PME : Bpifrance et Ubifrance veulent constituer un club de Première Division

La banque publique d’investissement et l’agence pour le développement international des entreprises s’allient pour constituer d’ici 2015 un groupe de 1.000 PME et ETI performantes à l’export .L'idée : créer un club select sur le modèle des "Gazelles" lancé en...2007
Fabien Piliu
Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, a décidé de porter à 26, contre 6 jusqu'ici, le nombre des chargés d'affaires internationaux (CAI) d'Ubifrance au sein de ses sièges régionaux
Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, a décidé de porter à 26, contre 6 jusqu'ici, le nombre des chargés d'affaires internationaux (CAI) d'Ubifrance au sein de ses sièges régionaux (Crédits : DR)

En 2007, Renaud Dutreil, alors ministre des PME du gouvernement Villepin, avait lancé le dispositif « gazelles ». A grands coups d'allègements fiscaux, celui-ci devait permettre à 2.000 entreprises de croissance considérées comme les champions de demain de passer un cap et de crever ce plafond de verre qui entravait leur développement.

Les gazelles ? Pour obtenir ce statut, il fallait que la masse salariale de l'entreprise ait progressé à un rythme supérieur à 15 % pendant deux exercices consécutifs.

Les mêmes questions en 2007 et en 2013

Les entreprises ayant été dument labellisées bénéficiaient notamment d'un report du paiement de leurs cotisations sociales, ainsi que d'un gel de leur impôt sur les sociétés mais aussi d'un « congé PME de croissance », afin de favoriser la mobilité des cadres des grands groupes vers elles. Elles pouvaient aussi profiter des talents d'interlocuteurs spécifiques dans les services fiscaux et sociaux, pour que la croissance de ces précieux animaux ne soit plus ralentie par les formalités.

Six ans après, les gazelles ayant bien malgré elles échappé à la vigilance de l'exécutif, Bpifrance et son satellite Ubifrance ont décidé de rejouer cette carte du club select qui doit permettre de favoriser l'éclosion des Free, Priceminister et Criteo (qui a lancé ce mercredi la procédure pour se faire coter au Nasdaq ) de demain. Comment ? En piochant dans  la base du fichier de BPI Excellence - feu Oseo Excellence - qui regroupe 2.000 entreprises au potentiel de développement élevé, 

Un maillage complet du territoire

Concrètement, Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur a décidé ce mercredi de porter à 26, contre 6 jusqu'ici, le nombre des chargés d'affaires internationaux (CAI) d'Ubifrance au sein de ses sièges régionaux. Conformément à ce qui était prévu par la mesure 14 du Pacte national pour la croissance dévoilé en novembre dernier, les CAI hébergés dans les territoires doivent accompagner de manière personnalisée et dans la durée, en collaboration avec les conseillers de la banque publique et de Coface, au moins 1.000 ETI et PME de croissance à horizon 2015.

Un quart de l'objectif pourrait être atteint d'ici la fin de l'année

« D'ici la fin d'année 250 entreprises bénéficieront de leur expertise. Elles vont ainsi pouvoir exprimer tout leur potentiel, grandir et prendre part au rééquilibrage des échanges commerciaux de la France. Le couple financement-accompagnement est la clé de la réussite à l'export », a déclaré la ministre. Une troisième vague de déploiement de CAI devrait intervenir dans les mois à venir pour compléter encore le réseau d'accompagnement en régions.

 

 

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 19/09/2013 à 4:07
Signaler
Pourquoi et toujours cette manie de vouloir classer, ranger, ordonner quand on n'est pas capable de simplement faire le ménage chez soi? Aucune raison de voir encore des entreprises privilégiées aux dépens des autres. On ne fera que fortifier artific...

à écrit le 18/09/2013 à 21:05
Signaler
Sur le site de CCI France on peut lire : "Avec plus de 300 conseillers sur toute la France, les CCI vous accompagnent dans votre démarche à l?international." 300 deja existants pour les resultats du commerce exterieur que l'on connait depuis de nombr...

le 18/09/2013 à 21:57
Signaler
Oui tout ce mille feuille des CCI, Agences des développement de rien du tout, Centres de machins trucs bidules, peuplés de fêtards drogués au champagne et petits fours et de touristes invétérés ... est juste bon à écraser et leurs miettes bonnes à br...

le 19/09/2013 à 8:22
Signaler
L'expression "avec plus de 300 conseillers", ca veut dire que l'on peut facilement arrondir a 400 pour avoir un chiffre reel du nombre de ces conseillers et de leur backoffice. Donc un ratio de plus de 3 conseillers par departement puisque les Chambr...

à écrit le 18/09/2013 à 20:23
Signaler
s'ils veulent des boites qui exporetnt, ft donner envie... et c'est pas avec des taxesa 75%, des volees d'impots de charges, et les insultes qui vont bien qu'ils donnent envie aux entreprises de quoi que ce soit... ' errata: ca leur donne juste envie...

le 18/09/2013 à 20:43
Signaler
Ben le probleme en France, c'est qu'il faut bien des taxes a 75% pour nourrir tous ces "reseaux" publiques inefficaces et les faire grossir. On multiplie les effectifs de fonctionnaires pour faire du quantitatif, remplir des tableaux de statistiques ...

à écrit le 18/09/2013 à 19:29
Signaler
BPI France est un ramassi de l'ex OSEO qui a son passif le piètre classement de la France en matière d'innovation -'ème mondiale ... et accessoirement la désindustrialisation massive depuis plus de 12 ans ... et Ubifrance a à son passif la décadence ...

à écrit le 18/09/2013 à 19:16
Signaler
Les CAI Ubifrance-Oseo vont ainsi "concurrencer" et faire doublon avec le reseau des CCI International, une couche de mille feuilles, toujours la meme chose en France. Pourquoi les CCI ont elles des conseillers export ? Ce n'est pas leur role !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.