses. La seule solution consiste à tailler dans les dépenses sociales qui sont, rien que pour la sécu, supérieures au budget de l'état ...
Réponse de le 18/09/2013 à 12:19 :
+ 1000, c'est le comble de l'anti gestion, pas de réduction des mauvaises dépenses qui atteignent des sommets, et on tue l'emploi par les impôts pour compenser la dépense sans aucun contrôle
Réponse de le 18/09/2013 à 12:26 :
elle aura du boulot MARINE ....
Réponse de le 18/09/2013 à 13:40 :
Marine est une incapable
a écrit le 18/09/2013 à 11:58 :
Bravo l'équipe Hollande a enfin réussit un objectif.
Si ça continue, nous allons très vite dépasser le Portugal et la Grèce.
Encore un effort, nous étions au bord du gouffre, nous avons fait un grand pas en avant.
Réponse de le 18/09/2013 à 12:11 :
Vous inquiètes pas : on sautera tous ensemble grâce à nos amis banquiers...
a écrit le 18/09/2013 à 11:56 :
4.000 milliards de vos dettes en 30 ans et il faut encore dépenser 57 points de PIB en dépenses de votre état providence ! Vous avez tout réussi ! Bravo !
Réponse de le 18/09/2013 à 12:00 :
c'est le debut du communisme ...................
Réponse de le 18/09/2013 à 12:09 :
Ce n'est pas le début mais la continuation d'un communisme bien ancré dans les mentalités françaises depuis la seconde guerre mondiale....
a écrit le 18/09/2013 à 11:14 :
Je ne peux que féliciter le modèle du communisme moderne : La République Démocratique Française, qui détruit le capitalisme libéral à jamais !
Réponse de le 18/09/2013 à 11:52 :
Le capitalisme financier se charge de sa propre autodestruction...et vous finirez probablement ruiné...
Réponse de le 18/09/2013 à 12:02 :
Là, on ne parle pas du capitalisme financier, mais uniquement du poids astronomique de l'Etat dans l'économie française. En ceci, il est aussi dangereux que le capitalisme financier que vous dénoncez.
Réponse de le 18/09/2013 à 12:24 :
La vraie question est : qui s'effondrera en premier ? Les états endettés ou la finance folle ? Les gesticulations des petits rentiers sur la menace communiste sont cocasses : dans un cas comme dans l'autre, ils seront ruinés ...
Réponse de le 18/09/2013 à 12:28 :
arrétez de fuir la réalité et chercher des boucs émissaires : la france créve de l'obésité de son système public et politique, le record d'impôts, de dépenses, d'inefficacité, qui étouffe tout. Et il suffit de traiter ces énormes dépenses inutiles pour complétement renverser la situation, développer la demande et l'offre par la baisse des impôts, et avec ça on sera totalement à l?abri des marchés financiers, en position de force !!!
Réponse de le 18/09/2013 à 13:43 :
Quand vous aurez compris que l'UMPS et la clique financière mondialiste sont cul et chemise, vous aurez fait un grand pas ...
a écrit le 18/09/2013 à 11:13 :
un mensonge de plus , la démonstration de plus que rien n'est contrôlé
déficit qui passe de 3% en janvier 2013 à 4,1 % en septembre 2013 la pause fiscale en 2014 le 17-09-2013 qui passe en 2015 le 18-09-2013
les milliards d'économie de notre lamentable état qui en fait explose à la hausse
et deux ans après Moscovisi nous explique encore que " c'est la faute de Sarkozy"
votons contre le PS a toutes les élections
organisons une immense manifestation populaire apolitique contre l'état et ses privilèges et ses dépenses honteuses
Réponse de le 18/09/2013 à 11:25 :
...il ne se passera rien avant le défaut effectif de notre Etat communiste...
Réponse de le 18/09/2013 à 11:57 :
En effet on est condamné à payer toujours plus de cotisations, entre autres pour la retraite des papys, communistes pour leurs pensions et libéraux pour se faire défiscaliser leur rente immo ...
a écrit le 18/09/2013 à 11:04 :
Comment avait dit Monsieur ALLEGRE déjà ? Hummmm Ah oui! :" IL FAUT DEGRAISSER LE MAMMOUTH"
a écrit le 18/09/2013 à 11:01 :
En 2012, les dépenses publiques ont été de 1151,1 milliards d?euros.

Dont 267,7 milliards d?euros pour la rémunération de la fonction publique et 528,7 milliards d?euros pour les prestations sociales. Les seules dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales représentaient 101,7 milliards d?euros.

Les dépenses d?éducation ont atteint environ 137,4 milliards d?euros (chiffres 2011).

Tout cela sans aucun effet sur la croissance et le chômage.
a écrit le 18/09/2013 à 10:37 :
Reduire les depenses de l'état:
1> mettre en place une loi qui engage penalement ( et pendant 15 ans) ces gens qui nous gouvernent (quels qu'ils soient) car c'est un peu trop facile de conduire son pays a la faillite sans avoir jamais a en payer les consequences puisqu'ensuite ils ne sont pas reelus => pas de compte a rendre pour la mauvaise gestion. Quel chef d'entreprise est traite comme ca? aucun. Pour nous c'est les tribunaux, l'interdiction d'exercer et meme parfois la prison.
2> le salaire median des francais est d'environ 1600E/mois: => nos senateurs, deputes, ministres, etc... jurent qu'ils ne sont entres en politique que par amour de la patrie et se disent tous a l'ecoute des preoccupations des francais,...mais sont lls sont loin de partager leur salaire => commencons donc par aligner leur salaire sur le salaire median x2, soit environ 3200E/mois. Leurs frais sont de toute facon pris en charge par l?etat.
3> reforme des retraites : fin des regimes speciaux ?quels qu?ils soient (public ou prive). Depuis combien de temps un cheminot n?a-t-il pas touche un manche de pelle pour enfourner le charbon dans la locomotive? Meme chose pour nos hommes politiques. La plupart ayant plus de 65 ans, obligeons les a prendre leur retraite, ca creera certainement des emplois pour « les jeunes ». Pourquoi oblige t?on nos senateurs a travailler jusqu?à plus de 80 ans pour seulement 7000E/mois. N?ont-ils pas merite de profiter de leur retraite ? ou bien ont-ils encore besoin de travailler pour avoir un petit complement a leur pension. Ceci dit, pour ceux qui souhaitent poursuivre au dela de 65 ans, qu?ils le fasse benevolement, comme n?importe quel retraite NORMAL qui s?engage dans une association. Déjà ca va reduire le nombre de candidats et ca fera de la place pour une representativite un peu plus conforme a la realite du pays?.
4> fin des appartements de complaisance. A l?heure ou on encourage les entreprises a utiliser le travail a domicile et les services numeriques (videoconference,?) et sachant que (presque) tout le monde a un acces ADSL correct, pourquoi faire des aller-retour province/paris incessants et maintenir des appartements, payer des chambres d?hotel,?Nos politiques sont-ils trop vieux pour manipuler les nouvelles technologies qu?ils nous recommandent ?
On va m?objecter que ce ne sont que des reformettes propagandistes qui ne feront pas reculer la dette. Certes mais en tout cas, ca ne contribuera plus a la faire augmenter et nos elus pourront vraiment etre en phase avec leurs electeurs. Le quotidien du chef d?entreprise c?est de maitriser ses depenses tout en continuant d?investir et de developper son activite, pas de vivre des subventions en generant toujours plus de dettes pour amener son entreprise au depot de bilan. C?est meme le PIRE qui puisse lui arriver car ca symbolise l?echec de tout son engagement et de ses prise de risques.
Messieurs qui nous gouvernez, vous qui n?avez apparemment jamais travaille que ce soit en entreprise, dans l?agriculture/agro-alimentaire, ou dans le commerce (et que vous souhaitez pourtant encadrer) faites donc des stages, profitez de la formation professionnelle, commencez a la base. Apres vous pourrez parler car vous serez credibles.
Réponse de le 18/09/2013 à 11:04 :
Bravo! mais bienvenue en Utopie
a écrit le 18/09/2013 à 10:37 :
Sauf que le Danemark est un pays qui fonctionne, qui n'a pas d'ordures dans les rues et économiquement ça va très bien aussi .....
a écrit le 18/09/2013 à 10:37 :
Deux commentaires:
1. les économies de 18 milliards sont un mensonge d'état. En réalité, c'est une moindre croissance que si on avait laissé filer. On nous enfume depuis longtemps
2. seule la croissance peut sauver le pays..Qui génère de la croissance: les entreprises et personne d'autre. Pour que les entreprises investissent et croissent, donc embauchent, il faut des marges. Or les entreprises françaises ont des marges laminées par les impôts, le code du travail, et les normes et règlements de toute sorte.

Tant qu'on ne changera pas les freins de la dernière phrase, nous continuerons à nous enfoncer et les impôts à augmenter, puisque les socialos n'ont rien compris à l'économie.
Réponse de le 18/09/2013 à 14:09 :
Nous sommes dans un monde fini, la croissance ne peut être infinie. Il faut donc mettre en place des solutions ne dépendant pas d'une hypothétique croissance.
a écrit le 18/09/2013 à 10:33 :
La génération des jouisseurs sans entraves lègue à ses descendants le fardeau de son surendettement. Dans le déni le plus total, les cigales accusent les jeunes et les étrangers d'être responsables de leurs propres turpitudes, alors qu'ils sont aux manettes depuis 30 ans et qu'ils ont porté au pouvoir depuis 81 des paltoquets serviles et clientélistes qui leur ont servi la soupe de l'état providence à crédit. Bientôt ils accuseront les bébés et enfants à naître d'être les naufrageurs de la France alors que ces irresponsables sont 100% coupables de son profond déclin moral, politique et économique !
Réponse de le 18/09/2013 à 10:51 :
eh, faut pas se tromper de cible! les responsables, ce sont les politiques de tout bord depuis des décennies qui n'ont aucun courage, n'ont que des impôts comme solutions à présenter...
je sais bien que les responsables sont aussi les électeurs; mais on le voit encore aujourd'hui avec FH and Co, aucun courage, que des impôts, toujours la même musique; donc les responsables d'aujourd'hui sont aussi les électeurs!
Réponse de le 18/09/2013 à 11:10 :
Dites-nous : ils sont élus par qui les politiques, hmmmm ? Par des extra terrestres ? Voter pour les plus inféodés aux clientèles des rentiers et des fonctionnaires, ça ne va pas dans le sens de l'intérêt de la France !
Réponse de le 18/09/2013 à 13:59 :
Vous avez raison mais les électeurs votent dans un système mis en place par des générations de politiciens... Juste une remarque, les élections pour les députés à deux tours est une invitation à toutes les magouilles, l'absence de prise en compte d'une part de proportionnelle fait que l'Assemblée ne reflète pas la sociologie de la France etc etc...

a écrit le 18/09/2013 à 10:09 :
Allez les bleus, on va être champion d'Europe ! Pour l'instant on est mené par le Danemark, mais on va remonter : 60-pour-ceeeennnnt-de-dépense-puuuublique, oooOOOooo !!! Allez allez allez !
Réponse de le 18/09/2013 à 10:42 :
J'aurai plutôt dit Allez les Roses. Mais bon... on va pas chipoter!
Réponse de le 18/09/2013 à 11:15 :
Roses, bleus, ils ont exactement la même politique dépensière !
a écrit le 18/09/2013 à 10:05 :
premièrement réduisons le nombre de députés (re découpage des circonscriptions), de ministres, ou énarques à la tête des principales administrations et leurs budgets pour engager secrétaires, assistants, ou se loger dans des appartements de fonction financer par les français. on pourrait commencer par le haut de la pyramide juste pour l'exemple.
a écrit le 18/09/2013 à 9:47 :
Mais non! La France n'est pas si dépensière! Nous ne sommes situé dans le monde qu'au rang de la 7eme nation avec un état aussi dépensier. Nos rivals sont : les îles Kiribati, Tuvalu (Polynésie), la Micronésie, les îles Marshall et le Lesotho qui prennent les cinq premières places. Heureusement qu?on trouve le Danemark au sixième rang! Au sujet du Danemark, j'ai par contre une mauvaise nouvelle pour nous français: ce pays s'est engagé! Il s'est engagé à réduire ses dépenses publiques, donc selon les projections pour les 5 années à venir, nous allons reprendre le 6eme rang au Danemark; Nous allons bientôt être au moins les champions d'europe, à défaut de pouvoir devenir champion du monde...
Réponse de le 18/09/2013 à 10:45 :
Les deux tiers de la dépense publique sont des dépenses sociales : pensions "Ponzi" indexées, "droit de tirage" illimité d'une certaine catégorie de la population sur l'assurance maladie, politique familiale détournée pour alimenter la bulle immobilière à coups d'APL etc. Et pour le coup, là nous sommes champions du monde avec 33 points de PIB en dépenses dites sociales qui servent surtout de redistribution à l'envers !
Réponse de le 18/09/2013 à 10:49 :
en réalité, je voulais écrire: nos principales nations rivales...
Réponse de le 18/09/2013 à 11:13 :
@ déni: en réalité les dépenses publiques sont partout essentiellement destinées à la redistribution des richesses. Je ne connaît pas votre chiffre. Ce give & take incessant est facilement criticable. Pourtant, le monde ne fonctionnerait pas sans ce système, certes problématique. Nous ne seront jamais des individus libre de toutes interventions de l'état. Mais beaucoup de pays ont fait des efforts considérables pour réduire cette redistribution des richesses, car celle-ci a un coût inhérent de fonctionnement de société considérable.
Réponse de le 18/09/2013 à 11:46 :
Je confirme les chiffes de l'état providence : rien que les pensions de retraite pèsent 14 points de PIB (record du monde). Les dépenses de l'état à proprement parler (régaliennes) sont dans la moyenne de l'OCDE, celles qui dérapent sont les dépenses sociales et avec le vieillissement de la population, on a encore rien vu !
Réponse de le 18/09/2013 à 12:27 :
@ déni: le vieillissement de la population et son besoin de financement en matière de retraite est calculé en forme de dette implicite qui dépasserait en 2012 en France la barre des 355 % du PIB. La dette publique (donc explicite) s'élevera à 95 % du PIB, le cumul atteint donc 450 % du PIB. Beaucoup d'autres pays ont atteint un niveau d'endettement critique concernant cette dette implicite dû au vieillissement (et il circule des chiffres qui diffèrent fortement, bien que pour la France, ils sont assez constants) , mais le déni démographique ne contribuera à rien de positif.
a écrit le 18/09/2013 à 9:44 :
Comme dirait JC Convenant :"jusqu'où s'arrêteront ils?"
a écrit le 18/09/2013 à 9:28 :
enfin un record ! ils vont réussir ...............................................................
a écrit le 18/09/2013 à 9:27 :
A REFORMER D'URGENCE : qu'ils fassent les réformes structurelles en taillant dans les dépenses de la fonction état, publique, territoriales, CHU, entreprises publiques avec ses agents en surnombres ou sans tâches de travail (agences banque de France, sous-préfectures, sncf, ratp, edf, etc) ainsi que leurs avantages et privilèges y compris sénateurs députés, administrations sans utilités ou en doublons, mille feuilles administratifs, etc qui ruinent notre pays et accélèrent le déclin de la France... Au lieu de faire des emplâtres et prendre les français de la société civile pour des idiots qui ne veulent plus payer pour cette caste de nababs.
a écrit le 18/09/2013 à 9:24 :
faire comme en angleterre si on n'a pas la nationalité française depuis x années aucune aide et aucune alloc- rmi ou rsa en echange d'heurs au collectivité -fin des priveléges des cummuls des grands fonctionnaires (plafonnement de leurs retraites )- fin de gratuité du transport sncf, et edf pour sont pris preferentiels- caisse de retraite des privés indépendante ( arretons de renflouer les nantis )
a écrit le 18/09/2013 à 9:14 :
Donc, la dfette augmentera ou a deja augmente en 2013 de pres de 10% du PIB (depenses 57.1%-recettes46,3%=10,8%). A cette allure, c´est pour quand le defaut de remboursement de la dette publique, avec au prelable une explosion des taux d´interets de refinancement de la dette?
a écrit le 18/09/2013 à 9:13 :
LES CHARLOTS AU GOUVERNEMENT ;et tous les cadeaux qu'en ce moment ils distribuent pour acheter des voiX aux elections de 2014
a écrit le 18/09/2013 à 9:12 :
Messieurs les journalistes
S?il vous plait remontez a la root cause on apprend cela dans l?industrie ou la médecine !
Raison d?une conjoncture dégradée = parce que matraquage fiscal.
Inflation moins forte = dépenses de l?état pas contrôlées, consommation atone.
Donc pourquoi avez-vous peur de dire que cela est de la responsabilité de ce gouvernement.
Ce sera la même chose l?année prochaine puisque pas de changement sur les causes des problèmes.
Nous sommes la risée des autres nations modernes, regardez les infos a l?étranger c?est révélateur.
Donc n?ayez pas peurs apprenez de nos ancêtres, la liberté de pensée.
Merci
a écrit le 18/09/2013 à 9:12 :
il y a un problème dans les chiffres car dans ce cas là : dépense (57,1%) - recette (46%) ca ferait bien plus de 10% de déficit public, est-ce possible ou alors j'ai loupé qqchose !!
Réponse de le 18/09/2013 à 9:49 :
Je pense que les 46 % correspondent aux prélèvements obligatoires. Cela n'inclut pas les dividendes des sociétés dont l'état est actionnaire, le paiement des amendes ,...
a écrit le 18/09/2013 à 9:07 :
Mais on est sur la bonne voie! Une "grande economiste US" vantée par LaTribune a pondu un article "Comment les inégalités sont en train de briser le rêve américain", dans lequel est appelle de ses voeux a instaurer une republique a redistribution des richesses la plus genereuse possible et financée, comme d´habitude chez ces gauchistes, par les "riches". Vous voyez, l´exemple de Hollande et conssorts a encore des supporteurs, telle cette Carole Graham. Une pitié ces gens!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :