8 Français sur 10 pensent que la fiscalité actuelle n'est pas juste

 |   |  386  mots
Huit Français sur dix estiment que les efforts actuels pèsent particulièrement sur les classes moyennes.
Huit Français sur dix estiment que les efforts actuels pèsent particulièrement sur les classes moyennes.
Une majorité des Français, qui considèrent le système fiscal actuel comme injuste et particulièrement pesant pour les classes moyennes, semble bien accueillir la réforme lancée ce lundi par Jean-Marc Ayrault. Mais la méthode et les solutions annoncés les laissent sceptiques.

Huit Français sur dix estiment que le système fiscal existant n'est pas juste et que les efforts demandés par la politique actuelle pèsent particulièrement sur les classes moyennes. C'est le regard désenchanté qui ressort d'une étude réalisée les 20 et 21 novembre par l'institut Harris Interactive pour la chaîne LCP Assemblée nationale, auprès de 1050 personnes interrogées en ligne.

Sans grande surprise, parmi le 18% de la population jugeant justes les impôts d'aujourd'hui, trois personnes sur dix sont des sympathisants de gauche. Mais le sentiment que les charges imposées aux classes moyennes ont augmenté, qui a globalement augmenté de 7 points depuis février, est partagée au-delà des clivages politiques. Le part des personnes interrogées jugeant qu'une pression particulière était exercée sur les catégories aisées, a en revanche diminué de 10% au cours des derniers neuf mois, notamment parmi les sympathisants du Front national (qui s'inquiètent de plus en plus pour les classes populaires).

Favorables à la réforme, les Français ne font pas confiance aux partenaires sociaux

Si en conséquence plus de deux tiers des Français accueillent positivement l'idée de la réforme fiscale promise par Jean-marc Ayrault (notamment les sympathisants de gauche, favorables à 88%), les méthodes et les solutions annoncés suscitent moins d'enthousiasme.

Ainsi, aucun des partenaires sociaux ni des principales formations politiques ne reçoit la confiance d'une majorité de la population. Si la plus grande méfiance s'exprime à l'encontre du Front de gauche (77%), le Front national (73%) et les organisations patronales (69%) font aussi l'objet d'un grand scepticisme.

Les syndicats des salariés ne sont pas non plus épargnés: 55% des personnes interrogées s'en méfient. Logiquement, la confiance vis-à-vis des différents acteurs est néanmoins indissociable de la sensibilité politique des personnes interrogées.

Quant aux propositions de réforme évoquées par le gouvernement, le doute est aussi de mise. Seul le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source obtient une majorité de voix favorables (62%) et trascende les clivages politiques. La hausse de la TVA pour certaines professions bénéficiaires de réductions n'est approuvée que par 27% des Français, surtout des sympathisant de gauche.

 

La confiance des Français dans les partenaires sociaux: La confiance des Français dans les partenaires sociaux

____

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2013 à 19:36 :
perso je trouve que l'augmentation de la tva sur les transports publics est injuste et inadaptée !!
l'augmentation de la tva sur les travaux du bâtiment inadaptée car risquant d'augmenter le travail au noir et la tricherie ! en fait le gouvernement obéit aux ordres de bruxelles et n'évalue pas les conséquences de ses choix....
Réponse de le 27/11/2013 à 3:17 :
vous vouliez des boulots de fonctionnaires en france, faut bien les payer non ?
a écrit le 26/11/2013 à 18:46 :
Ou sont passés les post ???
a écrit le 26/11/2013 à 17:43 :
il n'y a qu'une chose à faire partir de FRANCE pour profiter de sa retraite tranquillement vendez tout et partez vivre au " SOLEIL" !!!!!
a écrit le 26/11/2013 à 17:43 :
C'est bizarre que 8 français sur dix trouvent que la fiscalité n'est pas juste ...car il y a 50 % des français qui ne paient pas d'impôts et donc qui trouvent de ce fait le système absolument juste !
Réponse de le 26/11/2013 à 19:41 :
il y a en effet des français qui paient pas l'impôt sur le revenu mais qui paient la tva et
des taxes !
il y a des gens qui ont des cados fiscaux à travers leur quotient familial ( déductions)
je dirai que les salariés ne peuvent pas tricher et trouvent injuste que d'autres le fassent pire à travers les paradis fiscaux ou même le travail au noir ...
a écrit le 26/11/2013 à 13:11 :
Les 20% restants, ce sont les fonctionnaires ???!!!
a écrit le 26/11/2013 à 12:42 :
La fiscalité n'est pas juste - - la bonne blague - - la France est entourée de paradis fisscaux où les riches échappent à l'impôt - plus tu gagnes moins tu payes - Nous sommes entourés de paradis fiscaux - Allez on ait la liste en tournant dans le sens des aguilles d'une montre - - Andore, Gersey, Irlande, Luxembourg, Suisse, Lichtenstein, Monaco - - Bref quand on a beaucoup d'argent pas de soucis, quand on est riche il existe plein de solution échapper à l'impôt
Réponse de le 26/11/2013 à 15:26 :
Quand on voit que les impots en France servent a payer les retraites dorees des fonctionnaires et assimiles, je dis vive les paradis fiscaux et j espere qu ils vont se democratiser pour s ouvrir plus a la classe moyenne afin que tout le monde puisse en profiter s il le souhaite. Apres personne n est oblige non plus.
a écrit le 26/11/2013 à 11:11 :
c'est vrai que c'est injuste, celui qui à tous ses revenus déclarés et qui ne peut frauder paye beaucoup plus que celui qui peut frauder et qui donc paye moins d'impôts. a quand un abattement pour bonne conduite.
a écrit le 26/11/2013 à 11:10 :
sur le plan fiscal c'est délicat car peu de gens savent que le premier impôt s'appelle TVA et que tout le monde paie sur tout , l'impôt sur le revenu est le 3eme et il ne sert qu'a payer les intérêts de la dette .. reformer les impôts a la source pourquoi pas mais les fonctionnaires de bercy mit au chômage a cause des ordinateurs n'en veulent pas .. donc retour a la case départ , enfin le premier budget de l'état après la dette est l'éducation , certains pays ont preferés abolir les privilèges sociaux et niches fiscales pour ceux qui ont des enfants et dégraisser les mammouths éducatifs , ira t'on vers cette voie ? , possible .. enfin il y'a toutes ces niches donc certaines sont juste de l'aubaine pour payer moins d'impôts en compensation on augmente les taxes , TVA impôts locaux .. comprenne qui pourra ..
a écrit le 26/11/2013 à 10:23 :
La première chose à dire, c'est que l'impôt est trop lourd, avant toute considération de justice ou non justice.
Si on supprimait toutes les dépenses inutiles, y compris tous les fonctionnaires inutiles, si on simplifiait la vie des français, il y aurait beaucoup moins d'impôts à payer et les différences auraient moins d'importance, bien que les privilèges des politiques et hauts fonctionnaires soient évidents.
Cerise sur le gateau: il y aurait nettement moins de chômeurs et la France aurait une économie prospère. Seulement voilà: les privilégiés n'ont jamais lâché leurs avantages qu'à coups de pied au derrière.
a écrit le 26/11/2013 à 9:34 :
on peut parler aussi du déséquilibre devant l'impôt selon que l'on travaille dans une TPE ou une "grosse boîte". Le salairié de la TPE a l'intégralité de son revenu imposable: pas de petits avantages. Alors que dans une grosse boite: avantage du CE, Tickets resto, participation bénéfice, intéressement, abondement des comptes épargne temps...Dans ma petite entreprise, rien de tout ça, même pas de 13è mois. En revanche, sur les heures sup l'état se sert!!
Réponse de le 26/11/2013 à 9:44 :
CE, Tickets Resto, Participations... c'est un moyen de partager la richesse avec les employés en limitant la taxation sur ces avantages. Oui, quand une boite gagne bien sa vie, elle a des moyens de partager le fruit de sa richesse avec ses employés.
Réponse de le 26/11/2013 à 10:43 :
Non, je ne vois pas pourquoi ces régimes dérogatoires existent. Les petits paient des impôts pour rémunérer leurs employés, pourquoi pas les gros ?
Réponse de le 26/11/2013 à 11:00 :
a Nadia , c'est exact ce que vous dites mais la TPE ne joue pas a la meme borne fiscale que la multinationale qui peut via ces filiales obtenir des législations fiscales par pays ou zone de l'optimisation , ainsi en europe la moyenne c'est 33-38% d'impôts sur les bénéfices pour les petites entreprises PME et TPE , par contre les multinationales sont a 8% cherchez l'erreur .; donc ces groupes peuvent proposer a leurs salariés des contre-parties avantageuses , ceci aussi pour attirer des gens très motivés sachant cela .. rien n'encourage a faire sa carrière dans une TPE ou PME .. ou les avantages sont en peau de chagrin et des salaires souvent plus faibles ..
a écrit le 26/11/2013 à 9:33 :
UNE FISCALITE JUSTE
Ce qui est extra ordinaire c’est la divergence des opinions sur le sujet ce qui ne peut en toute honnêteté aboutir à un consensus.
Soyons pragmatique, ce que nous appelons les prélèvements obligatoires n’ont pour objet que de redistribuer la richesse nationale à l’ensemble des citoyen non parce que cette richesse est mal distribuée mais parce quelle est produite par seulement une partie des citoyens : ceux que nous appelons les actifs qu’ils soient actifs dans la production des outils ou qu’ils le soient dans ces outils pour produire nos biens et nos services qui eux seuls seront partagés entre tous les citoyens qu’ils soient actifs ou totalement ou partiellement, inactifs dans l’année.
Notre pragmatisme nous fait découvrir plusieurs consensus dont un premier ignoré par nos politiques qui est « la production de la richesse » où là la valeur de notre richesse est une virtualité et seul le nombre et la qualité des biens et services produits et à se partager importe, donc : le temps à passer par plus ou moins d’actifs est essentiel.
Méprisant cette évidente réalité du partage de la richesse, le français ne s’intéresse qu’au virtuel du PIB net de la nation. Mais le français est incapable de part son formatage d’analyser le résultat des redistributions mise en place par nos gouvernance pour que les 100% du Pib soit partager entre les actifs qui ont produits cette richesse et qui en garde 40% pour eux et en donne 60% aux inactifs totaux ou partiels. Les effets de la redistribution chez nous, en France, consiste aussi à ce que les actifs et les inactifs utilisent cette redistribution de la richesse pour consommer ou user, les biens et les services produits par les seuls actifs à raison de 55% en usage familial, 32% en usage collectif et 13% en usage mutuel, ce qui implique que l’actif n’a dans la redistribution, pour son usage familial, que 22% de ce qu’il produit: Est-ce trop ?
C’est ce que semble dire nos politiques, et les français perpétuels demandeurs de dépenses collectives ou mutuelles, qui veulent de plus en plus, pour les inactifs et de plus pour nos usages mutuels ou collectifs.
Comment trouvez un consensus dans l’ignorance d’une telle réalité ?
Il faut pour cela regarder la réalité en face, celle que Galilée nous décrits dans « Galilée récidive » où il nous dit ce qui est un partage juste de notre richesse lequel partage est tributaire du juste partage de la production de cette richesse en fonction des capacités de chacun.
Réponse de le 26/11/2013 à 9:42 :
Je croyais que l'impot était d'abord destiné à l'école, la santé, ... puis au partage avec les moins favorisés. Auriez vous les chiffres de comment la collecte de l'impôt est faite?
De plus, et vous serez peut-être d'accord, l'entourloupe qui consiste à repousser des dépenses qui autrefois étaient collectées par l'impôt et sont aujourd'hui par les taxes, font que les Français moyens dont je fait, je crois, partie, incluent dans l'impôt tous ce qui sort de sa poche sous forme d'impôts et taxes... et selon la ville, la région, ces impôts sont injustes car inégaux (foncier, habitation...)
Réponse de le 26/11/2013 à 18:26 :
Cette réponse manque de pragmatisme l’impôt n’est pas destiné à l’école et la santé mais aux usages de santé des actifs et des inactifs et à l’éducation principalement des inactifs. Quand au « défavorisé » ils sont. Inactifs et sans revenus de productions donc : Notre société est composée uniquement de citoyens qui partagent dans leurs vie des périodes d’activités et des périodes d’inactivités alors qu’ils doivent quelque soit la période, satisfaire leurs besoins familials, mutuels ou collectifs. Comme vous l’avez constaté : que nous appelions le prélèvement taxe, impôt, charge ou cotisation leur usage se limite donc à donner du pouvoir d’achat au inactifs ou régler des dépenses mutuelles ou collectives pour les actifs et les inactifs.
Nous revenons au partage précédant : 40% pour les actifs et 60% aux inactifs totaux ou partiels et les effets de la redistribution c’est consommer ou user, les biens et les services produits par les seuls actifs à raison de 55% en usage familial, 32% en usage collectif et 13% en usage mutuel, ce qui implique que l’actif n’a dans la redistribution, pour son usage familial, que 22% de ce qu’il produit: Est-ce trop ?
C’est ce que semble dire nos politiques, et les français perpétuels demandeurs de dépenses collectives ou mutuelles, qui veulent de plus en plus, pour les inactifs et de plus pour nos usages mutuels ou collectifs.
Comment trouvez un consensus en ignorant la réalité ?
Il faut pour cela regarder la réalité en face, celle que Galilée nous décrits dans « Galilée récidive » où il nous dit ce qui est un partage juste de notre richesse : lequel partage est tributaire du juste partage de la production de cette richesse en fonction des capacités de chacun.
Vous vous interroger sur la collecte des impôts : elle ne peut être que égale aux besoins des inactifs dans leur milieu familial, plus les dépenses mutualisés plus les dépenses collectivisés. Quand au mode de collecte vous avez raison de le trouver injuste. Une collecte juste consiste à ce que chacun de nous passe un même temps à produire pendant sa période active pour les besoins des inactifs, pour les besoins mutualisés et pour les besoins collectivisés de tous les citoyens. C'est-à-dire produire pendant sa période active pour les autres autant que ce qu’il consommera dans ses périodes d’inactivités de productions faites par d’autres. Si les prélèvements ne sont pas calqués sur ce temps égalitaire passé par chacun : les prélèvements sont injustes. Conclusion nos prélèvements sont injustes, notamment lorsque les bases sont les valeurs locatives des bâtiments sans rapport avec le temps passé à produire de la richesse.
La réforme fiscale doit être celle-ci.
Mais pour retrouver du pouvoir d’achat il faut s’attacher à la qualité des productions. Car certainement ce que vous produisez est plus jouissif que ce que produit Mélenchon alors que vos salaires sont certainement inversement proportionnels aux jouissances produites.
a écrit le 26/11/2013 à 9:30 :
Peut-être parviendrons nous a comprendre que chaque fois que l'Etat se mêle d'un sujet , il engloutit des masses d'argent folle pour (mal) le traiter, du fait de sa taille de pachyderme inapte a traiter des problèmes de manière réactive. La vraie question de fond est plus probablement de redéfinir ce qu'il est pertinent de confier a l'Etat, et ce que nous devrions gérer nous même... En faisant ceci, on remettra l'Etat où il doit être, et par voie de conséquence, nous seront forcément moins mis a contribution.
a écrit le 26/11/2013 à 9:24 :
Si on s'avisait d'imposer les francais comme le sont les allemands, cela hurlerait encore plus fort : retenue a la source et un net egal a 50% du brut.. Les francais vont de toute facon devoir payer encore plus d'impots vu que l'Etat est toujours en deficit chronique, et qu'il est peu probable que le gouvernement actuel s'en prenne a sa base electorale en reduisant les depenses publiques.
a écrit le 26/11/2013 à 9:23 :
Consulter les partenaires sociaux, ok, mais nous avons tout de même des députés supposés représenter les français. Pour un tel sujet ces derniers devraient mettre leurs différences idéologiques et partisanes de côté et pour une fois réfléchir ensemble. Je refuse que mes impôts futurs soient le fait d'une poignée de syndicalistes non représentatifs d'autre chose que d'eux-mêmes. Il n'y a pas que des salariés syndiqués dans ce misérable pays que devient la France, seul pays (hormis la Corée du Nord) où persiste la lutte des classes .
a écrit le 26/11/2013 à 9:18 :
Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l’addition totale se monte à 100 euros. (Normalement, cela ferait 10 euros par personne).
Mais nos dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donna à peu près ceci :
· Les 4 premiers (les plus pauvres !?), ne payeraient rien.
· Le cinquième paierait 1 euros
· Le sixième paierait 3 euros
· Le septième paierait 7 euros
· Le huitième paierait 12 euros
· Le neuvième paierait 18 euros
· Le dernier (le plus riche ?!) devrait payer 59 euros.
Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement.
Jusqu’au jour où le tenancier les plaça devant un dilemme :
« Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire
une remise de 20 euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euros. »
Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils auraient payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20 euros de remise de façon équitable ?
Ils réalisèrent que 20 euros divisé par 6 faisaient 3.33 euros.
Mais s’ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière.
Le tenancier du bar suggéra qu’il serait plus équitable de réduire l’addition de chacun d’un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs.
Ce qui donna à peu près ceci :
· Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien. (un pauvre de plus ? Ndt)
· Le 6ème paya 2 euros au lieu de 3 (33% réduction) · Le 7ème paya 5 euros au lieu de 7 (28% de réduction)
· Le 8ème paya 9 euros au lieu de 12 (25% de réduction)
· Le 9ème paya 14 euros au lieu de 18 (22% de réduction)
· Le 10ème paya 50 euros au lieu de 59 euros (16% de
réduction)
Chacun des six « payants » paya moins qu’avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement.
Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie :
« J’ai seulement eu 1 euros sur les 20 euros de remise », dit le 6ème, il désigna le 10ème « lui, il a eu 9 euros ».
« Ouais ! dit le 5ème, j’ai seulement eu 1 euros d’économie » « C’est vrai ! » s’exclama le 7ème, « pourquoi aurait- il 9 euros alors que je n’en ai eu que 2 ? Le plus riche a eu le plus gros de la réduction »
« Attendez une minute » cria le 1er homme, « nous quatre n’avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres ».
Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l’insultèrent.
La nuit suivante le 10ème homme (le plus riche ?!) ne vint pas.
Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui. Mais quant vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d’important : ils n’avaient pas assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l’addition
Et cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système d’imposition.
Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d’une réduction de taxe.
Taxez les plus fort, accusez-les d’être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais. En fait ils pourraient commencer à aller boire à l’étranger…,
Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire.
Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible.
Réponse de le 26/11/2013 à 10:16 :
Effectivement, cette histoire est bien connue mais mérite d'être souvent rappelée pour ceux, encore trop nombreux, qui croient aux bisounours et à la "redistribution".
A rapprocher du proverbe chinois: "quand les riches maigrissent, les pauvres meurent de faim".
Réponse de le 26/11/2013 à 12:02 :
La morale de cette fable est :
Le tenancier aurait du garder ses 20 € et la fermer.
Maintenant, il a perdu dix clients et 100€ par jour.

que les ayatollah du libéralisme à tout crin apprennent à écrire de meilleurs fables.
Réponse de le 26/11/2013 à 17:01 :
C'est pour cette raison qu'il ne faut pas faire de réduction et offrir plutôt 3 verres gratis au bout de dix consommations consommées consécutivement , tout le monde est au même niveau de consommation .
a écrit le 26/11/2013 à 9:13 :
Avant la justice de la repartition: POUR QUOI EST-CE QUE L'ON PAIE?
Pour l'école, la santé... OK... mais la manière don't l'argent de l'impôt est dépensé reste complètement OPAQUE!!!
La repartition de l'impôt est un vrai sujet mais il devrait normalement venir APRES le COMBIEN d'argent et POUR EN FAIRE QUOI???
a écrit le 26/11/2013 à 8:49 :
EST IL juste que 10% des contribuables supportent 75 % du montant total de IR? EST il juste que les allocations et autres aides (logement...) ne rentrent pas dans l'assiette imposable, EST il juste qu'un citoyen qui travaille et gagne un montant identique à celui qui ne vit que de l'assistance paie des impots l'autre non ? La création d'un IFC impot forfaitaire Citoyen minimum pour ce dernier ne serait que justice
a écrit le 26/11/2013 à 8:22 :
"Sans grande surprise, parmi le 18% de la population jugeant justes les impôts d'aujourd'hui, trois personnes sur dix sont des sympathisants de gauche"
Y a pas un qwack la? En tout cas moi ca me surprend...
a écrit le 26/11/2013 à 8:13 :
comme tout le reste rien n est juste le prive gave le public ....
Réponse de le 26/11/2013 à 9:21 :
Je bosse dans le privé, je suis mon proper employeur... Nous avons besoin d'un service public, la n'est pas la question. "Gaver le public" comme vous dites veut probablement dire que vous voudriez que le public soit mieux gèré et que les avantages privé/public soient plus équitables, ou en tous cas percuss comme cela. c'est bien cela?
a écrit le 26/11/2013 à 8:00 :
c'est quoi pour vous la justice fiscale Mr Ayrault ?? 50% de fançais ( "pauvres") ne paient pas d'IR ;10% de français ("riches") paient 75%de l'IR ; les 200milliards de prestations sociales et autres transferts ne sont pas imposables; faut il que 100%de l'IR soit réglé par 10%des riches ?? il faut supprimer la totalité des niches fiscales , rendre imposables toutes les prestations sociales , faire payer un impôt minimum aux non imposables ( 10€ ) pour que tout le mondre comprenne que l'impôt sert à tous les français dans les écoles ,les hopitaux , sur les routes.....le systéme est injuste mais pas dans le sens que l'on croit
a écrit le 26/11/2013 à 7:59 :
Rien ne marchera dans ce pays tant que la sphère publique dévorera 57 pour cent du PIB. La compétitivité de la France passe par une sphère privée riche, qui peut investir, non spoliée par un état redistributeur. On peut ne pas l'apprécier mais c'est ainsi..
a écrit le 26/11/2013 à 7:36 :
... et deux français sur 10 ne payent pas d'impôts, vive les niches fiscales pour tous.
a écrit le 26/11/2013 à 6:41 :
C'est curieux que le "génie français" n'ait jamais songé au prélèvement à la source qui s'applique avec succès quasiment partout ailleurs. Il est vrai que la notion large de revenu qu'il implique , sans rapport avec le revenu fiscal de référence, n'avantagerait pas les décideurs politiques ni les partenaires sociaux...
a écrit le 26/11/2013 à 4:22 :
Ils pensent surtout qu'ils payent trop, le francais est cheap et greedy.
a écrit le 26/11/2013 à 3:56 :
La fiscalité sera juste quand tous les français seront égaux devant l'impôt sans l'échappatoire sans vergogne des indemnités non-imposables pour certains.
a écrit le 25/11/2013 à 23:09 :
Est-ce normale que ce ne sont que ceux qui ont réussi et qui créé de la richesse qui payent et payent encore? Alors que les losers, les bons à rien, les fainéants, les assistés ne payent rien, ne contribuent à rien, ne font aucun effort et ne font que recevoir et recevoir encore!!!!
Réponse de le 26/11/2013 à 6:30 :
Bel exercice d'autocritique : bravo !
Réponse de le 26/11/2013 à 9:29 :
Les socialistes aiment tellement les pauvres qu'ils en fabriquent (Jacques Godfrain - 1983)
a écrit le 25/11/2013 à 22:52 :
Au final je pense que la fiscalité n'est pas le problème n°1. Le vrai soucis des français c'est le cout de la vie avec des charges qui augmentent chaque année de 2% en moyenne (loyer, énergies, alimentations...) et de l'autre côté un salaire a la baisse, gelé depuis plusieurs années ou pire le chômage. Quand la banque de France saturera a cause du surendettement passif (revenus < charges) peut être se réveillerons t'ils enfin aux pouvoirs (députés, sénateurs, tous parties politiques avec gros salaires). La France = la Grèce n°2
a écrit le 25/11/2013 à 22:52 :
Cette réforme n'est rien d'autre qu'une diversion politique qui nous renvoie à l'époque du pathétique Mitterrand et de ses grosses ficelles.
a écrit le 25/11/2013 à 21:43 :
le taux de prélèvement devrait être le même pour tous. D'ailleurs la TVA c'est ça. Vous ne faites pas (encore) le plein d'essence en montrant votre avis d'imposition. Gageons que tous les groupes de pression vont aller voir Mr ZERO ou Mr LEROSE de l'Elysée, pour casser tout ça. D'ailleurs ZERO en a encore que pour quelques mois....
a écrit le 25/11/2013 à 21:26 :
Les supporters du PS ne sont pas les Français de souche mais les immigrés naturalisés. Pour la grande majorité, ces derniers ne paient pas d' impots sur le revenu. Le PS peut donc, sans s'aliéner son électorat, augmenter les impots et naturaliser 100 000 étrangers pour cette année 2013 (100 000 votes en plus). Si la France se casse la gueule et si certains ne reconnaissent plus leur propre pays, ca roule pour le PS !
Réponse de le 25/11/2013 à 21:42 :
d'accord !
a écrit le 25/11/2013 à 21:06 :
1% des foyers paient 37% du total de l'impot sur le revenu, 10% des foyers paient 74% du total. En effet, ce système est incroyablement injuste qui fait supporter tout le poids de la contribution à l'effort national sur environ 10% des français. Mais dans l'esprit sectaire et dogmatique d'Ayrault , il ne fait pas de doute qu"en toute "justice sociale" , on fasse encore payer plus ceux qui paient déjà tout.
Réponse de le 25/11/2013 à 21:30 :
Dire que le système est injuste car 1% paient 37%, pourrait faire croire que l'effort de ces 1% est plus élevé que les efforts des 99% autres. Or ce n'est pas exact. La grosse concentration des impôts sur quelque uns masque en fait la grosse concentration des revenus, sur quelques uns. Pour juger de l'équité face aux impôts, le rapport entre l'impôt et le revenu de chacun me semble plus pertinent. Autrement dit, les 1% donnent ils aux impôts, plus de jolis de travail sur les autres ? La réponse est qu'il donne quasiment autant de mois, voire moins dans les faits car ce sont les principaux utilisateurs des niches fiscales.
Réponse de le 25/11/2013 à 23:12 :
@Ben: Peut êtres simplement que les pauvres sont trop stupides ou sous éduqué pour ne pas gagner suffisamment!
Réponse de le 25/11/2013 à 23:37 :
Une infirmière est en moyenne moins stupide que nos footballeur. LL'intelligence n'est pas synonyme de richesse et la stupidité de pauvreté. NOTRE société est très déséquilibré ne vous en déplaise.
Les tenants du libéralisme économique oublient souvent que le vrai moteur de la croissance c'est l'humain et pas l'argent. Ne croyez pas que les pauvres sont tous des profiteur. Se sont avant tout des variables d'ajustement de vos riches amis.....
Réponse de le 26/11/2013 à 9:35 :
Ben, Ne voudriez vous pas entrer dans les gros revenus?
Peut-être faudrait-il travailler beaucoup plus, et du coup, peut-être seriez vous mécontent de voir que toute cette énergie en plus que vous fourniriez serait utilisée à être distribuée aux autres?
OK, il y a les héritiers et le "star system" (foot, spectacle) qui semble ne pas tellement travailler, mais il y a le reste, ces chefs d'entreprises de PME de 10, 20, 50 personnes et qui ne comptent pas leur temps de travail...
a écrit le 25/11/2013 à 21:01 :
Jamais content les français, quelque soit la solution pour la rendre plus juste, ça n'ira jamais, à quoi bon la changer !
a écrit le 25/11/2013 à 20:31 :
Il y a surtout 50% des français qui ne payent pas d'impôts et dont les prestations sociales ,qui s'apparentent a un revenu , ne sont pas imposables.....cherchez l'erreur
Réponse de le 25/11/2013 à 20:59 :
DEPENSER MOINS ...pour IMPOSER MOINS .! !
Réponse de le 25/11/2013 à 21:08 :
A titre de comparaison, au Danemark 95% des foyers paient l'impots sur le revenu.
a écrit le 25/11/2013 à 20:27 :
ce qui me déplait c'est ce qu'ils font avec mon pognon !
a écrit le 25/11/2013 à 20:25 :
Les français ne sont pas égaux devant l'impôt : il y a ceux qui bénéficient d'indemnités non-imposables et les autres qui paient plein pot.
Réponse de le 25/11/2013 à 20:32 :
Entre autre... mais il y a aussi ceux qui reçoivent sans rien faire avec l'argent de ceux qui travaillent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :