La rigueur " à la Hollande", ça marche ?

 |   |  709  mots
(Crédits : DR)
Le déficit budgétaire de 2014 sera supérieur de moitié à celui prévu voilà un an. François Hollande a fortement réduit le déficit structurel, notamment à coup de hausses d’impôts. Mais l’absence de croissance a annihilé la plus de la moitié de ces efforts

Dès son arrivée au pouvoir, François Hollande avait tout mis en œuvre pour ramener le déficit public en 2013 sous les 3% du PIB. Objectif manqué, comme on le sait depuis le début de l'année. Mais, jusqu'au printemps, il ne faisait aucun doute que ce n'était que partie remise, que le déficit passerait sous cette fameuse barre des 3% en 2014. Caramba! Encore raté.

En septembre 2012, Bercy annonce un déficit budgétaire - seulement pour l'État - de 61,6 milliards d'euros pour 2013, prévoyant même 47,6 milliards pour 2014. Un an plus tard, ce mercredi, Bercy a estimé, finalement, le trou de 2013 à 71,9 milliards. Et celui de 2014 à 70,2 milliards. Soit un dérapage de 45% (22,6 milliards) par rapport à la prévision communiquée il y a un an.

 

Pourtant, François Hollande « avait mis le paquet »

Et pourtant… François Hollande s'est largement donné les moyens de réduire le déficit, avec un plan de rigueur pour 2013, annoncé en septembre 2012, représentant près de 40 milliards d'euros (2 points du PIB), dont l'essentiel à travers des hausses d'impôts. Ce plan devait permettre de ramener le déficit public (toutes administrations) de 4,5% du PIB en 2012 à 3% en 2013.

C'est que la croissance a été plus faible que prévu. De fait, le projet de loi de finances pour 2013 tablait sur une croissance du PIB de 0,8% pour 2013. Aujourd'hui, elle est estimée, raisonnablement, à 0,1%. Cette chute de la croissance est synonyme de pertes de recettes fiscales, qui ont évidemment contribué à alourdir le déficit.

 

Des comptes publics proches de l'équilibre en 2014… hors effet de la conjoncture

Selon le responsable des études économiques de l'Institut de l'Entreprise, Jean-Marc Daniel, le déficit structurel - hors effet de la conjoncture - a bel et bien été réduit, depuis l'arrive de François Hollande au pouvoir. Il représentait 3,2% du PIB en 2012 (66 milliards d'euros), et a été ramené à 1,5% de la richesse nationale en 2013 (33 milliards d'euros). En 2014, les comptes publics ne seraient pas loin de l'équilibre, hors effet de la conjoncture, selon Jean-Marc Daniel : le déficit structurel serait réduit à 16 milliards d'euros (0,7% du PIB).

Le problème, c'est que dans le même temps, le déficit lié à la conjoncture a littéralement explosé, passant de 31 milliards d'euros en 2012 à 60 milliards en 2014. 50 milliards de déficit structurel en moins sur la période 2012-2014 - obtenus par des hausses d'impôts et des économies sur les dépenses, à partir de 2014 -, mais 29 milliards de déficit en plus liés à la conjoncture… Ces deux chiffres résument les résultats de la politique budgétaire menée actuellement, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle ne porte pas tous ses fruits.

Bercy ne retient pas ces chiffres

Cette notion de déficit conjoncturel ou structurel peut bien sûr faire débat. Le gouvernement, avec le Haut conseil des finances publiques, estime, lui, que c'est le déficit structurel qui a surtout augmenté. Mais il inclut dans celui-ci la surestimation des recettes fiscales, qu'il est difficile de ne pas imputer à la conjoncture. Donc c'est bien la chute de la croissance qui est en cause.

 L'impact des hausses d'impôts

Il est tentant de voir dans cet effondrement de la conjoncture l'effet de la hausse massive des impôts, qui déprimerait l'économie. Mais les économistes des organismes internationaux, comme ceux du FMI, ne sont pas certains que le choix de baisser les dépenses aurait permis de changer la donne.

Dans un document publié ce jeudi, ils soulignent la difficulté de réduire les déficits publics dans un contexte de croissance très faible et de taux d'intérêt déjà bas, qu'il n'est plus possible de réduire. Ils avaient déjà revu la hausse les multiplicateurs budgétaires, mesurant l'impact des mesures de restriction sur la croissance. Selon Jean-Marc Daniel, ces multiplicateurs sont plus importants en période de restriction qu'en phase de relance: autrement dit, quand un gouvernement coupe dans les dépenses publiques ou augmente les impôts, cela a plus d'effet sur la croissance que lorsqu'il injecte de l'argent dans l'économie pour la relancer.

> Lire aussi: avec la crise, le kéynésiens ont gagné la bataille de la théorie économique

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2013 à 9:16 :
Il y a au moins une chose que FH a réussi : c'est diviser les français !!. La lecture , même rapide ,des commentaires me le prouve !!!
a écrit le 29/09/2013 à 1:02 :
Sarkozy n'a jamais respecté le 3 % il a même déraper pendant 2 ans avec un déficit proche de 8 % l'an, avec 173 milliards de dette ans,?????( Alors que Chirac en 2006 lui avait laisser a 2,3 % , bien en dessous des 3 % préconisé)!!!!!!!!!!!!!!!!!!! dans 4 ans nous jugerons Hollande sur sa gestion , en bien ou en mal
Réponse de le 29/09/2013 à 16:32 :
quand on cite des chiffres, il faut analyser les causes. le déficit supplémentaire a eu pour cause le besoin de sauver la crise financière sinon c'était la faillite et on serait trés mal. par contre sarko n'a rien fait non plus contre les régimes spéciaux, le mille feuille, le coût des syndicats, la gabegie des collectivités, de la dépense publique...la gauche non plus ne fait rien mais nous plombe d'impôts. la droite avait peur des grèves des nantis, la gauche laisse au chaud son électorat et préfère détruire l'emploi par les impôts et saigner les entreprises !!! différnce d'éthique ! les résultats sont déjà là : hausse du chomage, des déficits, de la dépense publique, de la datte qui passe à 2000 milliards....et les impôts qui plombent le pouvoir d'achat et les charges, donc la descente aux enfers continue...
a écrit le 28/09/2013 à 21:19 :
il est payé par poutine pour détruire la france ? on le croirait car il fait tout le contraire de ce qu'il faut faire pour redresser les comptes, les entreprises, les ménages : seule méthode connue au pays du PS : les augmentations d'impôts et de la dépense publique ! car contrairement à ce qu'ils nous rabâchent, la dépense publique augmente bien ! faut dire qu'après des décennies d'idéologie anti entreprises, riches, entrepreneurs, ...tous ceux qui créent la richesse et l'emploi, difficile de faire une avancée rationnelle !
a écrit le 28/09/2013 à 17:26 :
on ne peut pas parler de politique à la hollande, il ne fait aucun choix, il gére les affaires courantes et augmente les impôts. c'est le niveau zéro de la gestion puisque l'augmentation des charges et diminution du pouvoir d'achat ne peuvent que tuer l'emploi. Alors qu'il y a au moins 30% de mauvaise dépense publique signalée par tous les rapports, ce qui permettrait de baisser les impôts et charges et doper l'emploi en se désendettant....mais quand on est reçu à l'ena c'est pour pantoufler dans les finances, aucune logique de gestion, dramatique pour le peuple, mais il s'en fout, il gére les élections et son électorat, c'est tout.
a écrit le 27/09/2013 à 17:28 :
la "gestion" à la hollande, c'est ne pas faire d'économies sur la dépense d'essence et donc régler le carburateur (la dépense publique) et donc diminuer les budget d'huile de vidange (baisse du pouvoir d'achat et augmentation des charges) ... total délire, embellie provisoire, et après ? comment peut être aussi nul et aussi lâche face aux bonnes décisions à prendre ?
a écrit le 27/09/2013 à 17:23 :
augmenter les impôts qui tuent l'emploi via la baisse du pouvoir d'achat et l'augmentation des charges, ainsi que la baisse des prestations sociales, retraites.. tout ça faute de tapper dans la mauvaise dépense publique, au moins 30% de gains tout en apportant plus de service et financer la croissance, c'est une gestion de cochon, de l'anti-gestion. Impossible de faire plus absurde et contreproductif. On saigne la création de richesse et d'emploi par les impôts, ça arrange provisoirement les comptes mais ça détruit la machine privée (au profit du public protégé)
a écrit le 27/09/2013 à 16:14 :
Quand on sait qu'on ne sait rien (45% d'erreur à un an !), il me semble que le minimum serait de prévoir trois ou quatre scénarios : un scénario catastrophe, un scénario mauvais, un scénario sur l'hypothèse, et un scénario "qu'est-ce qu'on fait si une bonne nouvelle se présente" ! Gouverner, c'est prévoir ...
a écrit le 27/09/2013 à 15:54 :
voici pour rappel ce qu il nous avez promis
http://www.lefigaro.fr/politique/2013/02/26/01002-20130226ARTFIG00735-rigueur-francois-hollande-ne-s-interdit-rien.php
a écrit le 27/09/2013 à 15:52 :
Le nouveau budget est désormais connu dans ses grandes lignes. C'est le second de M. Hollande, compte tenu de l'énorme rectification budgétaire qu'il a effectuée en septembre 2012.

On en connait aujourd'hui les résultats. Ils sont, sans surprise, désastreux sur toute la ligne.

François Hollande a commis trois fautes lourdes vis-à-vis des Français et de la démocratie française.

La première est d'avoir expliqué en long et en large que les "riches" paieraient la crise et le redressement des comptes des Français. L'Economist s'inquiétait des dérives "démagogiques" que risquaient de stimuler la persistance de la stagnation économique en Europe. Il pensait aux "populistes" de droite et de gauche. Il n'est pas tellement glorieux de constater que la France est désormais dirigée par un président qui rentre dans cette catégorie.

George Pompidou, confronté à la crise de changes et de balances de paiements provoquée par les mesures "d'apaisement" de mai 1968, avait affirmé : "Tous ensemble, nous allons surmonter cette épreuve". En général, c'est la nation toute entière qui est mobilisée, pas une tranche stigmatisée ("je n'aime pas les riches") et frappée plus que proportionnellement au portefeuille. En envoyant M. Jean M.Ayrault, le très palichon professeur d'allemand, nommé pour son inexistence même, Premier d'une équipe de Ministres affolant de nullité, expliquer "que neuf contribuables sur dix ne seront pas touchés" par les mesures fiscales prises, Hollande a pris ses distances avec le pacte républicain et recherché un avantage politique de l'exploitation de boucs émissaires. Il a divisé le pays de façon détestable alors qu'il est chargé de l'unité nationale.

La deuxième faute est naturellement d'avoir menti sans vergogne. Le monde signale qu'en 2013 44% des Français ont vu leurs impôt sur le revenu augmenter, alors que des taxes nouvelles ou aggravées se sont surajoutées en cascade (le même journal en avait dénombré plus de 80 entre Sarkozy et Hollande). Même des ménages à très faibles revenus sont devenus imposables avec pertes de l'exonération de toute la cascade d'autres impôts dont on dispense les non-imposables (la liste est longue). Le nombre de ménages concernées s'évalue en? millions. Il faut dire que la non prise en compte de l'inflation, la fin de diverses exonérations, comme celle portant sur les heures sup, l'intégration dans le revenu du produit de l'épargne, font nécessairement passer dans la frange taxable des nuées de contribuables. Ce résultat n'étonnera pas ceux qui nous lisent. Nous l'avions annoncé il y a déjà un an.

François Hollande est devenu pour les commentateurs "l'enfumeur", "l'homme qui ment dans les cimetières économiques", le "menteur compulsif", pour reprendre quelques phrases trouvées dans la presse.

La troisième faute est de n'avoir obtenu aucun résultat de ce déchaînement fiscal. La dette aura grimpé de 10% entre 2012 et 2014 et nous serons proches des 100% en 2015 ou 2016 ! On devait réduire l'impasse budgétaire à 3% ; on en est à plus de 4%. Au moindre accident sur les taux à dix ans et la France sombre. Aucune réforme de structure n'a été faite. L'énormité de l'Etat Moloch n'a pas été réduite. Au contraire on a supprimé un grand nombre de mesures allant dans le bon sens tout en augmentant les effectifs globaux des différentes administrations.

Certains disent : "M. Hollande finit sa transition de candidat à président. Attendez la fin de la mue et vous verrez. Sa première année a été terrible. C'était le prix de ses promesses électorales. Maintenant vous allez voir le "vrai" Hollande. Sa seconde année va être bien meilleure".

Ce que l'on voit est une attitude intolérante et intolérable de stigmatisation qui fera pincer le nez à ceux qui ont le goût de la démocratie et ne goûtent guère les "relents" que toute cette démagogie charrie. Aucun autre pays réellement démocratique ne s'est lancé dans une telle campagne de haine et de pillage fiscal ciblés. Des milliers de Français paient plus de 100% d'impôts directs. Il faut avoir la haine chevillée au corps pour considérer cela comme normal.

Ce que l'on voit, c'est une incapacité à prendre la moindre mesure un minimum courageuse de restructuration de l'Etat-Moloch qui suce le sang du pays.

Ce que l'on voit c'est l'absence totale de résultats.

On espérait la compétence, après une malencontreuse singerie électorale. On a la com'. Et une pétaudière.

Il faut revenir sur la "prestation" politique de F. Hollande devant le Medef. Formidable discours. "Je vais vous dire ce que vous pensez. Je vais vous décrire ce dont vous avez besoin". Au fil du discours, les réflexions allaient bon train : "Il a donc tout compris. Voilà un Président sur lequel on peut compter". Jusqu'à la conclusion finale : "Je sais ce qu'il faut faire, mais je ne le ferai pas, parce que c'est politiquement impossible".

Il a fait hier à Florange le même type de discours. "Je sais ce que vous voulez. Mais je ne le ferai pas, parce que c'est économiquement impossible".

Devant les écologistes, on recommence :" Voilà le bien écologique auquel je pense et qui est aussi celui auquel vous aspirez. Mais je ne le ferai pas, parce que c'est politiquement et économiquement impossible".

A tous : "Je vous ai compris mais contentez vous des miettes d'action que j'ai prise et rongez votre frein en attendant des jours meilleurs".

Réaction d'un patron du CAC-40 : " Ce type est un impuissant qui rationalise ses pannes à répétition pour rassurer la belle".

Comme Allègre l'avait parfaitement annoncé, c'est " J'ai tout vu, tout connu, je t'embrouille" à tous les étages de la vie économique et politique du pays. "Je ne prends aucune mesure qui fâche vraiment ; je distribue la bonne parole à tous, en disant à l'un l'inverse de ce que je dis à l'autre ; je suis dans tous les camps à la fois. Tout pourrit mais, Moi-Je, Président du "n'importe quoi" et roi du "tout ma pomme", je surnage, comme je surnageais en tant que Secrétaire du PS, en jouant les commentateurs amusés de ma propre habileté et de ma comédie politique. Un boulot de dingue, mais cela me fait bien rigoler ! Regarder le prestidigitateur : j'augmente les charges des entreprises et les étouffe par une augmentation des cotisations patronales et un nouvel impôt sur une nouvelle assiette. Mais je crie : vive l'industrie à tout bout de champ. J'augmente massivement les impôts sur les familles avec enfants, sur les retraités, sur les pauvres, tout en ruinant les "riches", et je leur parle de "pause fiscale", sans jamais m'expliquer sur la rationalité d'un pareil essorage. Comme c'est rigolo ! Quant aux Ministres, je les laisse dégoiser à leur guise. Qu'ils tirent la charrue à hue et à dia ! Qu'elle importance, puisque la charrue n'a pas de soc ? La seule chose qui m'importe est l'absence d'atteinte à ma personne. Avec les clans du PS, c'était déjà ma tactique".

Avec une telle "méthode" la Cinquième République est réduite à pire que la Quatrième : à un congrès de Rennes permanent.

Il ne faut rien attendre de la seconde année de François Hollande. Aucune réforme durable et utile, mais un abaissement général, politique, moral, économique.

Ce qu'il a révélé de sa personnalité laisse désormais craindre que cela soit comme cela pendant tout son quinquennat. On ne change pas un ego survolté qui a gagné l'élection suprême et qui ne s'intéresse plus qu'à lui-même.

Dommage. Dommages. Drames à venir.
a écrit le 27/09/2013 à 15:26 :
Il faut continuer cette politique qui est la seule valable. Réduire les dépenses et augmenter les recettes, ce que fait le gouvernement Hollande depuis qu'il est au pouvoir. Ça finira par payer. C'est douloureux et cela prend du temps, mais c'est le seul moyen de réduire le déficit et de rembourser la dette publique de la France.
Réponse de le 27/09/2013 à 16:48 :
Vous n'êtes pas obligé de réduire les dépenses n'importe où. Quoi que au niveau réduction dépenses, je n'ai rien vu et même le contraire mais surtout vous n'êtes pas obligé de grimper l'impôt n'importe où et ceci à volume égal. Faut pas pleurer sur Aulnay quand on subventionne des Toyota, faut pas pleurer sur le batiment quand on impose des normes couteuses (écoligiquement nécessaire mais ce n'était pas le moment), faut pas pleurer sur les comptes quand l'emploi subventionné est non productif sur un quai de gare, etc ... Regardez où vous prenez et où vous dépensez et ceci avec les conséquences, bordel ! Le problème est le non plan d'avenir, bien ficelé, bien logique, sans électoralisme, etc ... Mosco, il joue avec les cases d'un tableur: je sais le faire autant pour moins cher. La vérité des amateurs et du maintien au pouvoir. Et tant qu'un couillu ne viendra pas faire de l'économie, du travail, de la logique et moins de politique ou d'électoralisme ....
Réponse de le 27/09/2013 à 17:07 :
La seule politique valable est celle qui est intelligente, surement pas celle qui divise, imposée pour se faire élire, destructrice d'emplois, injuste, etc .... Donc ok, les efforts (et enfin !) mais pas le moindre indice sur la réduction du mille feuille, les niches que l'on ne touche jamais, la réduction du prix de l'immobilier, etc. L'effort qui consiste à dire que les impôts combleront tout le trou et qu'en même temps le fameux trou augmente encore. C'est voué à l'échec car on écrit l'échec dès que l'on applique cette politique. Bayrou à Mecatroid est celui qui avait dit le plus de vérité (c'est tristement vrai) mais il reste assez bête pour se couler tout seul par le même anti NS qui a mis FH au pouvoir. C'est la démonstration qu'entre le langage vérité et le langage politique, ils en finissent plutôt sur l'idée politique que l'idée juste. C'est bien idiot pour la France.
Réponse de le 27/09/2013 à 17:28 :
Je ne comprends même pas qu'à ce niveau de dettes, dificultés, efforts, durée, etc ... il n'y est pas un gouvernement d'union nationale incorporant un peu plus de pesonnalités moins politiques et plus techniques. A la place, on a un combat de coqs débiles (et même plus le pognon pour parier).
Réponse de le 27/09/2013 à 20:34 :
Je crois comprendre : l'intérêt individuel avant l'intérêt général. C'est toute notre societ? qui depuis les années 80 sur valorise l'individualisme, comme moteur du progrès. On en a vu les avantages mais on en voit aussi les inconvénients. Il n'y a plus de bons pasteurs près a vouloir aider les autres.
a écrit le 27/09/2013 à 15:18 :
http://linformationnationaliste.hautetfort.com/archive/2013/09/27/nkm-votera-bien-ps-en-cas-de-duel-fn-5182135.html

Français francaise ne voter surtout pas UMP OU PS
a écrit le 27/09/2013 à 15:16 :
AUTANT P.... DANS UN VIOLON POUR FAIRE DE LA MUSIQUE !





























eeeeeeeeeeet voui...!










Moi je vais aller en Algérie à ma retraite comme ça mes enfants et petits enfants en profiteront..............de ma retraite




















> > Savez-vous que l?on vit plus vieux en Algérie que partout ailleurs dans le monde ?











C?est l?intéressante découverte faite par la Cour des comptes qui, en épluchant les comptes de la CNAV (caisse nationale d?assurances vieillesse), l?organisme qui paye les retraites a constaté que le nombre de retraités centenaires algériens (plus de 50.000) était particulièrement important.



Ce nombre est même très très supérieur au total des centenaires recensés par l?état-civil en Algérie.



Rolande Ruellan, présidente de la 6ème chambre de la Cour des comptes qui a présenté le 9 juillet dernier un rapport sur la fraude sociale devant une commission parlementaire reconnait le problème (document que chacun peut consulter pour vérifier cette info) :
> >
> > « Il y a des retraités qui ne meurent plus dans les pays étrangers » dit-elle, insistant, en particulier, sur le nombre de retraités centenaires algériens.



Pourquoi ? Comment ? C?est ce qu?a tenté de savoir la commission.



« Il suffit de ne pas déclarer à la caisse de retraite le décès de l?ayant-droit » précise la magistrat.



« Mais il n?y a pas de contrôle ? » s?étonne un membre de la commission.



« En Algérie nous n?en avons pas les moyens. Il faudrait mettre des contrôleurs itinérants dans tous les pays. Ce n?est pas évident ! » , souligne-t-elle.



En résumé clair : les algériens binationaux, ayant travaillé en France deviennent immortels à partir du moment où ils se retirent en Algérie pour leur retraite.



Ce sont leurs enfants, voire leurs petits-enfants qui continuent à percevoir la pension de retraite, bien après leur décès. Et il ne faut évidemment pas compter sur les autorités algériennes pour faire la chasse aux fraudeurs.










> > On peut s?étonner, tout de même, qu?un organisme comme la CNAV qui verse chaque année 4 milliards d?euros de retraite à l?étranger, dont plus d'1 milliard pour l?Algérie, ne soit pas en mesure d?effectuer un minimum de vérifications :











- soit en demandant, tous les deux ans par exemple, aux bénéficiaires de donner une preuve de leur existence - comme cela se fait en France pour les professions libérales, notamment.









- soit, en les invitant à se présenter dans les consulats de France pour percevoir leurs pensions (plus compliqué peut-être? Mais après tout pour percevoir la pension rien n'est impossible... surtout pour leurs enfants qui ne manquerons pas d'accompagner leurs vieux... pour récupérer une partie de la pension due et perçue....normalement).



Alors que le dossier des retraites est au c?ur des préoccupations des Français, il serait bon que nos gouvernants se penchent aussi sur cette question... ne pensez-vous pas...



Et qu'en pensent les "braves" syndicats... Là, ils n'ont pas réagi... on ne les a pas entendus...



Quand on vous dit que les syndicats... ou les élus responsables nous prennent pour des IMBÉCILES !



En attendant une réaction qui ne viendra peut être jamais.



PENSEZ A DIFFUSER LARGEMENT CETTE INFO (vérifiable sur document officiel) SUR LES CENTENAIRES ALGÉRIENS, C'EST UNE PERFORMANCE A SALUER... Qui sait peut être qu'un jour un politique couillu politiquement incorrect révisera la distribution de notre pognon..

























Réponse de le 28/09/2013 à 16:56 :
c est ce que je dit depuis lontemp il n y a aucun controle serieux des depensses dans les versement des droits sociaux ; la secu est les caisses de retraite sont des paniers perce que l on nous oblige a rerenplir a l avantage des fraudeurs ??? il n y a pas de comptable controleurs ,? c est pourt
ant pas les chomeurs qui
manque en france il doit y avoir des comptables a enbauche pour controle ces paniers perce ,???
a écrit le 27/09/2013 à 13:44 :
Plus d'impôts, plus de dépenses de l'Etat, ce n'est pas de la rigueur, c'est de la triste rigolade économique. L'Etat cautionne la gabegie de nos structures administratives. 1.000.000 de fonctionnaires en trop. Des Elus obligés de dépenser et de faire des emprunts pour faire 80 % de choses inutiles pour le citoyen-contribuable-endetté sur 3 générations. Vivement que le Peuple s'aperçoive qu'il est très mal dirigé par des donneurs de leçon au monde entier. Alors que les chiffres officiels ne correspondent pas la vérité objective.
a écrit le 27/09/2013 à 13:14 :
Messieurs les riches, dont font partie nos amis les représentants faites donc un gros chèque de 70 milliards ! On place pour 180 milliards d obligations, on nous annonce 3,3 de taux et Bruxelles qui contrôle le gouvernement en voulant réduire le déficit et réformer l administration par la baisse des emplois à Bercy et l ouverture des marchés du gaz et de l électricité ? Mais on supprime des emplois publics? et on a toujours le chômage ! Si on comble pas le déficit, on tombe dans le système grec, l austérité et la baisse de 30% des salaires et pensions publiques ? Hors inflation, le pib stagne? La Syrie, c est pour taper un tyran qui gaze ou bien parce que l américain l a décidé ? Si la population souhaite sortir de l Europe, on démantèle les groupes européens ? On nationalise la dette avec de l impression monétaire, ne risque-t-on pas une inflation galopante ? Les allemands administrent leur économie, seulement, ils intègrent les jeunes !
Réponse de le 27/09/2013 à 15:28 :
@lire : tout a fait d'accord. Il faut impérativement combler le déficit et diminuer le montant de la dette.
a écrit le 27/09/2013 à 13:02 :
Ce n'est pas ça la rigueur. La rigueur, c'est équilibrer ses comptes (après avoir payé ce que l'on doit aux autres). Tout ça pour dire qu'il n'est pas très rigoureux Hollande avec 4,1% de déficit du PIB en 2013 (c'est même colossal !). Sarkozy n'était pas du tout rigoureux non plus avec jusqu'à 8,1% de déficit du PIB. Sarkozy a lâché la bride aux régions qui empruntent à qui mieux mieux.
Il faudrait faire des réformes de structure pour équilibrer le budget et commencer à rembourser nos milliards empruntés sur les marchés. Les canadiens y sont parvenus. Mais il faut du courage pour le faire et surtout restructurer l'Etat. Ni Hollande, ni Sarkozy n' ont eu le courage de s'attaquer à leurs amis haut fonctionnaires, profiteurs qui se gavent sur le dos du peuple.
La politique de l' UMPS se résume à : "Après moi, le déluge. On en aura bien profité".
Réponse de le 27/09/2013 à 15:31 :
D'accord avec vous. Il faut d'urgence équilibrer le budget, quitte à faire de gros sacrifice. Le principal poste de dépenses de la France, ce sont les niches fiscales (74 milliards). Ensuite, il a l'éducation nationale, puis la défense. Il faut du courage, supprimons toutes les niches fiscales !
Réponse de le 27/09/2013 à 20:46 :
Mecatroid : est-ce que je peut vous poser une question bon on nous demande de faire des efforts mais et vous vous en faites, moi pas.
a écrit le 27/09/2013 à 12:56 :
94% du PIB est désormais de la dette, pas une structure n'est réformé, les fonctionnaires sont toujours les rois du comptoir, ... mais de qui on se fout ou juste ? Sarko a été aussi nulle d'ailleurs, c'est quoi ces petits chefs totalement inutiles ? LA réalité est ailleurs, nous ne décidons plus de rien mais ça les Français n'y croient pas alors allons tous voter pour .... RIEN !
a écrit le 27/09/2013 à 12:36 :
La rigueur " à la Hollande", ça marche? Non mais pas plus que toutes les autres, la rigueur c'est moins d'argent qui circule, moins de croissance, plus de chomage et cela partout dans les pays de la zone euro qui la pratique.
Réponse de le 27/09/2013 à 13:56 :
tout simplement parce que la rigueur pratiquée n'est pas la bonne. Ce n'est pas les impots qu'il faut augmenter, c'est les dépenses qu'il faut baisser. Il faut réallouer le capital des acteurs inefficients (l'état) vers les acteurs efficients (le privé). Par nature l'état est moins efficace que le privé, car il prend des décisions centralisées en fonctions d'objectifs politiques.
Réponse de le 27/09/2013 à 14:49 :
@francisco
Mais oui le privé fait toujours mieux c'est bien connu. Même Smith, Mill, Ricardo en connaissaient les limites dès le 18ème siècle.
Si vous avez déjà oublié que la crise actuelle est dû aux "acteurs efficients" (le marché) et si vous ne vous êtes pas encore rendu compte qu'un des modèles du laisser faire : la Grande-Bretagne est dans une posture plus inconfortable que l'économie française, c'est bien dommage.
Et oui, dure réalité l?État est loin de prendre à chaque fois les bonnes décisions mais les acteurs économiques sont bien loin de l'homo ?conomicus de Pareto... la main invisible fait parfois de gros dégâts.
Réponse de le 27/09/2013 à 15:43 :
@ N'importe quoi ! la crise actuelle est dû à l'ativisme débridée de la FED, qui n'est pas privée pour info ... Pouvez vous me préciser les écrits de Ricardo, Smith et Mill (lisez aussi Bastiat, molinari svp) qui précisent les limites du privé ? je suis très curieux... La GB était moins bien que la FRance jusqu'en 1977, car completement étatisée, puis mieux jusqu'en 1998, puis moins bien grace à Blair, et là, allez donc voir les chiffres d'emploi et de croissance, on va bien rigoler ... vous avez manifestement, comme tout étatiste, un problème avec la réalité ... Citez donc moi un gros dégat de la main invisible, et je vous expliquerais sans problème où est l'intervention de l'état ... Chiche ?
a écrit le 27/09/2013 à 12:34 :
"Cette chute de la croissance est synonyme de pertes de recettes fiscales, qui ont évidemment contribué à alourdir le déficit." pertes de recettes fiscales non encore percues et imaginées dans la tete de zozo?

C'est du boulot d'énarque ca.
a écrit le 27/09/2013 à 12:24 :
Apres les 600 Mds en 5 ans entre deux ou trois brassage d'air, on passe à la caisse et c'est Hollande qui assure en réussissant à baisser les charges des entreprises, reformer les retraites, augmenter les impots et la TVA, injecter une reforme sociétale tout ca en 1 an et demi. On se demande franchement ce qu'as foutu Sarko en 5 ans a part claquer de l'argent et faire semblant : rien pour les entreprises, aucune avancee sociale, le vide sidéral...
Réponse de le 27/09/2013 à 15:33 :
@m-aat : C'est vrai que c'est sidérant ! Et il ose encore se pavaner dans les rues. Il devrait être interdit de séjour en France et immédiatement mis en prison.
a écrit le 27/09/2013 à 11:49 :
Le mot rigueur et Hollande , ne vont pas du tout ensemble ..
a écrit le 27/09/2013 à 11:41 :
Il en faut du temps pour s'apercevoir que c'est très difficile de réduire les déficits publics dans un contexte de croissance très faible et de taux d'intérêt déjà bas! c'est comme injecter des milliards dans l'économie ils vont se rendre à l'évidence que ça ne sert pas à grand chose quand?
a écrit le 27/09/2013 à 11:32 :
Avec un discours de politicard, on brasse de l'air...
On peut aussi dire le contraire qu'une "fois au fond du trou on ne peut que remonter !"
Que des mots tout ça, un peu plus d'action ce serait bien !
a écrit le 27/09/2013 à 10:49 :
Ce type est un incapable, plus il ya d'impôts, plus les déficits augmentent. Cherchez l'erreur!
Réponse de le 27/09/2013 à 11:18 :
La dépense, la dépense : ce type nous pompe pour remplir ses électeurs...
Réponse de le 27/09/2013 à 11:41 :
S'il n'a que 23 % d'opinion favorable et que les verts et la gauche de la gauche ne veulent pas voter le budget, c'est justement qu'il ne fait pas de cadeaux à ses électeurs non plus. Contrairement à d'autres avant lui qui nous ont mis un sacré foutoir. Quand on claque 600 milliards en 5 ans, il faut bien passé à la caisse à un moment. Certains l'ont oublié par le passé... mais les dettes finissent toujours par devoir être payées. Rappelez-vous les années 1780, quand une partie de la population voulait se soustraire à la participation à l'effort national.
Réponse de le 27/09/2013 à 12:09 :
Vous justifiez la qualité de l'action de Hollande par sa faible popularité en opposant le quinquennat de Sarkozy dont la côte de popularité n'était pas bien haute non plus et qui a perdu les élections ? Par ailleurs, l'endettement de la France s'encore accéléré depuis l'arrivée d'Hollande puisqu'à ce rythme nous allons atteindre les 1000 md d'euros supplémentaires d'ici la fin du quinquennat. Donc je confirme, vous dites vraiment n'importe quoi!
Réponse de le 27/09/2013 à 13:01 :
@à Hulk : qui pille la France et combien de réponses possibles ?
Réponse de le 27/09/2013 à 13:08 :
@N'importe quoi ! "Certains l'ont oublié par le passé... mais les dettes finissent toujours par devoir être payées." c'est faux, les défauts d'état sont très nombreux dans l'histoire et c'est ce qui se passera, elle est trop grande pour être remboursé (110 000 euros par actifs !!).
Réponse de le 27/09/2013 à 13:20 :
Ça s'appelle l'effet boule de neige ... Sarko s'y connaît en endettement vu que c'est le champion pour endetter le pays en dehors des crises financières : sous Ballamou comme ministre du budget et en 2007-2008 avant Lehman Brothers...
Réponse de le 27/09/2013 à 14:54 :
@@n'importe quoi
La cote de popularité du précédent président était bien basse il est vrai mais pas pour les mêmes raisons et elle n'était pas descendue à la même vitesse. N'oubliez pas les cadeaux fiscaux de 2007 ;)
N'avancez pas des chiffres de dettes supplémentaires fictives, attendait 2017 svp, à moins que vous soyez voyant.
Réponse de le 27/09/2013 à 15:39 :
Ce qui est clair, c'est que Sarkozy est le champion absolu dans l'endettement de la France. L'emprunt Balladur en 1993, c'est Sarko. Entre 2002 et 2012, la dette publique de la France a doublé, passant de 912 à 1920 milliards d'euros. Entre 2002 et 2007, Sarko était numéro 2 du gouvernement. Entre 2007 et 2012, Sarko était président. Plus de 1000 milliards de dettes en 10 ans, cela fait plus de 100 milliards par an. Avec ces 71,9 milliards, le président François Hollande améliore nettement la situation, d'au moins 28 milliards. C'est du très bon boulot, et ce n'est qu'un début.
a écrit le 27/09/2013 à 10:44 :
quel tete de c....
a écrit le 27/09/2013 à 10:40 :
Pour moi, il y a 2 histoires qui se superposent, avec un seul acteur :
Un aveugle
et
"Un serpent qui se mord la queue" + "Le tonneau des Danaïdes"

Et voilà Sa France !
a écrit le 27/09/2013 à 10:23 :
L'amélioration matérielle des conditions de vie, cad la croissance, vient de 2 phénomènes humains principaux : l'accumulation de capital qui permet la hausse de la productivité, et l'échange, le commerce, qui permet une meilleure allocation des ressources et biens produit, ces 2 phénomènes résultant directement du respect des droits fondamentaux des individus. Toute action gouvernementale pour réduire l'accumulation de capital ou ralentir l'échange (par la hausse de la TVA ou des normes par ex) n'aura pour conséquences que la baisse de la production de richesse, soit l'appauvrissement de l'ensemble de la population, sauf de ceux qui vivent au détriment des autres en bénéficiant du monopole de la violence légale, cad l'état ...
Réponse de le 27/09/2013 à 10:55 :
Il faut en effet revenir aux fondamentaux, mais malheureusement c'est contre la religion actuelle. Big brother, la novlangue sont là, Orwell a vu ses pires cauchemards se réaliser bien au delà de "1984" . Le degré de surveillance, de confiscation et de controle des médias et du langage ont infiltré toute la société. Dans l'histoire, cela précède toujours l'invasion par un peuple libre et decomplexé.
Réponse de le 27/09/2013 à 10:56 :
Prenez un graphique mettant en parallele l'evolution du taux de TVA et le GDP en France et vous verrez que votre raisonnement ne tient pas la route.
Réponse de le 27/09/2013 à 11:22 :
@ DRRW : comment comparer par rapport à une situation qui n'a pu exister (il faudrait pouvoir comparer l'évolution du commerce avec et sans TVA, ce qui n'est pas possible)? Cependant, comparez le taux d'évolution de la croissance française depuis 1950 comparé au taux d'imposition du capital, des revenus du capital, du nombre de normes et réglements et du poids de la TVA.... la corrélation est évidente, et ce raisonnement économique intuitif y voit une causalité, qui est vérifiée partout dans le monde (GB 1977, USA 1980, NZ 1985, Australie 1985, Suède 1992, Canada 1994, Asie du Sud Est 1998, etc ...)
Réponse de le 27/09/2013 à 12:16 :
Notre civilisation de rapproche plutôt d'un cauchemar à la Huxley, mais sur le fond entièrement d'accord.
Réponse de le 27/09/2013 à 13:21 :
Votre intuition ne vous a pas dit que la croissance moyenne de l'occident perd un point tous les 10 ans depuis 1970 ? Une intuition guidée par de mauvaises lectures idéologiques ?
Réponse de le 27/09/2013 à 13:59 :
@@von mises : vos informations sont inexactes. Ce n'est pas l'occident qui perd de la croissance potentielle régulièrement depuis 1970, c'est la France et certains autres pays. La GB et les USA ont connu leurs 30 glorieuses de 1980 à 1998, le japon de 1960 à 1990, et les différents états que j'ai cité ont une croissance moyenne actuelle bien supérieure que leur moyenne des années 70,80 et 90. Renseignez vous.
a écrit le 27/09/2013 à 10:07 :
La rigueur c'est pour les salariés du privé, les retraités, les épargnants, les investisseurs, reste hors rigueur les fonctionnaires à vie et les élus. après les contrats d'avenir, les impôts à venir. on oblige les magasins à fermer et on se plaint qu'il n' a pas de reprise de la consommation ? on se demande vraiment ce qu'ils apprennent à l' ENA
Réponse de le 27/09/2013 à 11:33 :
Encore et toujours les mêmes mensonges éhontés !
Arrêtez donc de taper sur les fonctionnaires. Je ne suis pas fonctionnaire mais dire qu'ils ne font aucun effort est un peu gonflé tout de même. Réduction du nombre de fonctionnaires, gel du point d'indice, et hausse des taxes et impôts comme pour tout le monde. Vous vivez dans quel monde ?
Oui le fonctionnement de l?État peut-être amélioré mais sortez vous vous de la tête l'idée que les fonctionnaires ne travaillent pas. C'est qu'en même incroyable dans ce pays le côté ce n'est pas moi c'est l'autre... Le déficit budgétaire n'est pas du seul fait de l?État et des fonctionnaires, faites le calcul de tout ce dont vous bénéficiez (police, justice, protection de l'armée, services de soins, éducation, routes gratuites, éclairage....) et comparez après coup avec d'autres pays en prenant bien soin de prendre en compte la fiscalité globale et le coup d'une assurance privée pour soigner un cancer ou une fracture, le coup d'une scolarisation dans une université publique....
Le budget de l?État est d'une certaine façon comme celui d'un ménage ou d'une entreprise quand on vit au-dessus de ses moyens pendant de nombreuses années il faut bien payer. Certains ont bien profité sur les dernières années, maintenant tout le monde doit payer. C'est aussi simple que ça !
Réponse de le 27/09/2013 à 12:14 :
@ n'importe quoi. Beaucoup de fonctionnaires travaillent mais de manière inutile car toute l'organisation de l'administration française est à revoir. Et moi je le sais pour avoir travaillé 5 ans l'administration. Donc au final... qu'il travaillent ou pas cela ne change pas grand chose pour beaucoup d'entre eux.
Réponse de le 27/09/2013 à 14:41 :
J'ai travaillé dans l'administration, je me suis enfui de cette organisation kafkaïenne. Certes, beaucoup, voire la grande majorité des fonctionnaires travaillent beaucoup, mais c'est un travail efficace à 50%. Le problème c'est l'organisation générale qui est à revoir. Aucun politique n'a eu le courge de s'y attaquer, il faut dire que pour y arriver, il faut avoir le courage de réduire le poids de l'Etat dans un pays où tout le monde attend tout de ce dernier et qui est dirigé par des fonctionnaires. Notre problème est bien l'Etat.
Réponse de le 27/09/2013 à 15:02 :
Pour ma part je travaille dans le privé depuis plus de 10 ans et je vous le confirme l'organisation n'y est pas parfaite non plus.
Les individus ont les mêmes comportements au sein des administrations et au sein des grandes entreprises et de certaines PME. Il n'y a que les artisans commerçants qui travaille de manière optimum et encore pas tous.
Donc pour faire simple le problème est partout le même, les individus ne sont pas tous parfaits. Mais je suis d'accord avec vous, il faut optimiser le fonctionnement de l?État et également que le privé arrête de demander l'aide de l?État à tout moment.
Notre vrai problème c'est l'incompétence et le manque de cohérence d'où qu'ils viennent. Ainsi que le besoin des français de chercher à berner le fisc et à se dérober de leurs obligations. Les fonctionnaires en tant que tel ne sont pas responsable de l'état de notre pays.
Réponse de le 27/09/2013 à 15:46 :
@ N'importe quoi ! : peut^-être q'une entreprise privée n'est pas efficace, mais au moins, en tant que consommateur, vosu avez le choix d'aller vers un fournisseur plus efficace, pas avec l'état, il est là le problème. Ce qui fait avancer les choses, c'est la concurrence ... par le fonctionnariat à vie ... "leurs obligations" de quoi svp ??? Pour rappel, une démocratie, c'est l'état qui est au service du citoyen, pas l'inverse. L'inverse, c'est la dictature, voire le fascisme ...
a écrit le 27/09/2013 à 9:59 :
Rigueur ? Quelle rigueur ? Hold up sur les travailleurs et les investisseurs... Mais aucune rigueur pour les fonctionnaires, leurs congés, leurs RTT, leur emploi à vie, leur retraite honteusement élevée en rapport des cotisations... Non, clivage, vexations,et mépris des travailleurs et investisseurs, ça oui ! Hollande, dehors!!!
a écrit le 27/09/2013 à 9:16 :
Nous sommes plus imposés, nous avons donc moins d'argent dans les poches, nous ne pouvons que réduire notre consommation (et donc faire baisser les recettes de TVA), en l'absence de marché intérieur, les entreprises n'embauchent pas, le chomage augmente, la pauvreté aussi.
A l' UMP comme au PS, aucune réforme de structure de l' Etat n' a été commencée. Le résultat est donc l'appauvrissement de la population pour maintenir le train de vie de l' Etat et de ses hauts fonctionnaires (que ce soit par l'endettement massif UMP et PS ou par les hausses d' impots PS).
Mais rassurez vous, dans les ministères le champagne coule à flot ! Tout le monde n'est pas perdant... notamment nos dirigeants démagogues UMPS et ce depuis 40 ans.
Réponse de le 27/09/2013 à 9:30 :
d'accord avec vous! de plus, l'état peut continuer à emprunter à 10 ans à plus de 2.5%, avec une croissance "prévue" à moins de 1% en 2014, cela veut dire que le trou dans fond de la dette continuera de se creser. La France doit revoir d'urgence son modèle sociale pour sauver l'essentiel, mais aucun politique n'en aura le courage. Seulement voilà, à la fin, il ne restera rien pour personne.
Réponse de le 27/09/2013 à 9:48 :
Allez expliquer ça aux rentiers et aux fonctionnaires qui n'en ont rien à battre car "après eux, le déluge..."
Réponse de le 27/09/2013 à 10:20 :
@ @ umps tu semble oublier qu'il y a des retraités malheureux par contre tu ne parles pas des veuves de sénateurs qui touches 100% de la réversion des priviléges des anciens presidents de la république des retraites elus et surtout de leur trop grand nombre,d'une secu des mines 6000 agents alors qu'il n'existe plus que 320000 retraités etc generaliser c'est un peu facile
Réponse de le 27/09/2013 à 11:23 :
Ici on a plutôt des rentiers enfumeurs et d'autres qui pleurent avant d'avoir mal (alors que Hollande et avant lui Sarkozy les ont bien moins taxé et mis à contribution que les jeunes ménages et les entreprises) que de petites vieilles de 80 ans au minimum retraite. Cessez de considérer que les gens sont des imbéciles et qu'il suffit de crier haro sur le baudet comme ces incapables de l'UMP pour que la combine du hold up inter générationnel ne soit pas déjà éventée... Petite anecdote perso : hier j'ai surpris au restaurant une discussion mouvementée entre les générations au sein d'une famille. Les jeunes (des trentenaires avec enfants) reprochant aux anciens (les grands parents) leur irresponsabilité et leur égoïsme depuis 30 ans sur le thème de la dette... Les anciens ont bien eu du mal à répondre (à part les justifications habituelles qui ne tiennent pas la route "nous on a travaillé 50 heures par semaine, on n'avait pas de vacances etc." car les jeunes les ont fréquenté tous les jours de fait, dans l'enfance et savaient la réalité visiblement...) PS : pas la peine de me traiter de jeune blanc bec, je suis bien plus près de 60 que de 30 ans...
Réponse de le 27/09/2013 à 11:43 :
pas sur que les pt'its vieux invite encore les j'neus au resto, haha
Réponse de le 27/09/2013 à 11:45 :
Les retraités sont des boucs émissaires!Ce n'est pas avec les 2200 maigres euros que je touche chaque mois que je vais plomber les finances du pays,surtout que tout cet argent vient de mes cotisations passées.Ce qui ruine nos pays aujourd'hui,c'est la mauvaise gestion des dérives bancaires et financières.Quand je dis mauvaise gestion j'exagère,il n'y a pas de gestion du tout
Réponse de le 27/09/2013 à 13:23 :
Oui et pas sûr que les petits jeunes paient une jolie maison de retraite aux petits vieux ...hé, hé, hé...
Réponse de le 27/09/2013 à 15:10 :
@retraité ratp
Je vous rassure les retraités ne sont pas plus des boucs émissaires que les autres dans ce pays.
Petit correctif tout de même vos 2 200 euros ne proviennent pas de vos cotisations passées, mais des cotisations actuelles des salariés qui travailleront pour certains jusqu?à près de 70 ans et ne sont pas sûr de toucher une retraite. Ce n'est en rien un reproche de ma part.
Évitez juste d'affubler vos 2 200 euros de maigres (pour mémoire le salaire médian est à un peu plus de 1 500 euros et le smic net à un peu plus de 1 000 euros). Vos 2 200 euros ne font pas de vous un privilégié et même si vous touchiez le triple cela ne me choquerait pas, mais rappelez vous que vous touchez 2,2 smics payés en partie par les salaires des smicards actuels. Comprenez juste que vous n'êtes pas le plus à plaindre de ce pays sur l'aspect financier. Merci
a écrit le 27/09/2013 à 9:15 :
Un déficit annuel supérieur à l'ensemble de l'impôt sur le revenu et de l'ISF..En doublant l'impôt, on devrait y arriver...on sent bien que cela va être difficile..et dans le même temps, on augmente l'APL (en volume)...
Réponse de le 27/09/2013 à 9:38 :
Ben faut bien sécuriser les loyers qui rentrent dans la poche des rentiers : les municipales arrivent ...
Réponse de le 27/09/2013 à 10:57 :
encore une fois , on cherche un bouc emissaire. Les rentiers !. Quand ces derniers se retiront massivement de l'investissement immobilier, on vera ce que cela donne. Miss Duflot sommera encore Francois Hollande de faire quelque chose.L'investissement immobilier des particuliers ( heu pardon des rentiers ) est a l'arret... ALors on demande au zinzin de prendre le relai, mais cela va etre fait avec une baisse drastique de TVA et pas de TF pendant 10 ans. ALors on tues les mechants rentiers au profit des actionnaires des ZINZIN... Au final ca change pas grand chose... mais bon c'est bien c'est de la faute des rentiers. PS : je ne suis ni rentier, ni propriétaire d'appart..ni actionnaire de zinzin...
Réponse de le 27/09/2013 à 11:14 :
Ce n'est pas une histoire de boucs émissaires : pour des raisons liées à la démographie et à la sociologie française, nos chers politiques appliquent des mesures clientélistes à destination de l'électorat majoritaire : tantôt vers les rentiers, tantôt vers les fonctionnaires, tantôt vers les deux. Le secteur marchand et le travail (entrepreuneriat, salariat... ) sont surtaxés, c'est un fait. Je le dis d'autant plus facilement que je suis comme bon nombre de français, à la fois rentier et actif. De par mon âge (je suis né à la fin du baby boom) j'ai pu me constituer une épargne financière de plusieurs centaines de milliers d'euros. Or je constate depuis 20 ans que les revenus de mon patrimoine ont cru largement plus vite que les revenus de mon travail. Je ne parle même pas des plus values immobilières. Je me mets à la place de nos jeunes nés dans les années 80 et suivantes : eux devront rembourser nos dettes et ils ne pourront pas capitaliser car ils devront en plus faire face aux coûts de vieillissement. Bref il faut être d'une insondable mauvaise foi et d'un égoïsme absolu pour plaindre les "rentiers" que nous sommes...
Réponse de le 27/09/2013 à 11:22 :
On invente des réglementations pour régler un premier "problème" social... ces réglementations déséquilibrent les marchés... et duflot nous raconte que c'est parce que ce n'est pas assez réglementé... et nos sectateurs de du gosplan rajoutent une couche de réglementation qui aggrave les problèmes déjà créés...
a écrit le 27/09/2013 à 9:06 :
Je reste persuadé qu'il est plus profitable pour une économie de voir l'argent dépensé par les particuliers, plutôt que l?état lever des impôts pour ensuite dépenser cet argent. Dire que réduire les dépenses de l?état c'est aggraver la baisse de l'activité, c'est nullissime: digne des théories fumeuses de la gauche.
Réponse de le 27/09/2013 à 9:40 :
C'est l 'écran de fumée qui vous empêche de distinguer la réalité de l'état providence à crédit ? Les pensions et dépenses de santé sont égales à 1,5 fois le budget de l'état ... A moins que ce soit la mauvaise foi ...
Réponse de le 27/09/2013 à 9:45 :
+1
Réponse de le 27/09/2013 à 10:24 :
@@pat : aucun rapport avec le post de pat...
Réponse de le 27/09/2013 à 10:36 :
Ca s'appelle l'efficience, le rendement. Les circuits courts sont forcément meilleurs et c'est depuis la nuit des temps. Imaginez l'effet sur l'emploi d'un calcul de l'impôt société basé sur un ratio bénéfice/employes et à volume égal. PSA payerait moins et SFR payerait plus. Imaginez que vous pouvez utiliser plus d'emplois de services en échange de votre impôt plutôt que de payer du chomage et le reste à travers votre impôt.
Réponse de le 27/09/2013 à 11:16 :
Vous ne voyez pas le rapport ? Moi je le vois ! Tout le jeu des baby boomers (j'en suis un...) est de faire croire que les dépenses de l'état augmentent fortement alors que ce sont les dépenses sociales qui explosent du fait du vieillissement. Mais ne vous faites pas d'illusion : nos jeunes l'ont bien compris et ils sauront en tirer les conséquences...
a écrit le 27/09/2013 à 9:01 :
François Hollande ne suit pas une approche économique mais une approche politique de gestion de la crise. Par petites touches, il discrédite la politique de rigueur tout en donnant l'illusion qu'il est un bon élève européen. Les autres pays font les efforts de rigueur et lui évite les réformes qui sont électoralement risquées. L'Europe ne peut pas se permettre de laisser la France basculer dans un scénario de hausse des taux. L'Allemagne et la BCE finiront par devoir lâcher du lest pour éviter une nouvelle crise majeure de la zone euro.
Réponse de le 27/09/2013 à 9:50 :
Bien sur, mais la contrepartie sera la mise sous tutelle allemande du budget français.
Réponse de le 27/09/2013 à 10:23 :
... ou la mise sous tutelle française de la BCE. Tout dépendra de la formation du nouveau gouvernement en Allemagne. Si la Chancelière réussit à former une coalition solide, son poids politique sera renforcé, mais dans le cas contraire, elle devra formé un gouvernement minoritaire ou retourner aux urnes, laissant le champ libre à François Hollande pour infléchir la politique européenne. L'étonnante indulgence de Bruxelles à l'égard du budget 2014 de la France est peut-être un signe annonciateur.
a écrit le 27/09/2013 à 8:49 :
Et bientôt on va nous raconter que la crise est dû aux impôts ! Tous les économistes savent que c'est le chômage qui détruit la croissance. Une augmentation du chômage diminue mécaniquement la consommations et le montant des impôts payés, elle incite aussi ceux qui en ont les moyens à épargner : cela entraîne une baisse de la consommation, et donc une baisse d'activité économique, des cotisations et taxes. Pour compenser cela, l'état augmente les impôts. Mais une forte augmentation des impôts réduit la capacité d'investissement des entreprises, ce qui augmente le chômage : le cercle vicieux s'auto-entretien. Pour le briser, il faudrait faire une exemption de taxes sur les nouveaux employés pendant une durée suffisante pour relancer la consommation et diminuer l'épargne. Hors l'état est dépendant de l'épargne car cela finance sa dette : ce qu'il faudrait, c'est une cure de désintoxication de l'état, pour que l'épargne n'aille plus financer sa dette, mais l'investissement des entreprises. Ce qui tue donc notre économie, c'est pas l?impôt mais la dette publique qui détourne les ressources de l'économie.
a écrit le 27/09/2013 à 8:47 :
la rigueur n'a concerné que le privé et tué la croissance, les réformes de l'état n'ont été que des mini réformes qui touchent le coeur de l'état. A quand la vrai réforme comme au Canada qui supprime les dépenses et les personnels totalement inutiles soit 40% du budget en France et les inégalités criantes des retraites ?
a écrit le 27/09/2013 à 8:45 :
La seule chose que les français retiennent c est le matraquage fiscal et en plus quand on leur annonce que ca n à pas été efficace
BEAU TRAVAIL des français appauvris et un pays sans croissance
Réponse de le 27/09/2013 à 9:41 :
Si les jeunes ménages ne devaient pas lâcher 20% de leurs revenus en cotisations et 30% pour se loger, ils seraient un peu moins rançonnés déjà ...
a écrit le 27/09/2013 à 8:43 :
Il ne reste plus que 5 % de défit à réduire, 90 % du PIB de dette à rembourser et 12 % de chômage à supprimer et après tout est fait, facile!!!! On va faire cela en 3 ans.
a écrit le 27/09/2013 à 8:29 :
c'est qui ce type ?
Réponse de le 27/09/2013 à 8:53 :
ce type c'est un guignol et un pantin ...............
Réponse de le 27/09/2013 à 9:42 :
C'est RTT à l'UMP ? Vous avez épuisé le stock d'éléments de langage sur Flamby ?
a écrit le 27/09/2013 à 8:20 :
Les usines pilotes sont des répliques miniatures de la ligne d'assemblage classique. Cette approche a été adoptée non seulement pour le développement du nouveau , mais aussi pour former le personnel sur le nouveau modèle Les usines pilotes ont également servi de laboratoires pour le développement de procédures plus simples et plus ergonomiques pour les employés. Les usines devaient également participer au développement du nouveau véhicule. Pour ce faire sans perturber la continuité de la production, des usines pilotes ont été mises en place bravo François Hollande revient à Florange avec 33 millions pour le développement d'une technologie de production d'acier faiblement émettrice de CO2 pour le site d'ArcelorMittal.
a écrit le 27/09/2013 à 7:54 :
Hollande applique a la France le même plan de redressement que celui qu'il avait appliqué en Corrèze et avec les mêmes résultats, augmentation des déficits et des prélèvements.
a écrit le 27/09/2013 à 7:54 :
Diminution du deficit par hausse d impots et non pas par des reformes de l appareil d'etat qui continue de vivre grassement au dessus de ses moyens...à l image de nos politiques qui ne veulent rien lacher de leurs privileges
Réponse de le 27/09/2013 à 8:11 :
+10000
Réponse de le 27/09/2013 à 8:25 :
Tout à fait d'accord avec vous. C'est juste un échec absolu, la pire des politiques. Non seulement on bloque l'économie aujourd'hui en augmentant des impôts déjà très élevés, et en plus on ne fait pas les réformes. En clair, c'est moins de moyens aujourd'hui pour les français et moins de croissance pour le futur : c'est la double peine !
a écrit le 27/09/2013 à 7:42 :
Ce sont ces hausses d?impôts qui ont réduit la croissance.
Donc c?est bien un échec de François Hollande, tout le monde sait que l?impôt tu l?impôt.
Demander aux Anglais qui ont fait exactement l?inverse et la croissance est là.
Mais c?est vrai les Anglais n?ont pas les Enarques et un system communiste !!!
Pour rappel les chiffres d?aujourd?hui n?ont pas plus de valeur que ce d?hier, donc le déficit de 2014 sera probablement supérieur.
Réponse de le 27/09/2013 à 9:43 :
La croissance de la planche à billets et des bulles sur les actifs en ce qui concerne les anglais ...
a écrit le 27/09/2013 à 7:35 :
Le plus grave est la non réforme Vivement que les marches financiers nous bottes les fesses
Réponse de le 27/09/2013 à 7:49 :
Patience : la non réforme Ayrault sur les retraites n'a rien réglé. Le système est en faillite et il faudra tailler dans les pensions.
a écrit le 27/09/2013 à 7:22 :
"" 'absence de croissance""" n'est une surprise pour personne, ni aujourd'hui, ni demain... quand on decourage sciemment les gens de faire qqch, il ft s'attendre a ce qu'ils fassent... rien... et c'est pas pres de changer ( si ca change a la marge ca ne changera rien non plus vu que la confiance est au 3 eme sous sol et le retournement de veste imminent)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :