“Je ne vois pas la situation bretonne avoir un impact sur le reste de la France"

 |   |  802  mots
Béatrice Giblin est géographe, elle a dirigé l'Institut français de géopolitique à l'université Paris VIII.
Béatrice Giblin est géographe, elle a dirigé l'Institut français de géopolitique à l'université Paris VIII. (Crédits : DR)
La colère des “Bonnets rouges“ allumera-t-elle des étincelles dans le reste de la France ? Pour Béatrice Giblin, géopolitologue spécialiste des régions, c’est exclu, dans la mesure où cette révolte se caractérise par une forte composante régionale difficile à transposer ailleurs.

La fièvre des bonnets rouges gagne-t-elle vraiment le reste de la France. Après les événements spectaculaires du week-end en Bretagne, les sifflets qui ont accueilli le président de la république le 11 novembre, quelques incidents dans d'autres régions certains médias et commentateurs ont cru observer une extension de la contestation sociale au reste de la France. Une analyse que conteste Béatrice Giblin, directrice d'études à l'Institut français de géopolitique et auteure d'une "Géopolitique des régions" (Fayard). 

La Tribune - Le mouvement des "bonnets rouges" peut-il essaimer durablement sur le reste du territoire?

Béatrice Giblin - Je ne crois pas. Des mouvements épars peuvent émerger mais sans équivalent. C'est un contexte bien singulier que celui de la Bretagne. On a une composante régionaliste importante dans ce mouvement. Ce n'est pas un hasard si la ville de Quimper, ville d'une "Bretagne bretonnante", a été choisie plutôt que Rennes pour les manifestations.

Par ailleurs, les problèmes du secteur agroalimentaire ne tombent pas du ciel. Ils s'expliquent notamment par la baisse des subventions européennes qui se chiffrent en centaines de millions d'euros, même s'il y a aussi une responsabilité patronale dans ce type de crise. Le mouvement régionaliste a pu surfer là-dessus. Cette alchimie, on ne la retrouvera pas ailleurs.

Outre l'écotaxe, ces mouvements se sont cristallisés sur des plans sociaux (Gad, Doux etc). Pourtant, ce n'est pas en Bretagne mais en Île de France, dans la région Rhône-Alpes et dans le Nord Pas-de-Calais que se concentrent la majorité des plans sociaux. Pourquoi la contestation sociale n'y a-t-elle pas éclaté avec la même vigueur ?

Justement, cette composante régionale n'existe pas. Le Nord-Pas-de-Calais est touché depuis de longues années mais là population y est fortement syndicalisée depuis de nombreuses années. Très encadrée, elle est plus respectueuse de la hiérarchie et de l'autorité qu'en Bretagne. La tradition ouvrière bretonne est relativement récente, la région n'a pas connu la révolution industrielle, elle a toujours été plus rurale. Elle a bénéficié à la fin des années 1970 d'une politique de l'État pour la développer avec l'installation d'universités, d'équipements routiers, d'une industrie des Telecom près de Lannion etc. L'encadrement ouvrier n'y est pas aussi fort que dans le Nord. Dans les mines, on obéit. Ne serait-ce que pour éviter de mettre tout le monde en danger.

D'autres éléments sont à prendre en compte pour expliquer la spécificité de ce mouvement. D'abord, toutes les classes sont confondues. C'était déjà le cas à la fin des années 1950 avec la création du Comité d'études et de liaison des intérêts bretons qui réunissait élus, chefs d'entreprises, syndicalistes etc. pour défendre les intérêts bretons à Paris. Ensuite, il y a une certaine mauvaise conscience française à propos de la paysannerie qui conduit à fermer les yeux sur des comportements qui seraient inacceptables ailleurs. Les jeunes de banlieue, on les traite de mauvais Français, on ne le dira jamais des Bretons. Il existe aussi un "malaise" dans le Nord ou en Auvergne. Mais le "malaise breton", visiblement, cela fonctionne bien.

Comment cette contestation née en Bretagne se traduira-t-elle politiquement ?

Par de l'abstention et un glissement vers les extrêmes. Bien entendu, les élections municipales ne sont pas comparables avec les autres - puisque l'on vote d'abord pour une personne qui a fait (ou non) des choses pour sa commune. De ce point de vue, pour les élus socialistes de la région, cela ne sera pas forcément facile, mais ça passera. La Bretagne est devenue socialiste dans les années 1970 et à l'époque la gauche défendait le mouvement régionaliste par opposition au Gaullisme. Il est possible que sur le littoral, les gens se retrouvent dans le discours sécuritaire de l'extrême droite. Et rappelons que Le Pen vient de la Trinité-sur-Mer.

Au niveau national, c'est la même chose, la situation de chaque commune compte beaucoup. Puisqu'il s'agit des premières élections après la présidentielle, il y aura cependant un vote-sanction. Mais ce n'est pas forcément la situation de la Bretagne qui l'expliquera. Il y a aussi le chômage, le ras-le-bol fiscal… 

La contestation bretonne sera donc vite oubliée ? Pourtant, son extension même à d'autres catégories comme celle des artisans est évoquée…

Je ne vois pas la situation en Bretagne avoir un impact sur le reste de la France. Et les artisans avaient prévu de manifester bien avant ! Tout comme les écoles primaires. Contrairement aux raccourcis que l'on peut entendre en ce moment, le mouvement breton n'est pas à l'origine de tout.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2013 à 18:20 :
géopolitologue spécialiste des régions:
il y aura cependant un vote-sanction. Mais ce n'est pas forcément la situation de la Bretagne qui l'expliquera. Il y a aussi le chômage, le ras-le-bol fiscal…
l'étincelle n'expliquera pas l'incendie mais tous les territoires sont inflammables : merci madame
de votre analyse cartésienne , merci aussi de consulter la carte SNCF du "territoire concerné"
pour voir les alternatives écologiques au transport routier en Centre Bretagne , merci de nous donner les budgets consacrés aux transports parisiens relativement à ceux consacrés aux 4 départements bretons depuis 50 ans etc.. / nos chemins de calèche coutent certainement moins chers que des RER?
a écrit le 14/11/2013 à 5:27 :
Je suis pour l'indépendance de la bretagne, pourqu'ils se débrouillent sans les subventions aux paysans, sans les boulots de fonctionnaires que la france leur donne généreusement.
a écrit le 13/11/2013 à 22:17 :
je suis Breton ,
ce que dit cette Dame est tres juste ,la Bretagne a encore du chemin a faire pour comprendre que d'autres regions sont beaucoup plus touchées .Beaucoup de Bretons refusent l'industrialisation ,l'esprit agricole y est tres fort , le respect des lois n'est pas plus observé a Quimper que dans le 93...... on est tres violent dans les departemments de la pointe du finistere.
Réponse de le 14/11/2013 à 8:38 :
tout à fait, nombreux français ne connaissent pas la bretagne et pensent que c'est comme la france, alors que c'est un pays différent et dans ses revendications comme la corse...
a écrit le 13/11/2013 à 20:16 :
il est clair que les places sont chaudes pour nos affidés professionnels. Après nous avoir expliqué que les gens sont massivement contre ce mouvement, on vient nous dire qu'il est uniquement local. On nous présentera bientôt des syndicalistes pour négocier à la place des "bonnets rouges" une rallonge des avantages syndicaux...
Ces gens sont de toute évidence soit profondément délusionnels, soit opérés de la honte depuis longtemps.
Réponse de le 13/11/2013 à 20:53 :
vous croyez qu'artisans, commerçants, gens qui bossent vous confier leur âme à la CGT ,FO et consorts ... à que né-ni !... ce sont des trucs pour les fonctionnaires en surnombres .... pas nous !
Réponse de le 13/11/2013 à 20:53 :
vous croyez qu'artisans, commerçants, gens qui bossent vous confier leur âme à la CGT ,FO et consorts ... à que né-ni !... ce sont des trucs pour les fonctionnaires en surnombres .... pas nous !
a écrit le 13/11/2013 à 19:41 :
Le bonnet rouge est le symbole de la rébellion contre l'impôt (papier timbré en 1675). S'il garde ce symbole, ce mouvement ne demande qu'à se nationaliser.
a écrit le 13/11/2013 à 17:43 :
quand je lis que les gens dans les mines obéissent et pas les bretons cela m'exaspèrent ;faut-il que l'on devienne tous des moutons ; et comme cela plus facile de gerer le peuple pour nos soi-disant dirigeant qui s'en mettent plein les poches moi avec à peine 1000 euros en ayant travaillé depuis l'age de 17 ans et elevé trois enfants seule , ma vie n'a été que privation ; maintenant j'ai une petite maison que j'ai eu avec beaucoup de mal je continue de la payer et avec les impots fonciers et ensuite les locaux je n'ai pas un euros qui me reste pour vivre
c'est sur il vaut mieux avoir des moutons qui courbent la tete devant nos politiciens et les gens bien pensant
que deviens ce pays de nous traiter de la sorte
a écrit le 13/11/2013 à 16:48 :
C'est quoi cet article? Avoir fait autant d'étude pour tirer des conclusions aussi simplistes, c'est bien triste madame...
Réponse de le 14/11/2013 à 8:41 :
En paye grassement par nos impôts Il y a du ménage a faire dans tous ces trucs et machins de la fonction public
a écrit le 13/11/2013 à 16:42 :
PROPAGANDE TOUT SIMPLEMENT
a écrit le 13/11/2013 à 16:01 :
D'où elle sort cette éminente spécialiste je voudrais la marque de sa boule de cristal pour obtenir les résultats de loto. Elle pourrait travailler pour LCP tous les matin à 9 heures.
a écrit le 13/11/2013 à 15:36 :
Les forces de l'ordre avaient reçu la consigne de contrôler tous les gens avec des bonnnets rouges le 11 novembre a Paris, alors visiblement le gouvernement n'est pas du même avis que madame Giblin et pense - au contraire - que ça peut faire tâche d'huile !
a écrit le 13/11/2013 à 15:22 :
On en reparlera !

PS : je suis vosgien
a écrit le 13/11/2013 à 14:40 :
provincial, extremiste, categoriel, les socialistes sortent leurs derniers sympathisants et leurs dernier denigrements pour minimiser la colère générale dont ils n'imaginent même pas l'ampleur et à chaque fois sont démentis (affaire cahuzac, diesel, impots, etc...). La colère ne va qu'augmenter avec leur decisions irresponsables et le refus obstiné de baisser les dépenses publiques de 30% (et non 0.5%) en se finançant de façon confiscatoire sur le dos des travailleurs
a écrit le 13/11/2013 à 14:40 :
Bien-sur ce n'est que Breton : AFP

Deux bornes écotaxe ont été dégradées cette nuit à Mantry (Jura) au moyen de pneus enflammés, a indiqué la préfecture.
a écrit le 13/11/2013 à 14:37 :
Oui je pense quand il mettra la clé sous la paillasson , nous serons très mal comme le parti socialiste en son temps.
a écrit le 13/11/2013 à 14:32 :
rassurez vous l'information dirigée par les médias n'a plus de sens ... internet est la liberté, au grand désespoir des politiques et journalistes militants ! Béatrice Giblin est géographe, elle a dirigé l'Institut français de géopolitique à l'université Paris VIII.... je mets main à couper, qu'elle n'a jamais vendu une savonnette de sa vie !
a écrit le 13/11/2013 à 14:30 :
C'est marrant j'habite pas en Bretagne mais dans le Jura et les borne écotaxe commence a ressembler a des bougies(deux de brulé a Mantry).
a écrit le 13/11/2013 à 14:21 :
cette dame prend la situation avec le sourire alors que le bateau est coule certainement une a conseillère de FH et compagnie
a écrit le 13/11/2013 à 13:29 :
elle a dirigée! il faudrait etre aveugle poue ne pas voir par qui elle est dirigée elle!!!!!!!!!!!!
a écrit le 13/11/2013 à 13:28 :
Les bretons ne sont pas un peuple inferieure, ni d'ailleur les Francais vis a vis des allemands
Réponse de le 13/11/2013 à 13:51 :
Vous avez raison ! Qu'ils soient alors soumis aux même impôts que les autres ! Qu'on commence par leur faire payer eux-même leurs autoroutes !
a écrit le 13/11/2013 à 13:06 :
On en a beaucoup trop des génies comme elle dans notre Pays. Allez sur le compte officiel Twitter des bonnets rouges ( et non pas bonnet rouge BZH ), vous aurez un démenti des propos de la dame.
a écrit le 13/11/2013 à 13:06 :
On en reparlera dans quelques temps avec la TVA. Ce n'est pas que la bretagne qui grogne. Ce sont tous les travailleurs francais qui se demande pourquoi ils se lèvent le matin pour payer des impots et taxes.
a écrit le 13/11/2013 à 13:06 :
On en reparlera dans quelques temps avec la TVA. Ce n'est pas que la bretagne qui grogne. Ce sont tous les travailleurs francais qui se demande pourquoi ils se lèvent le matin pour payer des impots et taxes.
a écrit le 13/11/2013 à 13:00 :
On en a beaucoup trop des génies comme elle dans notre Pays. Allez sur le compte officiel Twitter des bonnets rouges ( et non pas bonnet rouge BZH ), vous aurez un démenti des propos de la dame.
a écrit le 13/11/2013 à 13:00 :
Pourquoi Quimper?1-préfecture du Finistère,lieu régulier de tous les mouvements sociaux
2-Un centre -ville connu pour son centre-ville,bourgeois,petit-bourgeois de province méprisant la paysannerie dont elles sont pourtant issu.Bien ressenti par le milieu agricole qui le lui rend bien.3-proximité des usines agro-alimentaires en crise et des fermes:allez donc à Rennes,250 km,en tracteur...Quimper qui aurait peu d'importance sans les directions départementales des ministères,Brest étant la grande ville dynamique du Finistère.
a écrit le 13/11/2013 à 12:41 :
Madame dans sa tour d'Ivoire, du haut de sa tour elle ne voit rien, ou ne veut rien voir.
a écrit le 13/11/2013 à 12:01 :
Bien sur comme ça va se calmer. Le gouvernement va promettre une revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire et immédiatement, les gens vont rentrer chez eux.
On pourrait même faire un pont aérien sur la Bretagne et larguer du pain, des galettes et des brioches. Vous verriez les bretons heureux comme tout. Et la, ils ne voteraient même plus PS mais PC.
a écrit le 13/11/2013 à 11:57 :
la situation en vont a nouveau bretagne ..est l image de tout le pays marre marre .... t trop d injustices cet un avertissement avant une revolte general .
a écrit le 13/11/2013 à 11:33 :
divisée pour mieux régné
les bretons sont de français mégotant comme tous les autres français.
différence avec les autres région, ils sont au bout du rouleau et le font savoir .
les bonnets rouge c'est pas simplement les bretons mais bien des français qui s'insurge contre un état fou
Réponse de le 13/11/2013 à 12:01 :
Je traduis en français pour kouilre:
Diviser pour mieux régner.
Les bretons sont des français " mégotants", comme tous les autres français.
Différence avec les autres régions, ils sont au bout du rouleau et le font savoir.
Les bonnets rouges, c'est pas simplement les bretons, mais bien les français qui s'insurgent contre un état fou.
Cordialement.
Réponse de le 14/11/2013 à 13:36 :
"Vazy" corrige 3 fautes de français ça va faire avançer le débat...
a écrit le 13/11/2013 à 11:32 :
cette charmante dame est comme nos politiques : dans sa bulle.
Eux , ils ne voient pas de problèmes avec l'argent qui tombe à flots de la poche des contribuables.
Alors, ils s'occupent avec des querelles qui n'intéressent personne à l'assemblée ou en acceptant des interviews ......
Je ne sais pas trop comment cela va se terminer mais la situation est grave de mon point de vue justement du fait de ce décalage surréaliste entre ces gens là et nous.
a écrit le 13/11/2013 à 11:29 :
Je pense qu'elle se trompe d'analyse, où alors le fait-elle volontairement pour apporter son aide au gouvernement qui ne sait plus à qu'elle saint se vouer . La réalité pourrait nous dépasser tellement le mécontentement est grand dans le pays .
a écrit le 13/11/2013 à 11:28 :
Cause toujours...et attendons 2014 (automne ?) et c'est un tsunami qui pourrait bien emporter tout sur son passage. La surprise viendra de la rue. Sans la rue pas de changement.
a écrit le 13/11/2013 à 11:26 :
Divisez pour mieux régner c'est le dogme européen et c'est sans surprise que nous assisterons la mise en concurrence d'une région sur l'autre pour éviter qu'elles ne s'unissent! Éviter a tout pris la reconstitution d'un État centralisateur qui remettrai en cause le "fédéralisme"!
a écrit le 13/11/2013 à 11:23 :
La Bretagne est une région qui a un poids important et qu'il faut entendre
a écrit le 13/11/2013 à 11:08 :
on se rassure comme on peut .
pourtant, les problèmes soulevés par les bretons ne sont pas spécifiques à cette région .
en Languedoc-Roussillon par exemple on connait le potentiel de réactivité du secteur agro-viticole .
a écrit le 13/11/2013 à 9:38 :
L’assemblée a supprimé le jour de carence pour les fonctionnaires en arrêt maladie... nos gentils socialos ... veulent financer cette suppression par l'écotaxe !!!!!!!!!!!!
Réponse de le 13/11/2013 à 10:36 :
N'importe quoi !
Réponse de le 13/11/2013 à 11:08 :
La suppression du jour de carence dans la fonction publique est un scandale.
Les absences abusives dans ce secteur nous coutent chaque années 10 milliards d'euros.
C'est à vomir !.
Réponse de le 14/11/2013 à 14:37 :
Beaucoup de gens ne connaissent pas l'histoire des Bonnets rouges.
En 1675, des paysans de Cornouailles se révoltent contre un système qui les écrasait de taxes pour financer les guerres couteuses et dépenses pharaoniques du roi de France Louis XIX.
Leur chef Sébastien Le Balp rassemblera jusqu'à 30 000 hommes.
En septembre1675, les Bonnets rouges rédigeront le code paysan pour y consigner leurs revendications. Dans cette déclaration, il est clairement mentionné le terme de « libertés d'Armorique »
Les 30 000 personnes qui ont manifesté à Quimper l'ont fait pour des raisons d'ordre économique: emploi ,fiscalité etc... mais en se référant aux Bonnets rouges, il y avait aussi de manière évidente une aspiration autonomiste ou pour le moins anti-centralisatrice.
C'est un aspect qui a été occulté ou sous-estimé dans tous les médias français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :