Ayrault a fixé trois priorités dans son plan sur l'innovation

 |   |  1136  mots
L'innovation, le nouveau cheval de bataille de Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre
L'innovation, le nouveau cheval de bataille de Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour le premier anniversaire du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi,le Premier ministre va présenter des nouvelles mesures en faveur de l’innovation pour favoriser la compétitivité des entreprises. Trois priorités ont été définies : stimuler la culture de l'innovation, soutenir les écosystèmes innovants, et refondre la politique de soutien public à l'innovation.

Le gouvernement est bien décidé à ne pas laisser pas l'occasion. Alors que l'opinion publique, et notamment les entreprises, reprochent bien souvent à l'exécutif l'absence de visibilité, de cap donné par l'action publique, le gouvernement a décidé de leur donner tort.

La plupart des membres du gouvernement sont sur le pont, surtout les sept logés à Bercy ainsi que Michel Sapin, le ministre du Travail et Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Mercredi, une réunion à l'Elysée a été organisée ex abrupto pour préparer le premier anniversaire du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi présenté le 6 novembre 2012 par Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre. Lors de cet événement, le gouvernement reviendra sur les mesures marquantes décidées par le gouvernement depuis un an. Un document est déjà en ligne sur le site du ministère de l'Economie.

Une nouvelle étape, trois priorités pour soutenir l'innovation

Mais c'est surtout l'occasion pour l'exécutif de passer à la prochaine étape. Parallèlement au plan Big Data que la France souhaite pousser à Bruxelles, Jean-Marc présentera un nouveau plan pour redresser la compétitivité des entreprises françaises, plan concocté par les services de Fleur Pellerin, la ministre des PME et de l'Economie numérique. Austérité oblige, ce plan ne contiendra pas de mesures onéreuses pour les finances publiques. Il n'y aura pas de crédit d'impôt pour la compétitivité (CICE) bis !

Selon nos informations, les mesures qui seront annoncées par le Premier ministre auront une priorité : favoriser le développement de l'innovation en France. Trois axes ont été retenus par Fleur Pellerin, qui a été fortement influencée par le rapport "L'innovation un enjeu majeur pour la France" réalisé par Jean-Luc Beylat, le président d'Alcatel-Lucent Bell Labs et Pierre Tambourin, Directeur Général de Genopole et présentée en avril 2013.

Développer la culture de l'innovation

La première priorité est de stimuler la culture de l'innovation en France. Elle va de pair avec celle accordée au développement de la culture économique prévu par le projet de refondation de l'Ecole porté par Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale. Initié par les Assises de l'entrepreneuriat en avril, ce chantier s'est accéléré la semaine dernière avec la création du Comité national éducation économie (CNEE)  et le lancement du statut d'étudiant entrepreneur

Sur ce point, le rapport Beylat-Tambourin recommande notamment de réviser les méthodes pédagogiques de l'enseignement primaire et secondaire pour développer les initiatives innovantes, notamment à travers la création de mini-entreprises à l'école, l'apprentissage de la programmation informatique dès le primaire et le secondaire.

Soutenir les écosystèmes innovants

Autre priorité retenu par Fleur Pellerin : le soutien aux écosystèmes innovants. Une nouvelle fois, son action sera fortement inspirée par le rapport Beylat-Tambourin qui supplie l'Etat de décloisonner les efforts en faveur de l'innovation de tous les acteurs, publics et privés pour que les résultats de la recherche se traduisent en gain de compétitivité et d'emplois dans le futur.

Parmi les nombreuses recommandations formulées dans ce rapport, le gouvernement s'intéresserait particulièrement à l'essaimage à partir des grands groupes dans le secteur privé. L'idée est de donner leur chance à des « innovations potentielles qui, si elles ne trouvent pas leur place au sein du groupe, sont tuées en interne pour des raisons d'allocation des ressources, de marché potentiel marginal par rapport à l'activité du groupe, ou tout simplement de non-alignement avec la stratégie du groupe », indique le rapport.

Dans le public, refonder le transfert, c'est-à-dire le processus qui permet de passer d'une invention, issue de la recherche publique ou de la recherche industrielle, à l'innovation, pourrait être retenu, notamment en prenant en compte le transfert dans l'évaluation des carrières des chercheurs et en favorisant les transferts à destination des PME-ETI. Le décloisonnement doit également être géographique, le rapport souhaitant le soutien des initiatives locales en renforçant le pouvoir d'animation des Régions.

« Il n'y a pas d'écosystème performant sans un partage globale des travaux de recherche, sans une fluidité des échanges, des informations ; Il faut que tous les acteurs parviennent à travailler ensemble, qu'ils soient issus du public ou du privé, qu'ils soient installés à Paris ou dans les métropoles régionales », a martelé Pierre Beylat mercredi lors de la présentation de la nouvelle plate-forme de coordination des écosystèmes de l'innovation en France.

Refonder la politique publique en faveur de l'innovation

Enfin le troisième axe de ce plan « Innovation » plaide pour une refondation du soutien public à l'innovation. Le rapport suggère de clarifier les rôles et les relations de l'ensemble des acteurs publics, nationaux, régionaux et locaux pour permettre de définir enfin une véritable stratégie de l'innovation qui puisse être évaluée. La création d'une nouvelle structure ne serait pas à l'ordre du jour.  La BPI, via sa branche Innovation, pourrait devenir l'interface unique du financement de l'innovation en France

Le gouvernement réfléchit aussi aux moyens de permettre à la commande publique de promouvoir l'innovation. Pour l'instant, elle n'y parvient pas, les acheteurs publics n'étant absolument pas encouragés à le faire. En outre, ils ne sont pas autorisés à acheter des biens et service qui n'ont pas de concurrent sur le marché !

Des efforts à poursuivre

Ce nouveau plan d'actions ne sera pas superflu. Une étude dévoilée ce jeudi par COE-Rexecode constate certes que la compétitivité se redresse après une chute ininterrompue depuis le début des années 2000. Beaucoup d'indicateurs sont en effet passés dans le vert. Ainsi, les parts de marché de la France à l'exportation dans la zone euro ne reculent plus depuis 2011, stabilisées à 12,8 %. En outre, le taux de pénétration du marché intérieur par les importations s'effrite et la part de la valeur ajoutée de l'industrie en France dans la valeur ajoutée industrielle européenne progresse. "Les politiques de renforcement de la compétitivité menées depuis dix ans en France, avec entre autres la mise en place des pôles de compétitivité et du crédit impôt recherche, commencent aussi à porter leurs fruits", constate Michel Didier, le président de l'institut. Même les résultats d'exploitation des entreprises industrielles ont récemment augmenté. "Mais ils restent proches de leur point bas", relativise Denis Ferrand, le directeur général de COE-Rexecode. "Si les politique engagées depuis plusieurs années ont enrayé le recul de al compétitivité de notre économie, mais pour regagner tout ou partie du terrain perdu, l'effort d'innovation et de recherche doit être poursuivi et amplifié ", poursuit-il.  

 

 

 

.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2013 à 17:01 :
Pourquoi la France est un cancre de l?innovation

http://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-la-france-est-un-cancre-de-l-innovation.N212436
a écrit le 28/10/2013 à 15:49 :
la compétitivité des entreprises passe par la baisse des charges
la baisse des charges passe par la réduction du poids des élus, trop nombreux, et pour qui la soupe est trop bonne.
La réduction du nombre d'élus n'est pas un sujet, ni pour la presse, ni pour Mr Ayrault... Il ne va quand même pas se fâcher avec ses amis.
peut être que la seule solution est de réduire de 10 % nos versements d'impôts jusqu'à ce que des décisions soient prises sur le nombre et le train de vie des élus.
Ils sont un fardeaux colossal pour le français moyen.
a écrit le 26/10/2013 à 10:19 :
les seules inovations a inventes et a mettrre en pratique sont dans les economie denergies il y a un potentiel enorme dans ce secteur inexploite ,,,???
a écrit le 25/10/2013 à 16:13 :
oserait-il préconiser une BAISSE de 30% sur toutes les charges pour TOUS LES TRAVAILLEURS MANUELS QUI TRAVAILLENT SUR UNE CHAINE DE FABRICATION ..??? Les coûts de production dans un abattoir ou sur une chaine de montage redeviendraient compétitifs ... COMPENSATION :moins de 1% d'augmentation de TVA sur tous les produits sauf ALIMENTATION .
a écrit le 25/10/2013 à 16:02 :
ça va moins vite que si ça pouvait aller plus vite, mais ça aurait été plus vite s'il n'y avait pas eu un ralentissement qui ne nous a pas permis d'avancer ce qui fait que nous avons reculé pour ensuite pouvoir progresser ce qui fait que nous avançons ...
a écrit le 25/10/2013 à 15:56 :
Comme on ne sais pas ou l'on ne peut pas faire de vraies reformes necessaires a la reliance ,on se lance dans le grandes phrases ,de la theorie ,soit du virtuel .Les resultats seront inexistents et loins de relever l'economie du pays .De toutes facon ,ils ont decide de casser l'economie et ,surtout l'automobile avec l'acharnement des verts.Toutes leurs reformes ont des consequences negatives ,Un enarque en premier et un prof d'allemand en deuxieme ,une floppee de conseillers de gauche , cela ne peut rien donner de bon.Ce n'est pas leur probleme ,ils vont etre chasse comme des nuls ,et continueront a sevir et encaisser leurs gros salaires et jouir d'avantages ,de privileges .Pendant ce temps derriere les frontiers ,le monde bouge et......rigole .
a écrit le 25/10/2013 à 11:04 :
Messieurs les politiques et fonctionnaires de tous bords, merci de ne plus toucher au domaine de l'entreprise. Le GOSPLAN c'est fini, le règne de la macro-économie reine est terminé.
Concentrez-vous sur ce que vous dirigez: l'état et innovez si vous le pouvez:
- construisez un cadre favorable à l'initiative individuelle,
- faites que les gens aient envie de s'élever plutôt que de niveler vers le bas: gagner de l'argent ne doit pas être honteux, quand c'est le fruit de l'effort,
- réformez l'état: supprimez ou privatisez 30% de l'appareil d'état et collectivités locales,
- réfléchissez à mettre au coeur de la démocratie les principes de gouvernance qui permettent d'éviter les conflits d'intérêts, les dépenses stupides et le creusement inconsidéré des déficits.
L'état incompétent et dépassé étouffe l'économie réelle; à qu'en le sursaut ?
Réponse de le 25/10/2013 à 14:22 :
Et les US, ils font comment ? Et les Chinois ils font comment ? Avec des idées comme les vôtres, l'Europe est finie. L'industrie des telecom est finie en Europe à cause de ce genre d'idée, laisser faire ça va bien se passer ... ça à surtout été intégralement transférer au US et en Chine... Merci les Libéraux ....
Réponse de le 25/10/2013 à 16:17 :
Parce que vous pensez-qu'en Europe, c'est idem que la France? Vous devez pas beaucoup voyager...
Quand à la Chine où autres pays jadis en voie de développement, vous faîtes sans doute partie de ceux qui pleurent le temps de la FRANCE du passé, au sein d'un monde où le grand rééquilibrage de la richesse mondiale n'avait pas commencé...tout en vous apitoyant sur le sort des pays pauvres.
"Libéral" est sans doute un gros mot pour vous, mais s'il s'agit de constater que seule le dynamisme de nos entreprises donnera une chance à notre pays, alors je le suis.
a écrit le 25/10/2013 à 10:59 :
termine l orthographe...c évolution.. ..la décadence .est en marche .....cherchezles responsables ????
a écrit le 25/10/2013 à 9:49 :
Je suis atterrée de voir la quantité de fautes , je vais dire gentiment ,de frappe de ce texte ! Personne ne relit avant publication ? Et c'est la Tribune!
a écrit le 24/10/2013 à 23:18 :
Coté innovation c'est le gouvernement qui est le lauréat,à chaque jour sa nouvelle taxe, son nouvel impôts ou une nouvelle charge, un vrai concours Lépine.
a écrit le 24/10/2013 à 22:10 :
innovation,un concept totalement etranger aux énarques qui gouvernent la France depuis 30 ans.
avant on etait dirigé par des mines et polytechniciens, aujourd hui par des hauts fonctionnaires, formés pour multipplier les guichets dans un contexte 30 glorieuses.
alors ils ressortent quelques vieux gosplan pour essayer de se donner un genre mais a part une enième comission theodule il ne se passe rien
pris de risque de risque, innovation ? regardez deja le patrimoine des ministres,pas un seul n a une action en entreprise, a fortiori francaise
a écrit le 24/10/2013 à 20:44 :
des mots nouveaux pour atténuer les maux anciens . ! ! ! !
a écrit le 24/10/2013 à 19:52 :
comme on dit: ' bullshit'... c'est du vent, ca merite meme pas un article... ce qui serait interessant c'est un article sur ' que pensent les entreprises des politiques d'innovation de gvt francais', et ca ca donnerait une idee d'ou va la france les 20 prochaines annees!
Réponse de le 24/10/2013 à 20:31 :
Le déclin massif de l'innovation en France depuis plus de 15 ans. En 2012 selon un rapport détaillé de l'INSEAD/OMPI, la France a déjà largement sombré ... pour l?indice mondial d'efficacité de l?innovation (GII), la France sombre à la 64ème place au plan mondial, et 27ème européenne (sur 27 !) selon les critères retenus dans ce Rapport ... Toujours en 2012, Europa a publié un autre Rapport ... dans son classement innovation industrielle mesurée par l'IUS, Innovation Union Scoreboard 2011, la France se positionne dans la catégorie des "adeptes de l'innovation", à la 11ème place sur 27 pays européens, tout juste au niveau de la moyenne européenne. Ces 2 rapports sont regroupés et accessibles via le lien suivant : http://www.sylevra.com/la-france-a-mal-a-son-innovation.htm
a écrit le 24/10/2013 à 19:37 :
la priorité est de faires les valises .....et rejoindre ses amis profs...... le chômage c est pour les autres fonctionnaire je suis ...fonctionnaire je resterai ....salaire et privilèges a vie
a écrit le 24/10/2013 à 18:50 :
un nouveau mouvement commence : les moineaux
a écrit le 24/10/2013 à 18:09 :
NON A LA TAXONITTE.
a écrit le 24/10/2013 à 17:42 :
Oui mais ! Montebourg a réanimé la société Solex qui retomberas en faillites après les élections ...
Pourquoi c'est tout simple ils ne tiennent pas la route face a la concurrence a tout points de vue , technique et financier .
Réponse de le 24/10/2013 à 18:15 :
@ AH BEN a écrit le 24/10/2013 à 17:42 : .... votre post tient pas trop la route non plus puisque vous n'êtes pas capable de faire une réponse ... sur le bon fil ... de cette discussion ... vous auriez du poster sur le fil ci dessous : AH BEN a écrit le 24/10/2013 à 16:53 : ... mettez les chaînes, l'hiver arrive.
Réponse de le 24/10/2013 à 20:51 :
AH BEN MERDE ALORS !!! ;-)))
a écrit le 24/10/2013 à 17:38 :
Il est encore Premier Ministre ?????
a écrit le 24/10/2013 à 16:53 :
Avec ça on n est pas prêt de voir fleurir le futur Apple ou Microsoft au fond d'un garage !
Réponse de le 24/10/2013 à 17:26 :
C'était la belle époque. Même aux USA il y a longtemps qu'on ne voit plus grand chose fleurir au fond du garage.
Réponse de le 24/10/2013 à 19:23 :
impossible ne faut pas toucher a notre clentele au contraire faire grossir le millefeuille
a écrit le 24/10/2013 à 16:50 :
Pour stimuler et donner un avenir concret réel industriel à l'innovation, Monsieur le Premier Ministre, nous ne pouvons que vous suggérer de fermer le plus vite possible toutes les officines inutiles et ruineuses qui prétendent s'occuper d'innovation et d'industrie ... fermer en priorité Oseo ex Anvar et renvoyer les fonctionnaires (pseudos) de ces officines à leurs foyers en leur garantissant le RAS.... idem pour les faux centres de faux experts squattés par des prétendus ingénieurs qui s?autoproclament "expert" alors qu'en réalité ils ne surmontent pas leur frustration de n'avoir jamais rien fait de concret de leurs diplômes ronflants mais surannés et qui sentent la naphtaline ... idem pour les CCI Chambre de Commerce et d'Industrie qui ont à leur passif la désindustrialisation massive depuis 15 ans ... idem pour les pléthoriques agences blas blas banquets nationales, régionales, départementales et agglomérationales ... toutes les précitées logées luxueusement dans leur tours d'ivoire et façades de verre sont particulièrement ruineuses et se sont avérées inutiles voir souvent contreproductives.
a écrit le 24/10/2013 à 16:49 :
A perdu définitivement la parole aujourd'hui même , donc je me permets un conseil a LT de nous faire grâce dorénavant d?étaler les crétinismes étatiques .
Je pense que les Français là , ils ont honte de leur gouvernement .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :