Un budget 2014 fiscalement doux pour les petites entreprises et dur pour les grandes

 |   |  1309  mots
Le projet de loi de finances 2014 présenté par Bercy prévoit d'alléger la fiscalité des PME, mais augmente la pression fiscales sur les grandes entreprises. La pression est aussi mise sur les fraudeurs et l'optimisation fiscale abusive des grands groupes (Photo : Reuters)
Le projet de loi de finances 2014 présenté par Bercy prévoit d'alléger la fiscalité des PME, mais augmente la pression fiscales sur les grandes entreprises. La pression est aussi mise sur les fraudeurs et l'optimisation fiscale abusive des grands groupes (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les principales mesures visant la fiscalité des entreprises dans le budget 2014 montrent qu'une pause fiscale a bien lieu pour les petites et moyennes entreprises grâce à la suppression de l'IFA, mais pas pour les grandes entreprises, qui verront leur fiscalité s'alourdir avec l'imposition de l'excédent brut d'exploitation (EBE). En outre, la répression va s'intensifier pour les entreprises qui fraudent.

 Les entreprises sont les grandes gagnantes du budget 2014. Certes, elles doivent payer une nouvelle taxe sur l'excédent brut d'exploitation (2,5 milliards d'euros d'impôt en plus). Les mécanismes de lutte contre l'évasion fiscale aboutiront à leur faire payer un milliard d'impôt en plus. Et elles assumeront le paiement de la taxe à 75% sur les rémunérations de plus d'un millions d'euros (300 millions au total).

Mais la dernière tranche de l'imposition forfaitaire annuelle (IFA) est supprimée (750 millions d'allègement fiscal). En outre, elles bénéficient de la fin de mesures à effet strictement limité à l'année 2013 (acompte d'Impôt sur les sociétés anticipé, notamment). Au total, leur impôt sera stable… sans compter la montée en puissance du Crédit d'impôt emploi compétitivité, voté en décembre 2012. Celui-ci allègera l'impôt des entreprises à hauteur de 10 milliards d'euros. Celles-qui ne réalisent pas de bénéfices recevront un chèque du trésor public.

Alléger la fiscalité des PME et mieux prendre en compte la situation économique réelle des entreprises

  • Supression de l'IFA

Le budget 2014 marque une évolution importante dans la fiscalité des entreprises, puisque, après avoir été décriée pendant 40 ans par les organisations patronales, la fameuse imposition forfaitaire annuelle (IFA) mise en place par la loi de finances de 1974, va enfin être supprimée. Celle-ci aurait déjà du l'être en 2011, sous la précédente majorité. Mais la fin de ce dispositif qui imposait les entreprises de manière forfaitaire dés lors que leur chiffre d'affaires dépassait 15 millions d'euros, qu'elles réalisent un bénéfice ou non, avait été reportée à 2014.

  • Taxation de l'excédent brut d'exploitation

La suppression de l'IFA représente un manque à gagner de 750 millions d'euros pour l'État, largement compensés par les 2,5 milliards d'euros que doit rapporter la contribution de 1% sur l'excédent brut d'exploitation (EBE), la ressource que l'entreprise tire de son exploitation après avoir rémunéré ses salariés et réglé ses consommations intermédiaires, imposée aux entreprises réalisant un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros.

Certes, tout en rapportant plus, cette mesure aura pour effet d'alourdir la fiscalité des entreprises qui réalisent un EBE élevé. Mais elle aura aussi pour effet d'alléger la fiscalité des PME, et les entreprises dont le chiffre d'affaires est élevé mais dont les consommations intermédiaires et la masse salariale représentent un coût important et peuvent, ajoutés à l'IFA, les mettre dans le rouge sans justification. "A taux faible et assiette large, elle pourrait dans l'avenir venir progressivement se substituer, à partir de 2015, à d'autres impositions économiquement plus distorsives, en particulier les impositions sur le chiffre d'affaires et les facteurs de production", est-il écrit dans le document fourni par Bercy. En clair, Bercy cherche à rationaliser l'imposition des entreprises.

Lutter contre la fuite des bénéfices imposables vers les paradis fiscaux

L'autre ensemble de mesures importantes, qui n'aura sans doute pas d'effet sur les PME mais qui pourrait alourdir la fiscalité des groupes multinationaux, vise à lutter contre les mécanismes de réduction artificielle de la base imposable par les entreprises. En clair, les groupes qui ont des filiales étrangères ont tendance à localiser leurs bénéfices dans des pays fiscalement plus intéressants que la France en établissant de fausses factures entre la filiale française et une filiale située à l'étranger. Un autre mécanisme consiste aussi à faire s'endetter artificiellement leurs filiales françaises auprès des filiales étrangères pour en réduire les impôts.

  • Lutter contre les facturations abusives entre une filiale française et une filiale étrangère

Pour ce qui est des transferts intra-groupes, c'est à dire les factures adressées par les filiales étrangères aux filiales françaises pour faire augmenter le coût de leurs consommations intermédiaires, le gouvernement souhaite mettre à la charge de l'entreprise la preuve de la juste valeur du prix affiché sur la facture dés l'instant où l'entreprise qui facture est liée à la société française par un groupe. A défaut de preuve, la somme sera réintégrée au résultat de la société française et taxée en France. Le gouvernement n'a pas su chiffrer le gain attaché à cette mesure.

  • Lutter contre l'endettement artificiel visant à réduire la base imposable

Dans le même esprit, en ce qui concerne les prêts intra-groupe, le gouvernement souhaite supprimer la déduction des intérêts de la base imposable lorsque ceux-ci sont imposés pour un montant inférieur à un quart de ce qu'ils seraient imposés en France. En 2014, cela devrait rapporter 400 millions d'euros supplémentaires.

Lutter contre la fraude à la TVA dans le bâtiment

 Là encore, plutôt que d'augmenter les impôts, le gouvernement a fait le choix de lutter contre la fraude fiscale. Dans ce sens, il souhaite mettre en place dans le cadre de la loi de finances 2014 un nouveau mode de collecte de la TVA dans le secteur du bâtiment pour éviter les mécanismes de "carrousels" impliquant des entreprises établies dans plusieurs États européens.

L'idée est de mettre en place une mesure d'autoliquidation de la TVA. C'est à dire que ce sera le donneur d'ordre qui sera redevable de la taxe en cas de sous-traitance de travaux immobiliers. Actuellement, c'est le sous-traitant qui facture et encaisse la TVA payée par le donneur d'ordre. Il peut donc ensuite aisément disparaître et ne jamais reverser au fisc son dû. C'est aussi avantageux pour pour éviter une concurrence déloyale sur les prix des entreprises qui pratiquent ces fraudes et qui font économiser la TVA au donneur d'ordre.

En cas de recrudescence de cas de fraude de ce type dans d'autres secteurs, le gouvernement souhaite aussi pouvoir mettre en place la même disposition de manière exceptionnelle et extrêmement rapide afin d'éviter de lourdes pertes imprévues pour le Trésor public.

Favoriser la recherche et l'innovation en assouplissant les mesures d'incitation

  • Simplification de l'assiette du crédit d'impôt recherche

Là encore, il s'agit d'une mesure fiscale visant à favoriser les entreprises qui font de la recherche et développement en incitant à embaucher de jeunes chercheurs. Pour cela, il souhaite redéfinir les conditions qui permettent de bénéficier du doublement de l'assiette du crédit impôt recherche pour l'embauche de "jeunes docteurs". Aujourd'hui les dépenses de personnel relatives à ces jeunes chercheurs sont prises en compte à hauteur de 200% de leur montant pendant les vingt quatre premiers mois  qui suivent leur recrutement. Mais à la condition que l'effectif total de l'entreprise ne soit pas inférieur à ce qu'il était un an avant.

C'est ce deuxième élément que le gouvernement souhaite changer. Il souhaite en effet que l'on prenne désormais en compte l'effectif du personnel de recherche, et non tout le personnel, afin que les entreprises en difficulté ne soient pas pénalisées. On ne sait pas combien une telle mesure pourrait coûter en plus à l'État.

  • Soutien accru aux jeunes entreprises innovantes

Le gouvernement souhaite par ailleurs prolonger le dispositif d'accompagnement des jeunes entreprises innovantes jusqu'à la fin de l'année 2016, mais aussi accroître son soutien. Actuellement le dispositif permet aux jeunes entreprises de moins de 7 ans de bénéficier d'une exonération de cotisations sociales pour les personnels impliqués dans des projets de recherche et une exonération d'impôt sur les bénéfices (totale pendant le premier exercice puis de 50% la suivante, et ainsi de suite au cours des 7 premières années).

Le gouvernement souhaite supprimer la dégressivité de l'exonération d'impôt sur les bénéfices pour que celui-ci soit exonéré à 100% pendant toute sa durée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2014 à 10:38 :
C'est un bon début ! Mais pas d'impact pour les TPE et jeunes créateurs d'entreprises donc. l'IFA ne concerne que les entreprise avec un CA > 15 M d'euros. Le chiffre d'affaire moyen d'une TPE était en 2012 de 1640000 euros (Observatoire CRA). Y'a-t-il eu des gestes fiscaux en 2014 vers les plus petites structures ?
a écrit le 25/09/2013 à 21:45 :
Concernant, les auto-entrepreneurs, les prélèvements du RSI sur le chiffre d'affaire ont augmenté de 17 % au 1er janvier 2013. Pour les AE, c'était fiscalement hard.
Réponse de le 25/09/2013 à 22:36 :
Vous êtes mauvais joueur. Puisqu'on vous dit que les PME/TPE sont les grandes bénéficiaires de la nouvelle politique fiscale. D'ailleurs, demandez autour de vous. Ils ne sont pas ravis? Regardez comme ils se sentent à nouveau pousser des ailes. M'est avis qu'ils voteront en masse pour le PS aux municipales. D'ailleurs les maires sortants et les prétendants à leur remplacement sont unanimes: pas d'augmentation d'impôts locaux! Juré craché!
a écrit le 25/09/2013 à 19:39 :
On nous annonce des suppressions d emplois publics à Bercy, alors ils ne faisaient rien de la journée ? Pourquoi certains seraient dans le présentéisme et d autres dans l absentéisme ? Ce qui signifie que nous fait trop d administration alors qu on parle réforme de l Etat. Ainsi c est un système qui disfonctionne. Et nos ingénieurs au chômage, c est pas un disfonctionnement ? Doivent-ils comme en Espagne s ostraciser ? allons-nous vers un système Grec qui fait plonger la fonction publique et exploser le chômage. C est pas de la tyrannie politique que de faire 500 millions de comptes à l étranger et du traffic à la comptabilité publique avec des comptes non déclarés, ce qui s appelle planquer sous le tapis ? Vous parlez d un raz le bol fiscal, seulement le déficit augmente ! 180 milliards d obligations, pendant encore combien de temps avant que la population en prenne plein les dents ? En démocratie, la représentation rend des comptes en vertu de l article 15. Si on réduit la fonction publique c est qu il existe des emplois fictifs. Mais ça ne donne pas de travail pour les jeunes puisqu on réduit le niveau d activité. C est une escroquerie de la part des boomers égoïstes : on supprime des emplois pour payer des retraites, mais on ne donne rien aux jeunes, pas de rsa avant 25 ans. Il est un rêve c est l application des droits fondamentaux !
a écrit le 25/09/2013 à 19:08 :
Au sujet de la question de l intérêt général, la croissance c est pour quand ? On lit dans la presse qu on peut tirer sur le politique, alors il existe des crimes légaux. Peut-on attaquer un juge comme on l a vu récemment ? On apprend que 4 français sur 5 sont contre la politique conduite, alors quand la bourse est en bas et le chômage en hausse, on parle d erreurs de gouvernance, de sous innovation, de comité théodules, d emplois fictifs, de Lisbonne non appliqué, de marchés qui ne sont pas ouverts, d entreprises subventionnées sans débouchés, de dettes non déclarées, vraie fausse réforme de l etat qui serait un tas oppressif contre la société alors que la population n aime pas que l on méprise son travail. Alors c est quand on veut ! C est un enfer pour les jeunes générations cette Europe, c est de la décadence morale ! Depuis quand dérembourser les médicaments c est une politique sociale ? Et si on parlait du budget de la justice et du nombre de dossiers de traffic international ouvert ? Faisons-nous de l incitation au traffic de drogue et d êtres humains ? Pourtant nous avons bien un des taux de suicide les plus élevés des pays dits développés. On devrait s indigner du chômage chez les jeunes, diplômés ou non alors que la croissance n existe pas, sauf l endettement que les grecs prennent brutalement sur la tête ! Il existe des SS dans le monde pipolitique ! Y a qu à manifester sa protestation ! Y a-t-il détournement d intérêt général au profit de corporations privilégiées par la sécurité d emploi sur le dos du tiers, les salariés précaires qui perdent leur emploi chaque jour.
a écrit le 25/09/2013 à 14:42 :
Bon ya du mieux, le gouvernement prend conscience de la necessité de refonte de la fiscalité des entreprises, il semble ainsi se dessiner un nouveau shéma progressif sur plusieurs années pesant moins sur la production et le chiffre d affaires.
Bémol avec cet EBE : les ETI vont trinquer , les investissements directement impactés , donc les delocalisations favorisées .
Quand aux grandes firmes certaines vont bientot se poser la question de delocalisation de leur siège apres avoir delocalisé les directions financières, elles ont déja mis leur hauts cadres a l etranger pour échapper aux 75% , le gouvernement l avait parfaitement intégré mais préfère maintenir les apparences d une "justice" pour caresser son electorat;
a écrit le 25/09/2013 à 14:34 :
et l'abolition des priviléges des députés et senateurs c'est pour quand ?????
Réponse de le 25/09/2013 à 15:43 :
A un moment donné il va falloir arreter de ré écrire les même rangaines à longueurs de journée... Si cela vous tient vraiment à coeur, prenez votre baluchon et votre tente 2 secondes pour aller camper devant l'Assemblée et entamer une grève de la faim. Je vous assure que vous ferez parler de vous et que des gens vous suivront. Et si vous y mettez autant d'entrain que pour critiquer confortablement installé derrière votre écran, l'issue de cette grève pourrait même être "révolutionnaire".
Réponse de le 25/09/2013 à 17:15 :
@Chich Je suis entièrement d' accord avec matheo,Les élus devrez montrer l'exemple et cela pour le symbole.Et hollande devrait tenir une de ses promesses électoral qui était de diminuer sa rémunération.Pour ma part ne faisant pas partie ni des fonctionnaires ni des assistés je ne pourrais pas accompagner matheo dans sa gréve.
Réponse de le 25/09/2013 à 17:20 :
2014, une occasion unique à saisir, avant le chaos, pour débarquer tous ces "PARLEMENTEURS" cumulards ! Ce sera déjà un bon début !
a écrit le 25/09/2013 à 14:29 :
de facon concomittante, chacun pourra voir que les grosses entreprises qu'on met dehors... finissent par partir!!! maintenant on essaie de relever les pme qu'on a envvoye dan sles cordes pour leur faire leur fete sans qu'elles puissent aller au tapis ( en attendant le dernier uppercut!)..... les experts devraient aller voir le niveau de marge pour commencer ( oui on a bien compris que ces derniers suggeraient de taper sur celles qui en ont encore).... apres ils iront prendre le pouls pour voir combien les gens ont envie d'aller au front, ca evitera de perdre son temps!
a écrit le 25/09/2013 à 14:28 :
Tiens, la France s'est enfin rendu compte qu'elle était bien un havre fiscal pour certaines grandes (très grandes) entreprises. http://solution-offshore.com/la-france-un-paradis-fiscal-pour-les-multinationales/
a écrit le 25/09/2013 à 14:21 :
Ah oui!!! Douce pour les petites entreprises!! Vraiment?
Alors comment qualifier l'assujetissement des dividendes aux cotisations RSI pour le gérants majoritaires des SARL et EURL?
Etrangement personne n'en parle aucun journal et pour autant il s'agit là d'une véritable injustice une inquisition concentrée sur une population dont on sait qu'elle n'a aucune possibilité d'échapper à la tenaille fiscale.
Réponse de le 25/09/2013 à 14:48 :
c ça la gauche ...il fallait y penser a vent
Réponse de le 25/09/2013 à 15:24 :
On est 235 à ce jour depuis 04/2013 .... ça passionne !!!!
http://www.mesopinions.com/petition/politique/petition-contre-charges-sociales-dividendes-societes/9942
Réponse de le 25/09/2013 à 17:27 :
Vous pouvez vous affranchir du RSI,si vous le voulez vraiment ! == Depuis 2001, le monopole de la sécurité sociale a été abrogé. Depuis la signature des directives européennes 92/49/CEE et 92/96/CEE, entièrement transposées dans la loi (lois nº 94-5 du 4 janvier 1994, nº 94-678 du 8 août 1994 et 2001-624 du 17 juillet 2001), les régimes de sécurité sociale maladie et retraite sont en concurrence avec les organismes d'assurance européens, permettant de s'assurer librement. Bon courage, C'est ici : http://www.claudereichman.com/articles/laurentC.htm
Réponse de le 25/09/2013 à 18:27 :
Je ne savais personne ne m'en a jamais parlé ni mes amis fiscalistes ni mon comptable pour commissaire au comptes. Je vais étudier cela de près. Pour autant cela ne changera par le traitement des dividendes et puis je connais trop l'URSSAF ils arriveront tout malicieux me feront un procès d'intension dans lequel je suis sûr d'être perdant comme à chaque avec eux.
Mais je vais consulter votre information.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :